Navigation – Plan du site

Texte intégral

1On peut dire que l’on vit une époque redoutable !… Pour tous et toutes bien sûr. Pour celles et ceux qui font de l’histoire de façon singulière. La rapidité de la progression des idées réactionnaires accompagnant la mise en place de politiques libérales décomplexées est si spectaculaire ces derniers temps qu’un dossier mûri depuis des mois prend un sens nouveau, pour partie imprévu, au moment de sa parution.

2Nous avions prévu de parler enseignement de l’histoire, parce que, progressivement l’histoire est redevenue, explicitement, un enjeu social vif. Parce que son enseignement a été supprimé brutalement pour les terminales scientifiques en 2009, les programmes revus sans concertation et fortement orientés, via les approches thématiques notamment, dans le sens de l’effacement des mouvements sociaux et de l’apologie du fonctionnement institutionnel des démocraties représentatives. Le rétablissement de l’enseignement de l’histoire en terminale S, devenu une promesse de campagne électorale, est entré dans les faits à la rentrée 2013 et les programmes ont été allégés à la marge sans vraiment convaincre.

  • 1 Au cœur de cette offensive, se trouvent les nombreuses publications de l’essayiste Dimitiri Casali, (...)

3Les débats, les affrontements restent ouverts. Qu’enseigne-t-on ? Ou selon certains que n’enseigne-t-on plus à « nos enfants » ?1 La question revient frénétiquement, alimentant sciemment la suspicion, traduisant de plus en plus clairement des enjeux politiques globaux. La mise en cause récente des analyses du social en termes de « genre » a redonné à la question une nouvelle intensité. Et évidemment l’âpreté renouvelée des appropriations sociales des savoirs et des formes de transmissions des savoirs rejaillit sur la lecture du présent dossier. La question du genre n’est pas en son cœur, mais on a bien compris que c’est l’ensemble des contenus d’enseignement qui se trouve mis sur la sellette. Cette offensive produit un renouveau de la dramatisation des enjeux du savoir historique, à la fois vecteurs de toutes sortes de maux sociaux et de solutions rêvées aux difficultés sociales, climat peu propice à la réflexion.

  • 2 Voir les prises de positions publiques en 2009 du collectif, « Notre histoire forge notre avenir ». (...)
  • 3 William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patric (...)
  • 4 http://www.leshistoriensdegarde.fr/valeurs-actuelles-notre-histoire-massacree-gauche/ 8 février 201

4Des spécialistes de l’histoire comme de la didactique, aux romanciers, aux parents d’élèves, aux politiques, les propositions fusent sur l’histoire qu’il conviendrait d’enseigner. D’où les affrontements passionnés autour des programmes d’histoire, porteurs, notamment de trop ou de pas assez de national2. Les grands médias ont pesamment relayé les propos des tenants d’une histoire nationale qui serait malmenée par les programmes… parce que l’on ose y faire une place à l’histoire de l’Afrique. Ceux que les auteurs d’un essai récent sur le sujet ont qualifié d’« historiens de garde »3, les Max Gallo, Vincent Badré, Dimitri Casali, relayés par le très médiatique Lorànt Deutsch, n’ont eu de cesse dans les colonnes largement ouvertes de la presse, de dénoncer pêle-mêle l’oubli de la chronologie, l’effacement des héros nationaux, le pédagogisme abscons, et de déplorer la présentation de l’histoire comme « une longue plainte profondément démoralisante pour les Français »4.

5Celles et ceux qui ont tenté de faire entendre d’autres voix ont eu du mal face à cette déferlante d’un « prêt-à-penser » faussement nostalgique, d’un « nous » aussi imaginaire qu’emphatique.

  • 5 « Enseigner l’histoire au présent », dossier coordonné par Danièle Pingué, Cahiers d’histoire. Revu (...)

6Le présent dossier des Cahiers, construit par deux enseignants, souhaite redonner la parole à celles et ceux qui, pédagogues, historien/nes, luttent contre ces envahissantes visions schématiques, enivrées de fallacieux âges d’or passés. Le dossier rassemble des auteurs qui ont tous en commun de prendre au sérieux les enjeux de l’histoire enseignée, du contenu des programmes et la recherche d’équilibres neufs, tenant compte des questionnements de notre temps en même temps que des formes rapidement renouvelées de diffusion et d’appropriation des savoirs. Nous espérons que ces contributions montreront à la fois l’acuité des enjeux aux yeux des auteur/es-acteur/es ici rassemblé/es et la diversité des élaborations en cours. On lira à travers la convergence des inquiétudes et des protestations des divergences d’appréciation, par exemple, sur la question-clé de l’existence de programmes nationaux, sur la dose d’autonomie, de « la liberté pédagogique » ou la « créativité pédagogique » à donner aux enseignant/es. Aussi, de façon plus ténue, sur les contenus desdits programmes, sur la place à faire, notamment, à ce que les coordonnateurs du dossier, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, appellent de leurs vœux, de l’histoire sociale, histoire du travail, des luttes sociales, mais aussi histoire sociale de la culture, des images, des médias… En relisant notre dossier de 2004, « Enseigner l’histoire au présent », on sent combien les dix années écoulées, depuis ce temps où nous interviewions un Philippe Joutard heureux des nouveaux programmes (2002) de l’école primaire, ont mis à mal nos espoirs, laissant la voie ouverte aux vendeurs de désespoir à bon compte5. Mais les contributions ici rassemblées témoignent aussi de la vivacité des réflexions en cours, à partir desquelles, parions-le, il ne faudra pas dix ans pour faire une nouvelle mouture prospective d’« Enseigner l’histoire au présent ».

7La recherche en cours, celle dont tous les auteur/es rassemblé/es ici souhaitent qu’elle irrigue l’histoire enseignée, trouve sa place ici dans « Chantiers » avec l’analyse des rapports entre sciences et politique autour du lyssenkisme, avatar de la Guerre froide et des contraintes politiques imposées par l’affrontement des blocs. Elle est également présente dans « Débats » à travers la recension critique du livre de Simona Cerutti autour de la condition des « étrangers » dans l’Europe de l’époque moderne, condition moins d’« incertitude » pour notre collègue Sébastien Jahan, auteur de cette note critique, que ne cherche à le montrer Simona Cerutti, « l’étranger demeure bien pour nous cet “Autre venu d’ailleurs”, sans cesse rattrapé par sa condition ! », conclut-il.

8A côté de ces réflexions sur l’histoire enseignée et non enseignée, de ces recherches en cours, les Cahiers ouvrent avec ce n° 122 un cycle de publications qui va se poursuivre tout au cours de l’année autour de la guerre d’indépendance algérienne.

  • 6 L’incroyable ténacité d’Alleg a été rappelé au moment de son décès par l’un de ses avocats, Roland (...)

9Nous ouvrons ce cycle par un hommage rendu pour la rédaction des Cahiers par Didier Monciaud, au journaliste, écrivain communiste, militant de l’indépendance algérienne, disparu cet été 2013, Henri Alleg. Figure emblématique de la résistance à la guerre menée par la France, tout au long d’une longue vie d’engagements, il sera aussi resté celui par qui l’existence de la torture perpétuée par les militaires français sera connue à travers le monde, l’auteur de ce livre improbable, échappé de la prison, que fut La Question6.

  • 7 « Henri Alleg par Nils Andersson », 22 juillet 2013 sur le site de l’association « Sortir du coloni (...)

10Nous reviendrons sur ce livre exceptionnel dont son éditeur suisse Nils Andersson disait récemment qu’il était « la victoire du supplicié sur le tortionnaire »7.

11Nous poursuivons cette présence de la guerre d’Algérie dans « Métiers » à travers les entretiens menés par Chloé Maurel avec deux d’historiens contemporains, Raphaëlle Branche d’une part, dont les travaux sur la guerre d’Algérie et particulièrement la thèse sur la torture sont caractéristiques du renouveau du travail des historiens français, et, d’autre part, notre collègue de l’université d’Alger-Bouzaréah, soucieux de développer une histoire scientifique de la guerre faite d’Algérie.

12Ces prises de parole sont complétées par des recensions d’ouvrages, sous forme d’un dossier spécifique dans « Livres lus ». Notre collègue Sylvain Veynaire a lu pour nous, Demain, demain. Nanterre. Bidonville de la Folie, la bande dessinée de Laurent Maffre et Charonne-Bou Kadir, 1961-1962 de Jeanne Puchol, rappelant le rôle crucial de la bande dessinée dans la diffusion contemporaine de l’histoire et, notamment, des moments particulièrement dramatiques du passé. Cette première plongée dans le vaste territoire des productions récentes concernant l’Algérie passe aussi par la présentation par Claude Pennetier des Carnets de l’instituteur communiste, Gaston Revel, édités par Alexis Sempé, et par ceux du journaliste à La Croix, Jacques Duquesne, par Gilles Manceron.

13La présence éditoriale de la guerre est complétée par un gros dossier rassemblant des livres de jeunesse présentés par le spécialiste Alain Chiron qui depuis quelques années accompagne la rédaction des Cahiers dans cette ouverture au livre d’histoire pour la jeunesse. Belle moisson, du livre pédagogique de Gérard Streiff introduisant des « discours et textes officiels » concernant la guerre ou construisant une biographie destinée aux adolescents de Ben Bella, au beau roman de Didier Daeninckx, dont on connaît l’engagement anticolonial, La Prisonnière du Djebel, en passant par les souvenirs d’un fils d’immigrés membre du FLN à Marseille, Ahmed Kalouaz. Rappel salutaire que l’une des formes de la diffusion de l’histoire auprès des jeunes ne passe pas seulement par les programmes scolaires mais circule aussi par ce flux grandissant de la fiction historique et de l’histoire pour la jeunesse.

  • 8 Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à (...)

14Nous poursuivrons ces croisements d’écriture à propos de l’Algérie en guerre dans le futur numéro 123 des Cahiers. On y trouvera, outre des comptes rendus de lecture, un important entretien avec Claude Juin, ancien appelé du contingent, auteur d’une thèse sur le sujet difficile de l’impact de cette guerre sur les jeunes appelés8. Une rencontre organisée par les Cahiers d’histoire avec l’historienne Allison Drew, autour de son livre en cours sur le Parti communiste algérien dans la lutte pour l’indépendance, sera l’occasion d’un nouveau croisement des approches. Le texte de ces échanges viendra lui aussi compléter notre cycle 2014 sur la guerre.

15La présence sociale de l’histoire est scrutée avec une attention renouvelée dans les Cahiers à travers la critique de films à sujet historique, tel le Free Angela présenté ici par Chloé Maurel, qui proposera dans les numéros de 2014 des Cahiers une chronique régulière traduisant l’ampleur nouvelle prise par ce genre de production.

16De façon plus globale, les Cahiers continueront à proposer des cheminements dans cette présence profuse de l’histoire à travers la chronique des « Cahiers recommandent ».

17En terminant ce « Mot de la rédaction », nous espérons que les lecteurs, lectrices des Cahiers apprécieront ces croisements entre des temporalités et des enjeux divers de la production et de la diffusion de l’histoire et contribueront par leurs suggestions, leurs lectures, leurs interpellations à leur déploiement. En ligne ou en volume papier, de bonnes lectures… avant celles d’un prochain numéro qui aura en son cœur des relectures de pensées libérales, en déconstruisant l’anachronique globalité.

Haut de page

Notes

1 Au cœur de cette offensive, se trouvent les nombreuses publications de l’essayiste Dimitiri Casali, auteur de L’altermanuel d’histoire de France. Ce que nos enfants n’apprennent plus au collège, Paris, Perrin, 2011. Depuis l’auteur a cherché à élargir sa notoriété en embarquant la grande référence de l’histoire scolaire du premier xxe siècle, Ernest Lavisse, dans son aventure. Il a réussi un très beau coup éditorial en convainquant la grande maison d’édition universitaire, Armand Colin, de lui confier une réédition du « Petit Lavisse », augmentée d’une suite écrite par Casali, ce qui donne Ernest Lavisse, Dimitri Casali, Histoire de France de la Gaule à nos jours, Paris, Armand Colin, 2013.

2 Voir les prises de positions publiques en 2009 du collectif, « Notre histoire forge notre avenir ». Sur sa page Facebook, ce collectif souhaite ce mois de janvier la bonne année dans les termes suivants : « Excellente année 2014, qu’elle soit historique : 800 ans de la bataille de Bouvines, les 700 ans de l’arrestation des Templiers, les 100 ans de la Grande Guerre ! »

https ://www.facebook.com/NotreHistoireForgeNotreAvenir consultation 17 février 2014

3 William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin, Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, préface de Nicolas Offenstadt, Inculte éditions, 2013.

4 http://www.leshistoriensdegarde.fr/valeurs-actuelles-notre-histoire-massacree-gauche/ 8 février 2014

5 « Enseigner l’histoire au présent », dossier coordonné par Danièle Pingué, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 93, octobre-décembre 2004, dont Anne Jollet, Danièle Pingué, « Entretien avec Philippe Joutard, Les nouveaux programmes (2002) de l’école primaire », p. 93-113.

6 L’incroyable ténacité d’Alleg a été rappelé au moment de son décès par l’un de ses avocats, Roland Rappaport, dans « La Question d’Henri Alleg, histoire d’un manuscrit », Le Monde, 24/07/2013 http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/07/24/la-question-histoire-d-un-manuscrit_3452592_3260.html

7 « Henri Alleg par Nils Andersson », 22 juillet 2013 sur le site de l’association « Sortir du colonialisme », consulté le 17 février http://www.anticolonial.net/spip.php?article2900

8 Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable, Paris, Robert Laffont, 2012. Ce texte est la transcription d’un débat organisé par les Cahiers d’histoire lors du Maghreb du livre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 122 | 2014, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3385

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page