Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Alexis Sempé (prés.), Un instituteur communiste en Algérie. L’engagement et le combat (1936-1953)

Cahors, La Louve éditions, 2013, 464 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Alexis Sempé (prés.), Un instituteur communiste en Algérie. L’engagement et le combat (1936-1953), Cahors, La Louve éditions, 2013, 464 p.

Texte intégral

1Alexis Sempé, déjà auteur d’un mémoire de maîtrise sur « Gaston Revel (1915-2001) : parcours d’un militant communiste en Algérie » (Toulouse II, 2002), nous offre un remarquable ouvrage s’appuyant sur les riches documents personnels de son personnage. La notoriété limitée de Revel, comme la diversité des documents utilisés pourraient faire douter de la légitimité de cette entreprise. Il n’en est rien. L’auteur tire un parti remarquable de cet itinéraire de terrain, de cette vie d’instituteur attaché à laisser des traces écrites de son vécu, de son état d’esprit, dans des carnets et dans sa correspondance, allant jusqu’à témoigner par des photos attentives à ses élèves et aux hommes, de ses classes et rencontres. L’ensemble est passionnant et plein de surprises. De plus, sa réalisation est parfaite : index, cartes, nombreuses photographies, notes de bas de pages claires…

  • 1 Signalons les 5000 notices de militants algériens, sous la direction de René Gallissot, dans Maitro (...)

2Le préfacier, Jacques Cantier, s’explique sur le détour par l’individu qui « loin de constituer une fuite devant le social, vient éclairer, avec le sens de la nuance qu’impose la prise en compte des variantes singulière, les enjeux collectifs d’une époque ». Quant à l’auteur, il s’appuie sur les historiens de la micro-histoire pour revendiquer l’importance du sujet dans la compréhension de la société. La réflexion aurait pu être poursuivie en s’appuyant sur les travaux concernant les militants algériens (René Gallissot1) et sur la réflexion récente concernant la sociobiographie. Celle-ci dans sa volonté d’utiliser la prosopographie mais aussi de la dépasser, met l’accent sur l’usage des ego-documents, journaux personnels, carnets, correspondances, photos. Or nous sommes là devant un cas remarquable.

3Loin des itinéraires tracés aux cordeaux, nous suivons, en temps réel, la politisation du jeune audois, son pacifisme des années trente, son approbation critique de Munich, puis en 1939 son ralliement aux thèses communistes. Qu’il soit désarçonné par le Pacte germano-soviétique puis qu’il lui trouve des explications est somme toute courant. Plus surprenant est, après sa nomination en Algérie, dans le bled, à Aïn-Tabia (près de Collo), son approbation de la Révolution nationale : « Tout gravite autour de trois mots riches de sens : Travail, Famille, Patrie. Acte de décès de l’individualisme qui caractérisait le régime défunt. À tous les degrés, tous unis, rassemblés autour du chef. » (lettre à son ami hongrois Jean Mezei, p. 123). Et dans la lancée, il soutient la collaboration avec l’Allemagne, une expérience qui devait être tentée, dit-il. La documentation manque pour saisir les étapes de son retour vers les analyses communistes. Après le débarquement des troupes anglaises et américaines en Afrique du Nord, il fut mobilisé en décembre 1942, envoyé en Tunisie, avant de participer au débarquement en Provence et de remonter jusqu’en Allemagne. C’est peu dire que son état d’esprit avait clairement changé. Il était totalement hostile au régime de Vichy et démobilisé dans l’été 1945, revenu en Algérie, il adhéra au Parti communiste algérien (PCA). Il fut un militant si investi que le 3 mai 1953, « fait exceptionnel en Algérie », il devint élu municipal de Bougie dans le deuxième collège, en principe réservé aux musulmans.

4Militant intense, Gaston Revel nous a laissé des traces des moments forts de cet engagement où on lit le basculement de l’instituteur républicain attentif aux injustices sociales (dont témoignent d’ailleurs ses photographies) en un anticolonialisme résolu, non sans contradictions tant est difficile la position des communistes et syndicalistes CGT dans le jeu des coopérations et de concurrence avec les diverses sensibilités nationalistes. En juin 1955, le PCA, s’étant rallié à la lutte nationale et s’étant préparé au passage à l’illégalité, fut dissous le 12 septembre 1955. Revel perquisitionné, victime d’un attentat, interdit de séjour dans le département de Constantine puis sans poste en Algérie, dut rentrer en France où il resta sans affectation pendant un an. Mais il n’en avait pas fini avec l’Algérie. Dès l’indépendance algérienne, Gaston Revel y revint et exerça de nouveau comme instituteur à Bougie. Il fut arrêté, le 8 mai 1963, emprisonné, et le 30 mai 1963 interdit de séjour dans le département de Sétif. Libéré en juin 1963, il retourna à Alger, reprit son poste d’instituteur. Après le coup d’État du 19 juin 1965 par Boumediene, les communistes étant arrêtés, Gaston Revel rentra définitivement en France et milita au PCF à Carcassonne.

5La documentation hors du commun qu’il avait conservée et complétée par des témoignages écrits a permis de focaliser l’attention sur cet enseignant remarquable et ce militant que les revers de l’histoire n’avaient pas abattu. Un itinéraire qui, sous la plume de d’Alexis Sempé, prend sens.

Haut de page

Notes

1 Signalons les 5000 notices de militants algériens, sous la direction de René Gallissot, dans Maitron-en-ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Alexis Sempé (prés.), Un instituteur communiste en Algérie. L’engagement et le combat (1936-1953) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3301

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page