Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Roger Martelli, Pour en finir avec le totalitarisme

Éd. La Ville Brûle, 2012, 160 p.
Léo Lepinçon
Référence(s) :

Roger Martelli, Pour en finir avec le totalitarisme, Éd. La Ville Brûle, 2012, 160 p.

Texte intégral

  • 1 Dont une étude sur les effectifs du PCF de 1920 à 2009, indispensable à ceux qui veulent faire des (...)
  • 2 La maison d’édition « La Ville Brûle » publie principalement des ouvrages sur l’extrême-gauche, les (...)

1Ancien membre du comité directeur du PCF, membre fondateur de la fondation Copernic et actuellement codirecteur de la revue Regards, Roger Martelli a publié de nombreux ouvrages sur le concept de nation et sur l’histoire du communisme français1. Ce livre, publié aux éditions « La Ville Brûle2 », porte toujours sur le communisme mais s’intéresse à une dimension particulièrement délicate : son assimilation aux idéologies totalitaires et, via le stalinisme, au fascisme italien et au nazisme allemand. Cet ouvrage s’adresse à un public déjà intéressé par les questions soulevées et c’est autant un essai sur les totalitarismes qu’une analyse militante de la question.

  • 3 Roger Martelli, op. cit., p. 5.
  • 4 Ne nous méprenons pas : son but n’est pas de nier ces expériences, ni de minimiser ou dédouaner Sta (...)
  • 5 Ibid., p. 29. Titre d’une sous-partie du chapitre 1.
  • 6 Ibid., p. 152.
  • 7 Ibid., p. 152.
  • 8 Ibid., p. 7
  • 9 Ibid., p. 8
  • 10 Ibid., p. 8

2Partant du constat que, depuis 1995, les programmes scolaires français présentent le totalitarisme en assimilant sans distinguer nazisme, fascisme et stalinisme et que, depuis 2011, on y a ajouté l’expérience soviétique entière (de 1917 à 1991), l’auteur entend déconstruire le concept de « totalitarisme », lui préférant le qualificatif « totalitaire ». Il reconnaît que comparer les trois grands systèmes apporte éclaircissements et précisions sur les mécanismes mis en œuvre lors des processus de totalisation, mais leurs différences, particulièrement idéologique, les rend incompatibles. Sans nier le totalitaire, le « totalitarisme » désigne des régimes, certes liés par un projet commun (création d’une société nouvelle dans le pays ou dans son aire d’influence), mais dans lesquels le totalitaire ne s’est réalisé ni selon les mêmes modalités, ni au même degré, ni pour les mêmes raisons. C’est un mot-concept dont « l’insuffisante rigueur de son abstraction brouille l’analyse davantage qu’elle ne contribue à l’éclairer »3. Le concept, car il confond les trois systèmes4, est un raccourci intellectuel et politique. Il en dénonce la « fétichisation libérale »5 par les adeptes du libéralisme à des fins politiques : le xxe siècle aurait été dominé par l’opposition structurante du libéralisme politico-économique des démocraties occidentales face aux totalitarismes. Cependant, le premier n’a, selon l’auteur, jamais été « autre chose qu’un mythe »6. Le concept totalitariste « veut dédouaner le parti pris libéral des errements de l’histoire contemporaine »7. Pour son étude, il privilégie une « histoire globale où les idées, les intentions, les organisations, les pratiques, les trajectoires individuelles et les destins partagés s’entremêlent sans se confondre »8, sur un « tableau statistique »9 trop « idéologique »10.

  • 11 Historiques, sociologiques, philosophiques, politiques, etc.

3Le premier chapitre retrace l’origine du concept de totalitarisme, et Roger Martelli montre que son utilisation a été tributaire du contexte géopolitique du « court xxe siècle » (E. Hobsbawm). L’auteur dresse une historiographie du sujet, permettant de montrer la variété des analyses produites11 et la diversité des écoles de pensée depuis 1945, sur la question du totalitarisme et du communisme.

  • 12 Roger Martelli, op. cit., p. 47.
  • 13 Ibid., p. 55.
  • 14 Ibid., p. 63, citant Nicolas Werth.
  • 15 Ibid., p. 64.
  • 16 Ibid., p. 126.
  • 17 Ibid., p. 77.

4Ensuite, il entend appliquer la définition à l’analyse des régimes. S’il annonce que des ressemblances entre les systèmes peuvent apparaître, elles ne suffisent pas à faire leur identité. La genèse des trois régimes est liée au traumatisme de 1914-1918 et remettent radicalement en cause la société existante, mais l’auteur place leurs origines en opposition. Les fascismes sont nés en réaction à l’idéal des Lumières, alors que « le stalinisme, surgeon monstrueux du marxisme, s’inscrit dans la continuité des Lumières pour en compléter l’incomplétude et non le pari égalitaire originel »12. Fascisme et nazisme appartiennent à la même galaxie : projets et idéologies d’inspirations similaires (la race allemande et la nation italienne) où le chef occupe la place centrale ; la violence et l’étatisme sont plus ou moins assumés. Pour le stalinisme, le culte de la personnalité est une imposition, étrangère au marxisme. Si le communisme implique la fondation d’une société sans classe, dans la pensée marxiste, la dictature du prolétariat n’est pensée que transitoirement, pour, à terme, amener l’abolition de l’État. Le stalinisme a fait le contraire : il a renforcé le pouvoir étatique. Si tous font usage de la violence et de la terreur, ce n’est pas dans la même logique. Violence intrinsèque et assumée d’un côté, elle est censée être transitoire en URSS. La NEP de Lénine se voulait un relâchement de l’emprise issue du communisme de guerre. Mais l’accession de Staline au pouvoir marque l’arrêt de cette expérience que Staline ne voit que comme un « expédient provisoire »13. La terreur et la violence des années 1920-1930 relèveraient plus de l’emballement d’une machine répressive issue des premières années difficiles de l’URSS, que d’une volonté exterminatrice. C’est une entreprise destructrice qui « se développe en processus chaotique et largement incontrôlé »14. D’un côté, « le totalitaire du fascisme et du nazisme conserve […] le fil d’une cohérence de culture et de projet, [de l’autre] le totalitaire des années staliniennes d’avant-guerre »15 est la négation du projet initial, doublée d’une fuite en avant incontrôlable. Le nazisme et le fascisme sont vaincus de l’extérieur, alors que l’URSS s’est effondrée d’elle-même. Après 1954, le stalinisme s’atténue, l’URSS est « poststalinien[ne] mais pas démocratique »16. Martelli y voit donc un système voué à l’échec qui se reproduit pragmatiquement, mais de moins en moins efficacement et qui est « donc de moins en moins totalitaire »17.

  • 18 Ibid., p. 81 ; titre du chapitre 3.
  • 19 Ibid., p. 101.
  • 20 Ibid., p. 93.
  • 21 Ibid., p. 99.
  • 22 Ibid., p. 110.
  • 23 Ibid., p. 110.

5Ces « avatars du siècle »18 naissent au xixe siècle. Avant 1914, « tous les ingrédients des pratiques totalitaires du xxe siècle sont déjà constitués »19. Le xixe siècle a permis la mise en place de l’impérialisme et du nationalisme, qui font de l’État-nation le grand gagnant des transformations sociales. L’impérialisme colonial permet aux États de régir plus de biens, des gens et de ressources que jamais. La concentration des moyens légaux de la violence dans l’État et l’industrialisation des techniques militaires permettent la soumission des résistances (coloniales ou intérieures) par une violence industrialisée. La violence publique et étatique s’élargit et se légitime par le fait colonial. L’impérialisme n’a été rendu possible que grâce aux sollicitations du nationalisme impérialiste qui conduit à la croyance en une « mission civilisatrice de la nation élue »20, que les nations européennes ont partagé. Au final, le libéralisme ne serait qu’un mythe : la Grande Guerre cristallise des tensions et marque surtout la défaite du libéralisme, qui ne l’était que « timidement et de façon conservatrice »21 et elle permet d’assembler ces éléments pour donner naissance aux idéologies et régimes totalitaires. Dans l’Europe bouleversée des années 1920-1930, l’avantage revient à ceux qui critiquent le libéralisme responsable de 1914-1918. Mais ils n’en dénoncent pas les mêmes composants. Le fascisme promet de se débarrasser de la démocratie ; le bolchevisme du marché. Pour l’auteur, plutôt que de se demander « pourquoi le fascisme en est arrivé à ce degré d’inhumanité »22 conformément à son programme, il vaut mieux comprendre « comment le communisme a-t-il été porté à promouvoir, en pratique, l’inversion absolue de son projet émancipateur ? »23.

  • 24 Ibid., p. 114.
  • 25 Ibid., p. 114.
  • 26 Ibid., p. 119.
  • 27 Ibid., p. 125.
  • 28 Ibid., p. 125.
  • 29 Ibid., p. 130.
  • 30 Ibid., p. 135.

6Si le soviétisme a tendu vers le totalitaire par « le poids des circonstances »24 et parce que « les limites du bolchévisme ne l’ont […] pas protégé de la tentation totalitaire », cela ne signifie pas qu’il est en soi une « machine à produire du totalitarisme »25. Ainsi, l’URSS stalinienne est le résultat de la prise en main par Staline d’un appareil partisan et du modelage d’une société. L’année 1924 signe la transformation d’une « méthode de pouvoir prolongée en culture politique »26 : le stalinisme. Le parti, capable de mobiliser les intelligences qui le composent pour faire la révolution sous Lénine, devient sous Staline un modèle d’état hiérarchisé. Dans le parti stalinien, la fonction, grâce à la prise du pouvoir devient essence : il fait la révolution, donc il dirige. La « lecture biaisée »27 du parti que Staline impose tend à nier la vertu émancipatrice des Lumières : à la diffusion du savoir, il préfère la « concentration [du savoir] dans des « experts rouges » placés sous le contrôle étroit du parti. »28 Si Staline établit un régime totalitaire, ses successeurs ne réactivent pas la violence de masse et la terreur. La persistance de certains éléments totalitaires tient à « la pesanteur du mythe » et « l’enkystement du modèle »29. La dictature du prolétariat (toute théorique qu’elle soit chez Marx et Engels) devient chez les bolcheviks la dictature du parti, puis, avec Staline, la dictature de quelques-uns sur le parti. La transformation en doctrine des théories de Marx entraîne la création d’un dogme, immuable, qui empêche « tout rénovation du mouvement communiste, en URSS comme partout dans le monde »30.

7L’on comprend bien que l’auteur veut différencier le communisme de la pratique stalinienne, et ainsi mettre l’accent sur le fait que les circonstances et le poids de quelques hommes ont donné à l’URSS et au communisme ses dimensions dramatiques, qui ne peuvent être mises sur le même niveau que les expériences nazies et fascistes. Mais, bien qu’il refuse le totalitarisme tout en acceptant les dimensions totalitaires, on ne sait plus dans quel type de régime il est possible (s’il est possible) de ranger l’URSS, stalinienne on non.

  • 31 Roger Martelli, op. cit., p. 154.
  • 32 Jean-Paul Depretto, « Comment aborder le stalinisme ? Quelques réflexions de méthode » dans Matéria (...)
  • 33 Jean-Paul Depretto, op. cit., p. 52. Il notait notamment les ressemblances entre les systèmes via « (...)
  • 34 Ibid., p. 53.

8Pour un sujet aussi sensible, un développement plus long aurait peut-être aidé à une meilleure clarté et compréhension. Cependant, l’analyse de la faillite du libéralisme comme matrice du totalitaire est une approche intéressante. Pour aller dans le sens de l’auteur, nous dirions que, si le concept tend à définir une organisation sociétale précise, il s’avère qu’il recouvre des réalités différentes. Le concept a-t-il été complètement mis en œuvre ? C’est-à-dire, les régimes ont-ils réellement réussi à contrôler totalement la société et les individus ? Sans nier les dimensions criminelles et dramatiques de ces mises en œuvres sociales, ne sont-ils pas restés, dans une certaine mesure, que des théories, des utopies totalisantes ? Les chercheurs ont montré que, dans les sociétés des régimes totalitaires, il subsiste des espaces ou des formes de résistance (les mouvements de résistance, des évasions, des solidarités, des pratiques sociales et culturelles…), minimes, plus ou moins larges, mais réels ; qu’au sein des appareils d’État « totalisé », il existe des secteurs dans lesquels le pouvoir central n’est pas toujours total (par exemple, la destitution légale de Mussolini par le conseil fasciste et le roi en juillet 1943) ; ou encore que le contrôle de la société n’est pas toujours total (la comparaison entre la totalisation de la société italienne et allemande). Autant d’éléments qui permettent de montrer la diversité des réalités étudiées. Au final, Martelli se range du côté d’Enzo Traverso : garder le terme comme un « garde-fou de la pensée »31 pour concentrer la recherche sur la compréhension des processus totalitaires. Sur la société soviétique, dans un article de 2002, Jean-Paul Depretto32, tout en reconnaissant certains aspects de la thèse totalitariste33, émettait l’idée que l’URSS stalinienne et le « modèle soviétique » constitueraient une « société de statut »34, créant ainsi stratifications et clivages, à la fois violents et permanents. Probablement y a-t-il dans cette optique d’histoire sociale des éléments qui permettraient d’affiner la compréhension du phénomène totalitaire soviétique, sans pour autant entrer dans les paramètres de la thèse totalitariste.

Haut de page

Notes

1 Dont une étude sur les effectifs du PCF de 1920 à 2009, indispensable à ceux qui veulent faire des recherches sur le PCF.

2 La maison d’édition « La Ville Brûle » publie principalement des ouvrages sur l’extrême-gauche, les alternatives politiques à gauche (marxisme, néomarxisme, anarchisme, écologisme…) et les remises en causes des formes de domination.

3 Roger Martelli, op. cit., p. 5.

4 Ne nous méprenons pas : son but n’est pas de nier ces expériences, ni de minimiser ou dédouaner Staline et le stalinisme du système oppressant, liberticide, meurtrier mis en place. Voir notamment l’introduction, p. 7.

5 Ibid., p. 29. Titre d’une sous-partie du chapitre 1.

6 Ibid., p. 152.

7 Ibid., p. 152.

8 Ibid., p. 7

9 Ibid., p. 8

10 Ibid., p. 8

11 Historiques, sociologiques, philosophiques, politiques, etc.

12 Roger Martelli, op. cit., p. 47.

13 Ibid., p. 55.

14 Ibid., p. 63, citant Nicolas Werth.

15 Ibid., p. 64.

16 Ibid., p. 126.

17 Ibid., p. 77.

18 Ibid., p. 81 ; titre du chapitre 3.

19 Ibid., p. 101.

20 Ibid., p. 93.

21 Ibid., p. 99.

22 Ibid., p. 110.

23 Ibid., p. 110.

24 Ibid., p. 114.

25 Ibid., p. 114.

26 Ibid., p. 119.

27 Ibid., p. 125.

28 Ibid., p. 125.

29 Ibid., p. 130.

30 Ibid., p. 135.

31 Roger Martelli, op. cit., p. 154.

32 Jean-Paul Depretto, « Comment aborder le stalinisme ? Quelques réflexions de méthode » dans Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2002, n° 65-66, p. 48-54.

33 Jean-Paul Depretto, op. cit., p. 52. Il notait notamment les ressemblances entre les systèmes via « la violence du pouvoir politique, culminant dans la Terreur ».

34 Ibid., p. 53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Lepinçon, « Roger Martelli, Pour en finir avec le totalitarisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3224

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page