Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Jeanne Puchol, Charonne –Bou Kadir, 1961-1962. Une enfance à la fin de la guerre d’Algérie

Paris, Tirésias, 2012.
Sylvain Venayre
Référence(s) :

Jeanne Puchol, Charonne –Bou Kadir, 1961-1962. Une enfance à la fin de la guerre d’Algérie, Paris, Tirésias, 2012.

Texte intégral

1Ceux qui connaissent un peu le travail de Jeanne Puchol ne seront pas étonnés de constater que Charonne – Bou Kadir emprunte à des genres différents. Le premier est celui du reportage dessiné, une forme qui a le vent en poupe ces temps-ci. Il y a beau temps, en effet, que le modèle fourni par le Palestine de Joe Sacco a été repris et développé par de nombreux auteurs. On songe d’ailleurs, en lisant Charonne – Bou Kadir, au 1956 du même Sacco. Après XXI, la Revue dessinée, dont le premier numéro est sorti il y a deux mois, se propose aujourd’hui d’institutionnaliser le genre en France. Le livre de Jeanne Puchol aurait parfaitement pu y faire l’objet d’une prépublication.

2Le second genre est celui de l’autofiction. En 1961, Jeanne Puchol avait quatre ans. Ses parents venaient d’Algérie et militaient pour l’indépendance. Charonne – Bou Kadir se donne ainsi comme une interrogation sur la mémoire familiale. La narratrice y questionne ses parents sur une histoire à laquelle ils ont pleinement participé et que pourtant, le temps aidant, ils peinent à raconter convenablement.

3Deux récits s’entrecroisent donc : celui de la répression de la manifestation au métro Charonne, d’une part, celui de l’enquête menée par Jeanne Puchol auprès de ses parents, qui ont vécu l’événement, d’autre part. L’ensemble est harmonieusement mêlé, uni par un beau dessin en noir et blanc, dont le classicisme n’exclut pas, sous la force de l’émotion, des écarts expressionnistes. Dans certains de ses précédents livres, Jeanne Puchol avait déjà étonné par son goût pour les mélanges hardis. Les deux tomes sur la « bouchère », il y a dix ans, séduisaient par la façon dont l’érudition historique et littéraire était mise au service d’un récit tout à la fois burlesque et politique. Charonne – Bou Kadir, tout en traitant d’un sujet extrêmement différent, permet à l’artiste de poursuivre dans sa voie propre. L’enquête historique se mêle ici aux essais poétiques – et, même si l’auteur ne se refuse pas certaines facilités (comme l’association de Charon et de Charonne), le résultat est remarquable. Jeanne Puchol est une artiste qui devrait être bien davantage reconnue.

4Ajoutons qu’une bande dessinée avec une bibliographie savante, des notes, un appareil critique contenant les références exactes des citations du texte présent dans les bulles, ce n’est pas si fréquent. On aimerait en voir plus souvent, y compris dans ces reportages dessinés qui, bien souvent, dans leur volonté d’imiter le travail des journalistes, s’affranchissent paradoxalement de cette « morale de l’intelligence » consistant à indiquer précisément ses sources. Jeanne Puchol y est très attentive, car les notes ici importent d’autant plus que beaucoup d’entre elles proviennent du livre d’Alain Dewerpe, tout à la fois historien et fils d’une des figures martyres représentées, dans Charonne – Bou Kadir, avec une belle pudeur et une grande efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Venayre, « Jeanne Puchol, Charonne –Bou Kadir, 1961-1962. Une enfance à la fin de la guerre d’Algérie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3299

Haut de page

Auteur

Sylvain Venayre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page