Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent

LAMOP – Paris 1, 2007. (http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf)
Antoine Destemberg
Référence(s) :

Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent. LAMOP – Paris 1, 2007. (http://lamop.univ-paris1.fr/W3/JosephMorsel/Sportdecombat.pdf)

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a bénéficié de la collaboration de Fanny Madeline et des discussions menées avec Joseph Morsel, le 15 janvier 2008, dans le cadre du Séminaire historiographique des doctorants du LAMOP.

Texte intégral

1Le lecteur cherchera inutilement en librairie l’essai de Joseph Morsel – maître de conférence en histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – car, comme le justifie lui-même l’auteur, « c’est en tant que contribution à une appropriation critique et rationnelle de l’espace électrographique que le présent ouvrage est publié sous la forme d’un livre électronique » (p. 11). Un pari « éditorial » de 196 pages dont le titre témoigne de la volonté de situer la réflexion historiographique ici conduite dans une épistémologie combattante, à l’image de celle menée en son temps par Pierre Bourdieu pour la sociologie. Issues de la pratique enseignante de son auteur, ces « réflexions » se veulent donc une tentative d’explication au public non professionnel la nécessité d’étudier scientifiquement cette période de l’histoire. L’enjeu est de taille dans un contexte de lourdes menaces pesant sur les sciences humaines et sociales. Dans cet essai conçu comme un diptyque, Joseph Morsel s’applique – dans une première partie – à questionner la place qu’occupe le Moyen Âge dans l’imaginaire collectif, période historique souvent méprisée et qui apparaît comme le refuge identitaire ou rhétorique de toutes les irrationalités sociales. Mais au-delà, l’auteur entend montrer – dans une seconde partie – comment l’histoire (médiévale), en tant que discipline savante et « science du changement des sociétés humaines » peut être, au contraire, pensée comme un laboratoire d’analyse fondamental des problématiques socio-politiques actuelles, et notamment de la question – dont l’actualité brûlante n’est plus à démontrer – des modalités de l’hégémonie culturelle et sociale de l’Occident.

  • 1  Patrick J. Geary, Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Eu (...)

2Reprenant l’idée d’un long Moyen Âge de Jacques Le Goff, caractérisé par une continuité des structures sociales et mentales depuis la fin de l’Empire romain jusqu’à la Révolution industrielle, Joseph Morsel insiste sur l’exceptionnalité de la période médiévale qui est la seule à pouvoir être étudiée intégralement, de son début à sa fin. Laboratoire unique pour l’historien, justifiant le titre de la première partie de cet essai  – « L’Histoire du Moyen Âge, c’est fondamental pour nous » – elle est paradoxalement la période la plus mal connue du grand public, un « trou noir de notre idéologie » (p. 37) : période « honnie », dont la représentation est utilisée comme repoussoir de notre société et dont la compréhension est obérée par un ethnocentrisme catégoriel dominant. Et pourtant le « marketing du Moyen Âge » se porte bien. Les demandes mémorielles sans cesse croissantes alimentent l’imaginaire d’un Moyen Âge fait de tournois, de foires ou de secrets des Templiers. Pour l’auteur, cette façon de penser le Moyen Âge « pour se sentir d’ici et de cette religion » est non seulement la marque d’un repli sur soi, d’une « tentation du local », mais également et plus radicalement une façon de penser « l’autre absolu de notre présent », comme pour dire son irrationalisme. En cela, « la vogue actuelle du médiévalisme est donc plutôt un signe de la profonde dégradation des représentations sociales occidentales » puisqu’elle n’a « qu’un seul effet, qui est probablement le but recherché : détourner les attentions et les énergies de la transformation sociale (…) Le médiévalisme est donc non seulement une attaque contre l’intelligence, mais aussi contre le progrès social » (p. 61). Et l’auteur de conclure que cet usage de l’irrationnel comme référent identitaire, présent dans de nombreux discours contemporains1, constitue une « médiévalgie », une maladie de la démocratie : « laisser se développer des foyers d’irrationalisme social, articulé à des usages mythographiques du passé, ouvre la porte à des infections idéologiques plus que dangereuses, dont l’Occident a bien failli mourir déjà une fois » (p. 62).

  • 2  Johannes Fried, Die Aktualität des Mittelalters. Gegen die Überheblichkeit unserer Wissensgesellsc (...)

3C’est donc en occupant le terrain de prédilection de ce médiévalisme envahissant, en l’occurrence Internet, que Joseph Morsel propose de lutter contre celui-ci. L’utilisation du réseau par les étudiants (et un plus large public), devenue presque systématique, nécessite en effet de réfléchir à ce nouveau médium, qui tend à se substituer aux formes traditionnelles de diffusion du savoir. Qu’on le regrette n’empêche pas qu’on en prenne acte, car l’outil véhicule aussi ses idéologies : « Wikipedia résulte de cette croyance en ce partage des savoirs dont chacun serait pour une parcelle le détenteur » (p. 73). Pour Joseph Morsel – appuyé ici dans sa réflexion par Christine Ducourtieux –, il s’agit surtout de trouver les moyens de s’approprier ce nouvel espace de diffusion des connaissances en réfléchissant aux problèmes théoriques qu’il fait surgir, comme la disparition du protocole de validation des données ou l’anonymisation des textes ; un enjeu pour la recherche et sa diffusion, à une heure où notre société libérale, incapable de penser un futur au-delà de trois ans, relègue, de fait, la connaissance du passé à la catégorie de « culture » ou de « patrimoine ». C’est pourquoi, plutôt que reprendre l’argument utilisé par d’autres de la participation à l’intelligence collective d’une société pour justifier une utilité sociale de l’histoire du Moyen Âge 2, l’auteur préfère invoquer sa nécessité « pour une bonne compréhension des enjeux sociaux actuels ».

4L’ambition de la seconde partie – « L’Histoire du Moyen Âge, ça a été fondamental pour nous » – est donc de fournir une tentative d’explication de la formation du système social occidental et ainsi de contribuer au questionnement sur le Sonderweg européen, c’est-à-dire sur cette « divergence de l’Occident », à propos de laquelle Max Weber s’interrogeait déjà au début du xxe siècle. Pour Joseph Morsel, le « basculement » qui inaugure l’hégémonie occidentale doit manifestement être l’objet d’étude des historiens du Moyen Âge. « L’hégémonie occidentale serait ainsi moins liée à des aspects spécifiquement technologiques qu’à une organisation sociale à l’efficacité particulière – ou, si l’on veut, à une meilleure “productivité sociale” – dont dérive pour sa part, dans un second temps seulement, la capacité l’innovation technologique (…) C’est cette “productivité sociale” qu’il convient d’expliquer, c’est-à-dire comment des hommes qui ne sont pas individuellement plus forts ni plus intelligents, ni collectivement plus nombreux ni plus riches, ni dotés de techniques uniques (...) sont pourtant parvenus à dominer pour un temps la planète – et surtout à imposer une idéologie et un mode d’organisation sociale bien au-delà de leur aire d’implantation effective » (p. 86). Et l’auteur d’insister sur le fait que cette spécificité de l’Occident, qui conduit à son expansion, n’est pas consécutive de la genèse médiévale du modèle occidental, mais résulte concomitamment de sa dynamique interne, du processus même de formation de l’Occident. Discutant les thèses stimulantes mais peu argumentées de Michael Mitterauer (Warum Europa ? Mittelalterliche Grundlagen eines Sonderwegs, Munich, Beck, 2003), Joseph Morsel mobilise alors une abondante production historiographique, sociologique et anthropologique, et aboutit à une proposition : cette divergence de l’Occident amorcée au Moyen Âge – et plus particulièrement durant les xe-xiiie siècles – résulterait d’un double processus de « déparentalisation » et de spatialisation de l’organisation sociale.

5Pour l’auteur, cette « déparentalisation » se traduit par le fait que les « rapports de parenté ne sont désormais plus primostructurants mais exostructurés » (p. 110). On assisterait ainsi à une dévalorisation des rapports de parenté charnelle au profit d’une parenté alternative, symbolique ou spirituelle, usant d’un même vocabulaire pour qualifier des usages sociaux pourtant différents. L’Église de la Réforme grégorienne, qui organise en son sein cette substitution de la parenté charnelle (promotion du célibat et de la chasteté) par la parenté symbolique (filiations divines et communautés spirituelles), apparaît dès lors comme l’institution « déparentalisée » par excellence. Mais la position dominante du clergé lui permit aussi d’étendre à l’ensemble de la société médiévale occidentale sa mainmise sur les rapports de parenté en organisant la promotion d’une parenté spirituelle fondée sur le baptême (fraternité spirituelle et pratique du parrainage) et en contrôlant les alliances matrimoniales : le mariage devient un sacrement reproduisant l’union mystique du Christ et de son Église, imposé à chaque couple et organisant canoniquement cette « décarnalisation » par la lutte contre la consanguinité et la fixation des interdits selon les degrés de parenté. Il résulte de ce processus de disqualification de la parenté charnelle, promu par l’Église occidentale, la nécessité d’organiser un système alternatif assurant la cohésion sociale : c’est là qu’intervient la seconde dynamique occidentale précédemment évoquée, celle de spatialisation du social.

6L’espace devient en effet le fondement du lien social suivant un processus d’enracinement qui est aussi celui du pouvoir : on passe d’un pouvoir seigneurial altimédiéval fondé sur la domination personnelle à ce qu’Alain Guerreau a nommé un rapport de dominium, c’est-à-dire une « domination indissoluble des hommes et des terres » caractérisant la féodalité. Dès lors, les structures de descendance et les discours lignagers apparaissent moins comme un mode d’affirmation parental que comme une revendication successorale, celle d’un héritage du pouvoir et de sa domination spatiale. Il en résulte une inversion des rapports onomastiques entre les personnes et les lieux : les hommes ne donnent plus leurs noms aux lieux, ce sont les lieux qui donnent leur nom aux hommes, et ceci jusqu’au roi des Francs (rex Francorum) qui devient, au début du xiiie siècle, roi de France (rex Franciae). L’appartenance aux lieux devient structurante et les hommes se définissent dès lors volontiers comme des habitants. Là aussi le monde clérical, qui produit des discours savants sur l’espace, joue un rôle fondamental dans ce processus. La chrétienté (christianitas) qui désignait jusqu’au xie siècle l’ensemble des chrétiens devient l’espace dominé par l’institution ecclésiale, délimité par des frontières – dont la notion émerge aux confins de cette chrétienté aux xiie-xiiie siècles – et polarisé : la paroisse est l’espace tridimensionnel de la communauté d’habitants, organisée autour de l’église – centre du rapport vertical entre ciel et terre induisant des innovations architecturales essentielles –, des fonds baptismaux et du cimetière – qui manifeste lui cette polarisation horizontale des communautés d’habitants.

7Ce double processus de « déparentalisation » et de spatialisation modifie donc profondément les modes d’organisation sociale de l’Occident, la filiation ne suffisant plus à assurer la reproduction sociale et avec elle la reproduction de ses modes de domination. On aboutit ainsi à une certaine autonomisation des acteurs sociaux et à une libération des forces de travail qui a des conséquences sur l’organisation de la production : c’est l’apparition du salariat et de la méritocratie. L’Église, encore une fois, apparaît comme le laboratoire de cette mutation : la fondation des premières universités, au tournant du xiie et du xiiie siècle, sous la tutelle de l’Église, organise un système de promotion méritocratique fondé sur les compétences intellectuelles et l’acquisition des savoirs. Mais c’est aussi pour l’Église une moyen d’assurer sa domination, en s’attribuant le monopole de ceux qui savent – le terme de « clerc » devenant synonyme de « lettré » – en procédant à une véritable « ponction permanente (…) sur le monde laïc qualifié » (p. 184). Et c’est là pour l’auteur une des clefs d’explication de l’hégémonie historique de l’Occident : son système méritocratique au sien duquel convergent pouvoir social et pouvoir intellectuel.

  • 3  Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Pari (...)

8Le lecteur aura saisi toute l’ambition de cet essai dont la densité se révèle un peu plus à chaque nouvelle lecture. Plus d’un an après sa mise en ligne, on ne peut qu’inviter à ce que chacun se saisisse du débat, afin d’éviter la décomposition de l’histoire médiévale, ou avant qu’elle ne devienne ce qu’elle est devenue en Allemagne, une niche étriquée de spécialistes n’offrant aucune perspective aux jeunes chercheurs qui ont le courage de s’y lancer. Pour Joseph Morsel, les médiévistes français se trouvent devant une « chance historique » dans la mesure où ils constituent encore un réseau suffisamment puissant et organisé pour lutter collectivement et institutionnellement contre les instrumentalisations du Moyen Âge et la marginalisation de son approche scientifique. En quête d’un schéma interprétatif global, l’auteur inscrit donc son travail dans une volonté historiographique de renouvellement des outils conceptuels applicables aux réalités médiévales et qui, notamment sous l’influence des théories d’Alain Guerreau 3, entend aussi repenser la configuration socio-spatiale de la période féodale. Intégrant les concepts de spatialisation, de monumentalisation, ou de topolignée proposés par Michel Lauwers, Didier Méhu, Dominique Iogna-Prat et Anita Guerreau-Jalabert, l’auteur propose ainsi une belle synthèse des travaux les plus récents sur le sujet. Quant au concept de « déparentalisation » proposé par Joseph Morsel, il attend encore d’être discuté dans le détail par les spécialistes de l’Occident médiéval. Il conviendrait notamment de répondre à ces questions : la parenté dans la société du haut Moyen Âge est-elle si fondamentalement primo-structurante ? Quelle est l’efficacité de l’Église en tant que force de contrainte dans sa lutte contre la parenté charnelle et quels phénomènes de résistances celle-ci a-t-elle suscité ? Faut-il enfin concevoir la spatialisation du social comme une réponse globale à un autre phénomène global, celui de la « déparentalisation », dans une succession quasi systématique ? Au-delà, les questions soulevées par cette grille d’analyse trouvent des résonances stimulantes dans l’actualité politique et sociale immédiate : un exemple, que l’auteur nous a lui-même confié, celui de l’actuelle société chinoise. Après trois générations soumises à la politique de l’enfant unique, celle-ci se présente comme société largement « déparentalisée », les Chinois n’ayant tendanciellement pour parentèle que leurs seuls père et mère, et n’ont plus ni oncles, ni tantes, ni cousins. La parenté se réduit à la famille nucléaire, réalisant ainsi le modèle, souhaité et jamais atteint, de l’Église médiévale. Mais cette « déparentalisation » chinoise n’est pas que la conséquence d’une démarche malthusienne mise en œuvre par le Parti communiste chinois ; elle procède d’une lutte à plus long terme de l’État contre les structures sociales de la Chine pré-communiste et notamment contre le poids de la parenté et son culte des ancêtres. Se pose alors une question : dans quelle mesure cette « déparentalisation » ne serait-elle pas l’un des facteurs qui expliquent l’extraordinaire dynamisme actuel du pays ?

Haut de page

Notes

1  Patrick J. Geary, Quand les nations refont l’histoire. L’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Aubier, 2004.

2  Johannes Fried, Die Aktualität des Mittelalters. Gegen die Überheblichkeit unserer Wissensgesellschaft, Stuttgart, Thorbecke, 2003 (3e éd.).

3  Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, Le Seuil, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Destemberg, « Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/327

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page