Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Pierre Robin et Jean Vigreux (dir.), Renaud Jean, La voix rouge des paysans

éditions d’Albret et Association des amis de Renaud Jean, 2012, 550 p.
Jean-Louis Robert
Référence(s) :

Pierre Robin et Jean Vigreux (dir.), Renaud Jean, La voix rouge des paysans, éditions d’Albret et Association des amis de Renaud Jean, 2012, 550 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue les actes d’un colloque organisé à Marmande en octobre 2011, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Renaud Jean, par les Amis du vieux Nérac et les Amis de Renaud Jean.

2Il pouvait paraître difficile d’organiser un colloque sur un sujet qui avait déjà été largement traité dans la biographie de Gérard Belloin, Renaud Jean, le tribun des paysans, éditions de l’Atelier, 1993. Cependant, l’ouverture des archives du PCF et de l’IC, l’enrichissement du fonds Renaud Jean aux Archives départementales du Lot-et-Garonne et l’apport de nouveaux fonds qui avaient pu paraître périphériques aux activités du « tribun des paysans » ont permis l’approfondissement de ce travail et l’ouverture de nouvelles pistes de réflexion. Nous voudrions seulement en examiner deux qui tiennent au rapport de l’individu au collectif communiste. Mais le volume apporte bien d’autres choses.

3On savait que Renaud Jean avait toujours marqué des désaccords avec telle ou telle ligne du Parti ou de l’Internationale. Mais nous voyons mieux, avec ce livre, comment se fabrique, au fond, une certaine forme de dissension tolérable au sein du mouvement communiste, fût-ce aux pires moments du stalinisme. L’épisode de 1940 en est le meilleur révélateur. Renaud Jean manifeste par des lettres, pendant le procès des députés communistes, son sentiment que l’IC et le PCF doivent maintenir une ligne d’opposition résolue à l’Allemagne nazie, malgré le pacte germano-soviétique. Cette position est loin de celle que préconise alors Moscou. Cependant comme ces critiques ne sont pas publiques et que Renaud Jean ne s’associe pas aux députés qui renient le parti, il n’est pas exclu – malgré une note de Maurice Thorez de 1943 – même si une marginalisation va s’opérer.

4Un autre épisode significatif est celui des responsabilités prises par Renaud Jean au sein de la FDSEA du Lot-et-Garonne après la Seconde Guerre mondiale. Renaud Jean y acquiert une force et un rayonnement tels que le Parti ne peut remettre en cause, fût-elle contraire à sa ligne, l’action du leader paysan. Ainsi, en 1956, la FDSEA peut-elle appeler à des barrages lors d’une lutte paysanne alors que le Parti y est opposé au plan national. On voit alors un jeu subtil s’opérer : Renaud Jean gagne en indépendance ; le Parti continue à bénéficier de sa popularité locale tout en effaçant nationalement le tribun paysan.

5Sans doute y a-t-il là, au travers d’une personnalité forte et originale, les traces d’une histoire collective : celle de la fidélité communiste. Moins qu’une fidélité religieuse – même si certains traits d’une foi communiste apparaissent – c’est l’existence de marges sans cesse retravaillées qui assurent la durée de l’adhésion. Au prix peut-être, comme le notent les auteurs de la conclusion, d’une volonté de ne pas voir les aspects les plus noirs du stalinisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Robert, « Pierre Robin et Jean Vigreux (dir.), Renaud Jean, La voix rouge des paysans », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3220

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Robert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page