Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Divers

Simone Roux, Les racines de la bourgeoisie

Cabris, Sulliver, coll. « Archéologie de la modernité », 2011, 221 p.
François Rivière
Référence(s) :

Simone Roux, Les racines de la bourgeoisie, Cabris, Sulliver, coll. « Archéologie de la modernité », 2011, 221 p.

Texte intégral

1L’histoire de la domination bourgeoise est-elle devenue « ringarde » au début du XXIe siècle ? La médiéviste Simone Roux, professeure émérite à l’université Paris VIII, pose franchement la question au seuil de son essai sur les Racines de la bourgeoisie. Si les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon popularisent avec succès leurs études de la bourgeoisie contemporaine, il n’est en effet plus à la mode chez les historiens d’utiliser cette catégorie à consonance marxiste. D’après sa déclaration dans les Lundi de l’histoire (émission du 26/09/2011), c’est d’ailleurs en réponse à une sollicitation que Simone Roux a repris ce vaste sujet, dans une maison d’édition engagée et dans une collection historique à vocation critique. Elle en profite pour lutter contre « l’histoire en miettes », pour reprendre l’expression de François Dosse : une des références récurrentes est d’ailleurs l’ouvrage Renaissances italiennes (2007), d’Elisabeth Crouzet-Pavan, qui cherche également à dépasser « l’atomisation de la matière historique ». Simone Roux, auteure de synthèses sur Paris au Moyen Âge et sur les villes au Moyen Âge, mobilise ici ses vastes connaissances pour dégager des typologies et des causalités à l’échelle de l’Occident chrétien, entre les XIe et XVe siècles.

2L’approche choisie vise à éviter la téléologie et l’anachronisme, tout en postulant un lien entre la bourgeoisie « née de la ville médiévale » (p. 19) et celle qui triomphe au XIXe siècle. Les « racines » de la mentalité bourgeoise moderne et des facteurs permettant l’avènement du capitalisme sont restituées dans leur complexité : le processus décrit n’est pas l’action linéaire d’une classe sociale, mais l’héritage incertain de l’histoire de bourgeoisies plurielles, imbriquées dans des contextes géographiques, politiques, économiques et culturels divers. Les stratégies de ces groupes sociaux urbains sont évaluées non pas à l’aune d’un progrès vu comme inéluctable et dirigé vers le capitalisme, mais par rapport aux intérêts immédiats des acteurs médiévaux.

3La bourgeoisie n’est donc pas définie de manière rigide. Étymologiquement, il s’agit d’abord des habitants des bourgs, mais plus généralement des habitants des villes, appelés aussi citoyens (civis), notamment en Italie (p. 13). Juridiquement, le bourgeois se définit progressivement par la possession de libertés, c’est-à-dire de privilèges, qui vont le plus souvent avec la possession d’une maison dans laquelle il a résidé plus d’un an (p. 29). C’est cette définition qui est retenue par Simone Roux. Mais économiquement et politiquement, les bourgeois, propriétaires et détenteurs de certains pouvoirs, s’assimilent graduellement à une élite protéiforme, à dominante marchande, voire à ce que les historiens ont appelé un « patriciat ».

4L’ouvrage est divisé en quatre parties, globalement chronologiques. La première est consacrée à la genèse, peu documentée, des XIe-XIIe siècles, tandis que la deuxième traite de l’épanouissement du XIIIe siècle. Les troisième et quatrième sections évoquent les XIVe et XVe siècles, en insistant d’abord sur les difficultés, puis sur les « ferments » (p. 135) de changement et de modernité.

5Dans la première partie, l’émergence de groupes de bourgeois au sein des villes est liée classiquement à l’essor urbain et au mouvement communal, générateur de conscience collective et de communautés urbaines. Mais l’interprétation révolutionnaire et démocratique de ce processus est relativisée. Il s’agit le plus souvent d’accords auxquels les seigneurs ont autant à gagner que les urbains, lesquels recréent en leur sein des hiérarchies et ne remettent pas en cause le schéma des trois ordres. Les bourgeois seraient, dès cette époque, nettement distingués du peuple, et tireraient leur force de leur lien avec l’argent et le commerce. La catégorie des bourgeois apparaît également culturellement dans la littérature en langue vernaculaire, romans et contes, à la fois comme personnage et comme public. Mais son image est alors plutôt négative et elle reste subordonnée aux modèles cléricaux et aristocratiques.

6La deuxième partie met en valeur la nouvelle place des bourgeois dans une économie en croissance : la production, le commerce et la finance sont marqués par le rôle des marchands et le progrès de leurs techniques. Organisations de métiers et confréries renforceraient l’identité collective des bourgeois et leur place dans la société urbaine, de mieux en mieux tolérés par l’Église. Mais leur association conflictuelle avec les travailleurs et la suspicion de la société envers la richesse marchande limitent l’intégration des bourgeois dans les élites, qui passerait plus par l’aristocratisation que par une affirmation d’une identité propre. Différents types de bourgeoisies sont distingués en fonction des contextes politiques : autonomie urbaine forte en Italie, contacts avec l’Islam dans la péninsule ibérique, intégration dans le monde féodal en Flandre et en Allemagne, ou alliance avec la monarchie en France et en Angleterre. Les hommes d’affaires italiens sont une source d’innovation économique et politique, même si leur faible développement empêche de parler de capitalisme. Un patriciat, c’est-à-dire une forme d’oligarchie urbaine qui domine l’économie et le gouvernement, semble trouver sa place entre le peuple et les autorités supérieures.

7Mais la troisième partie décrit la remise en cause de ces élites bourgeoises par les crises de la fin du Moyen Âge : la volonté de paix devient une priorité, au-delà du désir de changement. Les révoltes urbaines et les guerres mettent le patriciat en porte-à-faux entre d’une part le peuple des « gens mécaniques », artisans et salariés, et d’autre part les pouvoirs princiers ou royaux qui accroissent leurs demandes fiscales. Les divergences sociales et économiques avec le peuple « maigre » rendent les expériences d’ouverture politique peu concluantes. Simone Roux juge que les revendications populaires incarnées par les organisations de métier relèvent souvent de rivalités stériles politiquement et économiquement plus que d’une volonté de changement. Mais le rôle de la bourgeoisie s’accroît néanmoins à travers le rôle des assemblées consultatives, comme les États généraux en France. De plus, l’influence bourgeoise se développerait à travers une culture laïque qui se diffuse et qui s’appuie notamment sur les techniques marchandes : les bourgeois deviennent des experts, juristes et gestionnaires, nécessaires au gouvernement des États. L’aspiration à la paix les pousse finalement le plus souvent à se rallier aux gouvernements monarchiques ou princiers. La crise potentiellement révolutionnaire aboutirait surtout à des réformes apparemment peu innovantes, un simple « réajustement » de la place des bourgeoisies dans la société. La typologie du XIIIe siècle est alors reprise pour montrer des évolutions différentes. La bourgeoisie française se met avec profit au service de l’État moderne en croissance, mais elle dépend de ce fait des aléas politiques. Certaines villes de Flandre, de l’Empire ou d’Italie suivent également cette voie, tandis que d’autres gardent leur autonomie, mais se replieraient sur une échelle au mieux régionale. Ces évolutions étaient jugées sévèrement par une historiographie qui attendait l’avènement de la bourgeoisie comme classe capitaliste. Mais Simone Roux insiste sur le fait que les marchands ont pu contourner le blocage social en investissant au moins partiellement dans des carrières administratives ou ecclésiastiques, et s’intégrer de manière variée dans les noblesses dirigeantes.

8La quatrième partie met en valeur les héritages des stratégies bourgeoises, au-delà de leur échec à dominer la société médiévale. Les innovations favorisant l’avènement du capitalisme dans les techniques, l’organisation du travail, la banque ou la finance sont attribuées aux bourgeois, ainsi que la valorisation sociale du commerce et de l’entreprise. Si les bourgeois restent jugés inférieurs au clergé et à la noblesse, leur place d’interface entre le pouvoir et le peuple paraît reconnue, ainsi que leur idéal de paix. Christine de Pizan, à laquelle Simone Roux a consacré un ouvrage en 2006, apporte sur ce point un éclairage précieux et original. Enfin, les rapports entre la bourgeoisie et la modernité sont explorés. L’humanisme, la Renaissance artistique, l’individualisme ou la laïcisation du savoir et du politique sont reliés à la nouvelle place des bourgeois dans la société, même si d’autres facteurs entrent en jeu. Les bourgeois s’intègrent d’ailleurs de plus en plus parmi les producteurs de sources et de culture, mêlant leurs valeurs à celles des autres groupes sociaux.

9Simone Roux conclut que la bourgeoisie médiévale en tant que sujet historique se « dissout » (p. 188), car il s’agit d’un groupe social quantitativement faible et divers : la « trahison » de la bourgeoisie, qui aurait échoué à faire triompher la modernité et le capitalisme, est donc plutôt à interpréter comme une adaptation rationnelle des acteurs aux possibilités offertes par le contexte. L’apport réel de la bourgeoisie serait le développement d’une mentalité progressiste valorisant la production de richesses, la rationalité, l’individualisme, la liberté et la tolérance. Encore à l’état de ferments au Moyen Âge, cet héritage fruit de compromis et d’alliances de circonstance aurait pu s’éteindre, mais ouvrait des perspectives de transformation.

10Cette vaste synthèse revisite l’abondante littérature historique produite sur la bourgeoisie du XIXe siècle aux années 1980. Elle permet de dépasser les orientations idéologiques qui tendaient à la disqualifier, que ce soit l’éloge de bourgeois précurseurs démocratiques de la République ou la condamnation d’exploiteurs du prolétariat. En effet, Simone Roux rappelle les points de vue anciens et récents pour les confronter et les nuancer. Ainsi, l’auteur rappelle l’apport de Jean Lestoquoy, même si ses jugements sur les responsabilités des différents acteurs dans la lutte des classes n’ont plus cours : il aurait introduit le concept de patriciat en histoire médiévale dans son ouvrage de 1952 sur Les villes de Flandre et d’Italie sous le gouvernement des patriciens, et ses constats nuancés sont assez largement repris, par exemple sur les causes des révoltes urbaines du XIVe siècle, plus antifiscales qu’anticapitalistes.

11L’ouvrage est mené de manière pédagogique, en définissant concepts et termes techniques : il peut donc s’adresser à un public cultivé autant qu’aux historiens de métier. Dans cet esprit, des exemples précis sont développés autour d’événements ou de personnages marquants, comme la reddition des bourgeois de Calais, Guibert de Nogent ou Jacques Cœur. Le discours est structuré par des titres nombreux, scandant le raisonnement. Les références bibliographiques sont peu nombreuses mais précises et accessibles à tous les lecteurs francophones, car les synthèses françaises et récentes ont été privilégiées, même concernant le reste de l’Europe.

12Cependant, la synthèse d’une bibliographie considérable débouche parfois sur une présentation si nuancée qu’elle est difficile à interpréter : la tentative de concilier les thèses et antithèses sur l’interprétation de la figure de Jacques Cœur, par exemple, laisse une impression d’ambiguïté sur l’état de la bourgeoisie française au XVe siècle, entre modernité et « retard ». De plus, les causalités déduites d’exemples particuliers, à l’échelle de l’Occident restent souvent des hypothèses, qui appellent une discussion point par point par les spécialistes.

13Quelques idées fortes se dégagent parmi les multiples aspects des différentes bourgeoisies qui sont évoqués. On peut notamment retenir l’idéal de paix qui anime les élites urbaines. Dès l’époque communale, les mouvements de violence paraissent rares et les bourgeois négocient leurs privilèges avec les seigneurs. Par la suite, s’ils s’allient parfois temporairement avec les émeutiers populaires, ils choisissent finalement les pouvoirs capables de rétablir l’ordre et le calme, souvent les États modernes en genèse, qu’ils soient monarchiques ou princiers. L’usage abondant de sources littéraires permet sur ce point de compléter de manière originale les développements plus classiques sur les progrès économiques et sociaux. Les liens suggérés entre les modes de gouvernement bourgeois et les expériences d’assemblées, également menées au sein de l’Eglise, constituent de même une hypothèse stimulante.

14En assumant les ambiguïtés de la notion de « bourgeoisie » sans renoncer à en faire l’histoire, Simone Roux démythifie l’étude de l’un des groupes dominants qui se développent au Moyen Âge. Elle permet ainsi d’élargir les interrogations sur le rôle des élites urbaines au-delà des mécanismes de notabilité locaux : si leur rôle dans les transformations et innovations qui marquent le Moyen Âge doit être relativisé dans un monde alors majoritairement rural, la postérité des expériences auxquelles les bourgeois ont participé et leur originalité méritent encore l’attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Rivière, « Simone Roux, Les racines de la bourgeoisie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3328

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page