Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’histoire mondiale/globale en Allemagne

Matthias Middell
Traduction de Charlotte Delafoy Girard.
p. 69-88

Résumé

Dans cet article, Matthias Middell retrace le développement de l’histoire globale en Allemagne, pays dans lequel ce champ de recherche a connu un important essor ces dernières décennies. Cet essor s’appuie notamment sur la tradition de la « Weltgeschichte » et sur le développement des études des « aires culturelles », ainsi que sur les travaux pionniers de plusieurs chercheurs, notamment Jürgen Osterhammel. S’interrogeant sur la délimitation du champ de recherches en histoire globale, et sur une éventuelle spécificité allemande de l’histoire globale, Matthias Middell apporte des réflexions utiles en vue de la poursuite du développement de l’histoire globale en Allemagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les nombreuses tentatives pour définir l’histoire globale, cf. Margarete Grandner, Dietmar Ro (...)

1Autrefois, les historiens qui s’intéressaient à l’histoire mondiale étaient facilement identifiables. Dans les catalogues des grandes bibliothèques, ils se distinguaient des autres auteurs par leurs écrits et ouvrages en plusieurs volumes dont les titres exprimaient au premier coup d’œil l’ambition de livrer une histoire exhaustive de notre monde. Naturellement, ils ont aussi fait de la recherche et écrit sur d’autres sujets. Mais pour l’illustre cercle des auteurs d’histoire mondiale, seuls les écrits sur l’histoire de l’humanité, les traités de philosophie de l’histoire ou les exposés destinés à un public plus large édités par les directeurs de publication des grandes maisons d’édition étaient dignes de figurer dans la liste des ouvrages d’histoire globale. Ce paysage a considérablement changé depuis plusieurs années, car la catégorie histoire mondiale (ou globale) ne désigne plus uniquement un genre d’écriture, mais plutôt un champ de recherches. Ceci soulève cependant des interrogations quant à la différenciation à l’intérieur de l’histoire : un récit de la guerre de Sept Ans (qui a duré de 1756 à 1763 au moins), dont le théâtre n’a pas été restreint à l’Europe, mais s’est étendu également à l’Amérique du Nord et au sous-continent indien, peut-il être déjà considéré comme une contribution à l’histoire globale ? Une étude sur les multiples importations de produits chinois vers l’Europe aux xviie et xviiie siècles, mise en perspective avec la circulation des métaux précieux entre les Amériques, l’Asie et l’Europe, métaux précieux avec lesquels ce commerce a été financé, nous amène-t-elle à une nouvelle histoire globale ? La plupart répondront par l’affirmative à ces questions et ne contesteront pas le fait que, pour contribuer efficacement à ces domaines de recherche, il faut d’abord posséder une expertise spécialisée dans des domaines jadis radicalement séparés : l’histoire culturelle de la porcelaine et de la soie dans les cours princières européennes, l’histoire économique et sociale de la production d’argent, l’étude de la navigation sur les vastes océans, et bien plus encore. Ce qui fait des auteurs de ces études des global historians, ce n’est évidemment pas seulement leur connaissance des pays lointains et de leurs interdépendances, mais le fait de poser des questions qui ne relèvent pas seulement de leur statut d’experts en exotisme, mais d’apporter une contribution au problème non encore résolu de savoir jusqu’où faire remonter la mondialisation actuelle que nous scrutons si attentivement, et ce que nous pouvons faire d’une telle tradition1.

  • 2 Comme exemple de scénario de crise en vogue parmi les experts en sciences politiques : Nicolas Buss (...)

2L’(auto)description comme « historien global » suscite toutefois encore des sentiments mitigés. L’histoire globale a certes gagné une place éminente parmi les savoirs dans une grande partie du monde au cours des deux dernières décennies. Les historiens, dont on est en droit d’attendre qu’ils rendent compte de manière convaincante des phases précoces de la mondialisation, font l’objet d’une attention flatteuse dans de nombreux milieux : dans les médias, qui sont à la recherche de nouveaux regards sur l’histoire ; dans les sciences sociales, qui ne sont finalement pas aussi sûres du « discourse of newness », par lequel elles prétendent décrire un tout nouvel état de notre monde. Cet intérêt se retrouve également au sein des mouvements politiques et sociaux qui sont en demande de stratégies de légitimation historiques, partant du principe que leurs buts doivent concorder avec le nouvel ordre mondial vers lequel ils tendent (post-colonial, posteurocentrique, voire multipolaire), dépassant la longue suprématie de l’Occident2. Sans parler de ces institutions internationales (citons, par exemple, l’UNESCO ou d’autres organes des Nations unies) qui se considèrent comme les continuatrices d’une gouvernance globale en développement et voient de ce fait dans l’histoire globale une alliée naturelle dans leur combat contre les égoïsmes nationaux et les nombreux conflits générés par les rivalités entre les puissances. Ce n’est pas un hasard si dans ce contexte sont nées partout dans le monde de nombreuses initiatives pour élargir les cours d’histoire par l’étude de l’histoire globale.

  • 3 Pour plus d’explications sur ce courant, voir les publications au cours des cinq dernières années d (...)

3Cet intérêt grandissant n’a cependant pas encore balayé toutes les vieilles réticences envers l’histoire mondiale. Il est fait à ce courant de pensée deux reproches, qui sont on ne peut plus opposés, et qui ont la vie dure. D’un côté, les historiens faisant de l’histoire globale sont accusés de ne faire leurs propres recherches sur les sources et de se contenter d’exploiter des travaux de seconde main dont ils ne peuvent évaluer que partiellement la qualité, étant donné qu’ils ne maîtrisent pas toutes les langues utilisées dans les domaines qu’ils étudient. De plus, il leur manquerait de longues années de travail en archives sur un espace précis. En bref, l’histoire globale se ferait toujours en malmenant les règles de la science historique et pourrait à long terme contribuer à l’érosion de ces règles historiographiques. Le reproche n’est pas nouveau. C’est un argument qui fut mis en avant dès le début du xxe siècle et qui servit à la défense de l’histoire nationale et plus tard aux experts des différentes aires culturelles. Cependant, ce reproche est de moins en moins justifié, comme le montre un regard sur des études les plus récentes en histoire globale. En effet, ce ne sont plus uniquement les vues d’ensemble sur l’histoire de l’humanité qui dominent cette production, et les travaux sont de plus en plus professionnels et exigeants du point de vue des méthodes utilisées3. Des objets de recherche en apparence « minces » (si l’on peut considérer comme tels les réseaux d’une ville comme Manille à l’aube des temps modernes) contraignent à entreprendre des recherches approfondies en archives, quand bien même ces archives sont dispersées à travers le monde. Mais c’est le cas aussi lorsque l’on veut écrire l’histoire d’une principauté du Saint-Empire romain germanique qui a entretenu des liens avec Saint-Pétersbourg ou Paris. Il est indéniable que chaque auteur d’histoire globale se trouve un jour ou l’autre limité par ses compétences linguistiques. Mais à l’encontre de cela, on peut dire que le plurilinguisme des historiens (formidable, si on le compare aux compétences linguistiques de la génération précédente des historiens des cadres nationaux) n’est qu’un apport marginal. Toutefois, on peut espérer que le nombre des rencontres internationales et des coopérations va augmenter et permettre des études neuves bénéficiant de la mise en commun des compétences de chercheurs de différents pays.

  • 4 Benedikt Stuchtey/Eckhardt Fuchs (dir.), Writing World History 1800-2000, Oxford, 2003 ; Patrick Ma (...)
  • 5 Reinhard Wendt, Vom Kolonialismus zur Globalisierung. Europa und die Welt seit 1500, Paderborn, 200 (...)
  • 6 Folker Reichert, Erfahrung der Welt. Reisen und Kulturbegegnung im späten Mittelalter, Stuttgart, 2 (...)
  • 7 Charles Bright, Michael Geyer, « Globalgeschichte und die Einheit der Welt. Weltgeschichte als Glob (...)
  • 8 Proposition de concept de Christopher A. Bayly, The Birth of the Modern World, Malden, 2004, p. 42, (...)
  • 9 Jürgen Osterhammel, Niels P. Petersson, Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epoch (...)
  • 10 Les livres suivants décrivent le cours des civilisations depuis les premières civilisations jusqu’a (...)

4L’autre reproche que l’on fait à l’histoire globale vient en apparence d’une tout autre direction : on la soupçonne de visées hégémoniques et de tendre à rendre obsolètes les autres courants de recherches historiques. Peut-être ceci traduit-il un manque de confiance en soi de la part de ceux qui ne veulent pas être pris pour des auteurs d’histoire globale. Toutefois, il semble y avoir à ce sujet un malentendu à propos de la relation entre les explications macro et les analyses micro. Le fait de viser des explications sur les interactions transnationales ou même globales entre les sociétés plutôt que le développement inhérent à une société jouit d’un prestige grandissant4,mais cela ne signifie pas pour autant qu’une « globalisation » secrète et métaphysique remplace le travail scrupuleux de l’historien qui, chaque fois que c’est possible, tente de reconstituer une relation plausible de cause à effet pour chacun des phénomènes étudiés. Les global historians ne sont pas non plus, comme on le lit parfois, obsédés par l’histoire contemporaine. Les travaux d’histoire globale sur les premiers temps modernes5et les efforts pour éclairer les interconnexions mondiales au Moyen Âge6 prouvent le contraire. Toutefois, savoir s’il y a des différences fondamentales entre l’interdépendance mondiale des temps anciens et celle de l’époque qui débute au xixe siècle est une question qui fait débat. Certains répondent dans le sens d’une rupture qualitative7 tandis que d’autres tendent plutôt à rechercher une continuité entre la « mondialisation archaïque », la protoglobalisation8 et les processus transnationaux actuels9. Ces historiens ont du coup tendance à considérer la globalisation comme un processus historique linéaire d’épanouissement de connexions plus ou moins déjà établies10.

  • 11 Pour une évaluation statistique des initiatives, voir le forum en ligne « geschichte.transnational  (...)
  • 12 Dominic Sachsenmaier, Global perspectives on global history. Theories and approaches in a connected (...)

5Au-delà de ces divergences d’analyse, qui traduisent aussi une différence d’affinité avec les sciences sociales voisines, c’est-à-dire, au sens étroit, les champs traditionnels de l’histoire, demeure un évident paradoxe. D’un côté, le nombre de ceux qui participent à des projets de publications, des collections d’ouvrages, à des congrès, des revues et des projets d’études en histoire globale n’a fait qu’augmenter au cours de ces dernières années11 ; d’un autre côté,le nombre de ceux qui se présentent eux-mêmes comme des auteurs d’histoire globale au sens propre est au contraire minime. On peut chercher une explication à ce paradoxe dans le fait que la définition de l’histoire globale n’est pas complètement claire : l’histoire globale est-elle une nouvelle sous-discipline de la science historique qui cherche plus ou moins à égaler d’autres courants comme l’histoire économique, sociale, politique ou culturelle ou bien s’agit-il d’une perspective globale qui peut regrouper tous ces champs ? L’enjeu n’est pas uniquement la dimension théorique de la définition de l’histoire globale. En fait, trancher entre ces deux positions pose la question de l’institutionnalisation de l’histoire globale en tant que discipline propre, institutionnalisation qui reste bien en retard par rapport aux activités de recherche. Comme l’a montré Dominic Sachsenmaier dans son étude comparative des développements de l’histoire globale aux États-Unis, en Chine et en Allemagne, le nombre de chaires et d’institutions qui sont consacrées à l’histoire au-delà des frontières européennes et qui développent une approche explicite d’histoire globale est encore faible en Europe12. Mais cette analyse ne rend pas compte du nombre réel de projets d’étude qui sont surtout montés par de jeunes historiens. Il faut tenir compte du fait qu’en Allemagne, de plus en plus des projets sont financés par des agences d’État comme, par exemple, la Deutsche Forschungsgemeinschaft [institution qui a pour mission de promouvoir la recherche scientifique en Allemagne] ou des fondations privées, et non plus directement par les universités. Les projets sont hébergés pour deux à trois ans par des institutions universitaires, mais sans suite quant aux créations de chaires. Aux États-Unis en revanche, il existe un nouveau cadre pour la science historique, doté d’un système de financement qui rend obligatoire la création de nouveaux postes d’assistants, de professeurs associés ou de professeurs titulaires.

  • 13 Voir, à ce propos, plus d’exemples dans le volume de Matthias Middell, Lluis Roura y Aulinas (dir.) (...)
  • 14 Une discussion sur le sujet de savoir quelle voie peut surgir de ce conservatisme structurel a trou (...)

6Mais même si l’on prend en compte ces différences, il faut admettre que le système scientifique allemand se caractérise par une force d’inertie structurelle qui remonte au début du processus de professionnalisation et d’institutionnalisation de l’histoire contemporaine à la fin du xixe siècle : on a alors cherché à exclure de l’enseignement de l’histoire l’étude des sociétés extraeuropéennes et l’histoire mondiale, assimilant celles-ci à l’ethnologie et à l’étude des aires culturelles13.Cette décision a eu des conséquences à long terme non seulement dans le domaine de l’enseignement et de la recherche à l’université, mais aussi dans les programmes scolaires pour lesquels la formation des futurs professeurs d’histoire de l’enseignement secondaire dans les instituts d’histoire joue un rôle crucial de gardien du temple14.

  • 15 Voir le site Internet du réseau européen, European Network in Universal and Global History : www.en (...)
  • 16 www. http://geschichte-transnational.clio-online.net/
  • 17 http://www.historians.org/perspectives/issues/2010/1009/1009new6.cfm
  • 18 Comme exemple des résultats de deux groupes de recherches sur l’histoire globale, dans lesquels des (...)
  • 19 D’autres recherches en sciences humaines et sociales : Ulf Engel, Matthias Middell, « Beobachtungen (...)

7Le propos n’est toutefois pas ici de comparer le développement de cette historiographie en Allemagne avec celui qu’il a aux États-Unis, mais plutôt dans d’autres pays européens ; cela ne concerne pas seulement l’ouverture des thématiques et des méthodologies des projets de recherche, mais aussi le fait que l’historiographie allemande, grâce à des moyens de recherche mieux financés, est à l’origine de très nombreuses initiatives, qui ne sont pas restées sans effet sur le reste du continent. Les congrès européens d’histoire globale, organisés depuis 2005 (le dernier ayant eu lieu à Londres en 2011 et le prochain étant prévu à Paris en 2014), ont eu leur origine dans la volonté de remplacer les petites organisations nationales par une fédération européenne d’histoire globale15.La revue Comparativ, qui paraît depuis 1991 à Leipzig, le Journal of World History, à Hawaï et Itinerario à Leiden comptent au nombre des premiers organes de ce nouveau courant, rejoints par la Zeitschrift für Weltgeschichte (Hanovre depuis 2000) et le Journal of Global History (Londres depuis 2006). Le forum en ligne fondé en 2004 sur Internet geschichte.transnational, entreprise conjointe du Global and European Studies Institute ou GESI [Institut des études européennes et globales] de l’université de Leipzig et de l’UMR 8547 Transferts culturels du CNRS à Paris ont réuni leurs efforts pour mettre en place un réseau européen en organisant des manifestations, des débats autour d’ouvrages et des forums de discussions16.Le deuxième congrès du réseau européen d’histoire globale et universelle (ENIUGH) qui s’est tenu à Dresde en 2008 fut aussi le moment fondateur d’une représentation propre des global historians (à laquelle ils aspiraient depuis longtemps) au Comité international des sciences historiques. En 2000 à Oslo, une requête dans ce sens, faite alors par l’association américaine, World History Association, avait été rejetée car le projet avait été regardé avec suspicion comme outil de l’hégémonie de l’historiographie nord-américaine. En 2010 à Amsterdam, soit deux congrès plus tard, la même requête fut présentée et plus rien ne s’y opposait vu que celle-ci était portée par de nombreuses associations régionales [d’histoire globale], parmi lesquelles, en plus des associations américaines et européennes, se trouvaient aussi une organisation asiatique et deux projets fondateurs, l’un en Afrique et l’autre en Amérique latine. L’histoire globale était ainsi devenue sans aucun doute un courant historiographique mondial17. Ces dernières années, cela a permis à de la recherche allemande de mettre en place un nombre important de centres de recherches temporaires18 et de programmes de formations doctorales, qui convergent sur les thématiques de la mondialisation et de l’histoire globale, qui, par l’invitation de professeurs étrangers et l’accueil de doctorants étrangers, contribuent à une visible internationalisation19.

  • 20 Il est impossible de dresser un inventaire de toutes les tendances dans une présentation aussi cour (...)

8L’histoire globale en Allemagne présente aussi un tableau mitigé : à côté du surgissement de thèmes de recherche neufs, d’un débat méthodologique intense et de nombreuses initiatives internationales, on a aussi une situation qui évolue peu dans les structures universitaires traditionnelles et un déficit durable des perspectives d’histoire globale dans les enseignements scolaires20.Intéressons-nous maintenant de plus près à ces différentes facettes.

L’écriture allemande de l’histoire globale ou des avantages d’une pratique transnationale

9Pour faire une synthèse de la situation de l’écriture de l’histoire mondiale/globale en Allemagne, il faut d’abord se poser la question, étonnante seulement au premier abord, de l’existence à l’heure actuelle une manière spécifiquement allemande de décrire et étudier l’histoire de la mondialisation et des connexions transcontinentales.

  • 21 Jürgen Osterhammel, « Global History in a National Context : The Case of Germany », in Peer Vries ( (...)
  • 22 Jürgen Osterhammel, « Außereuropäische Geschichte. Eine historische Problemskizze », in Geschichte (...)

10Depuis quelques années, Jürgen Osterhammel, spécialiste de la Chine et l’un des plus éminents représentants d’une histoire orientée vers le global, explique les choses très clairement : « certains des meilleurs travaux réalisés par des historiens allemands sont à présent publiés en anglais et il est difficile, voire futile, d’y chercher des traces de “germanité”. Un nombre important de ces historiens, et en particulier parmi ceux de la jeune génération, ont migré vers les universités des États-Unis, du Royaume-Uni ou du Japon ou encore vers des institutions cosmopolites étrangères comme l’Institut universitaire européen de Florence. Ils apportent avec eux leur formation allemande sans avoir conscience de transplanter une tradition germanique »21. Il y a plusieurs raisons à cette forte présence des historiens allemands sur le marché académique étranger. En plus de la « surproduction » de doctorants hautement qualifiés, il existe surtout une incertitude professionnelle après la thèse, à laquelle nombre de ces futurs professionnels remédient en cherchant du travail à l’étranger. La comparaison entre le salaire et la charge de travail de l’enseignant à l’étranger fait que souvent celui-ci préfère ne pas rentrer en Allemagne. Au final, il y a plus de chercheurs d’origine allemande qui s’installent dans les pays d’Europe de l’Ouest et aux États-Unis que de chercheurs étrangers occupant des postes dans les universités allemandes. Mais cette migration d’enseignants et de chercheurs ne coupe pas pour autant les relations avec l’Allemagne, car, au contraire, de nombreux projets scientifiques transnationaux peuvent être menés en collaboration avec d’anciens collègues ayant émigré à l’étranger. Les expériences riches et variées des jeunes historiens allemands à l’étranger, qui conduisent seulement une petite partie d’entre eux à quitter définitivement le système universitaire allemand, leur donne un avantage comparatif par rapport aux candidats étrangers en quête de postes ou de bourses, si bien que le choix s’impose à eux de thèmes qui supposent une connaissance de l’historiographie et des archives étrangères. La pratique d’une histoire transnationale ou globale se développe donc en même temps qu’une pratique transnationale acquise pendant la formation. Cela est particulièrement vrai pour ceux des historiens qui n’ont suivi qu’une partie de leur cursus dans les instituts classiques, mais, comme historiens de l’Afrique, du Proche-Orient, de l’Inde, de la Chine, du Japon ou de l’Amérique latine, ont pratiqué les études des ères culturelles. Pour ce groupe dont provient la majorité des global historians de la génération intermédiaire, faire un long séjour dans la région qui est l’objet de la recherche est une évidence. En plus, on se trouve confronté à la forte domination de la recherche anglo-saxonne et à l’organisation de l’histoire globale qu’elle impose depuis les années 1990 aux États-Unisen termes d’aires culturelles22. À côté de cette réflexion permanente sur les cadres différents des savoirs sur les connexions locales ou régionales des historiographies allemande et nord-américaine, entre en jeu les différences concernant les enjeux post-coloniaux comme stimulant de l’intérêt supplémentaire pour l’histoire globale. Tandis que quelques chaires de professeurs d’histoire extraeuropéenne font partie des instituts d’histoire, elles dépendent dans d’autres universités d’instituts autonomes d’étude des aires culturelles, où ils côtoient des enseignements comme l’ethnographie, les sciences culturelles et sociales et parfois même les sciences économiques ou les sciences politiques. Une situation en partie comparable existe aussi pour les historiens qui travaillent sur l’Europe centrale et l’Europe de l’Est. Ce domaine est rarement présent dans les instituts d’histoire, il est pourtant confronté au même défi structurel de mise en œuvre d’une pratique transnationale (archives et recherches de terrain, cadres de référence transnationaux pour obtenir une recherche de qualité).

11Pour une série de raisons structurelles, la plupart des global historians actifs aujourd’hui en Allemagne se sont formés dans un environnement transnational, ont souvent passé plusieurs années à l’étranger et font beaucoup d’efforts aujourd’hui pour implanter dans leurs universités des structures durables comme des cursus et des centres de recherches en histoire globale. On peut dire sans se tromper que, pour ces historiens, c’est plus le contexte transnational que le contexte allemand qui a été déterminant, et que cette expérience se traduit maintenant en retour par un élargissement du système scientifique allemand.

  • 23 Voir Matthias Middell, Weltgeschichtsschreibung im Zeitalter der Verfachlichung und Professionalisi (...)
  • 24 www.uni-leipzig.de/emgs
  • 25 www.uni-leipzig.de/cas
  • 26 http://shss.jacobs-university.de/shss/mgh
  • 27 http://www.geschkult.fu-berlin.de/e/fmi/arbeitsbereiche/ab_conrad/MA_Global_History/index.html
  • 28 Dans le cadre de l’espace de langue allemande, il faut évoquer le master « Globalgeschichte und Glo (...)

12L’université de Leipzig représente une exception car, dès le début du xxe siècle, un institut d’histoire culturelle et universelle y a vu le jour sous l’égide de Karl Lamprecht, institut que ses successeurs ont tenté de consolider chacun à leur manière, sous la République de Weimar, comme sous le régime nazi, ou par la politique scientifique de l’ex-RDA23. Cette tradition fut menacée de disparition après 1989. Cependant, cet institut a pu continuer à exister en créant une filière qui prépare au diplôme European Master Global Studies24, une formation doctorale associée, en transformant les instituts d’histoire extraeuropéenne en un centre d’étude des aires culturelles25. On a créé les conditions institutionnelles d’un ancrage solide de l’histoire globale dans un programme interdisciplinaire de recherche et d’enseignement. De plus, d’autres universités allemandes comme celles de Brême26 ou l’université libre de Berlin, la Humboldt, viennent de se doter de filières de master27 qui témoignent de l’essor de l’histoire globale dans la recherche et dans l’enseignement universitaire28.

Thèmes et débats

13D’un côté, on peut affirmer que tous les historiens qui se définissent aujourd’hui en Allemagne comme des historiens du global se caractérisent avant tout par une carrière professionnelle transnationale, de l’autre côté, il y a des débats dont les dynamiques ont abouti à des affirmations spécifiques.

14Comme déjà expliqué plus haut, la discipline de l’histoire globale en Allemagne a été nourrie en grande partie par l’expérience d’historiens qui s’intéressaient aux aires culturelles. Depuis le milieu des années 1980, un groupe d’historiens travaillant sur les sociétés dites extraeuropéennes s’est constitué autour de l’Heidelbergeois, Dietmar Rothermund, spécialiste des Indes, et du Viennois, Peter Feldbauer, spécialiste du monde méditerranéen et de l’Asie, autour des journées d’histoire qui se tiennent tous les deux ans en Allemagne de l’Ouest, favorisant le rapprochement de leurs recherches. Ce réseau ouvert peut être considéré comme l’origine de la coopération bien établie aujourd’hui parmi les historiens qui travaillent sur l’Afrique, l’Asie et les deux Amériques29. Ce cercle a donné naissance depuis à de grands centres de recherches, comme celui qui s’inscrit dans l’initiative d’excellence lancée par le gouvernement fédéral, le pôle « Asia and Europe in a global context » [études sur les relations entre l’Asie et l’Europe dans le contexte de la globalisation], qui est associé à un master en Transcultural Studies [master d’études transculturelles]30, ou comme encore le programme international de sciences humaines « Arbeit und Lebenslauf in globalgeschichtlicher Perspektive » [travail et parcours de vie dans le contexte de l’histoire globale] sous la direction de l’historien Andreas Eckert, spécialiste de l’Afrique à l’université Humboldt de Berlin31.Dans une certaine mesure, on peut aussi inclure dans ces initiatives l’axe Asie-Europe de l’université ETH de Zurich, dans la réalisation duquel Harald Fischer-Tiné, élève de Rothermund et spécialiste de l’Inde, a joué un rôle très important32.Dans l’optique du renforcement des liens entre les recherches et les cours sur les différentes aires culturelles, l’université d’Erfurt a créé la « Platform Weltregionen und Interaktionen » [plateforme des aires culturelles et interactions] qui développe une approche transversale et interdisciplinaire des enseignements33.Dans cette optique, Jürgen Martschukat tente, par exemple, d’analyser l’interdépendance des mouvements d’émancipation des Noirs en Amérique du Nord et aux Antilles entre les xviiie et xxe siècles et il a mené une comparaison entre la peine de mort aux États-Unis et en Europe34. Suivant une tradition ancienne, l’université de Cologne s’intéresse aux comparaisons entre Amérique du Nord et Amérique du Sud35, et notamment à l’histoire de l’esclavage et à la structure de la société issue de l’économie des plantations36. À Berlin, avec le groupe de recherches Actors of Globalization [les acteurs de la mondialisation], l’expertise des spécialistes des différentes régions extraeuropéennes entre 1860 et 1930 s’est rapprochée et s’interroge sur la dynamique des échanges culturels et la logique des interactions mondiales37.

  • 38 Jerry Z. Bentley, Old World Encounters : Cross-Cultural Contacts and Exchanges in Pre-Modern Times, (...)
  • 39 Cet essai théorique servit de base à l’élaboration de divers matériaux : Jürgen Osterhammel, Niels (...)
  • 40 Jürgen Osterhammel, Die Entzauberung Asiens. Europa und die asiatischen Reiche im 18. Jahrhundert, (...)
  • 41 Voir cependant le dernier projet achevé par Roland Wenzlhuemer (Heidelberg) :«Transforming Global S (...)
  • 42 Jürgen Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, München, 2009.
  • 43 Adam McKeown, « Periodizing Globalization », in : History Workshop Journal 63 (2007), C. 1, p. 218- (...)
  • 44 Cela constitue la thèse centrale de : Michael Geyer/Charles Bright, « World History in a Global Age (...)
  • 45 Sebastian Conrad, Globalisierung und Nation im deutschen Kaiserreich, München, 2006.
  • 46 Ulf Engel/Matthias Middell, « Bruchzonen der Globalisierung, globale Krisen und Territorialitätsreg (...)

15Il est clair que tout ceci ne représente qu’une petite part de la production très diversifiée des historiens travaillant sur les civilisations extraeuropéennes, mais on voit se dessiner des choix fondamentaux : tandis que certains de ces centres de recherches prennent en considération dans leurs analyses les échanges culturels entre les xve et xviiie siècles (notamment entre l’Asie et l’Europe et dans le cadre de la traite des esclaves), l’intérêt se concentre en général surtout sur le xixe siècle et le début du xxe siècle. Les thèmes de prédilection consistent dans l’étude d’échanges culturels ou de la transculturalité – sans aucun doute en réaction contre la perspective longtemps dominante regardant seulement de l’Europe vers le reste du monde. L’histoire globale consiste donc surtout dans la reconstitution des liens anciens de l’Europe, ou plutôt de l’Occident, avec ce qui était vu auparavant seulement comme des colonies et des régions arriérées en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud et centrale et dans l’étude de la constitution mutuelle de l’Europe et des territoires extraeuropéens. L’orientation de la recherche vers les « cultural encounters » [échanges culturels] et l’historiographie interculturelle, qui ont grand essor aux États-Unis dans les années 1990, est indéniable38.Cette orientation a contribué, en Allemagne, de manière cruciale à faire sortir les études sur les aires culturelles de leur position marginale et de leur isolement, le lien s’étant fait avec la thématique de la mondialisation qui est maintenant au centre des enseignements en sciences économiques et sociales. À la différence des États-Unis, il y a cependant eu peu de débats jusqu’à présent en Allemagne à propos des formes de ces études des aires culturelles. Un certain nombre des études sur ces aires culturelles ne se portent plus aujourd’hui sur des relations bilatérales avec l’Europe, mais sont plutôt des études comparatives au sein des espaces régionaux. Les résultats de ces études de cas s’inscrit dans le cadre conceptuel peu rigoureux des réseaux mondiaux, qui se sont formés au cours des siècles, mais dont la densité n’a évidemment pas augmenté linéairement39. Une orientation, du type de celle qu’a prise l’école californienne et, en particulier, Kenneth Pomeranz avec son livre La grande divergence, qui met fondamentalement en doute l’hypothèse d’une dynamique de développement supérieure de l’Europe par rapport à de la Chine avant 1800, n’est pas encore développée en Allemagne. Pourtant Jürgen Osterhammel, le spécialiste de la Chine et sans aucun doute le précurseur qui a inspiré beaucoup d’études sur ce sujet, a déjà décrit en 1998, dans un brillant essai, la baisse de l’intérêt des Chinois pour les Européens au cours du xviiie siècle40.L’accent mis sur les aspects culturels de ces interactions ne masque certes pas les liens entre l’inégalité économique, la question des technologies41 et le rôle de l’organisation des savoirs, mais ils sont souvent considérés comme subordonnés, si bien que la portée globale des études empiriques ne rejoint pas nécessairement les thèses historiques globales. Ainsi, le grand livre de Jürgen Osterhammel sur le monde au xixe siècle reste un ensemble d’explications partielles, un récit qui ne suit qu’un seul fil conducteur42. Le titre du livre renvoie déjà à l’hypothèse implicite que le monde a connu sa première globalisation au cours du long xixe siècle. En conséquence, les différentes parties du monde qui sont caractérisées par des échanges intenses, mais non constitutifs, connaissent des rythmes d’évolution différents. C’est seulement la création des marchés mondiaux et leurs interconnexions à travers les bourses et l’émergence de plusieurs systèmes de migration mondiaux43 qui dessinèrent une nouvelle réalité, et ce nouveau cadre de l’action politique conduisit dans plusieurs régions du monde à de graves crises sous la forme de guerres ou de révolutions44. En conséquence, les nouvelles élites, dont le sort se trouva lié à ces bouleversements, cherchèrent de nouvelles formes d’intervention politique et l’État-nation s’avéra, tout au moins dans certaines parties du monde, la forme privilégiée pour dompter ces flux mondiaux45. Il s’avère qu’en observant de plus près le xixe siècle (comme du reste notre présent immédiat), on s’aperçoit que les enjeux de la bourgeoisie montante n’étaient pas tant de tisser un réseau mondial de plus en plus dense de circulation des marchandises, capitaux, idées et talents, mais plutôt de contrôler ces flux pour toujours plus de profits. C’est pour cela que se disputèrent les partisans du libre-échange et les protectionnistes, c’est pour cela que l’augmentation des capacités et des vitesses de transport allèrent de pair avec une augmentation des contrôles intérieurs (y compris l’établissement de lois toujours plus rigoureuses sur la nationalité qui ont rendu obligatoire la présentation de papiers d’identité sur le territoire.) Une histoire de l’interaction culturelle croissante va de pair avec une histoire de l’ensemble des flux et des contrôles en crise46.

  • 47 Hans Pohl, Aufbruch zur Weltwirtschaft, 1840-1914. Geschichte der Weltwirtschaft von der Mitte des (...)
  • 48 Sebastian Conrad/Jürgen Osterhammel (dir.), Das Kaiserreich transnational. Deutschland in der Welt (...)
  • 49 Boris Barth, Jürgen Osterhammel, Zivilisierungsmissionen. Imperiale Weltverbesserung seit dem 18. J (...)
  • 50 Larissa Förster, Postkoloniale Erinnerungslandschaften. Wie Deutsche und Herero in Namibia des Krie (...)
  • 51 Susanne Kuß, Deutsches Militär auf kolonialen Kriegsschauplätzen. Eskalation von Gewalt zu Beginn d (...)
  • 52 Jürgen Zimmerer, « Nationalsozialismus postkolonial. Plädoyer zur Globalisierung der deutschen Gewa (...)

16Les deux premiers tiers du xixe siècle qui voient ce processus émerger ont beaucoup moins attiré l’intérêt des global historians allemands que les années du régime impérial47.Cela se comprend, si on a en tête que ce n’est qu’à partir des années 1870 qu’un rôle plus important dans la politique mondiale est devenu possible, qui maintenant est éclairé dans une perspective transnationale48. Ces dernières années, beaucoup de recherches sur la politique coloniale des années Bismarck à la Première Guerre mondiale ont été entreprises, en partie grâce aux approches extraeuropéennes qui ont apporté plus de pragmatisme et de diversité dans les interprétations49. La question du passé colonial de l’Allemagne, malgré la courte période des conquêtes de territoires, est restée très sensible jusqu’à aujourd’hui, comme le prouvent clairement les revendications pour la reconnaissance et les réparations faites par les descendants des Héréros50 qui ouvrirent un champ de recherches sur les exactions pratiquées dans les colonies51. Une importante controverse se déploya cependant jusqu’à poser la question de savoir s’il était opportun de lier le nouvel intérêt pour les perspectives postcoloniales au point fort mis classiquement en avant par l’histoire politique allemande de l’histoire après la Seconde Guerre mondiale, l’Holocauste52.

  • 53 Martin H. Geyer, Johannes Paulmann (dir.), The mechanics of internationalism. Culture, society, and (...)
  • 54 Iris Borowy (dir.), Uneasy encounters. The politics of medicine and health in China, 1900-1937, Fra (...)
  • 55 Jörg Baberowsky, Der rote Terror. Die Geschichte des Stalinismus, München, 2004 ; idem, Verbrannte (...)
  • 56 Bernd Greiner, Christian Th. Müller/Dierk Walter (dir.), Heiße Kriege im Kalten Krieg, Hamburg, 200 (...)
  • 57 Pour une vue d’ensemble, voir Hans-Heinrich Nolte, Weltgeschichte des 20. Jahrhunderts, Wien, 2009.
  • 58 Sebastian Conrad, Shalini Randeria (dir.), Jenseits des Eurozentrismus. Postkoloniale Perspektiven (...)

17Dans l’histoire du xxe siècle, c’est avant tout la création des organisations internationales qui a éveillé l’attention et qui a profité du fait que l’eurocentrisme, longtemps dominant, se délitait peu à peu sous la pression des recherches sur l’action des puissances extra-européennes53. Parmi ces recherches, on peut citer ici en particulier la politique de santé publique, la propriété intellectuelle et l’écologie54. Les recherches importantes effectuées sur la période stalinienne55 et sur la guerre froide56 ont donné une nouvelle dimension au xxe siècle57. Toutes montrent l’importance des études extraeuropéennes pour renouveler les perspectives de l’histoire contemporaine. La plupart des auteurs ont une expérience de recherches sur les sociétés extraeuropéennes et s’ouvrent à l’histoire globale. Le basculement du paradigme des études régionales vers celui d’une histoire globale inspirée en majeure partie par l’axe postcolonial58, ancré dans l’analyse des sociétés extra-européennes, s’est déjà libéré des controverses et exprime le besoin croissant de la société allemande de savoirs sur les interdépendances mondiales.

  • 59 Sur ce point critique, cf. Michel Espagne, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle (...)
  • 60 Heinz-Gerhard Haupt, Jürgen Kocka, Édit., Geschichte und Vergleich. Ansätze und Ergebnisse internat (...)
  • 61 Matthias Middell, « Europäische Geschichte oder global history – master narratives oder Fragmentier (...)

18Beaucoup plus controversé a été le débat sur l’adoption de méthodes de recherches appropriées. Le travail sur l’histoire des sociétés dans les années 1970 et 1980 était axé principalement sur des procédés de comparaison qui, en référence à Max Weber, cherchaient à élaborer des idéauxtypes et en faisaient des critères de la recherche historique. Max Weber arriva à ces résultats en effectuant des enquêtes sur les causes d’un présumé Sonderweg [la voie particulière], qui était censé expliquer le désastre du régime nazi et le massacre des juifs en Europe. Il n’est pas question ici de revenir sur ce débat. Fondamentalement, l’intérêt grandissant pour l’histoire globale a conduit à la critique de cette approche, parce qu’il invitait à chercher les causes du changement social avant tout à l’intérieur de chaque société, et par là tendait à essentialiser ces sociétés dans leur unité territoriale59. Ces critiques convergèrent en un long débat. Les historiens arrivèrent à une sorte de compromis entre comparatisme et analyse des transferts culturels60. Même si le lien entre cette discussion méthodologique et l’histoire globale n’était pas immédiatement visible, parce qu’au début les questions sur une nouvelle conception de l’histoire européenne et le fait de transcender le cadre historique national étaient au premier plan61, les suites pour l’histoire globale ont été considérables. En effet, ce débat avait ouvert le champ des possibles, relancé l’intérêt pour les transferts culturels et les interactions en histoire. L’ouverture des aires culturelles à l’histoire globale était à présent placée au centre du débat.

  • 62 Jürgen Osterhammel, Geschichtswissenschaft jenseits des Nationalstaats. Studien zu Beziehungsgeschi (...)
  • 63 Margrit Pernau, Transnationale Geschichte, Göttingen, 2011.
  • 64 Gunilla-Friederike Budde, Sebastian Conrad, Oliver Janz (dir.), Transnationale Geschichte. Themen, (...)
  • 65 Kiran Klaus Patel, Nach der Nationalfixiertheit. Perspektiven einer transnationalen Geschichte, Ber (...)

19Par ailleurs, cette réorganisation eut des implications sur l’histoire nationale. Ce n’est pas un hasard si la personne qui donna son essor à l’histoire transnationale en Allemagne fut l’un de ses protagonistes et une référence en matière d’histoire globale62. Ce n’est pas non plus un hasard si l’ouvrage très instructif de l’historienne spécialiste de l’Inde, Margrit Pernau, traite de ce même thème63. Il a été remarqué à juste titre que la finalité de l’histoire transnationale se définit comme une perspective plutôt que par une voie toute tracée64 et qui enrichit d’ailleurs l’histoire de multiples façons65. Cette perspective décentrée cherche à appréhender les événements au-delà des frontières des États-nations pour en faire des sujets de recherches historiques. De cette manière, il est clair que l’État-nation a tenté de contenir dans ses limites le changement social, de le contrôler, et qu’il n’y est jamais parvenu complètement. Il faut donc porter son attention sur les interactions entre les sociétés, mais également entre leurs représentants. Ainsi, et cela est, dans le contexte de ce petit essai, peut-être l’aspect le plus important de la conjoncture actuelle des projets d’histoire transnationale en Allemagne, il y a quantité de possibilités pour les historiens qui s’occupent principalement de l’histoire allemande ou européenne de prendre part à la discussion au sujet des déroulements historiques de la mondialisation. À cet égard, les spécialistes de l’histoire allemande et européenne devraient dans un futur proche suivre les spécialistes des aires culturelles dans leur effort pour donner forme au champ de l’histoire globale.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreuses tentatives pour définir l’histoire globale, cf. Margarete Grandner, Dietmar Rothermund et Wolfgang Schwentker (dir.), Globalisierung und Globalgeschichte, Vienne, 2005.

2 Comme exemple de scénario de crise en vogue parmi les experts en sciences politiques : Nicolas Busse, Entmachtung des Westerns. Die neue Ordnung der Welt, Berlin, 2009.

3 Pour plus d’explications sur ce courant, voir les publications au cours des cinq dernières années des historiens berlinois Sebastian Conrad, Andreas Eckert et Ulrike Freitag, Globalgeschichte (plusieurs volumes) qui centrent leurs recherches sur les relations entre différentes sociétés et régions et leur intégration historique globale depuis le xvie siècle… « Une historiographie incluant les sociétés non eurocentrées et extraeuropéennes, pour laquelle l’Europe reste une référence » (publicité de l’éditeur). En plus de la traduction d’importants travaux de l’histoire globale anglo-saxonne, c’est précisément un axe essentiel dans l’histoire du colonialisme et de l’ère postcoloniale après 1945. Voir aussi les autres ouvrages : Sebastian Conrad et al. eds., Globalgeschichte : Theorien, Ansätze, Themen, Frankfurt am Main and New York, 2007 ; Christopher A. Bayly, Die Geburt der Modernen Welt. Eine Globalgeschichte, 1780-1914, Frankfurt am Main, 2006 ; Sören Urbansky, Kolonialer Wettstreit. Russland, China, Japan und die Ostchinesische Eisenbahn, Frankfurt am Main, 2008 ; Steffi Richter (dir.), Contested Views of a Common Past. Revisions of History in Contemporary East Asia, Frankfurt am Main, 2008 ; Alexander Engel, Farben der Globalisierung. Die Entstehung moderner Märkte für Farbstoffe 1500-1900, Frankfurt-am-Main, 2009 ; Hubertus Büschel, Daniel Speich (édit.), Entwicklungswelten. Globalgeschichte der Entwicklungszusammenarbeit, Frankfurt-am-Main, 2009 ; Daniel Hedinger, Im Wettstreit mit dem Westen. Japans Zeitalter der Ausstellungen 1854-1941, Frankfurt am Main 2011 ; Nina Elsemann, Umkämpfte Erinnerungen. Die Bedeutung lateinamerikanischer Erfahrungen für die spanische Geschichtspolitik nach Franco, Frankfurt am Main, 2011 ; Christoph Kalter, Die Entdeckung der Dritten Welt. Dekolonisierung und neue radikale Linke in Frankreich, Frankfurt am Main, 2011 ; Ulrike Lindner, Koloniale Begegnungen. Deutschland und Großbritannien als Imperialmächte in Afrika 1880-1914, Frankfurt am Main, 2011 ; Nadin Heé, Imperiales Wissen und koloniale Gewalt. Japans Herrschaft in Taiwan 1895-1945, Frankfurt am Main, 2012 ; Frederick Cooper, Kolonialismus denken. Konzepte und Theorien in kritischer Perspektive, Frankfurt am Main, 2012 ; Sönke Kunkel et Christoph Meyer (dir.), Aufbruch ins postkoloniale Zeitalter. Globalisierung und die außereuropäische Welt in den 1920er und 1930er Jahren, Frankfurt am Main, 2012.

4 Benedikt Stuchtey/Eckhardt Fuchs (dir.), Writing World History 1800-2000, Oxford, 2003 ; Patrick Manning, Navigating world history. Historians create a global past, New York 2003 ; Georg G. Iggers, Q. Edward Wang, A Global History of Modern Historiography, Harlow, 2008.

5 Reinhard Wendt, Vom Kolonialismus zur Globalisierung. Europa und die Welt seit 1500, Paderborn, 2007.

6 Folker Reichert, Erfahrung der Welt. Reisen und Kulturbegegnung im späten Mittelalter, Stuttgart, 2001 ; Michael Borgolte, Christen, Juden, Muselmanen. Die Erben der Antike und der Aufstieg des Abendlandes 300 bis 1400 n. Chr., München, 2006 ; Thomas Ertl, Seide, Pfeffer und Kanonen. Globalisierung im Mittelalter, Darmstadt 2008 ; Angela Schottenhammer, Peter Feldbauer (dir.), Die Welt 1000-1250, Wien, 2009 (=Globalgeschichte. Die Welt 1000-2000, 1) ; Wolfgang Drews, « Transkulturelle Perspektiven in der mittelalterlichen Historiographie. Zur Diskussion welt- und globalgeschichtlicher Entwürfe in der aktuellen Geschichtswissenschaft », in Historische Zeitschrift 292 (2011), p. 31-59 ; Michael Borgolte, Julia Dücker, Marcel Predatsch, Paul Müllerburg, Bernd Schneidmüller (dir.), Europa im Geflecht der Welt. Mittelalterliche Migrationen in globalen Bezügen, Berlin, 2012 ; Hartmut Leppin, Bernd Schneidmüller, Stefan Weinfurter (dir.), Kaisertum im ersten Jahrtausend, Regensburg, 2012.

7 Charles Bright, Michael Geyer, « Globalgeschichte und die Einheit der Welt. Weltgeschichte als Globalgeschichte - Überlegungen zur einer Geschichte des 20. Jahrhundert », in Comparativ. Leipziger Beiträge zur Universalgeschichte und vergleichenden Gesellschaftsforschung 4 (1994), C. 5, p. 13-46.

8 Proposition de concept de Christopher A. Bayly, The Birth of the Modern World, Malden, 2004, p. 42, maintenant repris dans d’autres disciplines, Luke Martell, The Sociology of Globalization, London, 2010, p. 45.

9 Jürgen Osterhammel, Niels P. Petersson, Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epochen, München, 2003 ; Peter E Fäßler, Globalisierung. Ein historisches Kompendium, Köln, 2007.

10 Les livres suivants décrivent le cours des civilisations depuis les premières civilisations jusqu’aujourd’hui : John Robert McNeill, William Hardy McNeill, The human web. À bird‘s-eye view of world history, New York, 2003. Un genre qui obéit plutôt aux conventions qu’à des motivations conceptuelles, cette série de 6 volumes d’histoire mondiale se déroule sur une longue période : « Weltgeschichte für das 21. Jahrhundert » (http://www.wbg-weltgeschichte.de/baende) : A. Jockenhövel/W. Demel (dir.) (2009) : Grundlagen der globalen Welt. Vom Beginn bis 1200 v. Chr., Darmstadt 2009 ; G.-A. Lehmann/H. Schmidt-Glintzer/W. Demel (dir.), Antike Welten und neue Reiche. 1200 v. Chr. bis 600 n. Chr., Darmstadt 2009 ; J. Fried/E.-D. Hehl (dir.), Weltdeutungen und Weltreligionen. 600 bis 1500, Darmstadt 2010 ; W. Demel (dir.), Entdeckungen und neue Ordnungen. 1200 bis 1800, Darmstadt 2010 ; W. Demel/H.-U. Thamer (dir.), Die Entstehung der Moderne. 1700 bis 1914, Darmstadt 2010 ; H.-U. Thamer (dir.), Globalisierung. 1880 bis heute, Darmstadt 2010. De Peter Feldbauer (Wien), Bernd Hasberger (Mexiko-Stadt) et Jean-Paul Lehners (Luxemburg) : Globalgeschichte der Welt 1000-2000 (en huit volumes, édités par Magnus à Essen puis par Mandelbaum à Wien). Un postulat sur l’origine des différents rythmes de l’expansion et de la convergence des interactions mondiales : P. Feldbauer, G. Hödl, J.-P. Lehners (dir.), Rhythmen der Globalisierung. Expansion und Kontraktion zwischen dem 13. und 20. Jahrhundert, Wien 2009. Sur la sphère économique et sociale à Vienne on peut lire également : R. Sieder/E. Langthaler (dir.), Globalgeschichte 1800-2010, Wien/Köln/Weimar 2010.

11 Pour une évaluation statistique des initiatives, voir le forum en ligne « geschichte.transnational » et le livre de Matthias Middell, Katja Naumann, « Global History 2008-2010. Débats et résultats empiriques, synthèses nouvelles » dans la revue Comparativ, Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichende Gesellschaftsforschung 20 (2010), C. 6, p. 93-133.

12 Dominic Sachsenmaier, Global perspectives on global history. Theories and approaches in a connected world, Cambridge, New York, 2011.

13 Voir, à ce propos, plus d’exemples dans le volume de Matthias Middell, Lluis Roura y Aulinas (dir.), Transnational challenges to national history writing, Basingstoke 2012. Une étude détaillée sur un développement similaire en géographie : Iris Schröder, Das Wissen von der ganzen Welt. Globale Geographien und räumliche Ordnungen Afrikas und Europas 1790-1870, Paderborn, 2011.

14 Une discussion sur le sujet de savoir quelle voie peut surgir de ce conservatisme structurel a trouvé une expression ramassée dans la revue Erwägen-Wissen-Ethik 22 (2012), cahier 3.

15 Voir le site Internet du réseau européen, European Network in Universal and Global History : www.eniugh.org

16 www. http://geschichte-transnational.clio-online.net/

17 http://www.historians.org/perspectives/issues/2010/1009/1009new6.cfm

18 Comme exemple des résultats de deux groupes de recherches sur l’histoire globale, dans lesquels des historiens allemands et étrangers ont collaboré, cf. Sebastian Conrad, Dominic Sachsenmaier (dir.), Competing Visions of World Order : Global Moments and Movements, 1880s-1930s, New York and Basingstoke, 2007 ; Wolfram Drews, Jenny Rahel Oesterle (dir.), Transkulturelle Komparatistik. Beiträge zu einer Globalgeschichte der Vormoderne, Leipzig, 2008.

19 D’autres recherches en sciences humaines et sociales : Ulf Engel, Matthias Middell, « Beobachtungen zur Globalisierungs- und Transnationalisierungsforschung in Deutschland », in Rachid Ouissa, Heidrun Zinecker (dir.), Globalisierung – entgrenzte Welten versus begrenzte Identitäten, Leipzig, p. 283-318.

20 Il est impossible de dresser un inventaire de toutes les tendances dans une présentation aussi courte que celle-ci, aussi, pour des informations complémentaires, voir : Hans-Heinrich Nolte, « Zum Stand der Weltgeschichtsschreibung im deutschen Sprachraum », in : Zeitschrift für Weltgeschichte, n° 9 (2008), Cahier 2, p. 89-113 ainsi que l’essai de Jürgen Osterhammel mentionné dans la note suivante et son anthologie, publiée sous le titre Weltgeschichte, Stuttgart, 2008.

21 Jürgen Osterhammel, « Global History in a National Context : The Case of Germany », in Peer Vries (dir.), Global History (=thematic issue of Österreichische Zeitschrift für Geschichstwissenschaften 2009), Cahier 2, p. 41. Citation traduite de l’anglais par la traductrice de l’article.

22 Jürgen Osterhammel, « Außereuropäische Geschichte. Eine historische Problemskizze », in Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 46 (1995), Cahier 5, p. 253-276 ; David L. Szanton (dir.), The Politics of Knowledge : Area Studies and the Disciplines, Berkeley ; London, 2002 ; Birgit Schäbler (dir.), Area Studies und die Welt. Weltregionen und neue Globalgeschichte, Wien, 2007.

23 Voir Matthias Middell, Weltgeschichtsschreibung im Zeitalter der Verfachlichung und Professionalisierung. Das Leipziger Institut für Kultur- und Universalgeschichte 1890-1990, Leipzig, 2005, 3 tomes.

24 www.uni-leipzig.de/emgs

25 www.uni-leipzig.de/cas

26 http://shss.jacobs-university.de/shss/mgh

27 http://www.geschkult.fu-berlin.de/e/fmi/arbeitsbereiche/ab_conrad/MA_Global_History/index.html

28 Dans le cadre de l’espace de langue allemande, il faut évoquer le master « Globalgeschichte und Global Studies » de l’université de Vienne : http://www.univie.ac.at/Geschichte-Meta/Globalgeschichte/?page_id=140

29 Ce groupe s’est constitué en commission et tient régulièrement des conférences sur l’héritage historique : http://www.aussereuropa.de/

30 http://www.asia-europe.uni-heidelberg.de Pour une introduction aux thérories fondamentales du Cluster, voir Madeleine Herren, Martin Rüesch, Christiane Sibille (dir.), Transcultural history. Theories, Methods, Sources, Berlin, New York, 2012.

31 http://www2.hu-berlin.de/arbeit/das-kolleg.html Andres Eckert, Herrschen und Verwalten. Afrikanische Bürokraten, staatliche Ordnung und Politik in Tansania, 1920-1970, München 2007 ; Andres Eckert, Shalini Randeria, Vom Imperialismus zum Empire - Nicht-westliche Perspektiven auf die Globalisierung, Frankfurt am Main 2009.

32 http://www.asienundeuropa.uzh.ch/news.html Harald Fischer-Tiné (dir.), Handeln und Verhandeln. Kolonialismus, transkulturelle Prozesse und Handlungskompetenz, Münster/London/Berlin 2002 ; Harald Fischer-Tiné, Ashwini Tambe (dir.), The Limits of British Colonial Control in South Asia : Spaces of Disorder in the Indian Ocean Region, London 2008 ; idem./ Susanne Gehrmann, Empires and Boundaries. Rethinking Race, Class and Gender in Colonial Settings, New York/London 2008 ; idem. Low and Licentious Europeans’: Race, Class and White Subalternity in Colonial India, New Delhi 2009.

33 http://www.uni-erfurt.de/plattform Voir aussi : Claudia Kraft/Alf Lüdtke/Jürgen Martschukat (dir.), Kolonialgeschichten. Regionale Perspektiven auf ein globales Phänomen, Frankfurt am Main 2010.

34 Jürgen Martschukat/Austin Sarat (dir.) Is the Death Penalty Dying ? European and American Perspectives. Cambridge/New York 2011.

35 Norbert Finzsch/Michael Zeuske, « What Came after Emancipation ? A Micro-Historical Comparison between Cuba and the United States », in Marcel van der Linden (dir.), Humanitarian Intervention and Changing Labor Relations. The Long-Term Consequences of the Abolition of the Slave Trade, Leiden/Boston 2011, p. 285-318.

36 Michael Zeuske, Sklavereien, Emanzipationen und atlantische Weltgeschichte. Essays über Mikrogeschichten, Sklaven, Globalisierungen und Rassismus, Leipzig, 2002 ; Sklaven und Sklaverei in der Welt des Atlantik, 1400-1940. Umrisse, Anfänge, Vergleichsfelder und Bibliografien, Münster/Hamburg/Berlin 2006 ; « Historiography and Research Problems of Slavery and the Slave Trade in a Global-Historical Perspective », in International Review of Social History 57 (2012), Cahier 1, P. 87-111 ; Kuba im 21. Jahrhundert. Reform und Revolution auf der Insel der Extreme, Berlin, 2012.

37 http://www.geschkult.fu-berlin.de/e/fmi/forschung/kultglobe1900/index.html

38 Jerry Z. Bentley, Old World Encounters : Cross-Cultural Contacts and Exchanges in Pre-Modern Times, New York, 1993 ; « Cross-Cultural Interaction and Periodization in World History », in : American Historical Review 101 (1996), p. 749-770 ; comme livre universitaire influent sur le sujet, on peut voir aussi : Jerry Z. Bentley, Herbert F. Ziegler, Traditions and Encounters : A Global Perspective on the Past, Boston, 2000.

39 Cet essai théorique servit de base à l’élaboration de divers matériaux : Jürgen Osterhammel, Niels P. Petersson, Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epochen, München, 2003.

40 Jürgen Osterhammel, Die Entzauberung Asiens. Europa und die asiatischen Reiche im 18. Jahrhundert, München, 1998 ; avant : Britischer Imperialismus im Fernen Osten. Strukturen der Durchdringung und einheimischer Widerstand auf dem chinesischen Markt 1932-1937, Bochum 1983 ; China und die Weltgesellschaft. Vom 18. Jahrhundert bis in unsere Zeit, Munich, 1989 ; Shanghai, 30. Mai 1925 : Die Chinesische Revolution, München 1997.

41 Voir cependant le dernier projet achevé par Roland Wenzlhuemer (Heidelberg) :«Transforming Global Spaces : The Telegraph, Communication and Globalization in the Nineteenth and Early Twentieth Century ».

42 Jürgen Osterhammel, Die Verwandlung der Welt. Eine Geschichte des 19. Jahrhunderts, München, 2009.

43 Adam McKeown, « Periodizing Globalization », in : History Workshop Journal 63 (2007), C. 1, p. 218-230.

44 Cela constitue la thèse centrale de : Michael Geyer/Charles Bright, « World History in a Global Age », in American Historical Review 100 (1995), C. 4, p. 1034-1060.

45 Sebastian Conrad, Globalisierung und Nation im deutschen Kaiserreich, München, 2006.

46 Ulf Engel/Matthias Middell, « Bruchzonen der Globalisierung, globale Krisen und Territorialitätsregimes – Kategorien einer Globalgeschichtsschreibung » in Comparativ 15 (2005), C. 5-6, p. 5-38.

47 Hans Pohl, Aufbruch zur Weltwirtschaft, 1840-1914. Geschichte der Weltwirtschaft von der Mitte des 19. Jahrhunderts bis zum Ersten Weltkrieg, Stuttgart 1989 ; Wolfram Fischer, Expansion, Integration, Globalisierung. Studien zur Geschichte der Weltwirtschaft, Göttingen 1998 ; Cornelius Torp, Die Herausforderung der Globalisierung. Wirtschaft und Politik in Deutschland 1860-1914, Göttingen, 2005.

48 Sebastian Conrad/Jürgen Osterhammel (dir.), Das Kaiserreich transnational. Deutschland in der Welt 1871-1914, Göttingen 2004 ; Sven Oliver Müller et Cornelius Torp (dir.), Das deutsche Kaiserreich in der Kontroverse, Göttingen, 2009.

49 Boris Barth, Jürgen Osterhammel, Zivilisierungsmissionen. Imperiale Weltverbesserung seit dem 18. Jahrhundert, Konstanz, 2005 ; Michael Pesek, Koloniale Herrschaft in Deutsch-Ostafrika. Expeditionen, Militär und Verwaltung seit 1880, Frankfurt a.M. 2005 ; Sebastian Conrad, Deutsche Kolonialgeschichte, München 2008 ; Eckard Michels, « Der Held von Deutsch-Ostafrika ». Paul von Lettow-Vorbeck ; ein preußischer Kolonialoffizier, Paderborn 2008 ; Stefanie Michels, Schwarze deutsche Kolonialsoldaten. Mehrdeutige Repräsentationsräume und früher Kosmopolitismus in Afrika, Bielefeld, 2009 ; Michael Pesek, Das Ende eines Kolonialreiches. Ostafrika im Ersten Weltkrieg, Frankfurt am Main, 2010 ; Alain Chatriot, Dieter Gosewinkel (dir.), Koloniale Politik und Praktiken Deutschlands und Frankreichs 1880 - 1962, Stuttgart 2010 ; Winfried Baumgart/Axel T. G. Riehl/Mathias Friedel (dir.), Bismarck und der deutsche Kolonialerwerb 1883-1885. Eine Quellensammlung, Berlin, 2011 ; Michael Perraudin/Jürgen Zimmerer (dir.), German colonialism and national identity, New York, 2011 ; Tanja Bührer, Die Kaiserliche Schutztruppe für Deutsch-Ostafrika. Koloniale Sicherheitspolitik und transkulturelle Kriegführung, 1885 bis 1918, München, 2011.

50 Larissa Förster, Postkoloniale Erinnerungslandschaften. Wie Deutsche und Herero in Namibia des Kriegs von 1904 gedenken, Frankfurt am Main/New York, 2010.

51 Susanne Kuß, Deutsches Militär auf kolonialen Kriegsschauplätzen. Eskalation von Gewalt zu Beginn des 20. Jahrhunderts, Berlin, 2010.

52 Jürgen Zimmerer, « Nationalsozialismus postkolonial. Plädoyer zur Globalisierung der deutschen Gewaltgeschichte », in : Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 57 (2009), C. 6, p. 529-548 ; Von Windhuk nach Auschwitz ? Beiträge zum Verhältnis von Kolonialismus und Holocaust, Münster 2011 ; Robert Gerwarth, Stephan Malinowski, « Der Holocaust als “kolonialer Genozid” ? Europäische Kolonialgewalt und nationalsozialistischer Vernichtungskrieg », in : Geschichte und Gesellschaft 33 (2007), Cahier 4, p. 439-466.

53 Martin H. Geyer, Johannes Paulmann (dir.), The mechanics of internationalism. Culture, society, and politics from the 1840s to the First World War, London, Oxford/New York 2001 ; Madeleine Herren, Internationale Organisationen seit 1865. Eine Globalgeschichte der internationalen Ordnung, Darmstadt 2009 ; Susan Zimmermann, Grenzüberschreitungen. Internationale Netzwerke, Organisationen, Bewegungen und die Politik der globalen Ungleichheit vom 17. bis zum 21. Jahrhundert, Wien, 2010 ; Jörg Fisch, Das Selbstbestimmungsrecht der Völker. Die Domestizierung einer Illusion, München, 2010 ; Ulrich Lappenküper/Reiner Marcowitz (dir.), Macht und Recht. Völkerrecht in den internationalen Beziehungen, Paderborn/München/Wien/Zürich, 2010 ; Thomas Fischer, Die Souveränität der Schwachen. Lateinamerika und der Völkerbund, 1920-1936, Stuttgart, 2012.

54 Iris Borowy (dir.), Uneasy encounters. The politics of medicine and health in China, 1900-1937, Frankfurt am Main/New York, 2009 ; Isabella Löhr, Die Globalisierung geistiger Eigentumsrechte. Neue Strukturen internationaler Zusammenarbeit 1886 - 1952, Göttingen, 2010 ; Joachim Radkau, Die Ära der Ökologie. Eine Weltgeschichte, München 2011 ; Frank Uekötter, Am Ende der Gewissheiten. Die ökologische Frage im 21. Jahrhundert, Frankfurt-am-Main ; New York, 2011.

55 Jörg Baberowsky, Der rote Terror. Die Geschichte des Stalinismus, München, 2004 ; idem, Verbrannte Erde. Stalins Herrschaft der Gewalt, München, 2012 ; idem, Anselm Doering-Manteuffel, Ordnung durch Terror, Bonn, 2006.

56 Bernd Greiner, Christian Th. Müller/Dierk Walter (dir.), Heiße Kriege im Kalten Krieg, Hamburg, 2006 ; Bernd Greiner, Die Kuba-Krise. Die Welt an der Schwelle zum Atomkrieg, München, 2010 ; idem, 9/11. Der Tag, die Angst, die Folgen, München, 2011 ; Bernd Greiner, Tim B. Müller, Claudia Weber (dir.), Macht und Geist im Kalten Krieg, Hamburg, 2011 ; Wiebke Bachmann, Die UdSSR und der Nahe Osten. Zionismus, ägyptischer Antikolonialismus und sowjetische Außenpolitik bis 1956, München, 2011 ; Philipp Gassert/Tim Geiger/Hermann Wentker (dir.), Zweiter Kalter Krieg und Friedensbewegung. Der NATO-Doppelbeschluss in deutsch-deutscher und internationaler Perspektive, München, 2011.

57 Pour une vue d’ensemble, voir Hans-Heinrich Nolte, Weltgeschichte des 20. Jahrhunderts, Wien, 2009.

58 Sebastian Conrad, Shalini Randeria (dir.), Jenseits des Eurozentrismus. Postkoloniale Perspektiven in den Geschichts- und Kulturwissenschaften, Frankfurt am Main/New York, 2002.

59 Sur ce point critique, cf. Michel Espagne, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », in Genèses (1994), C. 17, p. 112-121.

60 Heinz-Gerhard Haupt, Jürgen Kocka, Édit., Geschichte und Vergleich. Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung, Frankfurt am Main/New York, 1996 ; Johannes Paulmann, « Internationaler Vergleich und interkultureller Transfer. Zwei Forschungsansätze zur europäischen Geschichte des 18. bis 20. Jahrhunderts », in : Historische Zeitschrift 267 (1998), Cahier 2, p. 649-685 ; Hartmut Kaelble, Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Frankfurt am Main/New York 1999 ; Matthias Middell, « Kulturtransfer und Historische Komparatistik – Thesen zu ihrem Verhältnis », in Comparativ 10 (2000), Cahier 1, p. 7-41 ; Michael Werner/Bénédicte Zimmermann (dir.), De la comparaison à l‘ histoire croisée, Paris 2004.

61 Matthias Middell, « Europäische Geschichte oder global history – master narratives oder Fragmentierung ? Fragen an die Leittexte der Zukunft », in : Konrad H. Jarausch and Martin Sabrow (dir.), Die historische Meistererzählung. Deutungslinien der deutschen Nationalgeschichte nach 1945, Göttingen 2002, S. 214-252 ; « Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel », in : Revue Germanique Internationale 21 (2004), p. 227-244.

62 Jürgen Osterhammel, Geschichtswissenschaft jenseits des Nationalstaats. Studien zu Beziehungsgeschichte und Zivilisationsvergleich, Göttingen, 2001 ; idem., « A “Transnational” History of Society ; Continuity or New Departure ?», in : Heinz-Gerhard Haupt, Jürgen Kocka (dir.), Comparison and Transnational History : Central European Approaches and New Perspectives, New York ; Oxford 2009, p. 39-51.

63 Margrit Pernau, Transnationale Geschichte, Göttingen, 2011.

64 Gunilla-Friederike Budde, Sebastian Conrad, Oliver Janz (dir.), Transnationale Geschichte. Themen, Tendenzen und Theorien, Göttingen, 2006.

65 Kiran Klaus Patel, Nach der Nationalfixiertheit. Perspektiven einer transnationalen Geschichte, Berlin, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthias Middell, « L’histoire mondiale/globale en Allemagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 69-88.

Référence électronique

Matthias Middell, « L’histoire mondiale/globale en Allemagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3167

Haut de page

Auteur

Matthias Middell

Directeur du Centre d’études avancées et co-directeur du Centre d’études françaises à l’université de Leipzig

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page