Navigation – Plan du site
DÉBATS

Simona Cerutti, Étrangers. Étude d'une condition d'incertitude dans une société d'Ancien Régime

Paris, Bayard, 2012, 302 p.
Sébastien Jahan
p. 171-179

Entrées d’index

Géographie :

Italie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Simona Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d'un langage corporatif (Turin, XVIIe-XVIIIe siè (...)

1Dans un remarquable ouvrage1, inspiré par les méthodes à l'époque novatrice de la microstoria, Simona Cerutti avait déjà eu l'occasion d'attirer l'attention sur les effets déformants d'une analyse des sociétés d'Ancien Régime, saisies à travers le prisme de catégories construites a posteriori, sans lien avec les usages et les représentations de l'époque observée. Il s'agit, cette fois encore, pour l'historienne « d'organiser la recherche autour des catégories utilisées par les contemporains et de se laisser conduire, autant que possible, par les sources dans l'identification des terrains d'analyse pertinents ». (p. 10) Simona Cerutti s'est donc à nouveau plongée dans les archives du XVIIIe siècle turinois, un de ses espaces d'investigation favori, pour interroger la notion « d'étranger ». Celle-ci ne s'applique pas ici nécessairement à des hommes ou à des femmes originaires d'un autre pays, contrairement - note malicieusement l'auteure – à ce que de nombreuses études récemment publiées auraient tendance à admettre « sans discussion préalable ». Ainsi, l'étranger croisé dans cet ouvrage n'est pas « l'Autre ». La condition d'extranéité n'aurait même rien à voir avec l'altérité, cet état propre à une frange marginale des populations urbaines qui témoignerait « de différences irréductibles, à l'origine de la peur et de la suspicion » (p. 295). Elle interroge plutôt, nous dit Simona Cerutti, « l'incertitude et le changement » et, à ce titre, embrasse des expériences qui peuvent concerner « tous et chacun », y compris les bourgeois les plus ancrés dans l'autochtonie.

2Les quatre chapitres du livre sont censés venir à l'appui de ce postulat et de cette exigence de complexification, en illustrant les différents contextes où s'expérimenterait cette condition (l'hérédité, la propriété, le corps de métier, la justice). Toutes ces circonstances possèdent en partage, selon l'auteure, un défaut d'insertion, permanent ou temporaire, volontaire ou imposé, aux tissus sociaux, aux réseaux stables de relations qui donnent accès à certaines ressources emblématiques de la citoyenneté urbaine. Être étranger serait donc avant tout souffrir d'un déficit d'appartenance, et ce indépendamment du lieu de naissance ou de la provenance territoriale.

De la naturalité et de sa précarité

3Articulé autour des questions de l'aubaine et de la naturalisation, le premier chapitre vise à démontrer que la lettre de naturalité n'est pas une étape nécessaire dans le parcours d'intégration à un État. Simona Cerutti s'appuie notamment sur la faible quantité d'attributions de cette faveur par les souverains savoyards (une centaine sur deux siècles), bien moins évidemment que le nombre réel d'étrangers qui ont pu peupler alors leur capitale. L'historienne y voit le signe que les chemins de la reconnaissance ne passent pas par les institutions centrales. L'exercice parcimonieux du droit d'aubaine en fournirait d'ailleurs une autre illustration, le fisc se substituant rarement à l'héritier d'un étranger décédé en situation d'aubain, sauf lorsqu'il y a lieu de satisfaire des créanciers ou que le défunt n'a pas de famille. Il ne s'agirait donc pas, par la lettre de naturalité, d'exprimer un monopole étatique d'attribution de la nationalité, ni davantage, par l'aubaine, de tenter de punir ceux qui viennent d'ailleurs.

  • 2 Jean-François Dubost, Peter Sahlins, Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés (...)

4L'auteure en déduit que l'état d'étranger s'applique à celui qui n'est pas inscrit dans une chaîne de succession et conclut, de manière sybilline, que « l'aubaine parle de la propriété et de la transmission ; non pas de l'exclusion préconçue de la communauté de ceux qui étaient nés ou habitaient » hors des États (p. 64). On comprend, toutefois, que Simona Cerutti cherche à placer ici son premier coin dans cette catégorie conventionnelle d'étranger, qu'elle s'emploie à fissurer pour mieux la reconsidérer : l'étranger, perçu à travers l'exercice du droit d'aubaine, est effectivement moins celui qui n'a pas d'ancêtres dans le lieu où il s'installe que celui qui y meurt sans descendance ! L'exercice, à ce stade, n'emporte malgré tout pas spontanément l'adhésion, au moins dans les détails. S’il n'est pas difficile de la suivre lorsque Simona Cerutti affirme qu'une lettre de naturalité ne vaut pas forcément reconnaissance sociale d'une intégration, sa tentative de généralisation de l'exemple turinois à la situation française reste peu convaincante, faute d'un apport d'éléments probants. Il nous semble, au contraire, qu'en France nombre de parcours d'étrangers témoignent de cette crucialité de la naturalisation dans les processus d'intégration, spécialement il est vrai lorsqu'il s'agit d'aristocrates désireux de faire valoir leurs privilèges dans leur pays d'accueil, ou encore de notables qui cherchent à se garantir un accès à l'office, pour eux ou leurs enfants non régnicoles. Quant à l'usage que l'État fait de l'aubaine, les exemples d'une instrumentalisation en sont nombreux, de la fameuse taxe de 1697 étudiée par Peter Salhins et Jean-François Dubost2, aux discussions sur l'abolition de ce droit lors des tractations diplomatiques. Ce n'est certes pas le fait d'être étranger que l'on punit par l'application stricte de l'aubaine, mais celui plutôt d'appartenir à une nation ennemie, tout particulièrement en temps de guerre ou de tensions. À ce titre, cet ancien droit féodal devenu régalien demeure un outil de contrôle sur les populations, ce que concède d'ailleurs Simona Cerutti lorsque, dans le deuxième chapitre, elle évoque la suspension de la loi d'aubaine pour attirer les marchands étrangers en 1702 (p. 92-93) ou encore son application plus systématique à l'égard des protestants français ou suisses durant la phase de rapprochement du royaume sarde et de l'Église romaine (p. 132).

5L'auteure, soucieuse de débusquer dans leur finesse et leur subtilité les stratégies individuelles et collectives d'accès aux ressources sociales d'un espace, en arrive à minimiser quelque peu les contraintes étatiques sur les individus, comme d'ailleurs à douter que la reconnaissance officielle d'un statut de régnicole puisse avoir un véritable impact dans leur parcours d'intégration. On admettra sans peine que la force juridique de la lettre de naturalité est le plus souvent faible, ne protégeant pas nécessairement ses bénéficiaires, comme le montrent une nouvelle fois la taxation de 1697, qui frappait des personnes présentes en France depuis trois générations, ou encore les mesures d'expulsion affectant des Irlandais catholiques et régnicoles durant la Guerre de Sept Ans. Mais cette précarité de la naturalisation nous incite plutôt à revenir à la catégorie classique d'étranger pour mesurer à quel point, y compris dans le champ institutionnel de l'Ancien Régime, le préjugé lié aux origines peut prévaloir sur le droit.

La résurgence des origines

6Le deuxième chapitre suscite tout autant de questions et moins de scepticisme. Il reprend la méthode de l'étude de cas, éprouvée en micro-analyse, pour mesurer le rôle de la religion, mais aussi et surtout de la propriété, du crédit, et des libéralités dans les processus d'insertion sociale et d'accès à la « citoyenneté ». L'auteure nous parle d'un certain Girolamo Motta, tailleur de son état, qui fut même placé à la tête de sa corporation au tout début du XVIIIe siècle. La particularité de ce personnage est qu'il s'affiche dans la documentation comme « turc d'Anatolie », dénomination qui – ainsi que le postule Simona Cerutti, non sans quelque vraisemblance - trahit le musulman converti. Des conditions, de l'ancienneté, du lieu de cette éventuelle conversion au catholicisme, on ignore malheureusement tout. De la même façon, il n'est pas facile de comprendre comment Motta a pu parvenir à ce niveau de réussite. L'auteure y voit la marque de la protection du prince Eugène (1663-1736), esprit cosmopolite et ouvert à la discussion œcuménique. Cela expliquerait en effet la promotion de Motta, qui fut son tailleur personnel, sans nous aider néanmoins à élucider les raisons de l'installation de ce sujet ottoman à Turin dans les années 1660, à une époque où le brillant stratège savoyard était encore un enfant, protégé du roi de France.

7Ces lacunes biographiques importantes ne nuisent pourtant pas à la portée générale de la démonstration. Naturalisé en 1699, Girolamo Motta tient surtout sa position avantageuse de sa capacité à manipuler l'argent et à le faire circuler. Par ses créances sur de nombreux marchands turinois, mais aussi par ses dons en faveur d'institutions charitables (l'hôpital de la Charité), le tailleur se crée un réseau social et un ancrage que ne lui offre pas une propriété foncière et immobilière peu accessible aux étrangers. Il est donc légitime de parler d'un couronnement de son parcours ascensionnel lorsque, en 1717, Motta parvient à acquérir une maison en ville et un vignoble à Castiglione. Dès lors, ce n’est pas la propriété qui ouvre les portes de la citoyenneté, mais bien plutôt la réussite d'une intégration qui se formalise dans l'acquisition immobilière. L'achat d'une maison est « à la fois la preuve et le symbole de la stabilité et du partage des intérêts à l'intérieur de l'espace urbain » (p. 112). Le raisonnement conforte l'idée soutenue dans le premier chapitre d'une intégration qui ne se fait pas sur la base d'opérations simples et « mécaniques » (la naturalisation ou l'accès à la propriété) mais dans la durée d'une patiente insinuation, en l'espèce par le crédit, des réseaux stables et influents de la ville.

8On se demanderait presque pourquoi Simona Cerutti a intitulé ce chapitre «Étranger à la communauté des fidèles», les supposés antécédents islamiques de Motta semblant bien anodins à ce point de son parcours. L'auteure nous y ramène néanmoins à la faveur de l'ultime testament du tailleur, dicté en 1724. Dans ce document, elle s'étonne de la disparition de toute mention de ses origines. Il pourrait certes s'agir d'un signe supplémentaire de cette intégration, tellement aboutie qu'elle en vient à occulter le point de départ. À cette hypothèse, Simona Cerutti, préfère néanmoins celle d'une « occultation des origines et donc d'une dramatisation de ces dernières ». L'analyse très fine du contexte turinois lui permet une brillante démonstration qui range, selon moi, ce chapitre parmi les plus belles illustrations de la microstoria et de ses potentialités heuristiques. Dans les États savoyards des années 1720 règne, en effet, une atmosphère de suspicion à l'égard de tout ce qui n'est pas catholique (institution des ghettos juifs en 1723, expulsion des calvinistes entre 1722 et 1724). En outre, les tailleurs et marchands de tissus étrangers étaient alors spécialement visés par les fabricants locaux qui, les accusant de contrôler le marché de la soie, finirent par imposer au royaume sarde un ferme protectionnisme (interdiction de la libre circulation des tissus en soie, mais aussi en laine et coton). Le fisc saisit ces années-là les biens des étrangers, spécialement des calvinistes, dans le cadre de la loi d'aubaine, et ce malgré l'ancienneté de leur présence. L'assimilation entre l'appartenance à la religion réformée et l'extranéité au cours de cette décennie a notamment permis aux marchands locaux de se défaire de la concurrence encombrante de la communauté genevoise.

9Ce contexte particulièrement ostracisant donne la mesure des limites à l'itinéraire d'intégration et justifie les « parcours karstiques » de l'identité, tantôt souterraine, tantôt résurgente, de Girolamo Motta. Les origines d'un individu peuvent être ainsi « ré-activées à tout moment », indépendamment des serments, de la conversion, des signes d'adhésion, de l'argent, du prestige et des protections. Simona Cerutti y lit la confirmation d'une religion qui reste « un des critères les plus solides de définition de la citoyenneté dans les pays d'Europe occidentale ». Peut-être. Quoique l'on sache bien que ce critère tient souvent du prétexte, s'effaçant notamment chaque fois que les intérêts économiques ou diplomatiques le commandent (il suffit de voir la place privilégiée des Anglais et des Hollandais par rapport aux Français, dans la Lisbonne pourtant catholique et inquisitoriale du XVIIIe siècle). Mais l'importance accordée à la religion musulmane, dont on ignore même si Motta l'a un jour pratiquée, affaiblit l'autre enseignement de cette étude de cas qui nous renvoie bien, à travers sa dimension potentiellement menaçante, à la prégnance de la référence aux origines étrangères et lointaines.

Les pesanteurs de la mobilité

10Le troisième chapitre amène sur le devant de la scène le monde des corps de métier turinois. Simona Cerutti s'interroge sur l'attitude ambivalente des corporations à l'égard des étrangers, soulignant à juste titre à quel point les premières sont trop rapidement accusées de vouloir protéger leurs membres autochtones, en déployant une agressivité systématique à l'égard des seconds. C'est oublier un peu vite, nous dit-elle, que les métiers urbains encourageaient souvent les migrations, en particulier lorsqu'une main-d’œuvre renouvelée était nécessaire pour faire face aux envolées de la demande. Au sein de ces institutions, certains personnages jouaient même un rôle important dans l'intégration et la stabilisation des travailleurs étrangers. Le massaro (trésorier) répartissait ainsi les compagnons, quelle que soit leur origine, dans les ateliers moyennant une rémunération, tandis que le bidello (bedeau) assurait des collectes hebdomadaires destinées à supporter la charge de compagnons inactifs, parmi lesquels un certain nombre d'étrangers « qui ne savent où aller ». Il s'agissait donc avant tout de contrôler et « d'apprivoiser la mobilité », bien plus que de la réprimer.

11Cette ambivalence de la condition d'étranger face au travail se retrouve aussi dans la revendication de la mobilité comme droit fondamental qui distinguerait le travailleur libre du salarié asservi à la contrainte patronale. Il n'empêche que les exemples étudiés par l'auteure, à partir d'un corpus de suppliques adressées aux souverains savoyards par des artisans souhaitant exercer leur métier, nous présentent moins les licences qu'offrirait la condition d'étranger que les servitudes. Le cas de Bartolomeo Chiarmet est ainsi emblématique. En 1758, ce cordonnier de 49 ans, natif de Poitiers, fils d'un maître du même état, installé dans la capitale piémontaise depuis 19 ans, n'a toujours pas pu accéder à la maîtrise et doit recourir à un prête-nom, Bernardo Bigano, qu'il rétribue pour pouvoir exercer son activité. La pratique est fréquente et aboutit, nous dit l'auteure, à renverser la hiérarchie économique, les prête-noms locaux étant généralement plus jeunes et moins aisés que leurs « protégés ».

12Ce qui s'affirme ici, c'est donc bien le « primat de l'appartenance locale ». La richesse ne domine pas la stratification interne à l'atelier, pas plus que le savoir-faire ne confère le droit d'exercer un métier. Dans ces pages fort stimulantes, Simona Cerutti nous démontre que la compétence professionnelle n'est pas à Turin une qualité personnelle mais « un savoir local » : il s'agit par exemple de pouvoir distinguer les matières premières produites sur place ou encore d'être capable de mesurer l'état des relations entre groupes, individus et institution. Posséder un savoir-faire serait donc d'abord maîtriser cette pratique relationnelle. De fait, l'étranger se trouve aisément et de facto en situation d'exclusion, l'auteure soulignant de surcroît que l'accès au chef-d’œuvre est limité et plus coûteux pour lui que pour l'autochtone. « On accède au travail lorsqu'on échappe à la condition d'étranger dépourvu d'enracinement et de ressources locales » (p. 217). Il en va de la pratique du métier, comme de la propriété ou de la naturalité : elle n'est pas, martèle l'auteure, la condition de la citoyenneté, mais bien la preuve que l'on possède ce droit.

Une justice à deux vitesses

13Dans un dernier chapitre, assez surprenant, Simona Cerutti s'interroge sur la catégorie juridique de « misérables ». Dans la pratique des tribunaux civils turinois, les misérables désignent tous ceux qui ne sont pas « inscrits dans un réseau stable de relations sociales » et qui ne jouissent pas d'une personnalité juridique complète. On y trouve donc, pêle-mêle, les « étrangers, pauvres, veuves, mineurs, orphelins, paysans, soldats, salariés, pélerins, marchands ». Cette définition large de la misère ne serait pas contredite par ceux qui la définissent aujourd'hui autant par l'absence de ressources pécuniaires que par la privation de droits et l'isolement social. Elle conduit toutefois Simona Cerutti à opérer une étrange confusion lexicale en suggérant (p. 242) que l'extranéité peut prendre tous ces visages, du mineur à la veuve en passant par l'orphelin. Cette synecdoque (la partie pour le tout), difficilement justifiable, semble ici au service du postulat de départ qui tend obstinément à vouloir détacher l'extranéité de la provenance géographique, alors que ce qui serait en jeu ici n'est finalement que la parenté de la condition d'étranger avec celle d'autres situations de vulnérabilité sociale, parfois plus provisoires.

14Il reste que cette catégorie de misérables bénéficiait devant les tribunaux piémontais d'une procédure simplifiée, également répandue ailleurs en Italie et qui a visiblement concerné surtout les marchands itinérants. Simona Cerutti a étudié 500 affaires de ce type, jugées au Consulat entre 1705 et 1723. À côté de la procédure ordinaire, il en existait donc une sommaire, abrégée, peu coûteuse, sans minutes et sans avocats, appuyée sur un système de preuves privilégiant les traces écrites et le serment, au détriment du témoignage. Une justice à deux vitesses, en quelque sorte : l'une, rapide, pour les marchands, les mineurs, les étrangers, etc., l'autre, plus étoffée, réservée aux Turinois jouissant de leur pleine citoyenneté. Selon Simona Cerutti, la version allégée attribuait au marchand sans attache une responsabilité juridique individuelle, cohérente avec son absence d'inscription dans un contexte local. À l'inverse, ceux qui jouissaient d'une telle assise voyaient, dans le cadre de la procédure ordinaire, leur responsabilité souvent diluée et le poids des peines modulé, en fonction de la profondeur et de la densité de leurs réseaux. L'historienne ne cache pas une certaine fascination pour la justice « supralocale » des marchands qui suspendrait la protection des relations sociales si elle était appliquée à tous. Fondée sur un principe formel d'équité, elle connut d'ailleurs un réel succès au début du XVIIIe siècle, lorsque des réformateurs italiens, à l'instar de Ludovico Antonio Muratori (1672-1750) avaient souhaité la substituer à la procédure ordinaire. De puissants groupes de pression (les avocats notamment) mirent finalement à mal le projet qui, après 1750, fut définitivement oublié. Le débat péninsulaire eut néanmoins, nous dit Simona Cerutti, des échos en France, perceptibles par exemple dans le rôle de modèle que les juridictions consulaires - où cette procédure sommaire était en vigueur – tinrent lors des débats révolutionnaires sur l'établissement d'une justice équitable. Les bourses de commerce mettaient alors en scène un idéal cosmopolite, nourrissant égalitarisme et humanitarisme, et définissant une communauté d'individus créée autour du négoce, « une société d'égaux » ayant conscience d'appartenir davantage au genre humain qu'au pays où ils étaient nés. C'était là, d'après l'auteure, l'idéal de justice d'un Voltaire, attaché à pourfendre les privilèges dont jouissaient ceux pouvant revendiquer des racines locales et mobiliser parentèles et clientèles. Celui aussi de Montesquieu plaidant pour le respect des particularismes juridiques contre l'unification du droit (p. 277-278).

15De fait, on comprend pourquoi cette voie n'est pas empruntée par les révolutionnaires français, qui lui préférèrent l'universalisme de l'article 6 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (« la loi doit être la même pour tous »), à savoir ce que Simona Cerutti nomme « la prétendue abolition velléitaire et inaboutie des différences ». C'est la défaite, nous dit-elle, d'un modèle de société dans lequel « pour être égaux, il fallait se faire étrangers ». On aimerait en savoir un peu plus sur les raisons qui poussent l'auteure à préférer – formulation ô combien ambiguë - « la suspension délibérée » des privilèges à leur abolition, ou encore Montesquieu à Grégoire. L'idée - du moins, espérons-le – n'est apparemment pas ici de fuir une certaine radicalité mais bien plutôt de parfaire l'égalité dans le respect des différences. La résonance de cette controverse ancienne dans le débat contemporain sur les masques « égalitaires » de la discrimination et de l'acculturation brutale (étouffement des langues régionales, intransigeance laïque, assimilationnisme néo-colonial dans les DOM) n'en serait alors que plus audible et pourrait s'étendre à la critique de cette culture de la suprématie occidentale parfois inconsciemment véhiculée dans le discours révolutionnaire.

16La lecture de ce texte foisonnant nous dévie finalement des routes que Simona Cerutti voudrait apparemment nous voir emprunter. Car la conclusion, en nous rappelant l'objectif du livre (la condition de l'étranger comme « condition d'incertitude », « présente à l'horizon de tout habitant de la ville »), laisse une saveur d'inabouti. On a certes compris que tout un chacun pouvait faire l'expérience de cette vulnérabilité propre à l'étranger, à l'occasion d'une déchéance, d'une mobilité ou d'une faille dans la transmission d'un bien, d'un lien ou d'un statut. Mais est-ce pour autant que la catégorie de l'étranger perçu comme « celui qui vient d'ailleurs » devrait perdre sa pertinence analytique, comme l'auteure nous y invitait en préambule ? Tout au contraire, le parcours que nous avons suivi avec elle nous amène à renforcer la conviction d'une telle pertinence, l'étranger se distinguant de l'autochtone par une forme de vulnérabilité spécifique et pérenne, et ce quand bien même le droit, la propriété, le savoir-faire, l'aisance, voire plusieurs générations d'enracinement, lui permettraient de faire oublier son statut initial. On reste d'ailleurs perplexe face à un texte qui assure que la peur de l'étranger est d'abord « la crainte diffuse d'une chute sociale » (p. 295), pour mieux faire oublier, sans doute, l'absence stupéfiante (mais, du coup, cohérente) dans l'analyse de toute prise en compte de la xénophobie... Au final, à rebours de la thèse de l'auteure et après avoir lu ces 300 pages passionnantes, l'étranger demeure bien pour nous cet « Autre venu d'ailleurs», sans cesse rattrapé par sa condition !

Haut de page

Notes

1 Simona Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d'un langage corporatif (Turin, XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, EHESS, 1990.

2 Jean-François Dubost, Peter Sahlins, Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Paris, Flammarion, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jahan, « Simona Cerutti, Étrangers. Étude d'une condition d'incertitude dans une société d'Ancien Régime », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 122 | 2014, 171-179.

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Simona Cerutti, Étrangers. Étude d'une condition d'incertitude dans une société d'Ancien Régime », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3372

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page