Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 342 p.
Etienne Bordes
Référence(s) :

Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 342 p.

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », ARS (...)
  • 2 Julian Mischi, Structuration et désagrégation du communisme français (1920-2002). Usages sociaux du (...)

1« Rien n’est moins naturel [...] que le mode de pensée et d’action qui est exigé par la participation au champ politique. »1 Au fond, cette courte assertion bourdieusienne résume l’esprit du Servir la classe ouvrière de Julian Mischi, et ce qui demeure lorsque l’on en termine la lecture. Sans nul doute, cette version remaniée d’une thèse soutenue à l’EHESS voici quelques années2 représente une contribution importante au renouveau des études sur le Parti communiste et une brillante tentative d’hybridation de différentes disciplines, approches et méthodologies dans une sociohistoire du politique menée ici avec une constante rigueur.

2Comment s’établit le lien symbolique et identitaire entre un univers social particulier – défini dans le cadre du « milieu d’interconnaissance » (p. 28) de ces « bassins d’emploi » où se tissent les sociabilités populaires – et une entreprise partisane communiste dont le but avoué depuis sa fondation est de porter la parole de la « classe ouvrière » ? Pour répondre à cette question Julian Mischi s’inscrit dans une démarche à la fois historique (étude sur le temps long depuis les années 1920 au moyen d’archives) et ethnographique (réalisation de 113 entretiens biographiques avec d’anciens militants ou dirigeants) s’appuyant sur quatre milieux d’implantations aux profils très différents.

3Loin de se centrer sur les seuls espaces de forte structuration communiste (comme les « banlieues rouges ») et dans le but de questionner l’impensé tenace de la relation entre Parti communiste et « classe ouvrière », Julian Mischi offre un échantillon significatif des variables locales du communisme français, qu’elles soient de franches « réussites » ou des « échecs » relatifs. La lecture de Servir la classe ouvrière montre combien cette structuration nationale est liée à l’agrégat de situations locales singulières – à la fois sur le plan synchronique et diachronique – et à des contextes de l’histoire du mouvement ouvrier parfois antagonistes (le PCF pouvant selon les lieux s’enraciner dans des phases d’ascension ou de déclin comme à la fin des années 1970 en Brière), soulignant par là même l’étendue du travail que mène le centre pour maintenir unifié sur le plan symbolique le champ du Parti.

4Ainsi, il s’intéresse d’une part, au monde « immigré et prolétaire » du fer lorrain et aux paysans du « bocage bourbonnais » pour les zones de structuration communiste puissante, puis, d’autre part, au cas d’une ville alpine étudiante, ouvrière et tertiaire, Grenoble, et à celui du monde ouvrier de Saint-Nazaire pour les milieux où le PC n’apparaît pas comme une force politique dominante. En croisant ces différents bassins d’emploi, l’auteur met en œuvre une démarche comparative qui ne tombe pas dans les méfaits d’un localisme essentialiste tout en donnant à ses réflexions une portée pratique bien salutaire. Surtout en utilisant l’outil géographique comme variable d’étude, Julian Mischi permet de mettre à jour les relations complexes qui structurent l’extraordinaire de la vie partisane ordinaire, reliant dans l’unité d’une étude singulière des dimensions trop souvent disjointes, telles que le double engagement syndical et politique, la participation au milieu associatif a-partisan (prégnant en milieu rural) ou l’investissement dans les institutions municipales. Ainsi la politisation communiste est recontextualisée au sein de l’immense variété des institutions qui animent et encadrent les milieux populaires.

5L’ouvrage de Julian Mischi est en effet construit dans une dialectique qu’il exprime dès son introduction. Pour lui, étudier les comportements politiques des catégories populaires doit se penser dans un dialogue constant entre les deux volets de « “la double face” de la sociologie politique des institutions » (p. 24). Autrement dit, cette étude doit se placer entre les logiques d’investissement puis d’appropriation d’une « marque politique » (p. 20) – qui prend des significations très différentes selon les contextes militants – et l’influence corollaire que l’institution partisane exerce sur eux. Aussi, l’auteur ne se contente pas de superposer quatre monographies locales, mais il cherche dans un second temps – fort du volet pratique de son enquête – à mieux comprendre le travail d’homogénéisation politique et culturelle organisé par le Parti qui tente de mettre en cohésion et en cohérence un espace d’implantation politique très divers.

6La lecture de la première partie de l’ouvrage permet d’apercevoir l’immense gamme des appropriations locales de la « marque politique » communiste. L’étude du « Pays-Haut » du fer lorrain est celui d’un succès dans la structuration de la marque politique. Forgé dans le creuset du syndicalisme d’usine, ce communisme haut lorrain, imprégné de la « geste résistante » (p. 44), réussit à toucher les différentes facettes de la sociabilité ouvrière de la « cellule d’entreprise » (lieu éminemment symbolique pour le monde communiste) à la vie quotidienne dans les villes ouvrières (comme Villerupt), mais au prix d’un primat de l’action syndicale sur le monde politique. Le « bocage bourbonnais » centre lui aussi le regard sur un succès de l’implantation communiste. Cette « réussite » paradoxale, antérieure aux années fastes de la Résistance en milieu rural, s’appuie sur la petite paysannerie propriétaire située à mille lieues idéologiques des problématiques marxistes-léninistes. Et pourtant le PCF, par son lien constant avec le mouvement syndical et coopératif agricole (p. 90-92 et 112-114) et l’hybridation entre réseaux politiques et monde « profane » (notamment par le biais des municipalités), a réussi à devenir la force politique dominante d’un monde rural qui amorce une recomposition profonde dès les années 1950. Toutefois, Julian Mischi souligne très vite la limite de cette transgression de l’image ouvrière du PCF en mettant en avant le maintien d’un quasi « monopole ouvrier dans la représentation du Parti » (p. 97), autrement dit au sein des cadres locaux.

7La région de la citadelle ouvrière de Saint-Nazaire représente un « territoire industriel où le PCF ne “prend” pas [...] malgré l’existence de forts réseaux de sociabilité populaire », un cas qui discute l’impensé du lien entre le Parti communiste et le monde ouvrier. En effet, au moment où le PCF amorce son existence dans les années 1920, il est confronté dans cet espace à une structuration politique anarchiste et réformiste, beaucoup plus ancienne et puissante que lui, et qui a déjà la haute main sur deux vecteurs essentiels de la politisation ouvrière : le syndicat et le pouvoir municipal. Confronté à cette force, le mouvement communiste a été longtemps cantonné à l’action syndicale et n’a commencé à tenir un rôle qu’avec la crise du monde ouvrier traditionnel et le programme commun dans les années 1970, amorçant son implantation électorale et sociale dans les secteurs les plus dominés du microcosme local : les marais de Brière, lieu de vie de nombreux ouvriers du bassin. Enfin, le cas grenoblois révèle les aléas d’adaptation du PCF aux logiques d’une ville étudiante et intellectuelle. Fortement politisée par la guerre d’Algérie et lieu d’implantation historique du PSU, Grenoble est un excellent observatoire des transformations que connut le PCF au cours des années 1960. La ville témoigne ainsi de la difficile intégration de catégories plus jeunes, moins ouvrières, et plus souvent diplômées (séduites par l’aggiornamento en cours) au sein des seules logiques partisanes. À Grenoble, le PC ne sut pas prendre la mesure des transformations de la société de l’après 1968 (y compris « l’insubordination ouvrière ») et ne put qu’organiser sa relégation progressive aux seuls espaces suburbains.

  • 3 Bernard Pudal, « Le soviétisme » in Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, coll (...)
  • 4 Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie politique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989

8Cette diversité, cette étonnante variété quantitative et qualitative des « sociabilités militantes au PCF » ne doivent pas dissimuler l’extraordinaire travail d’homogénéisation partisane menée par le Parti. S’appuyant sur la richesse de ses données empiriques, Julian Mischi dégage à travers les quatre bassins d’étude les techniques partisanes d’unification symbolique et sociale en particulier menées au sein des cadres locaux du Parti. Le travail de sélection des cadres, mené selon les logiques spécifiques à la « biocratie »3 communiste (au moyen de questionnaires biographiques et grâce à l’utilisation des écoles du Parti comme véhicules de diffusion de matériaux culturels communs aux cadres) conduit à l’élimination consciente de tout individu dont l’espace de légitimation dépasse le seul entre soi partisan et à l’imposition des normes institutionnelles de promotions (les cas des résistants est brillamment évoqué p. 236-240). Cette poursuite multiscalaire des travaux de Bernard Pudal constitue un des points forts de l’ouvrage4.

9De même, la construction d’une « mémoire collective » communiste, déjà étudiée par Marie-Claire Lavabre, trouve chez Julian Mischi une traduction immédiate dans la matérialité du monde militant. Le mémorialisme de la Résistance ou de la Révolution traduit le souci partisan de structurer par quelques repères collectifs un monde militant éclaté.

10Ces quelques lignes démontrent la richesse et l’étendue des domaines d’étude du travail de Julian Mischi qui ne représente pas seulement un moment important dans le renouveau historiographique récent des études sur le Parti communiste. En effet, en replaçant le politique dans une étude plus large des formes des sociabilités populaires, l’ouvrage permet à la fois de le départiculariser, mais aussi de mieux comprendre ses logiques propres.

11Fort de ses conclusions, l’on ne peut qu’attendre avec une forme d’impatience la publication de la suite de son travail de thèse centré sur le processus de déstructuration du lien partisan, de cette démobilisation communiste des années 1980, en espérant que ce travail ait la même portée heuristique que celui-ci.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », ARSS, n° 36-37, février-mars 1981, p. 19.

2 Julian Mischi, Structuration et désagrégation du communisme français (1920-2002). Usages sociaux du parti et travail partisan en milieu populaire, thèse de doctorat sous la direction de Marc Lazar, Paris, EHESS, 2002, 2 t., 1 077 p.

3 Bernard Pudal, « Le soviétisme » in Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, coll. « Manuels Repères », 2009, p. 162-172.

4 Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie politique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Bordes, « Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3118

Haut de page

Auteur

Etienne Bordes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page