Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Maxim Leo, Histoire d’un Allemand de l’Est

Paris, Actes Sud, 2010, 302 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Maxim Leo, Histoire d’un Allemand de l’Est, traduction d’Olivier Mannoni, Paris, Actes Sud, octobre 2010, 302 p.

Texte intégral

1Dans ce récit, qui englobe une soixantaine d’années (des années de l’entre-deux-guerres à la chute du mur de Berlin), le journaliste allemand, Maxim Leo, relance, dans un langage simple et précis, l’histoire de sa famille. Son grand-père maternel, Gerhard, a été dans sa jeunesse un héroïque résistant aux nazis en France. Il s’y était exilé avec ses parents dans les années 1930 : son père étant juif (avocat, il avait plaidé contre Goebbels), la famille avait dû fuir l’Allemagne. Gerhard a mené des actions de renseignement et de propagande et résisté aux tortures des nazis. Au détour du récit de son épopée, on croise Heinz Lammerding, le général SS qui a ordonné le massacre d’Oradour-sur-Glane. Condamné à mort par contumace en France, il vivra après la guerre en RFA sans être inquiété, et mourra à Düsseldorf paisiblement dans son lit.

2Après la fin de la guerre, Gerhard s’installe volontairement en Allemagne de l’Est et devient l’un des personnages majeurs de l’intelligentsia de la nouvelle RDA qu’il contribue à fonder. Considéré comme un héros, il témoigne auprès des jeunes et devient un journaliste important, un pilier du nouveau pouvoir.

3Gerhard contribue au Nachrichtendienst, le service de renseignement du Parti communiste. Il dirige tout un réseau d’informateurs qui vivent en RFA. Ce sont presque tous d’anciens SS qui se sont recyclés discrètement dans la politique et l’administration ouest-allemandes et que les services secrets de l’Allemagne de l’Est font chanter. En échange de documents secrets fournis gratuitement, les camarades font passer sous silence la véritable identité des anciens nazis.

4Gerhard est fier d’appartenir à la RDA : observant qu’en RFA des criminels de guerre siègent au gouvernement et des génocidaires perçoivent des pensions considérables, il se réjouit que de telles choses n’existent pas en RDA.

5La fille de Gerhard, Anne, élevée dans l’esprit communiste, s’engage dans des activités militantes, notamment au sein du SED, le parti unique. Pourtant, elle ne peut s’empêcher de douter lorsqu’elle voit que le parti et le régime l’obligent à adopter des positions qu’elle ne peut pas au fond d’elle-même approuver comme, par exemple, au sujet de l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie en 1968. Elle finira par démissionner du parti à la veille de la chute du mur de Berlin.

6Wolf, le père de Maxim, est le fils de Werner, qui a adhéré au nazisme avant d’être prisonnier de guerre en France. Revenu en 1945 très éprouvé par la guerre et par sa captivité, Werner est devenu irritable et violent, et maltraite sa femme et ses enfants, avant de quitter le foyer familial. Il adhèrera au socialisme avec la même ferveur avec laquelle il avait adhéré au nazisme. Il deviendra directeur d’école et se fera remarquer des autorités pour la valeur de son travail.

7Wolf, lui, est beaucoup plus distant et méfiant à l’égard des idéologies. Il accepte le régime communiste de la nouvelle RDA ,mais avec une certaine indifférence, et aime à tester les limites de la liberté octroyée par le régime : au début des années 1960, apprenti retoucheur à l’imprimerie de Neues Deutschland, l’organe central du SED, il prend l’initiative de retoucher les lunettes de Walter Ulbricht sur un portrait, ce qui suscite l’inquiétude de la police secrète, la Stasi. Très sociable et bon vivant, il mène ensuite la belle vie à Leipzig. Puis, incorporé dans une caserne, il se débrouille pour être dispensé de participer aux manœuvres et de prêter le serment de fidélité et est chargé de peindre des panneaux d’images de propagande. Wolf deviendra ensuite un artiste réputé. L’auteur, bien que très critique vis-à-vis du régime, montre bien qu’il y avait en RDA un réel espace de liberté : l’adhésion exigée aux valeurs officielles était purement de façade, le régime se contentait qu’on se plie à la propagande de manière superficielle ; dans la sphère privée, chacun avait droit à sa propre opinion, dans une certaine mesure.

8Maxim raconte aussi comment lui-même a vécu les vingt premières années de sa vie en RDA. Il donne des exemples de la propagande qui y avait cours, ainsi que des nombreuses interdictions existantes. Au lycée, en cours d’« éducation à la citoyenneté », l’enseignante explique aux élèves que si la chanson Train spécial pour Pankow du célèbre chanteur ouest-allemand Udo Lindenberg est interdite en RDA, c’est parce qu’elle serait fasciste (l’allusion à la veste de cuir que dans la chanson Eric Honecker revêt serait selon elle une allusion aux manteaux de cuir de la Gestapo, ce qui est une interprétation abusive).

9La dernière partie du livre est consacrée aux dernières années de la RDA : Maxim Leo y retrace l’atmosphère de bouillonnement intellectuel des années 1980. Les autorités ont laissé se produire d’importantes manifestations et se tenir des réunions où des opinions contestataires étaient émises. Au moment où beaucoup d’Allemands de l’Est émigrent en Allemagne de l’Ouest en passant par la Hongrie et la Tchécoslovaquie, Maxim Leo, lui, reste en RDA jusqu’à la fin. Il vit encore aujourd’hui à Berlin-Est.

10Maxim Leo nous offre un récit captivant : son talent de narrateur rend ce témoignage et ses protagonistes inoubliables. Avec son style sobre et plein de retenue, c’est à un magistral exercice d’histoire orale que s’est livré l’auteur, interrogeant les membres de sa famille. Il est à souhaiter que d’autres entreprises du même genre soient menées, pour sauvegarder l’immense patrimoine oral des souvenirs des habitants de l’ex-RDA et de tout l’ex-bloc soviétique, afin d’apporter une vision beaucoup plus nuancée de la vie dans ces pays que la vision manichéenne qui a souvent été répandue à la suite de la chute du mur de Berlin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Maxim Leo, Histoire d’un Allemand de l’Est », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3123

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page