Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean Jaurès, L’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans La Dépêche

Toulouse, Éd. Privat, 2009, 938 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Jean Jaurès. L’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans La Dépêche, Édition dirigée par Rémy Pech et Rémy Cazals avec Jean Faury, Alain Boscus, Jean Sagnes et Georges Mailhos, Toulouse, Éditions Privat, 2009, 938 p., 49,70 €.

Texte intégral

1Le fort volume qu’éditent Rémy Pech et Rémy Cazals rassemble l’ensemble des articles écrits par Jean Jaurès pour La Dépêche. Les 1 312 articles qui constituent le corpus sont répartis en cinq périodes scandant le parcours intellectuel et politique de Jaurès. Une partie intercalée compile des notes de lecture que l’auteur de L’armée nouvelle a rédigées pour le journal toulousain de 1893 à 1898. Abondantes et régulières, les productions de Jaurès pour La Dépêche permettent de saisir les évolutions d’une pensée politique protéiforme. Surtout, comme le souligne Rémy Pech, La Dépêche constitue une surface éditoriale d’importance dans le combat pour la diffusion de l’idéal républicain au cœur du secteur rural. Tribune pour les élus autant que source de renseignement sur les questions locales, le quotidien impose les thématiques des radicaux dans l’agenda politique du Midi. Les responsables du journal souhaitent attirer des signatures prestigieuses : Pelletan, Clemenceau et Jaurès écrivent donc pour La Dépêche. Le positionnement de Jaurès est original : élu du Tarn, sa renommée devient peu à peu nationale. L’ambition éditoriale d’exhaustivité permet de suivre l’évolution de l’écriture journalistique de Jaurès parallèlement à sa carrière politique.

2Arrivé au journal en 1887, il est alors un jeune député d’une circonscription tout à la fois rurale et ouvrière. Lorsqu’il perd son mandat en 1889, sa position d’adjoint au maire de Toulouse lui permet de traiter des problèmes concrets qui structurent l’action municipale. Les années 1890 sont celles d’une activité démultipliée : à l’Assemblée, dans les secteurs ouvriers, à la tribune des meetings. Les évolutions de son positionnement politique – et notamment son mouvement vers le socialisme – sont également perceptibles.

3La première partie de l’ouvrage, présentée par Jean Faury, retrace les premières armes d’un Jaurès républicain. Peu préoccupé des questions géopolitiques, le jeune député du Tarn s’intéresse aux questions sociales et nourrit ses réflexions de références philosophiques. Les années 1891-1892 marquent le passage de Jaurès au socialisme. Les valeurs et les idéaux socialistes, (l’internationalisation du mouvement, la prédominance de la raison, l’éloge du progrès) marquent ses écrits. Jean Faury note combien la fougue jaurésienne est manifeste à travers quelques débordements utopiques (comme l’annonce un peu prématurée de la fin de la domination de la classe dirigeante).

4Les écrits de la période 1892-1899, présentés par Alain Boscus, couvrent des événements sociaux et politiques particulièrement marquants dans l’histoire de la IIIe République : des événements de Carmaux à la victoire des dreyfusards au procès de Rennes, les prises de position de Jaurès témoignent des bouillonnements d’un régime politique à la croisée des chemins.

5Carmaux constitue en quelque sorte un moment initiateur pour le socialisme de Jaurès : l’expérience des grèves et les luttes sociales permettent au théoricien du socialisme de nouer la réflexion et la pratique dans un même mouvement. Sa critique du capitalisme s’aiguise dans ces tensions sociales puissantes : il critique l’injustice d’une société de classes, souligne les ambiguïtés d’un machinisme facteur de progrès et destructeur d’emplois. Parallèlement, Jaurès présente dans les différents articles qu’il rédige pour la Dépêche sa vision d’une société collectiviste qui ne se confondrait pas avec l’étatisme. Alain Boscus souligne que la pensée de Jaurès se cristallise dans cette période : il laisse (provisoirement) de côté les thématiques républicaines et engage une réflexion sur la dialectique entre réforme et révolution. Il envisage un « processus révolutionnaire par étape ». Il soutient donc des projets de réformes (impôt sur le revenu, baisse du temps de travail), tout en envisageant une transformation d’ensemble de la société. L’affaire Dreyfus est également présente dans les écrits de Jaurès : elle lui permet de pointer les dangers de la raison d’État et les liens noués au sein de la gangue réactionnaire entre nationalistes, cléricaux et militaires.

6La troisième partie de l’ouvrage, commentée par Jean Sagnes, détaille le positionnement républicain plus marqué de Jaurès entre 1899 et 1903. Les articles dans La Dépêche sont axés sur la défense de la IIIe République : attaquée par la droite, elle doit être ardemment défendue. Jaurès, qui revient à la Chambre en 1902, soutient les gouvernements de Waldeck-Rousseau et de Combes. En porte-à-faux avec le reste de la gauche, il défend les réformes radicales sur la durée du travail et les retraites ouvrières. Ses priorités concernent la loi sur les associations, le service militaire de deux ans et les lois sur le travail. Toutefois, les luttes sociales n’ont pas disparu de son champ d’intervention. Son lectorat méridional, attentif aux questions agricoles, suit les aléas d’une crise viticole profonde : Jaurès se montre favorable au monopole étatique sur les alcools.

7Les dissensions internes au mouvement socialiste préoccupent Jaurès qui souhaite réaliser une large unité à gauche.

8La quatrième partie de l’ouvrage constitue une parenthèse : les auteurs ont rassemblé les articles littéraires du député du Tarn. Signés du pseudonyme « Le Liseur », ces notes de lecture révèlent un Jaurès lecteur insatiable, attentif aux productions récentes, soucieux de faire connaître des talents méconnus. Il repère Rimbaud, conseille Zola, recommande Nietzsche et n’oublie pas les auteurs du Midi. Pétri de culture, désireux de la faire partager, Jaurès se révèle tout à la fois « causeur » amical et « sentinelle » sur le front de la littérature.

9Dans la cinquième partie de l’ouvrage, qui reprend les articles publiés dans La Dépêche entre 1903 et 1909, la stature nationale de Jaurès est immédiatement perceptible. Il expose ses vues sur la nécessaire laïcisation de l’État et se concentre sur ses priorités sociales, notamment l’impôt sur le revenu.

10Parallèlement, il fait montre d’une grande ouverture pour rallier les chapelles socialistes à la cause de l’unité (à laquelle il contribue en créant le journal l’Humanité). Jaurès reste attentif aux luttes sociales et vise la réunion des forces paysannes et ouvrières dans un même mouvement d’action.

11Les questions internationales – qui n’ont pas cessé de le préoccuper – se font davantage prégnantes au début du XXe siècle : guerre russo-japonaise, crise marocaine, tensions dans les Balkans organisent une problématique géopolitique complexe autant que dangereuse. Partisan des solutions pacifiques, Jaurès critique les « corps expéditionnaires coloniaux ».

12La dernière partie du volume, couvrant les articles publiés entre 1909 et 1914, est centrée sur la question de la paix. Certes, les luttes sociales sont encore largement évoquées par Jaurès dans ses articles, de même qu’il envisage une restructuration du système électoral (en appuyant la représentation proportionnelle, la création de grands partis et la constitution de programmes électoraux clairs au détriment des combinaisons douteuses) ; mais les craintes que les exacerbations chauvines et les politiques coloniales font peser sur la paix tissent la trame de nombre de ses papiers pour La Dépêche.

13L’édition de la totalité des articles de Jean Jaurès dans le grand journal du Midi toulousain constitue un apport historiographique majeur : les historiens ont désormais à leur disposition un corpus cohérent d’écrits qui permettent des analyses multiples et croisées du travail journalistique de Jaurès. La variété des thèmes abordés, la cristallisation de son référentiel politique, la constitution de son corpus théorique, le large répertoire de ses lectures, son attachement à la région méridionale permettent de saisir la cohérence d’un parcours intellectuel et d’une logique d’action.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Jean Jaurès, L’intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans La Dépêche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3127

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page