Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie - Livres pour la jeunesse

Gérard Streiff, Ben Bella et la libération de l’Algérie

Oskar Éditions, 2011, 96 p. À partir de quatorze ans.
Alain Chiron
Référence(s) :

Gérard Streiff, Ben Bella et la libération de l’Algérie, Oskar Éditions, 2011, 96 p. À partir de quatorze ans.

Texte intégral

1Cet ouvrage est dû à Gérard Streiff, à qui on doit aussi, dans la même collection "Histoire et civilisation", le livre qui présente les documents essentiels à la compréhension des évènements algériens de 1954 à 1962. Il s’agit d’une biographie très abordable pour un jeune public : on regrette seulement que parfois quelques mots supplémentaires ne contextualisent ou n’expliquent pas mieux les choses. Ainsi, au lieu de dire qu’en 1930 Ben Bella est vieilli de deux ans pour des raisons de facilités administratives, on aurait pu dire que c’est afin de pouvoir se présenter au certificat d’études avec l’âge requis. Dans ce premier chapitre qui traite de la période de la vie du personnage jusqu’en mai 1940, on apprend deux choses étonnantes. La première est qu’un certain Bénavides (descendant d’Espagnols musulmans, comme son nom l’indique mais pas l’ouvrage), professeur à l’École primaire supérieure de Tlemcen, traitait en classe à l’occasion le prophète d’imposteur (s’en suivent des altercations). La seconde est que, durant la saison 1940, Ben Bella est footballeur à l’Olympique de Marseille alors qu’il est sergent au 141e régiment d’infanterie alpine basé à Marseille.

2Dans la seconde partie de ce livre, on a des précisions sur les opérations auxquelles a participé Ben Bella de 1943 à 1945. On apprend ainsi qu’il est adjudant lors de la bataille de Monte Casino et que, bénéficiaire d’une permission, il est présent en Algérie au moment où se déroulent les massacres de Sétif. Le chapitre suivant nous le présente s’engageant dans la clandestinité. La raison pour laquelle il écope de dix ans de prison en 1950 est qu’il était le cerveau du hold-up de la poste d’Oran. Cette action était destinée à renflouer les caisses indépendantistes. Peu après son arrestation, il réussit à s’évader. Les chapitres suivants mettent en avant son rôle de dirigeant de la révolution algérienne. L’ouvrage se termine en évoquant rapidement la période de sa vie qui va de 1965 à 2011. L’ouvrage ne mentionne pas sa mort, celle-ci en avril 2012 étant postérieure à l’édition du livre. Le contenu est globalement plutôt hagiographique, et le renversement de Ben Bella en 1965 est expliqué ainsi : « On peut penser qu’il a été renversé par une alliance des technocrates et des nouveaux privilégiés du régime, (…) ceux qui sont au pouvoir et ceux qui sont plutôt riches qui lui reprochent d’être trop populaire, trop à gauche, de n’être pas assez précis, technique dans ses décisions politiques ».

3L’auteur du livre donne une interview où Ben Bella fournit des explications sur certains contextes, comme celui du coup d’état qui le prive du pouvoir. Une chronologie de l’Algérie coloniale de 1830 à 1962 est également présentée et un peu illustrée. On notera qu’y sont cités des propos d’Alexandre Dumas, qui donne un exemple banal d’expropriation au profit des colons, ainsi qu’un extrait du Déserteur de Boris Vian.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Gérard Streiff, Ben Bella et la libération de l’Algérie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3313

Haut de page

Auteur

Alain Chiron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page