Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Travail et loisirs en Italie fasciste. Le système corporatif et l’encadrement des masses laborieuses vus par les voyageurs français

Christophe Poupault
p. 169-188

Résumé

Le système corporatif et la politique récréative du régime fasciste italien ont suscité un vif intérêt chez les observateurs étrangers de l’entre-deux-guerres, notamment chez les voyageurs français, au point d’encourager des séjours dans la Péninsule. Dans le contexte de crise qui caractérise la période en France, autour de la recherche de nouvelles voies pour encadrer les masses et répondre aux défaillances de l’État libéral, l’organisation sociale du fascisme séduit en même temps que le régime met en œuvre une propagande adaptée à la bonne compréhension de sa politique, notamment par le biais de rencontres internationales. Mais les expérimentations diverses restent difficiles à appréhender et les analyses des voyageurs révèlent la complexité du phénomène fasciste et de sa politique de contrôle des forces productives.

Haut de page

Texte intégral

1L’encadrement et le contrôle de la société italienne ont été les fondements du projet totalitaire fasciste. Pour parvenir à un consensus maximum et assurer la construction d’un « Italien nouveau », le régime a sacrifié l’autonomie de l’individu au profit de l’intérêt général et tous les aspects de la vie humaine ont été entièrement soumis à la domination absolue de l’État. C’est dans ce cadre qu’ont été élaborés le système corporatif et la politique récréative de « l’Italie nouvelle », selon l’expression consacrée de l’époque, pour assurer l’union des forces économiques et sociales au service de la toute puissance de l’idéologie officielle. En accord avec la célèbre formule de Mussolini « Tout dans l’État, rien contre l’État, rien en dehors de l’État », prononcée devant la Chambre des députés le 26 mai 1927, le travail et les loisirs devaient faire l’objet d’un contrôle total et incarner la modernité d’un régime novateur dans le paysage politique de l’Europe de l’entre-deux-guerres.

2L’impression qu’une nouvelle étape avait été franchie dans les rapports sociaux en Italie éveilla la curiosité de nombreux observateurs étrangers. Elle amena notamment une multitude de Français à s’y rendre, particulièrement dans les années trente lorsque l’enracinement du régime paraissait durable, dans le but de découvrir la politique menée dans les domaines du travail et du temps libre, ou bien à s’y intéresser à l’occasion d’un déplacement dont ce n’était pas l’objectif principal. Le régime lui-même chercha à rendre intelligible ses réalisations en mettant en œuvre une propagande active, notamment lors de rencontres internationales. D’où l’intérêt de s’interroger à la fois sur les actions des autorités italiennes, mais aussi sur leur compréhension et leur réception par des Français de tous horizons dont la particularité fut de se rendre sur place et d’entrer directement en contact avec les politiques fascistes. Pour y parvenir, les récits de voyage publiés pendant la période, sous la forme de monographies ou d’articles de presse, complétés par les archives diplomatiques des deux pays et les archives de la propagande du gouvernement de Mussolini, permettent de saisir les expériences vécues et les analyses des visiteurs où le système fasciste apparaît régulièrement comme un nouveau modèle d’encadrement des masses laborieuses pour atténuer les dysfonctionnements et les déficiences de l’État libéral et démocratique.

Nouveauté fasciste et voyages de découverte

3Pour les fascistes, l’État libéral né au xixe siècle s’est révélé incapable d’intégrer la masse des travailleurs qui s’est accrue avec la révolution industrielle. En l’ignorant, il a même favorisé le développement du syndicalisme qui s’est créé contre lui pour défendre les intérêts de la classe ouvrière, encourageant aussi cette dernière, pour satisfaire ses revendications, à s’emparer de l’État pour son profit et à opposer sa souveraineté à la souveraineté nationale. D’où le danger que représente la lutte des classes pour les anticommunistes, au sein d’un État trop faible pour affronter les forces qui s’organisent et qui prospèrent dans le but d’imposer leur propre idéal et qui finissent par le paralyser. Cette conception explique largement pour les fascistes la crise de l’État libéral contemporain, aggravée en Italie par l’absence d’une grande tradition nationale, dans un pays où l’unité a été tardive et où la puissance de l’État a longtemps été assimilée à la domination étrangère. Dans ces conditions, le capitalisme est mauvais car il exclut la classe ouvrière, abandonne les syndicats à eux-mêmes et cherche à soumettre l’État et à l’intégrer à la ploutocratie internationale, mais le socialisme et le marxisme sont tout aussi critiquables, car, au contact de ces idéologies, les forces ouvrières tentent de se substituer à l’État par la révolution, par le biais de l’internationalisme et contre l’idée de patrie, favorisant la division de la nation. Pour sortir de ces contradictions aggravées par les conséquences de la Première Guerre mondiale, face à un État impuissant à régler les maux de l’Italie, l’objectif des fascistes est de concilier la souveraineté nationale avec la prépondérance de la classe ouvrière et l’idée parlementaire avec le fait syndical. Le but est de créer un État qui ramène sous sa souveraineté tous les facteurs économiques pour les discipliner et les empêcher de s’opposer à lui. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la doctrine du corporatisme qui cherche à fonder un système qui assurerait la défense des travailleurs tout en garantissant une atmosphère de solidarité entre patrons et ouvriers. Face au capitalisme qui isole l’individu et en réaction à la lutte des classes jugée contre-productive, une « troisième solution » est ainsi envisageable, selon l’expression de Giuseppe Bottai, proche de Mussolini et théoricien du corporatisme, celle qui assure une organisation collective et solidaire de la production sous le contrôle de l’État.

  • 1 Ferdinando Cordova, Le origini dei sindacati fascisti, Bari, Laterza, 1974 ; Giulio Sapelli, Organi (...)
  • 2 Victoria de Grazia, Consenso e cultura di massa nell’Italia fascista. L’organizzazione del dopolavo (...)
  • 3 Selon l’analyse désormais classique de l’historien Renzo De Felice, le régime fasciste a mis en pla (...)

4C’est pourquoi, dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement fasciste adopte de nombreuses mesures qui réorganisent en profondeur le système italien du travail. Il supprime les syndicats concurrents, attribue le monopole de la représentation à la Confédération nationale des corporations syndicales fondée en 1922 à Bologne par l’ancien syndicaliste révolutionnaire, Edmondo Rossoni, reconnue comme seul interlocuteur par la Confindustria (Confédération des industriels) à partir de l’automne 1925, et élabore une nouvelle organisation des relations sociales en 1925-19261. Celle-ci transforme complètement le système syndical en reconnaissant les syndicats fascistes et les contrats collectifs, en instituant des juges du travail dans les cours d’appel pour trancher les litiges et en interdisant les grèves et les licenciements abusifs. Un ministère des Corporations est créé le 2 juillet 1926, dont le titulaire est Mussolini en personne, portefeuille qu’il cède à Giuseppe Bottai en septembre 1929, mais que le dictateur reprend en main en juillet 1932 pour s’assurer personnellement que l’État corporatif prend forme en même temps que se développent les corporations. Un Conseil national des corporations voit aussi le jour le 20 mars 1930 qui devient l’organe consultatif du ministère. Surtout, le 21 avril 1927 est promulguée la Carta del Lavoro (Charte du travail) qui présente les corporations comme les « organisations unitaires des forces productives » et qui rappelle que l’État demeure l’arbitre suprême entre les syndicats fascistes et les organisations patronales. Très influencée par les principes de Giuseppe Bottai et d’Alfredo Rocco, garde des Sceaux et inspirateur des lois fascistissimes, elle fournit les grandes lignes de la politique sociale du régime et définit une conception nouvelle de la solidarité nationale en proclamant la suprématie de la nation sur les individus. L’État fasciste réaffirme ainsi sa souveraineté en dominant toutes les forces qui existent dans le pays, les disciplinant et les encadrant, tout en assurant l’unité économique par l’association des patrons et des ouvriers au sein des corporations. Enfin, pour accentuer un peu plus son emprise sur le monde du travail, le parti national fasciste crée le 1er mai 1925 l’Opera nazionale dopolavoro (Œuvre nationale de l’après-travail)2. Son but est d’assurer un encadrement des masses laborieuses pendant leur temps libre pour améliorer leur vie quotidienne en facilitant leur accès aux loisirs et pour les faire participer au consensus voulu par Mussolini3.

  • 4 Citons Giuseppe Bottai, L’organisation corporative de l’État, traduction de Fernand Hayward, Paris, (...)
  • 5 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 1 (...)
  • 6 L’expression est de Pier Giorgio Zunino, L’ideologia del fascismo. Miti, credenze e valori nella st (...)
  • 7 Alain Chatriot a recensé le très grand nombre d’ouvrages et de revues qui paraissent sur le corpora (...)
  • 8 Lettre du 31 octobre 1933 du premier aide de camp du duc d’Aoste à Edmondo Rossoni, secrétaire de l (...)
  • 9 Albert Kéchichian, Les Croix—de—Feu à l’âge des fascismes, Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 291.
  • 10 Lettre du 27 mars 1934 de Gaston Rageot à l’ambassadeur de France à Rome. Centre des archives diplo (...)
  • 11 Lettre du 8 février 1935 de Roland Danveau, secrétaire de l’association, à Italo Sulliotti, agent f (...)
  • 12 Lettre du 28 février 1935 d’Italo Sulliotti au ministère de la Presse et de la Propagande. Ibid.
  • 13 Frédéric Eccard, « Mussolini et les corporations », La Revue des deux mondes, 1er février 1938, p.  (...)
  • 14 Uniquement concernant les cinq grands quotidiens parisiens, dont les tirages sont les plus signific (...)
  • 15 Citons par exemple Henry de Korab, « Les grandes enquêtes du Matin. Et l’Italie ? Le travail et la (...)
  • 16 Lettre du 22 mai 1935 du consul général de France à Milan à l’ambassadeur à Rome. CADN, archives de (...)
  • 17 Lettre du 25 novembre 1936 du consul d’Italie à Lyon à l’ambassade à Paris, au ministère des Affair (...)

5Ce contrôle des travailleurs, dans le cadre d’une économie de plus en plus dirigiste, devient peu à peu un véritable sujet de curiosité pour les observateurs étrangers, notamment les voyageurs. Depuis la France, plusieurs ouvrages accessibles en français permettent aux intéressés de se renseigner sur le corporatisme et le syndicalisme fascistes4. Mais le voyage est perçu comme la possibilité de se rendre compte sur place de la réalité d’un système qui soulève bon nombre de questions et qui encourage l’exploration de nouvelles voies pour répondre aux débats qui agitent la France pendant l’entre-deux-guerres, autour de la recherche d’expériences novatrices pour encadrer les masses et même si la méfiance est généralement de mise lorsqu’il s’agit du corporatisme5. Depuis la Première Guerre mondiale, le sentiment d’une crise de la civilisation est partagé par bon nombre de contemporains, avec l’impression que les valeurs libérales et humanistes qui ont porté les sociétés sont dépassées, si bien que le fascisme peut se révéler être un nouveau modèle avec son désir de rationaliser l’économie et sa tentative d’organisation sociale par le corporatisme. S’il a existé en Italie une forme de « passion corporative » en 1926-1927, puis de 1929 à 19356, le phénomène a ainsi également éveillé la curiosité d’une multitude de Français au point de les pousser à se rendre dans la Péninsule7. Des voyages de découverte sont alors organisés, principalement dans les années trente, c’est-à-dire pendant la décennie où les réflexions et les initiatives au sein du régime sont les plus abouties. En 1933, le comte Édouard de La Rocque, frère du colonel François de La Rocque, chef des Croix-de-Feu, exprime au duc d’Aoste qui effectue un voyage en France son désir de se rendre en Italie pour étudier le fonctionnement de l’État corporatif et celui-ci lui permet d’exaucer son vœu en l’introduisant auprès des organes compétents du ministère des Corporations8. Ce séjour, visiblement indépendant de toute décision officielle de la ligue d’anciens combattants, peut cependant participer aux réflexions générales qui l’animent et qui la mènent, à partir de 1935, à la mise en place de « groupements corporatifs »9. En 1934, le romancier et critique littéraire, Gaston Rageot, président de la Société des gens de lettres, s’intéresse également au système des corporations fascistes. Venu à Rome le 9 avril pour y prononcer une conférence sur la poésie française à l’occasion d’un congrès national d’associations littéraires, il affirme à l’ambassadeur auprès du Quirinal son souhait de profiter de son séjour pour s’informer sur le système corporatif « considéré comme une expérience particulièrement intéressante » et pour en dégager « les éléments durables »10. Quelques mois plus tard, en février 1935, c’est l’association des commerçants et artisans du Finistère qui ambitionne de planifier un voyage dans la capitale italienne, sur les conseils du consul d’Italie à Brest, dans le but de se documenter sur le corporatisme11. Les organisateurs du séjour, qui refusent de le qualifier de « politique », souhaitent malgré tout rencontrer Mussolini et le ministre des Corporations12. En octobre 1937, Frédéric Eccard, professeur de droit civil à l’université de Strasbourg et sénateur du Bas-Rhin de 1920 à 1936, effectue lui aussi un séjour en Italie pour comprendre le système corporatif et profite de son voyage pour écrire un long article sur le sujet qui paraît dans La Revue des deux mondes en février 193813. S’ajoutent à ces déplacements les reportages de journalistes qui s’intéressent au phénomène dès le milieu des années vingt et qu’ils étudient lors de leurs enquêtes dans la Péninsule14. Les analyses qui traitent de l’encadrement des loisirs des travailleurs sont quant à elles moins nombreuses, mais les journalistes sont tout de même captivés par cette politique15. Dès lors, des déplacements sont aussi spécifiquement organisés dans le but de la découvrir. Le plus symbolique a lieu en mai 1935 lorsque deux cents membres de l’association touristique des cheminots PLM réalisent un tour des principales villes d’Italie pendant dix jours, notamment à Florence où ils sont reçus par le directeur général du dopolavoro des cheminots italiens16. Lors de séjours divers, des voyageurs s’intéressent également aux loisirs encadrés par le régime. C’est le cas en 1936 de l’ancien député socialiste et ancien maire de Villeurbanne, Lazare Goujon, qui effectue un long périple en Italie afin d’analyser la politique économique et sociale du gouvernement fasciste. Il raconte ses impressions lors d’une conférence à Lyon qui a lieu au mois de novembre, au cours de laquelle il se montre très élogieux en faveur des réalisations de Mussolini17.

6Tous ces voyages prouvent l’intérêt que le système corporatif fasciste et le dopolavoro suscitent en France et le souhait de vouloir se rendre compte, sur place, de leurs applications. D’où la volonté du régime de mettre en œuvre une propagande adaptée à la bonne compréhension de sa politique, particulièrement lors de rencontres binationales ou internationales.

Propagande fasciste et intérêt des voyageurs

  • 18 Lettre du 6 avril 1938 du président de la Confederazione fascista dei Lavoratori delle Aziende del (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Christophe Poupault, à l’ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des Chemises noire (...)
  • 21 Georges Oudard, op. cit. ; Marcel Lucain, op. cit., p. 131 ; Ludovic Naudeau, op. cit., p. 143—144.
  • 22 C’est notamment le cas de Giuseppe Bottai, d’Ugo Spirito qui est l’un des théoriciens du corporatis (...)
  • 23 Claude Blanchard, « Visite à Mussolini », Le Petit Journal, 24 février 1928, p. 1 ; Pierre Chanlain (...)
  • 24 Saint—Brice, « MM. Laval et Mussolini ont signé les accords franco—italiens », Le Journal, 8 janvie (...)
  • 25 Ferdinand Bac, Conversation avec Benito Mussolini, 1934. Bibliothèque de l’Arsenal, Papiers Ferdina (...)

7Pour que les observateurs étrangers se familiarisent avec ses initiatives, le régime fasciste cherche autant que possible à répondre aux demandes de ceux qui désirent mener des études sur le système corporatif. C’est le cas en avril 1938 pour les employés et les ouvriers de la Confédération française des travailleurs chrétiens qui souhaitent réaliser un séjour pour le mois de septembre à Turin, Gênes, Rome, Assise et Naples, dans un but religieux, mais aussi économique, avec le désir d’étudier le corporatisme italien et de prendre des contacts avec des représentants de la Confédération syndicale fasciste18. L’ambassadeur d’Italie à Paris encourage ce voyage pour l’avantage qu’il procure en terme de propagande auprès d’un organisme qui n’est pas profasciste mais qui se dit fortement intéressé par l’expérience italienne19. Ce type de parrainage n’a rien d’exceptionnel et la promotion des voyages de propagande par le régime fasciste a toujours été très active20. Mussolini aspire à convaincre les masses des bien-fondés de sa politique et il estime qu’inciter des déplacements dans la Péninsule, ainsi que les organiser, sont les plus sûrs moyens d’y parvenir. Les responsables du régime se rendent également accessibles aux voyageurs soucieux de comprendre les expérimentations diverses dans le domaine des corporations et des loisirs des travailleurs. Edmondo Rossoni, qui est la personnalité la plus à même d’expliquer aux étrangers le système corporatif, est régulièrement sollicité21, mais d’autres dirigeants du régime le sont également22 tandis que Mussolini, au cours des audiences qu’il accorde, se plaît à évoquer à ses visiteurs les enjeux et le fonctionnement des corporations pour qu’elles soient mieux comprises23. Lors de la venue à Rome d’une délégation du Quai d’Orsay en janvier 1935, dirigée par le ministre des Affaires étrangères, Pierre Laval, ancien adepte du syndicalisme révolutionnaire, il n’hésite pas à prononcer une conférence sur l’organisation corporative devant les représentants français et la presse24. Le dictateur vante ainsi régulièrement les réussites de son régime qu’il présente comme le seul au monde à intégrer totalement les masses, à être en contact étroit avec elles, à les guider, à coordonner leurs activités et à rétablir un équilibre nécessaire entre la production et la consommation. Le 31 octobre 1934, à l’occasion d’une conversation avec l’artiste et écrivain, Ferdinand Bac, il assimile clairement le fascisme à un nouvel ordre social grâce à la mise en place de la juridiction et de l’administration autonome des corporations, soutenues par la force publique, qui font selon lui de l’Italie fasciste le contraire d’une dictature arbitraire25. Le corporatisme est ainsi présenté comme la solution aux défaillances de l’État pour intégrer chaque individu à son fonctionnement et le régime estime nécessaire de communiquer régulièrement sur ses avancées. Les rencontres corporatives de mai 1935 à Rome sont planifiées dans ce sens et sont le principal rendez-vous entre des Français intéressés par l’expérience fasciste et les instances officielles du régime.

  • 26 Docteur en droit, il adhère au parti ouvrier français de Jules Guesde de 1893 à 1897, crée en 1895 (...)
  • 27 Michela Nacci et Albertina Vittoria, « Convegno italo—francese di studi corporativi. Roma 1935 », D (...)
  • 28 Jean—Louis Loubet del Bayle, Les non—conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de (...)
  • 29 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929—1942). Une révolution conservatrice à (...)
  • 30 Olivier Dard, « Le corporatisme entre traditionalistes et modernisateurs : des groupements aux cerc (...)
  • 31 Des amis de la revue Esprit se rendent par exemple en URSS en septembre 1935.
  • 32 Michel Winock, Histoire politique de la revue « Esprit ». 1930—1950, Paris, Seuil, 1975, p. 85.
  • 33 Sur les débats concernant les questions corporatives en Italie fasciste, voir Franklin Hugh Adler, (...)
  • 34 La première présente l’expérience corporative comme étroitement liée à l’expérience syndicale et of (...)
  • 35 Emmanuel Mounier, Œuvres, tome IV. Recueils posthumes. Correspondance, Paris, Seuil, 1951, p. 571.

8Organisé à l’initiative du gouvernement italien, de l’Institut national de culture fasciste et avec le concours d’Hubert Lagardelle, chargé de mission auprès de l’ambassade de France26, le congrès d’études corporatives se tient du 20 au 23 mai 1935 dans les locaux de l’Institut national de droit privé27. Les participants français invités par le gouvernement italien proviennent de différents mouvements soucieux de comprendre les réalisations et les finalités italiennes dans ce domaine et caractérisent un courant curieux d’explorer de nouvelles pistes pour répondre à leurs attentes. La délégation est principalement composée de Thierry Maulnier pour La Vie intellectuelle, proche de l’Action française et ardent défenseur de thèses sociales et nationalistes, de Robert Aron, Claude Chevalley et René Dupuis pour Ordre nouveau, mouvement créé en 1930 pour promouvoir une révolution spirituelle et lutter contre la décadence nationale, de Georges Roditi et Paul Marion pour L’Homme nouveau, une revue qui a pour but de fonder un nouveau modèle social et sociétal, de Jean de Fabrègues pour La Revue du xxe siècle, un ancien sympathisant de l’Action française, de Pierre Ganivet pour L’Homme réel, d’Emmanuel Mounier, d’André Ulmann et de Louis-Émile Galey pour la revue Esprit qui cherche à répondre au « désordre établi » et à la « crise de l’Homme », de Pierre Gimon pour la ligue nationaliste des Jeunesses patriotes, de Georges Viance pour le corporatisme catholique et d’Achille Bouxin pour le Front paysan. Ces mouvements, loin d’être unis, qualifiés de « non-conformistes »28 et dont certains étaient des représentants de la « Jeune Droite »29, structurés autour de revues diverses, se passionnent pour un système sur lequel les questionnements sont nombreux mais l’intérêt réel30. Au milieu des années trente, le fascisme, loin d’être un régime rejeté, incarne au contraire une alternative possible à l’État libéral jugé décadent par ces groupes qui explorent diverses pistes31. Pour Emmanuel Mounier et le groupe de la revue Esprit, il est en particulier « une manière de dépasser le conflit jugé artificiel et stérile de la gauche et de la droite ; une manière de réconcilier la patrie et le socialisme ; une façon de rompre avec l’individualisme bourgeois »32. Côté italien, l’unité n’est pas non plus de mise et la rencontre est l’occasion d’approfondir les débats entre les différents mouvements favorables au corporatisme33. Sous la direction d’Edmondo Rossoni, alors ministre de l’Agriculture, et de Giuseppe Bottai, gouverneur de Rome et ancien ministre des Corporations, qui dirigent les travaux, trois tendances dominent parmi les nombreux participants italiens34. Emmanuel Mounier détaille l’ambiance de ce que sont les séances : « La première journée fut idyllique, […] on gardait la politesse d’hôtes à invités, [mais] côté italien, le congrès marchait au pas militaire. Un rapport qui faisait autorité, et puis, comme déclenchés par d’invisibles sonneries, les délégués à l’enthousiasme venaient en tir de barrage, les uns sur les autres, interminablement chanter les louanges du régime […] pendant que certains bafouillaient et que d’autres revenaient le lendemain corriger les erreurs de la veille »35.

  • 36 « Esprit au congrès franco—italien sur la corporation », Esprit, n° 33, juin 1935, p. 475 ; Maurice (...)
  • 37 Pierre Andreu, « Les idées politiques de la jeunesse intellectuelle de 1927 à la guerre », Revue de (...)
  • 38 Note du 12 juin 1935 d’Agostino Nasti au ministre de la Presse et de la Propagande. ACS, MCP, servi (...)
  • 39 Pierre Gimon, « Le Congrès corporatif de Rome. Fascisme an XIII », Le National, 15 juin 1935, p. 1 (...)
  • 40 Note du 12 juin 1935 d’Agostino Nasti au ministre de la Presse et de la Propagande, op. cit.
  • 41 Ibid.
  • 42 Note non signée et non datée transmise au ministre de la Presse et de la Propagande. ACS, MCP, serv (...)
  • 43 Thierry Maulnier, « Le “Fascisme” et son avenir en France », La Revue universelle, 1er janvier 1936 (...)

9Même si le laps de temps de quatre jours semble extrêmement court pour comprendre l’armature du régime, les Français en ressortent satisfaits en raison de l’accueil chaleureux qui leur a été réservé et de la liberté de langage pendant les débats36. Le journaliste et essayiste, Pierre Andreu, présent à Rome pendant les rencontres, se souvient de nombreuses années après de l’enthousiasme qui régnait : « Nous projetions devant nous l’espoir d’une Europe de jeunes, une Europe de la jeunesse, ayant fait sa révolution, contre les cadres vermoulus du passé »37. Surtout, en terme de propagande, la manifestation est pour le gouvernement fasciste une bonne opération. L’un des participants, Agostino Nasti, en fait part au ministre de la Propagande dans un long compte rendu du colloque dans lequel il estime en particulier que l’intérêt des conversations a été une meilleure compréhension par les Français de toutes les erreurs qui circulent dans leur presse ou dans les ouvrages diffusés par les exilés politiques italiens38. Selon lui, tous les voyageurs qui s’étaient déclarés antifascistes à l’ouverture du congrès, avant tout parce qu’ils avaient imaginé le régime comme un instrument de réaction capitaliste et anti-ouvrier, en sont sortis avec un autre point de vue. Aux questions concernant la liberté des travailleurs au sein des corporations, le rôle de la vieille bourgeoisie capitaliste dans le système corporatif et l’omniprésence du parti, les Italiens ont répondu le plus précisément possible et les Français ont été étonnés de trouver chez les représentants fascistes des convictions « de gauche » comme ils l’ont dit eux-mêmes. Pour les responsables de la propagande, la correction d’une fausse vision du régime paraissait en effet essentielle pour l’avenir de la France dans la mesure où la jeunesse présente au congrès représentait son avenir. Mais pour Agostino Nasti, cette jeunesse ne pouvait trouver le moyen de faire la révolution qu’en prenant en compte l’histoire nationale française qui divergeait de la voie italienne. Pierre Gimon, dans un rapport sur le congrès publié dans le journal des Jeunesses patriotes, affirme lui aussi que le système corporatif mis en place par le régime fasciste est difficilement applicable en France tant les structures économiques et sociales y sont différentes, malgré une expérience dont il est possible de s’inspirer39. L’Italie n’est pas la France dont l’héritage libéral est beaucoup plus conséquent, mais les discussions entre les ressortissants des deux pays ont été très fructueuses. Pour Agostino Nasti, une preuve supplémentaire de cette réussite des rencontres corporatives est l’attitude de certains des participants qui ont montré une sympathie réelle pour le fascisme avant de repartir dans leur pays. Achille Bouxin du Front paysan a en particulier assuré qu’il espérait l’avènement du fascisme en France, il s’est montré très impressionné par la cérémonie nationale organisée à l’occasion du 24 mai, jour anniversaire de l’entrée en guerre de l’Italie, et a décidé immédiatement après de s’acheter une chemise noire qu’il a portée sur le chemin du retour40. Louis-Émile Galey, qui a assisté à la même manifestation, s’est quant à lui déclaré très heureux d’avoir aperçu « la formidable face du Duce »41. Cependant, les remarques émises par plusieurs des participants français lors d’une réunion tenue à Paris le 6 juin 1935 permettent de nuancer les propos du responsable fasciste. Organisée à l’initiative de L’Homme nouveau, cette rencontre qui a rassemblé une centaine de personnes a eu pour but de donner la parole à des délégués qui avaient participé aux journées corporatives de Rome afin de clarifier les interprétations doctrinales42. Sans jamais nier l’utilité de la confrontation romaine, plusieurs réserves ont été mises en évidence. Emmanuel Mounier a été le premier à prendre la parole et à montrer l’intérêt du congrès. Il a émis ses critiques habituelles concernant le fascisme, à savoir l’inefficacité de la participation ouvrière à l’élaboration des principes sociaux et économiques du régime, a accusé le parti fasciste de demeurer aux mains d’une élite face à un pays passif mais a insisté sur sa tendance anticapitaliste. Comme l’ensemble des animateurs de la revue Esprit, il est resté particulièrement méfiant vis-à-vis de la construction de l’État totalitaire. Georges Roditi, dans l’intervention orale suivante, a surtout souligné la matrice révolutionnaire du fascisme, tandis que Robert Aron, qui lui a succédé à la tribune, a pris une position plus nuancée en déclarant que si le fascisme était réellement anticapitaliste, il aurait nécessairement pris des initiatives plus concrètes pour lutter contre ses excès. De même, Pierre Ganivet a assuré ne pas croire à l’audace et à la capacité véritablement révolutionnaire du régime, a regretté son aspect policier et a confié en avoir eu une preuve à travers l’interdiction en Italie de la revue de son groupe. Seul Achille Bouxin a parlé de son admiration pour le fascisme avant qu’André Ulmann et que Paul Marion ne prennent la parole, sans que l’on connaisse véritablement le contenu de leur communication. En ajoutant à ces considérations quelques positions clairement établies comme celle de Thierry Maulnier, qui n’a pas participé à cette rencontre parisienne mais qui demeure très attaché à l’État monarchique contre l’État fasciste43, il semble certain que le congrès corporatif n’a pas transformé fondamentalement les positions de chacun. La guerre d’Éthiopie, puis la guerre d’Espagne achèvent ensuite de creuser un fossé d’incompréhension et de diviser les mouvements français qui ont assisté au congrès.

  • 44 Paul Guitard, « Pourquoi la France est—elle absente ou presque du congrès “Joie et Travail” ? », La (...)
  • 45 Depuis l’automne 1936, suite à la victoire du Front populaire en France, aux conséquences de la gue (...)
  • 46 Paul Guitard, « Pourquoi la France est—elle absente ou presque du congrès « Joie et Travail » ? », (...)
  • 47 Idem, « Images vivantes d’un congrès », op. cit.
  • 48 Idem, « Dopolavoro. Une grande enquête », La Liberté, 28 juillet 1938, p. 2 ; idem, « Dopolavoro. L (...)

10Tout aussi fier de ses réalisations dans le domaine des loisirs, le régime fasciste organise aussi des rencontres internationales pour vanter sa politique et le congrès romain « Joie et Travail » de juillet 1938, au titre particulièrement évocateur, en est le principal exemple. Soixante pays y participent, représentés par plus de cinq cents congressistes. Si l’URSS n’est pas présente, la délégation allemande est nombreuse, tandis que celle de la France, peu importante, est présidée par Gustave Bonvoisin, directeur général du Comité central des allocations familiales, accompagné de Pierre Havard, représentant de l’Union française des loisirs44, mais sans soutien officiel du gouvernement de Paris45. Des débats sont organisés pendant plusieurs jours sur le thème de la liberté ouvrière pendant leur temps libre et la question centrale qui est posée est de savoir si les ouvriers doivent jouir d’une liberté totale, partielle ou d’une tutelle de l’État pour encadrer leurs loisirs. Cette manifestation est surtout l’occasion pour le régime fasciste de présenter au monde le bilan de plus de dix ans de politique récréative envers le monde du travail. L’ancien communiste, Paul Guitard, envoyé sur place pour assister aux séances par le parti populaire français de Jacques Doriot, à l’orientation profasciste de plus en plus évidente, permet de connaître l’orientation des discussions grâce à la série d’articles qu’il écrit et qui paraissent dans La Liberté, le journal du parti. Très complaisant vis-à-vis des réalisations du régime, il y fait surtout l’éloge du dopolavoro et se dit à de multiples reprises impressionné par le système fasciste qui permet au travailleur de ne plus se sentir isolé dans la société46. Il assure avoir vu pendant son voyage, dans toutes les villes où il est passé, de « véritables maisons communes pour les ouvriers »47 et son analyse est un véritable panégyrique de l’encadrement des masses laborieuses en Italie fasciste48.

11Pourtant, face à un tel enthousiasme de plusieurs voyageurs, la politique sociale du régime, qui fait l’objet d’expérimentations diverses, se révèle difficile à appréhender. Ce qu’ils en retiennent, notamment les journalistes qui tentent d’en comprendre les tenants et les aboutissants, s’avère extrêmement complexe et les analyses qu’ils suggèrent restent souvent approximatives.

Difficultés d’interprétations et essais d’analyse

  • 49 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 143—144 ; Émile Schreiber, op. cit., p. 40 ; Claude Blanchard, « Ital (...)
  • 50 Émile Schreiber, op. cit., p. 202 ; G. Charbonnier, op. cit. ; Pierre Drieu La Rochelle, op. cit., (...)
  • 51 Marcel Lucain, op. cit., p. 131.
  • 52 Henri Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, Paris, Éditions de France, 1929, p. 154—155.
  • 53 Émile Schreiber, op. cit., p. 52 ; Henri de Kérillis, « L’Italie fasciste. Préface à une enquête à (...)
  • 54 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 143—144.

12Pour les voyageurs français, le corporatisme est avant tout un système de solidarité entre les classes sociales, concrétisé par la création d’un ministère des Corporations dont le but est de placer les organisations représentatives d’employés et d’employeurs sous le contrôle et la direction de l’État, avec l’unique objectif à terme d’éliminer les conflits sociaux grâce à l’instauration d’une magistrature du travail qui doit se prononcer sur les différends économiques49. Pour se rendre compte le mieux possible de ces orientations, la visite à Rome des groupements patronaux et ouvriers réunis dans la même corporation permet de mieux comprendre ce que sont les confédérations (patronales) et les syndicats (ouvriers). Dans chaque organisme, il est possible de rencontrer un responsable qui explique au visiteur comment fonctionne le système et comment se prennent les décisions. Quelques éléments significatifs en ressortent, notamment l’unification des conditions de travail et surtout l’abolition du droit de grève pour les ouvriers, qui ont comme corollaire l’interdiction du lock-out pour les patrons. De tous ces éléments, il semble résulter une véritable collaboration des classes, réglée par la Charte du travail, que l’État arbitre au nom de l’intérêt général et qui fait pour beaucoup le mérite du régime fasciste50 en lui donnant « un intérêt supérieur à toutes les formes plus ou moins originales de dictature »51. Le bien public, et non plus le seul profit, guide les initiatives. L’expérience semble particulièrement novatrice. Tout en étant anticommuniste, l’État fasciste oppose aux principes du capitalisme, qui considère le travail comme une marchandise livrée et payée, une thèse sociale qui défend le travailleur et refuse de percevoir le patron uniquement comme un simple employeur52. La magistrature du travail, dans le règlement des conflits, est généralement favorable au monde ouvrier, ce qui peut laisser penser que la construction de l’État syndical et corporatiste est réalisée dans le but de défendre les classes laborieuses contre les excès du patronat et de corriger les méfaits du capitalisme53. À la notion marxiste de lutte des classes, génératrice de révolution, le fascisme entend substituer une sorte de fusion des intérêts des classes dans l’unité corporative54.

  • 55 Émile Schreiber, op. cit., p. 49 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. Ce que j’ai dit à un Italien », (...)
  • 56 Frédéric Eccard, op. cit., p. 534.
  • 57 Francesco Perfetti, La Camera dei fasci e delle corporazioni, Rome, Bonacci, 1991.

13Mais si la conscience d’être au début d’une ère nouvelle est réelle, les voyageurs considèrent aussi que le corporatisme n’en est qu’à ses débuts, y compris au milieu des années trente. Les responsables du régime interrogés avouent en effet bien volontiers que l’organisation corporative cherche sa voie, que les piétinements sont nombreux et que l’expérience n’est pas définitive55. Il est vrai que la structure peine à se mettre en place et est l’objet de très nombreux débats contradictoires qui retardent sa concrétisation, auxquels s’ajoute un enchevêtrement de lois et de décrets qui brouille toute analyse doctrinale56. Si le Duce, dans un discours prononcé le 4 octobre 1934 devant des travailleurs milanais, se targue d’avoir incorporé le monde ouvrier à l’État fasciste grâce au système des corporations, la réalité est différente. La création d’une assemblée des corporations pour représenter toutes les forces productives de la nation, qui débouche en 1939 sur la mise en place de la Chambre des faisceaux et des corporations57, est une étape supplémentaire, mais le corporatisme demeure plutôt affirmé qu’établi. Ainsi, si la thèse du bluff concernant la nouvelle organisation sociale en Italie, reprise par les antifascistes, est excessive, l’image de « corporations sans corporativisme » utilisée par Giuseppe Bottai dès 1925 semble légitime et comprise de la sorte par les observateurs français.

  • 58 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 146—147 ; Émile Schreiber, op. cit., p. 48—49 ; Claude Blanchard, « I (...)
  • 59 Mussolini, Opera omnia, XXVI, Florence, La Fenice, 1958, p. 85—96.
  • 60 Stefano Musso, La gestione della forza lavoro sotto il fascismo. Razionalizzazione e contrattazione (...)
  • 61 Claude Blanchard, op. cit.
  • 62 Henri de Kérillis, op. cit.
  • 63 Hubert Lagardelle, « Le régime fasciste », dans Anatole de Monzie, Henry Puget et Pierre Tissier (d (...)
  • 64 Pierre Drieu La Rochelle, op. cit.
  • 65 Les voyageurs estiment par conséquent qu’une acclimatation en France est impossible. Sur les spécif (...)

14De plus, malgré les études qui insistent sur les aspects originaux du nouveau système, les voyageurs assurent que ses limites sont nombreuses et ils les mettent clairement en évidence. L’absence totale d’autonomie et de liberté des employés et des employeurs, ainsi que la soumission absolue des syndicats ouvriers à un État qui évolue vers une organisation syndicale interne, sont les contraintes les plus souvent citées58. Le but du corporatisme est évidemment politique en obligeant les patrons et les ouvriers à adhérer au régime et malgré l’unification introduite, il place dans une situation inextricable tous ceux qui souhaitent encore jouir de leur libre arbitre et refuser le système en vigueur. Les corporations, au service de l’État et sous le contrôle du parti fasciste, sont parfaitement comprises comme telles et en adéquation avec les orientations données par Mussolini lors de ses discours prononcés les 13 et 14 novembre 1933 devant l’assemblée générale du Conseil national des corporations59. L’inscription au syndicat n’est pas obligatoire, mais ne pas y adhérer est se priver du seul moyen de défendre ses intérêts professionnels et même de trouver un emploi, car en principe, les patrons ne peuvent embaucher un salarié qui ne possède pas la carte syndicale60. Par ce système habile, l’adhésion des travailleurs est presque totale. Chacun d’entre eux appartient à un syndicat local, qui dépend d’un syndicat provincial, lequel relève d’une fédération qui elle-même dépend d’une confédération placée à Rome sous l’autorité du ministère des Corporations. Le syndicat est ainsi l’organe de la corporation. Le citoyen n’est plus un homme libre mais un simple « élément de la machine corporative », il a perdu son indépendance et est devenu un simple producteur sous le regard de l’État, obligé de s’associer à tous ceux qui pratiquent le même métier que lui61. De même, un patron ne peut pas réduire son personnel à son propre gré et quand il embauche, il est contraint de suivre les avis du bureau de placement syndical qui lui impose un personnel recruté d’abord par ordre préférentiel62. Certes, l’économie corporative respecte le principe de l’initiative individuelle dans la mesure où l’État n’intervient que lorsque cette initiative est impuissante ou défaillante, élément qui la distingue nécessairement de la bureaucratie communiste. Mais l’État est l’arbitre suprême des conflits entre les organisations patronales et les syndicats fascistes et veille à ce que les intérêts privés qu’il respecte ne s’opposent pas à la mise en place du totalitarisme63. Le syndicalisme fasciste est dans l’État, contrôlé par l’État et infiltré par le parti64. Ce système entrave complètement la liberté si bien que la collaboration des classes apparaît même comme un leurre, car le débat est inexistant puisque l’État totalitaire ne le tolère pas. Créer un syndicat libre est interdit et par conséquent impossible. L’État corporatif est ainsi plus complexe qu’une simple collaboration entre employeurs et ouvriers qui a supprimé la lutte des classes et ceci sans que les voyageurs ne comprennent toutes les subtilités d’une organisation en construction perpétuelle65.

  • 66 Henry de Korab, op. cit. ; Émile Schreiber, op. cit., p. 34—37 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. L (...)
  • 67 Fernand Hayward, Présentation de l’Italie, Paris, Grasset, 1939, p. 152.
  • 68 Maurice Lachin, op. cit., p. 71.

15La politique des loisirs est quant à elle plus facile à appréhender par les visiteurs qui saisissent l’avantage qu’elle procure en terme de contrôle de la société. Pour ceux qui ont l’occasion de visiter des centres du dopolavoro pendant leur séjour, les remarques élogieuses sont nombreuses quant au confort observé, aux salles de sport disponibles, aux théâtres, aux bibliothèques, aux cinémas et aux cours du soir où il est possible de s’initier à l’art ou d’apprendre des langues étrangères66. Le maurrassien Fernand Hayward explique même que la loi des quarante heures votée en France par le Front populaire, aussi favorable qu’elle soit aux travailleurs, ne fait que les abandonner à leur propre sort, à la différence de la politique menée en Italie fasciste pour utiliser rationnellement leurs heures de détente67. Même si ce sont les corporations qui organisent et administrent les clubs ouvriers en empêchant toute initiative individuelle, les remarques des Français sont ainsi globalement positives. Néanmoins, des voyageurs découvrent que les établissements qu’ils visitent avec l’accord du Parti sont souvent plus luxueux et mieux aménagés que certaines structures non mises en avant par la propagande officielle, où les activités sont moins nombreuses et l’enthousiasme des travailleurs moins visible68.

  • 69 Henri Béraud, op. cit., p. 98—99 ; Paule Herfort, op. cit., p. 244 ; comte de Berg de Breda, Nouvea (...)
  • 70 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 19 ; Édouard Helsey, « Une enquête du Journal. L’Italie a l’homme qu’ (...)
  • 71 Alberto de Bernardi, Operai e nazione. Sindacati, operai e stati nell’Italia fascista, Milan, Monda (...)
  • 72 Victor Barthélemy, Du communisme au fascisme. L’histoire d’un engagement politique, Paris, Albin Mi (...)
  • 73 Ruth Ben—Ghiat, Fascist Modernities. Italy 1922—1945, Berkeley, California University Press, 2001, (...)

16Pour connaître l’opinion des travailleurs italiens sur le système corporatif et la politique récréative du régime, les Français s’attachent à interroger ceux qu’ils rencontrent. Mais au sein d’un régime qui a abrogé la liberté d’expression, où la crainte de la répression et d’être accusé de sédition est omniprésente, les confidences qu’ils reçoivent doivent être analysées avec une extrême prudence69. Dans l’ensemble, les témoignages recueillis assurent que le monde ouvrier est loin d’être unanime quant aux réalisations du fascisme et si les salariés disent rarement qu’ils sont malheureux, ils ne manifestent pas non plus spontanément leur joie70. De nombreux accusés déférés devant le tribunal spécial sont issus des classes laborieuses, les conséquences de la crise économique de 1929 font qu’elles sont moins promptes à adhérer au discours officiel et les grèves dans les usines ne disparaissent jamais, sans pour autant que l’on puisse parler d’une opposition frontale71. Au cœur des années du consensus mises en évidence par Renzo De Felice, le régime compte des partisans sincères dans toutes les classes de la société, y compris dans le monde ouvrier. Au printemps 1932, le communiste Victor Barthélemy s’en aperçoit lorsqu’il effectue, à la demande de son parti, une mission discrète pour le Secours rouge international français dans les grandes villes industrielles de Milan, Turin, Gênes et Bologne. Son but est d’apporter une aide morale et matérielle aux victimes de la bourgeoisie et pour ce faire, il entre en contact avec plusieurs militants clandestins qui figurent sur une liste qui lui a été fournie, mais affirme sa déception tant ils se révèlent peu nombreux, peu actifs et que le fascisme lui apparaît comme parfaitement implanté dans la classe ouvrière72. Le corporatisme séduit incontestablement jusqu’à la guerre, notamment les jeunes intellectuels, à travers une propagande qui en fait le symbole de la « révolution fasciste » et de la lutte antibourgeoise73.

17La découverte du système corporatif et de la politique des loisirs du régime fasciste suscite ainsi un véritable intérêt chez les voyageurs français. Leurs analyses sont souvent pertinentes même s’ils assurent que les corporations sont une collaboration des classes sociales, alors que le fonctionnement réel et le but du régime n’allaient pas précisément dans ce sens. Un séjour, même de plusieurs semaines, ne permet pas toujours de comprendre les finalités d’une organisation particulièrement complexe. La propagande du gouvernement de Mussolini est néanmoins habile et les rencontres internationales contribuent à diffuser une image positive de ses réalisations. Ces observations confirment la certitude des voyageurs de séjourner dans un pays qui cherche une autre voie pour répondre à la crise de la modernité et participent d’une certaine façon à la constitution du phénomène fasciste dans sa réalité comme dans sa dimension mythique.

  • 74 Serge Berstein, La France des années 30, Paris, Armand Colin, 2002, p. 91—101.
  • 75 Jacques Julliard, « La Charte du travail », dans René Rémond (dir.), Le gouvernement de Vichy : 194 (...)
  • 76 Christine Bouneau, « Une expérience corporative : Hubert Lagardelle et la Charte du travail du régi (...)
  • 77 Olivier Dard, « Le corporatisme entre traditionalistes et modernisateurs : des groupements aux cerc (...)

18Si jusqu’à la guerre en France, les réflexions concernant le corporatisme et l’encadrement des travailleurs restent largement théoriques et alimentent les débats sur la réforme de l’État, du droit du travail et du système social74, l’instauration du régime de Vichy en juillet 1940 permet d’expérimenter de nouvelles mesures qui s’inspirent partiellement du système fasciste et sans que les voyageurs de l’entre-deux-guerres aient eu un rôle déterminant dans les politiques mises en place. Elles sont plutôt le fait de syndicalistes comme René Belin, secrétaire général adjoint de la CGT à partir de 1935, ministre du Travail du maréchal Pétain de juillet 1940 à avril 1942 et principal rédacteur de la Charte du Travail du 4 octobre 1941, pièce maîtresse de la Révolution nationale qui instaure des syndicats uniques et remet en cause le droit de grève75, ou comme Hubert Lagardelle qui est le successeur de René Belin au ministère du Travail76. Mais les luttes d’influence et les conflits idéologiques sont nombreux, rendant les mises en œuvre difficiles, et si le fascisme italien a pu apparaître un temps comme un modèle, il ne peut s’assimiler à l’expérience française instituée pendant la guerre77.

Haut de page

Notes

1 Ferdinando Cordova, Le origini dei sindacati fascisti, Bari, Laterza, 1974 ; Giulio Sapelli, Organizzazione, lavoro e innovazione industriale nell’Italia tra le due guerra, Turin, Rosenberg et Sellier, 1978 ; Francesco Perfetti, Il sindacalismo fascista, vol. I, Dalle origini alla vigilia dello Stato corporativo 1919—1930, Rome, Bonacci, 1988 ; Giuseppe Parlato, Il sindacalismo fascista, vol. II, Dalle grande crisi alla caduta del regime, Rome, Bonacci, 1989 ; Didier Musiedlak, « Le corporatisme dans la structure de l’État fasciste », dans idem (dir.), Les expériences corporatives dans l’aire latine, Berne, Peter Lang, 2010, p. 127—152.

2 Victoria de Grazia, Consenso e cultura di massa nell’Italia fascista. L’organizzazione del dopolavoro, Rome—Bari, Laterza, 1981.

3 Selon l’analyse désormais classique de l’historien Renzo De Felice, le régime fasciste a mis en place de 1929 à 1936 une politique adaptée pour assurer un consensus des masses autour de ses réalisations et de ses orientations : Renzo De Felice, Mussolini il Duce. Gli anni del consenso 1929—1936, Turin, Einaudi, 1974.

4 Citons Giuseppe Bottai, L’organisation corporative de l’État, traduction de Fernand Hayward, Paris, Social éditions, 1929 ; Bruno Buozzi et Vincenzo Nitti, Fascisme et syndicalisme, traduit de l’italien par Stefan Priacel, Paris, Valois, 1930 ; Giuseppe Bottai, Giuseppe Bottai ministre des Corporations et de l’Économie nationale. L’Expérience corporative. Notices de Dario Guidi, professeur à l’université de Gênes, Paris, Nouvelles éditions latines, 1932 ; Louis Rosenstock—Franck, L’économie corporative fasciste en doctrine et en fait. Ses origines historiques et son évolution, Paris, J. Gamber, 1934 ; Benito Mussolini, L’État corporatif, Florence, Vallechi, 1936 ; Georges Bourgin, L’État corporatif en Italie, Paris, Aubier, 1935 ; Maurice Prélot, L’empire fasciste : les origines, les tendances et les institutions de la dictature et du corporatisme italiens, Paris, Recueil Sirey, 1936 ; Louis Rosenstock—Franck, Les étapes de l’économie fasciste italienne. Du corporatisme à l’économie de guerre, Paris, Librairie sociale et économique, 1939.

5 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 1924—1940, Paris, La Découverte, 2002 ; Steven Laurence Kaplan et Philippe Minard, La France, malade du corporatisme ? xviiiexxe siècles, Paris, Belin, 2004.

6 L’expression est de Pier Giorgio Zunino, L’ideologia del fascismo. Miti, credenze e valori nella stabilizzazione del regime, Bologne, Il Mulino, 1985, p. 245.

7 Alain Chatriot a recensé le très grand nombre d’ouvrages et de revues qui paraissent sur le corporatisme dans les années trente, notamment en rapport avec le fascisme italien, prouvant l’intérêt suscité par cette question : Alain Chatriot, « Les nouvelles relèves et le corporatisme. Visions françaises des expériences européennes », dans Olivier Dard et Étienne Deschamps (dir.), Les relèves en Europe d’un après—guerre à l’autre. Racines, réseaux, projets et postérités, Bruxelles, PIE—Peter Lang, 2005, p. 174 et p. 182.

8 Lettre du 31 octobre 1933 du premier aide de camp du duc d’Aoste à Edmondo Rossoni, secrétaire de la présidence du Conseil des ministres, et réponse du 7 novembre 1933. Archivio Centrale dello Stato (ACS), Presidenza del Consiglio dei ministri (PCM), 1931—1933, busta 1520, fascicolo 3/2—4, protocollo 11556.

9 Albert Kéchichian, Les Croix—de—Feu à l’âge des fascismes, Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 291.

10 Lettre du 27 mars 1934 de Gaston Rageot à l’ambassadeur de France à Rome. Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), archives de l’ambassade de France à Rome—Quirinal, carton 347.

11 Lettre du 8 février 1935 de Roland Danveau, secrétaire de l’association, à Italo Sulliotti, agent fasciste à Paris, et lettre du 28 février 1935 de ce dernier au ministère de la Presse et de la Propagande. ACS, ministero della Cultura popolare e della propaganda (MCP), servizi della propaganda presso gli Stati esteri, Francia (1930—1943), busta 74, fascicolo I—26/58.

12 Lettre du 28 février 1935 d’Italo Sulliotti au ministère de la Presse et de la Propagande. Ibid.

13 Frédéric Eccard, « Mussolini et les corporations », La Revue des deux mondes, 1er février 1938, p. 522—548.

14 Uniquement concernant les cinq grands quotidiens parisiens, dont les tirages sont les plus significatifs durant l’entre—deux—guerres, citons les reportages de Lucien Chassaigne, « L’organisation syndicaliste telle que la prépare le président Mussolini », Le Journal, 23 février 1924, p. 1 ; Georges Oudard, « Notre enquête sur le fascisme. Les corporations fascistes ont supprimé virtuellement la CGT italienne », Le Matin, 20 novembre 1925, p. 1—2 ; Henri Lucas, « Le régime fasciste en Italie. La législation sociale veut organiser la collaboration de classes », Le Journal, 28 novembre 1925, p. 1—2 ; Henri Béraud, « Ce que j’ai vu en Italie fasciste. Ce que le peuple italien doit au Duce », Le Petit Parisien, 21 septembre 1929, p. 1—2 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. La nation des citoyens—producteurs », ibid., 11 décembre 1932, p. 1 et p. 4 ; G. Charbonnier, « Enquête sur un ordre nouveau. Syndicats et corporations dans l’Italie fasciste », Le Matin, 12 juin 1934, p. 1 ; ibid., 13 juin 1934, p. 1—2 ; ibid., 14 juin 1934, p. 1—2 ; ibid., 16 juin 1934, p. 1—2 ; ibid., 19 juin 1934, p. 1—2 ; Gabriel Perreux, « L’État corporatif, cela ne veut pas dire qu’il y aura une grande assiette au beurre pour tout le monde », Paris—Soir, 24 janvier 1935, p. 1 et p. 7. Des reportages sont aussi parus dans des hebdomadaires à l’instar de Pierre Drieu La Rochelle, « L’Italie sociale », Marianne, 9 janvier 1935, p. 3 ou ont été retranscrits dans des récits de voyage par leurs auteurs : Ludovic Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, Paris, Flammarion, 1927, p. 139—147 ; Émile Schreiber, Rome après Moscou, Paris, Plon, 1932, p. 40—60 ; Marcel Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, préface d’Henry de Jouvenel, Paris, Tallandier, 1933, p. 131—134 ; Paule Herfort, Chez les Romains fascistes, préface d’Henry Bérenger, Paris, Éditions de la Revue mondiale, 1934, chapitres VII et XXI ; Maurice Lachin, La IVe Italie, Paris, Gallimard, 1935, p. 164—168.

15 Citons par exemple Henry de Korab, « Les grandes enquêtes du Matin. Et l’Italie ? Le travail et la distraction “à la chaîne” », Le Matin, 7 septembre 1929, p. 1—2 ; Émile Schreiber, « Au seuil de l’an XI. L’effort fasciste », L’Illustration, 10 septembre 1932, p. 44—47 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. Les loisirs du travailleur », Le Petit Parisien, 22 décembre 1932, p. 1 et p. 4 ; Henri de Kérillis, « Une enquête en Italie fasciste. Le caractère inquiétant de la politique sociale », L’Écho de Paris, 11 octobre 1933, p. 1—2 ; Maurice Lachin, op. cit., p. 187.

16 Lettre du 22 mai 1935 du consul général de France à Milan à l’ambassadeur à Rome. CADN, archives de l’ambassade de France à Rome—Quirinal, carton 199.

17 Lettre du 25 novembre 1936 du consul d’Italie à Lyon à l’ambassade à Paris, au ministère des Affaires étrangères et au ministère de la Presse et de la Propagande. Archivio storico del ministero degli Affari esteri (ASMAE), Affari Politici, Francia (1931—1945), busta 20, fascicolo 2.

18 Lettre du 6 avril 1938 du président de la Confederazione fascista dei Lavoratori delle Aziende del Credito e dell’assicurazione au ministre des Corporations et télégramme du 27 mai 1938 du ministère des Affaires étrangères à la présidence du Conseil et au ministère des Corporations. ACS, PCM, 1937—1939, busta 2363, fascicolo 3/2—4, protocollo 4610.

19 Ibid.

20 Christophe Poupault, à l’ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des Chemises noires (1922—1943), thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris Ouest—Nanterre—La Défense, Université de Rome—La Sapienza, juillet 2011, p. 285—291.

21 Georges Oudard, op. cit. ; Marcel Lucain, op. cit., p. 131 ; Ludovic Naudeau, op. cit., p. 143—144.

22 C’est notamment le cas de Giuseppe Bottai, d’Ugo Spirito qui est l’un des théoriciens du corporatisme (Maurice Lachin, op. cit., p. 168), d’Emilio Bodrero, vice—président de la Chambre des députés au début des années trente (Émile Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 84—85 ; Paule Herfort, op. cit., p. 179) ou de Bruno Biagi, sous—secrétaire d’État aux Corporations au milieu des années trente (G. Charbonnier, op. cit.).

23 Claude Blanchard, « Visite à Mussolini », Le Petit Journal, 24 février 1928, p. 1 ; Pierre Chanlaine, Mussolini parle, Paris, Tallandier, 1932, p. 22—25 ; Raymond Recouly, L’Italie fasciste, Grenoble, Arthaud, 1934, p. 13.

24 Saint—Brice, « MM. Laval et Mussolini ont signé les accords franco—italiens », Le Journal, 8 janvier 1935, p. 4 ; Gabriel Perreux, op. cit. ; Louis Gillet, Londres et Rome, Paris, Grasset, 1936, p. 64. Sur cette visite de Pierre Laval à Rome et sur les accords qui en découlent, voir Pierre Milza, « Le voyage de Pierre Laval à Rome en janvier 1935 », dans Jean—Baptiste Duroselle et Enrico Serra (dir.), Italia e Francia dal 1919 al 1939, Milan, Franco Angeli, 1981, p. 237—242.

25 Ferdinand Bac, Conversation avec Benito Mussolini, 1934. Bibliothèque de l’Arsenal, Papiers Ferdinand Bac, carton 14682.

26 Docteur en droit, il adhère au parti ouvrier français de Jules Guesde de 1893 à 1897, crée en 1895 la revue marxiste La jeunesse socialiste à laquelle Georges Sorel contribue, puis en fonde une nouvelle en 1899, Le Mouvement socialiste, qui paraît jusqu’en 1914 et qui est une publication théorique du socialisme et du syndicalisme révolutionnaire. Il s’intéresse dans les années vingt à l’expérience fasciste en Italie et adhère en 1926 au Faisceau de Georges Valois. À partir de la fin de l’année 1932, comme chargé de mission à l’ambassade de France à Rome—Quirinal, il joue un rôle de conciliation avec l’Italie : Hubert Lagardelle, Mission à Rome. Mussolini, Paris, Plon, 1955 ; Marie—Christine Bouneau—Bouillare, Hubert Lagardelle. Un bourgeois révolutionnaire et son époque 1874—1958, préface de Sylvie Guillaume, Talence, Eurédit, 2000, p. 287—343. Il est ministre du Travail dans le gouvernement de Vichy d’avril 1942 à février 1943.

27 Michela Nacci et Albertina Vittoria, « Convegno italo—francese di studi corporativi. Roma 1935 », Dimensioni, 40—41, septembre—décembre 1986, p. 1—118 ; Giuseppe Parlato, Il convegno italo—francese di studi corporativi (1935), Rome, Fondazione Ugo Spirito, 1990.

28 Jean—Louis Loubet del Bayle, Les non—conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 1969.

29 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929—1942). Une révolution conservatrice à la française, préface de Jean—Louis Loubet del Bayle, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Olivier Dard, Le rendez—vous manqué des relèves des années 30, Paris, Presses universitaires de France, 2002 ; idem et Étienne Deschamps (dir.), op. cit. Dans ce dernier ouvrage, Olivier Dard définit la Jeune Droite comme « des relèves, soucieuses à la fois de se dresser contre le système politique existant, de renouveler le courant dont elles sont issues (l’Action française en l’occurrence) sans couper les ponts avec leur “génération” avec laquelle elles partagent l’idée que l’avenir appartient à la jeunesse, seule capable de mener à bien l’œuvre de régénération nécessaire » (p. 21).

30 Olivier Dard, « Le corporatisme entre traditionalistes et modernisateurs : des groupements aux cercles de pouvoir », dans Didier Musiedlak (dir.), op. cit., p. 67—102.

31 Des amis de la revue Esprit se rendent par exemple en URSS en septembre 1935.

32 Michel Winock, Histoire politique de la revue « Esprit ». 1930—1950, Paris, Seuil, 1975, p. 85.

33 Sur les débats concernant les questions corporatives en Italie fasciste, voir Franklin Hugh Adler, Italian Industrialists from liberalism to fascism. The political development of the industrial bourgeoisie, 1906—1934, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 349—352 et Francesco Perfetti, « La discussione sul corporativismo fascista », dans Didier Musiedlak (dir.), op. cit., p. 103—115.

34 La première présente l’expérience corporative comme étroitement liée à l’expérience syndicale et offre une orientation nettement anticapitaliste. C’est surtout la position de ceux qui viennent du syndicalisme comme Edmondo Rossoni. La deuxième est liée à la vision de Giuseppe Bottai qui pense que les forces sociales doivent jouer un rôle central dans l’édification du corporatisme, contrairement à Mussolini : voir Alexander J. De Grand, Bottai e la cultura fascista, traduit de l’anglais par Pietro Negri, Rome, Laterza, 1978, p. 79 et suiv. Enfin, la troisième tendance perçoit le corporatisme comme le facteur d’une normalisation sociale.

35 Emmanuel Mounier, Œuvres, tome IV. Recueils posthumes. Correspondance, Paris, Seuil, 1951, p. 571.

36 « Esprit au congrès franco—italien sur la corporation », Esprit, n° 33, juin 1935, p. 475 ; Maurice Noël, « Trois jours à Rome avec la jeunesse italienne », Le Figaro littéraire, 25 mai 1935.

37 Pierre Andreu, « Les idées politiques de la jeunesse intellectuelle de 1927 à la guerre », Revue des Travaux de l’académie des sciences morales et politiques, 2e semestre 1957, p. 17—35, p. 30.

38 Note du 12 juin 1935 d’Agostino Nasti au ministre de la Presse et de la Propagande. ACS, MCP, servizi della propaganda presso gli Stati esteri, Francia (1930—1943), busta 75, fascicolo I—26/101.

39 Pierre Gimon, « Le Congrès corporatif de Rome. Fascisme an XIII », Le National, 15 juin 1935, p. 1 et p. 3.

40 Note du 12 juin 1935 d’Agostino Nasti au ministre de la Presse et de la Propagande, op. cit.

41 Ibid.

42 Note non signée et non datée transmise au ministre de la Presse et de la Propagande. ACS, MCP, servizi della propaganda presso gli Stati esteri, Francia (1930—1943), busta 75, fascicolo I—26/101.

43 Thierry Maulnier, « Le “Fascisme” et son avenir en France », La Revue universelle, 1er janvier 1936, p. 13—26.

44 Paul Guitard, « Pourquoi la France est—elle absente ou presque du congrès “Joie et Travail” ? », La Liberté, 2 juillet 1938, p. 2 et idem, « Images vivantes d’un Congrès », ibid., 7 juillet 1938, p. 2.

45 Depuis l’automne 1936, suite à la victoire du Front populaire en France, aux conséquences de la guerre d’Éthiopie et au début de la guerre d’Espagne, les relations franco—italiennes se sont beaucoup détériorées et la France n’a plus d’ambassadeur auprès du Quirinal. De même, l’Italie a rappelé son ambassadeur à Paris en octobre 1937. Sur cette période, voir Alessandra Giglioli, Italia e Francia 1936—1939. Irredentismo e ultranazionalismo nella politica estera di Mussolini, Rome, Jouvence, 2001, p. 38—49, p. 56—80 et p. 309—331. Il faut attendre les accords de Munich du 30 septembre 1938 pour que des relations diplomatiques soient renouées.

46 Paul Guitard, « Pourquoi la France est—elle absente ou presque du congrès « Joie et Travail » ? », op. cit.

47 Idem, « Images vivantes d’un congrès », op. cit.

48 Idem, « Dopolavoro. Une grande enquête », La Liberté, 28 juillet 1938, p. 2 ; idem, « Dopolavoro. L’armature », ibid., 30 juillet 1938, p. 2 ; idem, « Dopolavoro. La force par le sport et le sport grâce aux loisirs », ibid., 2 août 1938, p. 2.

49 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 143—144 ; Émile Schreiber, op. cit., p. 40 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. La nation des citoyens—producteurs », op. cit., p. 1.

50 Émile Schreiber, op. cit., p. 202 ; G. Charbonnier, op. cit. ; Pierre Drieu La Rochelle, op. cit., p. 3 ; texte de la conférence de Lazare Goujon transmis par une lettre du 25 novembre 1936 du consul d’Italie à Lyon au ministère des Affaires étrangères, à l’ambassade d’Italie à Paris et au ministère de la Presse et de la Propagande. ASMAE, Affari Politici, Francia (1931—1945), busta 20, fascicolo 2.

51 Marcel Lucain, op. cit., p. 131.

52 Henri Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, Paris, Éditions de France, 1929, p. 154—155.

53 Émile Schreiber, op. cit., p. 52 ; Henri de Kérillis, « L’Italie fasciste. Préface à une enquête à Rome », L’Écho de Paris, 6 octobre 1933, p. 1 ; G. Charbonnier, « Enquête sur un ordre nouveau. Syndicats et corporations dans l’Italie fasciste », Le Matin, 12 juin 1934, p. 2 ; Pierre Drieu La Rochelle, op. cit.

54 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 143—144.

55 Émile Schreiber, op. cit., p. 49 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. Ce que j’ai dit à un Italien », Le Petit Parisien, 3 mars 1933, p. 4 ; Pierre Drieu La Rochelle, op. cit.

56 Frédéric Eccard, op. cit., p. 534.

57 Francesco Perfetti, La Camera dei fasci e delle corporazioni, Rome, Bonacci, 1991.

58 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 146—147 ; Émile Schreiber, op. cit., p. 48—49 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. La nation des citoyens—producteurs », op. cit.

59 Mussolini, Opera omnia, XXVI, Florence, La Fenice, 1958, p. 85—96.

60 Stefano Musso, La gestione della forza lavoro sotto il fascismo. Razionalizzazione e contrattazione collettiva nell’industria metallurgica torinese (1910—1940), Milan, Franco Angeli, 1987, p. 147—168.

61 Claude Blanchard, op. cit.

62 Henri de Kérillis, op. cit.

63 Hubert Lagardelle, « Le régime fasciste », dans Anatole de Monzie, Henry Puget et Pierre Tissier (dir.), L’Encyclopédie française, Paris, tome X, section E, introduction à l’article par Lucien Febvre, juin 1935, p. 10°84—13.

64 Pierre Drieu La Rochelle, op. cit.

65 Les voyageurs estiment par conséquent qu’une acclimatation en France est impossible. Sur les spécificités du corporatisme en France, voir Olivier Dard, « Le corporatisme entre traditionalistes et modernisateurs : des groupements aux cercles de pouvoir », op. cit., p. 67—102 et Olivier Dard (dir.), Le siècle du corporatisme. Le corporatisme dans l’aire francophone au xxe siècle, atelier de travail organisé à l’université Paul Verlaine de Metz les 30 et 31 mars 2011, Berne, Peter Lang, 2011.

66 Henry de Korab, op. cit. ; Émile Schreiber, op. cit., p. 34—37 ; Claude Blanchard, « Italie 1932. Les loisirs du travailleur », op. cit. ; Henri de Kérillis, op. cit., 11 octobre 1933, p. 1 ; Paule Herfort, op. cit., p. 53 ; Maurice Lachin, op. cit., p. 68—70 ; Frédéric Eccard, Dans l’Italie de Mussolini. Quelques æuvres sociales, allocution prononcée au déjeuner du 23 février 1938, Carrières—sous—Poissy, La Cause, 1938, p. 23.

67 Fernand Hayward, Présentation de l’Italie, Paris, Grasset, 1939, p. 152.

68 Maurice Lachin, op. cit., p. 71.

69 Henri Béraud, op. cit., p. 98—99 ; Paule Herfort, op. cit., p. 244 ; comte de Berg de Breda, Nouveaux souvenirs de Rome et d’Italie, Compiègne, Progrès de l’Oise, 1932, p. 7 ; Marcel Lucain, op. cit., p. 171 ; Horace de Carbuccia, Le massacre de la victoire 1919—1934, Paris, Plon, 1973, p. 335.

70 Ludovic Naudeau, op. cit., p. 19 ; Édouard Helsey, « Une enquête du Journal. L’Italie a l’homme qu’elle voulait », Le Journal, 4 décembre 1926, p. 1 ; Émile Condroyer, « Promenades italiennes. Un cours d’économie ménagère », ibid., 4 octobre 1938, p. 4.

71 Alberto de Bernardi, Operai e nazione. Sindacati, operai e stati nell’Italia fascista, Milan, Mondadori, 1993, p. 87—102 ; Luigi Ganapini, « Ouvriers, nation et syndicat dans l’Italie fasciste », dans François Marcot et Didier Musiedlak (dir.), Les résistances, miroir des régimes d’oppression. Allemagne, France, Italie, Paris, Presses universitaires de Franche—Comté, 2006, p. 233—252, p. 237—241.

72 Victor Barthélemy, Du communisme au fascisme. L’histoire d’un engagement politique, Paris, Albin Michel, 1978, p. 50—51.

73 Ruth Ben—Ghiat, Fascist Modernities. Italy 1922—1945, Berkeley, California University Press, 2001, p. 101.

74 Serge Berstein, La France des années 30, Paris, Armand Colin, 2002, p. 91—101.

75 Jacques Julliard, « La Charte du travail », dans René Rémond (dir.), Le gouvernement de Vichy : 1940—1942, institutions et politiques, Paris, Armand Colin, 1972, p. 157—194 ; Jean—Pierre Le Crom, Syndicats, nous voilà ! Vichy et le corporatisme, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995.

76 Christine Bouneau, « Une expérience corporative : Hubert Lagardelle et la Charte du travail du régime de Vichy », dans Didier Musiedlak (dir.), op. cit., p. 345—368.

77 Olivier Dard, « Le corporatisme entre traditionalistes et modernisateurs : des groupements aux cercles de pouvoir », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Poupault, « Travail et loisirs en Italie fasciste. Le système corporatif et l’encadrement des masses laborieuses vus par les voyageurs français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 169-188.

Référence électronique

Christophe Poupault, « Travail et loisirs en Italie fasciste. Le système corporatif et l’encadrement des masses laborieuses vus par les voyageurs français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3227

Haut de page

Auteur

Christophe Poupault

UMR Telemme d’Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page