Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-10

Texte intégral

1Avec ce dossier sur l’histoire globale, les Cahiers d’histoire abordent frontalement la façon de faire l’histoire. Mais le dossier, plus que tout autre, nous rappelle combien l’histoire parle de notre présent. à travers les articles rassemblés ici par Chloé Maurel, nous percevons bien l’ampleur du chantier ouvert par « l’histoire globale ». Il s’agit bien évidemment d’une histoire, fille de la globalisation, fille d’un monde dans lequel les frontières entre les états apparaissent à la fois comme infranchissables et comme dépassées par des flux de circulation des hommes, des marchandises, des informations de plus en plus puissants, monde dans lequel les pouvoirs politiques dans les cadres nationaux sont de plus en plus impuissants à imposer leurs choix propres face à des entreprises, à des lobbies et organismes internationaux. Les enjeux sociaux – dont le climat peut fournir le modèle, mais ce pourrait être plus radicalement le droit des hommes à l’existence – dépassent sans conteste les frontières nationales. Ce contexte est aussi celui de changements qui, il est préférable de l’avouer, ont surpris beaucoup des observateurs du monde contemporain dont les historiens : la disparition des deux blocs antagonistes issus de la Seconde guerre mondiale à la suite de l’effondrement de l’URSS d’une part, d’autre part l’émergence de nouvelles puissances, de puissances non peuplées d’Européens, au premier rang desquelles la Chine et d’autres états d’Asie. Ces transformations spectaculaires des dernières décennies, faisant suite aux ébranlements liés aux décolonisations de l’après-guerre, ont, on le mesure bien en lisant les textes rassemblés ici, atteint, c’est heureux, les grilles de lecture du monde des historiens. Le dossier, associant sur ses six auteurs quatre historiens qui ne sont français ni par leur passeport ni par leur situation institutionnelle, met lui aussi en œuvre à sa manière cette mondialisation montrant que les savoirs historiens ne sont que partiellement nationaux et sont construits plus que jamais par des interactions et des initiatives internationales. L’internationalisation des savoirs conduit à se demander s’il est efficace intellectuellement d’assigner ces auteur/es à des appartenances nationales ou s’il ne serait pas plus utile de les situer dans des structures académiques et dans des faisceaux de productions intellectuelles, comme ils incitent d’ailleurs volontiers à le faire eux-mêmes. Dans le même temps, le dossier montre aussi combien cet ébranlement de l’évidence de la toute-puissance des États-nations comme cadre de fonctionnement des sociétés humaines est de puissance différente selon les historiographies nationales. Des courants de l’historiographie aux États-Unis, particulièrement sensibles aux questions des migrations, offensifs depuis plusieurs décennies sur les décolonisations européennes, partiellement façonnés par des historiens issus d’immigrations récentes et culturellement minoritaires, se sont tournés plus précocement qu’au sein des historiographies européennes vers cette histoire des interactions, des échanges culturels, notamment via les études démographiques ou anthropologiques. Notre collègue de l’université de Leipzig, Katja Naumann, affirme ici que, selon elle, l’élargissement des perspectives historiennes des années 1960 aux états-Unis ne doit pas être compris comme une rupture mais doit même être inscrit dans la continuité de l’organisation des cursus du premier xxe siècle, cursus ouverts depuis longtemps, tout du moins dans les universités les plus tournées vers la recherche, sur les perspectives internationales. Au sein de l’Europe, Matthias Middell présente la situation de la recherche dans l’Allemagne réunifiée qu’il analyse en terme de spécificité concernant la place faite à l’histoire globale : l’investissement particulièrement important dans les global studies doit être, selon lui, paradoxalement associé au conservatisme du système universitaire où la rareté des postes conduit souvent les jeunes chercheurs à aller chercher à l’étranger des postes, temporaires le plus souvent. Ceci les conduit à déterminer des sujets de doctorat qui ne s’inscrivent pas que dans des cadres nationaux et leur donne à la fois des références historiographiques et une connaissance des institutions de divers pays qu’ils diffusent ensuite au sein des structures allemandes. On peut penser que la brutale apparition d’un nouveau cadre national en Allemagne à la suite de la réunification des deux États allemands issus de la Seconde Guerre est pour quelque chose aussi dans la conscience de la fragilité des cadres étatiques nationaux et dans la nécessité de prendre du champ par rapport aux contraintes qu’ils exercent pour analyser les faits sociaux de longue durée.

  • 1 Lesdits cadres nationaux pouvant eux-mêmes être porteurs du renouvellement et favoriser à travers l (...)

2Cependant, comme en témoigne l’existence de ce dossier, l’intérêt pour une histoire interrogeant les faits sociaux au-delà des cadres nationaux, a saisi également les historiens français. La présentation historiographique de la question faite ici par Chloé Maurel montre bien l’augmentation rapide du nombre des séminaires, des publications sur cette problématique au cours des deux dernières décennies. Il n’en reste pas moins vrai que cette ouverture a été relativement tardive et reste encore assez marginale aujourd’hui. Cette situation n’est pas vraiment étonnante au vu des enjeux d’une histoire qui s’est constituée au sein des batailles politiques nationales et reste fortement marquée par des enjeux politiques, eux aussi essentiellement perçus en termes nationaux. D’une histoire qui, plus que d’autres, se fait et s’enseigne dans des cadres nationaux structurants (recrutement des enseignants du supérieur étroitement associé aux concours nationaux de l’enseignement public secondaire, programmes nationaux d’histoire dans l’enseignement secondaire)1. Il ne faut pas compter pour rien non plus la difficulté à accepter les approches conceptuelles venant de chercheurs d’Amérique du Nord comme autre chose que l’effet d’un impérialisme culturel porteur de dépendance. à travers ce dossier, la question est donc posée du possible apport à une histoire critique d’une histoire globale qui replace la constitution des états-nations au sein d’histoire longue et suggère leur affaiblissement contemporain comme cadre structurant de l’efficacité politique entendue au sens le plus large. Même si les auteurs français et francophones ne sont pas absents des recherches en histoire globale, ce n’est pas tout à fait seulement le fait d’un volontarisme visant à mettre en œuvre le décloisonnement évoqué au niveau des pratiques historiographiques qui nous a conduit à publier dans ce dossier des collègues non français et non francophones. Ainsi à côté de Christophe Charle, bien connu en France, notamment pour son effort persistant pour y développer la pratique de l’histoire comparée, de Chloé Maurel elle-même, auteure d’une thèse sur l’UNESCO et animatrice d’un séminaire rassemblant des chercheurs qui partagent la préoccupation de cette histoire dite globale, les quatre autres auteurs n’appartiennent pas aux structures de la recherche en France.

  • 2 Voir notamment la synthèse la plus récente, Akira Iriye, Global and Transnational History. The Past (...)
  • 3 La rédaction remercie chaleureusement tous les traducteurs et traductrices, notamment les jeunes ét (...)

3Ainsi, la réalisation de ce dossier nous a confronté pour notre propre compte aux difficultés de l’histoire globale. D’une part, celle d’un flou conceptuel, évoqué par Matthias Middell dans son article et bien illustré par les entrées diverses dans le sujet proposées par ce dossier, de l’histoire comparée telle que pratiquée ici par Christophe Charle à propos des universités européennes, à l’histoire des institutions internationales telle que proposée par Thomas Weiss, en passant par les perspectives de l’histoire transnationale valorisées par Akira Iriye. D’autre part, renforçant ce flou, les difficultés liées aux inévitables barrières linguistiques rencontrées par une histoire qui croise les faits sociaux de différentes nations. Ces difficultés de traduction éclairent à leur tour sur les écarts de cultures, sur les voies diverses de construction des concepts et renvoient en retour aux prégnances des histoires nationales, du moins dans leurs pratiques dominantes. Ces difficultés bien réelles permettent de comprendre sans doute aussi pourquoi, au-delà de l’argument facile et fallacieux de l’accessibilité universelle de l’anglais, aussi peu de textes exprimant l’essor mondial de l’histoire globale sont publiés en français. Il est impressionnant, et paradoxal au regard de la globalisation, de constater que l’un des auteurs du dossier, un historien aux publications aussi nombreuses et reconnues qu’Akira Iriye, un chercheur de bientôt quatre-vingts ans, ancien président de l’AHA, la plus ancienne association des chercheurs et d’enseignants d’histoire aux états-Unis, auteur de nombreuses synthèses sur l’histoire globale, ne soit toujours pas traduit en français2. Espérons que ces traductions ne tarderont pas trop. Sans plus attendre, souhaitons que ce dossier soit un bon passeur qui permette, au-delà des cercles de spécialistes, à tous ceux qui se soucient de la compréhension de notre présent de penser les enjeux de l’histoire à faire en prenant en compte les perspectives ouvertes par ces analyses3.

  • 4 Dossier coordonné par Sylvie Chaperon et Christelle Tarraud, « Homosexualités européennes : xixe-xx(...)

4Ce numéro des Cahiers, décidément très ouvert à l’international, publie le texte de notre collègue de Columbia University, Sharon Marcus. Ce texte qui évoque la condition de l’homosexualité dans l’Angleterre du xixe siècle vient en complément du dossier du n° 119 des Cahiers, « Homosexualités européennes : xix-xxe siècles »4. « Chantiers » présente par ailleurs le travail en cours de Christophe Poupault. L’auteur étudie la façon dont les intellectuels de droite français ont été encouragés à voyager dans l’Italie fasciste et ont tenté à travers leurs comptes rendus de ces voyages de faire connaître en France les réalisations de l’État fasciste. Cette étude de pratiques culturelles favorisant les transferts de modèles politiques, de références idéologiques, nous fait-elle retrouver une des voies de l’histoire globale ? Ainsi, sans référence au concept, l’histoire globale, ici transnationale, se fraie-t-elle son chemin dans l’histoire qui se fait en France.

5« Métiers » comme « Débats » ramènent ce numéro des Cahiers vers l’historiographie. Il s’agit d’une part de l’histoire qui s’est faite, évoquée ici à travers l’hommage rendu par notre collègue moderniste Jean Duma à Pierre Goubert, et la synthèse proposée par Guy Lemarchand sur les liens entre marxisme et histoire dans la France des années 1960-1990. Ces deux textes renvoient aux mêmes décennies de grand développement et grande influence de l’histoire française autour du concept d’histoire sociale, plus mis en œuvre que théorisé par la plupart des historiens, comme le rappelle Jean Duma à propos du grand auteur de cette histoire que fut Pierre Goubert. Cette histoire sociale doit-elle au marxisme, est-elle marxiste ? La question a été souvent posée. Elle n’est pas explicitement celle de la plupart de ses auteurs qui sont prudents face aux grilles interprétatives globalisantes. Guy Lemarchand ne cite pas Pierre Goubert dans sa synthèse. Les deux interrogations sont disjointes, mais les convergences de polarisation de ces historiographies, soucieuses des appartenances sociales et des rapports sociaux entre des groupes définis par les sources de leurs revenus, notamment leur rapport à la propriété, sont bien évidentes en dépit des modalités différentes de problématisation. « Métiers », dans sa rubrique « Aux sources de l’histoire », nous ouvre également à travers l’article de Jean-Philippe Legois vers la prospective, vers l’histoire à faire dont les sources sont, pour ce responsable de la Cité des mémoires étudiantes, à collecter d’urgence aujourd’hui. Cet appel à la collecte des sources orales d’une histoire à venir des universités de la fin du xxe siècle témoigne, de façon somme toute rassurante, que les temps et les problématisations des histoires s’entremêlent. Ainsi retrouvons-nous dans ce projet à la fois la continuité de l’intérêt porté par les historiens à l’histoire sociale (ici histoire sociale des universités), les perspectives d’histoire comparée telles qu’elles ont été développées précocement concernant cette histoire des universités par Christophe Charle notamment, et donc, retrouvons-nous aussi in fine des visées d’histoire globale, décidément pas aussi exotique qu’il peut paraître aux premiers regards.

6Nous espérons que les lecteurs et lectrices des Cahiers partageront notre souci de comprendre l’histoire de l’histoire qui se déploie largement dans ce numéro des Cahiers comme une part de l’histoire sociale des sociétés, part cruciale, si l’on prend au sérieux la dimension culturelle des fonctionnements des hégémonies et la nécessaire compréhension de leurs ressorts dans le cadre d’une visée émancipatrice.

7En cette année 2013 où nous venons de perdre en la personne d’Henri Alleg un des grands acteurs des luttes anticoloniales, un des grands militants internationalistes du xxe siècle et aussi un grand auteur, ces enjeux du récit du passé que construisent les historiens nous sont plus sensibles que jamais. Nous sentons de façon plus vive que jamais ce qu’est la responsabilité des historiens. Nous rendrons hommage à Henri Alleg dans le prochain numéro des Cahiers d’histoire en même temps que nous évoquerons des travaux récents et des recherches en cours sur le si violent et si proche combat que fut la guerre d’indépendance de l’Algérie.

8Avant ce prochain numéro des Cahiers dont le dossier sera consacré aux mises en cause récentes de l’enseignement de l’histoire en France, pour échanger autour de ces projets, de leurs ambitions et de leur mise en œuvre dans les Cahiers d’histoire, la rédaction des Cahiers invite dès à présent les lecteurs, lectrices et amis-es à la retrouver au cours des rencontres de cet automne, aux Rendez-vous de l’histoire de Blois du 10 au 13 octobre ou lors des 3e Rencontres d’histoire de Gennevilliers du 28 au 30 novembre où nous parlerons de guerre et de pacifisme.

Haut de page

Notes

1 Lesdits cadres nationaux pouvant eux-mêmes être porteurs du renouvellement et favoriser à travers les programmes d’enseignement ou les sujets mis aux concours la diffusion d’histoires extra-européennes, d’histoires comparées, d’histoires des circulations, toutes voies empruntées par l’histoire globale. Ainsi les sujets de l’agrégation d’histoire de 2012 portaient en histoire contemporaine sur les « sociétés coloniales : Afrique, Antilles, Asie » des années 1850 aux années 1950, ou en histoire moderne sur « les circulations en Europe » des années 1680 aux années 1780.

2 Voir notamment la synthèse la plus récente, Akira Iriye, Global and Transnational History. The Past, Present and Future, Palgrave Macmillan, octobre 2012.

3 La rédaction remercie chaleureusement tous les traducteurs et traductrices, notamment les jeunes étudiants-es de l’ESIT (Université de Paris 3 Sorbonne nouvelle), qui ont rendu possible ces publications en français.

4 Dossier coordonné par Sylvie Chaperon et Christelle Tarraud, « Homosexualités européennes : xixe-xxe siècle. Entre soumission et subversion », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 119. L’article de Sharon Marcus devait figurer au sein de ce dossier. La rédaction s’excuse auprès de l’auteure de l’article et des coordonnatrices du dossier de son oubli. L’article a immédiatement été mis en ligne sur le site des Cahiers d’histoire http://chrhc.revues.org/2923

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3145

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page