Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914

Paris, L’Harmattan, Coll. « Le poing et les roses », 2007, 258 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914. Paris, L’Harmattan, Coll. « Le poing et les roses », 2007, 258 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Emmanuel Jousse, couronné par le prix de la Fondation Jean Jaurès, revient sur la querelle du révisionnisme, sa réception en France dans son lien au réformisme jusqu’en 1914. Il est issu d’un travail de Master sous la direction de Marc Lazar qui, la préfaçant, souligne l’intérêt d’une étude et attire l’attention sur l’échec de la greffe révisionniste en France, malgré la sensibilité réformiste d’Albert Thomas (p. 9). Pour Emmanuel Jousse, il s’agit de contribuer à l’analyse du modèle génétique du socialisme français dans son lien à la crise ouverte par Bernstein. On le voit, son travail se cale dans la filiation intellectuelle des Sciences politiques, illustrée sur le front de l’histoire du socialisme par la synthèse fondatrice d’Alain Bergounioux et Gérard Grunberg (L’ambition et le remords, Fayard, 2005) ; front sur lequel se déploient les élèves de Marc Lazar puisque le travail d’Emmanuel Jousse complète, pour son directeur, la thèse de Romain Ducoulombier sur le premier communisme français (1917-1925).

2L’hypothèse soutenue – d’Edouard Bernstein à Albert Thomas– prend appui sur les travaux de Michel Espagne notamment autour du concept de transfert culturel. Dans un premier temps, l’analyse questionne en regard du SPD les propositions de Bernstein, révisionniste contre l’orthodoxie sclérosante du parti. L’exposition des temps de la querelle, close par le Canossa de Bernstein en 1904, montre que les propositions de ce dernier furent systématiquement déformées par les commentaires du centre et de l’extrême gauche du SPD (Rosa Luxembourg notamment) : la phrase, extraite de son contexte, « pour moi le but final du socialisme n’est rien, le mouvement est tout » s’interprétant comme un adieu à la révolution. L’auteur revient alors à l’examen même des propositions de Bernstein, hors de leur contexte polémique, pour donner une définition du révisionnisme : « le révisionnisme peut donc se définir comme une entreprise visant à élargir le marxisme, donnant une interprétation plus ample de ses bases conceptuelles. […]. Le socialisme ne pourra donc être instauré à la suite d’une catastrophe historique. Ce qui implique la réalisation de la démocratie politique assimilée au socialisme, l’organisation économique par les coopératives de consommation qui doivent assurer une transition sans violence vers une société nouvelle. Plus qu’une critique du marxisme, il s’agit donc d’une mise en cause de l’orthodoxie du parti (allemand, nda) » (p. 99). Soit. Au terme de cette définition, Emmanuel Jousse rentre dans le vif de son sujet, s’intéressant au transfert en France du révisionnisme : c’est la chronique d’un échec qu’il entend conter. Les divisions du socialisme français forment le cadre de ce transfert. Trois arguments rendent compte pour l’auteur de l’échec de ce transfert. D’une part, l’accusation de révisionnisme est une arme dans les luttes entre socialistes. Employée notamment par les guesdistes, elle permet de contrer celui qui s’oppose à l’orthodoxie marxiste à l’aune de laquelle l’unité des socialistes français– imposée par la IIe Internationale – s’étalonne jusqu’en 1908 et à la synthèse jaurésienne. En outre, le révisionnisme, au moment où il est connu en France, se confond avec le millerandisme : ici, la participation ministérielle s’entend également comme un adieu à la révolution, adieu refusé par les socialistes français. De surcroît, le contexte de l’Affaire Dreyfus, qui pose la question républicaine aux socialistes, leur fait mesurer leurs différences avec les propositions de Bernstein déployées dans l’espace politique de la social-démocratie sous le IIe Reich. Pour être transféré dans un cadre français, le révisionnisme doit se traduire dans les réalités françaises. Du révisionnisme au réformisme donc. Ce glissement forme la trame du troisième temps de l’analyse. Emmanuel Jousse scrute là le socialisme normalien, vecteur privilégié à ses yeux de ce travail de traduction. On reconnaît dans ses analyses l’empreinte fondatrice des travaux de Christophe Prochasson. A une première génération socialiste à l’école Normale (Herr, Andler notamment), peu encline à travailler Bernstein, succède une seconde génération symbolisée par Albert Thomas et son réseau (autour de la Revue syndicaliste notamment), où les propositions d’Edouard Bernstein sont commentées, utilisées pour l’action politique, comme pour penser le rapport des socialistes au pouvoir, à l’économie. La guerre de 1914 vaut expérience et clôture pour ce réformisme porté par Albert Thomas.

3Telle quelle, la démonstration de Jousse intéresse mais questionne. Elle glisse d’une définition précise du révisionnisme tirée des textes de Bernstein, hors leur réception polémique, à la question du réformisme mot valise du vocabulaire politique des gauches françaises. La part n’est pas égale dans ce jeu. Le révisionnisme se comprend dans la référence à l’orthodoxie marxiste du SPD. Précisément cette orthodoxie manque au socialisme français : elle peut, à la suite des travaux de Claude Willard, se comprendre dans la référence au guesdisme, mais c’est là négliger les autres composantes du socialisme français, pourtant convoquées dans la suite de l’analyse. Faute d’une description précise de ce que serait cette orthodoxie dans le socialisme français – de la désunion à l’unité – la démonstration tourne court : comment jauger un transfert quand l’une des mesures souffre d’imprécision, le révisionnisme se subsumant alors de manière évanescente dans le réformisme ? De facto, et à lire Emmanuel Jousse à la suite des analyses de Christophe Prochasson, Christophe Charle, sur les intellectuels et le socialisme (milieu finalement d’une étude qui oscille entre l’histoire des idées et l’histoire des intellectuels), c’est autour de la question sociale qu’il faut soupeser la réception de l’influence de thèses d’Edouard Bernstein. Le terme n’apparaît pas sous la plume d’Emmanuel Jousse mais ordonne le jeu des revues analysées. Autour de la question sociale, la sociologie durkheimienne se constitue en discipline, sans couper les ponts avec un engagement socialiste ou solidariste (ce dernier absent des attentes d’Emmanuel Jousse). Cette construction disciplinaire se comprend également dans la mise en abyme de la scientificité du socialisme, de sa discussion du marxisme : il y a là toute l’équivoque du réseau normalien que l’on pourrait étendre également aux colonnes du Mouvement socialiste, absentes de la recension. La démonstration de l’auteur, construite sous les auspices d’une histoire des idées politiques, peine – malgré de salutaires déclarations de principes – à étreindre le jeu des revues, dans la matérialité de leur discours (l’article, le compte rendu, la recension critique) comme dans le jeu des réseaux : la correspondance, souvent citée, n’est pas seulement le heurt des idées mais aussi, comme le démontrait Christophe Prochasson, un jeu où les concepts s’incarnent dans une scène qui n’est jamais intime. Pour faire court, si le glissement du révisionnisme au réformisme fait sens, c’est dans un champ français du réformisme où s’expriment des possibles, des positions et des situations entre socialisme et discipline universitaire qu’il faut l’entendre. Rabattre ce débat sur le seul ciel des idées tait ce que réclame la notion de transfert culturel : une attention portée à l’épaisseur sociale des configurations et des passeurs, le souci de questionner l’axiomatique tradutorre/traditorre dans tout ce qu’elle suppose de stratégies politiques et sociales. Il y a là une place pour la mésentente (Rancière) que l’auteur efface sous le seul angle de l’échec. C’est pourtant l’un des possibles de la notion de transfert.

4Bien coupé, mal cousu donc. En soi, l’ouvrage interpelle, mérite que l’on s’y attarde pour ce qu’il expose d’une question historique à tort marginale. Réviser le marxisme, le titre vaut symptôme d’un retour à l’histoire du socialisme français tramé par le bilan du communisme sur son siècle. La relecture, soutenue collectivement par les étudiants de Marc Lazar, revient sur la scène inaugurale dressée par les travaux d’Annie Kriegel sur les origines du communisme français (1964) : la SFIO (re)devient un terrain d’étude. On peut regretter dès lors des choix où la dimension sociale, notamment dans les phénomènes de passage, d’acculturation et de transmission, est trop souvent rabattue sous le seul angle biographique, sinon simplement absente ; des choix également prisonniers d’une vulgate, celle du couple réformisme/révolution qui voit dans Albert Thomas durant la Grande Guerre le seul porteur de conceptions réformistes dans l’état, alors même que la Grande Guerre fut, pour tous les socialistes tenants de l’Union sacrée, le banc d’essai de solutions naguère préconisées dans les tableaux de la civilisation socialiste à venir, dans la considération du phénomène coopératif. Ce sont là les flèches que l’on adresse à un premier travail. Son sel tient dans les discussions qu’il devrait susciter ; son miel dans ce qu’il appelle : un réexamen de la question du marxisme à la Belle époque, sous les auspices du transfert culturel, de la question sociale, de l’unité socialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/338

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page