Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Sur la Guerre d'Algérie

Laurent Maffre, Demain, demain. Nanterre. Bidonville de la Folie. 1962-1966

Arles, Actes Sud BD, 2012.
Sylvain Venayre
Référence(s) :

Laurent Maffre, Demain, demain. Nanterre. Bidonville de la Folie. 1962-1966, Arles, Actes Sud BD, 2012.

Texte intégral

11er octobre 1962. Les stars de l’époque sont Just Fontaine, né à Marrakech, et Johnny Hallyday, né à Paris. Kader, lui, est originaire de Biskra. Ce jour-là, il voit débarquer à Nanterre sa femme Soraya et ses deux enfants, Ali et Samia, qui arrivent d’Algérie. Il est terriblement gêné, Kader. Il les attendait pour le lendemain. Les préparatifs pour les accueillir ne sont pas finis. Au numéro 1957, où ils doivent habiter, les lits superposés ne sont pas installés. Les cabinets ne sont pas finis. Il n’y a pas d’eau non plus, pas de lumière, pas de vue. Pour la lumière, Kader installera une onduline transparente sur le toit. Pour le reste, il n’y a malheureusement rien à faire.

2Soraya n’en croit pas ses yeux. Son mari n’a pas osé le lui dire au téléphone. Le numéro 1957 correspond à la date à laquelle les anciens propriétaires des lieux avaient emménagé. Mais ce n’est qu’un numéro parmi des centaines d’autres. En réalité, mille cinq cents ouvriers « célibataires » et trois cents familles vivent ici, dans ce qui est officiellement désigné comme le numéro 127 de la rue de la Garenne. Aucun n’a l’électricité ni l’eau courante. Cet entassement de baraquements précaires, surveillés par la police, c’est le bidonville de la Folie.

3Bien sûr, la vie sera la plus forte. Soraya fait des efforts, elle s’adapte, essaie de ne pas penser à ce que diraient ceux qui sont restés au pays s’ils savaient ça. Les voisins s’entraident et même un peu plus que ça. Un petit peuple humble et fier s’agite sous les yeux du lecteur : Ahmed et Fathia et leurs enfants Yamine et Larbin, mais aussi Raymond et Josiane, qui viennent visiter leurs amis immigrés, ou monsieur Marty, l’instituteur, ou encore Françoise qui donne des cours aux petits et aide les grands à obtenir leurs papiers.

4Au pays, si on savait, on ne le croirait pas. Kader raconte une histoire algérienne : « C’est deux frères. Le premier est installé en France. Le second vient du pays pour le rejoindre et travailler à l’usine, lui aussi. Il arrive à Orly, il est perdu. Mais voilà qu’il voit son frère venu pour l’accueillir. Ils prennent les bagages et ils sortent sur le parking. Là, le frère, celui qui vit ici, regarde par terre et dit à l’autre : ‘Regarde ! Regarde ! Un billet de 500 francs par terre !’ Et celui qui vient d’arriver du pays lui répond : ‘Bah ! Ne te fatigue pas, on commencera à les ramasser demain. »

5La réalité est bien différente, entre les gendarmes qui font respecter l’interdiction de réparer les masures, les injures racistes de certains passants et les bulldozers qui apportent là la terre enlevée sur le chantier des futurs HLM de Nanterre, auxquels rêvent Kader et ses amis. A la Folie, le feu peut prendre à tout instant, au propre comme au figuré. Les sinistrés sont envoyés dans la Maison départementale de Nanterre, aux allures de workhouse, ou dans des cités aux allures de pénitencier.

6Les années passent. Certains retournent au pays. D’autres résistent, dont Laurent Maffre fait entendre les discours socialistes contre les impérialistes et les réactionnaires. Ainsi Slimane qui, au prix d’une acrobatie chronologique, meurt dans la Seine le 17 octobre 1961.

7Cette acrobatie est à peu près la seule de Demain, demain. Pour l’essentiel, la bande dessinée de Laurent Maffre déroule au plus près du quotidien le récit linéaire des quatre années de Kader et sa famille à la recherche d’un véritable logement, à côté de Paris, entre 1962 et 1966. Grandement fondé sur le travail de Monique Hervo, qui s’était installée à la Folie dans les années 1960 pour y aider ses habitants, ce livre se veut une œuvre de mémoire. Laurent Maffre entend y perpétuer à son tour le souvenir du bidonville de Nanterre et de cette époque où l’école et la politisation des ouvriers apparaissaient encore comme des issues possibles. Il y parvient avec talent, en donnant à ses personnages cette chair sans laquelle ceux qui n’ont pas vécu cette histoire ne peuvent rien ressentir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Venayre, « Laurent Maffre, Demain, demain. Nanterre. Bidonville de la Folie. 1962-1966 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 122 | 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3297

Haut de page

Auteur

Sylvain Venayre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page