Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Divers

Michel Biard, 1793. Le siège de Lyon entre mythes et réalités

Clermont-Ferrand, Éd. Lemme, coll. « Illustoria », 2013, 116 p.
Claude Mazauric
Référence(s) :

Michel Biard, 1793. Le siège de Lyon entre mythes et réalités, Clermont-Ferrand, Éd. Lemme, coll. « Illustoria », 2013, 116 p.

Texte intégral

1Avec « la Vendée », l’insurrection lyonnaise de la fin du printemps de 1793, le siège de la ville et la répression terrible qui, à l’automne, a suivi sa reprise, constituent des objets d’histoire et d’historiographie dont les enjeux dépassent, non pas l’horreur qu’inspirent les massacres, mais les épisodes eux-mêmes si on les rapporte à l’histoire d’ensemble de la Révolution française. Au terme d’un grand travail d’enquête, à la fois engagé dans les sources primaires et replacé dans l’innombrable succession des ouvrages et des recherches consacrés à la rébellion lyonnaise et à ses suites, Michel Biard nous donne un ouvrage de haute qualité dont la brièveté synthétique s’accompagne de beaucoup de précision et d’une magnifique attention au détail instructif.

2L’auteur relève en premier lieu ce qu’il juge avoir été les « miroirs déformants » à travers lesquels se sont réciproquement montrées les autorités lyonnaises aux yeux de la Convention, d’une part, et d’autre part comment le mouvement jacobin/sans-culotte, notamment parisien, était perçu par les Lyonnais. Si Paris et les départements qui ont soutenu la Convention dans le refus du « fédéralisme » départementaliste dont la bourgeoisie girondine et les modérés se faisaient partout les champions, ont bien exagérément identifié la classe dirigeante lyonnaise au « royalisme » honni, à Lyon, la bourgeoisie et les élites qui ont fini par contrôler la ville en réduisant à une sorte de périphérie sociale et politique les milieux populaires rassemblés derrière le « sans-culotte » Chalier, ont fini par croire que le pouvoir jacobin était isolé, enfermé dans un Paris rétif, et quasiment défait. À Lyon, on jugeait la République au bord de l’effondrement et en conséquence la révolte de la grande métropole rhodanienne était supposée devoir rencontrer un soutien profond dans tous les départements du sud (à l’exception de la Drôme), à Marseille, à Nîmes, à Toulon (vendu aux Anglais) et même au-delà. Ce subjectivisme, qui consiste à croire acquis ce qu’on espère voir se réaliser, a conduit le pouvoir lyonnais, passé aux mains des modérés avec des royalistes associés, à accepter un affrontement armé qui se révélera suicidaire. Située comme elle l’était, à quelques dizaines de lieues du royaume de Piémont-Sardaigne qui espérait reprendre militairement la Savoie, et de l’État bernois, hypocritement tout disposé à envoyer des troupes rejoindre une coalition si celle-ci avait quelque chance de l’emporter, la place de Lyon était stratégiquement essentielle à la défense de la République assiégée. Cela, indépendamment même de sa qualité de grande entité économique et manufacturière, commandant une région-carrefour essentielle aux échanges commerciaux et financiers.

3La guerre civile devenant inévitable après l’exécution des « Chalier » et l’éconduite des représentants de la Convention, elle prit peu à peu l’allure d’un affrontement militaire opposant une ville, se fortifiant dans ses redoutes et ses remparts, mobilisant toutes ses forces, y compris par la contrainte intérieure, tout en essayant de préserver ses relations externes, et une armée d’assiégeants de 21 261 soldats de divers corps, organisant un siège de plus en plus hermétique, confiant à l’artillerie lourde et de campagne le soin de réduire les assiégés à la capitulation. Malgré une tentative de « sortie » de 700 assiégés emmenés par leur chef, le royaliste Précy (qui réussit à échapper), la ville tombe aux mains des armées de la République, le 9 octobre. Commence alors la répression à la fois humaine et sociale de celles et ceux qui se sont insurgés, et l’éradication matérielle et symbolique de l’esprit d’indépendance de l’arrogante cité, devenue aux yeux de la France en guerre sur tous les fronts, la capitale de la trahison et du « négociantisme » réunis. Les bombardements qui ont tant effrayé les Lyonnais assiégés ont causé la mort de 72 personnes ; par contre, la répression implacable qui a suivi en a conduit des milliers à la mort dans des conditions horribles et au terme de procédures très majoritairement accélérées, souvent constituées d’un simple interrogatoire. Bilan tragique : 292 gradés et officiers combattants, 685 soldats pris les armes à la main, fusillés ou canonnés ; 1898 condamnés à mort au total sur 3 835 personnes ayant fait l’objet de poursuites : une effroyable tuerie dont on a évidemment voulu imputer la responsabilité aux divers envoyés successifs de la Convention, notamment Collot d’Herbois dont on rappellera que Michel Biard, naguère, s’était fait l’excellent biographe.

4Depuis 1795, la controverse, mémorielle, historiographique, idéologique évidemment, n’a cessé de renaître. Il était aisé d’incriminer l’irresponsabilité des uns, la sauvagerie des autres, majorant de ce côté de l’opinion, et jusqu’à la démesure, une martyrologie déjà très douloureuse. Opposer l’esprit lyonnais (« Lyon n’est plus » affirmaient ses vainqueurs !) au patriotisme des républicains qui désignèrent « Ville affranchie » celle qu’ils avaient soumise, servait de riposte. Paradoxalement, ce moment de guerre civile, extrêmement localisé dans cette partie de la France, a pourtant contribué à y faire naître et à consolider l’exigence d’une nécessaire solution politique aux inévitables conflits politiques et sociaux qui traversent l’histoire. Une recherche de compromis qui soit aussi éloignée des anathèmes mortifères et de l’improvisation meurtrière que de la brutalité répressive. Le radical Édouard Herriot se fit longtemps le chantre de cette manière de voir qui découlait de son interprétation de la chute de Lyon en 1793. Le 22 août 1793, Dubois-Crancé, représentant du peuple à la Convention, s’adressant aux Lyonnais leur déclarait ceci : « Je vous conjure donc, pour votre propre intérêt, d’ouvrir enfin les yeux et d’obéir aux lois ». On prit cela pour une rodomontade. Michel Biard, Lyonnais fidèle à ses racines, dans son récit doublé de précieuses annexes documentaires, nous donne à voir que la raison aurait pu être entendue, si les contemporains avaient exactement mesuré la profondeur des enjeux qui opposaient la France révolutionnaire, devenue républicaine, à l’Europe entière des têtes couronnées.  Ceux qui ne surent pas élever leur regard un peu au-dessus des brumes de la Saône et du Rhône ont ainsi entraîné leur cité dans une catastrophe dont le souvenir n’a cessé de demeurer vivace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mazauric, « Michel Biard, 1793. Le siège de Lyon entre mythes et réalités », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3333

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page