Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Divers

Marc Signorile, Art et propagande, Europe, Antiquité-XVIIe siècle

Paris, Sulliver, 2012, 239 p.
Bassir Amiri
Référence(s) :

Marc Signorile, Art et propagande, Europe, Antiquité-XVIIe siècle, Paris, Sulliver, 2012, 239 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Marc Signorile, Art et Propagande, embrasse une période chronologique importante, puisqu’il interroge les relations entre l’art et le pouvoir de l’Antiquité à la fin du règne de Louis XIV. Fort d’érudition, l’auteur éclaire par ce schéma diachronique les formes et les enjeux de communication et de représentation des pouvoirs, qui instaurent un lien complexe et ambivalent entre le politique, le religieux et la création artistique. Un des faciès majeurs de ce débat envisagé par l'auteur tient dans le rapport entre la propagande et l’art matérialisé par la conjugaison possible de « leurs manifestations sonores, plastiques, textuelles ou architecturales, investissant à la fois le monde religieux et profane ». L’originalité de l’ouvrage réside ainsi dans l’extrême habileté de l’auteur à pouvoir tenir un dialogue constant entre tant de sources artistiques variées, même si la dimension principale reste la musique.

2Le premier chapitre « Art et métaphore du pouvoir dans l’Antiquité » met en exergue le moyen d’expression fondamental qu'est la musique, considérée comme un art chez les Grecs, mais aussi comme un champ d’exploration fondamental pour rendre accessible la compréhension du monde. En nous offrant un voyage à travers le Timée de Platon, la Politique d’Aristote et les œuvres de Quintilien, Xénocrate d’Athènes et Vitruve, l’auteur met en exergue le pouvoir extraordinaire de la musique sur l’esprit et le comportement. Il évoque d’autre part la musique comme phénomène urbain : «  Le paysage urbain comme la musique qui s’y donnait, reflétait concrètement un mode de vie, un type de culture, un type d’administration (p. 23-24)». Un lien est ainsi mis en évidence entre les règles  formelles qui régissent la musique en tant qu’art  et  celles qui régissent la société. Dans le contexte de l’Empire romain, l’expression artistique et celle du pouvoir diffusent l’esthétique de la grandeur, le rayonnement et l’exaltation des héros, des empereurs, des dieux et le statut même de l’Empire.

3Le théâtre, comme la musique, joue aussi un rôle particulièrement important dans cette entreprise de communication. L’auteur entreprend donc un voyage odysséen vers les grandes œuvres tragiques antiques à travers un répertoire riche en empruntant la voix des grands héros et héroïnes antiques, Phèdre, Médée, Pasiphaé, Agamemnon ou encore Clytemnestre, qui ont tant marqué l’imaginaire collectif . Tantôt confrontés au désordre, tantôt porteurs de l’empreinte de l’ordre civique, ils incarnent au regard de Marc Signorile une forme de pouvoir en situation d’agir « face à des décisions engageant leur destin » .

4Ces réflexions trouvent un certain prolongement au chapitre II, « L’artisan artiste, le commanditaire et le produit « . Les philosophes antiques n’ont pas figé l’Art dans le seul domaine de l’esthétique : il est aussi un champ d’investigation et d’utilisation pragmatique en particulier dans le domaine politique et dans le conditionnement social, si bien que « la musique en tant qu’instrument de propagande se place à côté des autres arts, dans un processus global de civilisation » (p. 35). Sur tous ces points, le livre de Marc Signorile offre un outil de réflexion décisif en donnant au lecteur les moyens de comprendre comment s’instaure une logique de différenciation dans l’appréciation même de l’Art.

5Ce débat est l’objet du chapitre suivant, « Symbolisme de l’œuvre et pouvoir politique ». Il existe généralement, d’après l’auteur, une correspondance entre le milieu social, les processeurs économiques et les goûts esthétiques. Cette corrélation est interprétée comme un critère de distinction des groupes sociaux. L’auteur dévoile là un aspect fondamental de sa thèse principale, qui définit l’œuvre d’art comme l'« expression complexe de l’ordre social, qui correspond à une dialectique entre réalité sociale et imaginaire et véhicule un certain nombre de valeurs, de savoirs et d’idéologie » (p. 48). La création artistique elle-même est soumise à la contrainte du « déterminisme sociologique ». Le livre développe ce point tout en soulignant que l’art évolue sous l’influence des changements qui touchent la société, mais en tant qu’expression, il véhicule une force rhétorique tout en influant sur la vision politique du monde du récepteur.

6Le livre explore cette problématique par un nouveau volet, le chapitre IV intitulé « Arts et propagande en Moyen Âge ». Il faut apprécier l’approche de l’auteur qui affirme l’absolue nécessité pour les historiens de remplacer la coupure entre l’Antiquité et le très haut Moyen Age par une longue zone de transition, où les sculptures noua et vetera s’affrontent, mais aussi fusionnent. D’emblée l’auteur entame un rapide panorama historique de la « construction de l’Occident Chrétien comme un espace spectaculaire ». En ce sens, la redécouverte de l’Antiquité à la fin du premier millénaire, selon Marc Signorile, est à considérer davantage comme une exploitation de l’héritage antique au profit du christianisme que comme un véritable retour à l’Antiquité.

7L’auteur montre comment, dès l’aube du Moyen Âge, la propagande religieuse instrumentalise les expressions artistiques. Pour ce faire, il a le souci de l’exhaustivité en conjuguant d’une manière diachronique l’emprise sur la société du « plain-chant », la sémiotique didactique de l’Art roman, l’Ars nova, sans oublier le gothique. À travers cet essor de l’art musical, architectural, iconographique ou encore oratoire, dynamisé par une découverte progressive et continue de la créativité artistique, le rôle des différents ordres et des corporations est bien montré, notamment celui des franciscains et des dominicains. Cette longue période historique si variée se dote ainsi d’une intention hégémonique et politique, comme le confirme l’auteur : « s’il existe bien une propagande d’Etat et une propagande chrétienne, cette dernière est particulièrement efficace » (p. 88).

8Toujours dans le souci de respecter la chronologie, le chapitre V se donne pour dessein d’examiner la période de la Renaissance, avant tout considérée comme un phénomène essentiellement italien. L'auteur examine surtout l’efflorescence de la création dans les domaines de l’art et l’impact qu’elle pourrait avoir sur les mentalités, l’urbanisme et l’organisation même de l’État. La diversité des références aux différents acteurs de cette période trouve sa cohérence dans la tension qui anime création artistique, dogme et pouvoir politique. Les œuvres de Copernic et de Galilée illustrent particulièrement cela, sans pourtant écarter le rôle précieux que jouent d’autres acteurs comme Machiavel, Erasme, Léonard de Vinci et Michel-Ange. Aussi convient-il d’insister sur le fait que cette période est aussi présentée sous l’angle de l’échange des idées et des styles, de l’invention et des expressions nouvelles, ce qui donne aux arts un rôle dynamique de transfert culturel, mais aussi une fonction idéologique, surtout quand ils sont utilisés à des fins de promotion, religieuses et politiques.

9Dans les deux chapitres qui suivent, le lecteur trouve des éclaircissements et des analyses utiles et complémentaires sur le concept du mécénat et ses implications (chapitre VI) et sur le pouvoir religieux (chapitre VII). Le chapitre VI présente une synthèse réussie et actualisée de l’attention portée aux enjeux du mécénat et de la création artistique : il en ressort que si le mécénat suppose une forte implication dans la vie culturelle de l’époque, il est d’abord un geste de pouvoir pour ne pas dire une posture politique susceptible « d’avoir en deuxième instance d’heureux prolongements artistiques ». Au chapitre VII, l’auteur, après un rapide rappel du panorama religieux de l’Europe, prend en compte les moments charnières de l’histoire religieuse, de Constantin jusqu’à la période moderne. L’auteur souhaite ainsi montrer que le pouvoir religieux porte essentiellement sur le fait que l’Église n’a jamais sous-estimé le pouvoir suggestif de l’art. Durant les périodes de crise, par exemple, Réforme et contre-Réforme, le rôle de l’Église est crucial dans la stimulation de la production artistique, sans oublier qu’elle en fait par ailleurs bon usage pour conserver et conforter ses positions. Et comme l’énonce l’auteur : « De fait, l’art est au religieux ce que le contre-sujet est au sujet de fugue, mais les significations officieuses de l’art religieux sont différentes de celles que la pensée académique et le bon sens commun véhiculent avec constance » (p. 163).

10Ces considérations se poursuivent au chapitre VIII sur l’art des jésuites, qui illustre la richesse foisonnante de l’art chrétien, catholique et romain, à partir du concile de Trente. Si à ses débuts, la deuxième moitié du XVIe siècle, l’art jésuite se caractérise par sa fonctionnalité politico-spirituelle, la fin du XVIe siècle voit le développement d’une esthétique où l’art illusionniste et baroque trouve une place de prédilection, qu’illustre notamment l’œuvre d’Andrea Pozzo à l’église de Saint-Ignace de Rome. Par-delà le rôle pédagogique de l’image, Marc Signorile montre comment le regard et la vue sont sollicités pour faire accéder au monde divin. C’est dans cette perspective que sont commentés des monuments tels que la Chiesa del Gesu à Rome, Saint-Charles Borromée à Anvers, la Michaelkirche de Münich, l’église Saint-Paul-Saint-Louis à Paris. Non moins instructives sont les analyses de l’auteur, lorsqu'il retrace l’histoire de la Société de Jésus et son rapport à la fois ambivalent et complexe à la musique et au théâtre, comme outils pour prodiguer non seulement une éducation ignatienne, mais aussi à travers ces arts conjugués, asseoir leur influence et imprégner l’imaginaire collectif. Il en est de même lors des différentes missions lointaines entreprises par les jésuites, au cours desquelles ils ont introduit et « distillé » la civilisation européenne.

11Marc Signorile termine son ouvrage par le chapitre IX,  intitulé « le pouvoir artiste », où la place du roi à la tête du système politique et religieux est abordée par le biais de la musique et de la danse, particulièrement avec le ballet de cour. Si le ballet est prisé à la cour de France dès Henri III, il connaît des heures de gloire jusqu’à Louis XIV. Cette utilisation de la musique comme objet de propagande, plutôt qu’à Richelieu, c’est à Mazarin qu’il faudrait en attribuer la paternité en considérant le rôle qu’il joua en faveur de l’introduction de l’opéra italien. Sensible à la potentialité politique des arts, il recrutera même des indicateurs et des espions parmi les artistes italiens, comme ce fut le cas du fameux castrat Atto Melani. L’instrumentalisation de la musique à des fins de pouvoir est étudiée aussi à propos de Louis XIV. Encouragé par Mazarin et aidé par Colbert, le roi en fait une véritable voie de propagande politique. Le rôle de Jean-Baptiste Lully dans le développement de l’image du roi monarque absolu n’est pas à négliger et l’auteur développe cet aspect par des exemples bien commentés.

12Après cet aperçu historique autour du ballet comme enjeu pour le pouvoir, l’auteur termine son chapitre par l’évocation de la « scénographie du religieux » pour montrer comment Louis XIV se met en scène et joue le rôle de représentant de Dieu, dans le cadre d'une politique visant à promouvoir sa puissance de souverain de droit divin. La chapelle du château de Versailles devient alors ce sanctuaire privilégié affirmant et réalisant la spécificité du droit divin du roi : les cérémonies, les objets, l’iconographie véhiculent d’une manière ou d’une autre une symbolique où le roi est en constante mise en scène et en représentation.

13Au total, l’auteur a retenu une approche chronologique et thématique en créant un véritable dialogue autour de l’art et de la propagande, dans lequel la musique trouve une place privilégiée. Il s’agit donc d’un ouvrage éminemment synthétique, faisant efficacement le point sur la question cruciale des liens de l’art et de la propagande, ce dont on ne peut que se réjouir, même si l'on peut regretter l’absence de planches et d’images qui enrichiraient l’ouvrage et fourniraient des appuis utiles pour le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bassir Amiri, « Marc Signorile, Art et propagande, Europe, Antiquité-XVIIe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3323

Haut de page

Auteur

Bassir Amiri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page