Navigation – Plan du site
DOSSIER

Réflexions sur l’histoire globale et transnationale

Akira Iriye
Traduction de Hugues Le Grand
p. 89-106

Résumé

Akira Iriye, qui a dirigé avec Pierre-Yves Saunier le Palgrave Dictionary of Transnational History, paru en 2009, retrace comment, au fil du XXe siècle et particulièrement depuis les années 1990, la communauté historienne s’est de plus en plus intéressée au phénomène de la mondialisation et à l’histoire globale et transnationale. Il montre ce qu’une approche globale, transnationale, des phénomènes historiques apporte de plus qu’une simple approche nationale et formule des hypothèses sur l’avenir de notre société mondialisée.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire, et plus particulièrement l’histoire contemporaine, a connu au cours des deux dernières décennies des changements radicaux. En effet, depuis les années 1990, les histoires mondiales, globales et transnationales ont peu à peu pris le pas sur les histoires nationales et internationales plus traditionnelles. Bien entendu, la plupart des livres d’histoire, et tout particulièrement ceux qui s’adressent à des non-spécialistes, continuent de s’inscrire dans des cadres nationaux et, lorsqu’ils traitent de plusieurs pays, l’approche habituelle reste celle des relations internationales, c’est-à-dire de l’histoire des rapports entre les nations. Et ce, même si les historiens actuels sont plus sensibilisés que ceux du passé à la nécessité de s’intéresser aux développements mondiaux ainsi qu’aux thématiques transnationales.

  • 1 Akira Iriye, « The Internationalization of History », American Historical Review, February 1989.
  • 2 Akira Iriye, The Globalizing of America : American Foreign Relations, 1913-1945, New York, Cambridg (...)
  • 3 Michael Geyer and Charles Bright, « World History in a Global Age », American Historical Review, Oc (...)

2Cette transformation peut se percevoir dans plusieurs domaines. En premier lieu, on constate la popularité du terme « mondialisation » dans la production historique et son usage de plus en plus fréquent. Permettez-moi un exemple personnel. En décembre 1988, j’ai prononcé un discours en tant que président de l’American Historical Association intitulé « L’internationalisation de l’histoire ». Jamais il ne me serait venu à l’esprit de parler alors de « la mondialisation (« globalization ») de l’histoire », même si, de fait, c’était ce que j’entendais par « internationalisation »1. Je souhaitais insister sur l’importance cruciale pour les historiens d’une collaboration universitaire internationale ainsi que sur la nécessité d’élargir nos horizons. Je souhaitais, en particulier, souligner la nécessité de comprendre des histoires nationales toutes différentes et de les intégrer dans le contexte de développements mondiaux. Si j’avais eu à prononcer le même discours quelques années plus tard, j’aurais sans doute utilisé le terme de « mondialisation » plutôt que celui d’internationalisation, mais à la fin des années 1980, celui-ci était encore peu connu de la plupart des historiens. Je n’ai pas non plus parlé de « mondialisation » dans mon livre The Globalizing of America 1913-1945 publié en 19922. Le titre anglais suggère que le livre cherche à décrire comment les États-Unis sont devenus une puissance globale se transformant aussi au cours de ce processus. À l’époque, le terme anglais de « globalizing », que l’on pourrait traduire en français par « mondialisation », était peu répandu et mon éditeur commença par refuser de l’utiliser dans le titre du livre. Il est clair, en y repensant, que cet ouvrage portait essentiellement sur la mondialisation, sur le rôle que les États-Unis jouaient dans ce processus, ainsi que sur les conséquences de la mondialisation sur ces derniers. Cet aspect est clairement explicité dans l’édition révisée du livre parue en 2012. Aujourd’hui, il semble évident que les affaires étrangères d’une nation (quelle qu’elle soit) doivent s’inscrire dans un contexte mondial et que les relations internationales modernes sont, au fond, l’histoire des interconnexions globales. Pourtant, à aucun moment, dans l’édition originale, n’apparaît le terme de « mondialisation ». Bien que, dès le début des années 1990, un nombre de plus en plus important d’économistes, de sociologues et d’anthropologues commencèrent à employer ce terme, les historiens mirent du temps avant d’intégrer ce concept dans leurs réflexions sur l’histoire contemporaine. Une des premières tentatives de le faire fut l’article coécrit par Michael Geyer et Charles Bright et paru en 1995 dans l’American Historical. Dans cet article, les auteurs considèrent le milieu du xixe siècle comme le début de l’ère de la mondialisation à partir duquel les événements sont interconnectés partout dans le monde3. Pour Michael Geyer et Charles Bright, les historiens ont toujours cherché à dater le début de la mondialisation et il est probable que la tendance de fond, à la fin du xxe siècle, allant vers une mondialisation de l’économie et des technologies de l’information et de la communication, ait poussé les historiens à se poser la question des origines et du développement de la mondialisation. L’historiographie a alors rattrapé l’histoire.

3Le concept de mondialisation a eu depuis les années 1990 un impact profond sur les histoires nationales comme internationales. L’histoire des États-Unis, par exemple, est aujourd’hui fréquemment appréhendée dans le cadre de la mondialisation, notamment lorsque les historiens s’intéressent à l’évolution de la croissance économique, de l’immigration, des mouvements sociaux ou de la culture populaire. Ces phénomènes étaient habituellement considérés comme strictement américains et étaient associés à des facteurs tels que les ressources naturelles du pays, sa philosophie capitaliste ou sa société démocratique. Le concept de mondialisation a permis d’analyser toutes ces évolutions comme des éléments d’une situation mondiale dans laquelle les pays sont liés les uns aux autres économiquement, socialement et culturellement. Lorsque le monde dans son entier, et non les différentes nations, est mis en avant, les histoires nationales perdent leur caractère d’unicité et « d’exception ». Cette évolution est particulièrement heureuse car elle encourage une conscience globale. Une telle perspective suscite évidemment des réactions de rejet dans la mesure où, en se détachant des perspectives nationales, elle risque de remettre en cause l’idée de qualités et de réalisations purement nationales, base du nationalisme. Un enseignement de l’histoire qui mettrait l’accent, dans le primaire et le secondaire, sur l’histoire « globale » en opposition aux développements nationaux pourrait aller à l’encontre de la volonté de développer chez les jeunes générations le sens de l’identité nationale et la fierté patriotique. Toutefois, les tensions entre perspectives mondiales et nationales représentent, en soi, un aspect inévitable de la mondialisation. La relation entre le « global » et le « local » est devenue un thème clé de l’histoire contemporaine. Cela montre également combien les historiens ont été sollicités par la mondialisation et ont cherché à comprendre le passé récent et le monde actuel à l’aune de ce cadre conceptuel.

4Les études des relations internationales ont elles aussi été vigoureusement transformées par le concept de mondialisation. Traditionnellement, l’histoire internationale étudie la guerre et la paix. Les relations internationales sont souvent rattachées à la question d’un ordre international créé ou détruit par les nations. De telles analyses centrées sur les nationalismes et les nations vont se trouver modifiées, si elles aussi sont abordées par le biais de la mondialisation. On peut se demander, par exemple, ce que les origines de la Première Guerre mondiale ont à voir avec la mondialisation. La Première Guerre mondiale fut-elle l’expression du rejet d’un monde en voie de mondialisation ? Et si tel est le cas, pourquoi les grandes puissances qui avaient favorisé la mondialisation économique (et en avaient tiré profit) ont-elles fait volte-face ? Ce n’était peut-être pas leur intention, mais en entrant en guerre pour de nombreuses autres raisons (stratégiques, politiques, impérialistes, psychologiques, etc.), elles ont remis en cause l’ordre économique mondial. À tel point que la « Grande Guerre » a marqué le début d’une période de « démondialisation », comme certains historiens qualifient la période qui suit 1914. Quand et comment le monde s’est-il donc mondialisé de nouveau ? C’est dans ce contexte de « remondialisation » que peut se comprendre l’histoire des relations internationales des années 1920 à la fin des années 1930. De nombreux travaux récents étudient d’ailleurs le rôle de la Société des Nations dans le rétablissement et le développement d’une mondialisation économique ainsi que dans le développement économique des pays non occidentaux au cours de ces décennies. L’un des grands enseignements de ces différentes études est que la période de mondialisation allant du milieu du xixe siècle à la Première Guerre mondiale est un phénomène mené et dominé par l’Occident : il s’agit donc plutôt d’une occidentalisation que d’une mondialisation. Celle-ci n’est devenue véritablement mondiale que dans les dernières décennies du xxe siècle et il est donc possible de comprendre l’histoire internationale depuis 1850 comme l’histoire de l’expansion de la mondialisation à l’ensemble du globe. Concevoir la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide à travers ce prisme conceptuel constitue donc un défi intellectuel de taille pour les historiens des relations internationales.

  • 4 André Gunder Frank, Re-Orient : Global Economy in the Asian Age, Berkeley, University of California (...)

5L’intégration d’une perspective mondiale dans l’étude de l’histoire implique par conséquent de se défaire d’une vision centrée sur l’Occident. Parce que la mondialisation économique et technologique fut à l’origine un phénomène occidental, certains universitaires ont eu tendance à considérer que les évolutions en Europe et en Amérique du Nord valaient pour l’ensemble du monde et avaient une dimension normative. Le concept de modernisation fournit un bon exemple de cette démarche intellectuelle. Celui-ci est étudié par les historiens, les politologues et les sociologues depuis longtemps déjà. Les origines de ce processus ont suscité l’attention et la réflexion des plus grands penseurs occidentaux, de Karl Marx à Max Weber. Tous se sont penchés sur les origines de la modernisation de l’Occident et sur son échec apparent dans les sociétés non occidentales. Les tentatives des chercheurs pour trouver les racines de la modernité et de la « mondialisation » en dehors de l’Occident représentent une évolution historiographique importante de ces vingt dernières années. Déjà dans Re-Orient, publié en 1998, André Gunder Frank mettait en avant qu’une économie en partie mondialisée centrée sur l’océan Indien avait existé pendant des siècles et que, suite à la « découverte » du Nouveau Monde, un autre système d’interactions économiques centré sur l’Orient avait relié désormais l’Asie, les Amériques et l’Europe4. Dans cette perspective, la « modernisation » de l’Occident n’est plus qu’un moment de la longue histoire de la mondialisation des échanges commerciaux.

  • 5 Marilyn Lake and Henry Reynolds, Drawing the Global Colour Line : White Men’s Countries and the Int (...)
  • 6 Cemil Aydin, The Politics of Anti-Westernism in Asia : Visions of World Order in Pan-Islamic and Pa (...)

6L’Occident, néanmoins, a brièvement dominé le monde, de la fin du xixe siècle à la première moitié du xxe siècle. Ce fut l’âge de l’impérialisme, au cours duquel la mondialisation a été un phénomène occidental. Les historiens de l’Empire ottoman et des différents peuples musulmans ont souligné que, jusqu’aux dernières décennies du xixe siècle, l’Occident n’a pas exclu mais a plutôt englobé (ou même traité sur un pied d’égalité) les religions et les puissances non européennes. C’est, paradoxalement, durant la période de mondialisation qu’une séparation profonde s’est opérée entre l’Occident et le reste du monde. L’Ouest et « le reste » furent nettement dissociés, cet Ouest se limitant à l’Europe et à l’Amérique du Nord. Seul le Japon fut, en partie, intégré à l’Occident, rejoignant, grâce à son renforcement militaire et à la constitution de son empire, les rangs des « grandes puissances ». Les historiens ont débattu pour savoir si la domination occidentale, sous la forme de l’impérialisme de la fin du xixe siècle, n’était pas un autre aspect de la mondialisation dans la mesure où selon certains (Niall Ferguson notamment), les deux phénomènes se renforçaient l’un l’autre. Toutefois, les trois quarts de l’humanité, vivant en Asie, en Afrique ou en Amérique du Sud, n’étaient pas des acteurs volontaires de ce processus et ils ne bénéficiaient nullement du réseau économique mondialisé. Ils n’étaient pas maîtres de leur destin et les « avantages » apportés par l’impérialisme (écoles modernes, hôpitaux, routes) ne faisaient pas d’eux des partenaires à part égale dans le processus de mondialisation. Les études postcoloniales, en mettant l’accent sur ceux qui ont subi l’impérialisme, ainsi que sur les études de la « périphérie » par opposition aux métropoles, ont fait beaucoup pour la prise en compte de cet « autre » dans l’étude de l’impérialisme, et c’est là également un aspect important de l’abandon de l’occidentalocentrisme dans l’historiographie récente. Il en va de même du regain d’intérêt des universitaires pour les relations interraciales à l’époque de l’impérialisme. Dans la mesure où la globalisation entraîne le développement de réseaux transfrontaliers d’échanges de biens, de capitaux ou de personnes, celle de la fin du xixe siècle a été une étape très incomplète. Ce fut une période de séparation entre les différentes races et religions, au cours de laquelle les Européens et leurs descendants ont affirmé partout leur suprématie sur les autres. Des études récentes (Drawing the Global Color Line par Marilyn Lake et Henry Reynolds5, et The Politics of Anti-Westernism in Asia par Cemil Aydin6) ont souligné l’émergence soudaine en Occident, à partir des dernières décennies du xixe siècle, d’une pensée raciste envers les « non-blancs ». Ces divisions ne se limitaient pas seulement aux races. Outre la ségrégation entre populations blanches et populations de couleur, une dichotomie radicale entre « civilisés » et « barbares » s’imposa dans les discours publics comme privés. La traduction sociale de cette pensée fut la condamnation et l’interdiction de la « mixité raciale » et notamment des mariages interraciaux. L’immigration en provenance d’Asie vers les pays occidentaux ne fut plus autorisée et les enfants issus de couples mixtes furent souvent considérés, dans les colonies asiatiques des pays occidentaux, comme inférieurs aux populations locales de « sang pur », comme, bien entendu, aux Européens. Manifestement, il n’y avait ni mondialisation des conditions de vie, des relations interraciales et des droits de l’homme. Les récentes études portant sur ces dimensions raciales et ethniques de l’âge de l’impérialisme permettent de comprendre que la mondialisation fut, à cette époque, plus le moteur du développement de l’Occident qu’un facteur de développement de l’ensemble du monde.

  • 7 Niall Ferguson, Charles S. Maier, Erez Manela, and Daniel J. Sargent, The Shock of the Global : The (...)

7Ce n’est que dans les dernières décennies du xxe siècle que la mondialisation s’étendit à l’ensemble de la planète, se traduisant par des interconnexions et des réseaux dans le monde entier. La Chine, l’Inde et d’autres pays apparurent alors comme des sources de capital, de technologie et de main-d’œuvre pour le réseau mondial de la production et de la consommation, et ne furent plus perçus comme de simples débouchés pour les produits américains et européens comme cela avait été le cas auparavant. Même lors de la constitution de la Communauté européenne, et par la suite, lors de l’adoption d’une monnaie unique par l’Union européenne, les pays non occidentaux devinrent des acteurs importants des échanges économiques mondiaux. Les historiens considèrent aujourd’hui, généralement, que cette évolution date des années 1970 comme en témoigne The Shock of the Global (2010), un recueil d’essais portant sur divers aspects des questions internationales durant les années 19707. Il est important de noter que ces différents phénomènes ont précédé pour la plupart la fin de la guerre froide. Si certains universitaires considèrent toujours la guerre froide comme le cadre chronologique déterminant de l’histoire mondiale de l’après-Seconde Guerre, il semble bien plus intéressant d’envisager les événements depuis 1945 dans le contexte de l’histoire de la mondialisation. Après tout, les réseaux mondiaux n’ont pas attendu la fin de ce drame géopolitique pour se développer. On peut même considérer que c’est l’accélération de la mondialisation qui a entraîné la fin de la guerre froide et non l’inverse. Si à la fin du xixe siècle, la géopolitique (l’impérialisme) semblait l’avoir emporté sur la mondialisation, un siècle plus tard, la situation s’était inversée. C’est peut-être la raison pour laquelle, depuis les années 1990, les historiens sont nettement plus intéressés par l’histoire de la mondialisation que par celle de la guerre froide.

  • 8 Arnold J. Toynbee, A Study of History, 12 vol., London : Oxford University Press, 1934-1961.
  • 9 William H. McNeill, The Rise of the West : A History of the Human Community, Chicago, University of (...)
  • 10 Dominic Sachsenmeier, Global Perspectives on Global History : Theories and Approaches in a Connecte (...)
  • 11 Patrick Manning, Navigating World History : Historians Create a Global Past, New York, Palgrave Mac (...)

8Il n’est pas surprenant non plus qu’à la fin du xxe siècle, l’histoire mondiale, ou l’histoire globale, comme beaucoup préfèrent maintenant l’appeler, ait commencé à susciter l’intérêt d’un nombre toujours croissant d’historiens, d’enseignants et d’étudiants. Il est vrai que l’on a enseigné et écrit sur l’histoire mondiale depuis déjà longtemps. Arnold J. Toynbee a commencé à publier son étude de l’histoire (A Study of History) en 12 volumes dans les années 1930 et l’a achevée dans les années 19608. Les Cahiers d’histoire mondiale parurent pour la première fois, sous la direction de Lucien Febvre, en 1953. En 1963, la publication de The Rise of the West de William McNeill obtint un succès largement mérité et, au même moment, l’Unesco lançait le projet d’une Histoire du développement culturel et scientifique de l’humanité en 7 volumes9. L’histoire mondiale, parfois aussi appelée histoire des civilisations, a été enseignée depuis longtemps dans de nombreuses universités américaines, mais cet enseignement s’est généralisé à la fin du xxe siècle ; il est alors devenu obligatoire, reflétant l’idée que, dans le cadre d’un cursus en lettres et sciences humaines, tout étudiant en licence doit s’être familiarisé avec au minimum une culture non occidentale. On doit donc remarquer qu’un processus de mondialisation intellectuelle a accompagné la mondialisation économique. Il était, bien sûr, plus difficile de développer une connaissance historique commune que des biens de consommation ou de culture populaire plaisant à tous, et, comme l’écrit Dominic Sachsenmaier, le terme de « world history » (ou histoire mondiale) n’a pas toujours signifié la même chose d’un pays à un autre10. En fait, pendant longtemps, très peu de chercheurs furent spécialisés en histoire mondiale et la grande majorité des historiens de métier continuèrent à définir leurs domaines de spécialité en termes nationaux ou, dans le meilleur des cas, d’entités régionales, se spécialisant en histoire américaine, européenne etc. Il existait peu de programmes de second cycle en « world history ». Lorsque des efforts furent entrepris pour retracer l’évolution mondiale, la plupart des universitaires adoptèrent la chronologie utilisée pour l’histoire de l’Europe (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne, époque contemporaine). Dans ce contexte, il a fallu les efforts héroïques de quelques chercheurs pour amener la « world history » au cœur de la recherche et de l’enseignement. Ce n’est que vers la fin du xxe siècle que ces obstacles furent progressivement surmontés. Des historiens toujours plus nombreux reconnurent la nécessité de mondialiser la connaissance historique afin de comprendre les phénomènes locaux et nationaux replacés dans un contexte mondial. Une des étapes les plus importantes pour les historiens de métier fut la création, en 1982, à l’université de Hawaï, de la World History Association. Comme l’écrit Patrick Manning dans Navigating World History, cet événement ainsi que des initiatives plus anciennes ont permis de faire vivre l’idée que l’histoire devait prendre en compte tous les êtres humains ainsi que les communautés auxquelles ils appartiennent11. Depuis la fin des années 1990, on peut dire que l’histoire mondiale influence la pensée et l’écriture d’historiens comme jamais auparavant.

  • 12 Bruce Mazlish and Ralph Buultjens (dir.), Conceptualizing Global History, Boulder, CL, Westview Pre (...)
  • 13 Akira Iriye and Pierre-Yves Saunier, Palgrave Dictionary of Transnational History, Hampshire, Macmi (...)

9Il est intéressant de noter que le terme de « global history » ou histoire globale commença alors à être utilisé par un nombre croissant d’historiens écrivant ou parlant d’histoire mondiale, peut-être pour refléter le phénomène largement admis de la mondialisation (globalization en anglais). Certains d’entre eux font la distinction entre histoire mondiale et globale, soulignant, entre autres, que l’histoire mondiale telle qu’on l’entend généralement, consiste en l’étude des civilisations et des régions du monde selon une séquence chronologique allant des temps anciens jusqu’à nos jours, alors que la nouvelle histoire globale se concentre sur les évolutions mondiales de l’histoire contemporaine. Ainsi, leur approche les porte à s’interroger sur la façon dont le monde est devenu de plus en plus interconnecté à travers le commerce, les flux migratoires, les innovations technologiques et bien d’autres facteurs. Bruce Mazlish, l’un des principaux historiens à l’origine de cette nouvelle histoire globale, a publié en 1992 un recueil d’essais intitulé Conceptualizing Global History (« conceptualiser l’histoire globale ») et il a commencé alors à donner un cours sur ce sujet au MIT12. Lui et moi, nous avons ensuite assuré ce cours à l’université d’Harvard de 2001 à 2003. Mazlish et moi-même avons publié ensemble en 2004 un recueil de textes sur l’histoire globale13. On peut dire qu’à partir du début du xxie siècle, l’histoire globale a été largement reconnue comme une approche déterminante de l’étude de l’histoire récente.

10C’est aussi à cette période qu’est apparue l’histoire transnationale. Comme l’explique Pierre-Yves Saunier dans son article « Transnational » du Palgrave Dictionary of Transnational History (2009), un petit nombre d’historiens, dont Ian Tyrrell, ont commencé à explorer le concept d’histoire transnationale dès le début des années 1990. Cependant le terme de « transnational » ne fut pas immédiatement retenu, les historiens l’utilisant alors de manière interchangeable avec « transfrontalier » (« cross-national » et « cross-border » en anglais), mais la plupart d’entre eux considéraient les mouvements et les échanges transfrontaliers comme inclus dans l’histoire internationale. Des études plus nombreuses furent alors publiées, portant sur les échanges, les interactions et les réseaux et sur d’autres approches illustrant les contacts et regroupements de part et d’autres des frontières nationales, entre les cultures, voire même entre les civilisations, de plus en plus d’historiens décrivant cependant ces phénomènes comme de l’histoire transnationale. L’histoire transnationale peut, certes, être considérée comme faisant partie de l’histoire globale, mais quelques historiens commencèrent à la considérer comme un outil particulièrement efficace pour appréhender et conceptualiser ce qu’ils considéraient comme des évolutions cruciales de l’histoire contemporaine.

  • 14 Akira Iriye, « Culture and Power : International Relations as Intercultural Relations », Diplomatic (...)

11Il est sûr que certains universitaires utilisent de manière interchangeable les termes d’« histoire transnationale » et d’« histoire internationale ». Ceci est sans doute lié au fait que le champ de l’histoire internationale s’est largement étendu à la fin du xxe siècle, quand les historiens ont commencé à s’intéresser aux aspects moins formels et moins gouvernementaux des interactions entre pays. L’histoire diplomatique, cadre traditionnel de l’étude des relations internationales mettant l’accent sur la diplomatie, la stratégie et la géopolitique, a ainsi été complétée, voire même supplantée, par des études portant sur les interactions économiques, les images réciproques, les échanges en matière d’éducation et bien d’autres sujets. C’est ce que j’entendais, lorsqu’en 1978, alors président de la Society for Historians of American Foreign Relations, je parlais des « relations internationales comme de relations interculturelles » ; j’affirmais que les nations pouvaient être considérées comme des cultures au même titre que comme des entités politiques souveraines et que leurs échanges comportaient donc ces deux dimensions14.

  • 15 Henry Kissinger, Diplomacy, New York, Simon and Schuster, 1994.
  • 16 William H. McNeill, The Pursuit of Power : Technology, Armed Force, and Society since A.D. 1000, Ch (...)
  • 17 Paul Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers : Economic Change and Military Conflict from 15 (...)

12L’histoire diplomatique traditionnelle, comme l’illustre l’ouvrage d’Henry Kissinger, Diplomatie, paru en 1985, portait essentiellement sur les relations interétatiques dans lesquelles chaque État servait ses propres intérêts15. L’élément clé était ici l’état-nation en tant qu’acteur rationnel cherchant à maximiser ses avantages géopolitiques et à accroître son pouvoir vis-à-vis des autres. Ce « réalisme » était postulé comme une caractéristique commune à l’ensemble des États. Les nations et leurs dirigeants étaient, en ce sens, interchangeables, bien que certains États soient devenus des « grandes puissances » alors que d’autres étaient restés plus faibles. Des livres aussi importants que ceux de William McNeill, The Pursuit of Power (« La recherche de la puissance ») paru en 198216, et de Paul Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers (« Naissance et déclin des grandes puissances ») paru en 198717, ont principalement conçu l’histoire mondiale moderne comme un drame joué par les grandes puissances, puissances dont le pouvoir repose essentiellement sur leur force militaire, mais aussi plus largement sur leurs ressources économiques, leur développement technologique ainsi que sur une population éduquée et nationaliste. Il est probable que dans la foulée de la révolution culturelle mondiale des années 1960, pendant laquelle des mouvements de contre-culture se rebellèrent contre les classes dirigeantes et cherchèrent à donner le pouvoir au peuple, la notion de pouvoir ait commencé à glisser de la désignation de l’autorité des élites à celle des aspirations du peuple. Il est certain que cet élargissement de la conception du pouvoir explique les tendances historiographiques nouvelles qui propulsèrent à partir des années 1970 l’histoire sociale, l’histoire ethnique et l’histoire des femmes au premier plan de la recherche historique. Alors que les chercheurs dans ces nouveaux domaines considéraient le pouvoir comme une production culturelle et vice versa (ou en d’autres termes la culture comme un produit du pouvoir), certains chercheurs continuèrent à s’intéresser à l’étude des phénomènes culturels dans les relations internationales, sans se soucier de savoir si ces phénomènes étaient dépendants des contraintes des pouvoirs politiques. Nous ne contestions pas que la culture constitue un pouvoir dans les affaires internationales, mais seulement que les activités culturelles évoluaient à leur propre rythme et selon leur propre scénario qui n’ont que peu, sinon rien, à voir avec les contraintes des pouvoirs politiques et des intérêts nationaux.

13Avec une telle perspective, il était aisé de passer à une autre étape et de penser un monde constitué de cultures (de groupes d’individus aux identités diverses, constituant des « acteurs non étatiques » et poursuivant leurs propres ambitions) comme aussi réel que le monde défini par la notion de « Realpolitik ». Ces individus et acteurs non étatiques participent en effet tout autant que les États à définir le monde « réel ». La culture, en d’autres termes, possède son propre univers, ses horizons propres qui ne sont pas soumis aux diktats des intérêts nationaux ou de l’équilibre des pouvoirs.

  • 18 Akira Iriye, Cultural Internationalism and World Order, Baltimore, Johns Hopkins University Press, (...)

14Une fois libéré du cadre géopolitique traditionnel, on peut commencer à explorer les différents aspects des affaires nationales ou internationales comme des dimensions tout aussi valides de l’histoire globale. En ce qui me concerne, cet effort de conceptualisation d’un monde constitué de réseaux intellectuels, artistiques, notamment, s’est traduit par un petit livre publié en 1997, Cultural Internationalism and World Order18. Il s’agissait là d’une tentative d’écriture de l’histoire internationale, non pas sous l’angle des relations entre États mais plutôt en montrant comment des organisations privées ou semi-privées ainsi que des institutions internationales ont participé à définir un ordre mondial basé sur une compréhension dépassant les frontières nationales et culturelles. Dans cette optique, les principaux acteurs étaient les individus, les fondations, les organisations religieuses ainsi que les organisations non gouvernementales, les associations à but non lucratif, d’une part, et les organisations intergouvernementales (plus particulièrement, la Commission de coopération intellectuelle de la Société des Nations). Ces acteurs non étatiques ont produit leur propre vision et ont cherché à créer un monde fondé et construit sur des postulats différents de ceux définis par les grandes puissances et les États souverains. Il s’agissait d’une étude des visées plus que des réalisations, cependant ce livre affirmait que, sur le long terme de l’histoire mondiale, des visions globales partagées s’avéraient souvent plus durables que les ordres internationaux résultant d’équations de pouvoirs temporaires. Le livre reposait sur une série de conférences que j’avais données de la fin des années 1980 au début des années 1990 à l’université John Hopkins, à celle d’Hawaï et à la London School of Economics et était le reflet de tendances universitaires qui voyaient alors le jour des deux cotés de l’Atlantique.

  • 19 Akira Iriye, Global Community : The Role of International Organizations in the Making of the Contem (...)

15En me repenchant sur ce livre, qui semble avoir touché un public plus large que mes monographies centrées sur des nations précises, je suis frappé de voir que, même en 1997, je n’utilisais pas le terme transnational pour décrire ces efforts pour dépasser les frontières. « Cultural transnationalism » (« transnationalisme culturel » en français) aurait été un titre plus approprié que « cultural internationalism » (« internationalisme culturel ») puisque les mouvements que le livre étudie sont plus transnationaux qu’internationaux. Les historiens utilisaient alors les deux adjectifs de manière interchangeable, et le terme de « transnationalisme » n’était pas encore entré dans le vocabulaire des universitaires. Ce n’est qu’en 2002 que je publiai un livre intitulé Global Community : The Role of International Organizations in the Making of the Contemporary World (« Communauté mondiale : le rôle des organisations internationales dans la création du monde contemporain ») qui, à bien des égards, est une suite de Cultural Internationalism and World Order19. En écrivant ce dernier, j’avais été tellement impressionné par le rôle joué par les groupes transnationaux privés ainsi que par les organisations intergouvernementales que j’avais décidé d’écrire une étude complémentaire qui cette fois insisterait sur les activités de ces organismes internationaux dans des domaines aussi variés que les échanges en matière d’éducation, d’aide au développement, de préservation de l’environnement, et de la défense des droits de l’homme. Il devint alors très clair que toutes ces activités étaient des objectifs internationaux (ou plutôt transnationaux) auxquels les organisations internationales avaient consacré leurs ressources humaines et financières sans que ni ces programmes, ni ces organisations n’aient été l’objet d’un traitement systématique dans la plupart des rapports concernant la vie internationale. Je pensais que le temps était venu de corriger cette situation en mentionnant que ces programmes et ces organismes servaient la cause d’une « communauté mondiale » qui n’était pas nécessairement interchangeable avec l’ordre international traditionnel. Plutôt que de s’intéresser exclusivement aux guerres, à la diplomatie, à l’équilibre des forces, etc., entre des États souverains, les historiens devaient commencer à prêter attention aux organismes non étatiques et interétatiques ainsi qu’à leurs actions. Je disais ainsi, implicitement, que l’histoire, et plus particulièrement l’histoire contemporaine, doit être analysée en termes d’initiatives mondiales et d’acteurs transnationaux. J’étais enfin convaincu que l’heure de l’histoire transnationale était réellement arrivée.

16La concomitance de l’arrivée dans l’historiographie de l’histoire globale et de l’histoire transnationale est un phénomène intéressant, mais également susceptible de prêter à confusion. De nombreux historiens utilisent les deux termes de façon interchangeable. Comme je l’ai mentionné précédemment, mon cours sur l’histoire globale en collaboration avec Bruce Mazlish a coïncidé avec mon intérêt pour l’histoire transnationale. On peut affirmer que l’histoire globale inclut aussi bien l’histoire internationale que l’histoire transnationale ou que l’histoire transnationale permet une approche plus fine des individus et des communautés que l’histoire globale. En réalité, il vaut mieux être souple sur ce qui est de l’ordre du global et du transnational. Le Journal of Global History, fondé en 2006 et le New Global Studies, journal en ligne créé vers la même période, ont publié des études sur des sujets transnationaux. à ce stade de l’évolution historiographique, on pourrait s’en tenir à affirmer que l’histoire globale et l’histoire transnationale sont deux approches du passé qui ont pour objectif d’ouvrir des territoires nouveaux à la recherche universitaire, territoires qui ne pouvaient l’être du temps où l’on s’était focalisé sur la nation comme clé interprétative.

17L’émergence de ce corpus de recherche et les perspectives intellectuelles neuves qui en ont découlé ont été à l’origine d’un nouveau dictionnaire de l’histoire transnationale. L’initiative en revient à Pierre-Yves Saunier, un historien qui étudiait, entre autres, le métier d’infirmière et son évolution transnationale au niveau de la formation et de l’emploi. Je l’ai rejoint en 2003-2004, en vue de préparer un guide de référence présentant les réalisations et les projets en cours dans ce nouveau domaine. Bien que nous ayons alors choisi d’appeler cet ouvrage « Dictionnaire d’histoire transnationale » et non « globale », nous étions tout à fait conscients de ce que nous devions à l’historiographie toujours plus riche en matière d’histoire globale qui, nous en étions convaincus, offrait des perspectives neuves sur les savoirs, et pouvait permettre une sorte de version du xxie siècle, en plus modeste, de la grande Encyclopédie, somme des savoirs du xviiie siècle, réunis par les intellectuels français d’alors. Une présentation de ce projet fut adressée à différents éditeurs et deux d’entre eux manifestèrent immédiatement leur intérêt. L’éditeur Palgrave Macmillan fut choisi et aida à organiser une réunion à New York en 2005 pendant laquelle six historiens de six pays différents (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Argentine, Australie, Afrique du Sud) discutèrent des paramètres du nouveau dictionnaire et sélectionnèrent les sujets à traiter. Ces historiens passèrent plusieurs mois à recruter des universitaires partageant notre vision et notre conviction qu’une approche historique transnationale contribuerait de façon novatrice à l’étude de l’histoire contemporaine que, pour les besoins de nos recherches, nous définissions comme la période s’ouvrant avec le milieu du xixe siècle. Avec plaisir, nous rencontrâmes dans le monde entier des universitaires nombreux qui acceptèrent notre invitation et nous fournirent des contributions qui furent ensuite réunies et publiées en 2009 dans The Palgrave Dictionary of Transnational History. Le volume fait plus de 1 300 pages et compte 450 entrées rédigées par 350 universitaires (principalement des historiens) de plus de 25 pays. Cette publication représente véritablement un moment transnational, preuve de notre entrée dans l’âge de l’histoire transnationale. Le dictionnaire comporte des entrées telles que « frontières et zones frontalières », « villes », « mariage » ou « années 1960 ». Chacun de ces sujets peut évidemment être traité dans un cadre national traditionnel ou comme objet de l’histoire internationale. Mais ils constituent aussi des phénomènes transfrontaliers. Nous avons essayé de voir comment traiter ces sujets selon une approche plus transnationale, moins étroitement nationale, plus internationale, et nous fûmes heureux de constater que la qualité, l’argumentation, et le style des articles ne dépendaient pas de la nationalité de son auteur ou de l’école à laquelle il appartenait. Par exemple, un article écrit par un jeune chercheur d’une petite université indienne était substituable à un article écrit par un historien américain chevronné. La recherche historiographique était en train de devenir à toute vitesse transnationale. Il n’est pas surprenant qu’au xxie siècle, de plus en plus de livres ou d’articles publiés comportent le terme de « transnational » dans leur titre. Certains d’entre eux sont parus dans la collection « Histoire transnationale » que je dirige avec Rana Mitter chez Palgrave. J’ai été frappé aussi par l’enthousiasme des jeunes historiens du monde entier à développer des programmes de recherche dans un cadre transnational.

  • 20 R. R. Palmer, The Age of the Democratic Revolution : A Political History of Europe and America, 176 (...)

18L’histoire transnationale a pour objectif d’explorer des thèmes qui dépassent les frontières nationales sans pour autant sous-estimer l’existence des nations et l’importance d’étudier les relations entre le national et le transnational. De la même façon que les histoires nationales sont de plus en plus remises dans le contexte d’une évolution transnationale, les thèmes transnationaux tels que les droits humains et les désastres environnementaux doivent être examinés dans le cadre à la fois de politiques nationales et des programmes transnationaux. L’émergence d’une histoire transnationale suggère une prise de conscience que la nation n’est plus (si elle l’a jamais été) l’unique paramètre de l’identité humaine ou le cadre principal des affaires humaines. Tout individu est un être local et global, avec des identités multiples, dont certaines se comprennent mieux dans le cadre de la nation, et d’autres à travers les appartenances de sexe, de religion, de race, de classe sociale ou d’âge. Cela a toujours été le cas à l’époque contemporaine, mais aujourd’hui plus que jamais dans l’histoire récente, la nation entre en compétition avec ces autres identités, ces autres appartenances. La croissance des collectivités régionales a eu et continuera à avoir pour effet de réduire l’autonomie relative des États souverains et des divisions nationales. Il y a déjà longtemps, Fernand Braudel et d’autres ont conçu une histoire de la Méditerranée tandis que les chercheurs sur l’empire ottoman, l’empire moghol et les communautés islamiques de l’Asie ont fait de l’océan Indien le cadre géographique de leur histoire régionale. La popularité d’une histoire de l’Atlantique, qu’illustra en son temps l’ouvrage d’avant-garde de R. R. Palmer, The Age of the Democracy Revolution, pourrait bien un jour trouver son pendant dans une définition nouvelle de l’histoire du Pacifique20. Des historiens comme Bruce Cumings, John Price, Marilyn Lake commencent à affirmer que les histoires des États-Unis, du Canada, de l’Australie et celles de l’Asie de l’Est et du Sud-Est pourraient être mieux comprises en considérant ces pays comme des pièces interdépendantes d’une plus vaste région Asie-Pacifique. Tout ceci constitue des tentatives pour dépasser l’histoire nationale et pour comprendre des évolutions et des problématiques partagées dans un même espace. Dans un tel cadre supranational, les notions traditionnelles de nationalisme, de sécurité nationale, d’intérêt national devront être profondément modifiées ; peut-être conviendra-t-il même d’y renoncer entièrement.

19Évidemment, la prise de conscience que de nombreux pays sont des « États défaillants » dont la gouvernance a dû être confiée à des acteurs non étatiques, nationaux ou transnationaux, ainsi qu’à des organismes internationaux nous prévient contre le fait de voir la nation comme le cadre prédominant de l’action humaine dans le monde entier. On peut même dire que la nation en tant qu’unité efficace de gouvernement semble être, et a toujours été, l’exception à la règle. Les organisations sociales, les institutions religieuses, les communautés tribales et autres ont toujours joué un rôle prépondérant dans la vie nationale, mais elles sont à la fois des entités subnationales et supranationales et ne peuvent donc être comprises que dans le cadre de l’histoire transnationale. à l’âge de la mondialisation, ce qu’un État souverain, même gouvernable, peut accomplir est limité. Les crises financières mondiales, les désastres environnementaux, les atteintes aux droits de l’homme ne pourront trouver leurs solutions que dans un environnement transnational.

  • 21 Martin Bernal, Black Athena : The Afroasiatic Roots of Classical Civilization, New Brunswick, Rutge (...)

20Au niveau des individus, l’histoire transnationale nous amène à examiner, en particulier, la façon dont des hommes, femmes et enfants ayant des cultures et des identités variées interagissent de part et d’autre des frontières nationales, produisant ce faisant quelque chose de neuf, quelque chose d’hybride. Le terme d’« hybridité » semble bien convenir à la description de ce phénomène. Les personnes de cultures différentes ne font pas que se rencontrer, mais produisent des situations nouvelles qui les transforment eux-mêmes. La convergence transnationale d’individus et de groupes humains se mêlant les uns aux autres, parfois au prix de tensions voire de conflits, mais construisant aussi, à d’autres moments, de nouveaux modes de vie, ou même de nouveaux êtres (par les intermariages et les adoptions, etc.) constitue un thème que l’on peut bien considérer comme majeur de l’histoire de toutes les époques, et pas seulement de l’histoire récente. Comme Martin Bernal l’a proposé dans son livre Black Athena, même les civilisations anciennes du Moyen Orient, d’Afrique et du Bassin méditerranéen peuvent être caractérisées par « l’hybridité »21. Il en va certainement de même pour d’autres régions du monde. Incontestablement, l’augmentation dans le monde entier du nombre des mariages mixtes et de naissances interraciales représente l’un des phénomènes notables de la mondialisation. D’abord marginalisées, ces situations ont progressivement acquis une influence politique, sociale et culturelle (Barack Obama en est l’exemple le plus visible). Ce ne sont pas seulement les individus, mais aussi leurs productions matérielles et immatérielles qui reflètent le processus continu d’interactions et de mélanges transfrontaliers, transculturelles et transraciaux. De ce point de vue, il n’existe pas de races, de nations ou de civilisations qui puissent être dites « pures ». Nous sommes tous le produit d’un brassage. De quelle façon nous mêlons-nous aux autres ? Dans quelle mesure des forces favorisent-elles ce développement tandis que d’autres s’y opposent ? Comment les interactions au niveau local peuvent-elles avoir une incidence sur l’ensemble du globe ? Telles sont quelques-unes des questions passionnantes qu’une perspective historique transnationale peut permettre d’explorer.

21Mais l’hybridité n’est pas seulement une réalité humaine. Le monde naturel des animaux, des oiseaux, des poissons et des plantes connaît la cohabitation et les conflits entre espèces depuis des millions d’année. La Terre doit être considérée comme l’habitat de tous les êtres vivants – ainsi que celui des objets. Certains universitaires parlent de « planétarité » pour définir la coexistence des êtres vivants sur la Terre. La planète doit, dans cette perspective, être considérée comme une planète parmi d’autres : celle où la vie existe. L’histoire humaine devient alors un élément de l’histoire planétaire. L’étude des catastrophes naturelles, des changements écologiques, des épidémies, etc. constitue des éléments clés de cette vision planétaire, comme les efforts des êtres humains pour protéger et améliorer leur environnement. Ces interactions entre les hommes et la nature peuvent contribuer à définir la « planétarité ». De toute évidence, cette façon de considérer le monde d’aujourd’hui et le passé de l’humanité n’en est encore qu’à ses débuts, mais elle suggère que la recherche historique en est aujourd’hui à un moment très stimulant de son existence. Les approches traditionnelles de l’histoire vont indéniablement persister, surtout si l’enseignement primaire et secondaire continue à s’organiser autour des problématiques nationales. Mais cela aussi finira par changer à l’ère de la globalisation. Les chercheurs, du moins, devront promouvoir la globalisation, la transnationalisation, la planétisation même de l’histoire. Le début du xxie siècle apparaît décidément comme le bon moment pour rapprocher l’histoire et l’étude de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Akira Iriye, « The Internationalization of History », American Historical Review, February 1989.

2 Akira Iriye, The Globalizing of America : American Foreign Relations, 1913-1945, New York, Cambridge University Press, 1993.

3 Michael Geyer and Charles Bright, « World History in a Global Age », American Historical Review, October 1995.

4 André Gunder Frank, Re-Orient : Global Economy in the Asian Age, Berkeley, University of California Press, 1998.

5 Marilyn Lake and Henry Reynolds, Drawing the Global Colour Line : White Men’s Countries and the International Challenge of Racial Equality, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

6 Cemil Aydin, The Politics of Anti-Westernism in Asia : Visions of World Order in Pan-Islamic and Pan-Asian Thought, New York : Columbia University Press, 2007.

7 Niall Ferguson, Charles S. Maier, Erez Manela, and Daniel J. Sargent, The Shock of the Global : The 1970s in Perspective, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2010.

8 Arnold J. Toynbee, A Study of History, 12 vol., London : Oxford University Press, 1934-1961.

9 William H. McNeill, The Rise of the West : A History of the Human Community, Chicago, University of Chicago Press, 1963.

10 Dominic Sachsenmeier, Global Perspectives on Global History : Theories and Approaches in a Connected World, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

11 Patrick Manning, Navigating World History : Historians Create a Global Past, New York, Palgrave Macmillan, 2003.

12 Bruce Mazlish and Ralph Buultjens (dir.), Conceptualizing Global History, Boulder, CL, Westview Press, 1993.

13 Akira Iriye and Pierre-Yves Saunier, Palgrave Dictionary of Transnational History, Hampshire, Macmillan, 2009.

14 Akira Iriye, « Culture and Power : International Relations as Intercultural Relations », Diplomatic History, spring 1979.

15 Henry Kissinger, Diplomacy, New York, Simon and Schuster, 1994.

16 William H. McNeill, The Pursuit of Power : Technology, Armed Force, and Society since A.D. 1000, Chicago, University of Chicago Press, 1982.

17 Paul Kennedy, The Rise and Fall of the Great Powers : Economic Change and Military Conflict from 1500 to 2000, New York, Random House, 1987.

18 Akira Iriye, Cultural Internationalism and World Order, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1997.

19 Akira Iriye, Global Community : The Role of International Organizations in the Making of the Contemporary World, Berkeley, University of California Press, 2002.

20 R. R. Palmer, The Age of the Democratic Revolution : A Political History of Europe and America, 1760-1800, 2 volumes, Princeton, Princeton University Press, 1959, 1964.

21 Martin Bernal, Black Athena : The Afroasiatic Roots of Classical Civilization, New Brunswick, Rutgers University Press, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Akira Iriye, « Réflexions sur l’histoire globale et transnationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 89-106.

Référence électronique

Akira Iriye, « Réflexions sur l’histoire globale et transnationale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3174

Haut de page

Auteur

Akira Iriye

Professeur émérite d’histoire américaine (chaire Charles Warren) à l’université Harvard

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page