Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Divers

Revue Workers of the world, n° 1, juin 2012

Chloé Maurel

Texte intégral

1Cette nouvelle revue en ligne est innovante, car, à l’heure où l’histoire mondiale/globale, transnationale a le vent en poupe, elle peut constituer une des premières revues d’histoire sociale mondiale. Elle se présente comme une « revue internationale sur les grèves et les conflits sociaux », liée à l’Association internationale sur les grèves et conflits sociaux, née en 2011. Rédigée en anglais, cette revue scientifique est réalisée par une équipe internationale sous l’impulsion notamment de Marcel van der Linden, de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, et de Serge Wolikow.

2Le numéro 1 comporte un dossier sur les grèves et la Révolution. Ce dossier est composé d’un article d’Alice K. Pate (professeure à l’université d’État de Kennesaw en Géorgie) sur le rôle du Parti social démocrate russe dans les grèves à Saint-Pétersbourg entre 1912 et 1914, d’un article de Kevin Murphy (université du Massachusetts à Boston) sur le mouvement de grèves prérévolutionnaire en Russie entre 1912 et 1916, d’un article de Michael Seidman (professeur à l’université de Caroline du Nord) sur les grèves ouvrières dans la région parisienne autour de 1968, et d’un article de William A. Pelz (professeur au Elgin Community College dans l’Illinois) sur la signification de la grève de masse pendant la révolution allemande de 1918-1919. Ainsi, le dossier est composé uniquement d’articles rédigés par des universitaires états-uniens, et il est un peu dommage que la provenance géographique des auteurs du dossier ne soit pas plus diverse. Toutefois, la qualité des articles est au rendez-vous : Alice K. Pater relate la radicalisation et l’essor du mouvement ouvrier suscités par le processus de modernisation ainsi que par l’autorisation de ce mouvement après des décennies d’organisation illégale. Elle souligne à quel point la violente répression des ouvriers grévistes dans les mines d’or de la Léna en Sibérie en 1912 a conduit à une augmentation des grèves et a contribué à une radicalisation du mouvement ouvrier. L’auteure propose une réévaluation du rôle du parti social-démocrate russe dans le cadre de ces mouvements sociaux, battant en brèche l’idée communément admise que les sociaux-démocrates russes auraient à cette époque condamné la grève.

3Kevin Murphy souligne que le mouvement de grèves prérévolutionnaire en Russie de 1912 à 1916 a été l’un des plus spectaculaires dans l’histoire des mouvements sociaux. Alors que les historiens se sont surtout intéressés aux années 1905 et 1917, Kevin Murphy insiste sur l’importance de la vague de grèves dans les années précédant 1917. Etudiant ces mouvements de grève au niveau de l’usine, il montre que les Bolcheviques ont agi comme catalyseurs de ces mouvements.

4Michael Seidman montre que le mouvement de grèves en région parisienne en 1968 s’inscrit en fait non pas en rupture mais dans la continuité de la tradition des grèves en France au XXe siècle, et notamment des années 1930. Il observe que la grande majorité des grèves n’étaient pas « sauvages », et que les syndicats ont, en fait, joué un rôle majeur dans leur déclenchement et leur achèvement, ce qui les situe bien dans le prolongement des mouvements de grève antérieurs. De plus, il souligne que pour la grande masse des ouvriers, c’étaient les avantages matériels (salaires) qui comptaient plus que les mots d’ordre plus utopiques comme l’autogestion. Il montre aussi que les acquis obtenus par ces grèves ont bénéficié avant tout aux ouvriers les moins payés (jeunes, femmes, immigrés).

5L’article de William A. Pelz sur la révolution allemande de 1918-1919 revient sur les débats au sein du mouvement ouvrier allemand à cette époque sur l’usage de la grève, notamment la grève de masse, comme arme dans la lutte des classes. Il souligne combien la position prise par Rosa Luxemburg dans La grève de masse, le parti politique et les syndicats (1906) a été influente. Pendant la Première Guerre mondiale, la grève est apparue comme une arme importante contre la guerre.

6Le numéro contient aussi des articles de varia, notamment un article de Richard Roman et Edur Velasco sur « un siècle de grèves au Mexique ». Cette vision large et englobante, étendue sur le temps long, est intéressante. Les auteurs partent du constat d’une sous-estimation des grèves au Mexique dans de nombreuses études récentes. Ils constatent aussi que beaucoup de chercheurs ont surévalué le rôle de l’État dans le déclenchement des grèves au Mexique, négligeant l’activité des ouvriers eux-mêmes, l’influence des cycles économiques, et des événements internationaux. Ils entendent mesurer les protestations ouvrières de manière plus complète, plus « holistique ».

7Enfin l’article d’Anna Koumandaraki, sur le mouvement syndical grec, s’affirme contre une approche « centrée sur l’État » de ce mouvement. Cette approche « État-centrée », qu’elle conteste, soulignait le manque d’autonomie politique des syndicats grecs. Mais Anna Koumandaraki propose une autre vision du syndicalisme grec, insistant sur ses deux facettes : légal et illégal ; à l’approche « État-centrée », elle oppose une approche « centrée sur la société » qui donne plus de place au syndicalisme illégal ou semi-illégal, s’intéressant aux organisations qui souffraient de restrictions de la part du gouvernement. Ces organisations, montre-t-elle, étaient souvent aux mains de non-Grecs et ne s’inscrivaient pas dans le cadre de l’idéologie nationaliste du gouvernement grec, elles ont subi une forte confrontation avec le gouvernement grec.

8Au total, ce numéro est passionnant et va certainement donner un nouvel essor aux recherches sur le mouvement ouvrier, permettant on l’espère de les inscrire dans une optique transnationale, mondiale, globale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Revue Workers of the world, n° 1, juin 2012 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3336

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page