Navigation – Plan du site
DOSSIER

Histoire globale et organisations internationales

Thomas G. Weiss
Traduction de Amélie Roux
p. 107-126

Résumé

Thomas G. Weiss1 revient ici sur le vaste projet d’« histoire intellectuelle des Nations unies » qu’il a coordonné de 1999 à 2010, projet qui a donné lieu à la publication de dix-sept volumes parus aux États-Unis. Pour Thomas G. Weiss, l’ONU a été à l’origine de la formulation d’idées novatrices et fécondes. Il remet donc en cause l’opinion pessimiste qui voit dans l’ONU une bureaucratie poussiéreuse et inefficace. Donnant des exemples d’actions positives effectuées sous l’égide des Nations unies (comme les travaux du GIEC ou les rapports sur le développement humain), il formule des recommandations destinées à permettre aux Nations unies d’exercer mieux encore leur rôle de promoteur de paix, de progrès social, et de moteur de la mise en place d’une gouvernance mondiale démocratique.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Des précisions sont accessibles sur www.unhistory.org. Les lecteurs y ont accès aux résumés des sei (...)

1Un historien devrait hésiter à résumer la notion complexe et en constante évolution d’histoire globale, mais je me risque à la généralisation pour deux de ses présupposés fondamentaux, tels que je les ai compris : d’une part, une vision mondiale est nécessaire pour comprendre l’histoire ; d’autre part, les États ne peuvent plus prétendre être les seuls acteurs de la scène internationale. Ce sont en tout cas depuis plus de dix ans les idées maîtresses du projet d’histoire intellectuelle des Nations unies (UNIHP, 1999-2010)2. Comme son nom l’indique, il est impossible de comprendre l’ambition de l’Organisation des Nations unies (ONU), ou même de toute autre organisation internationale, sans une grille d’analyse suffisamment large pour cerner le monde et ses différents acteurs.

  • 3 Cet article s’appuie sur Thomas G. Weiss, « How UN Ideas Change History », Review of International (...)

2Cet article, après une description du projet, se penche sur la nature des idées promues par l’ONU – pour le meilleur comme pour le pire – et s’interroge sur leur impact. L’influence de l’ONU sur les transformations du paysage intellectuel mondial, trop souvent sous-estimée, est illustrée par deux approches contrefactuelles : l’hypothèse de l’avènement d’une société internationale sans l’ONU et celle d’une société disposant d’une ONU plus dynamique. L’article se termine en explorant les moyens d’améliorer la qualité de la production intellectuelle de l’ONU3.

Le projet

3Les idées sont parmi les principales forces vives du progrès humain et elles ont été aussi une des contributions les plus importantes de l’ONU au cours des 65 ans de son existence. Cette découverte centrale ressort des dix-sept tomes de l’UNIHP et des archives d’histoire orale qui détaillent des domaines majeurs de la pensée et de l’action économique et sociale, mais aussi des champs connexes où la paix et le développement se rejoignent – comme la sécurité, les droits de l’homme, l’action diplomatique préventive et la gouvernance globale.

4Le projet était ambitieux. Les contributeurs, de même que les 79 personnes interviewées dans le cadre de l’histoire orale, venaient du monde entier (de trente-cinq pays du Nord comme du Sud). Le financement provenait de huit gouvernements et de sept fondations.

5Cette recherche a redonné vie à un aspect négligé de l’histoire de l’ONU, à savoir son action de leadership intellectuel et la détermination d’un socle de valeurs permettant de se confronter aux défis du monde globalisé. Cette étude de plus de dix ans a exploré des pans oubliés ou survolés dans les manuels et dans la presse – à savoir les idées, normes et principes qui imprègnent la société-monde. Ce qu’il en est ressorti prend à rebours les fréquentes critiques de l’ONU auxquelles Washington aime à se livrer, une habitude qui s’est peu à peu répandue ailleurs. Contrairement à ce que dit l’opinion dominante – abondamment relayée en cela par les grands médias – l’ONU est bien plus qu’une bureaucratie rigide, sans éclat ni créativité. Ce n’est pas non plus un cirque ambulant, le café du commerce ou une congrégation de gratte-papier. Ces caricatures et les rumeurs récurrentes de corruption entretiennent une vision peu nuancée, quand bien même certaines de ces critiques ne sont pas éloignées de la réalité du quotidien de la Première Avenue de Manhattan (siège de l’ONU). Mais nous ne pouvons pas juger de Boeing ou d’Airbus par une présentation qui se contenterait de montrer leurs employés en globe-trotters, surfant sur Internet ou gaspillant les ressources naturelles, sans mentionner également la qualité de leurs produits, les délais qu’ils doivent tenir et les projets d’avenir qu’ils montent. La description d’une entreprise ou d’une organisation internationale est mauvaise si ses objectifs et ses réalisations, y compris sur le plan intellectuel, ne sont pas mis en évidence.

  • 4 Inis L. Claude, J.-R., Swords Into Plowshares : The Problems and Prospects of International Organiz (...)
  • 5 Thomas G. Weiss, Tatiana Carayannis, and Richard Jolly, « The “Third” United Nations », Global Gove (...)

6Les organisations internationales vivent et meurent, prospèrent et déclinent, selon la qualité et la pertinence des idées politiques qu’elles proposent. Beaucoup étudient l’ONU et les autres organisations intergouvernementales à travers un prisme centré sur les États, mais les recherches de l’UNIHP ont clairement montré qu’une véritable organisation mondiale repose sur trois dimensions liées entre elles. Il y a longtemps déjà qu’Inis Claude a distingué une première ONU des États membres, cadre de la prise de décision des États, d’une seconde ONU, celle des personnels et des chefs de département de l’organisation, qui sont, eux, payés par les contributions obligatoires et volontaires4. Une troisième ONU, celle des organisations non gouvernementales (ONG), des experts, des commissions et des universitaires est venue récemment s’ajouter aux deux premières5. Le secteur privé, enfin, a toujours peu soutenu l’action de l’ONU, mais la mise en place du Pacte mondial cherchant à lier les entreprises aux objectifs de l’ONU et l’implication des organisations plus traditionnelles, comme les employeurs au sein de l’Organisation internationale du travail (OIT), ont posé les bases d’une quatrième ONU, qui fournira indubitablement une part plus importante à une future histoire intellectuelle. Quoi qu’il en soit, l’UNIHP a montré la légitimité de passer d’une vision centrée sur les États à une histoire globale.

La nature des idées de l’ONU

7Qu’entendons-nous, mes collaborateurs Richard Jolly, Louis Emmerij et moi-même, en dirigeant l’UNIHP, par idées ? Les idées sont des notions et des croyances qui influencent les actions et attitudes des individus et institutions, et plus particulièrement ici, dans le cadre du développement économique et social. Elles émergent le plus souvent d’interactions entre les membres et les groupes des différentes ONU. Fréquemment, les idées se précisent avec le temps, parfois en raison de l’évolution de la recherche, des débats ou en réponse aux critiques, d’autres fois à travers les efforts mis en œuvre pour les mettre en pratique et les transformer concrètement en politique ou expérience.

  • 6 Morten Bøás and Desmond McNeill, Global Institutions and Development : Framing the World ?, London  (...)

8Trois types d’idées onusiennes – positives, normatives ou instrumentales – méritent qu’on s’y attarde. Les idées positives sont celles qui reposent sur des preuves tangibles, que l’on peut confronter et qui sont vérifiables. La dotation de 0,3 % du produit national brut (PNB) versée par les pays du Comité de l’aide au développement (DCD-CAD) de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement économique) pour l’aide au développement en est un bon exemple. Les idées normatives sont celles qui déterminent comment devrait être le monde. à titre d’illustration, on peut dire que ces mêmes pays devraient adopter l’objectif fixé de longue date par l’ONU de dépenser 0,7 % de leur PNB dans l’aide au développement. Les idées instrumentales (que certains qualifient de causales) portent souvent sur la stratégie, sur les moyens à choisir pour atteindre au mieux les objectifs ; elles sont assez difficiles à évaluer et souvent teintées de volontarisme. À l’ONU, les idées instrumentales prennent en fait souvent un caractère concret – par exemple, le calcul que 0,5 % du PNB sera nécessaire pour que le Comité de l’aide au développement réalise les objectifs pour le Millénaire du développement ; elles peuvent être originales, mais sont rarement des théories au sens plein6.

  • 7 Ngaire Woods, « Economic Ideas and International Relations : Beyond Rational Neglect », Internation (...)
  • 8 Martin Wight, System of States (Leicester, UK : Leicester University Press, 1977) ; et Hedley Bull, (...)

9Le manque d’attention portée au rôle de l’ONU dans la production ou le développement d’idées s’explique difficilement. Pour reprendre les mots de Ngaire Woods, « les idées, qu’elles concernent l’économie ou pas, ont été exclues des analyses des relations internationales »7. De nombreux spécialistes de sciences politiques, imprégnés de l’approche américaine traditionnelle, sont en train de redécouvrir la place des idées dans les relations internationales, même si cette démarche est plus répandue chez les historiens, les philosophes, les étudiants en littérature et les économistes – c’est-à-dire chez les chercheurs pour qui il y a des forces à l’œuvre au-delà des calculs égoïstes des États souverains. Les idées ont généralement occupé une place plus centrale dans ce que l’on appelle l’école anglaise8.

  • 9 Judith Goldstein and Robert O. Keohane (dir.), Ideas and Foreign Policy, Ithaca, NY : Cornell Unive (...)
  • 10 Kathryn Sikkink, Ideas and Institutions : Developmentalism in Argentina and Brazil, Ithaca, NY : Co (...)

10La production sur le rôle des idées en science politique peut être divisée en trois grandes approches. Tout d’abord, la perspective institutionnelle – dont participent les analyses de Judith Goldstein et Robert Keohane sur la politique étrangère9 et celles de Kathryn Sikkink sur le développementalisme en Amérique latine10 – s’intéresse à la manière dont les organisations façonnent les préférences de leurs membres en matière de politiques. Les idées peuvent être particulièrement importantes dans les prises de décisions politiques lors des périodes de bouleversement. Par exemple, lorsque l’on observe la fin de la Seconde Guerre mondiale ou les défis qui suivirent la fin de la guerre froide ou le 11 septembre, les idées apportent des grilles conceptuelles permettant de comprendre les changements de priorités et de définitions des intérêts vitaux des États comme des acteurs non étatiques. L’institutionnalisme aide à comprendre les dynamiques à l’œuvre dans le domaine des idées, des institutions multilatérales comme des politiques nationales. Il permet aussi d’aborder la façon dont l’ONU influence les perceptions de l’élite et du peuple, ainsi que la façon dont les faiseurs d’opinion influencent l’organisation mondiale.

  • 11 Peter M. Haas, « Epistemic Communities and International Policy Coordination », International Organ (...)
  • 12 Peter A. Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas : Keynesianism Across Nations, Princeto (...)
  • 13 Ernst B. Haas, When Knowledge is Power : Three Models of Change in International Organizations, Los (...)
  • 14 Margaret Keck and Kathryn Sikkink, Activists beyond Borders : Advocacy Networks in International Po (...)

11La seconde approche est centrée sur la façon dont les différents groupes sociaux entrent en interaction. Elle inclut l’approche par les « communautés épistémiques » de Peter Haas11 ; les économistes keynésiens de Peter Hall12, les « pourvoyeurs de savoir et de pouvoir » de Peter M. Haas et Ernst B. Haas13, aussi bien que les réseaux transnationaux d’activistes de Margaret Keck et Kathryn Sikkink14. Ces recherches portent sur le rôle des intellectuels dans la genèse des idées, sur celui des experts techniques dans le renforcement de leurs fondements scientifiques et de leur diffusion, dans leur traduction en actions concrètes, et sur le rôle de toute personne ayant une influence sur les positions adoptées par des acteurs nombreux, en particulier par les gouvernements. Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, ce réseau de scientifiques de renommée mondiale, experts de différentes disciplines qui depuis 1987 ont traduit les découvertes scientifiques en un langage accessible, en est une éloquente illustration.

  • 15 Thomas S. Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, 2e ed., Chicago : University of Chicago Pr (...)

12Les réseaux d’experts influencent beaucoup les politiques internationales grâce à leurs capacités d’interactions avec les décideurs politiques indépendamment de leur lieu d’activité et des frontières. Les chercheurs travaillant sur le changement climatique ou sur le VIH/SIDA, par exemple, peuvent avoir un impact sur les politiques en clarifiant un aspect de la question, que les décideurs politiques explorent ensuite pour en tirer ce qui relève de l’intérêt de leurs administrations. Les chercheurs peuvent également aider à cadrer le débat sur un point particulier, et ainsi réduire le nombre d’options acceptables dans le cadre de négociations internationales ; ils peuvent aussi mettre en place des normes en matière de modes d’actions. Ces réseaux contribuent également à justifier des choix alternatifs, et souvent, à construire des alliances nationales, voire internationales, pour défendre les politiques choisies et favoriser le changement. Par bien des aspects, les efforts pour mettre en lumière l’impact de l’homme sur l’environnement sont à rapprocher du concept de révolutions scientifiques de Thomas Kuhn15. Bien que les conférences de Copenhague, de Cancùn, de Durban et de Rio de Janeiro entre 2009 et 2012 aient été décevantes, il est à espérer que les politiques publiques internationales suivront la révolution conceptuelle en cours.

  • 16 . Alexander Wendt, Social Theory of International Politics, Cambridge : Cambridge University Press, (...)
  • 17 John G. Ruggie, Constructing the World Polity, New York : Routledge, 1998.
  • 18 Robert W. Cox, ed., The New Realism : Perspectives on Multilateralism and World Order, New York : S (...)

13La troisième approche émane de ceux que l’on appelle constructivistes comme Alexander Wendt16 et John G. Ruggie17, qui cherchent à déterminer la capacité des individus, et plus particulièrement celle des membres de gouvernement, ou d’organisations internationales, à être véritablement acteurs du changement, plutôt que des machines dont le comportement est le simple reflet de théories ou de l’expérience acquise. L’approche critique des chercheurs de l’école marxiste italienne influencée par Gramsci, tels que Robert Cox et ses adeptes18, est tout aussi pertinente. Toutefois, ces penseurs perçoivent l’œuvre de toute organisation, y compris l’ONU, comme fortement conditionnée par les conditions matérielles et naturellement favorable au statu quo.

Évaluer l’impact des idées onusiennes

  • 19 Cité par Mahbub ul Haq, Reflections on Human Development, New York : Oxford University Press, 1995, (...)
  • 20 Daniel Philpott, Revolutions in Sovereignty : How Ideas Shaped Modern International Relations, Prin (...)

14Comment les idées onusiennes peuvent-elles exercer une influence ? Ou à l’inverse, quand et pourquoi restent-elles parfois sans écho ? Comme l’a écrit Barbara Ward, « les idées sont les principaux moteurs de l’Histoire »19. Un élément-clef de l’histoire mondiale contemporaine est le déclin du rôle de l’État, et les recherches de Daniel Philpott sur la souveraineté ont bien montré que les évolutions conceptuelles de ces études internationales sont aussi, dans une large mesure, dominées par le pouvoir des idées20. Ainsi, peu oseraient nier que le système international est au cœur d’un bouleversement intellectuel dans lequel la souveraineté des États est de plus en plus conditionnée par le respect des droits de l’homme, valeurs fondamentales qui contraignent les États et les obligent à assumer leurs responsabilités, bien plus qu’elles ne leur donnent des droits.

15Si la destinée d’une idée est rarement un processus linéaire, elle commence à sa création pour aboutir à son adoption en passant par sa dissémination et son cheminement jusqu’aux décideurs politiques. Les idées onusiennes se concrétisent de cinq façons :

16– en changeant la manière dont les problèmes sont perçus et les termes utilisés pour les décrire ;

17– en dessinant les calendriers des actions concrètes et en définissant les intérêts de chacun ;

18– en modifiant la façon dont les acteurs-clefs perçoivent leurs intérêts et donc l’équilibre des forces entre ceux qui sont en faveur de l’action et ceux qui s’y opposent ;

19– en se frayant un chemin dans les institutions qui peuvent alors prendre la responsabilité de faire aboutir une idée et de la mettre en œuvre sur la scène publique ;

20– en pesant sur la façon dont elles sont mises en pratique sur le terrain.

  • 21 Morten Bøas and Desmond McNeill, eds., Global Institutions and Development : Framing the World ?, L (...)

21Les recherches de l’UNIHP se concentrent davantage sur les quatre premiers aspects, tout en prenant en compte qu’ils seraient insuffisants sans le cinquième, qui est le véritable changement. Les idées onusiennes se sont parfois répandues sans avoir beaucoup d’effets. Comment expliquer que certaines idées remportent l’adhésion et d’autres non ? Morten Bøas et Desmond McNeil ont analysé leur évolution au sein des institutions internationales. Les idées nouvelles se répandent, particulièrement si elles ont le soutien de gouvernements et de la troisième ONU. Mais ce faisant, elles sont aussi susceptibles d’être adaptées et modifiées par les institutions dans lesquelles elles évoluent – de façon à être en cohérence avec leurs priorités, programmes d’action et paradigmes. Comme le démontrent Bøas et McNeil, les processus d’adaptation, de réfutation et de distorsion des idées mises en œuvre pour les faire correspondre à un agenda préexistant conduisent souvent à une impression de changement, plutôt qu’à une véritable transformation. Les éléments positifs et négatifs de ce processus ont été réunis sous l’étiquette CANDID – Création, Adoption, Négation et Distorsion des Idées en Développement21.

  • 22 Desmond McNeill and Asunción Lera St. Clair, Global Poverty, Ethics and Human Rights : The Role of (...)

22Si l’on adopte le point de vue des travaux plus récents de McNeil et d’Asunción Lera Saint Clair sur les variables morales22, cinq facteurs apparaissent pertinents pour expliquer le rayonnement de certaines idées et le déclin d’autres : une légitimité et un consensus à l’échelle internationale, l’intérêt et l’approbation des professionnels, le soutien des ONG, et des ressources financières fiables. Le cinquième élément – peut-être le plus important sur le long terme et certainement le plus critiqué dans les cercles anti-ONU – est le niveau d’implication que l’organisation qui a porté une idée est prête à fournir pour sa mise en œuvre.

Les idées onusiennes qui ont changé le monde et deux hypothèses contrefactuelles

  • 23 Richard Jolly, Louis Emmerij, Thomas G. Weiss (dir.), UN Ideas that Changed the World (United Natio (...)

23Compte tenu de la brièveté de cet article, je dois me contenter d’énumérer les neuf domaines dans lesquels l’implication de l’ONU a modifié de façon significative la manière dont des enjeux mondiaux sont perçus et pris en compte. Fort heureusement, les intitulés des titres des chapitres du volume UN Ideas that Changed the World23 (« Les idées onusiennes qui ont changé le monde ») sont suffisamment alléchants pour susciter l’intérêt du lecteur et l’inciter à consulter, et même à acheter, les ouvrages de l’UNIHP : « Human Rights : From Aspiration to Implementation » (les droits de l’homme : de l’idéal à la mise en œuvre), « Gender and Women’s Rights : From Empowerment to Equality» (droits des femmes et questions de genre : de l’autonomisation à l’égalité), « Development Policies : From National and Regional Perspectives to Beyond » (les politiques de développement : aller au-delà des perspectives régionales et nationales), « International Economic Relations : From National Interests to Global Solidarity » (les relations économiques internationales : de l’intérêt national à la solidarité internationale), « Development Ideologies : From Planning to Markets » (les idéologies du développement : de la planification au marché), « Social Development : From Sectoral to Integrated Perspectives » (le développement social : des perspectives sectorielles aux perspectives intégrées), « Sustainability : From Protecting the Environment to Preserving Ecological Systems » (durabilité : de la protection de l’environnement à la préservation des écosystèmes), « Peace and Human Security : From States to Individuals » (paix et sécurité : des États aux individus) et « Human Development : From Narrower to Broader Horizons » (développement humain : l’élargissement des horizons.) Les sous-titres indiquent clairement le fait que les idées ne sont pas statiques mais évoluent continuellement.

  • 24 Thomas G. Weiss and Ramesh Thakur, Global Governance and the UN : An Unfinished Journey, Bloomingto (...)

24D’une façon générale, l’UNIHP témoigne du rôle souvent pionnier de l’ONU. Il est communément admis que le concept des « trois ONU » embrasse ce que nous considérons comme les contributions intellectuelles spécifiques de l’ONU. Cette approche ne donne pas seulement une vision juste de l’histoire du monde, mais aussi de la réalité contemporaine de l’essor d’une gouvernance mondiale24.

25à bien des niveaux, les contributions de l’ONU ont été amplifiées par la large diffusion et la promotion de ses idées. Ainsi, si le Rapport annuel sur le développement humain (RDH) du programme de l’ONU pour le développement (PNUD) et les rapports de l’UNICEF sur la situation des enfants dans le monde ou ceux sur l’état du monde du Haut Commissariat aux réfugiés, sont si connus et si influents à l’échelle mondiale, c’est parce qu’ils sont subventionnés, traduits et diffusés. Mis à part quelques best-sellers intellectuels tels que ceux de Joseph Stiglitz, Jeffrey Sachs ou Paul Collier, peu de publications universitaires ont pu atteindre un niveau de diffusion comparable. Cette diffusion mondiale a été peu à peu renforcée par l’encouragement du PNUD à la rédaction de rapports régionaux et nationaux, partant de la problématique du développement humain et l’appliquant à des problèmes spécifiques – c’est d’ailleurs là une autre illustration de la façon dont les idées contribuent aux avancées comme aux reculs.

  • 25 Philip E. Tetlock et Aaron Belkin, (dir.), Counterfactual Thought Experiments in World Politics : L (...)

26Poser deux hypothèses contrefactuelles peut être instructif : on peut, d’une part, se demander où en serait le monde sans l’ONU et les idées onusiennes dans le domaine économique et social. On peut, d’autre part, se demander si l’ONU aurait pu faire mieux25.

Première hypothèse contrefactuelle : que serait le monde sans l’ONU et ses idées ?

27Une façon de se rendre compte de l’impact des idées onusiennes est d’imaginer ce qu’il serait advenu du monde sans l’ONU, ou alors avec une ONU passive n’ayant pas la capacité de faire naître et de faire croître des idées. Ce serait une ONU très différente, constituée d’un personnel minimum, probablement d’anciens diplomates, et dont l’objectif serait de rapprocher des groupes ayant des différends pour les aider à les résoudre, mais apportant peu d’idées. Cette organisation internationale serait une étrange et impuissante structure internationale, pas très éloignée de celles qu’affectionnent certains membres de la Flat-Earth Society, comme John Bolton, précédemment ambassadeur américain à l’ONU.

28Qu’aurait-il pu arriver aux idées qui ont été élaborées, relayées et parfois mises en pratique par l’ONU ? Dans le domaine économique, le besoin de réglementation pour faciliter le commerce international et les transactions de toutes sortes aurait conduit à la création d’un nombre d’institutions plus limité, du type de l’OCDE et autres organisations régionales. Si les Nations unies n’avaient pas été fondées en 1945, elles seraient nées dans les années 1960 lors de la décolonisation ou au cours des années 1970 dans le contexte des crises pétrolières et du flottement du dollar. Il s’en serait suivi une succession de sommets ad hoc aboutissant à la création d’un organe permanent avec une représentation mondiale, destiné à faire face à des problématiques d’une importance économique vitale uniquement pour les pays industrialisés les plus riches, ce qui aurait rapidement paru inapproprié et aurait débouché sur la création d’une structure permanente et universelle.

29Le passage progressif du G8 au G20 reflète bien le besoin d’une représentation plus large, et non plus étroite, pour traiter des questions de politique mondiale. Quel que soit l’intérêt des sommets économiques du G20, qui regroupe désormais 90 % du produit intérieur brut mondial, seules les Nations unies peuvent élaborer et fixer des normes mondiales, créer un droit global et faire respecter des traités mondiaux. Le G20 est certainement plus représentatif et peut-être plus efficace que le Conseil de Sécurité, qui doit être réformé mais dont les projets de réforme n’aboutissent pas.

30Les membres du G20 représentent certes 4,2 milliards de personnes (contre 900 millions pour le G8), mais 2,6 milliards d’habitants de la planète, majoritairement des pauvres, en sont toujours exclus. Or leur accord, ainsi que celui de leurs dirigeants, sont des prérequis pour résoudre la plupart des problèmes mondiaux. Le G193 (c’est-à-dire l’ONU) a indéniablement des avantages que le G20, les coalitions volontaires ad hoc et les différentes propositions de « ligues des démocraties » ne présentent pas.

31Le cynisme pourrait nous amener à dire qu’en resserrant ses centres d’intérêt, la contribution de l’ONU serait comparable aux accords du GATT (General Agreement on Tarriffs and Trade) ou à l’organisation internationale qui les remplace, l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui bénéficie du respect et du soutien des pays industrialisés. Néanmoins, l’OMC emploie aujourd’hui 600 personnes, soit à peu près l’équivalent du personnel de la moribonde Société des Nations des années 1930. La plupart sont des économistes et des juristes impliqués dans des recherches et études statistiques analogues à celles sur lesquelles l’ONU se penche, mais avec une approche bien plus large. L’OMC tient les règles du jeu pour acquises et tente de les interpréter et de les faire respecter, tandis que l’ONU génère de nouvelles idées et des politiques alternatives. Se contenter de faciliter les interactions plutôt que d’apporter un renouvellement des contenus – ce qui implique de remettre en question les règles du jeu, les critères de sélection des joueurs et l’équité de l’ensemble – est impossible pour une organisation internationale qui a une vocation universelle.

32Mais, par-delà les choix économiques nécessaires pour simplifier le commerce et le fonctionnement du marché mondial, ce que fait l’ONU dans d’autres domaines aurait également dû être inventé. Deux exemples peuvent illustrer cela : l’action de l’ONU pour les biens publics mondiaux et son action pour la défense des droits de l’homme.

  • 26 Scott Barrett, Why Cooperate ? The Incentive to Supply Global Public Goods, Oxford : Oxford Univers (...)
  • 27 Craig Murphy, International Organization and Industrial Change : Global Governance since 1850, Camb (...)

33Élargir la sphère des biens publics en édictant des règles et en régulant dans les domaines de la santé, de l’alimentation, de l’agriculture, du climat et de la météorologie, de l’aviation civile ou du droit maritime aurait également été nécessaire26. Pour les garantir, de nombreuses organisations spécialisées auraient dû être créées si elles ne l’avaient pas déjà été dans le cadre du système onusien. En fait, beaucoup de ces institutions ont été créées bien avant la génération actuelle des organisations de l’après-Seconde Guerre mondiale, y compris des syndicats publics internationaux comme l’Union postale universelle et l’Union internationale des télécommunications fondées au cours du second xixe siècle27.

34Au-delà de ces exigences de la sphère économique, une partie de ce que fait l’ONU dans le domaine des idées aurait tout aussi certainement dû être réinventée. Même un monde uniquement centré sur l’efficacité et le marché devrait répondre à la demande publique d’organisation de la défense des droits de l’homme. Cette hypothèse nous montre combien le monde serait plus pauvre sans les efforts de l’ONU pour aborder les problèmes de façon globale, non pour des raisons d’efficacité économique ou par nécessité politique, mais par fidélité aux valeurs et à l’humanisme de ses fondateurs.

35Cette vision et cet idéalisme sont aussi perceptibles à travers les mandats et les travaux des agences et fonds spécialisés de l’ONU. Ils sont ainsi au cœur du travail effectué avec les personnes déplacées, dans le cadre des droits des femmes, des minorités et des peuples indigènes, mais aussi dans le cadre de la lutte contre la torture et le génocide. C’est parce que leurs mandats font des valeurs humanistes leur première préoccupation que ces organismes sont souvent en conflit avec les intérêts dominants des acteurs étatiques ou économiques, et qu’ils demandent souvent plus de soutien politique et financier que ce que les gouvernements sont prêts à leur consentir.

  • 28 Thomas G. Weiss, What’s Wrong with the United Nations and How to Fix It, 2e édition, Cambridge : Po (...)

36Comme l’ont prouvé mes publications antérieures, je ne défends pas l’ONU à tout prix : ses institutions sont criblées de problèmes bureaucratiques, et les réalisations sont bien en deçà des discours28. Mais le fait que les valeurs humaines soient mises en avant et parfois placées avant le fonctionnement du marché est loin d’être anecdotique. Nous pouvons bien sûr imaginer un monde faisant fi de ces considérations, mais ce serait un monde plus pauvre et moins humain que celui auquel les Nations unies aspirent, et qu’elles contribuent parfois à construire.

Seconde hypothèse contrefactuelle : qu’aurait pu être une ONU plus créative ?

  • 29 Thomas G. Weiss, Tatiana Carayannis, Louis Emmerij, and Richard Jolly, UN Voices : The Struggle for (...)

37Les idées généreuses des Nations unies ne constituent ni une excuse pour son incompétence, ni une justification de ses faiblesses. Ce n’est pas non plus une raison pour nier que l’ONU aurait pu faire bien mieux dans la production d’idées et dans le suivi de leur mise en place. Les volumes et les histoires orales de l’UNIHP contiennent des suggestions précises sur ce que l’ONU aurait pu mieux réussir29. Nous présentons ici trois de ces suggestions qui pourraient faire de l’ONU une institution mondiale plus active intellectuellement.

38Tout d’abord, un travail plus créatif aurait pu être accompli en économie politique dans les régions où le système international est en échec manifeste. La façon dont la mondialisation limite les possibles des pays et des individus les plus pauvres est un exemple de domaine où la crise financière et ses conséquences sur l’économie globale ont rendu l’action encore plus urgente que jamais. Le réchauffement climatique et les avancées insuffisantes faites pour le combattre en sont une autre. Le détournement de l’aide humanitaire, le manque de cohérence du système commercial mondialisé, les échecs des pays industrialisés à honorer leurs engagements publics en faveur d’un système économique mondial libre et ouvert sont des questions qui restent entières, tout comme la faiblesse des incitations au désarmement et au développement durable.

39Pour résumer, l’ONU aurait pu se montrer plus attentive aux mesures nécessaires à l’établissement d’un système international plus égalitaire et à la recherche de politiques nationales combinant croissance et redistribution. évoquer le nouvel ordre économique international (NOEI) paraît peut-être incroyablement naïf. Toutefois, on ne peut pas ignorer la question qui a secoué les années 1970, de la recherche d’une alternative à l’ordre économique global dominant, visant une plus juste redistribution des richesses et des bienfaits de la croissance. Les inégalités actuelles sont encore plus criantes et plus graves ; et la crise qui a débuté en 2008 a causé une souffrance insupportable à ceux qui étaient déjà les plus démunis.

40Deuxièmement, l’ONU aurait pu faire largement plus pour établir une certaine stabilité dans les États faibles ou défaillants – un prérequis crucial, particulièrement en Afrique. Même si les inégalités internationales ont été réduites, beaucoup d’efforts sont encore nécessaires pour faire face aux inégalités criantes au sein même des pays.

41Troisièmement, une meilleure promotion des idées onusiennes aurait aussi permis des avancées. Produire de nouvelles idées est une première tâche, mais œuvrer à leur rayonnement et à leur diffusion auprès des universitaires, des analystes politiques, des médias en est une autre. Les efforts fournis, en prenant en compte les traductions et subventions, pour produire des rapports bénéficiant d’une visibilité importante ont parfois été substantiels, mais trop d’analyses de qualité languissent sur des étagères ou dans des tiroirs. Si elle avait suivi l’exemple du PNUD qui a diffusé annuellement son rapport sur le développement humain, l’ONU dans sa totalité aurait pu toucher un plus large public par ses travaux les plus originaux et les plus pertinents – c’est-à-dire ceux qui explorent des pistes en dehors de l’orthodoxie de l’économie néoclassique. Il est essentiel d’encourager des discussions ouvertes et une recherche pluridisciplinaire sur les enjeux qui mêlent les questions économiques, les droits de l’homme, la sécurité et le développement. L’ONU aurait pu, et aurait dû, s’engager dans un large débat autour des faiblesses du dogme de Bretton Woods et du consensus de Washington.

42Évidemment, l’organisation mondiale a aussi contribué à répandre de mauvaises idées, qui ont généralement eu une durée de vie assez courte. Mettre un terme à la fuite des cerveaux en limitant l’immigration ou en taxant les pays bénéficiaires, ou encore interdire les conteneurs dans les ports des pays pauvres sont ainsi des propositions grotesques dans un monde globalisé. Brian Urquhart a qualifié de pire idée l’un des premiers projets de Julian Huxley au sein de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), d’étudier la « sexualité en haute altitude. » Mais ces errements sont le prix à payer pour une approche créative, et leur nombre est réduit en regard des idées efficaces produites par l’ONU.

Améliorer la production intellectuelle de l’ONU

43Les deux exemples ci-dessus montrent que les Nations unies auraient pu faire mieux dans de nombreux domaines. Alors, comment faire mieux dans le futur ?

  • 30 Thomas G. Weiss, « Reinvigorating the International Civil Service », Global Governance 16: 1 (2010) (...)

44Une avancée décisive serait d’améliorer la qualité intellectuelle de la fonction publique internationale. Les institutions sont faibles et inefficaces et leurs personnels accomplissent moins qu’ils ne pourraient. Quant aux gouvernements, ils ne financent pas à la hauteur des besoins. L’organisation mondiale gagnerait en efficacité si elle avait plus de puissance intellectuelle et si les gouvernements intervenaient moins dans le recrutement et la promotion du personnel30.

  • 31 Dag Hammarskjöld, « The International Civil Servant in Law and in Fact », discours prononcé à l’uni (...)

45Le défenseur le plus connu de la seconde ONU fut Dag Hammarskjöld, dont le discours d’Oxford en mai 1961, peu avant sa mort inattendue, mettait en avant l’importance d’un personnel indépendant et de grande qualité. Tout laisser-aller ou dégradation de la « fonction publique internationale […] pourrait bien, si les pays membres l’acceptaient, se révéler être le Munich de la coopération internationale »31. Son appel n’ignorait pas le fait que les fonctionnaires internationaux ne font que porter les décisions des pays membres. Mais Hammarskjöld croyait fondamentalement que les fonctionnaires de l’ONU pouvaient, et devaient, jurer allégeance à un collectif autrement supérieur symbolisé par le laissez-passer bleu ciel de l’organisation, et pas seulement défendre étroitement les intérêts nationaux des différents États.

46La pratique traditionnelle de conserver des postes au sein de l’ONU pour les fonctionnaires choisis par leur propre pays va à l’encontre de la cohésion de l’ONU. Les gouvernements font tout pour s’assurer que leurs intérêts soient défendus au sein des organes onusiens, et beaucoup s’appuient sur les fonctionnaires de l’ONU pour le renseignement. L’afflux dans les années 1950-1960 de nouveaux États membres issus de la décolonisation les a conduits à réclamer une représentation équitable aux postes de direction, suivant ainsi le mauvais exemple des grandes puissances et des autres membres. Il en résulte une prise en compte insuffisante de la compétence au profit de l’origine dans le recrutement et la promotion. Au fil des ans, les efforts pour améliorer la parité hommes-femmes ont conduit à de nouvelles exigences et à de nouveaux quotas, comme celui de la moyenne d’âge dans les secrétariats. De façon générale, tous les postes au-dessus de celui de directeur, et bien souvent en dessous, font l’objet de pressions de la part des gouvernements.

  • 32 Thant Myint-U and Amy Scott, The UN Secretariat : A Brief History (1945-2006), New York : Internati (...)

47De combien de personnes parle-t-on ici ? Les titulaires et les contractuels représentent à peu près 55 000 personnes au sein de l’ONU et 20 000 autres personnes au sein des agences spécialisées. Cela n’inclut ni le personnel temporaire des opérations de maintien de la paix (à peu près 125 000 personnes en 2010), ni le personnel du FMI et de la Banque mondiale (à peu près 15 000 personnes). Ces chiffres attestent d’une croissance importante de l’organisation lorsqu’on les compare aux 500 employés de la première année de l’ONU à Lake Success et au maximum de 700 employés de la Société des Nations32.

  • 33 Donald J. Puchala, Katie Verlin Laatikainen, et Roger A. Coate, United Nations Politics : Internati (...)

48Ces questions de gestion des ressources humaines, trop souvent négligées, sont pertinentes, car les hommes, comme les idées, comptent pour beaucoup, que ce soit de façon positive ou négative. Malgré leur réputation de servilité, les secrétariats internationaux font plus que simplement enregistrer les ordres émanant des gouvernements. Ma position diffère de celle de la majorité des analystes qui rejettent « l’étrange affirmation selon laquelle les Nations unies sont un acteur autonome dans les affaires du monde, qui peut et doit prendre des décisions indépendamment des souhaits et des volontés des gouvernements des états membres »33. L’ONU dispose de bien plus de possibilités de création et d’initiative qu’on ne le croit. Les administrateurs de l’ONU peuvent proposer leurs réponses aux problèmes, débattre de façon formelle ou informelle de leurs idées avec les gouvernements, prendre des initiatives, inciter au changement, traduire des positions générales en programmes d’action précis et les mettre en place. Ils en pilotent la progression en rendant compte aux fonctionnaires et hommes politiques des différents États dans les conférences intergouvernementales et dans les pays où l’ONU intervient.

49Établir une nouvelle ONU plus créative demande d’imaginer ce que serait l’organisation si elle développait avec pugnacité sa capacité à produire des intellectuels, des penseurs, des responsables et des administrateurs de renommée mondiale, pouvant aspirer à des prix tels que le Nobel et autres reconnaissances internationales. Les membres des secrétariats de l’ONU sont généralement considérés comme des acteurs de second ordre en comparaison des analystes et universitaires de la Banque mondiale et du FMI. Ce constat reflète le différentiel significatif dans les ressources affectées à la recherche dans ces organisations, mais aussi dans leurs cultures, dans l’attention médiatique dont elles bénéficient, dans les moyens de diffusion dont elles disposent et dans l’utilisation de la recherche dans le processus de prise de décision.

50La réalité est pourtant tout autre. Neuf personnalités ayant eu une expérience importante au sein de l’ONU et dans la formulation de ses politiques ont reçu le prix Nobel d’économie – Jan Tinbergen, Wassily Leontief, Gunnar Myrdal, James Meade, W. Arthur Lewis, Theodore W. Schultz, Lawrence R. Klein, Richard Stone et Amartya Sen – tandis que seul Joseph Stiglitz peut en dire autant à la Banque Mondiale (dont il a démissionné). à cette liste, il convient d’ajouter les quinze organisations onusiennes et les personnalités qui ont reçu le prix Nobel de la Paix après avoir travaillé pendant des années aux Nations unies : Ralph Bunche, Dag Hammarskjöld, Kofi Annan, Mohammed El Baradei et Martti Ahtisaari. Aucune autre institution ne peut rivaliser avec ce palmarès.

51Pour résumer, l’ONU a besoin que ses idées et les personnes capables de les produire soient davantage respectées. Des recherches, des analyses et travaux plus approfondis sur les politiques permettraient au secrétaire général et plus généralement à toute l’organisation de jouer un rôle plus important dans le processus mondial de prise de décision politique, économique, sociale et environnementale. Dans cette optique, l’organisation mondiale pourrait et devrait opérer trois changements dans la gestion de ses ressources humaines.

52Premièrement, la politique de ressources humaines devrait œuvrer davantage à créer un environnement professionnel stimulant sur les plans de la créativité, de la profondeur d’analyse et d’une politique de la recherche visant au plus haut niveau. La compétence du personnel est essentielle et dépend de l’amélioration des procédures de recrutement, d’affectation et de promotion. Des progrès ont déjà été faits avec, par exemple, la mise en place d’un système de concours nationaux pour les postes à responsabilité, mais aussi pour les stages et les programmes de jeunes experts associés – mais même ici, la compétence est rarement le critère le plus important pour ceux qui ont réussi le concours ou postulé pour un stage. On pourrait également imaginer la mise en place d’un accueil permanent d’universitaires débutants ou plus avancés pour des périodes limitées, résultant d’échanges réguliers avec des universités ou des think tanks du monde entier, et pas seulement occidentaux. Cela profiterait non seulement aux Nations unies lorsque ces visiteurs seraient en résidence, mais également aux programmes de recherches à venir pour les universitaires une fois qu’ils seraient retournés dans leurs universités d’origine.

53Ensuite, la recherche et l’analyse indépendantes doivent avoir leur place au sein de l’institution. Quand l’ONU poursuit un agenda audacieux, ce dernier ne peut convenir à tous les États membres. Mettre en question une idée consensuelle ou politiquement correcte nécessite un investissement de long terme de la part de généreux donateurs. Une allocation des ressources internationales moins dictée par les institutions financières de Washington serait déjà un bon début. La façon dont sont répartis les financements pour la recherche est d’une importance cruciale : ils doivent être suffisants, pluriannuels et indépendants. Soutenir une pensée plus libre et explorer des alternatives politiques est vital, mais coûteux.

  • 34 . Craig Murphy, The Development Programme : A Better Way ?, Cambridge : Cambridge University Press, (...)

54Trop souvent, les messages sont affadis autour du plus petit dénominateur commun entre les gouvernements. L’expérience du Rapport sur le développement humain montre que des équipes indépendantes pourraient être dégagées de l’obligation de soumettre leurs analyses avant publication aux instances gouvernementales ou aux donateurs34. Étant donné la « culture » des fonctionnaires de l’ONU, et la répugnance du secrétaire général actuel à froisser le corps diplomatique, des « zones de sécurité » sont indispensables pour qu’à l’intérieur des organisations onusiennes de sérieuses études indépendantes puissent être menées, en dehors des considérations quotidiennes urgentes, et sans crainte de la controverse. Cela pourrait aussi se faire via la délégation de certains projets à des think tanks indépendants comme la Chatham House de Londres ou le Centre pour le règlement des conflits de Cape Town.

55Enfin, les Nations unies devraient chercher à conclure autant d’alliances que possible avec des centres d’excellence (académies, think tanks, groupes gouvernementaux de réflexion politiques et centres de recherche privés) et régulièrement leur emprunter des membres de leur personnel de recherche. Lieu clé où se tissent les liens de coopération internationale, l’ONU devrait aussi être le lieu de mise en réseau des pensées novatrices. Les commissions internationales indépendantes ont commencé en 1969 avec le rapport Pearson intitulé Partenaires du développement, et cette démarche s’est prolongée avec le récent Panel de haut niveau sur les menaces, les défis et le changement qui a bénéficié d’un secrétariat de recherches. Ce type de personnel indépendant provenant d’universités et de think tanks, plus ou moins affiliés à l’ONU, devrait devenir une caractéristique permanente de l’organisation, mais avec un renouvellement de personnel fréquent et régulier. Une autre possibilité serait de reproduire l’expérience du GIEC sur le changement climatique et de réunir les experts mondiaux de plusieurs disciplines pour faire face aux défis que doit affronter la planète tels que les pandémies, la finance, la prolifération nucléaire ou le terrorisme. Si c’est au sein des universités que la recherche fondamentale est la mieux réalisée, la recherche appliquée pourrait en de nombreux domaines être effectuée par l’ONU en collaboration avec des centres de recherche d’envergure internationale.

Conclusion

56Même les esprits les plus critiques doivent reconnaître que la production intellectuelle de l’ONU aurait pu être bien plus indigente. à chacune des étapes de son existence, des membres des première, seconde et troisième ONU se sont battus passionnément pour faire valoir sa vision originale et pour appliquer ses valeurs fondamentales au système international en constante évolution. Les Nations unies auraient pu connaître le même sort que la Société des Nations ; il n’en a rien été.

57Depuis plus de six décennies, la plupart des idées fondamentales de l’organisation mondiale ont eu un effet spectaculaire. Même les idées qui ont été rejetées, mises de côté ou qui n’ont été adoptées que de façon rhétorique, se sont diffusées, presque intactes. Au départ bien souvent jugées inacceptables par beaucoup de grandes puissances, ces idées sont ensuite devenues des éléments du discours international dominant. Il convient de se souvenir de ce qui a été accompli dans des domaines aussi divers que le réchauffement climatique, l’égalité hommes-femmes, les prêts à conditions préférentielles, l’effacement de la dette et d’autres mesures destinées aux pays les moins avancés ; le fait de mettre l’humain au centre du développement, ou la création d’un haut commissaire aux droits de l’homme et aux droits à la sécurité ; ou encore le fait de retirer à la toute puissance des États le droit de tuer.

  • 35 Alexander Wendt, « Why a World State is Inevitable », European Journal of International Relations 9 (...)
  • 36 Louis Emmerij, Richard Jolly, et Thomas G. Weiss, Ahead of the Curve ? Ideas and Global Challenges, (...)

58De surcroît, le tempo est essentiel et l’heure de certaines idées peut ne pas être encore arrivée. Dans ce cas, le rôle de l’ONU doit être de persévérer dans ces idées – même lorsqu’il s’agit de propositions aussi improbables que l’hypothèse d’un gouvernement mondial35. Le fait que ce type d’idées ait peu de chances d’aboutir prochainement n’est pas une raison pour abandonner le juste combat pour un monde plus solidaire et moins conflictuel. L’organisation mondiale comme productrice d’idées est porteuse de « bonnes nouvelles » qui méritent d’être défendues et promues. Sa contribution à la pensée sociale et économique, à l’élaboration de politiques et son action elle-même ont eu plus de succès qu’on ne le pense généralement – comme le rappelle le titre du tout premier livre de l’UNIHP, Ahead of the Curve (« En avance sur son temps »)36. Les Nations unies ont eu une influence perceptible sur la manière dont les individus et les États perçoivent et expriment les enjeux du présent, planifient leurs actions, et se rapprochent, ainsi que sur la façon dont les institutions anciennes ou récentes, publiques ou privées, abordent les problèmes globaux. Les idées onusiennes ont changé l’histoire du monde.

Haut de page

Notes

2 Des précisions sont accessibles sur www.unhistory.org. Les lecteurs y ont accès aux résumés des seize volumes publiés dans la série : Richard Jolly, Louis Emmerij, and Thomas G. Weiss, UN Ideas That Changed the World, Bloomington : Indiana University Press, 2009.

3 Cet article s’appuie sur Thomas G. Weiss, « How UN Ideas Change History », Review of International Studies 36, 1 special issue (2010) : 3-23.

4 Inis L. Claude, J.-R., Swords Into Plowshares : The Problems and Prospects of International Organization (New York : Random House, 1956), and « Peace and Security : Prospective Roles for the Two United Nations », Global Governance 2:3 (1996) : 289-298.

5 Thomas G. Weiss, Tatiana Carayannis, and Richard Jolly, « The “Third” United Nations », Global Governance 15:1 (2009) : 123-142.

6 Morten Bøás and Desmond McNeill, Global Institutions and Development : Framing the World ?, London : Routledge, 2004.

7 Ngaire Woods, « Economic Ideas and International Relations : Beyond Rational Neglect », International Studies Quarterly 39 (1995) : 164.

8 Martin Wight, System of States (Leicester, UK : Leicester University Press, 1977) ; et Hedley Bull, The Anarchical Society : A Study of Order in World Politics, New York : Columbia University Press, 1977.

9 Judith Goldstein and Robert O. Keohane (dir.), Ideas and Foreign Policy, Ithaca, NY : Cornell University Press, 1993.

10 Kathryn Sikkink, Ideas and Institutions : Developmentalism in Argentina and Brazil, Ithaca, NY : Cornell University Press, 1991.

11 Peter M. Haas, « Epistemic Communities and International Policy Coordination », International Organization 46 : 1(1992): 1-36; and Peter M. Haas, Robert O. Keohane, and Marc A. Levy (dir.), Institutions for the Earth : Sources of Effective International Environmental Protection, Cambridge, MA : MIT Press, 1992.

12 Peter A. Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas : Keynesianism Across Nations, Princeton, NJ : Princeton University Press, 1989.

13 Ernst B. Haas, When Knowledge is Power : Three Models of Change in International Organizations, Los Angeles : University of California Press, 1994 ; and Peter M. Haas and Ernst B. Haas, « Learning to Learn : Improving International Governance », Global Governance 1:3 (1995), p. 255-284.

14 Margaret Keck and Kathryn Sikkink, Activists beyond Borders : Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, NY : Cornell University Press, 1998.

15 Thomas S. Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, 2e ed., Chicago : University of Chicago Press, 1970.

16 . Alexander Wendt, Social Theory of International Politics, Cambridge : Cambridge University Press, 1999.

17 John G. Ruggie, Constructing the World Polity, New York : Routledge, 1998.

18 Robert W. Cox, ed., The New Realism : Perspectives on Multilateralism and World Order, New York : St. Martin’s, 1997 ; Robert W. Cox, with Timothy J. Sinclair, Approaches to World Order, Cambridge : Cambridge University Press, 1996.

19 Cité par Mahbub ul Haq, Reflections on Human Development, New York : Oxford University Press, 1995, p. 204.

20 Daniel Philpott, Revolutions in Sovereignty : How Ideas Shaped Modern International Relations, Princeton, NJ : Princeton University Press, 2001.

21 Morten Bøas and Desmond McNeill, eds., Global Institutions and Development : Framing the World ?, London : Routledge, 2004.

22 Desmond McNeill and Asunción Lera St. Clair, Global Poverty, Ethics and Human Rights : The Role of Multilateral Organisations, London, Routledge, 2009.

23 Richard Jolly, Louis Emmerij, Thomas G. Weiss (dir.), UN Ideas that Changed the World (United Nations Intellectual History Project Series), Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press, 2009.

24 Thomas G. Weiss and Ramesh Thakur, Global Governance and the UN : An Unfinished Journey, Bloomington : Indiana University Press, 2010.

25 Philip E. Tetlock et Aaron Belkin, (dir.), Counterfactual Thought Experiments in World Politics : Logical, Methodological, and Psychological Perspectives, Princeton, N.J. : Princeton University Press, 1996 ; Niall Ferguson (dir.), Virtual History : Alternatives and Counterfactuals, New York, Basic Books, 1999 ; Ned Lebow, Forbidden Fruit : Counterfactuals and International Relation, Princeton, N.J., Princeton University Press, 2010.

26 Scott Barrett, Why Cooperate ? The Incentive to Supply Global Public Goods, Oxford : Oxford University Press, 2007, and Inge Kaul, Isabelle Grunberg, and Marc A. Stern, eds., Global Public Goods : International Cooperation in the 21st Century, New York : Oxford University Press, 1999.

27 Craig Murphy, International Organization and Industrial Change : Global Governance since 1850, Cambridge, Polity Press, 1994.

28 Thomas G. Weiss, What’s Wrong with the United Nations and How to Fix It, 2e édition, Cambridge : Polity, 2012.

29 Thomas G. Weiss, Tatiana Carayannis, Louis Emmerij, and Richard Jolly, UN Voices : The Struggle for Development and Social Justice, Bloomington : Indiana University Press, 2005, and the complete transcripts of the oral history interviews on CD-ROM : United Nations Intellectual History Project, The Complete Oral History Transcripts from “UN Voices”, New York : UNIHP, 2007.

30 Thomas G. Weiss, « Reinvigorating the International Civil Service », Global Governance 16: 1 (2010), p. 39-57.

31 Dag Hammarskjöld, « The International Civil Servant in Law and in Fact », discours prononcé à l’université d’Oxford, 30 mai 1961, imprimé par Clarendon Press, Oxford. Disponible sur www.un.org/depts/dhl/dag/docs/internationalcivilservant.pdf.

32 Thant Myint-U and Amy Scott, The UN Secretariat : A Brief History (1945-2006), New York : International Peace Academy, 2007, p. 126-128.

33 Donald J. Puchala, Katie Verlin Laatikainen, et Roger A. Coate, United Nations Politics : International Organization in a Divided World, Upper Saddle River, NJ : Prentice Hall, 2007.

34 . Craig Murphy, The Development Programme : A Better Way ?, Cambridge : Cambridge University Press, 2006, p. 232-262, et Khadiha Haq and Richard Ponzio (dir.), Pioneering the Human Development Revolution : An Intellectual Biography of Mahbub ul Haq, New Delhi, Oxford University Press, 2008.

35 Alexander Wendt, « Why a World State is Inevitable », European Journal of International Relations 9, n° 3, (2003), p. 491-542.

36 Louis Emmerij, Richard Jolly, et Thomas G. Weiss, Ahead of the Curve ? Ideas and Global Challenges, Bloomington, Indiana University Press, 2001.

1 Thomas G. Weiss est professeur et président du département de sciences politiques au Graduate Center (Centre des étudiants de 3e cycle) de la City University of New York et directeur du Ralph Bunche Institute for International Studies. Il a dirigé le projet de l’histoire intellectuelle des Nations unies (1999-2010) et a présidé l’Association des études internationales, siégé au Conseil académique du Système des Nations unies (2006-2009), dirigé l’édition de la revue Global Governance. Il a été directeur de recherche à la Commission internationale de l’intervention et de la souveraineté des États et à l’Institut Watson d’études internationales de l’université de Brown, directeur exécutif du Conseil académique du système des Nations unies et de l’International Peace Academy (Académie pour la paix internationale). Il a fait partie du secrétariat de l’ONU et a été consultant pour de nombreuses agences publiques et privées. Il a écrit et édité une quarantaine de livres et 200 articles et chapitres de livres sur le multilatéralisme pour la paix et la sécurité internationales, l’humanitaire et le développement durable. Ses derniers ouvrages sont : What’s Wrong with the United Nations and How to Fix It (2009) ; Humanitarian Intervention : Ideas in Action (2012) ; Thinking about Global Governance, Why People and Ideas Matter (2011) ; Humanitarianism Contested : Where Angels Fear to Tread (2011) ; Global Governance and the UN : An Unfinished Journey (2010) ; UN Ideas That Changed the World (2009) ; and What’s Wrong with the United Nations and How to Fix It (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas G. Weiss, « Histoire globale et organisations internationales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 107-126.

Référence électronique

Thomas G. Weiss, « Histoire globale et organisations internationales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3188

Haut de page

Auteur

Thomas G. Weiss

Professeur de science politique au Graduate Center de la City University of New York, Directeur du Ralph Bunche Institute for International Studies

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page