Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Abdou Filali-Ansary, Réformer l’islam ? Une introduction aux débats contemporains

Paris, La Découverte, 2003, 284 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Abdou Filali-Ansary, Réformer l’islam ? Une introduction aux débats contemporains. Paris, La Découverte, 2003, 284 p.

Texte intégral

1Ce passionnant ouvrage est à contre-courant de beaucoup de livres consacrés à l’islam. Il s’intéresse à la façon dont des intellectuels musulmans ont abordé des questions qui se posent à la religion et au monde musulman. L’auteur, marocain qui vit aujourd’hui en Europe, a déjà publié une traduction du texte célèbre du cheikh’Ali Abdel Raziq, « L’islam et les fondements du pouvoir » accompagnée d’une longue étude critique introductive1. Il a aussi écrit un court et stimulant ouvrage consacré à l’islam et la laïcité2.

2Le monde où l’islam est une religion d’importance a été confronté au xixe siècle à des changements et de profondes ruptures avec la confrontation au monde industriel et au phénomène colonial. Trois grands courants de pensée ont émergé. Le premier, ancré dans la tradition, a cherché à promouvoir un projet prônant un retour à l’âge d’or de l’islam en insistant sur la norme. Un second courant, très minoritaire, estime la religion dépassée. Le troisième courant s’efforce de chercher la voie difficile de réformer l’islam de l’intérieur. Chaque courant est travaillé de sous‑tendances et de sensibilités. Ces questions sont de longue date objet de débat et de réflexions dans le monde musulman.

3Ce livre est construit autour d’itinéraires et de travaux individuels. Il traite ainsi de penseurs égyptiens comme Mansour Fahmy et son étude sur la femme aux débuts de l’islam, Taha Hussayn sur la poésie ante-islamique, Ali Abdel Raziq sur les origines du califat, Ahmad Khallafallah sur l’art du récit dans le Coran. Ces différents travaux ont tous été l’objet de violentes polémiques. Mentionnons aussi le penseur pakistanais Fazlur Rahman, le tunisien Mohammad Charfi et le soudanais Mohammed Mahmoud Taha, pendu par le régime de Nimeiry pour apostasie en 1985. A ces penseurs issus du monde musulman, l’auteur ajoute l’étude de chercheurs occidentaux en sciences sociales spécialistes de l’islam comme Éric Geoffroy, spécialiste du soufisme, ou Christoph Luxenberg.

4Cet ensemble riche pose une série de questions et de problèmes. Tout d’abord, l’audience de ce type de travaux est dérisoire dans les pays concernés. Les sociétés musulmanes restent majoritairement fermées à ce type de problématique. Le poids et l’enracinement du conservatisme sont lourds. Ce conservatisme s’explique d’abord par la domination coloniale qui a transformé la religion en élément identitaire déterminant. Mais le rôle des États et des pouvoirs post-coloniaux qui instrumentalisent la religion, le plus souvent dans ses aspects les plus formalistes et normalisateurs, est loin d’être négligeable. Cela offre aux régimes souvent corrompus et autoritaires des éléments de légitimité et de contrôle idéologique. Enfin, le groupe social des religieux, les « ulama », est particulièrement actif et influent. Dans un tel contexte, les promoteurs de perceptions libérales, laïques ou ouvertes prennent de terribles risques. Outre la répression physique comme dans le cas extrême de Mahmoud Taha, les risques se traduisent pour les auteurs par la censure ou l’exil. À ce propos, on peut regretter que l’auteur n’ait pas traité de l’Égyptien Nasr Hamed Abu Zeid, en exil aujourd’hui depuis plus 15 ans aux Pays-Bas.

5On peut dire son scepticisme face aux propositions de différents auteurs ; notamment l’approche de M. Charfi, pour qui la solution à la crise actuelle passe par un rôle de l’État, ne va pas, nous semble-t-il, sans exposer à des risques que nous ne connaissons que trop.

6Tel quel, ce livre stimulant permet de rompre avec le schématisme trop répandu qui présente l’islam comme un tout uniforme ou bien qui le considère comme divisé simplement entre libéraux, modérés et intégristes.

Haut de page

Notes

1  ‘Ali Abdel Raziq, L’islam et les fondements du pouvoir, Paris, La Découverte.

2  ‘Abdu Filali-Ansary, Islam et laïcité, Casablanca, édition du Fennec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Abdou Filali-Ansary, Réformer l’islam ? Une introduction aux débats contemporains », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/340

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page