Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Des archives orales pour une histoire sociale de l’enseignement supérieur contemporain en France

Jean-Philippe Legois
p. 205-213

Texte intégral

1Dans un contexte de renouveau des archives et de l’histoire contemporaine de l’enseignement supérieur et de ses enjeux, les archives orales, si elles font l’objet de véritables campagnes, concertées et raisonnées, peuvent renforcer ce renouveau général et alimenter un volet de cette histoire encore trop négligée : l’histoire sociale.

  • 1 Cette journée s’inscrit dans un cycle de journées d’étude organisées par le rectorat de Paris dans (...)

2Suivent ici quelques réflexions issues de la journée de travail tenue à la Sorbonne le 16 mars 20121, ainsi que des expériences accumulées au sein du GERME et de la Cité des mémoires étudiantes.

Contexte et enjeux : renouveau des archives et de l’histoire de l’enseignement supérieur

3Dans le domaine des archives, l’enseignement supérieur français connaît, depuis une dizaine d’années, plus qu’un renouveau ; c’est d’une véritable naissance de services d’archives intégrés – services comptant au moins un professionnel à sa tête – qu’il s’agit, donc d’une révolution organique, silencieuse, mais déterminante.

  • 2 Section des archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et (mouvements) étudian (...)

4Cette émergence de services d’archives de proximité dans une minorité significative des établissements d’enseignement supérieur a permis la création du réseau, puis de la section – de l’AAF – AURORE2, ce qui change la donne : l’existence de tels services d’archives rend possible une collecte plus riche et raisonnée et donc la préparation de recherches scientifiques plus documentées/ systématiques… Tout au moins à terme.

  • 3 Ce type de disparition est évidemment difficile à établir dans le détail. Elle peut même encore avo (...)

5Malgré toute la bonne volonté des archives départementales et des archives du rectorat de Paris, pour l’Île-de-France, l’absence de foyers de collecte au plus proche des administrations et des différents acteurs de l’enseignement supérieur explique l’inévitable disparition de sources pourtant d’intérêt historique 3.

  • 4 Jacques Verger (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, 432 p.
  • 5 Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités, Paris, Presses universitaires de Fra (...)

6L’histoire contemporaine de l’enseignement supérieur connaît, elle, un certain renouveau, voire une amorce plus forte de développement. Il y a encore une dizaine d’années, l’étude de l’enseignement supérieur du second vingtième siècle relevait plus de la sociologie que de l’histoire. En 1986, Jacques Verger a fait appel à Jean-Claude Passeron pour écrire le chapitre consacré aux années 1950-1980 dans l’Histoire des universités en France 4 et la synthèse de Jacques Verger et Christophe Charle, sortie en 1994, ne traite pas la « période postérieure à 1945, qui mériterait à elle seule un livre » 5…, livre qui, malheureusement, n’existe toujours pas !

7Or, ces dernières années, par-delà même la constitution d’un programme spécifique d’histoire de l’enseignement supérieur au sein de l’ex-Service d’histoire de l’éducation (cf. infra), notamment suite à une commande institutionnelle de commémorations – toujours complexe à gérer –, certains chercheurs confirmés se sont lancés sur le terrain de cette histoire du temps présent des universités et ont souhaité approfondir leur démarche au-delà de toute demande commémorative.

  • 6 « Mutations de la science et des universités en France depuis 1945 », sous la direction de Jean-Mic (...)

8C’est ce début de convergences entre archivistes et chercheurs, au-delà des différences de statut entre services d’archives et de disciplines entre chercheurs, qui a permis un renouveau déjà signalé à plusieurs reprises 6.

9Quant aux enjeux de ce renouveau, rappelons-en au moins deux qui motivent les différents efforts du moment :

10– Le système universitaire français connaît, depuis 2007, une nouvelle mutation institutionnelle, aussi importante que celle ayant suivi le mouvement de mai-juin 1968, ce qui modifie considérablement le cadre d’évolution et de perception des acteurs sociaux de ce système. Cela peut être une motivation supplémentaire pour des institutions connaissant de tels changements de constituer quelques « repères » ; cela peut mettre une aide au débat et à la décision.

11– Pendant quelques années encore, nous avons la possibilité « générationnelle » de recueillir les témoignages de celles et ceux qui ont connu la mise en place du nouveau système universitaire post-68 et son évolution actuelle, voire qui ont connu le système pré-68… Mais les départs à la retraite s’accumulent et les liens se distendent…

12à partir de ces éléments, quelles sont les conditions de faisabilité de véritables « corpus d’archives orales » ?

De véritables campagnes d’archives orales à lancer

13Concernant le domaine de l’enseignement supérieur, les archives orales sont encore à développer, en s’inspirant de ce qui existe déjà, mais en tendant à couvrir l’ensemble au-delà de l’infiniment grand et de l’infiniment petit.

  • 7 L’INRP est devenu Institut français d’éducation (IFE).

14D’un côté, le programme de collecte d’archives orales de l’ex-Institut national de la recherche pédagogique qui s’intitule « Histoire et archives orales de l’enseignement » a été lancé en 1990 par Marie-Thérèse Franck, au sein de l’ex-Service d’histoire de l’éducation (SHE)7. Le corpus ainsi composé est consacré aux « décideurs » du monde de l’éducation afin de mieux dessiner les politiques éducatives en France depuis 1945. Plus de 220 témoignages ont été recueillis, même si seulement quelques dizaines concernent directement l’enseignement supérieur.

15De l’autre, le corpus constitué par le Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants (GERME) et la Cité des mémoires étudiantes est, lui, complètement ancré dans la communauté universitaire, mais n’est consacré qu’aux militants et acteurs sociaux étudiants. Le site – Conservatoire des mémoires étudiantes, ouvert en 2004 –, propose aujourd’hui une première série de « témoignages », accessibles par noms, périodes, régions, chacun faisant l’objet d’un résumé analytique détaillé, ce qui permet l’écoute du témoignage par plage.

  • 8 Philippe Joutard, « La collecte des témoignages oraux : retour sur quarante ans de pratique en Fran (...)

16La constitution de corpus d’archives orales n’est plus une innovation, comme l’a rappelé Philippe Joutard, historien pionnier de ce chantier, lors du colloque de la section des archives communales et intercommunales de l’AAF consacré aux archives orales à Montpellier, en octobre 20088.

  • 9 Article L211-1 du Code du patrimoine (livre 2) : « Les archives sont l’ensemble des documents, quel (...)

17Constituer un véritable corpus d’archives orales, ensemble cohérent aux éléments constitutifs comparables tant sur le plan documentaire que méthodologique, est une démarche active – et collective, nous y reviendrons –, ces archives étant « provoquées » et ne correspondant pas totalement à la définition première des archives 9, mais devant mobiliser pour autant les archivistes au même titre que les chercheurs.

18D’ailleurs, quand un archiviste, afin d’enrichir sa collecte, intervient « en amont » de la production administrative de documents, n’est-il pas déjà dans la… « provocation » ? Mais, même provoqués, ces entretiens sont bien « mis en archive », en étant collectés, conservés, « classés » (traités plus exactement) et communiqués (soit les fameux « 4C » définissant les missions des archives).

  • 10 Partisan et pratiquant du résumé analytique détaillé contre la retranscription intégrale, comme d’a (...)

19Un des éléments essentiels permettant de distinguer un agrégat épars d’archives orales d’un corpus, sans parler de son traitement archivistique (et documentaire) et de sa mise à disposition10, est bien la question de la grille d’entretien, qui, en plus de ses problématiques, se doit d’avoir une approche générale et un fil conducteur. Il faut un cheminement similaire et certaines « séquences » comparables. C’est pourquoi la méthode du parcours de vie nous paraît de plus en plus, au fil des expériences – notamment avec le GERME et la Cité des mémoires étudiantes –, la plus pertinente et, si un questionnaire plus précis est à développer, il est à insérer à l’intérieur de ce cheminement souple et non à développer à part comme lorsqu’on menait des enquêtes ciblées sur la Résistance ou telle autre période. Ce cheminement similaire (origines familiales, enfance et formation, etc.) doit être amené de manière simple et souple dans le cadre d’un entretien semi-directif.

20Cette question méthodologique n’est pas abordée de la même façon selon les disciplines. C’est aussi un des enjeux d’une telle démarche. En plus des approches ethnologiques ou anthropologiques, plus attentives à la manière de dire qu’aux dires eux-mêmes, l’approche des sociologues ou des politistes pourrait être caractérisée par le primat de la problématique et donc d’une question « centrale » derrière les questions. Aussi peut-on avoir des grilles d’entretien construites thématiquement autour de la problématique de chaque enquête, avec, seulement à la fin, des informations biographiques sous forme de questions fermées regroupées dans un « talon sociologique ».

21Si nous plaidons pour cette approche du parcours de vie, c’est qu’elle ne nous semble pas dépourvue de problématiques, ne serait-ce que celle de la prosopographie des acteurs sociaux de l’enseignement supérieur, qu’elle permet une réelle critique de la source en restituant bien le producteur de cette archive, à savoir le témoin, et qu’elle permet de mieux reconstituer les ressorts biographiques et contextuels de ce parcours… Aussi comprend-on mieux pourquoi ce chantier concerne au premier chef historiens (au sens large, c’est-à-dire tous les sociologues, politistes, géographes, juristes, historiens des sciences, ethnologues, etc. faisant usage de l’histoire dans leurs travaux) et archivistes, mais aussi pourquoi il devrait permettre une véritable interdiciplinarité, puisqu’il permet une certaine « interopérabilité » des problématiques.

  • 11 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000.

22D’où, d’ailleurs, le caractère « réutilisable » de ces « archives » dans un tel programme : chaque témoignage est conçu dans un cadre se voulant cohérent et collectif et recueilli pour être consultable par le plus grand nombre et réutilisable pour plusieurs recherches, autrement dit, pour reprendre les mots de Paul Ricoeur « mis en archives »11.

23Il n’empêche que cette perspective devrait faire l’objet d’un réel débat interdisciplinaire.

24Prendre l’enseignement supérieur – restant encore à préciser entre universités, grandes écoles et grands établissements – pour périmètre de ce nouveau chantier de collecte, c’est non seulement un pari supplémentaire sur le double renouveau des archives et de l’histoire de l’enseignement supérieur et la dynamique qu’il peut entraîner -nous l’espérons –, mais aussi le choix d’une certaine orientation scientifique. Celle qui nous semble structurante et que nous choisissons comme telle, c’est celle d’une histoire sociale de l’enseignement supérieur.

Pour une histoire sociale de l’enseignement supérieur !

25Une fois établi le fait que les archives orales sont un complément dynamisant pour les approches archivistique et historienne d’un domaine de recherche émergent, il reste, en effet, à définir une ou des problématiques pour la constitution d’un tel corpus.

  • 12 C’est ce choix qui a été délibérément écarté par Charles Soulié et son équipe pour commencer à écri (...)

26Au-delà d’une simple approche thématique – gouvernance, carte universitaire, massification, loi Faure, lois Pécresse (etc.), évolution des communautés universitaires, des disciplines –, il s’agit de choisir un point de vue « épistémologique » : quelle type d’histoire de l’enseignement supérieur voulons-nous ? Histoire de la gouvernance et des processus de prise de décision, comme pour le corpus de l’ex-SHE ? Histoire des savoirs et disciplines ? Histoire politique et culturelle, risquant également d’être désincarnée ?12

  • 13 Thème d’un séminaire ayant fait l’objet d’une journée d’étude.
  • 14 Cf. Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, notamment son chapitre 10 sur « (...)
  • 15 Cf. Antoine Prost, « Pour une histoire “par en—bas” de la scolarisation républicaine », Histoire de (...)

27René Rémond avait pris l’enseignement supérieur comme une « institution politique »13. Si l’histoire sociale a connu les mêmes crises que les « paradigmes globaux » et les « grandes espérances collectives »14, cette approche semble avoir encore toute sa pertinence pour saisir « l’histoire par en bas »15 de tout un secteur donné.

  • 16 Gérard Bouchard, Le village immobile, Sennely en Sologne au xviiie siècle, Paris, Plon, 1971.

28C’est d’autant plus le cas depuis le second vingtième siècle, lors duquel l’enseignement supérieur a été le théâtre d’une véritable massification des effectifs étudiants. Certaines universités, voire sites universitaires, regroupent, dès les années 1960, plus de 20 000 étudiants. En comptant les personnels enseignants et non-enseignants, cela peut représenter des communautés humaines de près de 25 000 personnes. Ce sont des communautés qui sont aussi dignes de devenir objet de recherche qu’une entreprise ou une commune, fût-il un village et fût-il « immobile »16.

  • 17 Christophe Charle, Prosopographie des élites, xvie-xxe siècles, Paris, CNRS, 1980, 178 p. ; (et Rég (...)
  • 18 Christophe Charle et Régine Ferré, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, dictionnaire (...)
  • 19 Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs du Collège de France, dictionnaire biographique, P (...)
  • 20 Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs de la faculté des sciences de Paris, dictionnaire (...)
  • 21 Françoise Huguet, Les professeurs de la faculté de médecine de Paris, dictionnaire biographique (17 (...)

29Une telle histoire peut s’enrichir des apports déjà reconnus de l’analyse des acteurs du champ universitaire comme intellectuels et/ ou élites pour mieux les placer dans la mêlée sociale universitaire. Christophe Charle, dans le cadre des recherches de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) sur les élites, a fortement contribué à l’étude de la « naissance des intellectuels » et à la place des élites universitaires parmi celles-ci17, avec notamment une enquête prosopographique sur les professeurs de l’enseignement supérieur de 1809 à 1940 concernant la faculté des lettres de Paris18, le Collège de France19, la faculté des sciences de Paris20 et la faculté de médecine de Paris21.

30Mais, on ne peut réduire les acteurs du terrain universitaire à la « noblesse d’état » ou à celle de l’esprit ; la communauté universitaire n’est pas composée que du groupe dominant des professeurs titulaires ou de minorités agissantes. Le champ universitaire est autant composé de groupes sociaux – professeurs titulaires, enseignants non-professeurs, non-enseignants, étudiants – que des relations existantes entre ces groupes et à l’intérieur de ces groupes. Cette histoire sociale est une histoire globale… Et une histoire locale.

  • 22 Robi Morder, « Présentation », Cahiers du GERME, n° 1, « 1946 : la “charte de Grenoble”, naissance (...)

31Aussi, l’enjeu, encore plus pour ce second vingtième siècle, celui de la massification, est bien de faire l’histoire de toute la communauté universitaire, de sa base comme de son sommet, et peut ouvrir un autre chemin vers une telle histoire sociale, soucieuse également de l’articulation entre milieu(x) et organisations voulant représenter celui-ci/ ceux-ci. Il s’agit ainsi de refaire marcher sur deux jambes la sociologie et l’histoire des groupes sociaux, trop souvent « bancales », comme cela avait pu être diagnostiqué pour les étudiants à la création du GERME22.

32Car, parmi l’histoire sociale, l’histoire des mouvements sociaux dans l’enseignement supérieur a également droit de cité. À quand une histoire des syndicats enseignants de ce degré d’enseignement ? À quand plusieurs recherches croisées sur les mouvements étudiants, même si les efforts du GERME, depuis plus de 15 ans, n’ont pas été vains ? Sans parler d’une histoire des syndicats des personnels administratifs et de service ?

33Pour toutes ces histoires, ô combien humaines et complexes, l’apport des archives orales ne peut être que positif, tant sur le plan des pratiques que des représentations.

34Faire le choix d’une histoire sociale détermine un certain choix de témoins. C’est effectivement là que se joue l’épine dorsale d’un corpus au-delà du questionnaire pouvant toujours être compatible avec d’autres problématiques, voire en les intégrant (si possible). Au-delà également des lieux/ établissements et des périodes couvertes, nous en revenons à cette question rituelle depuis les « années 1968 » : d’où parles-tu (camarade, rajoutait-on alors) ?

35Si chacune des trois grandes composantes de la communauté universitaire est à traiter en soi, les différents niveaux d’intervention au sein d’un établissement d’enseignement supérieur ne sont pas à négliger : niveau central (avec ses services « centraux » : directions générales des services, ressources humaines, formation continue, médecine universitaire, sports, culture, communication, etc.), composantes (facultés, départements, UER, puis UFR) et les différents conseils (UFR, CA, CS, CEVU), voire cours et travaux pratiques/dirigés.

36Nous sommes bien là au cœur d’une histoire sociale d’en bas, ce qui ne délégitime pas les approches plus globales ou institutionnelles, où l’on pourra chercher aussi à déterminer le rôle de l’état, de ses ministères et de sa tutelle rectorale, mais aussi des collectivités territoriales ou d’autres intervenants extérieurs à la communauté universitaire comme les architectes.

37Mais, afin de rendre la collecte la plus riche et significative possible, il est effectivement important de cibler certaines populations plus que d’autres. Là, nous cherchons à établir l’écosystème de chaque établissement ou de chaque discipline, ce qui fait relativiser les processus de prise de décision. L’approche par établissement semble la plus pertinente, même s’il faut la rectifier immédiatement par une histoire comparée permanente. C’est à ce niveau que se jouent, à plein, les interactions entre types d’acteurs sociaux.

  • 23 à l’échelle modeste des mémoires étudiantes, une opération de ce type a été montée avec la Fondatio (...)
  • 24 Cela pourrait être facilité par une des missions d’intérêt général confiée à l’ex—SHE.

38On pourrait donc se mettre à rêver qu’au fil des commémorations, chaque université apporte sa contribution à ce chantier collectif ou à d’autres – si la même méthodologie est, au moins, adoptée. Mais il en est de ces institutions, fussent-elles « scientifiques et culturelles », comme des autres institutions et il est difficile d’attendre (encore plus d’obtenir) d’une opération de communication (ce qu’est une commémoration) autre chose que de la… communication. Cela est parfois possible à force d’obstination et grâce à l’existence préalable d’un pôle scientifique et/ou archivistique23, mais c’est aussi en unissant les énergies de tous les chercheurs et archivistes que ces questions intéressent que nous pourrons rendre cette perspective possible24. Alors, « à bon entendeur, salut ! »

Haut de page

Notes

1 Cette journée s’inscrit dans un cycle de journées d’étude organisées par le rectorat de Paris dans la perspective de la préparation d’un colloque en janvier 2014 : après avoir traité des institutions universitaires à travers leurs archives (juin 2011) et avant d’aborder la question des bâtiments universitaires (octobre 2012).

2 Section des archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et (mouvements) étudiants de l’Association des archivistes français.

3 Ce type de disparition est évidemment difficile à établir dans le détail. Elle peut même encore avoir lieu dans des établissements pourtant dotés d’un service d’archives et de chercheurs intéressés et n’être connue qu’a posteriori.

4 Jacques Verger (dir.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, 432 p.

5 Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1994, 128 p., p. 4.

6 « Mutations de la science et des universités en France depuis 1945 », sous la direction de Jean-Michel Chapoulie, Patrick Fridenson et Antoine Prost, Le Mouvement social, n° 233, octobre-décembre 2010, Paris, éditions La Découverte ; « L'enseignement supérieur. Bilan et perspectives historiographiques », sous la direction d'Emmanuelle Picard, Histoire de l'éducation, n° 122, avril-juin 2009, Paris, INRP ; Introduction de Jean-Noël Luc à la journée d’études de juin 2011.

7 L’INRP est devenu Institut français d’éducation (IFE).

8 Philippe Joutard, « La collecte des témoignages oraux : retour sur quarante ans de pratique en France », dans La Gazette des Archives, n° 211, « Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives. Actes du colloque de la section des archives communales et intercommunales de l’AAF 2008 », p. 7—19.

9 Article L211-1 du Code du patrimoine (livre 2) : « Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité ».

10 Partisan et pratiquant du résumé analytique détaillé contre la retranscription intégrale, comme d’autres (cf. Amable Sablon du Corail, « De la diversité à l’unité : vers une culture interarmées et interministérielle », dans La Gazette des Archives, n° 211, « Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives. Actes du colloque de la section des archives communales et intercommunales de l’AAF 2008 », p. 7—19), notamment par « respect » de la source orale/sonore, je me permets de renvoyer à mes propos introductifs avec Loïc Vadelorge lors de la journée de travail tenue à la Sorbonne le 16 mars 2012.

11 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000.

12 C’est ce choix qui a été délibérément écarté par Charles Soulié et son équipe pour commencer à écrire l’histoire de l’université de Vincennes plutôt à partir des disciplines : Charles Soulié (dir.), Vincennes, un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2012.

13 Thème d’un séminaire ayant fait l’objet d’une journée d’étude.

14 Cf. Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1996, notamment son chapitre 10 sur « L’histoire sociale », p. 234.

15 Cf. Antoine Prost, « Pour une histoire “par en—bas” de la scolarisation républicaine », Histoire de l’éducation, n° 57, janvier 1993, p. 59—74.

16 Gérard Bouchard, Le village immobile, Sennely en Sologne au xviiie siècle, Paris, Plon, 1971.

17 Christophe Charle, Prosopographie des élites, xvie-xxe siècles, Paris, CNRS, 1980, 178 p. ; (et Régine Ferré, ed.), Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe-xxe siècles, Paris, CNRS, 1985 ; Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987 ; Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, éd. de Minuit, 1990, 272 p.

18 Christophe Charle et Régine Ferré, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, dictionnaire biographique, Paris, CNRS-INRP, vol. 1 (1809—1908), 1985 ; vol. 2 (1909 1939), 1986.

19 Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs du Collège de France, dictionnaire biographique, Paris, CNRS—INRP, 1988.

20 Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs de la faculté des sciences de Paris, dictionnaire biographique, Paris, CNRS—INRP, 1989.

21 Françoise Huguet, Les professeurs de la faculté de médecine de Paris, dictionnaire biographique (1794—1939), Paris, CNRS—INRP, 1992.

22 Robi Morder, « Présentation », Cahiers du GERME, n° 1, « 1946 : la “charte de Grenoble”, naissance d’un syndicalisme étudiant ? », actes du colloque du 20 mai 1995, mars 1996, 52 p., p. 3.

23 à l’échelle modeste des mémoires étudiantes, une opération de ce type a été montée avec la Fondation santé des étudiants de France (FSEF).

24 Cela pourrait être facilité par une des missions d’intérêt général confiée à l’ex—SHE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Legois, « Des archives orales pour une histoire sociale de l’enseignement supérieur contemporain en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 205-213.

Référence électronique

Jean-Philippe Legois, « Des archives orales pour une histoire sociale de l’enseignement supérieur contemporain en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3252

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Legois

Président de la Cité des mémoires étudiantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page