Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Divers

Yves Ansel, Pour un autre Stendhal

Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012, 333 p.
Laure Lévêque
Référence(s) :

Yves Ansel, Pour un autre Stendhal, Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012, 333 p.

Texte intégral

1Ce livre est le fruit d’un long compagnonnage avec Stendhal, qui reprend des articles publiés en revues spécialisées. En cela, il intéresse le chercheur, à qui il rend accessible un riche matériau. Mais très au-delà, c’est à l’honnête homme qu’il s’adresse. Le mérite premier de ce livre décapant, « hérétique », est d’inviter à penser la réception d’un auteur – comment elle s’impose, qui la diffuse, au nom de quels intérêts… Pour Stendhal, l’affaire semble dès longtemps réglée : c’est un « fin psychologue », un narcissique, un écrivain pour happy few. Or, Yves Ansel, textes à l’appui, donne à voir un Stendhal non plus solipsiste mais dialogique, sans cesse tourné vers le destinataire. Une posture que dit assez la vocation première et jamais démentie qu’il se sent pour le théâtre. On y gagne un « autre Stendhal », non orthodoxe mais littéral, infiniment plus riche : « polyphonique, agressif, allusif, polémique, ironique, satirique, parodique, humoristique » (p. 96).

2Secouer les lectures établies s’imposait pour rendre l’œuvre à elle-même et à ses lecteurs, au potentiel critique qui est le sien, sous la ratiocination commentative qui l’étouffe et en finir avec le « dé-lire » (p. 109), fût-il signé Gérard Genette ou Michel Crouzet.

3La première idée reçue remise en cause est celle d’un Stendhal avant tout romancier, « auteur de deux “billets gagnants”, Le Rouge et le Noir et La Chartreuse » (p. 76). Bien plutôt, Yves Ansel montre que le genre stendhalien par excellence est le pamphlet et son moteur, la polémique : à rebours de la filiation reçue qui fait de Stendhal un fils de Rousseau en narcissisme, Ansel le replace dans une autre filiation, celle des combats de Voltaire. Ainsi ce livre invite-t-il, dans la plus pure tradition stendhalienne, à « réfléchir l’habitude », à réexaminer les certitudes les plus enracinées que tout lecteur bénévole nourrit sur Stendhal.

4Car l’auteur de ce livre veille à toujours resituer l’œuvre stendhalienne, non pas dans l’empyrée de l’inspiration, mais bien dans la mouvance des mutations qui bouleversent alors le champ littéraire et qui commandent des stratégies d’écriture.

5Patiemment, l’auteur défait un à un les clichés : le roman familial et le traumatisme de la mort de la mère ? Ils sont relus à la lumière de Deleuze et Guattari pour montrer que les tabous sont « franchement branchés sur le politico-social, sur 1789, sur la Terreur » plutôt que sur la psychanalyse. La prévalence de l’intime ? Mais l’Histoire est partout et La Vie de Henry Brulard ne comprend pas le moi en dehors du travail de l’Histoire (p. 84). Et de même la politique, en conformité avec ce qu’affiche Le Rouge et le Noir : « Si vos personnages ne parlent pas politique, ce ne sont plus des Français de 1830 ». Là réside l’actualité de cet Autre Stendhal. Stendhal psychologue ? Stendhal sociologue bien plutôt, Stendhal médiologue (p. 96) comme l’atteste sa (re)lecture des classiques, Stendhal « plus libéral qu’ultra, plus matérialiste qu’idéaliste, plus engagé qu’esthète, plus militant que dilettante » (p. 182).

6Partout la modernité de Stendhal éclate : celle du journaliste qui n’hésite pas, sous couvert d’anonymat et pour la presse anglaise, à référer la littérature de son temps aux enjeux – sociaux, économiques, politiques, idéologiques… – qui la traversent. Ainsi du rôle de l’élection et des tripotages qu’elle commande, preuve que Stendhal avait aperçu, derrière la question de la représentation, sa confiscation. Comme ses intrigues enregistrent l’assomption de la logique techniciste et capitaliste. Ainsi, qu’est-ce qui préside au tracé des lignes de chemin de fer ? Certainement pas le bien public. Et la Chambre, déjà, est incompétente : « Il est bien fini le siècle des Lumières, le “règne de l’opinion publique”, “reine intellectuelle de la France” » (p. 72). Dès 1837, l’opinion est sur la touche, une situation qui nourrit le retour critique sur les valeurs de progrès portées par la Révolution et qui s’accompagne d’un appel à la « classe pensante », ancêtre de ces intellectuels qui s’érigeront en juges avec l’affaire Dreyfus. Constamment préoccupé de tenir en lisière tant les dérives du système pansu que les revendications populaires, Stendhal promeut l’arbitrage d’un public éclairé et Yves Ansel l’arrache aux hauteurs éthérées de l’égotiste pour l’élite pour le rendre à la tradition à laquelle il appartient, celle de « l’héritage de la Révolution, du “jacobinisme”, de toute la philosophie critique du XVIIIe siècle » (p. 75) qui ose tout penser et tout examiner, du mariage comme « prostitution légale » (De l’Amour) à l’éducation des filles ou à la justice de classe. Jusqu’à affronter ses propres contradictions, conscient qu’est Stendhal de parler une langue qui discrimine entre un bon usage et un autre moins garanti, et qui consent cet aveu : « je trouvais horriblement vulgaires ces gens que j’aurais voulu aimer » (Vie de Henry Brulard). Alors Stendhal romancier, assurément, pour peu que l’on voie bien qu’il n’a rien d’un romancier-né et que romancier, il ne le deviendra qu’après avoir pris conscience de ce que les conditions concrètes de réception avaient pour lui de défavorable, par défaut, en somme, faute de pouvoir écrire pour le théâtre, ce qui aurait exigé d’être en phase avec le goût du public, entendons du public grossier issu de la Révolution (p. 197 sq.).

7Le livre procède ainsi à une indispensable recontextualisation de l’œuvre de Stendhal qui montre aussi tout ce que la pratique de l’inachèvement (Histoire de la guerre de succession d’Espagne, Vie de Napoléon, Une position sociale, Lucien Leuwen, Vie de Henry Brulard, Lamiel) doit, non pas à des empêchements biographiques rapportables au dégoût dont Stendhal serait soudain saisi pour l’œuvre en cours ou au refus de conclure, mais bien à la nécessité de ruser avec ces « MM. de la Police », que sa plume évoque si souvent, non par pente personnelle à la paranoïa, mais parce qu’ils réfèrent à une réalité contre laquelle Stendhal a effectivement eu à se défendre. Une police qui n’a pas besoin d’opérer directement mais dont la peur commande un régime d’écriture spécifique qui relève de ce que Bourdieu nomme « euphémisation ».

8Sans concession pour le spécialiste, ce livre est précieux pour qui veut comprendre, alors que la massification de la culture est en marche, ce qu’il en est de la sociologie de la lecture et de l’écriture.

9Pour ce livre, sinon polémique, du moins politique, Yves Ansel rappelle avoir dû trancher quant aux articles à retenir, si les choix qui ont été opérés dessinent un recueil des plus cohérents, on s’étonne néanmoins de l’absence de l’article très hétérodoxe qu’il a consacré à la lecture, officielle et doxale, de La Chartreuse en vigueur aujourd’hui. Serait-ce qu’il dérangeait trop les tenants de la parole stendhalienne « autorisée » ? Comme du temps de Stendhal, MM. de la Police seraient-ils dans la place éditoriale ? On n’ose le penser. Le lecteur bénévole le pourra retrouver dans L’Année stendhalienne n° 7, Champion, 2008, p. 265-292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Lévêque, « Yves Ansel, Pour un autre Stendhal », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3325

Haut de page

Auteur

Laure Lévêque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page