Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Rémy Pech, Jules Maurin, 1907, les mutins de la République. La révolte du Midi viticole

Préface de Maurice Agulhon. Toulouse, Privat, 1907, 330 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

Rémy Pech, Jules Maurin, 1907, les mutins de la République. La révolte du Midi viticole. Préface de Maurice Agulhon. Toulouse, Privat, 1907, 330 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, fruit de la collaboration de deux universitaires languedociens, est centré sur un aspect majeur du mouvement viticole de 1907, la mutinerie du 17e régiment d’infanterie à Agde, le 20 juin 1907, mutinerie qui entraîne environ 560 soldats et qui se produit à un moment culminant de la crise, juste après les graves troubles de Narbonne, qui firent cinq morts. Jules Maurin, après avoir rappelé rapidement les principaux moments de la révolte du Midi, traite de l’aspect proprement militaire. Le 17e était composé en écrasante majorité de conscrits de la région (héraultais surtout mais aussi quelques Audois, Aveyronnais et Tarnais et l’on comprend qu’ils aient été sensibilisés par la crise viticole). Désireux de rentrer à leur casernement de Béziers alors qu’ils avaient été transférés à Agde pour des manœuvres, les mutins expriment une solidarité de fait avec le mouvement des viticulteurs. L’origine de la mutinerie reste en partie obscure, car des civils non identifiés ont participé à son déclenchement ainsi que sans doute des militants socialistes, dont un caporal, Joseph Fondecave, un des « meneurs ». L’épisode est très bref puisque tout est terminé le 21 juin sans violence, après la reddition des soldats à Béziers, à la suite de négociations avec les autorités. Et cette reddition marque aussi l’apaisement de la crise dans son ensemble. Si, en tant que fait militaire, l’épisode n’est pas vraiment saillant, c’est néanmoins la seule mutinerie identifiée dans l’armée française à cette époque, avant celles de 1917. Les mutins sont ensuite transférés à Gap, puis à Gafsa, en Tunisie, où ils resteront jusqu’en mai 1908, sans subir de punitions spéciales en dehors de cet éloignement. La deuxième partie du livre, préparée par Rémy Pech, traite de « la voix des mutins » et comprend une série de neuf récits écrits ou prononcés par les mutins eux-mêmes. Ils sont passionnants, moins par ce qu’ils disent de la mutinerie elle-même, qu’ils tendent en général à minimiser, que par le récit qu’ils donnent des suites, c’est-à-dire du transfert à Gap, puis de la vie des soldats à Gafsa. Leur minutie dans la description du parcours, la découverte par ces Languedociens d’une bourgade du Sud tunisien, leur adaptation difficile au climat, leur « débrouille » pour rendre leur vie moins désagréable, leur curiosité intellectuelle très inégale vis-à-vis de leur environnement (l’un deux s’initie cependant à l’arabe), leur racisme ordinaire mais sans méchanceté, donnent lieu à toute une série de notations précieuses. Enfin une troisième partie, très démythificatrice, « La trace, le texte, la mémoire », rédigée également par Rémy Pech, examine, à travers un ensemble de documents (titres de la presse de l’époque, correspondances, chansons, poèmes écrits par les mutins, œuvres littéraires) la formation de la légende qui transfigura ultérieurement la révolte. Elle modifia sa cause originelle (attribuée dès lors au refus d’un ordre – qui ne fut jamais donné – de tirer sur le peuple), fit de Gafsa une sorte de bagne, et accrédita plus tard l’idée de l’exposition privilégiée du xviiie au danger, en 1914-1918.La chanson contribua notablement à cette transposition avec le chansonnier parisien Montéhus d’abord, auteur du célèbre « Salut à vous braves soldats du xviie », et à sa suite le chanteur occitan Claude Marti. Maurice Agulhon, qui préface l’ouvrage, attire l’attention sur l’aspect « républicain » du mouvement de 1907 en général, républicain dans ses participants, ses modes d’action et son issue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « Rémy Pech, Jules Maurin, 1907, les mutins de la République. La révolte du Midi viticole », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/332

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page