Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le tournant global de l’histoire. Récents développements en histoire globale dans le monde

Chloé Maurel
p. 127-152

Résumé

Chloé Maurel dresse un panorama des récents développements de l’histoire globale dans le monde, en insistant sur les travaux menés en dehors de l’hexagone : elle fait apparaître les thèmes prédominants (histoire des maladies, de la faim, des océans, du fait colonial…) et montre qu’il y a un renouveau de l’histoire comparée. Elle met également en lumière l’essor de travaux d’histoire sociale réalisés dans une approche transnationale, globale, tendance qui peut être identifiée comme l’émergence d’une « histoire sociale mondiale ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Hauser, Thomas Loué, Jean-Yves Mollier, François Vallotton (dir.), La Diplomatie par le livr (...)

1À l’image du mouvement des « indignés » qui, après la parution en 2010 du texte Indignez-vous de Stéphane Hessel, s’est développé spontanément dans différents pays d’Europe et du monde, de l’Espagne aux États-Unis, en passant par la Grèce et Israël, de nombreux phénomènes dépassent les frontières nationales et acquièrent une dimension mondiale. Quel angle d’analyse adopter à l’égard de ces phénomènes transnationaux ? Relevant à l’origine des cadres nationaux, mais pour mieux les dépasser, ceux-ci se laissent difficilement appréhender et font jouer des niveaux d’échelle parfois difficiles à maîtriser dans l’analyse. Une des approches possibles est celle dite « mondiale » ou « globale ». Celle-ci permet d’intégrer les données nationales tout en appréhendant la dimension globale des phénomènes transnationaux. Elle effectue des comparaisons et des rapprochements entre les phénomènes mondiaux, tente d’en révéler les points de convergence ou les différences, de suivre leur diffusion à travers les frontières, ainsi que d’en tracer la généalogie. Bien implanté aux États-Unis depuis plusieurs décennies (comme en témoignent par exemple les travaux de William McNeill ou de Patrick Manning), le courant de la « World/Global History » tend depuis quelques années à se développer en France. Certains historiens se sont ainsi penchés sur des vecteurs de transnationalité, tels que le livre, comme l’a fait Jean-Yves Mollier1.

  • 2 Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 54 bis, 2007.
  • 3 Histoire globale. Un nouveau regard sur le monde, coordonné par Laurent Testot, Paris, Sciences hum (...)
  • 4 Pierre Grosser, « L’histoire mondiale/globale, une jeunesse exubérante mais difficile », Vingtième (...)
  • 5 Chloé Maurel, « La World/Global History. Questions et débats », Vingtième siècle, 2009/4, n° 104, p (...)

2Nous disposons d’assez peu de travaux de synthèse sur le phénomène de la « World/Global History ». En 2007, un numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, sous la direction de Caroline Douki et Philippe Minard, a été consacré au thème « Histoire globale, histoires connectées », réunissant des contributions de Giorgio Riello, Sanja Subrahmanyam, Jean-Paul Zuniga, Romain Bertrand et Karen Barkey2. En 2008, la revue grand public Sciences humaines a publié un ouvrage de vulgarisation, Histoire globale. Un nouveau regard sur le monde3. En 2011, Pierre Grosser a publié un article sur l’histoire globale dans la revue Vingtième siècle4, s’inscrivant en réponse à l’article que nous avions publié dans cette même revue deux ans auparavant5.

3Comment s’est développée la recherche en histoire globale dans le monde durant les dernières années ? Quelles lignes de force et quelles perspectives se dégagent-elles ?

4Dans ce panorama, on se concentrera à dessein sur les travaux réalisés hors de France, souvent moins connus des lecteurs français. Il s’agira tout d’abord de faire un tour d’horizon de la multiplicité des objets d’étude transnationaux qui ont été récemment adoptés par différents chercheurs, puis de prendre la mesure du renouveau de l’histoire comparée, avant de réfléchir à la possibilité d’une « histoire sociale mondiale ».

De multiples objets d’étude transnationaux

  • 6 William McNeill, Plagues and Peoples, Anchor Books, 1998, première édition 1976 ; Alfred Crosby, Am (...)

5L’approche « globale » a donné lieu à de nombreuses études sur des objets très divers dont on s’aperçoit qu’ils impliquent de fait des enjeux transnationaux, comme les maladies (William McNeill, Plagues and Peoples, 1976, Alfred Crosby, America’s Forgotten Pandemic : The Influenza of 1918, 1989), le commerce (Kenneth Pomeranz et Steven Topik, The World That Trade Created : Society, Culture, and the World Economy, 1400 to the Present), l’énergie (Vaclav Smil, Energy in World History. Global Perspectives and Uncertainties, MIT Press, 2003), la danse (William McNeill, Keeping together in time. Dance and Drill in the human history, 1995), le feu (Johan Goudsblom, Fire and Civilization. 1992), l’alimentation (Raymond Grew, Food in Global History, 1999), les migrations (Wang Gungwu, Global History and Migrations, 1996), les guerres, la religion, l’art, etc6. L’approche est réellement originale, car certains de ces objets n’ont été pris que récemment comme véritables centres d’une recherche : par un déplacement de perspective, ils sont désormais appréhendés dans leur caractère mouvant. C’est l’historien qui se déplace et suit les objets qu’il étudie. Ces différents travaux mettent l’accent sur les interconnexions au niveau mondial, sur les différentes modalités par lesquelles les cultures entrent en contact les unes avec les autres et interagissent entre elles.

La faim et la famine

  • 7 Ruth Jachertz, Alexander Nützenadel, « Coping with hunger ? Visions of a global food system, 1930-1 (...)

6Parmi les objets d’étude transnationaux qui ont été choisis récemment par des historiens, l’alimentation a donné lieu récemment à des études sur la dimension spécifique de la faim et de la famine, comme l’illustre Coping with hunger ? Visions of a global food system, 1930-1960 de Ruth Jachertz7. Cet objet pourrait d’ailleurs être abordé par l’angle des organisations internationales, avec l’histoire de la FAO, mais cette organisation, basée à Rome, a jusqu’à présent fait l’objet de très peu de recherches.

  • 8 Compte rendu de ce livre par Eric Vanhaute, Journal of Global History, (2010), n° 5, p 182-183.

7Famine : a short history de Cormac Ó Gráda, paru en 2009, est une étude pluridisciplinaire de la famine. C’est un ouvrage exemplaire qui amène à réviser certaines idées reçues. L’auteur se demande pourquoi les famines se produisaient dans le passé et ne se produisent plus autant aujourd’hui. Le livre de Cormac Ó Gráda couvre un champ impressionnant : il inclut les civilisations anciennes et le monde contemporain. Il couvre le Nord comme le Sud, l’Orient et l’Occident. Il regorge d’exemples précis. La plupart des chapitres couvrent plusieurs milliers d’années et tous les continents. Par exemple, étudiant le rôle des élites dans les famines, il cite des exemples aussi variés que ceux de la Grèce, de Rome, de l’Inde des Mughal, de l’Angleterre de la pré-Réforme, et la Chine des Qing8. L’ouvrage étudie, à travers les lieux et les époques, le rôle des marchés, des gouvernements et de l’action privée (dont celle des ONG pour la période contemporaine). Le chapitre sur la famine du Bengale autour de 1943 est l’un des plus intéressants du livre. Il montre la responsabilité majeure du gouvernement colonial britannique dans cette catastrophe, qui a causé plus de deux millions de morts. L’auteur compare cette famine à d’autres famines organisées délibérément par des gouvernements, comme en URSS, en Chine en 1959-1960, en éthiopie ou en Corée du Nord.

  • 9 Amartya Sen, Poverty and Famines. An Essay on Entitlement and Deprivation, Oxford, Clarendon Press, (...)

8Le livre d’Ó Gráda s’inscrit dans la continuité de l’ouvrage qu’a consacré Amartya Sen à la grande famine de 1943 au Bengale, Poverty and Famines (1981)9. Cet ouvrage a été la contribution la plus importante dans la réflexion sur la famine depuis Malthus. Sen y a expliqué que la famine n’est pas due à l’absence de nourriture, mais à la différence entre ceux qui ont un droit à la nourriture et ceux qui n’en ont pas. Il a développé sa théorie expliquant la famine par les droits d’accès (entitlements) dans les années 1970, à une époque où les défenseurs de l’ordre néolibéral avaient le vent en poupe et défendaient l’idée selon laquelle les marchés corrigent tous les défauts de l’économie à condition qu’on les laisse fonctionner librement. En étudiant le cas de la famine au Bengale, Sen a montré que ce présupposé libéral ne correspond pas à la réalité des fonctionnements sociaux, qu’en réalité les marchés favorisent les intérêts de classes et le profit.

  • 10 Timothy Brook, « Quand la famine disparut de la surface du globe », Magazine en ligne La Vie des id (...)

9Cormac Ó Gráda, dont les recherches antérieures portaient sur la famine en Irlande, se livre à une étude démographique précise des conséquences de la famine, et étudie aussi les liens entre famine et crime, entre famine et esclavage, entre famine et prostitution. Il explique aussi pourquoi la famine est en train de disparaître de l’histoire humaine. Il adopte une approche optimiste de l’histoire de la famine, soulignant que l’impact démographique de la famine est toujours de courte durée, et que même si les famines font beaucoup de morts, elles laissent aussi beaucoup de survivants qui se reproduisent rapidement et comblent le déficit démographique10. Évoquant le cas de la famine de 2005 au Niger, où une réaction internationale rapide a permis d’éviter une catastrophe, il souligne que le mérite de la disparition de la famine revient en partie au réseau d’organisations privées (ONG) et publiques et que cette amélioration est aussi due en grande partie à la « transition démographique ». Il conclut que l’histoire mondiale de la famine touche actuellement à sa fin, à condition que les États n’emploient pas la famine comme arme politique.

Les maladies et les questions sanitaires

  • 11 Randall M. Packard, The making of a tropical disease : a short history of malaria, The Johns Hopkin (...)

10L’université Johns Hopkins de Baltimore, spécialisée dans les études médicales, a lancé une série de Biographies de la maladie. Parmi les ouvrages parus dans ce cadre figure une Petite histoire de la malaria publiée en 2007 par Randall M. Packard11. Cette étude montre que la malaria et la pauvreté sont étroitement liées et se renforcent mutuellement. Ce livre, dans lequel l’auteur manifeste une empathie pour les victimes de la malaria, fait une histoire globale sociale de cette maladie. Celle-ci, qui a culminé juste après la Première Guerre mondiale, est en effet par excellence un objet d’étude global puisqu’elle a été présente sur plusieurs continents, avec des extensions qui ne s’inscrivent pas dans des cadres nationaux.

  • 12 Mark Harrison, « Disease, diplomacy and international commerce : the origins of international sanit (...)

11Une autre approche caractéristique de cette inscription de l’histoire de la maladie dans les perspectives de l’histoire globale est fournie par Mark Harrison. Dans son article, « Disease, diplomacy and international commerce : the origins of international sanitary regulation in the nineteenth century », Mark Harrison dresse l’historique des origines de la régulation sanitaire internationale au xixe siècle12. Il montre qu’au début du xixe siècle, les nations européennes ont commencé à considérer une possible coopération en matière sanitaire, et ont amorcé un processus diplomatique qui a culminé avec les conférences sanitaires internationales et les premières lois sur le contrôle des maladies infectieuses. Cet article examine les origines de ces conférences et met en lumière certaines spécificités : tandis que les pressions commerciales constituaient les principales impulsions pour réformer le principe de la quarantaine, il montre qu’elles sont insuffisantes à expliquer pourquoi les nations européennes voulaient davantage de coopération internationale en matière sanitaire. Selon lui, c’est la paix de 1815 qui a produit un climat dans lequel de nombreuses nations européennes ont envisagé un régime sanitaire plus systématique et libéral.

Les océans

  • 13 Rainer F. Buschmann, Oceans in world history, New York, McGraw Hill, 2006.
  • 14 Compte rendu de ce livre par Pedro Machado, Journal of Global History (2008), n° 3, p. 277-279.

12Dans le contexte contemporain de fortes préoccupations environnementales quant à la planète, il n’est pas étonnant que nombre de travaux récents en histoire globale se penchent sur l’histoire des océans13. Dans Oceans in world history, Rainer F. Buschmann montre que les liens suprarégionaux dans le Pacifique n’étaient pas encore forgés avant le xvie siècle. Le dernier chapitre, qui traite de la période 1800-2000, montre que le développement des technologies de navigation a permis de voyager plus et plus vite à travers les océans, et a facilité la conquête impériale, particulièrement pour le Royaume-Uni et les États-Unis. La fin de l’esclavage a mené à l’usage élargi de la main-d’œuvre sud-asiatique et chinoise. Il décrit aussi la migration des Européens par l’Atlantique, et l’introduction des pétroliers et des porte-conteneurs, dans la seconde moitié du xxe siècle. L’auteur explore l’émergence d’une « conscience transocéanique » à partir de la fin du xixe siècle, notamment avec les internationales de travailleurs, les mouvements suffragistes, ou le panafricanisme. Ces mouvements montrent que les océans n’ont pas servi seulement comme voies d’eau pour un contrôle international au profit des grands empires transocéaniques, mais ont pu aussi être utilisés par des acteurs critiques de la pensée impériale, pour leur permettre de s’organiser sur un plan international. L’ouvrage se termine par une réflexion sur les réclamations des États sur les ressources marines, leur exploitation, et les dégâts environnementaux. Il a le mérite de proposer une approche transocéanique de l’histoire mondiale. Toutefois, pour l’historien Pedro Machado, l’ouvrage ne permet pas très bien de comprendre quel rôle les océans eux-mêmes ont joué dans les mouvements d’idées, autrement que comme l’espace de circulation de ces idées et informations. Ainsi une limite de cette approche globalisante réside dans l’impression que donne un tel livre de se contenter de « repackager » des informations, au lieu de donner des éclairages nouveaux14.

  • 15 Jorge Canizares-Esguerra et Erik R. Seeman (dir.), The Atlantic in global history, 1500-2000, Upper (...)
  • 16 Luke Clossey, « Merchants, migrants, missionaries, and globalization in the early-modern Pacific », (...)

13D’autres recherches ont travaillé l’espace maritime comme espace social. Jorge Canizares-Esguerra et Erik R. Seeman ont publié en 2007 une vaste étude sur l’océan Atlantique dans l’histoire globale de 1500 à nos jours15. L’année précédente, Luke Clossey avait présenté, dans le Journal of Global History, une étude sur « les marchands, les migrants, les missionnaires et la mondialisation dans les débuts du Pacifique moderne »16. Dans cet article, il considérait que la fondation de Manille en 1571 avait rendu possible un commerce transpacifique créant ainsi le chaînon manquant dans le réseau commercial mondial. Dans les deux siècles suivants, les échanges entre l’Amérique et l’Asie se sont intensifiés, la première diaspora asiatique en Amérique a vu le jour, et de nombreux missionnaires occidentaux se sont rendus en Asie pour faire de l’évangélisation. Ces échanges, qui ont élargi l’horizon mental des contemporains, peuvent, selon les auteurs, être considérés comme partie intégrante d’une véritable mondialisation.

  • 17 Sugata Bose, A Hundred Horizons : The Indian Ocean in the Age of Global Empire, Cambridge, Mass. : (...)

14Enfin, dans A Hundred Horizons : The Indian Ocean in the Age of Global Empire (2006)17, dont le titre est un clin d’œil au titre de Fernand Braudel sur la Méditerranée, Sugata Bose présente une histoire globale de l’océan Indien. Ce travail est d’autant plus bienvenu que l’océan indien avait été négligé par l’historiographie en comparaison avec l’Atlantique, la Méditerranée et le Pacifique. Cette lacune était apparue clairement au forum de juin 2006 de l’American Historical Review sur le thème « Oceans of History ».

Les contacts entre aires de civilisations

  • 18 Xinru Liu et Lynda Norene Shaffer, Connections across Eurasia : transportation, communication, and (...)

15Plusieurs études récentes se sont attachées à analyser les contacts entre aires de civilisations. Ainsi Xinru Liu et Lynda Norene Shaffer se sont livrés en 2007 à une étude des échanges entre l’Europe et l’Asie par la route de la soie18.

  • 19 Shihan de Silva Jayasuriya, Jean-Pierre Angenot (dir.), Uncovering the history of Africans in Asia, (...)

16Ce renouvellement des études des déplacements des humains partout à la surface du globe amène aussi à découvrir l’importance de migrations qui se sont faites hors de l’influence et de la présence d’Européens. Ainsi, en 2008, dans Uncovering the history of Africans in Asia, Shihan de Silva Jayasuriya et Jean-Pierre Angenot ont écrit une histoire des Africains en Asie19. Ils partent du constat que, contrairement à la diaspora transatlantique, les migrants africains vers l’Orient ont reçu jusqu’à présent peu d’attention de la part des historiens. Ce livre contient plusieurs études, comme celle de Robert Collins qui présente un panorama du commerce des esclaves de l’Afrique vers l’Asie.

  • 20 Matthew P. Fitzpatrick, « Provincializing Rome : The Indian Ocean Trade Network and Roman Imperiali (...)

17En 2011, Matthew P. Fitzpatrick a, lui, étudié l’histoire du réseau commercial de l’océan Indien en parallèle avec celle de l’impérialisme romain, ce qui lui a permis de « provincialiser Rome »20. En conquérant l’Égypte, l’Empire romain s’est assuré un accès direct au réseau commercial séculaire de l’océan Indien, qui mène à la Chine, à l’Inde, à l’Asie du Sud, à l’Arabie et à l’Afrique. Cette conquête de l’Égypte par Rome s’est inscrite dans une logique stratégique plus large, cherchant à étendre le contrôle de Rome sur les entrepôts d’Orient. L’auteur montre que l’Inde a constitué le « hub » de cette économie globale avant l’heure.

  • 21 Kris K. Manjapra, « The illusions of encounter : Muslim “minds” and Hindu revolutionaries in First (...)
  • 22 Ulrike Strasser, « A case of empire envy ? German Jesuits meet an Asian mystic in Spanish America » (...)

18Ces travaux sur des contacts entre aires de civilisations peuvent aussi passer par des études au niveau micro sur des rencontres entre personnes et groupes appartenant à des communautés distinctes. Ainsi, Kris K. Manjapra, de manière originale, étudie la rencontre entre des intellectuels musulmans et des révolutionnaires hindous dans l’Allemagne de la Première Guerre mondiale21. Les orientalistes allemands pensaient, pendant la Première Guerre mondiale, que de nouvelles méthodes ethnographiques pourraient inciter les populations musulmanes du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud à la révolte contre les colonisateurs britanniques. Mais les Allemands ont échoué dans leur tentative de nouer des liens étroits avec ces peuples musulmans comme avec les révolutionnaires indiens émigrés. De même, Ulrike Strasser étudie la rencontre entre des jésuites allemands et un mystique asiatique dans l’Amérique espagnole22.

  • 23 Stewart Gordon, When Asia was the world : traveling merchants, scholars, warriors, and monks who cr (...)
  • 24 Compte rendu de ce livre par David Ludden, Journal of Global History (2008), n° 3, p. 279-280.

19Quant au livre de Stewart Gordon, When Asia was the world : traveling merchants, scholars, warriors, and monks who created ‘The riches of the East’ (2007)23, il contient neuf histoires d’une vingtaine de pages chacune, sur de célèbres voyageurs à travers l’Asie entre 500 et 1500, comme Avicenne, Ibn Battuta, Ma Huan, Tome Pires. L’Asie avant 1500 y est décrite comme un vaste domaine de mobilité24.

Les migrations

  • 25 Wang Gungwu, Global History and Migrations, Boulder, Westview Press, 1996.
  • 26 Emma Christopher, Cassandra Oybus, et Marcus Rediker (dir.), Many Middle Passages : forced migratio (...)
  • 27 Eliott Robert Barkan, Hasia Diner, Alan Kraut (dir.), From Arrival to Incorporation : Migrants to t (...)

20Cette nouvelle lecture des sociétés rencontre aussi les travaux nombreux sur les migrations dont les angles d’analyse, méthodologiques aussi bien que sociaux, se diversifient. Ainsi, Wang Gungwu, loin de se borner à l’étude d’un lieu délimité d’avance et de se contenter d’étudier les migrants qui en partent ou qui y arrivent, analyse les déplacements des migrants, et les liens entretenus à distance entre membres de mêmes communautés d’origine, et liens intensifiés de nos jours grâce aux perfectionnements des télécommunications25. D’autres travaux récents portent sur les migrations26 comme, par exemple, ceux d’Eliott Robert Barkan sur l’histoire des migrants arrivés aux états-Unis27.

  • 28 Elliott Barkan, Hasia Diner, Alan Kraut, From Arrival to Incorporation : Migrants to the U.S. in a (...)
  • 29 Bruce S. Eliott, David A. Gerber, Suzanne M. Sinke (dir.), Letters across Borders : The Epistolary (...)

21Un ouvrage collectif comme From Arrival to Incorporation (2007) examine de nombreux processus d’installation aux États-Unis de migrants. Il utilise à la fois une approche théorique et des approches quantitatives et ethnographiques. Le livre met l’accent sur la diversité des migrants. L’ouvrage comporte notamment une étude par David Haines sur les réfugiés et la définition des groupes qui peuvent être admis aux États-Unis sous ce statut depuis la Seconde Guerre mondiale28. Sur ce même thème des migrants arrivés aux États-Unis, Letters across Borders : The Epistolary Practices of International Migrants, paru en 2006, étudie les conditions de vie et d’installation des migrants à partir des lettres échangées29.

  • 30 Mathias Schulze, James M. Skidmore, David G. John, Sebastian Siebel-Achenbach, Grit Liebscher (dir. (...)

22D’autres chercheurs ont travaillé sur la diaspora allemande. Le volume German Diasporic Experiences : Identity, Migration, and Loss, paru en 2008, est issu d’une conférence organisée par le Canadian Waterloo Centre for German Studies en 2006. Les trente-neuf essais qu’il contient, et qui, au-delà du cas souvent traité des Canadiens d’origine allemande, réfléchissent à l’expérience humaine universelle de l’exil, sont classés par thèmes. Les auteurs se sont posé la question de déterminer ce qu’est une diaspora. Étant donné que des germanophones ont migré vers des lieux très divers et à des époques variées, il apparaît aux auteurs difficile de donner un nom générique pour qualifier une telle dispersion. Alexander Freund tente pourtant une définition de la diaspora, estimant que ce terme regroupe les « membres d’un groupe ethnique résidant dans au moins deux pays en dehors de leur patrie et liés à travers des liens politiques ou géographiques par un mythe de l’origine, une histoire collective, ou une religion ou idéologie communes »30.

  • 31 Adam McKeown, « Chinese emigration in global context, 1850-1940 », Journal of Global History, Vol. (...)

23L’élargissement spatial des problématiques, redessinant la carte du monde, est particulièrement rapide. Dans un article paru en 2010 dans le Journal of Global History, Adam McKeown se penche, par exemple, sur l’émigration chinoise de 1850 à 194031. Il retrace comment l’émigration chinoise a fait partie de la grande vague des migrations de masse du xixe siècle. L’article analyse les tendances dans les retours et la migration féminine, deux phénomènes quantifiables qui sont souvent présentés comme distinctifs de l’émigration chinoise. Ces tendances sont comparées avec les migrations non chinoises.

  • 32 Grace M. Cho, Haunting the Korean Diaspora : Shame, Secrecy, and the Forgotten War, Minneapolis : U (...)

24Dans l’ouvrage Haunting the Korean Diaspora : Shame, Secrecy, and the Forgotten War, paru en 2008 aux États-Unis, Grace M. Cho se livre à une histoire de la diaspora coréenne32 : la société sud-coréenne a émergé du désastre de la guerre de Corée, et avec l’aide économique et militaire des États-Unis, s’est mobilisée pour établir une économie industrialisée. Pendant ce temps, les Coréens-Américains, dont la plupart sont arrivés après le mouvement américain des droits civiques (qui a entraîné le démantèlement de la législation raciste restrictive sur l’immigration), se sont bien intégrés dans la société américaine comme en témoigne leur réussite éducative, leur exogamie et leur naturalisation. Les Coréens-Américains font figure de « minorité modèle » aux États-Unis. Mais Grace M. Cho démonte ce mythe et montre les effets persistants de la violence et du traumatisme de la guerre de Corée sur les communautés de la diaspora coréenne.

  • 33 Jeffrey Lesser, A Discontented Diaspora : Japanese Brazilians and the Meanings of Ethnic Militancy, (...)

25Avec A Discontented Diaspora : Japanese Brazilians and the Meanings of Ethnic Militancy, 1960-198033, paru en 2007, Jeffrey Lesser explore la relation entre la ville de São Paulo, le Japon et le groupe ethnique des Brésiliens d’origine japonaise (Nikkei) pendant la période de la dictature militaire du Brésil de 1964 à 1985.

  • 34 Giovanni Gozzini, « The global system of international migrations, 1900 and 2000 : a comparative ap (...)

26L’article « The global system of international migrations, 1900 and 2000 : a comparative approach »34, de Giovanni Gozzini, paru dans le Journal of Global History en 2006, est une étude globale sur les migrations au xxe siècle. L’auteur compare les migrations internationales à deux périodes différentes de l’histoire : de 1870 à 1914, et de 1965 à 2000. Il étudie les répercussions que les migrations internationales ont eues sur la structure démographique et sur les systèmes économiques des pays émetteurs et récepteurs, et il étudie les analogies qui se produisent au niveau micro, les mécanismes gouvernant la décision de migrer, l’identité des migrants. La dernière partie montre que les migrants, dans les deux périodes, maintiennent des liens avec leur ancien et leur nouveau pays (comme le montrent l’envoi d’argent et les migrations de retour), malgré les obstacles actuels à la libre circulation des migrants internationaux. Cela suggère qu’une analyse des systèmes de migration mettant l’accent sur les interactions entre aire de départ et d’arrivée, peut être plus efficace que le modèle fondé sur le présupposé que l’assimilation va se produire ou à celui qui suppose un irréductible « multiculturalisme ».

  • 35 Ina Baghdiantz McCabe, Gelina Harlaftis et Ioanna Pepelasis Minoglou (dir.), Diaspora entrepreneuri (...)

27Dans Diaspora entrepreneurial networks : four centuries of history, paru à Oxford en 2005, les auteurs explorent les réseaux entrepreneuriaux de la diaspora sur quatre siècles35. Ils étudient les migrations commerciales, par exemple celles des juifs sépharades dans les empires maritimes portugais, des Arméniens dans l’empire ottoman, en Inde et en Iran ; des Japonais dans l’Asie du Sud-Est ; des Maltais comme intermédiaires entre les Habsbourg et les Ottomans ; des marchands chinois en Indonésie. Les Maltais auraient pu relier les Habsbourg aux Ottomans, car ils sont occidentaux par la religion et orientaux par le langage. Mais les auteurs montrent qu’aussi étendues que soient ces migrations de commerce, aucune n’a pu couvrir l’ensemble des zones couvertes par les religions de l’Europe et du Proche-Orient (protestante, catholique, orthodoxe et musulmane).

  • 36 Patrick Manning, The African Diaspora. À History through Culture, New York, Columbia University Pre (...)

28Patrick Manning, spécialiste de l’histoire de l’Afrique, un des pionniers de l’histoire mondiale et de l’histoire globale, auteur du manuel d’histoire mondiale Navigating World History (2003), aborde quant à lui, dans The African Diaspora36, ce que, depuis les années 1950, on a appelé les Black Studies. Mais l’innovation est qu’il entend aborder l’histoire des peuples africains de manière globale : il s’agit d’étudier plusieurs régions et nations parallèlement, et sur le temps long, de 1400 à nos jours. D’où l’expression, novatrice, de « diaspora africaine », pour illustrer l’idée que des peuples africains ou d’origine africaine ont, à différentes périodes, de gré ou de force, migré vers d’autres continents (Europe, Amériques, Asie) et s’y sont établis. Manning s’attache à voir les liens, les « connexions globales ». Pour cela, il prête davantage attention aux échanges, réseaux, mélanges, métissages, qu’aux royaumes et aux nations. Son approche globale lui permet de mettre en évidence des liens entre des phénomènes auparavant étudiés de manière séparée. Par exemple, il montre comment, au milieu du xixe siècle, l’esclavage est dénoncé de manière concomitante en Amérique du Nord, du Sud, en Afrique de l’Ouest, dans l’Empire ottoman, et en Inde. L’approche de l’histoire globale permet aussi à Manning de souligner la profonde influence exercée par la diaspora africaine sur l’histoire mondiale : il montre le lien inextricable entre migration noire et essor de la modernité. Manning présente l’évolution de l’histoire des Africains et des peuples de descendance africaine, vaste ensemble qui représente aujourd’hui 1/6e de l’humanité. En six chapitres denses, il brosse un tableau de l’évolution de ces peuples sur le temps long, de 1400 à nos jours, en dégageant de grandes étapes, comme « la survie » (1600-1800), la conquête de « l’émancipation » (1800-1900), de la « citoyenneté » (1900-1960), et enfin de « l’égalité » (1960-2000). L’aire géographique traitée est elle aussi très vaste : elle s’étend non seulement au continent africain, mais aussi aux Amériques, à l’Europe et à l’Asie.

Le fait colonial

  • 37 Benoît Daviron, « Mobilizing labour in African agriculture : the role of the International Colonial (...)

29Dans le domaine de l’histoire coloniale, l’approche globale a montré qu’elle est particulièrement opportune. Là aussi, la convergence des travaux qui renouvelle le champ à l’échelle d’une problématisation désormais mondiale est impressionnante. Le travail de Benoît Daviron sur le rôle de l’Institut colonial international dans l’élaboration d’un modèle d’administration coloniale en est un exemple éclairant37. Il montre notamment que l’usage de la force (le recours au travail forcé) a été un sujet de débat au sein de cet institut, entre les années 1895 et 1930.

  • 38 John Darwin, The Empire Project : the Rise and Fall of the British World System, 1830-1970, Cambrid (...)
  • 39 Harald Fischer-Tiné, « Indian Nationalism and the “world forces” : transnational and diasporic dime (...)

30Plusieurs études récentes portent sur l’Empire britannique38. Parmi ces dernières, on peut évoquer une intéressante étude des dimensions transnationales et diasporiques du mouvement d’indépendance de l’Inde au début du xxe siècle39. Cet article de Harald Fischer-Tiné adopte une perspective globale sur les réseaux diasporiques des révolutionnaires indiens qui ont émergé à la veille de la Première Guerre mondiale. Il se focalise particulièrement sur trois centres : Londres, New York et Tokyo. Le récit est centré sur les « India Houses » qui ont été ouvertes dans ces trois villes et ont servi d’institutions berceaux pour les révolutionnaires. Cette étude montre qu’il est important d’étendre l’analyse historique au-delà des frontières de l’Inde pour saisir pleinement le développement du nationalisme indien. L’existence de réseaux de propagande anti-impériale sophistiqués fait émettre des doutes sur le caractère prétendument décisif de la Première Guerre mondiale comme « moment global » qui aurait secoué de manière décisive l’ordre impérial. L’article présente ainsi l’année 1905 comme au moins aussi importante que l’époque de la Grande Guerre.

  • 40 P. Singaravélou, J. Sorez (dir.), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle(...)
  • 41 Yohan Blondel, « Sport en colonies », à propos de : P. Singaravélou, J. Sorez (dir.), L’empire des (...)
  • 42 Arjun Appadurai, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, P (...)

31L’histoire coloniale est également renouvelée par des approches globales de la dimension culturelle des sociétés. Ainsi, dans L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle40, Pierre Singaravélou et Julien Sorez étudient l’histoire des pratiques sportives dans les colonies : ces pratiques, importées par les puissances impériales, sont en fait loin d’être l’imposition univoque d’une culture. Au contraire, elles attestent de pratiques de réappropriation de la part des peuples coloniaux41. C’est ce qu’avait d’ailleurs montré Arjun Appadurai avec l’exemple de l’« indigénisation » du cricket en Inde42.

  • 43 J. Burbank & F. Cooper, Empires in Global History, Princeton University Press, 2010.
  • 44 Clément Thibault, « Empire et dépendances », magazine en ligne La Vie des idées, 2010.

32En 2010, Jane Burbank et Frederick Cooper ont publié une ambitieuse synthèse sur « les empires dans l’histoire globale »43. Cet intérêt des historiens pour l’histoire des grands empires du passé pourrait être inspiré par le constat actuel, du fait de la mondialisation, de l’érosion des cadres politiques traditionnels (et notamment le cadre étatique). L’originalité de ce livre est sa focalisation sur le problème de la différence : pour les auteurs, l’une des principales caractéristiques des formations impériales est de parvenir à gouverner de manière différenciée des peuples divers. Comme l’observe, à la lecture du livre, Clément Thibault, les empires, comme figures de l’hétérogène, se sont montrés capables de rassembler les peuples et les nations, les régimes juridiques et les identités, les systèmes économiques en de cohérentes mosaïques. Les auteurs abordent ces objets impériaux en ignorant les limites chronologiques et géographiques habituelles. Pour comparer des empires aussi différents que Rome et la Chine, Jane Burbank et Frederick Cooper créent des outils conceptuels comme ceux de « répertoires de pouvoir », d’« intersections impériales », d’« imaginaires impériaux », ce qui leur permet de décrire l’ensemble des fonctions et des stratégies souveraines visant à gouverner les différences – sociales, économiques, culturelles, juridiques, territoriales – pour les unir en un tout composite. Pour les auteurs, le grand succès des empires aurait été de réussir à articuler l’un et le multiple, et cela se serait fait par l’invention d’une « souveraineté feuilletée » (layered, overlapping sovereignty). Ce terme décrit un ensemble de pratiques institutionnelles, politiques ou sociales permettant à la pluralité des sociétés impériales d’être rassemblées tout en préservant leur spécificité. Ainsi, l’homogénéité apparente de l’empire du Milieu sous les Han cache en réalité une profonde hétérogénéité ; et le fédéralisme américain, qui procède par agrégation progressive des territoires de l’Ouest au cours du xixe siècle, constitue une version moderne de l’empire dans sa dynamique expansive, comme en témoigne l’inclusion (mais en maintenant leur différence) des populations amérindiennes et des Mexicains. Comme l’analyse Clément Thibault, « cette souveraineté à la fois une et plurielle s’appuie sur un ensemble complexe d’agencements institutionnels et des modes de gouvernement adaptés à la nature expansive des empires. Plutôt que d’homogénéiser les institutions et de réduire la population au statut commun de la citoyenneté, comme le firent les États-nations occidentaux après le xixe siècle dans leur territoire métropolitain, ces empires anciens et modernes distinguent et hiérarchisent pour articuler les différences sans les abolir »44.

Un renouveau de l’histoire comparée

  • 45 Gerald Horne, The end of empires : African Americans and India, Philadelphie, Temple University Pre (...)
  • 46 Gerald Horne, Black and Brown : African Americans and the Mexican Revolution, 1910-1920, New York, (...)

33Dans cette dynamique d’ensemble de décloisonnement des espaces, l’histoire comparée, introduite par Marc Bloch dans les années 1920, connaît elle aussi de nouveaux développements. Elle peut donner lieu à des comparaisons entre aires de civilisations. C’est ce que fait, par exemple, Gerald Horne en 2008 dans The End of Empires : African Americans and India45. Il a aussi écrit en 2005, Black and Brown : African Americans and the Mexican Revolution, 1910-192046, qui montre les connexions économiques, sociales et politiques entre Africains-Américains et le Mexique, de même qu’entre Africains-Américains et Mexicains-Américains. On y voit comment les Africains-Américains ont vu la révolution mexicaine de 1911 comme un refuge contre le racisme, comment beaucoup d’éminents Africains-Américains se sont réfugiés au Mexique et comment ce lien a produit une tradition de solidarité « Black-Brown » (« noirs-bruns ») qui a eu un impact dans la lutte pour les droits civiques. Gerald Horne s’est aussi intéressé aux liens entre Africains-Américains et Asiatiques-Américains, il a questionné l’image traditionnelle des Asiatiques-Américains comme « minorité modèle ». Dans Race War : White Supremacy and the Japanese Attack on the British Empire, The White Pacific : U. S. Imperialism and Black Slavery in the South Seas after the Civil War, et The End of Empires, il a brassé une énorme quantité d’archives trouvées aux quatre coins du monde. Ainsi, de manière novatrice, il a utilisé des archives trouvées à New Delhi et Hong Kong pour aider à éclairer l’histoire des Africains-Américains. Il replace au centre de l’histoire des Africains-Américains leurs expériences planétaires : leurs voyages comme missionnaires, soldats, diplomates, musiciens. The End of Empires traite des Africains-Américains qui sont allés en Inde, des Indiens-Américains qui ont rencontré des Africains-Américains aux États-Unis, et d’une manière générale, des liens entre les Africains-Américains et l’Inde. Il souligne la similarité entre la domination coloniale en Inde et l’esclavage aux États-Unis. Il étudie notamment le cas des musulmans ahmediyya qui ont migré de Détroit vers le Penjab, ou du Ghadar Party qui a été créé à San Francisco en se fondant sur le lien entre colonialisme et racisme, ou encore l’action politique de certains personnages comme W. E. B. Du Bois et Lala Lajpat Rai. Un chapitre est aussi consacré à l’action des troupes africaines-américaines en Inde pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • 47 Robert C. Allen, Tommy Bengtsson et Martin Dribe (dir.), Living standards in the past : new perspec (...)

34Dans Living Standards in the Past : New Perspectives on Well-Being in Asia and Europe (2005), les auteurs s’attachent à comparer le niveau de vie en Asie et en Europe, à l’aide de plusieurs indicateurs statistiques47.

  • 48 Walter Scheidel (dir.), Rome and China : comparative perspectives on ancient world empires, Oxford, (...)

35Dans un ouvrage publié en 2009, l’historien autrichien Walter Scheidel se livre à une comparaison entre Rome et la Chine48. On a souvent comparé l’Empire romain avec les débuts de l’Europe moderne, et la Chine avec l’Europe. Mais il apparaît important de comparer directement l’Empire chinois et l’Empire romain. Ce livre relève le défi en examinant les développements militaires, politiques, sociaux et économiques dans la Chine des Han à la lumière des développements à Rome, et vice versa. Dans l’introduction, Walter Scheidel affirme que de telles comparaisons sont éclairantes. Il pense qu’il y a eu beaucoup de développements parallèles au niveau macro, bien qu’il ne nie pas l’existence de profondes divergences, telles que l’échec de la Chine à développer un proche équivalent de la tradition de droit civil des Romains. Dans le chapitre 1, Scheidel essaie de démontrer les forces de la méthode comparative en appelant l’attention sur des parallèles frappants entre schémas de formation étatique dans la Chine des Qin et dans la République et l’Empire romains. Dans le chapitre 2, Nathan Rosenstein explore les relations entre la guerre, la formation étatique, et les institutions militaires. Pour Scheidel, la principale valeur de la méthode comparative est qu’elle nous invite à remettre en questions des interprétations établies, elle défamiliarise ce qui est familier.

  • 49 David Armitage et Sanjay Subrahmanyam (dir.), The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-184 (...)

36Un autre essai très intéressant d’histoire comparée est l’ouvrage publié en 2010 par David Armitage et Sanjay Subrahmanyam sur « l’âge des révolutions dans un contexte global »49. Dans cet ouvrage d’histoire comparée des révolutions, David Armitage, professeur d’histoire à Harvard, et Sanjay Subramanyam, professeur d’histoire à UCLA, traitent de la Révolution française, de la révolution américaine, des révolutions dans les Caraïbes, en Afrique, de l’action de l’armée de Bonaparte en Orient, de l’Asie du Sud à la fin du xviiie et au début du xixe siècles, et de la Chine à la fin du xviiie et au début du xixe siècles. L’approche transnationale des révolutions avait déjà connu une vogue, avec les travaux de R. R. Palmer et de Jacques Godechot sur les révolutions atlantiques. Il y avait eu aussi le travail d’Eric Hobsbawm sur « l’âge des révolutions », qui mettait l’accent sur la transformation globale par l’industrialisation de même que par les idéaux démocratiques ; et le travail de Jack A. Goldstone sur les révolutions du xviie et du xviiie siècles, qui focalisait l’attention sur les tendances globales de la population et des prix et leur impact sur les États. Ce nouvel ouvrage aborde la question : « Qu’est-ce qu’une perspective globale peut ajouter à la compréhension des révolutions nationales de 1760 à 1840 ? » Cette périodisation exclut les révolutions britanniques de 1640-1689 et les révolutions européennes de 1848, mais elle couvre le monde en profondeur : l’Empire ottoman, l’Inde, Java, la Chine, l’Afrique de l’Ouest, l’Amérique du sud, les Caraïbes. Ce livre revalorise notamment l’importance des révolutions dans les Caraïbes.

  • 50 Terje Tvedt, « Why England and not China and India ? Water systems and the history of the Industria (...)

37Un autre objet d’étude comparée est la révolution industrielle. Dans « Why England and not China and India ? Water systems and the history of the Industrial Revolution », Terje Tvedt compare les cas de l’Angleterre, de la Chine et de l’Inde50. Il observe que l’histoire globale s’est longtemps centrée sur la comparaison des succès et échecs économiques des différentes parties du monde, le plus souvent l’Asie et l’Europe. On s’accorde à penser que l’équilibre a changé définitivement dans la dernière partie du xviiie siècle, quand en Europe continentale et en Angleterre une transformation a commencé, qui a transformé les relations de pouvoir dans le monde et a mis un terme à la domination de la civilisation agraire. Toutefois, il y a encore débat sur la question de savoir pourquoi l’Europe et l’Angleterre se sont industrialisées d’abord, avant l’Asie. Cet article propose une explication qui apporte une nouvelle lumière sur le triomphe de l’Europe et de l’Angleterre, en montrant que le « facteur système de l’eau » (water system) a été une pièce cruciale, qui est souvent manquante dans les récits historiques de la révolution industrielle. Cette grande transformation ne concernait pas seulement les élites modernisantes, les capitaux investis, l’innovation technologique, et les relations commerciales inégales, mais l’explication doit aussi prendre en compte les ressemblances et différences dans la manière dont les pays et régions étaient liés à leurs systèmes hydrauliques, et comment ils pouvaient l’exploiter pour transporter et produire l’énergie pour les machines.

  • 51 Kenneth Pomeranz, Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondia (...)
  • 52 Xavier de la Vega, « Une grande divergence », blog Histoire Globale, http://blogs.histoireglobale.c (...)

38L’ouvrage majeur de Kenneth Pomeranz, spécialiste de la Chine moderne, Une grande divergence51, paru dans le monde anglo-saxon en 2001 et en traduction française en 2010, est un magistral essai d’histoire comparée entre la Chine et l’Europe. L’auteur se consacre à comprendre pourquoi, alors que l’Europe et l’Asie avaient à la fin du xviiie siècle un niveau de développement comparable (il montre notamment les « ressemblances étonnantes » en matière de niveau de développement entre le delta du Yangzi en Chine, la plaine du Kantô au Japon, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et le Gujarat en Inde à cette époque), l’Europe a, au xixe siècle, pris l’ascendant sur les autres parties du monde, au point de bénéficier pendant plus d’un siècle d’une véritable hégémonie sur la scène économique mondiale. Pomeranz observe que, jusqu’au début du xixe siècle, l’Europe ne possédait aucun avantage décisif sur la Chine, qui était alors une des plus grandes puissances économiques. Il note que l’Angleterre n’a dû son décollage industriel qu’à deux avantages fortuits : l’existence de gisements de charbon proches de ses centres industriels et la réserve de terres que lui assuraient ses colonies dans le Nouveau Monde. La thèse de Pomeranz, qui attribue le décollage du Vieux Continent à des facteurs contingents (l’inégale allocation géographique des ressources en charbon et la conquête du Nouveau Monde), heurte les idées reçues et les raisonnements échafaudés jusqu’alors par les historiens pour expliquer cet essor par des phénomènes de fond52.

  • 53 Gijsbert Oonk (dir.), Global Indian Diasporas : Exploring Trajectories of Migration and Theory, Int (...)

39Gijsbert Oonk, dans Global Indian Diasporas paru en 2007, explore les parcours des diasporas indiennes53. Ces dernières années ont vu d’ailleurs une explosion des études sur les diasporas indiennes. Ces études portent sur les quelque 20 millions de personnes originaires d’Asie du Sud qui vivent en dehors du sous-continent indien ; elles soulignent la recherche par ces communautés d’une identité commune, leur attachement à l’Inde, et leur production d’une culture spécifique.

  • 54 Martin Shipway, Decolonization and Its Impact : A Comparative Approach to the End of the Colonial E (...)

40C’est aussi la décolonisation qui est l’objet d’essais d’histoire comparée. Dans Decolonization and Its Impact, paru en 200854, Martin Shipway, qui a auparavant travaillé sur la colonisation française, élargit la perspective en comparant les aspects de cette colonisation avec les formes de la décolonisation dans les possessions britanniques, hollandaises et belges en Asie.

  • 55 Sabine MacCormack, On the wings of time : Rome, the Incas, Spain, and Peru, Princeton, Princeton Un (...)
  • 56 Sandip Hazareesingh, « Interconnected synchronicities : the production of Bombay and Glasgow as mod (...)
  • 57 Antony G. Hopkins, « Comparing British and American empires », Journal of Global History, vol. 2, n (...)
  • 58 Bernard Porter, Empire and Superempire : Britain, America and the World, New Haven, Yale University (...)
  • 59 Victoria Tin-bor Hui, War and state formation in ancient China and early modern Europe, New York, C (...)
  • 60 Siep Stuurman, « Herodotus and Sima Qian : History and the Anthropological Turn in Ancient Greece a (...)

41Parmi les travaux d’histoire comparée, particulièrement intéressants sont ceux qui comparent des espaces situés sur des continents différents, ou des situations se produisant à des époques différentes. Ainsi Sabine MacCormack compare Rome, les Incas, l’Espagne et le Pérou55. Sandip Hazareesingh compare le port de Bombay et celui de Glasgow au xixe siècle56. A.G. Hopkins compare l’empire britannique et l’empire américain57, ce que fait également Bernard Porter dans Empire and Superempire : Britain, America and the World, (2006)58. Victoria Tin-bor Hui compare les formes de la guerre et la formation étatique en Chine ancienne et dans les débuts de l’Europe moderne59. Et Siep Stuurman compare la Grèce ancienne et la Chine des Han60, en particulier en étudiant les travaux respectifs d’Hérodote et de l’historien chinois Sima Qian et notamment leurs travaux ethnographiques sur les peuples nomades.

  • 61 Stanley M. Burstein, « When Greek Was an African Language : The Role of Greek Culture in Ancient an (...)

42Au nombre des travaux qui étudient les contacts entre civilisations dans l’Antiquité, on peut citer celui de Stanley M. Burstein sur le rôle de la culture grecque dans la Nubie ancienne et médiévale61.

  • 62 Roger Griffin, Werner Loh, et Andreas Umland (dir.), Fascism past and present, West and East. An in (...)
  • 63 Constantin Iordachi, Comparative Fascist Studies : New Perspectives, London, Routledge, 2009.

43Il est intéressant de noter que certains sujets comme le fascisme sont devenus l’objet d’études comparatives ; ainsi en 2006 est paru un ouvrage collectif proposant une étude conceptuelle sur le fascisme en Orient et Occident62. En 2009, l’historien Constantin Iordachi a publié une autre étude comparative sur le fascisme63.

  • 64 Kapil Raj, Relocating modern science : circulation and the construction of knowledge in South Asia (...)

44En 2007, Kapil Raj a publié Relocating Modern Science : Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650 – 190064. Dans ce livre, excellente réflexion sur la création et la diffusion des savoirs, Kapil Raj utilise plusieurs exemples historiques, sur trois siècles, se déroulant en Inde, en Asie du Sud et aux confins tibétains, pour défendre une thèse originale : il n’y pas eu un simple accaparement des connaissances indiennes locales par les Occidentaux, colonisateurs et conquérants, qui ensuite ont diffusé ces savoirs au-delà des continents. Kapil Raj revalorise le rôle des acteurs indiens dans cette construction scientifique, acteurs qui sont des intermédiaires variés, des maisons de commerce, des marchands et des employés, comme des aventuriers ou des hommes de lettres.

  • 65 George Basalla, The Evolution of Technology, Cambridge University Press, 1989.

45Kapil Raj défend une position différente de la vision diffusionniste de George Basalla, exprimée notamment dans son livre de 1989, The Evolution of technology65, et de celle qui ne fait état que de la soumission des savoirs locaux au canon européen. Kapil Raj se livre à une histoire fine de la création d’une zone de contact entre l’Orient et l’Occident.

  • 66 Compte rendu de cet ouvrage de Kapil Raj par Arvanitis Rigas, Revue d’anthropologie des connaissanc (...)

46L’auteur montre que l’orientalisme britannique se construit en opposition à l’universalisme prôné par la Révolution française : les Britanniques se sont appuyés sur les élites nouvelles, urbaines, pour créer une véritable « université de l’Orient », largement financée par les élites hindoues, au Hindu College de Fort Williams, sous la direction du gouverneur général de l’Inde, Richard Wellesley. Wellesley s’est servi de la Compagnie des Indes pour financer ce projet qui, initialement, devait fournir les cadres de la Compagnie. Les conservateurs britanniques ont longtemps soutenu le projet de former des indigènes aux lettres et à la culture, à la science et aux techniques modernes, et d’associer des instructeurs à la fois britanniques et indiens. C’est seulement à partir de la fin du xixe siècle que les élites locales se sont rebellées en retournant contre les colonisateurs anglais leurs propres principes humanistes. Ce qui est intéressant dans ce livre est la réflexion de Raj sur le statut des « indigènes » dans la construction du savoir. Il oppose les tenants de l’idée selon laquelle les indigènes ont été exploités comme simples informateurs (opinion soutenue par l’orientalisme à la façon d’Edward Saïd) et ceux qui à l’inverse soulignent le rôle actif des Indiens et la construction d’un « savoir colonial ». Kapil Raj montre que la rencontre entre l’Orient et l’Occident s’est amorcée bien avant la colonisation ; que les sociétés asiatiques étaient aussi changeantes que les sociétés européennes et que le savoir y jouait un rôle analogue dans la transformation sociale ; que, enfin, parler de zones de contact et d’échange ne signifie pas exclure l’asymétrie et l’inégalité des statuts des personnes dans l’ordre politique et social66.

Vers une histoire sociale mondiale ?

  • 67 Ce passage est une version légèrement remaniée d’un texte publié sous le titre « Pour une histoire (...)

47Dans cette extension des thématiques abordées par l’histoire globale, il apparaît urgent de développer la dimension sociale67. L’engouement pour l’histoire globale est à même de faire émerger une histoire sociale mondiale, bienvenue dans le contexte de la prise de conscience des effets de la mondialisation. Cette histoire permettrait de faire apparaître certains phénomènes sociaux transnationaux qui sont restés occultés avec une approche seulement nationale. En apportant un décloisonnement à l’histoire sociale, une telle entreprise permettrait de donner un nouveau souffle au courant de l’histoire sociale. De plus, des lieux d’archives pour développer une telle histoire existent : on peut citer, par exemple, l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, créé en 1935.

  • 68 Peer Vries, Via Peking back to Manchester : Britain, the Industrial Revolution, and China, Leiden, (...)

48Plusieurs travaux récents semblent annoncer l’émergence d’une histoire sociale mondiale. C’est tout d’abord l’histoire de la révolution industrielle et de ses conséquences sociales qui a pu être analysée dans un cadre mondial, comme l’a fait, dès 2003, Peer Vries avec Via Peking back to Manchester : Britain, the Industrial Revolution, and China68.

  • 69 Yinghong Cheng, Creating the New Man : from Enlightenment ideals to socialist realities, Honolulu (...)
  • 70 Robert Strayer, The communist experiment : revolution, socialism, and global conflict in the twenti (...)
  • 71 Compte rendu de ce livre par Jean-Louis Margolin, Journal of Global History, 2009, n° 4, p. 180-182
  • 72 Lynn Hunt, Inventing Human Rights : A History, New York, W. W. Norton and Company, 2007.

49L’histoire sociale mondiale peut aussi être abordée par l’histoire des idées sociales : dans Creating the ‘New Man’: from Enlightenment ideals to socialist realities (2009), Yinghong Cheng étudie la recherche d’un « homme nouveau », des Lumières au socialisme69. Pendant et après la guerre froide, beaucoup ont cherché à dépeindre le communisme comme un phénomène étranger, exotique, propre aux sociétés sous-développées aux profondes traditions autocratiques. À l’opposé, le livre de Cheng décrit l’histoire des origines du projet communiste en le replaçant dans le contexte des Lumières, des réflexions des intellectuels européens du xviiie siècle. Il étudie les cas de l’URSS, de la Chine maoïste, de Cuba. Il essaie d’examiner la continuité et la cohérence du projet communiste dans le temps et l’espace. Il ajoute aux sources du communisme des éléments du confucianisme, ainsi que les idées de José Marti, donc des éléments venus de différents continents. Un des apports de l’œuvre de Cheng est d’essayer de pointer les connexions entre le mouvement communiste et le phénomène de la décolonisation. De même, The communist experiment : revolution, socialism, and global conflict in the twentieth century de Robert Strayer (2007)70 se présente comme une histoire mondiale du communisme. Toutefois, du fait de la très vaste ampleur de son sujet, il ne fait que survoler l’histoire des différents partis communistes et contient plusieurs erreurs71. également en 2007, l’historienne Lynn Hunt, avec Inventing Human Rights : A History72, fruit d’un travail de plusieurs années sur l’histoire des droits de l’homme, identifie les racines de l’idée de droits de l’homme dans les discussions littéraires du xviiie siècle et dans les débats politiques pré et postrévolutionnaires. L’histoire des droits de l’homme est un élément très important au cœur des fondements de l’histoire sociale.

  • 73 Marcel van der Linden, Workers of the world : essays toward a global labor history, Studies in Glob (...)
  • 74 http://www.workersoftheworldjournal.net/

50Avec Workers of the world : Essays Toward a Global Labor History (2008), Marcel van der Linden, directeur de recherche à l’Institut international pour l’histoire sociale d’Amsterdam, essaie de faire une histoire globale du travail et des travailleurs73. Cette recherche porte essentiellement sur l’Europe et les États-Unis. Il décrit l’expérience quotidienne des ouvriers. Dans la deuxième partie, « Varieties of Mutualism », il étudie le développement du mutualisme (les assurances mutuelles). Dans la troisième partie, « Forms of Resistance », il traite des grèves, des protestations de consommateurs, des syndicats, et de l’internationalisme ouvrier. Dans la continuité de ce champ de recherches, Marcel van der Linden a créé en 2012, avec d’autres historiens, une revue d’histoire sociale mondiale en ligne appelée Workers of the world74.

  • 75 Berthold Unfried et Marcel van der Linden, ed., Labour and New Social Movements in a Globalising Wo (...)

51Dans Labour and New Social Movements in a Globalising World System (2004), ouvrage collectif, les auteurs, dont Marcel van der Linden, se livrent à une analyse de l’histoire du travail et des nouveaux mouvements sociaux dans la mondialisation75. Günther Benzer et Jochen Homann y comparent la première vague de mondialisation de 1850-1880 avec le mouvement actuel de mondialisation et ses implications sociales. Andrew Herod fait une étude de terrain sur les syndicats d’Europe de l’Est après le modèle soviétique et la vague de privatisations des années 1990. Minjie Zhang étudie les migrations de travail en Chine et Ricardo Arondskind le heurt du global et du local dans le mouvement des travailleurs en Amérique latine.

  • 76 Josephine Fowler, Japanese and Chinese Immigrant Activists : Organizing in American and Internation (...)

52L’histoire sociale mondiale prend forme également au travers d’études récentes des migrations et des diasporas, études dont l’ampleur nouvelle a déjà été évoquée plus haut dans cet article et qui constituent une dimension majeure des apports de l’histoire globale. Dans Japanese and Chinese Immigrant Activists : Organizing in American and International Communist Movements (2007), Josephine Fowler étudie le parcours et l’action des immigrants activistes chinois et japonais, notamment communistes, aux États-Unis, de 1919 à 193376. Ce livre pionnier explore l’histoire, jusque-là délaissée, des Japonais et Chinois communistes immigrés aux États-Unis, et situe leurs efforts dans le cadre de la politique mondiale du Komintern. Elle retrace l’expérience de ces petits groupes de révolutionnaires chinois et japonais et la met en relation avec les luttes sociales qui ont jalonné l’histoire des États-Unis durant cette période.

  • 77 Alessandro Stanziani (dir.), Le Travail contraint en Asie et en Europe, Paris, Éditions de la MSH, (...)

53Dans Le travail contraint en Asie et en Europe, un collectif d’historiens du marché du travail de nombreux pays (Japon, France, Angleterre, Inde et Chine), sous la direction d’Alessandro Stanziani, historien des normes et du droit, s’interroge pour savoir si l’Europe de la révolution industrielle a inventé le travail libre77. Ce projet d’histoire globale met en parallèle l’Europe et l’Asie, et réfléchit au continuum qui va du travail libre au travail forcé. Cet ouvrage entend réévaluer les travaux classiques – aussi bien marxistes que libéraux – portant sur l’évolution des marchés du travail et l’existence du travail contraint en Europe et en Asie depuis le xviie siècle. Il remet en cause la structuration de l’historiographie autour de grandes oppositions (travail libre/servage, Europe/reste du monde) et de ruptures temporelles fortes (révolution industrielle, abolition(s) de l’esclavage et du servage, Révolution française), et montre, à l’inverse de la thèse de Kenneth Pomeranz sur la « grande divergence » entre Europe et Asie, que l’Europe ne se distingue pas tant que cela de l’Asie dans l’avènement du travail libre.

  • 78 La mise en service d’Incomka résulte du travail collectif de nombreux historiens, et notamment en F (...)

54Par ailleurs, pour effectuer des recherches en histoire sociale mondiale, les nouvelles technologies peuvent être très utiles. La mise en service récente de la base de données « Incomka », qui recense des millions de pages d’archives du Komintern (1919-1943), permet d’analyser les activités menées par le Komintern dans différents pays, de la création d’institutions transnationales comme la « ligue anti-impérialiste » dans les années 1920 au parcours de révolutionnaires comme Hô Chi Minh, donc de restituer tout un pan important de l’histoire sociale mondiale78.

  • 79 Le Mouvement social, janvier 2013, n° 241.
  • 80 Sur ce point, les historiens pourraient se servir des études réalisées depuis plusieurs décennies p (...)
  • 81 L’historienne de l’Afrique, Séverine Awenengo, coordonne un projet international de recherche sur l (...)

55Ainsi des pistes stimulantes s’ouvrent déjà en histoire sociale mondiale. La revue française, Le Mouvement social, s’est engagée dans cette voie en publiant en janvier 2013 un numéro consacré au thème « Travail et mondialisation »79. Dans la continuité des travaux déjà effectués, d’autres recherches pourraient être réalisées sur ces questions, et notamment de vastes synthèses comparatives sur les conditions de vie et de travail dans le monde80, sur les luttes sociales et les révolutions dans les différents continents et sur leurs liens transnationaux (en insistant notamment sur le rôle des syndicats et des partis), et sur le rôle d’acteurs majeurs, de leurs inspirations et de leurs influences au-delà des frontières. L’histoire des forums sociaux mondiaux (structure créée en 200181) et du réseau transnational d’acteurs qu’ils activent, de même que celle du mouvement des indignés, évoqué en introduction, font partie des sujets d’étude de l’histoire sociale mondiale de demain. Une telle histoire sociale mondiale pourrait servir utilement de base à l’enseignement universitaire, et permettrait de mieux comprendre et d’analyser les effets sociaux des différentes vagues de mondialisation.

Conclusion

56Ainsi l’histoire mondiale/globale offre des chantiers de recherche passionnants. De multiples travaux ont été menés dans la dernière décennie dans ce domaine dans le monde anglo-saxon, attestant d’un renouveau de la méthode comparative et d’une vogue non démentie de l’approche transnationale. Malheureusement, les deux journaux de référence en histoire mondiale/globale, le Journal of World History et le Journal of Global History, sont difficilement accessibles en France, n’étant pas tous conservés à la BNF et n’étant pas tous consultables sur les principales bases de données numériques (JStor notamment). De plus, mener des travaux en histoire mondiale/globale nécessite souvent de maîtriser plusieurs langues étrangères et de brasser une bibliographie considérable, ainsi que d’étudier des sources disséminées dans le monde entier, ce qui peut être un frein. Néanmoins, le dynamisme de ce courant outre-atlantique et la richesse des conclusions qui découlent de ces travaux pourraient inciter les chercheurs français à davantage s’investir dans ce créneau de recherche. Concernant la problématique de l’histoire des dominations, qui est le fil rouge des Cahiers d’histoire, l’histoire sociale mondiale apparaît comme porteuse de potentialités prometteuses, permettant de mieux penser les différents processus de domination et d’émancipation, au-delà de la prégnance des cadres étatiques, comme toujours inscrits dans des réseaux d’échanges et des rapports de force internationaux.

Haut de page

Notes

1 Claude Hauser, Thomas Loué, Jean-Yves Mollier, François Vallotton (dir.), La Diplomatie par le livre. Réseaux et circulation internationale de l’imprimé de 1880 à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

2 Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 54 bis, 2007.

3 Histoire globale. Un nouveau regard sur le monde, coordonné par Laurent Testot, Paris, Sciences humaines, 2008.

4 Pierre Grosser, « L’histoire mondiale/globale, une jeunesse exubérante mais difficile », Vingtième siècle, 2011/2, n° 110.

5 Chloé Maurel, « La World/Global History. Questions et débats », Vingtième siècle, 2009/4, n° 104, p. 153 à 166.

6 William McNeill, Plagues and Peoples, Anchor Books, 1998, première édition 1976 ; Alfred Crosby, America’s Forgotten Pandemic : The Influenza of 1918. Cambridge University Press 1989, 2003 ; initialement publié sous le titre Epidemic and Peace, 1918, Greenwood Press 1976 ; Kenneth Pomeranz et Steven Topik, The World That Trade Created : Society, Culture, and the World Economy, 1400 to the Present, Armonk and London, Sharpe, 1999 ; Vaclav Smil, Energy in World History. Global Perspectives and Uncertainties, Cambridge, MIT Press, 2003 ; William McNeill, Keeping together in time. Dance and Drill in the human history, Harvard University Press, 1995 ; Johan Goudsblom, Fire and Civilization, London : Penguin Press, 1992 ; Raymond Grew, Food in Global History, Boulder, Westview Press, 1999 ; Wang Gungwu (éd.), Global History and Migrations, Westview Press, 1996.

7 Ruth Jachertz, Alexander Nützenadel, « Coping with hunger ? Visions of a global food system, 1930-1960 », Journal of Global History, vol. 6, n° 1, mars 2011 ; Cormac Ó Gráda, Famine : a short history, Princeton, NJ : Princeton University Press, 2009.

8 Compte rendu de ce livre par Eric Vanhaute, Journal of Global History, (2010), n° 5, p 182-183.

9 Amartya Sen, Poverty and Famines. An Essay on Entitlement and Deprivation, Oxford, Clarendon Press, 1981.

10 Timothy Brook, « Quand la famine disparut de la surface du globe », Magazine en ligne La Vie des idées, 13-06-2011.

11 Randall M. Packard, The making of a tropical disease : a short history of malaria, The Johns Hopkins biographies of disease, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2007.

12 Mark Harrison, « Disease, diplomacy and international commerce : the origins of international sanitary regulation in the nineteenth century », Journal of Global History, vol 1, 2006, n° 2, p. 197-217.

13 Rainer F. Buschmann, Oceans in world history, New York, McGraw Hill, 2006.

14 Compte rendu de ce livre par Pedro Machado, Journal of Global History (2008), n° 3, p. 277-279.

15 Jorge Canizares-Esguerra et Erik R. Seeman (dir.), The Atlantic in global history, 1500-2000, Upper Saddle River, Pearson Prentice Hall, 2007.

16 Luke Clossey, « Merchants, migrants, missionaries, and globalization in the early-modern Pacific », Journal of Global History, vol 1, 2006, n° 1, p. 41-58.

17 Sugata Bose, A Hundred Horizons : The Indian Ocean in the Age of Global Empire, Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 2006.

18 Xinru Liu et Lynda Norene Shaffer, Connections across Eurasia : transportation, communication, and cultural exchange on the Silk Roads, New York, McGraw-Hill, 2007.

19 Shihan de Silva Jayasuriya, Jean-Pierre Angenot (dir.), Uncovering the history of Africans in Asia, Leiden and Boston, Brill, 2008.

20 Matthew P. Fitzpatrick, « Provincializing Rome : The Indian Ocean Trade Network and Roman Imperialism », Journal of World History, vol. 22, n° 1, mars 2011, p. 27-54.

21 Kris K. Manjapra, « The illusions of encounter : Muslim “minds” and Hindu revolutionaries in First World War Germany and after », Journal of Global History, vol. 1, n° 3, nov. 2006, p. 363-382.

22 Ulrike Strasser, « A case of empire envy ? German Jesuits meet an Asian mystic in Spanish America », Journal of Global History, Vol. 2, n° 1, mars 2007, p. 23-40.

23 Stewart Gordon, When Asia was the world : traveling merchants, scholars, warriors, and monks who created The riches of the East”, Cambridge MA, Da Capo Press, 2007.

24 Compte rendu de ce livre par David Ludden, Journal of Global History (2008), n° 3, p. 279-280.

25 Wang Gungwu, Global History and Migrations, Boulder, Westview Press, 1996.

26 Emma Christopher, Cassandra Oybus, et Marcus Rediker (dir.), Many Middle Passages : forced migration and the making of the modern world, Berkeley, University of California Press, 2007.

27 Eliott Robert Barkan, Hasia Diner, Alan Kraut (dir.), From Arrival to Incorporation : Migrants to the U.S. in a Global Era, NYU Press, 2007.

28 Elliott Barkan, Hasia Diner, Alan Kraut, From Arrival to Incorporation : Migrants to the U.S. in a Global Era, New York, New York University Press, 2007.

29 Bruce S. Eliott, David A. Gerber, Suzanne M. Sinke (dir.), Letters across Borders : The Epistolary Practices of International Migrants, Palgrave Macmillan, 2006.

30 Mathias Schulze, James M. Skidmore, David G. John, Sebastian Siebel-Achenbach, Grit Liebscher (dir.), German Diasporic Experiences : Identity, Migration, and Loss, Wilfrid Laurier University Press, 2008. Citation : p. 468.

31 Adam McKeown, « Chinese emigration in global context, 1850-1940 », Journal of Global History, Vol. 5, n° 1, mars 2010, p. 95-124.

32 Grace M. Cho, Haunting the Korean Diaspora : Shame, Secrecy, and the Forgotten War, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2008.

33 Jeffrey Lesser, A Discontented Diaspora : Japanese Brazilians and the Meanings of Ethnic Militancy, 1960-1980, Durham, Duke University Press, 2007.

34 Giovanni Gozzini, « The global system of international migrations, 1900 and 2000 : a comparative approach “Journal of Global History” », vol. 1, n° 3, nov. 2006, p. 321-341.

35 Ina Baghdiantz McCabe, Gelina Harlaftis et Ioanna Pepelasis Minoglou (dir.), Diaspora entrepreneurial networks : four centuries of history, Oxford et New York, Berg, 2005.

36 Patrick Manning, The African Diaspora. À History through Culture, New York, Columbia University Press, 2010.

37 Benoît Daviron, « Mobilizing labour in African agriculture : the role of the International Colonial Institute in the elaboration of a standard of colonial administration, 1895-1930 », Journal of Global History, vol. 5, n° 3, p. 479-501.

38 John Darwin, The Empire Project : the Rise and Fall of the British World System, 1830-1970, Cambridge : Cambridge University Press, 2009 ; Roberto Davini, « Bengali raw silk, the East India Company and the European global market, 1770-1833 », Journal of Global History, vol 4 (2009), n° 1, p. 57-79 ; Jeffrey A. Auerbach et Peter H. Hoffenberg, Britain, the empire, and the world at the Great Exhibition of 1851, Aldershot, Ashgate, 2008 ; Maria Misra, « Colonial officers and gentlemen : the British Empire and the globalization of “tradition” », Journal of Global History, vol. 3, n° 2, juillet 2008, p. 135-161.

39 Harald Fischer-Tiné, « Indian Nationalism and the “world forces” : transnational and diasporic dimensions of the Indian freedom movement on the eve of the First World War », Journal of Global History, vol. 2, n° 3, nov. 2007, p. 325-344.

40 P. Singaravélou, J. Sorez (dir.), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Belin.

41 Yohan Blondel, « Sport en colonies », à propos de : P. Singaravélou, J. Sorez (dir.), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, La Vie des idées, 10-02-2011.

42 Arjun Appadurai, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001 ; id., Modernity at Large : Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

43 J. Burbank & F. Cooper, Empires in Global History, Princeton University Press, 2010.

44 Clément Thibault, « Empire et dépendances », magazine en ligne La Vie des idées, 2010.

45 Gerald Horne, The end of empires : African Americans and India, Philadelphie, Temple University Press, 2008.

46 Gerald Horne, Black and Brown : African Americans and the Mexican Revolution, 1910-1920, New York, NY, 2005.

47 Robert C. Allen, Tommy Bengtsson et Martin Dribe (dir.), Living standards in the past : new perspectives on well-being in Asia and Europe, Oxford, Oxford University Press, 2005.

48 Walter Scheidel (dir.), Rome and China : comparative perspectives on ancient world empires, Oxford, Oxford University Press, 2009.

49 David Armitage et Sanjay Subrahmanyam (dir.), The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010.

50 Terje Tvedt, « Why England and not China and India ? Water systems and the history of the Industrial Revolution », Journal of Global History, vol. 5, n° 1, mars 2010, p. 29-50.

51 Kenneth Pomeranz, Une grande divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel, 2010.

52 Xavier de la Vega, « Une grande divergence », blog Histoire Globale, http://blogs.histoireglobale.com/?p=359.

53 Gijsbert Oonk (dir.), Global Indian Diasporas : Exploring Trajectories of Migration and Theory, International Institute for Asian Studies Publications Series, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2007.

54 Martin Shipway, Decolonization and Its Impact : A Comparative Approach to the End of the Colonial Empires, Malden, Blackwell Publishing, 2008.

55 Sabine MacCormack, On the wings of time : Rome, the Incas, Spain, and Peru, Princeton, Princeton University Press, 2007.

56 Sandip Hazareesingh, « Interconnected synchronicities : the production of Bombay and Glasgow as modern global ports c.1850-1880 », Journal of Global History, vol 4 (2009), n° 1, p. 7-31.

57 Antony G. Hopkins, « Comparing British and American empires », Journal of Global History, vol. 2, n° 3, nov. 2007, p. 395-404.

58 Bernard Porter, Empire and Superempire : Britain, America and the World, New Haven, Yale University Press, 2006.

59 Victoria Tin-bor Hui, War and state formation in ancient China and early modern Europe, New York, Cambridge University Press, 2005.

60 Siep Stuurman, « Herodotus and Sima Qian : History and the Anthropological Turn in Ancient Greece and Han China », Journal of World History, vol. 19, n° 1, mars 2008, p. 1-40.

61 Stanley M. Burstein, « When Greek Was an African Language : The Role of Greek Culture in Ancient and Medieval Nubia », Journal of World History, vol. 19, n° 1, mars 2008, p. 41-61.

62 Roger Griffin, Werner Loh, et Andreas Umland (dir.), Fascism past and present, West and East. An international debate on concepts and cases in the comparative study of the extreme right, Stuttgart, Stuttgart-Verlag, 2006.

63 Constantin Iordachi, Comparative Fascist Studies : New Perspectives, London, Routledge, 2009.

64 Kapil Raj, Relocating modern science : circulation and the construction of knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007.

65 George Basalla, The Evolution of Technology, Cambridge University Press, 1989.

66 Compte rendu de cet ouvrage de Kapil Raj par Arvanitis Rigas, Revue d’anthropologie des connaissances, 2008/3, vol. 2, n° 3, p. 534-537.

67 Ce passage est une version légèrement remaniée d’un texte publié sous le titre « Pour une histoire sociale mondiale » dans l’ouvrage de Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), Une histoire du monde global, Paris, éditions Sciences humaines, 2012, p. 324-328.

68 Peer Vries, Via Peking back to Manchester : Britain, the Industrial Revolution, and China, Leiden, CNWS Publications, 2003.

69 Yinghong Cheng, Creating the New Man : from Enlightenment ideals to socialist realities, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2009.

70 Robert Strayer, The communist experiment : revolution, socialism, and global conflict in the twentieth century, Boston, McGraw-Hill Higher Education, 2007.

71 Compte rendu de ce livre par Jean-Louis Margolin, Journal of Global History, 2009, n° 4, p. 180-182.

72 Lynn Hunt, Inventing Human Rights : A History, New York, W. W. Norton and Company, 2007.

73 Marcel van der Linden, Workers of the world : essays toward a global labor history, Studies in Global Social History, Leiden and Boston, E. J. Brill, 2008.

74 http://www.workersoftheworldjournal.net/

75 Berthold Unfried et Marcel van der Linden, ed., Labour and New Social Movements in a Globalising World System, Leipzig, Akademische Verlagsanstalt, 2004.

76 Josephine Fowler, Japanese and Chinese Immigrant Activists : Organizing in American and International Communist Movements, 1919-1933, New Brunswick, N.J. : Rutgers University Press, 2007.

77 Alessandro Stanziani (dir.), Le Travail contraint en Asie et en Europe, Paris, Éditions de la MSH, 2011.

78 La mise en service d’Incomka résulte du travail collectif de nombreux historiens, et notamment en France, du groupe de chercheurs organisé autour de Serge Wolikow. Sur le Komintern, signalons l’important ouvrage de référence de Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Paris, éditions de l’Atelier, 2010.

79 Le Mouvement social, janvier 2013, n° 241.

80 Sur ce point, les historiens pourraient se servir des études réalisées depuis plusieurs décennies par des organisations internationales comme l’Unesco et l’OIT.

81 L’historienne de l’Afrique, Séverine Awenengo, coordonne un projet international de recherche sur le Forum social mondial de 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Le tournant global de l’histoire. Récents développements en histoire globale dans le monde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 127-152.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Le tournant global de l’histoire. Récents développements en histoire globale dans le monde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3207

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Chercheuse associée IHMC (CNRS/ENS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page