Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873) : ingénieur, savant économiste, pédagogue et parlementaire, du Premier au Second Empire, et Michel Raséra, Dupin l’Aîné, un Nivernais au centre de la monarchie de Juillet

Rennes, PUR, 2009, 308 p., et Précy-sous-Thil, éd. de l’Armançon, 2011, 296 p.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873) : ingénieur, savant économiste, pédagogue et parlementaire, du Premier au Second Empire, Rennes, PUR, 2009, 308 p.

Michel Raséra, Dupin l’Aîné, un Nivernais au centre de la monarchie de Juillet, Précy-sous-Thil, éd. de l’Armançon, 2011, 296 p.

Texte intégral

1Dans les colonnes des Cahiers d’histoire, on aime peut-être mieux évoquer la Révolution française et la Commune que la Restauration et la Monarchie de Juillet. C’est quelquefois dommage, car il est instructif d’étudier les époques où les mouvements les plus émancipateurs ont l’air en sommeil, où les ouvriers sont en difficulté, où les exploiteurs paraissent triompher sans partage. Et ces époques n’ont-elles pas quelque ressemblance avec la nôtre ?

2Partons des Dupin, venus de Clamecy et de Varzy, dans l’actuelle Nièvre. Le père, Charles-André (1758-1843), avocat, titulaire de diverses charges sous l’Ancien Régime, député assez modéré à la Législative, sous-préfet de Clamecy à partir de 1815, suit une trajectoire très classique de la bourgeoisie montante : un libéral, un « bleu », un homme de 1789, sachant (très) bien s’adapter aux régimes suivants. Ses trois fils, André (1783-1865), l’un des personnages-clés de la Monarchie de Juillet, Charles (1784-1873), le savant disciple de Monge, le professeur des arts et métiers, Philippe (1795-1846), avocat et homme politique, ont, pour l’essentiel, des carrières voisines.

3Les deux ouvrages que nous présentons ici, certes très différents dans leurs genres, convergent largement et leurs réflexions s’enrichissent mutuellement, peut-être même plus que ne le pensent leurs auteurs.

4Le premier livre, collectif, fait appel à des chercheurs de spécialités diverses, historiens des sciences, de la politique, de l’économie, sociologues, qui examinent chacun Charles Dupin sous un angle particulier. Ces chercheurs pointent les permanences, les évolutions, la cohérence du personnage au cours de sa longue vie, quant à la démarche scientifique, à la production et à l’utilisation des statistiques, quant à l’enseignement de la mécanique aux ouvriers, quant aux doctrines économiques, aux positionnements politiques et à la question sociale.

5Charles Dupin est d’abord intéressant pour l’histoire des sciences en tant que telle, celle des mathématiques pures et appliquées, mais aussi pour l’histoire institutionnelle des sciences dans le sillage de Monge, dans ses relations avec les questions militaires et économiques.

6Dans la lignée de la plupart des encyclopédistes, y compris de Condorcet, il croit effectivement à l’« harmonie des intérêts industriels et des intérêts sociaux », à la « concorde des classes du peuple français » (ce sont même des titres de ses publications). Il veut promouvoir « l’éducation libre, la vertu de l’épargne populaire, la réglementation du travail des enfants, l’investissement dans les routes et les canaux, les avantages du libre commerce à l’intérieur des frontières nationales, mais aussi le danger d’un libre-échangisme non contrôlé dans les échanges extérieurs, etc. » (p. 13). Il suit une rationalité dans tous les registres : le salut viendra, pour lui, de la science et de l’industrialisation, dont les nuisances et mauvais effets – certes réels – ne peuvent être que provisoires et doivent cesser lorsque la classe ouvrière (que lui-même, bien entendu, ne saurait vivre de l’intérieur) sera vraiment instruite. En outre, Charles Dupin ne croit pas à l’efficacité de la grande industrie capitaliste, qu’il condamne souvent dans des termes très durs ; comme bien d’autres, il pense à un avenir de petites entreprises autonomes tenues par des travailleurs sérieux et bien formés, ce qui le fait passer encore davantage à côté du rôle nouveau que commence à occuper la classe ouvrière au xixe siècle.

7Il convient, en complément de ces remarques qui replacent le personnage dans son époque, d’insister sur son originalité et son indépendance d’esprit à certains égards. Par exemple, la grande connaissance (et une certaine admiration) qu’il a de la Grande-Bretagne, grâce à ses nombreux voyages d’études et aux publications qui en ont résulté, ne le conduit jamais à vouloir imposer unilatéralement et sans critique le « modèle British » monarchique constitutionnel bourgeois, il le fustige sur toutes sortes de points, en matière financière, fiscale, éducative, etc., sans même parler de l’attitude britannique dans la guerre de l’opium. D’autre part, ses capacités mathématiques et ses relevés nombreux sur toutes sortes de données le conduisent rarement (mais quelquefois tout de même) à des raccourcis statistiques sans recul. Ce n’est pas seulement l’éclectisme du temps, c’est aussi une certaine conception scientifique de l’inter-action entre les vues théoriques et le primat de la pratique.

8L’auteur de la conclusion note que Charles Dupin « n’accède jamais au sommet du pouvoir politique ou intellectuel » (p. 277), que « c’est un homme de l’entre-deux » (p. 278). Oui, mais doit-on le considérer seul, indépendamment de ses frères et en particulier de son aîné ? Ce dernier est ici le grand absent, il est juste évoqué assez furtivement en fin de volume. À propos des mathématiques, de l’ingénierie, de la pratique de l’enseignement, Charles tient certes un rôle bien à part dans la famille ; mais pour les prises de positions plus générales dans la vie économique, sociale, politique, idéologique, il en est indissociable : mêmes intérêts, mêmes attitudes vis-à-vis de l’aristocratie, de la bourgeoisie, du peuple, de l’esclavage, des événements politiques principaux, seul le style est différent parfois.

9La biographie de Dupin l’Aîné n’est pas un ouvrage universitaire (et ne prétend pas l’être) : aucune note de bas de page pour justifier les affirmations, une bibliographie approximative et même négligée, pas de document nouveaux (semble-t-il), ni d’interprétation très originale. Mais ce livre possède un intérêt, une certaine utilité, voire du charme, parce qu’il sait bien insérer son personnage à la fois dans sa famille, dans son terroir (le Nivernais) et dans la vie des cercles politiciens de la première moitié du xixe siècle.

10André Dupin, l’homme rampant, le caméléon, le lâche face aux dangers physiques, fut la bête noire, tant de Daumier et des caricaturistes que de Victor Hugo : « M. Dupin rend à Louis Bonaparte ce service d’être le dernier des hommes » (p. 281). « Derrière l’assassin qui tient le poignard avance le trembleur qui tient l’éponge » (p. 277). Et à propos de sa statue dans son village natal de Varzy : « Mort, il se tient droit, lui qui vécut à plat ventre » (p. 284). En outre, n’étant pas issu des milieux raffinés, Dupin est même l’objet d’un mépris suffisant des commentateurs de bon ton de son propre camp, c’est « la personnification la plus expressive et la plus vraie du bourgeois, non pas du bourgeois élégant et poli, [...] mais [...) du gros bourgeois » (p. 9). Et, pour tout couronner, en 1848, vu des progressistes, il semble se placer toujours du « mauvais » côté : Dupin « vote pour le rétablissement du cautionnement, contre l’amendement Grévy [donc pour l’élection du président de la République au suffrage universel], contre le droit du travail, pour la suppression des ateliers nationaux, contre la réduction de l’impôt sur le sel, pour la proposition Rateau [c’est-à-dire pour la dissolution de l’Assemblée constituante jugée trop à gauche], pour l’interdiction des clubs, contre le rétablissement du divorce » (p. 270).

11Impossible de sauver sa mémoire ! D’ailleurs, aujourd’hui il est bien oublié ; n’a-t-il donc que ce qu’il mérite ? Ce serait un peu vite dit. Il convient d’abord de rappeler que Dupin l’Aîné fut l’un des premiers personnages de la France pendant plus de vingt ans, de la Restauration à 1848. Être président de l’assemblée nationale était une fonction beaucoup plus importante sous la Monarchie de Juillet qu’aux époques ultérieures. Avec le suffrage censitaire, la Chambre est un petit monde de notables qui se connaissent et, sous Louis-Philippe, le gouvernement est beaucoup plus en cohérence avec l’assemblée qu’à d’autres moments de l’histoire.

12Ensuite, il faut tenter de comprendre la cohérence du personnage, au-delà de son image de caméléon, soucieux uniquement de sa place et de sa classe. Il n’est pas totalement sans principes, il s’agit toujours de 1. mettre fin aux privilèges de la naissance d’une aristocratie non méritante ; 2. établir un régime de liberté fondé sur la raison, 3. défendre et mettre en place un régime parlementaire représentatif de sa classe sociale (p. 13). Pour Dupin, « l’indépendance de la justice, le souci du pouvoir de la Chambre, la limitation de la dépense publique, la tranquillité chez soi et le non-interventionnisme à l’extérieur, la lutte contre l’ultramontanisme » (p. 212) sont des constantes.

13Enfin, on ne doit pas oublier sa ténacité comme avocat en faveur des droits des accusés, quel que soit le régime en place et, pour commencer, sous la Restauration. Avec d’abord l’introduction du sérieux et de l’argumentation dans le droit ; n’est-il pas assez voisin des caractéristiques de son frère Charles dans d’autres domaines ? C’est aussi l’art de la synthèse, un renouvellement de l’éloquence : « Son talent de pédagogue, utilisant des formules imagées, rend accessibles des textes difficiles » (p. 193). Et ici encore est-on si loin de ce que tentait Charles dans ses cours aux Arts et Métiers ?

14Au delà donc des positions pour nous changeantes et contradictoires, par exemple sur l’esclavage et la colonisation que les frères Dupin semblent combattre dans les années vingt, pour en être les derniers et plus mordants défenseurs dans les années cinquante, il faut – si l’on veut comprendre – rechercher les cohérences, sans les limiter aux seuls points de vue de classe immédiats, et ces deux ouvrages nous y invitent, en gardant un équilibre et une diversité d’approches stimulants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Carole Christen et François Vatin (dir.), Charles Dupin (1784-1873) : ingénieur, savant économiste, pédagogue et parlementaire, du Premier au Second Empire, et Michel Raséra, Dupin l’Aîné, un Nivernais au centre de la monarchie de Juillet », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3129

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page