Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Femme, noire, communiste… Le parcours et le procès d’une rebelle dans les États-Unis des années 1960-1970

À propos du film Free Angela and all political prisoners, de Shola Lynch (2012)
Chloé Maurel
Référence(s) :

Free Angela and all political prisoners, film documentaire américain de Shola Lynch, 2012.

Texte intégral

1Ce film documentaire éclaire de manière bienvenue un pan important de l’histoire de la contestation politique aux États-Unis dans les années 1960-1970, grâce à des documents d’archives audio-visuelles et à de nombreux entretiens avec des acteurs de l’époque, et notamment avec Angela Davis elle-même, aujourd’hui âgée de 69 ans.

2Née en 1944 à Birmingham en Alabama, dans une famille noire aisée, à une époque où règne toujours la ségrégation raciale dans le Sud des États-Unis, la jeune Angela est très tôt marquée par l’expérience du racisme et par le climat de violence qui règne alors envers les noirs. Ses parents, instruits et membres tous deux de la National association for the advancement of colored people (NAACP), la préparent au militantisme.

3Elle n’a pas l’occasion, et elle l’a regretté, de participer aux luttes pour les droits civiques qui se déroulent dans le Sud les années 1950 et 1960, étant donné qu’elle a alors bénéficié d’un programme qui lui permettait d’étudier dans un lycée du nord des États-Unis accueillant à la fois des noirs et des blancs. Dans ce lycée, elle s’initie aux idées socialistes. Puis elle est admise à l’université Brandeis dans le Massachusetts, où elle est l’une des trois étudiantes noires de première année. Étudiante en philosophie et en littérature, elle est alors marquée par le philosophe Herbert Marcuse. Elle est également impressionnée par Malcolm X, venu faire une conférence dans son université, et sympathise avec son mouvement.

4Elle part ensuite poursuivre sa formation en Allemagne, en 1965. Là, elle se sensibilise à la lutte contre la guerre du Vietnam et sympathise avec le socialisme, se rendant plusieurs fois à Berlin-Est.

5Frustrée de ne pas avoir pu participer au mouvement pour la libération des noirs, qui connaît alors un développement important aux États-Unis (elle est partie en Allemagne au moment où se déroulaient les émeutes de Watts), elle décide de rentrer aux États-Unis l’année suivante, et rejoint l’université de San Diego où elle prend pour directeur de thèse Herbert Marcuse. C’est l’époque du « Black Power » et elle y adhère pleinement.

6Toutefois, elle n’a alors aucun contact dans le mouvement noir californien, dont elle déplore d’ailleurs le machisme. Alors, convaincue que son avenir ne peut s’inscrire que dans le collectif, elle s’empresse d’adhérer au club d’étudiants « radicaux » de l’université, puis en 1968 au « Che Lumumba Club », une section du Parti communiste américain où militent beaucoup de noirs. Che Guevara, exécuté en 1967, et Patrice Lumumba, assassiné en 1961, sont alors des héros de la révolution mondiale pour elle comme pour les membres de ce club. Elle sympathise aussi avec le Black Panther Party et va même un temps y adhérer. Dans ses discours en tant que jeune militante à l’université de San Diego, dont le film présente des extraits, on est frappé par le talent oratoire déjà éclatant de la jeune femme, l’émotion qu’elle transmet par ses paroles au rythme lent et mélodieux. Elle s’y montre extrêmement radicale, n’hésitant pas à prôner la violence et à parler de « génocide » pour qualifier la politique des États-Unis envers la population afro-américaine.

7Elle obtient en 1969 un poste d’enseignante en philosophie à l’université de Californie (UCLA). Cependant, elle en est très rapidement renvoyée pour avoir publiquement admis être membre du Parti communiste.

1

8Peu après, en 1970, elle est accusée, à tort, d’avoir organisé une prise d’otages dans un tribunal, prise d’otage qui a causé cinq morts. Elle devient alors la femme la plus recherchée des États-Unis par le FBI. Convaincue de l’iniquité de la justice américaine, elle choisit de fuir. Commence alors une cavale : elle part pour Chicago, puis en Floride avant de rejoindre New York, tandis que le FBI organise une gigantesque traque. Elle finit par être cueillie dans un hôtel de New York.

9Placée dans une cellule d’isolement pour la faire craquer, elle réussit à tenir en se créant « un espace de liberté » par la lecture et l’écriture, et notamment par la correspondance avec George Jackson. Elle est très affectée par la nouvelle de la mort de ce dernier, tué en août 1971 lors d’une tentative de fuite.

10La plus grande partie du film est consacrée au déroulement de son procès, en 1971, et au gigantesque mouvement d’opinion qui se met en place, dans tous les États-Unis mais aussi dans le monde entier, en faveur de sa libération. Elle est devenue en effet le symbole de la lutte contre toutes les formes d’oppression : raciale, politique, sociale et sexuelle. En France, en Allemagne, partout, des comités de soutien à Angela Davis, des manifestations, sont organisés. Angela reçoit quotidiennement des centaines de lettres de soutien, notamment d’enfants du bloc de l’Est. Jean-Paul Sartre, John Lennon… des célébrités la soutiennent.

11Pour sa défense, Angela Davis choisit deux avocats afro-américains ; grâce à eux, et surtout grâce à sa propre intervention orale lors de son procès, le jury populaire décide finalement de la déclarer non coupable des trois chefs d’inculpation dont elle était accusée (meurtre et complot notamment).

  • 2 Angela Davis, Autobiographie, Paris, Albin Michel, 1975.

12On regrette que le film ne décrive pas plus en détail la formation politique et militante d’Angela Davis, ne développe pas plus précisément ses idées, ainsi que sa vie après le procès : publication d’ouvrages, notamment d’une autobiographie2, enseignement à l’université, engagement contre le racisme, contre la peine de mort et pour la cause des femmes. Mais pour cela il faudrait un deuxième, voire un troisième film, tellement la vie de cette femme hors du commun est riche et passionnante ! Le film a en tout cas le mérite de restituer l’atmosphère de ces années où l’esprit de rébellion, de révolution et d’utopie était très présent dans une frange de la société, et de montrer de nombreuses images filmées d’Angela Davis, anciennes et actuelles, révélant sa forte personnalité et son engagement militant.

Haut de page

Notes

1 George Jackson, Les frères de Soledad (lettres de prison), préface de Jean Genêt, Paris, Gallimard, collection « Témoins », 1971 ; George Jackson, Devant mes yeux la mort, Paris, Gallimard, collection « Témoins », 1972.

2 Angela Davis, Autobiographie, Paris, Albin Michel, 1975.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/3344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Femme, noire, communiste… Le parcours et le procès d’une rebelle dans les États-Unis des années 1960-1970 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3344

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page