Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Raymond Huard, À l’arrière du front, le Gard, un département mobilisé (1914-1919)

Uzès, Éd. Inclinaison, 2011, 176 p.
Rémy Cazals
Référence(s) :

Raymond Huard, À l’arrière du front, le Gard, un département mobilisé (1914-1919), Uzès, Éd. Inclinaison, 2011, 176 p.

Texte intégral

1Profond connaisseur de sa région, Raymond Huard a pu aussi s’appuyer sur de nombreux travaux universitaires et monographies locales pour rédiger ce petit livre de synthèse destiné à un large public, qui veut montrer en quoi le Gard de 1919 n’est plus celui de 1914.

2En 1914, le département comptait un peu plus de 400 000 habitants (413 458 au recensement de 1911). Son économie était diversifiée avec une base de polyculture vivace et d’importants foyers miniers et industriels. Radicaux et socialistes dominaient la vie politique, le dernier élu royaliste ayant mordu la poussière aux législatives de 1914. Les tensions religieuses qui avaient été vives entre catholiques et protestants s’étaient apaisées au long du xixe siècle. L’entrée en guerre est bien documentée grâce aux notes des instituteurs ayant obéi aux suggestions du ministre de l’Instruction publique de garder trace de la façon dont la mobilisation s’est déroulée. C’est la résignation qui domine ; rares sont les manifestations d’enthousiasme ou d’opposition. C’est dans un deuxième temps que le patriotisme est dynamisé par l’action des municipalités, tandis que le mouvement ouvrier qui aurait pu agir en faveur de la paix est pris de vitesse. Socialistes et syndicalistes se rallient à l’Union sacrée. Dès l’été 1914, la guerre est visible dans cet arrière lointain qu’est le département méditerranéen : par la nouvelle des batailles, l’arrivée de réfugiés et d’un nombre considérable de blessés des premiers combats à découvert. Plus tard, la rentrée scolaire voit la mise en place d’une « institution de réclame nationale », leçons de patriotisme et action en faveur des emprunts de la défense nationale.

3La guerre qui devait être courte s’éternise. Les entreprises qui participent à l’effort de guerre sont dynamisées au détriment de l’industrie traditionnelle de la soie. La durée de la journée de travail augmente, de même que les profits et dividendes de la mine et de la métallurgie. Le vin se vend bien grâce au marché de l’armée. La hausse des prix oblige les municipalités des grandes villes à prendre des mesures sociales (magasins municipaux, encouragement au mouvement coopératif) mal vues de la droite. La presse est censurée (on trouvera, p. 82, une liste des thèmes qu’il est interdit de traiter), tandis que la propagande patriotique se donne libre cours jusqu’à lasser l’opinion publique. Le mouvement ouvrier, en sommeil depuis août 1914, se réveille et se manifeste principalement en 1917 et 1918 par une série de grèves dans presque tous les secteurs, métallurgie, textile, mine. La lutte pour de meilleurs salaires, capables de suivre la hausse des prix, se double d’une contestation de la guerre : des syndicalistes approuvent la révolution russe et demandent que les Alliés précisent leurs buts de guerre.

4En 1919, il faut d’abord dresser le bilan démographique de près de 14 000 morts pour le Gard, avec la surmortalité rurale bien connue par ailleurs. Le mouvement social devient très vivace ; les effectifs syndicaux progressent nettement ; les « minoritaires » hostiles à l’Union sacrée au sein du parti socialiste s’affirment. Mais la gauche désunie perd le département aux législatives ; avec 56 % des voix, elle n’obtient que 2 sièges, contre 4 à la droite (la situation se rétablit aux élections de 1924).

5Cette mise au point sur le Gard n’avait pas à chercher l’originalité à tout prix. En ces années de centenaire de la Première Guerre mondiale, le livre de Raymond Huard fournira une base solide pour de nouveaux travaux locaux. Il peut également constituer un modèle dont les comités du Centenaire des autres départements pourront s’inspirer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Cazals, « Raymond Huard, À l’arrière du front, le Gard, un département mobilisé (1914-1919) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3125

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page