Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules noires », essai d’histoire sociale

Paris, Les Indes savantes, 2010, 292 p.
Florys Castan-Vicente
Référence(s) :

Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules noires », essai d’histoire sociale, préface de Christophe Prochasson, Paris, Les Indes savantes, 2010, 292 p.

Texte intégral

  • 1 Marion Fontaine, Les « Gueules noires » et leur club : sport, sociabilités et politique à « Lens le (...)
  • 2 Olivier Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. « Le temps de l’enracinement » (F (...)

1Marion Fontaine propose ici une version de sa thèse 1 remaniée pour en prolonger l’étude jusqu’à nos jours. Cette monographie d’un club de football, dans une ville marquée par la culture ouvrière, se trouve au croisement de l’histoire sociale et de l’histoire du sport. Elle s’inscrit dans la continuité et complète avec précision les travaux d’Olivier Chovaux sur le football à l’échelle régionale 2.

  • 3 Marion Fontaine, op. cit., p. 16.

2Il s’agit ici d’étudier l’évolution du RCL, le Racing Club de Lens, dans sa relation aux mines et aux mineurs, sans oublier le rôle de la ville elle-même. Partant de la mythologie contemporaine qui veut que le club « Sang et Or » soit un symbole de la culture ouvrière locale, la chercheuse montre par son étude précise et complète que cette relation est bien plus complexe qu’on ne l’imagine. Historienne, elle ne se contente pas de décrire l’évolution des rapports entre le club et les ouvriers en fonction de l’époque, mais elle en montre aussi les enjeux politiques, sociaux et géographiques. Marion Fontaine cherche également à se détacher d’une « ancienne » histoire sociale dont elle dénonce la nostalgie, pour aller vers une approche plus analytique, qui ne se contenterait pas non plus de « déconstruire », mais montrerait dans toute leur variété « les modalités de réception et d’appropriation des discours » 3.

3À y regarder de près, les évolutions du RCL sont tellement multiples et contradictoires, au gré des rapports de pouvoir entre les acteurs de la ville, qu’il devient difficile d’en tracer simplement les grandes lignes. On peut tout de même distinguer cinq grands moments, déclinés ici classiquement en trois parties. En effet, Marion Fontaine s’attache à montrer que le RCL, bien loin d’être figé, comme le veut sa légende, dans une image ouvrière, est, à l’origine, dans les mains des bourgeois du centre-ville. La naissance du RCL, en 1906, n’aurait donc rien à voir avec la catastrophe minière de Courrière, contrairement à une idée répandue. À cette époque, la gymnastique tient le haut du pavé, et le football est encore peu connu. La Compagnie des mines et la municipalité se disputent la ville. Le RCL, création de la bourgeoisie, se place alors du côté de la mairie socialiste.

  • 4 Marion Fontaine, op. cit., p. 67.

4Le « goût du football », qui émerge au début du siècle, prend de l’ampleur après la Première Guerre mondiale. Le football s’implante lentement, à partir notamment du spectacle des matchs, dont le succès est grandissant. C’est à cette époque que l’on commence à parler d’une équipe des mineurs, alors que les ouvriers s’intéressent encore peu au football. Peu à peu, les Mines perçoivent l’importance du RCL et l’« infiltrent » : le club change de camp et s’oriente vers le professionnalisme. Il devient un élément du paternalisme minier, loin du projet républicain et municipal. Les rapports de hiérarchie imitent ceux de la Compagnie : le président est un ingénieur, les entraîneurs sont des employés, les joueurs des mineurs. Marion Fontaine montre qu’il s’agit désormais d’inculquer aux joueurs la discipline, le patriotisme, le respect de la hiérarchie. Le ton se fait moralisateur. Sous l’Occupation, « le paternalisme des compagnies se retrouve sans peine dans celui qu’incarne la figure du Maréchal » 4.

  • 5 Marion Fontaine, op. cit., p. 110.
  • 6 Marion Fontaine, op. cit., p. 187.

5À la Libération, tout change, de la municipalité aux Mines en passant par le club. Alors que les mines sont nationalisées, la mairie est conquise par les communistes. Ces derniers, plutôt que de rejeter le RCL comme symbole du paternalisme, préfèrent promouvoir « un amusement sain, ouvert aux garçons comme aux filles » 5 et développer la camaraderie sportive, d’autant que la nationalisation a permis d’instaurer au sein du club un fonctionnement moins paternaliste. Cette courte période se clôt dans les années 1950, durant lesquelles la nationalisation change de visage et la mairie redevient socialiste. Un nouveau paternalisme se met en place après l’échec des grèves de 1948 et le RCL redevient l’incarnation d’une domination patronale exercée à travers le football. On surveille la morale et la bonne tenue des joueurs comme des supporters. Les communistes continuent néanmoins de soutenir le club, car celui-ci s’affirme de plus en plus comme étant celui des mineurs : « si l’expression « club des gueules noires » a jamais trouvé un sens, c’est bien à ce moment » 6.

  • 7 Marion Fontaine, op. cit., p. 235.

6Dans les années 1960-1970, la crise minière conduit les Houillères à se désengager du RCL, alors que les ouvriers y restent très attachés. La mairie socialiste profite de l’occasion pour se positionner en « sauveur », et reprend le club. Marion Fontaine y voit une mesure électoraliste, mais pas seulement : il s’agit aussi de conserver une distraction nécessaire à cette population en difficulté et peut-être, de la part du maire, d’un réflexe de supporter sincère. Dans cette époque de déclin, les communistes se positionnent pour la préservation de l’identité minière, tandis que les socialistes jouent sur cette identité tout en promouvant une évolution, une modernité qui s’en détachent. Devant cette situation de crise, le RCL devient le principal vecteur d’une représentation de la société locale en mouvement : des « gueules noires » aux « Nordistes », le club a désormais une image « moins ouvrière que populaire » 7.

  • 8 Marion Fontaine préfère parler du « nous » plutôt que d’identité, en raison de l’emploi médiatique (...)

7Avec la victoire de 1998 au championnat de France, on assiste à une reprise du thème du club des Mines : la distance permet à ce passé moins douloureux d’être patrimonialisé. L’identité du club se déplace : ce « nous » devient celui des « petits » face aux « gros », mais aussi celui des locaux contre les étrangers 8. La victoire du RCL rappelle des souvenirs mais n’empêche ni la dislocation continue du groupe ouvrier, ni le délitement des forces politiques associées. Marion Fontaine conclut ainsi son ouvrage sur la question de la montée du Front national dans la région. Elle perçoit le 21 avril 2002 comme une crise de la gauche, plus que comme une montée réelle du FN. La société minière, stigmatisée, aurait retourné le stigmate contre un « eux », les immigrés. Cette victoire serait donc le témoin d’un effacement, le dernier surgissement du passé. Pour conclure, Marion Fontaine a montré que le RCL ne devient pas le club des « gueules noires » avant les années 1940-1950. Il rassemble la ville et convainc autant les Houillères que les communistes, des acteurs qui ne s’accordent guère sur quoi que ce soit d’autre.

8Les critiques à adresser à cet ouvrage se dirigeront principalement vers l’édition, qui n’est pas à la hauteur du travail de l’historienne. On peut tout d’abord regretter l’absence de représentation graphique de Lens, tant la première partie de l’ouvrage insiste sur l’importance de la répartition géographique des différents acteurs au sein de la ville tandis que la dernière partie montre les recompositions urbaines qui suivent les changements sociaux.

9La densité des deux premières parties, issues de la thèse de Marion Fontaine, tranche avec la troisième, plus aérée, qui permet à l’auteure de donner davantage libre cours à son style. Enfin, alors que l’auteure, à plusieurs reprises, fait mention de l’existence de « filles » qui auraient joué également au football, et de la « virilité » des joueurs, rien de plus précis n’est dit à ce sujet : les femmes étaient-elles absentes du football lensois ? Auquel cas, une explication, à partir d’une comparaison avec d’autres clubs qui ont pu développer des équipes féminines (notamment avant 1940, et après les années 1970), aurait été bienvenue. Le sujet aurait mérité une analyse genrée plus développée, qui n’aurait rien enlevé au reste du propos.

10L’ouvrage de Marion Fontaine confirme ainsi avec talent la compatibilité de l’histoire sociale et de l’histoire du sport, à partir d’une monographie qui s’y prête particulièrement. L’histoire du sport, plus récente et moins installée, a certainement tout à gagner, tandis que l’histoire sociale s’en trouve renouvelée.

Haut de page

Notes

1 Marion Fontaine, Les « Gueules noires » et leur club : sport, sociabilités et politique à « Lens les Mines » (1934-1956), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Christophe Prochasson, EHESS, 2006, 792 p.

2 Olivier Chovaux, Cinquante ans de football dans le Pas-de-Calais. « Le temps de l’enracinement » (Fin xixe-1940), Arras, Presses Artois université, 2001, 378 p.

3 Marion Fontaine, op. cit., p. 16.

4 Marion Fontaine, op. cit., p. 67.

5 Marion Fontaine, op. cit., p. 110.

6 Marion Fontaine, op. cit., p. 187.

7 Marion Fontaine, op. cit., p. 235.

8 Marion Fontaine préfère parler du « nous » plutôt que d’identité, en raison de l’emploi médiatique et politique contemporain du terme qui en a déplacé le sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florys Castan-Vicente, « Marion Fontaine, Le Racing Club de Lens et les « Gueules noires », essai d’histoire sociale  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3115

Haut de page

Auteur

Florys Castan-Vicente

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page