Navigation – Plan du site
CHANTIERS

La réception en France du lyssenkisme, les scientifiques communistes français et la conceptualisation de la « science prolétarienne » (1948-1956)

Deniz Uztopal
p. 121-141

Résumé

Alors que les idées de Lyssenko sont discutées et contestées dès les années 1930, ce qui sera connu dans le monde comme « l’affaire Lyssenko » éclate en août 1948. Elle devient très vite le véritable premier affrontement idéologique international entre les deux blocs antagonistes. De nombreux scientifiques, de part et d’autre, dont personne alors ne conteste la probité et le sérieux scientifique, sont entraînés dans une bataille sur la conception de la science. Les enjeux politiques de la Guerre froide perturbent ces débats et très vite les responsables du PCF seront contraints de défendre politiquement cette conception des sciences, provoquant un malaise important chez les scientifiques membres du parti.

Haut de page

Texte intégral

La pierre de touche de l’internationalisme véritable, c’est l’attitude à l’égard de l’Union soviétique.
Laurent Casanova

  • 1 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat : Deniz Uztopal, Histoire sociale de la (...)
  • 2 Amy Dahan et Dominique Pestre (dir.), Les sciences pour la guerre (1940-1960), Paris, Éditions de l (...)

1Au lendemain de la guerre, le PCF connaît une audience intellectuelle remarquable. Des intellectuels, artistes et scientifiques de renommée mondiale tels que Paul Langevin, Frédéric Joliot-Curie, Pablo Picasso et Paul Éluard adhèrent au PCF pendant la guerre ou immédiatement après. Ces intellectuels et scientifiques vont cependant vite se retrouver tous au cœur d'une lutte idéologique et pris dans des enjeux politiques qui vont peser dans les discussions sur la science1. En effet, la science est au centre d’une guerre idéologique, politique et militaire entre le bloc communiste et l’Occident2. Bien qu’elle ne soit pas la seule, loin s’en faut, l’affaire Lyssenko est la plus connue de ces controverses. Institutionnalisée à partir de 1948 dans le souci d'optimiser la guerre scientifique et de mener une offensive idéologique contre l’Occident et ses influences en URSS, cette conception soviétique de la biologie provoquera une controverse interne au monde communiste, particulièrement en France. Très vite, face aux ripostes de la communauté savante et surtout aux contestations de nombreux scientifiques communistes, cette offensive est contrainte de se repositionner sur des bases défensives. En raison des défections des biologistes communistes, les responsables de la lutte idéologique communiste en France tentent de défendre le lyssenkisme politiquement, à défaut de pouvoir le faire scientifiquement, et somment les scientifiques communistes de défendre l’URSS. Selon cette conception, un scientifique communiste réticent à l’égard du lyssenkisme peut ne pas acquiescer à tout son contenu scientifique, mais devenir communiste nécessite une fidélité à l’égard de l’URSS. Le concept de « science prolétarienne » théorise cette solidarité et accule tous les scientifiques communistes français à se positionner politiquement pour la cause de l’URSS.

2Conceptualisé dans ces besoins très particuliers en février 1949, cette théorie de la « science prolétarienne » absconse, non seulement ne facilite pas la défense du lyssenkisme, contrairement aux attentes de la direction du PCF, mais bien au contraire provoque un malaise permanent dans la communauté scientifique communiste française. L’effort philosophique intense et diligent d’un petit groupe d'intellectuels, dont les plus représentatifs sont Jean-Toussaint Desanti, Francis Cohen, Gérard Vassails et Jean Kanapa, afin de trouver des arguments théoriques et idéologiques pour promouvoir le lyssenkisme et consolider en même temps les bases politiques de la « science prolétarienne », n’a fait que progressivement accentuer ce malaise et provoquer chez bon nombre de scientifiques les prémices d’une crise de conscience qui éclatera vers 1955.

3Cependant, les itinéraires contradictoires et parallèles du lyssenkisme et du concept de « science prolétarienne » prouvent qu’il n’est historiquement pas pertinent d’assimiler ces deux concepts. Dans cet article, nous allons d’abord analyser l’accueil du lyssenkisme en France, aussi bien par les scientifiques que par la direction du PCF, et comment cette affaire devient rapidement un enjeu de lutte idéologique entre les deux blocs. Pour constater à quel point cet accueil est résolument politique dans ce contexte d’un début de guerre idéologique, il convient succinctement de voir comment le lyssenkisme avait été accueilli avant 1948. Dans un second temps, nous réfléchirons sur les raisons historiques pour lesquelles il n’est pas pertinent d’assimiler, comme on en a trop souvent l’habitude de faire, le lyssenkisme et le concept de « science prolétarienne ». Pour répondre à cette question, nous nous interrogerons sur les origines de cette vision dichotomique sociale de la science, et sur les raisons pour lesquelles la direction du PCF la conceptualise.

L’accueil du lyssenkisme en France

4En septembre 1948, l’accueil en France du lyssenkisme institutionnalisé est résolument politique, aussi bien pour les communistes que pour les non communistes ou anticommunistes. Afin d’appréhender à quel point celui-ci devient un enjeu de la Guerre froide et détermine les discussions idéologiques ultérieures, non seulement sur la science soviétique, mais aussi sur la société socialiste et surtout l’URSS, il faut pouvoir saisir à quel point le lyssenkisme se politise dans ce contexte exceptionnel où la vision manichéenne prédomine sur tout. Aussi, avant d’analyser l’accueil du lyssenkisme institutionnalisé, il convient de voir comment cette conception soviétique de la science est accueillie avant la Guerre froide.

La réception des travaux de Lyssenko avant 1948

  • 3 Voir notre thèse, particulièrement le chapitre 7.
  • 4 P.S. Pudson & R.H. Richens, The New Genetics in the Soviet Union, Cambridge, Imperial Bureau of Pla (...)
  • 5 Eric Ashby, Scientist In Russia, New York, Pelican books, 1947.
  • 6 Marcel Prenant, Biologie et Marxisme, Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1948. Cet ouvrage est ac (...)

5Les relations des intellectuels et scientifiques français avec l’URSS, et avec la science soviétique, suivent dans les décennies 1920 et 1930 les aléas de la diplomatie entre les deux pays. Elles s'améliorent ou se dégradent selon que les deux pays signent des traités ou montrent des hostilités. Cependant, l’analyse des revues scientifiques de la décennie 1930, et surtout les écrits des scientifiques qui entretiennent d'une façon ou d'une autre une relation avec l’URSS, démontre que le lyssenkisme n’est pas vraiment connu en France. Jusqu’en 1948, les seules références à Lyssenko, positives ou négatives, sont celles des spécialistes de la biologie soviétique. De surcroît, jusqu’à cette date, Lyssenko est bien loin d’être la référence par excellence en URSS. Il est autant présent dans la propagande soviétique que ses détracteurs, et de nombreux responsables du Parti soviétique tels que Jdanov (père et fils) sont peu favorables aux méthodes d’administration utilisées par l’agronome et le critiquent même ouvertement3. Enfin, en 1945 et 1948, très peu de savants, a fortiori biologistes, connaissent Lyssenko en Occident. Pour ne citer que les principaux ouvrages relatifs à la question publiés après la guerre, il est possible d’en référencer trois, dans lesquels des pages ou des chapitres sont consacrés à la biologie de Lyssenko. Dans un ouvrage intitulé The new genetics in the Soviet Union4, P.S. Hudson et R.H. Richens analysent et condamnent l’agronome soviétique. Le botaniste britannique Eric Ashby, dans son ouvrage sur les Scientist In Russia5, écrit après deux ans passés en URSS, qualifie le lyssenkisme « d’esprit moyenâgeux ». Enfin, le marxiste Marcel Prenant, dans son célèbre ouvrage Marxisme et Biologie6, publié à peine cinq mois avant l’éclatement de l’affaire, consacre plusieurs paragraphes à celui-ci.

  • 7 René Musset, « La vernalisation ou iarovisation », Annales de Géographie, année 1938, volume 47, n° (...)
  • 8 M. Iline, Les Montagnes et les hommes. Huit récits sur la transformation de la nature, traduit du r (...)

6Outre l’ouvrage essentiel du biologiste Marcel Prenant, rédigé juste quelques mois avant la fameuse session d’août 1948, nous avons trouvé en français deux autres références à l’œuvre de Lyssenko, avant que celui-ci ne devienne l’objet des passions et de luttes idéologiques internationales. Le premier texte est un compte rendu sur la question de la vernalisation rédigé par le géographe René Musset7. Le second est une traduction de nouvelles russes sur la transformation de la nature immédiatement après la guerre8. Ces trois textes, rédigés par un Soviétique, par un communiste biologiste français et un géographe reconnu par ses confrères pour ses recherches scientifiques, sont assez représentatifs de l’intérêt limité porté au lyssenkisme avant la guerre.

7L’exégèse de ces trois textes est importante à plus d’un titre. D’abord, contrairement à ceux publiés après 1948, ils ne sont pas imprégnés d’une certaine frénésie provoquée par les enjeux idéologiques et politiques de la Guerre froide. Ensuite, ils nous permettent de voir le niveau de connaissance qu’un lecteur français attentif peut avoir de la biologie lyssenkiste au moment où celle-ci endosse une fonction institutionnelle. Et enfin, écrits par un géographe non communiste, par un Soviétique vulgarisateur de science au moment où plusieurs écoles s’affrontent en URSS et enfin par un biologiste communiste responsable du PCF, ces trois sources permettent de saisir l’analyse de différents points de vue avant la Guerre froide.

  • 9 René Musset, art. cit., p. 87.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., p. 88.
  • 12 Ibid.

8René Musset, géographe à l’université de Rennes, publie une brève présentation de la pratique de vernalisation ou jarovisation dans les très fameuses Annales de géographie. Pour le géographe, cette pratique, alors très peu connue en France, est inventée « à l’Institut de production végétale d’Odessa par un savant russe, T. Lyssenko9 » et permet de raccourcir « la période végétative des plantes cultivées » par un procédé pratique : « On provoque la germination, par une humidification intense des graines, puis on détermine un arrêt de cette germination, le plus souvent par un abaissement prolongé, parfois une élévation de la température extérieure, enfin l’on sème ; l’humidité, la température, l’aération, la lumière aux différentes phases de l’opération et le temps nécessaire différent selon les plantes et les variétés de chaque plante10 ». Selon le géographe français, ce procédé permet de précipiter le développement et de rendre la fructification plus précoce. À la lecture de cet article, on peut constater que le géographe propose l’adoption de cette pratique en France aussi. Cependant, il précise que cette méthode, qui semble avoir fait ses preuves dans la pratique, est « encore au stade des essais de laboratoire », mais a permis néanmoins en Russie « un progrès des rendements des blés, par places jusqu’à un quintal par hectare11 » et peut-être de près de moitié pour le coton. En conclusion, l’auteur précise volontiers que « la pratique de la vernalisation est beaucoup plus avancée que la théorie » puisque toutes les idées de Lyssenko sont « discutées et contredites », mais la pratique, ayant prouvé ses résultats, se généralise de plus en plus. Et enfin, selon le géographe, « les pays froids et tempérés froids doivent tirer de grands avantages de la méthode12 ».

9Les deux sources suivantes que nous allons analyser émanent de communistes, mais ne sont pas marquées par la vision manichéenne de la Guerre froide.

  • 13 Évoquant à la page 111 le généticien américain Joseph Hermann Muller, l’auteur précise qu’il « trav (...)
  • 14 M. Iline, op. cit.
  • 15 Ibid., p. 77-98.
  • 16 Daniel J. Kevles, « Nicolai Vavilov, martyre russe de la génétique », La Recherche, n° 428, mars 20 (...)
  • 17 Ibid., p. 99-125.
  • 18 Ibid., p. 108-113.
  • 19 Ibid., p. 120-122.

10L’ouvrage de vulgarisation de l’auteur soviétique M. Iline, rédigé sans doute en 1933-193413, est traduit pour la première fois en France par Elsa Triolet en 194614. Il s’agit d’un ouvrage pour le moins éclectique, qui fait l’éloge aussi bien de Nicolai Vavilov, de la génétique classique, que de son opposant Lyssenko. En effet, le troisième récit intitulé « La Patrie du blé15 » présente élogieusement les travaux et les recherches du célèbre généticien Vavilov, alors qu’au moment de la publication en français celui-ci est déjà mort « de malnutrition en prison en janvier 194316 ». Le quatrième récit, intitulé « La création des plantes 17», est entièrement consacré aux travaux des généticiens qui seront également condamnés quelques années plus tard. De surcroît, l’élevage des mouches, alors qu’il est condamné par les lyssenkistes, de même que Muller, alors qu’il est expulsé du pays par Staline en 1937 pour ses vues eugénistes, sont élogieusement présentés18. Cependant, l’auteur propose dans le même chapitre une présentation élogieuse des travaux de Lyssenko19. Cet ouvrage de vulgarisation, traduit aux éditions du PCF à l’attention des militants pour montrer à quel point la science soviétique est au service de l’Homme, est parfaitement le fruit de son époque. En effet, alors que la lutte entre les généticiens et les lyssenkistes bat son plein, le lecteur français n’est informé que très laconiquement de ces deux écoles, mais la place accordée à l’agronome et la présentation strictement pratique de ses travaux laissent supposer une préférence de l’auteur pour la génétique classique.

  • 20 Marcel Prenant, op. cit., p. 192.

11Enfin, l’exégèse de l’ouvrage de Marcel Prenant, professeur à la Sorbonne et membre du Comité central du PCF, est particulièrement intéressante pour appréhender l’accueil de Lyssenko avant comme après la fameuse session d’août 1948. Publié en avril 1948, l’ouvrage est une réédition actualisée et augmentée de celui de 1935. Les chapitres qui diffèrent justement de l’édition précédente concernent « les problèmes de l’hérédité ». Selon Prenant, « la génétique, c'est-à-dire la science de l’hérédité, a fait d’énormes progrès depuis une quarantaine d’années, et ce chapitre, qui cherche à en résumer l’essentiel en 1948, diffère profondément de celui de 193520 ». En réalité, l’élément principal qui différencie cette sous-partie de l’édition précédente est justement le développement consacré à la lutte entre la génétique classique et Lyssenko en URSS.

  • 21 Ibid., p. 193.
  • 22 Ibid., p. 194.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., p. 195.
  • 25 Ibid.

12Selon Prenant, le pouvoir issu de la révolution de 1917 a fait confiance non seulement à la génétique appliquée, en créant près de Léningrad « un Institut de génétique appliquée sous la direction de N. Vavilov21 », mais aussi à Mitchourine en lui donnant « d’énormes moyens d’action22 ». Cependant, malgré ce soutien, la génétique, selon le biologiste communiste, n’apporte pas des résultats satisfaisants et « on avait eu de graves mécomptes, dont se plaignaient les usagers, agronomes et paysans23 ». Après la mort de Mitchourine, Lyssenko prend la tête de son école et « rend à l’agriculture d’inappréciables services par l’invention de la vernalisation24 ». S’appuyant sur ces bons résultats, Lyssenko prend la tête d’une campagne contre les généticiens classiques, et principalement contre Vavilov. Deux congrès successifs, où sont convoqués non seulement les savants de laboratoires, mais les usagers à tous les degrés, jusqu’à des représentants des kolkhozes, « débatt[ent] ces questions devant des milliers de participants et donn[ent] raison à Lyssenko25 ». C’est ainsi que les moyens accordés à la génétique classique sont réduits de façon notable.

  • 26 Ibid., p. 197.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

13Cependant, selon Prenant, l’étude de la génétique classique n’est pas interdite en URSS et « de nombreux savants comme Zhebrak », alors membre du Département d'Agit-prop, poursuivent leurs recherches sur une très grande échelle. Cette précision est importante, d’autant plus que Marcel Prenant critique ouvertement le lyssenkisme. En effet, selon lui, la vernalisation qui a fait ses preuves ne modifie en principe que le phénotype, c'est-à-dire l’ensemble des caractères observables, autrement dit « cela ne s’oppose en rien à la génétique classique ». Or Lyssenko prétend modifier l’hérédité, c'est-à-dire le génotype, par l’action du milieu. C’est sur cette question qu’il rencontre le plus d’incrédulité dans la communauté savante. Le biologiste français précise que l’agronome soviétique n’apporte pas d’argument scientifique pour corroborer ses hypothèses. Bien au contraire, « il faut reconnaître que les travaux de Lyssenko sont difficiles à comprendre et souvent d’expression peu nette. […] Il est vrai, là encore, que ces arguments d’ordre politique et philosophique sont donnés souvent par Lyssenko d’une façon qui heurtent nos habitudes26 ». Cependant, Prenant reconnaît que l’instrumentalisation de la génétique par « le racisme fasciste et conservateur » permet à Lyssenko de trouver un certain écho. Mais selon lui, « une saine interprétation des mêmes faits, à la lumière du matérialisme dialectique, permet d’écarter ces falsifications27 ». Cette phrase est lourde de signification. En effet, le biologiste français propose cette suggestion, car il ne partage pas le point de vue de Lyssenko, qui justement se revendique du matérialisme dialectique. Ce qui signifie que ce dernier ne peut monopoliser cette philosophie marxiste, et ce, malgré un recours « trop souvent à l’argument d’autorité en citant Marx, Engels, le matérialisme dialectique28 ». De surcroît, selon le biologiste communiste, certaines expressions utilisées par l’agronome, notamment lorsqu’il évoque l’ébranlement ou la consolidation de l’hérédité, ne sont vraiment pas d’un caractère scientifique et bien au contraire sont inquiétantes « même au point de vue matérialiste29 ».

14De ses analyses, Marcel Prenant conclut qu’il faut ne pas rejeter la pratique lyssenkiste, mais que « la génétique, dont les lois générales semblent incontestables », doit guider les travaux des savants matérialistes et marxistes. Cependant, l’institutionnalisation du lyssenkisme en URSS et son intronisation comme idéologie officielle en tant que fruit et objet de lutte de la Guerre froide vont complètement bouleverser les enjeux politiques de ces appréciations scientifiques.

La réception du lyssenkisme institutionnalisé après 1948

  • 30 Selon nous, cette institutionnalisation ne peut s’expliquer exclusivement par la prédominance idéol (...)
  • 31 Jean Champenois, « L’hérédité n’est pas commandée par de mystérieux facteurs – Le savant soviétique (...)
  • 32 Charles Dumas, « Retour au Moyen Âge », Le Populaire, 5-6 septembre 1948.
  • 33 Maurice Laval, « Mendel… ou Lyssenko – Depuis cent ans les sciences de l’hérédité ont-elles été bât (...)
  • 34 Maurice Laval, « Mendel… ou Lyssenko – “ On ne renverse pas une théorie scientifique comme on renve (...)
  • 35 René Tahon, « Nécrologie : Maurice Daumas (1910 – 1984), Revue d’histoire des sciences, tome 37, n° (...)
  • 36 Maurice Daumas, « Mendel… ou Lyssenko – Les débats de Moscou nous ramènent-ils au temps de Galilée  (...)

15Le lyssenkisme s’institutionnalise à Moscou avec le soutien de Staline lors de la session de l’Académie Lénine des sciences agricoles de l’URSS du 28 juillet au 7 août 194830. Alors que tous les journaux soviétiques relatent pendant plusieurs semaines ce congrès et ses conséquences, le premier article en français n’est publié dans la presse communiste que près de trois semaines plus tard31, preuve sans doute que Moscou n’avait pas prévu et planifié initialement une campagne internationale. Jean Champenois soutient dans son article que la victoire du lyssenkisme a porté un coup fatal aux théories antidarwiniennes, insinuant ainsi que la génétique classique n’est pas scientifique. Il s’agit d’un texte journalistique aux allures politiques et polémiques, dont manifestement l’objet surprend tout le monde. Personne ne s’attend alors à une telle offensive soviétique contre la génétique. La première réaction ne vient que onze jours plus tard dans le journal de la SFIO, Le Populaire. Charles Dumas, membre du Comité directeur de la SFIO, chef du service de politique étrangère du journal socialiste et par ailleurs avocat de profession, répond par un titre provocateur, mais très révélateur de la violence politique qui s’engage alors entre les représentants des deux principaux partis politiques de la gauche française. Pour le dirigeant socialiste, l’offensive lyssenkiste est en réalité une « tentative pour ramener l’esprit humain aux pires heures du Moyen Âge32 ». Cet article est suivi quelques jours plus tard, par celui publié dans le journal alors dirigé par Albert Camus. Maurice Laval, journaliste à Combat et diplômé de l’école d’Art, publie un article33 qui sera suivi les jours suivants par des interviews des scientifiques Jean Rostand, Marcel Prenant et Jacques Monod. La première, publiée le lendemain, est celle de Jean Rostand34. Le scientifique exprime ses doutes quant à la valeur scientifique des allégations de l’agronome soviétique et dénonce la politisation de la question qui peut aboutir à « un pugilat idéologique ». Pour lui, il est « ridicule de politiser les chromosomes ». Le lendemain, le quotidien dirigé par Camus publie une interview de Maurice Daumas, alors conservateur adjoint du Musée du Conservatoire national des Arts et des Métiers, attaché à la Fondation eugéniste Alexis Carrel, « devenue depuis l’Institut national de Démographie35 » et chimiste de formation. Celui-ci dénonce la conception lyssenkiste qui en revient à une science du Moyen-Âge36 :

  • 37 Ibid., p. 6.

16« C’est bien à l’époque de Galilée que nous ramènent les récents débats de Moscou. Avec eux reviennent les mêmes procédés d’intimidation, les mêmes arguments (à si peu près) pour compromettre les individus, la même partialité, le même absolutisme […]. Mais ceux qui l’ont déclenchée, à grands renforts de publicité, devraient se souvenir que, malgré la Congrégation, le système de Copernic a fini par triompher37 ».

  • 38 Georges Cogniot, « La science soviétique et les socialistes du Moyen-Âge », L’Humanité, 10 septembr (...)
  • 39 Stéphane Tirard, « Les biologistes et l’affaire Lyssenko à l’automne 1948 », Historiens & Géographe (...)

17Le même jour, L’Humanité riposte par la plume de Georges Cogniot, membre du Comité central. Pour celui-ci, ce n’est pas Lyssenko, mais bien les socialistes qui sont du Moyen-Âge38. En réalité cet article politique et polémique dénonce la SFIO et ne défend Lyssenko qu’à travers cette dénonciation. Quatre jours plus tard, Combat continue ses interviews. C’est au tour du scientifique communiste Marcel Prenant d’exprimer son point de vue sur le lyssenkisme. Le scientifique communiste s’était exprimé sur le sujet dans son ouvrage avant que l’affaire ne devienne un enjeu international entre les deux blocs. La tâche paraît alors ingrate et fastidieuse, mais le biologiste voit bien qu’il ne peut pas se dérober, d’autant plus qu’il sait que « sa parole compte pour l’image du parti39 », alors il tente de trouver une sorte de compromis. Pour lui, le lyssenkisme respecte « les principes de base de la génétique classique », mais dénonce les exagérations weismaniennes du mendélisme et du mutationnisme, d’autant plus que celui-ci « a pour corollaire immédiat une philosophie raciste ». Selon le biologiste communiste :

  • 40 Souligné par nous.
  • 41 Maurice Laval, « Mendel…ou Lyssenko – Selon le Pr Marcel Prenant, Lyssenko respecte les bases de la (...)

18« Mitchourine et Lyssenko disent avoir obtenu, par des tours de mains convenables, tels que les changements brutaux de température, la fixation héréditaire, en certains cas, de caractères préalablement acquis sous l’influence du milieu, et par conséquent connus d’avance. Il n’y a en cela rien d’absurde, et toute l’œuvre pratique des deux grands agronomes porte à croire qu’ils ont raison sur ce point. Je ne suis d’ailleurs pas d’accord avec M. Jean Rostand lorsqu’il parle de « quelques faits aberrants » et je pense au contraire qu’une fois la question mieux éclaircie40, on verra qu’il y a une véritable révolution de la biologie, révolution qui n’est en rien un retour au lamarckisme, puisque celui-ci admettait que les caractères acquis étaient automatiquement hérités41 ».

19Prenant sait qu’une dénonciation du lyssenkisme signifie à ce moment, contrairement à ce qu’il en était il y a quelques mois, une condamnation de l’URSS, mais inversement une défense scientifique de celui-ci choquera la tradition rationaliste de la communauté scientifique française et discréditera la biologie soviétique. Alors, c’est sur le terrain scientifique qu’il tente de polémiquer et ce n’est pas un hasard s’il cite Jean Rostand et pas les autres articles publiés qui ont une connotation exclusivement politique.

  • 42 Maurice Laval, « Mendel…ou Lyssenko – « La victoire de Lyssenko n’a aucun caractère scientifique », (...)

20Le lendemain, c’est au tour de Jacques Monod de s’exprimer sur le sujet42. Biologiste reconnu dans les milieux scientifiques, le généticien avait adhéré au PCF en 1943 avant de le quitter en 1945. Pour lui, le lyssenkisme « n’a aucun caractère scientifique » et il faut le dénoncer comme tel et repousser ses attaques contre le mendélisme. Cependant, la question qu’il faut débattre pour lui n’est pas de savoir « si, du point de vue scientifique, Lyssenko a tort, ou s’il a raison. La cause est entendue », mais de savoir comment Lyssenko a pu obtenir le soutien du Comité central et de Staline en personne. C’est ainsi qu’ « aujourd’hui la « vérité » dérisoire de Lyssenko est la vérité officielle garantie par l’État », et non par la communauté scientifique.

  • 43 Alain Rimbert, « La génétique nouvelle de Lyssenko », Action, n° 207, 15-22 septembre 1948.

21Le même jour, l’hebdomadaire communiste Action, dirigé par Victor Leduc, réplique par un article d’Alain Rimbert qui tente de faire le bilan des articles soviétiques publiés sur le lyssenkisme43.

  • 44 Marcel Prenant, Toute une vie à gauche, op. cit., p. 292.
  • 45 Pierre Bertain, « Combat et le Popu sont partis en croisade sous la bannière du moine Mendel », Act (...)
  • 46 Joel Kotel et Dan Kotek, L’affaire Lyssenko, Bruxelles, Éditions Complexe, 1986, p. 141.
  • 47 Jean Rostand, « Le biologiste Lyssenko a-t-il découvert du nouveau sur l’hérédité ? », Le Figaro li (...)
  • 48 A. Pierre, « Science et politique – L’épuration de la biologie en URSS », Le Monde, 1er octobre 194 (...)
  • 49 Pierre Daix, « Une révolution dans la biologie – Une discussion au service de la paix », Les Lettre (...)
  • 50 Maurice Thorez, « Pourquoi Lyssenko a-t-il révolutionné la biologie ? », L’Humanité, 15 novembre 19 (...)
  • 51 Waldeck Rochet, « La doctrine mitchourinienne et le matérialisme dialectique », L’Humanité, 10 déce (...)
  • 52 André Marty, « Les communistes et le développement de la science et de l’art », France Nouvelle, (...)
  • 53 Gaston Baissette, « Une révolution dans la biologie – Lyssenko a fait faire un bond à la nature », (...)
  • 54 Jeanne Levy, « Victoire sur le racisme », Les Lettres françaises, 2 décembre 1948.
  • 55 Claude Gregory, « Trois savants français parlent de Lyssenko », Les Lettres françaises, 9 décembre (...)
  • 56 Ernest Kahane, « A propos du grand débat sur les travaux et théories de l’académicien soviétique Ly (...)

22En somme, entre le 31 août et 15 septembre 1948, neuf articles sont publiés dans divers journaux sur l’affaire Lyssenko. Sur les trois interviews des grands biologistes, Jacques Monod et Jean Rostand dénoncent le lyssenkisme et défendent le mendélisme, alors que Marcel Prenant tente de faire un compromis entre le mendélisme et le lyssenkisme. Il s’agit là d’une charge scientifique considérable contre le lyssenkisme et la science soviétique. Il y a eu également trois articles antilyssenkistes comparant cette affaire à celle de Galilée. Quant aux communistes, ils sont sur la défensive d’autant plus que celui qui est le plus qualifié pour s’exprimer sur la question prend la défense du lyssenkisme avec beaucoup de perplexité, émet des doutes et atermoie « en attendant que l’expérience […] règl[e] le différend44 ». À cette date, outre l’article de Jean Champenois qui a déclenché la polémique, seule une réplique politique de Georges Cogniot peut se mettre dans le rang d’une défense intransigeante du lyssenkisme. Certes, les journalistes Alain Rimbert et Pierre Bertain45 tentent de répliquer, mais leurs articles sont remplis d’ambiguïtés et de contradictions, ce qu’Aragon ne manquera d’ailleurs pas de remarquer46. Le 30 septembre, le poète publie un article dans Les Lettres françaises avant d’assurer la coordination et l’introduction du double numéro spécial de la revue Europe en octobre, entièrement consacré à l’affaire Lyssenko. Par la suite, Jean Rostand, qui intervient à trois reprises jusqu’à la fin de l’année dans les colonnes du Figaro Littéraire47, estompe progressivement ses réserves initiales et consolidera ses jugements par des arguments scientifiques contre le lyssenkisme. Outre ces articles du savant et un autre publié dans Le Monde48, tout semble montrer que les antilyssenkistes ont tourné la page à partir de la fin de septembre. L’affaire Lyssenko est certes utilisée comme argument dans de nombreux articles, mais plus aucun n’est exclusivement consacré à celle-ci. Paradoxalement, c’est durant cette période que les lyssenkistes multiplient les articles ad hoc. D’octobre jusqu’à la fin de l’année, nous avons repéré vingt-sept publications (articles français ou soviétiques, comptes rendus de réunions) rédigées par des communistes, liste qui n’est pas exhaustive. Parmi les défenseurs du lyssenkisme, on trouve outre les précédents susmentionnés, Pierre Daix49, Maurice Thorez50, Waldeck Rochet51, André Marty52, etc. Les premiers scientifiques communistes qui interviennent sur l’affaire Lyssenko ont certes une compétence en biologie, mais ne sont pas biologistes. En effet, ce sont le médecin hygiéniste Gaston Baissette53 et la professeure de médecine Jeanne Levy54 qui interviennent après la défection de Marcel Prenant, mais aussi de Georges Teissier qui ne s’exprime jamais publiquement sur le sujet. C’est seulement au début de décembre que le PCF arrive à mettre en place une équipe scientifique qui consent à défendre scientifiquement le lyssenkisme. Pourquoi ce retard ? Sans doute parce que ne connaissant pas le lyssenkisme aussi bien que Prenant, ces derniers ont dû chercher une documentation et tenter de l’assimiler. Début décembre, Jeanne Levy, Victor Nigon, biologiste-chef de travaux à la Faculté des sciences et Paul Dommergues, ingénieur chargé de recherches agronomiques à l’INRA, animent une réunion et apportent leur compétence scientifique à la défense du lyssenkisme55. C’est au même moment qu’Ernest Kahane, biochimiste communiste, apporte également son concours à cette cause56. En somme, au tournant de l’année 1948, chez les scientifiques communistes seuls un biologiste, un biochimiste, deux médecins et un ingénieur en agronomie apportent leur soutien scientifique à cette conception soviétique de la biologie, malgré la diatribe qui se propage contre celle-ci dans les milieux intellectuels non communistes.

  • 57 Armand de Ricqlès, « L’affaire Lyssenko en France », dans Gérard Fussman (dir.), Croyance, raison e (...)
  • 58 Ibid.

23Armand de Ricqlès, professeur au Collège de France, dans un colloque récent consacré au thème Croyance, raison et déraison, se propose d’étudier l’affaire Lyssenko comme un exemple d’aveuglement et de « confiance absolue, analogue à la foi religieuse […] vis-à-vis de tout ce qui émanait alors de l’URSS, dans tous les domaines57 ». Pour le biologiste, si cette théorie est acceptée assez facilement en France, c’est en raison d’une croyance en la doctrine marxiste-léniniste d’une part, et en l’URSS d’autre part. L’auteur fait même une analogie « comportementale » entre les lyssenkistes français et certaines pratiques religieuses : « dogmatisme intériorisé, recours aux formules toutes faites répétées à satiété, intense investissement émotionnel58 ». Cependant, une analyse fine de l’accueil du lyssenkisme par les biologistes français, de surcroît communistes, montre au contraire que le lyssenkisme a été d’emblée rejeté et que très peu de personnes l’ont défendu. De surcroît, cette réticence des biologistes communistes perdure jusqu’en 1956, date à laquelle la direction du PCF décide de briser le monopole lyssenkiste dans les revues communistes.

24Certes, la place dominante de l’URSS dans le mouvement communiste international ne fait aucun doute et ces scientifiques croient à la rationalité du marxisme, mais cela ne les empêche pas de ne pas accepter le lyssenkisme aveuglément. Les biologistes communistes comme Marcel Prenant, Georges Teissier, ou compagnons de route comme Auguste Chevalier, botaniste membre de l’Académie des sciences, refusent de défendre le lyssenkisme et ne sont pas des exceptions. Les premiers intellectuels communistes qui ont une certaine compétence scientifique ne commencent à défendre publiquement cette conception que trois mois après son déclenchement. À tel point que ce sont les dirigeants les plus connus du Parti qui se jettent dans la bataille contre une dénonciation qui peut altérer l’image de l’Union soviétique et de l’idéologie marxiste. La défense du lyssenkisme en France, durant les mois qui ont suivi son déclenchement, est donc une défense politique et non scientifique. C’est dans un tel contexte que, pour mobiliser politiquement les troupes, Laurent Casanova, responsable de la Section des intellectuels, conceptualise en février 1949 la « science prolétarienne ».

Défendre le lyssenkisme en tant que « science prolétarienne »

25L’accueil récalcitrant des biologistes d’une conception intronisée à Moscou met politiquement en difficulté le PCF. Malgré des efforts non négligeables, les arguments politiques et philosophiques déployés ne suffisent pas à convaincre les biologistes incrédules, de surcroît communistes et compagnons de route, à accepter le caractère scientifique du lyssenkisme. La direction du PCF décide alors de convoquer les intellectuels communistes pour tenter de les mobiliser sur une nouvelle base politique, d’autant plus que ces derniers sont appelés à jouer un rôle déterminant dans le Mouvement de la Paix, qui se construit exactement au même moment. C’est à l’occasion de cette réunion que le responsable de la Section des intellectuels, Laurent Casanova, attaque la conception de la science comme un « savoir pur » et conceptualise « la science prolétarienne » comme un argument politique d’autorité pour défendre le lyssenkisme.

L’apparition de la notion de « science prolétarienne »

26Le 28 février 1949, Laurent Casanova, assis à la tribune entre Marcel Prenant et Georges Cogniot, tente d’exhorter les intellectuels communistes à se lancer intrépidement dans la bataille afin de contrecarrer les critiques énoncées contre l’URSS depuis l’éclatement de l’affaire Lyssenko. Pour y arriver, il tente de faire un discours répondant aux interrogations scientifiques et idéologiques de l’heure, mais en réalité ce discours, qui va marquer la décennie à venir, est non seulement véhément dans sa forme à l’égard des intellectuels communistes indécis, mais aussi trop simpliste dans son contenu. Condamnant la dissension de certains scientifiques communistes, à commencer par Marcel Prenant, le porte-parole du Parti conceptualise lors de cette réunion une « science prolétarienne » par opposition à une « science pure » et à une « science bourgeoise ». Cependant, cette vision dichotomique sociale de la science va provoquer tant de stupéfaction chez les scientifiques communistes qu’elle servira en fin de compte davantage l’ennemi que sa propre cause.

  • 59 Laurent Casanova, Responsabilités de l’intellectuel communiste, Paris, Éditions de la Nouvelle Crit (...)
  • 60 Archives Frédéric Joliot-Curie, F 36, Institut Marie Curie.
  • 61 L’Humanité, 22 janvier 1949.
  • 62 Cependant, les archives de Joliot-Curie prouvent qu’il est resté sur ces positions de patriote fran (...)

27Pour le responsable de la commission des intellectuels, au moment de l’aggravation des tensions sociales, le choix entre les deux blocs doit être très clair pour les communistes, car « la pierre de touche de l’internationalisme véritable, c’est l’attitude à l’égard de l’Union soviétique59 ». À travers cette formule, Casanova critique tous les scientifiques et intellectuels communistes qui ont décidé d’attendre que le lyssenkisme soit expérimenté, alors qu’à travers celui-ci c’est l’URSS qui est dénoncée dans la communauté savante. De plus, cette affirmation est une réponse directe à Frédéric Joliot-Curie. En effet, le 5 janvier 1949, le physicien communiste, dans un discours lors du déjeuner de la presse anglo-américaine, avait affirmé qu’un « communiste français, comme n’importe quel autre citoyen français occupant un poste qui lui est confié par le gouvernement, ne peut honnêtement communiquer à une puissance étrangère, quelle qu’elle soit, des résultats qui ne lui appartiennent pas, mais qui appartiennent à la collectivité qui lui a permis de travailler60 ». Or qualifier l’URSS de « puissance étrangère quelle qu’elle soit » pose un sérieux problème politique pour la direction du PCF. Les semaines qui précédent cette réunion de la salle Wagram sont marquées par des crispations et des désaccords entre le physicien et la direction du PCF. Le 22 janvier 1949, l’Humanité publie un compte rendu du discours de Jacques Duclos à l’occasion du 25e anniversaire de la mort de Lénine, où le secrétaire du Parti répond publiquement à Joliot-Curie en affirmant que « l’Union soviétique est notre fierté et notre espérance. Aussi n’est-il pas surprenant qu’un communiste qui lutte, dans son pays, pour la victoire du socialisme, du communisme, ne considère pas l’URSS comme un pays étranger semblable à d’autres. […] Chaque homme de progrès a deux patries, la sienne et l’Union soviétique, le grand pays du socialisme61 ». Après la publication de ce discours, Joliot-Curie rencontre Laurent Casanova à plusieurs reprises et Maurice Thorez, avant que le problème soit oblitéré par l’engagement actif du physicien dans le Congrès mondial des Partisans de la Paix62.

  • 63 Laurent Casanova, op. cit., p. 12.

28C’est dans ce contexte que le Comité central du Parti organise justement une réunion des intellectuels communistes pour « mettre les choses au point ». Pour Casanova, la discussion sur la biologie qui s’est déroulée en URSS représente en réalité une victoire du matérialisme sur l’idéalisme. Or, affirme-t-il, « chacun des coups portés en direction de l’ennemi a provoqué dans [les] rangs [du PCF] des remous, des incompréhensions, des oppositions parfois violentes63 ». À côté de certains scientifiques communistes souhaitant attendre les expérimentations, d’autres critiquent, et c’est plus grave, l’intervention du Comité central du PCUS dans ces débats scientifiques. Pour ces derniers, les discussions scientifiques doivent être à l’écart des interventions politiques, et il ne faut pas permettre l’intrusion de la politique dans les sciences. Cette critique, beaucoup plus grave d’un point de vue idéologique, a exaspéré la direction du PCF. Laurent Casanova, tout au long de son discours, tente de convaincre que l’intrusion de la politique dans les débats scientifiques est légitime de la part des partis communistes dans la mesure où celui-ci « est armé d’une idéologie scientifique » et fait ainsi progresser les débats scientifiques.

  • 64 Ibid., p. 15.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid.
  • 67 Ibid., p.18.
  • 68 Laurent Casanova, « À propos de la science », Nouvelle Critique, n°30, novembre 1951, p. 9 – 16.

29Enfin, une troisième opposition interne se fait autour des conceptions de la science en tant que « savoir pur ». Le responsable de la Section des intellectuels s’interroge sur l’existence d’une science déterminée par le pouvoir de la classe sociale, notamment en URSS, à savoir le prolétariat. À ces interrogations, Casanova répond : « Oui, il y a une science prolétarienne fondamentalement contradictoire avec la science bourgeoise64 ». C’est cette troisième réponse absconse, entremêlée avec les deux précédentes, qui provoque tant d’incompréhensions et d’effarements, d’autant plus que l’argumentation de Casanova est très simpliste. En effet, il accuse la science bourgeoise de produire des « approximations grossières65 », de « bâillonne[r] […] les savants66 » et enfin de « produi[re] de vils politiciens67 ». Et « la science prolétarienne » n’est définie en réalité qu’en opposition à celle-ci. Sa démarche méthodologique est simple à saisir : en faisant une présentation de la place de la science dans le système capitaliste, il met en avant le fait que celle-ci s’épanouit au contraire en Union soviétique. Dans un contexte où ce sont les scientifiques communistes qui mettent une certaine distance avec l’URSS, Casanova tente ainsi de soutenir la pratique soviétique en utilisant le concept de la « science prolétarienne ». Mais en utilisant un argument politique, il fait une erreur idéologique, qu’il va d’ailleurs reconnaître lui-même, certes de manière hésitante, en novembre 195168, c’est-à-dire 33 mois après ce fameux discours de février 1949. Remarquons que cette appellation s’insère parfaitement dans une logique de Guerre froide où le monde est divisé en deux camps sur tous les fronts et vise à mobiliser politiquement ses forces. Cependant, la suite des événements prouve que contrairement à la volonté de son auteur, cette schématisation et cette représentation saugrenue de la science ne facilitent ni ne stimulent la lutte idéologique, mais bien au contraire provoquent plus d’effarements, d’oppositions, de départs et d’éloignement des intellectuels du monde communiste.

30En effet, cette conceptualisation du lyssenkisme en tant que « science prolétarienne » va provoquer un vif débat dans la communauté savante. L’effarement des intellectuels communistes est tellement important qu’un « petit » groupe d’intellectuels a effectué de février 1949 à août 1950 un travail d’exégèse et de polémique fastidieux afin de trouver des arguments scientifiques, philosophiques et politiques pour justifier théoriquement ce concept. Cet effort est tellement frénétique que les études historiques relatives au lyssenkisme en France admettent comme une lapalissade non seulement que le concept de la « science prolétarienne », tout comme le lyssenkisme, est exporté de l’URSS, mais aussi que cette vision de la science est défendue durant toute la période où le stalinisme a été dominant. Cependant, l’exégèse des textes montre qu’il n’en est pas ainsi. Aussi, il convient de se demander s’il est historiquement pertinent de qualifier le lyssenkisme de « science prolétarienne ».

Le lyssenkisme serait-il une « science prolétarienne » ?

31La réponse donnée à cette question est généralement affirmative. La conception épistémologique marxiste des années 1950 est qualifiée unanimement par la communauté intellectuelle de « science prolétarienne » et le lyssenkisme est désigné comme l’exemple historique indubitable.

  • 69 Gérard Fourez, La construction des sciences. Les logiques des inventions scientifiques. Introductio (...)
  • 70 José Gotovitch, Pascal Delwit, Jean-Michel de Waele, L'Europe des communistes, Bruxelles, Éditions (...)
  • 71 Nicole Mosconi, Femmes et savoir. La société, l'école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L (...)
  • 72 Olivier Forlin, Les intellectuels français et l'Italie, 1945-1955. Médiation culturelle, engagement (...)
  • 73 Dominique Lecourt, Lyssenko. Histoire réelle d’une « science prolétarienne », Paris, Maspéro, 1976.

32Prenons quelques exemples parmi d’autres. Évoquant la période lyssenkiste, le physicien Gérard Flourez affirme par exemple qu’ « on a vu ainsi apparaître en Union soviétique, avec Lyssenko, une science biologique soi-disant prolétarienne69 ». Les historiens José Gotovitch, Pascal Delwit et Jean-Michel de Waele, citant les exemples de « science prolétarienne » en URSS, précisent : « En biologie le Comité central du PCUS votera au début du mois d’août 1948 le rapport Lyssenko jetant aux oubliettes les « théories fameuses » du « bourgeois » Mendel. En juin 1951, l’Académie des sciences de l’URSS condamne « la pseudo théorie » idéaliste, mécaniste de la résonance de Pauling, la psychanalyse se voit reléguée au rang de mystification, etc. Il y avait, il devait y avoir et il y aurait bien une « science prolétarienne » face à la « science bourgeoise70 ». Autre exemple : Nicole Mosconi, dans un sujet fort éloigné du communisme, cite également le lyssenkisme comme l’exemple par excellence de la « science prolétarienne ». Concernant ce truisme, elle précise que « la distinction entre la « science prolétarienne » et la « science bourgeoise » a entraîné les effets catégoriques que l’on sait, en particulier avec le lyssenkisme […]71 ». Olivier Forlin, en évoquant la figure de Dominique Desanti, précise que cette journaliste communiste « […] défend[ait] le lyssenkisme, la théorie des deux sciences 72». Mais l’ouvrage le plus célèbre sur ce sujet est incontestablement celui du philosophe et historien des sciences Dominique Lecourt. En effet, ce dernier n’hésite pas à sous-titrer un ouvrage devenu classique sur l’affaire Lyssenko, « Histoire réelle d’une science prolétarienne73 ».

33Ces quelques exemples permettent de s’apercevoir que le lyssenkisme et la « science prolétarienne » sont communément assimilés l’un à l’autre. Cependant, une étude heuristique analysant les détails et contextualisant l’ensemble des productions savantes communistes internationales de cette période permet de déceler qu’il n’est historiquement pas pertinent de confondre le lyssenkisme et la « science prolétarienne ».

34Regardons de plus près l’ouvrage devenu classique de Dominique Lecourt. Le philosophe, membre de l’Académie des sciences, élabore, notamment dans la première partie du premier chapitre, une description des débats menés en France après l’affaire Lyssenko en 1948. En une dizaine de pages, l’auteur montre de façon évidente que le concept de la « science prolétarienne » est la conséquence directe de la victoire du lyssenkisme en URSS, mais n’établit en rien en quoi il serait légitime d’assimiler cette interprétation biologique soviétique et la conception purement politique de la « science prolétarienne ».

  • 74 Valery N. Soyfer, Lyssenko and the Tragedy of Soviet Science, New Brunswick, Rutgers University Pre (...)

35Plusieurs ouvrages montrent et démontrent les différentes interprétations possibles sur les origines du lyssenkisme. Après l’exégèse de toute cette production savante, nous avançons l’hypothèse que même s’il est vrai que toutes les recherches historiques sur la « science prolétarienne » doivent nécessairement faire référence à Lyssenko, étudier la conception biologique de ce dernier ne nécessite pas de recourir à une conception dichotomique sociale de la science. En effet, il est impossible de faire un historique du concept de « science prolétarienne » sans se référer à Lyssenko. Cependant, il est parfaitement possible de faire celui du lyssenkisme sans se référer à la conceptualisation de la « science prolétarienne », et de nombreuses études anglo-saxonnes le prouvent parfaitement74. En réalité, ce sont uniquement les ouvrages francophones qui sont marqués par cette confusion entre les deux concepts, en raison surtout de l’usage politique de la « science prolétarienne » durant toute cette période. Même si les deux concepts sont fortement enchevêtrés, il n’est historiquement pas légitime d’assimiler et de confondre le concept de « science prolétarienne » et l’interprétation lyssenkiste de la biologie. Dire que le lyssenkisme est identique à la « science prolétarienne » équivaut à insinuer que cette notion dichotomique de la science est importée ou exportée de l’URSS, et que le communiste français qui le popularise en premier en France, Laurent Casanova, n’a fait que reprendre à son compte une notion soviétique.

36Les ouvrages anglo-saxons consacrés au lyssenkisme prouvent cependant que les allusions d’une vision dichotomique sociale de la science de Lyssenko sont révisées par Staline en personne, et tous les documents qui sont publiés après la fameuse session d’août 1948 sont conformes à cette ligne. De surcroît, une analyse de l’ensemble des écrits de Staline et de Lyssenko prouve que ces derniers n’ont jamais utilisé le concept de « science prolétarienne ». Il n’est donc pas possible que Laurent Casanova ait lu dans le rapport de Lyssenko ou dans les ouvrages de Staline une telle référence. Autrement dit, ce n’est pas parce que Lyssenko défend une interprétation « prolétarienne » de la science que sa nouvelle interprétation de la biologie s’institutionnalise. Bien au contraire, cette propension de l’agronome soviétique est corrigée au moment de son intronisation, et de surcroît le lyssenkisme est qualifié dans tous les documents soviétiques, non pas de prolétarien, mais de « socialiste » et « soviétique ».

  • 75 La notion de science prolétarienne avait été utilisée auparavant par Boukharine en 1921 dans une ét (...)

37En somme, il est erroné de considérer que le concept de la « science prolétarienne » est la cause de la nouvelle interprétation lyssenkiste de la biologie. En réalité, la « science prolétarienne » est la conséquence et non la cause du lyssenkisme. En effet, ce n’est pas parce qu’il avait auparavant élaboré une conception de la science qualifiée de « science prolétarienne » que Lyssenko sort vainqueur du fameux congrès en août 1948 à Moscou. D'ailleurs, la chronologie confirme notre hypothèse. Alors que l’élaboration de l’interprétation lyssenkiste se réalise à partir du début des années 1930 et trouve son apogée en août 1948, la notion de « science prolétarienne » n’est utilisée en France pour la première fois qu’en février 194975, justement pour défendre le lyssenkisme. En outre, il suffit de faire une étude lexicographique de l’ensemble des revues communistes pour remarquer que cette notion de « science prolétarienne » n’apparaît dans le vocabulaire des communistes français qu’après cette fameuse conférence de février 1949.

  • 76 Nous avons analysé l’ensemble de la collection de cette période de la Nouvelle Critique, La Pensée, (...)
  • 77 Gérard Streiff, Jean Kanapa, 1921-1978. Une singulière histoire du PCF, Paris, L’Harmattan, 2001, p (...)
  • 78 Joël et Dan Kopek, L’affaire Lyssenko, op. cit., p. 165.

38Autre point important montrant qu’il n’est pas approprié de confondre et d’assimiler les deux concepts : les enjeux idéologico-politiques de cette notion dans l’orientation idéologique du PCF. La défense ou la condamnation de celle-ci par les communistes français eux-mêmes a joué, durant la décennie de 1950, le rôle de justificatif véhiculant l’orientation politique et idéologique du Parti. En effet, une exégèse de l’ensemble des textes et discours publiés dans des revues communistes françaises76 prouve indubitablement qu’aussi bien dans son apologie que dans sa condamnation, la notion de « science prolétarienne » n’a pas le même contenu idéologique selon le contexte historique. Quant à son utilisation, il est possible de distinguer trois périodes caractérisées par des enjeux politico-idéologiques différents et contradictoires. Durant la première période allant de février 1949 à août 1950, « la science prolétarienne » est conceptualisée et argumentée pour défendre le lyssenkisme, et à travers celui-ci l’orthodoxie idéologique stalinienne. Dans une deuxième période allant d’août 1950 jusqu’à 1955, cette notion est condamnée par et au nom de l’orthodoxie stalinienne, alors que, ne l’oublions pas, le lyssenkisme est toujours dominant en URSS, même si son monopole est brisé à Moscou à partir du printemps 1952. Mais la Section idéologique du PCF continue de le défendre de façon aussi intransigeante qu’avant. Gérard Streiff précise que « paradoxalement, c’est Staline qui contribue à ébranler cette thèse [de science prolétarienne] lorsque, dans un article sur la linguistique, il critique les insuffisances de la science soviétique77 ». En réalité, il n'y a pas de contradiction politique dans cette condamnation stalinienne. Contrairement à ce que Joël et Dan Kotek affirment, aux yeux des Soviétiques le « mitchourisme » n’attend « absolument pas cette période pour passer du statut de la science prolétarienne à « celui de science d’avant-garde78 ».

39Enfin, dans une dernière période qui commence sans doute au cours de l’année 1955, mais le tournant est effectué en février 1956, cette notion est de nouveau condamnée. Mais cette fois les enjeux de la condamnation changent profondément, et elle a pour fonction de critiquer le matérialisme dialectique tel qu’il a été développé dans la période stalinienne afin de légitimer politiquement la nouvelle orientation idéologique et philosophique engagée à partir du XXe congrès du PCUS, où le culte de Staline est justement condamné. Ce débat mené à l’intérieur du mouvement communiste se transforme progressivement en une crise de conscience chez bon nombre de scientifiques communistes, notamment après les révélations sur le culte de la personnalité de Staline, renforcée par les attaques anticommunistes de l’extérieur. Le malaise qui perdure chez les scientifiques, dont la cause ne peut s’expliquer exclusivement par le concept de « science prolétarienne », se transforme en une crise de conscience après février 1956. Une nouvelle condamnation de cette vision dichotomique de la science, en lien cette fois avec le culte de la personnalité, permet sans doute à la Section idéologique du PCF de tenter d’atténuer cette crise sans pour autant condamner idéologiquement Staline. Maurice Thorez s’oppose à une condamnation d’ensemble de toute la période stalinienne, sans qu’il puisse pourtant nier certaines erreurs, mais son attitude n’est pas aussi intransigeante qu’on le dit souvent.

40Il est bien évident que confondre le lyssenkisme et « la science prolétarienne » ne permet pas de pouvoir distinguer ces trois périodes. Or, elles sont fondamentales pour saisir les tribulations idéologiques du PCF entre 1948 et 1956, et les discussions sur les sciences menées dans le camp communiste permettent de les saisir pleinement. Le lyssenkisme, les discussions qu’il a provoquées et son accueil en France, sont révélateurs de cette époque tendue où deux camps combattaient pour leur survie et tentaient de mobiliser la Science et les scientifiques dans cette lutte.

Haut de page

Notes

1 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat : Deniz Uztopal, Histoire sociale de la Science et des scientifiques communistes dans la Guerre froide, 1945-1956, Ss dir. Michel Dreyfus, Université Panthéon-Sorbonne, 2012.

2 Amy Dahan et Dominique Pestre (dir.), Les sciences pour la guerre (1940-1960), Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

3 Voir notre thèse, particulièrement le chapitre 7.

4 P.S. Pudson & R.H. Richens, The New Genetics in the Soviet Union, Cambridge, Imperial Bureau of Plant Breeding and Genetics, I946.

5 Eric Ashby, Scientist In Russia, New York, Pelican books, 1947.

6 Marcel Prenant, Biologie et Marxisme, Paris, Éditions Hier et Aujourd’hui, 1948. Cet ouvrage est achevé d’imprimer en avril 1948, soit quelques mois avant le fameux Congrès d’août 1948.

7 René Musset, « La vernalisation ou iarovisation », Annales de Géographie, année 1938, volume 47, n° 265, p. 87 – 88.

8 M. Iline, Les Montagnes et les hommes. Huit récits sur la transformation de la nature, traduit du russe par Elsa Triolet, Paris, Les Éditeurs Français-Réunis, 1946.

9 René Musset, art. cit., p. 87.

10 Ibid.

11 Ibid., p. 88.

12 Ibid.

13 Évoquant à la page 111 le généticien américain Joseph Hermann Muller, l’auteur précise qu’il « travaille maintenant chez nous à l’Institut génétique ». Or celui-ci séjourne en URSS entre 1933 et 1937.

14 M. Iline, op. cit.

15 Ibid., p. 77-98.

16 Daniel J. Kevles, « Nicolai Vavilov, martyre russe de la génétique », La Recherche, n° 428, mars 2009, p. 56.

17 Ibid., p. 99-125.

18 Ibid., p. 108-113.

19 Ibid., p. 120-122.

20 Marcel Prenant, op. cit., p. 192.

21 Ibid., p. 193.

22 Ibid., p. 194.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 195.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 197.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Selon nous, cette institutionnalisation ne peut s’expliquer exclusivement par la prédominance idéologique. Pour appréhender pleinement dans toute sa complexité ce processus, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat, particulièrement le chapitre 7.

31 Jean Champenois, « L’hérédité n’est pas commandée par de mystérieux facteurs – Le savant soviétique Lyssenko porte un coup droit aux théories antidarwiniennes », Les Lettres françaises, 26 août 1948.

32 Charles Dumas, « Retour au Moyen Âge », Le Populaire, 5-6 septembre 1948.

33 Maurice Laval, « Mendel… ou Lyssenko – Depuis cent ans les sciences de l’hérédité ont-elles été bâties sur une erreur ? », Combat, 8 septembre 1948.

34 Maurice Laval, « Mendel… ou Lyssenko – “ On ne renverse pas une théorie scientifique comme on renverse un ministère “, nous déclare Jean Rostand », Combat, septembre 1948.

35 René Tahon, « Nécrologie : Maurice Daumas (1910 – 1984), Revue d’histoire des sciences, tome 37, n° 3-4, 1984, p. 335.

36 Maurice Daumas, « Mendel… ou Lyssenko – Les débats de Moscou nous ramènent-ils au temps de Galilée ? », Combat, 10 septembre 1948.

37 Ibid., p. 6.

38 Georges Cogniot, « La science soviétique et les socialistes du Moyen-Âge », L’Humanité, 10 septembre 1948.

39 Stéphane Tirard, « Les biologistes et l’affaire Lyssenko à l’automne 1948 », Historiens & Géographes, n° 358, 1997, p. 99.

40 Souligné par nous.

41 Maurice Laval, « Mendel…ou Lyssenko – Selon le Pr Marcel Prenant, Lyssenko respecte les bases de la génétique classique, mais estime avoir obtenu la fixation héréditaire de caractères acquis », Combat, 14 septembre 1948.

42 Maurice Laval, « Mendel…ou Lyssenko – « La victoire de Lyssenko n’a aucun caractère scientifique », estime le Dr Jacques Monod », Combat, 15 septembre 1948.

43 Alain Rimbert, « La génétique nouvelle de Lyssenko », Action, n° 207, 15-22 septembre 1948.

44 Marcel Prenant, Toute une vie à gauche, op. cit., p. 292.

45 Pierre Bertain, « Combat et le Popu sont partis en croisade sous la bannière du moine Mendel », Action, n° 208, 22-29 septembre 1948.

46 Joel Kotel et Dan Kotek, L’affaire Lyssenko, Bruxelles, Éditions Complexe, 1986, p. 141.

47 Jean Rostand, « Le biologiste Lyssenko a-t-il découvert du nouveau sur l’hérédité ? », Le Figaro littéraire, 2 octobre 1948 ; « Un grand débat sur l’hérédité ». Comment les « mitchouriniens » soviétiques écrivent l’histoire de la biologie », Le Figaro littéraire, 13 novembre 1948 ; « Conclusions au débat sur l’hérédité. Comment les « mitchouriniens » soviétiques écrivent l’histoire de la biologie », Le Figaro littéraire, 4 décembre 1948. 

48 A. Pierre, « Science et politique – L’épuration de la biologie en URSS », Le Monde, 1er octobre 1948.

49 Pierre Daix, « Une révolution dans la biologie – Une discussion au service de la paix », Les Lettres françaises, n° 232, 4 novembre 1948.

50 Maurice Thorez, « Pourquoi Lyssenko a-t-il révolutionné la biologie ? », L’Humanité, 15 novembre 1948.

51 Waldeck Rochet, « La doctrine mitchourinienne et le matérialisme dialectique », L’Humanité, 10 décembre 1948. Avec le même titre, le dirigeant communiste publie aussi un article dans les Cahiers du communisme, janvier 1949, p. 98-111.

52 André Marty, « Les communistes et le développement de la science et de l’art », France Nouvelle, n°162, 22 janvier 1949.

53 Gaston Baissette, « Une révolution dans la biologie – Lyssenko a fait faire un bond à la nature », Les Lettres françaises, n° 232, 4 novembre 1948.

54 Jeanne Levy, « Victoire sur le racisme », Les Lettres françaises, 2 décembre 1948.

55 Claude Gregory, « Trois savants français parlent de Lyssenko », Les Lettres françaises, 9 décembre 1948.

56 Ernest Kahane, « A propos du grand débat sur les travaux et théories de l’académicien soviétique Lyssenko – La nouvelle génétique et la recherche scientifique en URSS », France Nouvelle, n° 156, 11 décembre 1948.

57 Armand de Ricqlès, « L’affaire Lyssenko en France », dans Gérard Fussman (dir.), Croyance, raison et déraison. Colloque annuel du Collège de France, Paris, Éditions Odile Jacob, 2006, p. 307.

58 Ibid.

59 Laurent Casanova, Responsabilités de l’intellectuel communiste, Paris, Éditions de la Nouvelle Critique, 1949, p. 8.

60 Archives Frédéric Joliot-Curie, F 36, Institut Marie Curie.

61 L’Humanité, 22 janvier 1949.

62 Cependant, les archives de Joliot-Curie prouvent qu’il est resté sur ces positions de patriote français quant aux éventuelles accusations d’espionnage au profit de l’URSS. Archives Joliot-Curie, F37.

63 Laurent Casanova, op. cit., p. 12.

64 Ibid., p. 15.

65 Ibid.

66 Ibid.

67 Ibid., p.18.

68 Laurent Casanova, « À propos de la science », Nouvelle Critique, n°30, novembre 1951, p. 9 – 16.

69 Gérard Fourez, La construction des sciences. Les logiques des inventions scientifiques. Introduction à la philosophie et à l’éthique des sciences, Bruxelles, Éditions De Boeck, 2001, p. 198.

70 José Gotovitch, Pascal Delwit, Jean-Michel de Waele, L'Europe des communistes, Bruxelles, Éditions Complexe, 1999, p. 180.

71 Nicole Mosconi, Femmes et savoir. La société, l'école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 86.

72 Olivier Forlin, Les intellectuels français et l'Italie, 1945-1955. Médiation culturelle, engagements et représentations, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 43.

73 Dominique Lecourt, Lyssenko. Histoire réelle d’une « science prolétarienne », Paris, Maspéro, 1976.

74 Valery N. Soyfer, Lyssenko and the Tragedy of Soviet Science, New Brunswick, Rutgers University Press, 1994 ; Nicolai Krementsov, Stalinist Science, Princeton, Princeton University Press, 1997 ; Kees Boterbloem, The life and times of Andrei Zhdanov, 1896-1948, Montréal, McGill-Queen's University Press, 2004 ; Alexei Kojevnikov, Stalin's great science, London, Imperial College Press, 2004, et Intelligentsia science : the Russian century, 1860-1960, Chicago, 2008 ; Ethan Pollock, Stalin and the Soviet science wars, Princeton, Princeton University Press, 2006 ; Nils Roll-Hansen, The Lysenko Effect: The Politics of Science, New York, Humanity Books, 2005.

75 La notion de science prolétarienne avait été utilisée auparavant par Boukharine en 1921 dans une étude qu’il avait faite sur le matérialisme historique. Mais il est bien évident que les deux utilisations n’ont ni le même contenu, ni la même connotation idéologique.

76 Nous avons analysé l’ensemble de la collection de cette période de la Nouvelle Critique, La Pensée, L’Europe, Les Cahiers du Communisme, L’Humanité et Les Lettres françaises.

77 Gérard Streiff, Jean Kanapa, 1921-1978. Une singulière histoire du PCF, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 199.

78 Joël et Dan Kopek, L’affaire Lyssenko, op. cit., p. 165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deniz Uztopal, « La réception en France du lyssenkisme, les scientifiques communistes français et la conceptualisation de la « science prolétarienne » (1948-1956) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 122 | 2014, 121-141.

Référence électronique

Deniz Uztopal, « La réception en France du lyssenkisme, les scientifiques communistes français et la conceptualisation de la « science prolétarienne » (1948-1956) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3346

Haut de page

Auteur

Deniz Uztopal

Docteur en Histoire contemporaine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page