Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Divers

Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste

Paris, La Découverte, 2011, 274 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, 2011, 274 p.

Texte intégral

1Les auteurs de ce livre, enseignants et chercheurs, membres de l’Institut de recherches de la FSU, démontent les ressorts de la politique éducative menée depuis les années 1990 en France par le gouvernement de droite, génératrice de « détérioration des conditions d’études des élèves et des conditions d’emploi des professeurs ». Évoquant « la destruction de dizaines de milliers de postes, l’absence de formation pour les nouveaux enseignants, la stratégie de la précarisation de l’emploi, la paupérisation assumée des chercheurs et des enseignants », ils cherchent à en comprendre les motivations, les tenants et les aboutissants. Ils montrent que cette politique éducative, caractérisée par la mise en avant du principe de concurrence, la transformation de l’État en entrepreneur au service des entreprises, et par une dénationalisation des politiques éducatives, est inspirée par les idées de la droite néolibérale hostile à l’État providence et par l’essor du « new public management », qui vise à réduire l’autonomie des agents publics. Elle est aussi inspirée par l’École américaine du « Public Choice », ou École de Virginie, qui autour de Gordon Tullock et de James Buchanan a développé une critique néolibérale de l’État.

2L’ouvrage démonte le langage employé par les partisans de cette politique, notamment le terme d’ « innovation » et celui de « compétences », devenu omniprésent dans le langage de l’Éducation nationale ; ce terme, traduction du mot anglais « skills », renvoie, dans la littérature grise de l’OCDE et de l’Union européenne, à « marketable skills », c’est-à-dire les compétences attendues par les employeurs, qui sont nécessaires pour pouvoir se vendre sur le marché du travail.

3Les auteurs mettent au jour le long processus qui a tendu à faire des établissements scolaires des quasi-entreprises en concurrence les unes avec les autres. La mise en œuvre de l’autonomie des établissements du secondaire date des années 1980.

4La politique éducative française s’inscrit dans le cadre plus large, européen, du processus de Bologne initié en 1999, lui-même inscrit dans une dynamique mondiale de transformation des universités. Deux objectifs sont poursuivis : l’intégration de l’enseignement supérieur français dans le « marché mondial de l’éducation » et la subordination de l’université aux exigences des entreprises en termes de main-d’œuvre. La tendance est aussi au financement de l’enseignement par des entreprises et au développement de la « professionnalisation » des études, illustrée par la création des licences professionnelles en 1999, définies par un partenariat étroit avec les entreprises. La loi LRU (relative aux libertés et aux responsabilités des universités) de 2007 a représenté un pas énorme dans la voie de l’université entrepreneuriale. Elle pose également les bases d’une privatisation du financement universitaire. Il en va de même dans le domaine de la recherche : en France, le tournant vers le modèle marchand de la recherche date de la fin des années 1990 avec le rapport Attali et sa mise en œuvre par Claude Allègre par la loi sur l’innovation et la recherche en 1999.

5Les auteurs alertent sur la mise en marché de l’université et sa marchandisation, ainsi que sur les problèmes de l’enseignement primaire et secondaire : la carte scolaire est contournée, le marché du soutien scolaire privé explose, représentant en France plus de deux milliards d’euros ; le travail d’orientation est transféré aux enseignants ; enfin, un glissement est en train de s’opérer de l’évaluation de savoirs vers une évaluation comportementale.

6Évoquant les deux modèles universitaires qui prévalent en Europe, le modèle scandinave fondé sur la gratuité des études supérieures et le modèle anglais qui fait payer de plus en plus cher l’accès à l’enseignement supérieur, les auteurs montrent que c’est ce dernier qui a le vent en poupe.

7Un des aspects les plus intéressants du livre est la mise en perspective historique qui révèle que les politiques éducatives sont depuis une cinquantaine d’années dictées par l’OCDE et l’Union européenne, en fonction des impératifs d’employabilité. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale et pendant les Trente Glorieuses, les politiques éducatives étaient régies par le besoin de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée pour répondre au marché du travail, dans le cadre d’une économie fordiste. La réforme Berthoin de 1959 (extension de la scolarisation obligatoire à 16 ans) et la création du collège unique en 1975 s’expliqueraient par cette exigence. Mais récemment a eu lieu la « révolution copernicienne de l’OCDE » : alors que l’OCDE n’a, à sa création en 1961, aucun mandat dans le domaine de l’éducation, cette institution est de plus en plus intervenue dans ce domaine, notamment à partir de la fin des années 1980 avec le développement de programmes d’évaluation des systèmes éducatifs dont le plus connu est le programme PISA (Programme for International Student Assessment). En 1993, l’OCDE, professant que les résultats souhaitables de l’éducation doivent dépasser l’acquisition des seuls savoirs scolaires, a lancé le projet CCC (Cross Curricular Competencies), visant à mesurer non plus seulement les connaissances scolaires, mais aussi les connaissances et aptitudes socioculturelles ne faisant pas partie des programmes scolaires. Dans les années suivantes, l’OCDE s’est attachée, par des réunions et des consultations de chercheurs, à définir les « compétences clés », fortement liées aux attentes du monde de l’entreprise. L’European Round Table (puissant groupe de lobbying patronal) a contribué à cet effort. L’Union européenne s’est pleinement associée à cette action : en 2004, la Commission européenne a publié un « cadre européen commun de référence pour les compétences clés pour l’apprentissage tout au long de la vie ». C’est de ce cadre que s’est inspiré en France le Haut Conseil de l’éducation pour définir le contenu du socle commun de connaissances et de compétences. Le livret de compétences expérimenté dans des écoles et collèges depuis 2007 ainsi que l’idée de « socle commun de compétences », que les auteurs assimilent à un « SMIC culturel », illustrent la volonté d’instaurer un minimum éducatif pour la masse des élèves, tandis que seule une partie d’entre eux serait appelée à faire des études supérieures poussées.

8Ce livre approfondi et en même temps clair est très intéressant pour comprendre la logique des politiques éducatives actuelles, dont il apparaît clairement qu’elles sont maintenant inscrites dans un cadre plus large, européen et mondial. Les auteurs sont convaincants dans leur appel à mettre fin à la tendance à une osmose croissante entre monde de l’éducation et monde de l’entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3337

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page