Navigation – Plan du site
DÉBATS

Marxisme et histoire en France depuis la Deuxième Guerre mondiale (Partie I)

Guy Lemarchand
p. 171-180

Résumé

L’image aujourd’hui fréquemment présentée du climat intellectuel en France depuis les lendemains de la Deuxième Guerre mondiale jusqu’aux années 1970 est celle d’une prédominance écrasante du marxisme, en particulier dans le domaine des sciences humaines. Pour l’historiographie comme histoire de l’histoire, il s’agit en fait de savoir quelle a été l’étendue réelle de son influence sur les travaux historiques, comment cette domination, si elle existe, s’est manifestée et de quel marxisme l’on parle alors. Ainsi posées, ces questions constituent elles-mêmes un enjeu idéologique et même politique. En effet l’historiographie en France est encore assez peu développée. Elle n’a pris son essor comme recherche systématique que depuis les années 1975-1980. Cette situation facilite la persistance de vues schématiques inspirées par la polémique politique récente plus que par l’étude de la réalité des textes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Olivier Carbonnel, L’historiographie, Paris, Puf, coll. Que sais-je ?, 1981.
  • 2 Guy Thuillier, Jean Tulard, Les écoles historiques, Paris, Puf, coll. Que sais-je ?, 1990.

1Deux thèmes sont encore largement établis chez les historiens français. C’est d’abord une confusion plus ou moins clairement exprimée entre marxisme et stalinisme. À dessein, je me réfère par exemple à un livre de la collection « Que sais-je » parce que ces ouvrages des Presses universitaires de France connaissent une grande diffusion, fondée à la fois sur la qualité de beaucoup d’entre eux, la commodité de leur présentation et le tirage élevé et les rééditions dont ils bénéficient. Rédigée par l’un des maîtres fondateurs de l’historiographie1, la première synthèse ample allant d’Hérodote à nos jours, courte mais dense, consacre, à propos du marxisme, à peu près autant de place à Staline qu’à Marx, Staline qui aurait écrit sur l’histoire un « véritable discours de la méthode », et elle ne marque pas de différence entre les deux auteurs. Le reste de la réflexion et de la recherche historique, « des pratiques multiples renouvelées », y est opposé et les travaux de l’école des Annales sont placés dans cette seconde catégorie ne se réclamant pas explicitement de Marx. Enfin, l’auteur suggère, sans le dire explicitement, que l’influence du marxisme a été fortement prédominante pendant plusieurs décennies après 1945. Un autre volume de « Que sais-je » consacré aux diverses orientations des historiens2 va plus loin et parle de « crise de l’histoire » dans les années 1960-1990, à cause de la querelle qui a sévi entre deux types d’historiens. D’un côté il y a eu ceux qui avaient « un engagement politique », à gauche, et ils ont donné une histoire politisée derrière laquelle le lecteur devine le marxisme agissant, tandis qu’en face se trouvaient les historiens restés conformes à « la tradition positiviste ». Ces derniers auraient refusé le manque d’objectivité, le dogmatisme et l’intolérance caractérisant le premier groupe. Mais l’histoire « partisane » aurait été très largement majoritaire pendant un moment, car les auteurs placent dedans la « nouvelle histoire » issue des Annales avec F. Braudel, J. Le Goff, etc. Il s’agit presque d’une version renouvelée du « complot marxiste », et ici la conspiration l’aurait emporté pendant longtemps. Comment donc est-on passé de cette vision soutenue par ses adversaires d’une histoire marxiste étroitement matérialiste, sectaire mais triomphante, à un état de l’historiographie française où les lignes de fracture anciennes ont presque disparu et où le débat ne porte plus guère sur la validité de l’interprétation marxiste de l’histoire ?

La situation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale

  • 3 Charles-Victor Langlois, Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette,18 (...)
  • 4 Guy Bourdé, Hervé Martin, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983 ; Antoine Prost, Douze leçons (...)
  • 5 Louis Halphen, Introduction à l’histoire, Paris, Puf, 1946, rééd. 1949.
  • 6 Une figure représentative en est René Grousset, Figures de proue, Paris, Plon, 1950.

2Pourquoi partir de cette date ? C’est évidemment qu’elle forme un point de rupture, lié aux bouleversements matériels, politiques et intellectuels apportés par le conflit et l’occupation ennemie. Apparaît d’abord le maintien de la domination chez les historiens français du positivisme de l’école « méthodique », et également son épuisement. À la Libération, il tient encore la majeure partie du Collège de France, la quatrième section de l’École pratique des hautes études, la majorité des postes des universités et des conservations de musée dont les titulaires se font volontiers chercheurs d’histoire. Toutefois, depuis la fin du xixe siècle et la publication de l’ouvrage-code de cette orientation3, sa production a tendu à se scléroser, surtout dans l’entre-deux-guerres4. Si, comme l’a soutenu Antoine Prost, Lucien Febvre a caricaturé dans ses attaques la figure de Charles Seignobos, il n’en demeure pas moins qu’il a visé juste en ce qui concerne ses disciples et successeurs. Luttant contre les préjugés philosophiques, souvent spiritualistes et cléricaux, qui déformaient nombre de recherches, ils ont fini par tomber effectivement dans une véritable religion du document. Ainsi, dans un ouvrage au titre qui rappelle à l’évidence celui de Langlois et Seignobos, et dont la lecture était proposée aux étudiants débutants d’histoire vers 1950, l’un des maîtres de l’école, professeur à la Sorbonne, spécialiste réputé du Moyen Âge et codirecteur de la prestigieuse collection d’histoire universelle « Peuples et civilisations » (PUF) fondée en 1924 et qui continue jusqu’à aujourd’hui, écrit : « Il suffit de se laisser en quelque sorte porter par les documents lus l’un après l’autre, tels qu’ils s’offrent à nous, pour voir la chaîne des faits se reconstituer presque automatiquement »5. L’histoire des historiens est donc, pour L. Halphen, un reflet quasiment passif de la réalité, et non une construction intellectuelle. Isolant ce qu’ils appellent les « faits historiques », les positivistes retiennent de la totalité historique principalement le plus apparent, le politique, soit l’histoire des institutions, des administrations, des gouvernements et des gouvernants. Cette histoire s’attache avant tout aux « événements », grandes décisions, changements et épisodes de luttes diplomatiques, militaires et législatifs. Elle n’ignore pas l’économie mais elle l’isole du reste, en particulier du politique, et la traite comme un élément secondaire. Il s’agit bien d’un point de vue superficiel, qui se désintéresse du sort de la masse des hommes et verse fréquemment dans une vision où les grands hommes règlent l’histoire6. Par ailleurs, cherchant à demeurer au plus près du contenu littéral des documents, ces historiens tendent à abandonner la recherche des causes au profit, plus modestement, de celle des « conditions », c’est-à-dire des circonstances dans lesquelles les faits se sont produits. Cette impuissance intellectuelle volontaire a fait qu’ils n’ont pas su ni voulu pressentir la montée des périls en 1914, ou lors de la crise économique de 1929, ni en 1939.

3Quant à l’école des Annales, tout en restant minoritaire, depuis sa naissance en 1929, elle a renforcé ses positions. Marc Bloch est devenu professeur à la Sorbonne en 1936 jusqu’à sa radiation par Vichy en 1941, et son action et sa mort dans la Résistance contribuent au prestige de son orientation. Lucien Febvre est au Collège de France depuis 1933 et il reprend son enseignement en 1946. Les Annales d’histoire économique et sociale reparaissent en 1946 et modifient légèrement leur titre de façon à couvrir plus nettement tout le champ de la discipline en gardant les pistes ouvertes avant-guerre, Annales, Économies-Sociétés-Civilisations. Sans qu’il y ait de doctrine codifiée ni en 1946 ni en 1929, on peut relever quelques traits de leur orientation, en rapport éventuel avec la question du marxisme. Sur le plan formel, la revue utilise fréquemment vis-à-vis des travaux positivistes un ton acerbe qui tranche avec la pratique universitaire feutrée habituelle, à laquelle elle reproche d’étouffer les débats d’idées. Sur le fond, en privilégiant le récit des faits, les historiens traditionnels produisent, selon elle, un décalque du discours des rédacteurs des sources dépouillées et, en fait, épouseraient par là l’idéologie des auteurs des documents, les dominants. Les Annales, au contraire, insistent sur l’importance de l’économie et refusent l’explication de l’histoire par le politique. De même, l’accent est mis sur le rôle des masses et le poids des humbles dans la causalité historique. Cette inspiration retentit sur la méthode préconisée : l’« histoire-problème ». Il s’agit de prendre comme objet d’étude non pas une période découpée dans l’histoire d’une région ou d’un état envisagée sous tous ses aspects, mais de définir un thème de problématique et d’en saisir le développement sur une durée qui peut s’étendre sur plusieurs siècles, au-delà de l’opposition apparente entre les moments successifs ; et on retiendra de même un espace géographique pour l’analyse qui brise les frontières politiques et administratives. Telle la question du commerce et de la pénurie monétaire depuis le viie siècle et la formation en Occident de l’empire carolingien, jusqu’au xie siècle et l’apparition sur les ruines de la domination de Charlemagne des états européens fractionnés, ce qui rompt avec les cadres chronologiques et spatiaux du positivisme.

4Les historiens faisant ouvertement profession d’adhésion au marxisme sont encore, dans les années 1945, en nombre très réduit, et c’est probablement dans le secteur de l’étude de la Révolution française qu’on en trouve le plus, à l’exemple des maîtres qui avaient montré un penchant pour cette orientation : après Jaurès et son Histoire socialiste de la Révolution française (1901-1904), les deux titulaires de la chaire spécialisée de la Sorbonne : Albert Mathiez (1926-1932) et Georges Lefebvre (1937-1949). Il est vrai que, dans l’entre-deux-guerres, se déclarer proche du marxisme fait passer pour être sympathisant de l’URSS et du PCF qui se veulent les gardiens de la pensée de Marx et d’Engels. Il y a là un « engagement » dans la vie politique qui répugne à la majorité des chercheurs, même à ceux qui se font critiques vis-à-vis du positivisme. Joue également la méconnaissance matérielle vis-à-vis de l’œuvre des philosophes allemands. Elle n’est enseignée dans aucune institution, ni au lycée, ni à l’université en économie, en histoire ou en philosophie. Si on ne lit pas la langue allemande, et il s’agit d’un allemand difficile, l’accès aux écrits de Marx et Engels est restreint. Le Capital a été édité en français pour la seconde fois en 1930-1938 (éditions Costes), la première édition de 1872-1875 est devenue rare, et, selon les germanistes, comporte des erreurs et des lacunes. Il faut attendre 1950-1960 pour disposer d’une autre version plus satisfaisante (éditions sociales). Quant aux travaux d’histoire de Marx, La guerre civile en France, par exemple, ne connaît que trois à quatre éditions en 80 ans, malgré son intérêt pour l’histoire française. À défaut donc, on se reportera à la synthèse résumée de Staline de 1938, aussitôt traduite et republiée fréquemment, Matérialisme dialectique et matérialisme historique. Autre vulgarisateur éventuel du marxisme, A. Gramsci ne sera connu en France qu’à partir de 1970.

L’essor de l’influence du marxisme et ses ambiguïtés, 1950-1980

  • 7 Charles Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1961.

5Cependant, en une dizaine d’années, entre 1950 et 1960, va se produire un véritable renversement du rapport des forces. Avec l’effacement relatif de l’histoire politique et de l’histoire des idées et la montée rapide de l’histoire économique et de l’étude des structures sociales, le positivisme disparaît presque. Il ne persiste nettement que dans l’histoire contemporaine avec les travaux sur les relations internationales impulsés par Pierre Renouvin. Encore que les conceptions de celui-ci avec, entre autres, la notion de « forces profondes », dépassent largement la vieille histoire diplomatique et événementielle. L’histoire de l’Antiquité, surtout celle de la Grèce et de Rome et non celle de l’Orient, reste aussi proche de la tradition, la nature des sources prédominantes, littéraires et épigraphiques, mettant l’accent sur le politique et le religieux. En 1961 paraît un ouvrage de synthèse méthodologique qui est probablement le dernier grand livre dans cette inspiration7.

  • 8 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, 1re éd., Paris, Armand Colin,1949 ; Luc (...)
  • 9 Marc Bloch, Caractères originaux de l’histoire rurale française, 1re édition, Oslo, H. Aschehoug, 1 (...)
  • 10 Jacques Le Goff, Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, 3 vol., Paris, Gallimard, 1974 ; Jacques (...)

6Ces trois décennies sont au contraire celles du triomphe des Annales et du règne de la trilogie Annales-Braudel-Labrousse. Les Annales ESC sont alors la revue scientifique d’histoire la plus puissante et au rayonnement le plus fort, loin devant la Revue historique. Ayant plus de 3 000 abonnés, très diffusée à l’étranger, elle passe en 1968 de quatre numéros par an à six. Les historiens qui en sont proches tiennent les institutions essentielles. Au Collège de France, Fernand Braudel succède à Lucien Febvre (1949-1972), puis ce sera Emmanuel Le Roy-Ladurie (très proche de lui) succédera à ce dernier. Surtout, contre la Sorbonne en majorité alors réticente, est créée en 1947 la 6e section de l’École pratique des hautes études qui deviendra un organisme autonome, l’École des hautes études en sciences sociales en 1975, toujours dans l’orientation des Annales. De plus, c’est autour de 1950 que paraissent ou reparaissent les grands ouvrages des fondateurs de l’école qui font référence, à la fois les ouvrages de réflexion générale sur l’histoire et ses méthodes8 et les études de terrain qui ouvrent concrètement des pistes nouvelles9. En même temps, le champ de la discipline s’étend et on multiplie les objets de recherche dans l’inspiration des Annales. Ainsi, l’étude du milieu géographique et de son influence éventuelle sur la société analysée : Braudel consacre 250 pages à ce sujet sur 1 130 dans la deuxième édition de La Méditerranée… Les structures sociales sont aussi à l’ordre du jour, dans la lignée du livre de M. Bloch, La société féodale (1936-1940), qui est réédité en 1949. La démographie historique prend son essor au même moment avec la fondation de la revue de l’INED, Population, en 1946, qui s’ouvre aux articles sur le passé, et avec la création de la Société de démographie historique en 1963 qui publie à partir de 1965 les Annales de démographie historique. Puis, en 1967, est fondée, sous l’égide de F. Braudel, l’Association française des historiens économistes, qui se cherche d’abord une revue spécialisée, ne parvient pas à sauver la vieille Revue d’histoire économique et sociale moribonde et édite un bulletin ronéoté, en principe annuel. Enfin, le chantier de la mentalité et de la culture, dans la lignée des suggestions de Lucien Febvre, est ouvert avec le grand livre de Robert Mandrou, Introduction à la France moderne (Paris, 1961). Le courant se prolonge dans les années 1970, appelé « Nouvelle histoire », élargissant ses investigations sous l’influence en particulier de la sociologie et de l’ethnologie, comme en témoignent les deux livres de mise au point méthodologique qui paraissent alors10.

7Au même moment, le marxisme a considérablement renforcé son audience, quoique l’on ait du mal à distinguer alors ce qui relève de lui de ce qui revient aux Annales. Un homme, qui est à lui seul une institution en quelque sorte, Ernest Labrousse, fait la jonction entre les deux courants. Professeur d’histoire économique à la Sorbonne de 1946 à 1966, il est, entre autres, codirecteur avec Fernand Braudel de la grande collection novatrice Histoire économique et sociale de la France, parue en 1970-1980 (PUF), et il dirige des dizaines de thèses d’histoire moderne et contemporaine. Sans en être un collaborateur régulier, il a publié quelques articles dans les Annales. Il est le promoteur essentiel de l’introduction du quantitativisme fondé sur le dépouillement de sources sérielles chiffrées ou chiffrables comme les mercuriales de marchés, les rôles fiscaux ou les inventaires après décès. Mais, pour autant, il ne sépare pas économie et société et met au premier plan l’interaction continuelle entre elles, saisie en particulier à travers les concepts de structure et conjoncture. Comme M. Bloch, il utilise largement les notions de classe sociale et de contradiction entre les classes, mais, lui, se réfère parfois explicitement à Marx qu’il connaît incontestablement. Enfin, sous son impulsion est développé le secteur de l’histoire du mouvement ouvrier et fondée, en 1961, la revue Mouvement social. À côté de lui se multiplient les historiens ouvertement marxistes, de Claude Mossé ou Pierre Lévèque pour l’Antiquité, Claude Cahen ou Charles Parain pour le Moyen Âge, à Claude Mazauric, Michel Vovelle en histoire moderne, ou Jean Bouvier, Gilbert Badia, Claude Willard, Jean Bruhat ou Jean Ellenstein en histoire contemporaine.

8Ce changement dans le paysage offert par la discipline est lié à plusieurs séries de raisons qui montrent combien les historiens ne vivent pas dans des tours d’ivoire et sont sensibles à la période dans laquelle ils existent. Cause sociologique immédiate : le corps professionnel est à peu près entièrement renouvelé en une douzaine d’années par le départ à la retraite de ceux qui avaient été nommés avant ou pendant la guerre : il est remplacé par des hommes plus jeunes et portés à rompre avec les modes de pensée de l’entre-deux-guerres. Parmi les causes intellectuelles, ensuite, il y a l’influence des sciences humaines parallèles à l’histoire, en expansion rapide après 1945, qui fournissent aux historiens des méthodes et des concepts nouveaux et leur posent des questions auxquelles la tradition positiviste ne s’intéressait guère. Ainsi, l’économie avec les cycles, l’organisation du travail ou la croissance ; la sociologie avec les sondages, les interrelations ou la théorie générale de la société ; la géographie avec le système de cultures ou le réseau urbain… D’autre part, pour l’élaboration des statistiques, de nouveaux moyens de calcul sont inventés après 1960, les machines à calculer, la mécanographie avant l’ordinateur dont l’emploi s’accroît après 1980, tous instruments qui permettent l’étude de grandes masses de documents et d’hommes du passé et la quantification de nombreux éléments ainsi que l’établissement de corrélations entre les séries. Il y a également des causes politico-idéologiques pour expliquer ces changements dans l’histoire. Ont agi l’expérience de la Seconde Guerre mondiale et les tensions lors de la reconstruction d’après-guerre qui ont montré le poids essentiel de l’économie, en particulier celui de l’industrie pendant le conflit et l’intensité des luttes sociales liées à l’inflation et aux pénuries après 1945. Et dans la vie politique d’après la Libération pèsent fortement les forces populaires, comme en témoignent les résultats électoraux du PCF et de la SFIO et la puissance du syndicalisme, tandis que, comme acteur du combat antinazi, le prestige de l’URSS, pays qui se réclame de Marx, est au plus haut. Tout cela suscite évidemment un intérêt nouveau pour « les masses qui font l’histoire » et pour le marxisme. S’ajoutent des causes sociologiques : les années 1960 se situent au début de l’augmentation du nombre des historiens professionnels. Entre 1960 et mai 1968 sont créées 9 universités nouvelles hors de Paris ; par là accèdent au métier d’historien davantage d’enfants de catégories non bourgeoises. En même temps, les publications d’histoire des grands éditeurs et des universités de province se multiplient, et le lectorat d’histoire s’étend aux professeurs de collèges et de lycées, et aux étudiants.

  • 11 Collectif, L’histoire sociale, colloque de Saint Cloud 1965, Paris, Puf, 1967 ; coll., Ordres et cl (...)
  • 12 Guy Lemarchand, « Sur Marc Bloch », Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, 2000, n° 79.

9L’idée de domination marxiste n’en repose pas moins sur un amalgame abusif entre Annales et marxisme. Cependant, il est vrai qu’il y a une parenté entre les deux courants, déjà apparue avant 1939, et que renforce l’évolution depuis 1950. L’un et l’autre professent un certain matérialisme en ce sens que, non seulement ils s’attachent à développer la connaissance de l’économie, mais que, selon eux, l’histoire des mentalités ne peut être détachée de celle de l’économie et des techniques. Tous deux utilisent abondamment la notion de structure sociale et insistent sur son poids dans l’explication historique. Enfin, ils manifestent la même volonté d’élaborer une « histoire totale », c’est-à-dire d’appréhender et d’expliquer – et non pas seulement de décrire comme le faisaient les positivistes – le tout social dans l’ensemble de ses composantes. Ce rapprochement apparaît dans l’organisation des deux colloques d’« histoire sociale »11 qui sont marqués par un débat entre deux groupes informels : d’un côté les tenants des Annales et les marxistes, de l’autre des opposants divers, soit positivistes, soit d’orientation idéaliste. La première de ces réunions voit ainsi s’instaurer un dialogue contradictoire entre E. Labrousse, A. Soboul et R. Mousnier, et, à la seconde, des historiens de l’Antiquité, muets jusque-là, se rallient à la première tendance qui apparaît alors presque hégémonique12.

  • 13 Claude Ingerflom, « Moscou : Le procès des Annales », Annales ESC, 1982, 1.
  • 14 Annie Kriegel, « La grande pitié de l’histoire officielle », Nouvelle Critique, 1951, 26 ; Jacques (...)

10Néanmoins, il y a également des différences notables, voire des contradictions entre les deux courants. Les marxistes soviétiques, à l’époque de Brejnev, critiquent durement la « nouvelle histoire »13, lui reprochant un éclectisme croissant qui éloigne de l’essentiel, les contradictions de classe ; son objectivisme issu du positivisme lui ferait négliger l’étude des modes de l’exploitation, elle porterait une attention insuffisante au développement des forces productives ; pour tout dire, elle ignorerait Marx. En France, dès les années 1950, des historiens membres du PCF ont déjà vitupéré contre, selon eux, la trahison par les Annales d’après-guerre de ses premiers engagements, et ils stigmatisent son empirisme sans principe14. Mais après 1960, avec la déstalinisation, cette virulence intransigeante s’atténue, sans que certaines réserves persistent, en particulier à propos de l’apparente minimisation du politique qui choque surtout les historiens de la Révolution française et du xixe siècle, sensibles au poids des révolutions.

  • 15 Georges Duby, L’histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991.
  • 16 Georges Duby, La société du Mâconnais aux xie et xiie siècles, Paris, Armand Colin, 1953.
  • 17 Louis Althusser, Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965 ; Louis Althusser, Etienne Balibar, Lire le Capita (...)
  • 18 Georges Henri Soutou, La guerre de 50 ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001.

11Mais les membres des Annales ne sont pas en reste. À cet égard, un témoignage semble bien exprimer l’opinion de la plupart d’entre eux : celui de G. Duby15, qui a publié dès 1953 une des premières thèses d’après-guerre dans l’esprit des Annales16. Il n’a pas connu Marx par une lecture directe de ses écrits mais par l’intermédiaire de L. Althusser17. Il dit avoir été séduit par les grands traits du modèle théorique de société fourni par Marx : l’importance de l’économie, les concepts de rapports de production, lutte de classes, idéologie. Il a « une dette immense » vis-à-vis du philosophe allemand ; toutefois, il ne se considère pas comme marxiste et refuse le systématisme rigide qu’il attribue à Marx et la détermination en dernière instance par l’économie. Il rejette donc toute « théorie » qui, pour lui, encadre le réel historique de manière toujours trop étroite. Sans doute la situation mondiale dans les années 1960 est-elle aussi pour quelque chose dans ces hésitations. Le rayonnement de l’URSS et du « camp socialiste » est renforcé par des victoires apparemment éclatantes : l’épopée des vaisseaux spatiaux à partir du vol planétaire de Gagarine en 1961 qui manifeste la réussite apparente de l’économie soviétique, l’élargissement considérable du « camp socialiste » avec l’entrée de nouveaux États, de Cuba en 1960 jusqu’à l’Éthiopie en 1978, et la victoire du Vietnam contre les états-Unis en 1975. Pourtant, dans le même temps, des signes inquiétants apparaissent aussi : des crises violentes à l’intérieur des États « socialistes » : Berlin, 1953, la Hongrie en 1956, la Tchécoslovaquie en 1968, la Pologne en 1956, 1970, 1975. La « révolution culturelle » bouleverse la Chine entre 1966 et 1972 et provoque une tension aiguë avec l’autre grand du socialisme, l’URSS. Une telle ambiguïté a de quoi troubler, d’autant plus que la polémique est échauffée par la « guerre froide » qui perdure de 1947 à 198518.

12[Suite de l’article dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 121, à paraître]

Haut de page

Notes

1 Charles Olivier Carbonnel, L’historiographie, Paris, Puf, coll. Que sais-je ?, 1981.

2 Guy Thuillier, Jean Tulard, Les écoles historiques, Paris, Puf, coll. Que sais-je ?, 1990.

3 Charles-Victor Langlois, Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette,1897, éd. Kimé, 1992.

4 Guy Bourdé, Hervé Martin, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983 ; Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Seuil, Paris, 1996 ; Antoine Prost, « Seignobos revisité », xxe siècle, 1994, vol. 43, p. 100-118 ; Bertrand Muller, Lucien Febvre lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.

5 Louis Halphen, Introduction à l’histoire, Paris, Puf, 1946, rééd. 1949.

6 Une figure représentative en est René Grousset, Figures de proue, Paris, Plon, 1950.

7 Charles Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, Pléiade, 1961.

8 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, 1re éd., Paris, Armand Colin,1949 ; Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1953.

9 Marc Bloch, Caractères originaux de l’histoire rurale française, 1re édition, Oslo, H. Aschehoug, 1931, 2e Paris, Armand Colin, 1952 ; Supplément, Paris 1956 ; Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, 1re éd., Paris, Albin Michel, 1942, 2e éd., Paris, Albin Michel, 1947 ; Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen au temps de Philippe II, 1re éd. Paris, Armand Colin, 1949, 2e éd. augmentée 2 vol., Paris, Armand Colin, 1966.

10 Jacques Le Goff, Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, 3 vol., Paris, Gallimard, 1974 ; Jacques Le Goff, Roger Chartier, Jacques Revel (dir.), La Nouvelle histoire, Paris, Retz, 1978.

11 Collectif, L’histoire sociale, colloque de Saint Cloud 1965, Paris, Puf, 1967 ; coll., Ordres et classes, 2e colloque Saint Cloud 1967, Paris – La Haye, 1974.

12 Guy Lemarchand, « Sur Marc Bloch », Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, 2000, n° 79.

13 Claude Ingerflom, « Moscou : Le procès des Annales », Annales ESC, 1982, 1.

14 Annie Kriegel, « La grande pitié de l’histoire officielle », Nouvelle Critique, 1951, 26 ; Jacques Blot, « Le révisionnisme en histoire ou l’école des Annales », Nouvelle Critique, 1951, 30.

15 Georges Duby, L’histoire continue, Paris, Odile Jacob, 1991.

16 Georges Duby, La société du Mâconnais aux xie et xiie siècles, Paris, Armand Colin, 1953.

17 Louis Althusser, Pour Marx, Paris, Maspéro, 1965 ; Louis Althusser, Etienne Balibar, Lire le Capital, 2 vol. Paris, Maspéro, 1965, 2e éd. augmentée, Paris 1968.

18 Georges Henri Soutou, La guerre de 50 ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lemarchand, « Marxisme et histoire en France depuis la Deuxième Guerre mondiale (Partie I) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 171-180.

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Marxisme et histoire en France depuis la Deuxième Guerre mondiale (Partie I) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3104

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page