Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Eric J. Hobsbawm, l’histoire et l’engagement

François Jarrige
p. 157-164

Entrées d’index

Mots-clés :

Hobsbawm, histoire, engagement

Schlagwortindex :

Hobsbawm, histoire, engagement

Palabras claves :

Hobsbawm, histoire, engagement
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eric Hobsbawm, Franc-tireur. Autobiographie, Paris, Hachette, 2005, p. 370.

1Eric Hobsbawm est décédé le 1er octobre dernier à l’âge de 95 ans. Depuis, les articles d’éloges comme de critiques prolifèrent, signes du statut à part de cet historien qui aura traversé le dernier siècle en acteur et en observateur unique. Né à Alexandrie en 1917 dans une famille juive, élevé en Europe centrale dans l’entre-deux-guerres, orphelin à 14 ans, quittant Berlin pour Londres après l’arrivée des nazis au pouvoir, Eric Hobsbawm aura sans doute marqué plus que quiconque l’historiographie mondiale du XXe siècle. Il fut l’un des grands intellectuels cosmopolites du siècle dernier, formé à Cambridge, polyglotte remarquable et voyageur infatigable. Hobsbawm avouait un « don pour apprendre les langues sur le tas »1, et ce point a façonné aussi bien sa carrière professionnelle, son approche de l’histoire, que les formes de son engagement. Après guerre, il sert d’ailleurs de traducteur à Ernest Labrousse et Fernand Braudel dans les congrès internationaux d’histoire économique. Introduit à la politique à l’époque de la faillite du régime de Weimar, il rejoint rapidement les mouvements communistes pour distribuer des tracts contre le nazisme, il s’enthousiasme pour le Front populaire en 1936 et adhère au parti communiste britannique dès cette époque. Son parcours et son œuvre sont indissociables de ces expériences fondatrices.

  • 2 Outre son autobiographie, voir les actes passionnants de la table ronde organisée par la Société d’ (...)

2Pour beaucoup, dont je fais partie, la fidélité d’Hobsbawm à l’égard du marxisme et à l’idéal d’une société des égaux constituent plus qu’un exemple, une véritable bouffée d’oxygène. À L’heure du repli disciplinaire, du désengagement généralisé des clercs, de la frilosité d’un monde universitaire contraint à entrer dans le rang, la passion d’Hobsbawm, la cohérence entre ses engagements politiques et ses recherches savantes, constituent à la fois un modèle et un horizon. Il a sans doute plus que quiconque réussi à lier la rigueur scientifique, la clarté de la narration, et la force des idées. Comment résumer et présenter une œuvre si diverse, foisonnante, qui s’étend sur près de 70 ans, qui a touché à presque tous les champs de l’histoire contemporaine ?2 Contrairement à ceux qui ont cherché et qui chercheront encore à réduire l’œuvre d’Hobsbawm à la posture de l’historien marxiste enfermé dans son idéologie, nous croyons au contraire que son originalité première fut sa capacité d’invention permanente et son ouverture exceptionnelle sur le monde. Suivre le travail d’Eric Hobsbawm depuis l’après-guerre, c’est parcourir quelques unes des principales mutations intellectuelles et politiques de cette époque : la réinvention de l’histoire sociale, la mondialisation des enjeux, la réflexion incessante sur le politique et ses mutations.

Nouvelle histoire sociale et « primitifs » de la révolte

3Formé à l’histoire dans les décennies troublées du milieu du XXe siècle, Hobsbawm se tourne d’emblée vers l’histoire sociale qu’il contribua largement à renouveler. Après une thèse de doctorat consacrée à la société fabienne, Hobsbawm se consacre à l’histoire du mouvement ouvrier. Son premier apport historiographique réside dans la révolution épistémologique de la nouvelle histoire sociale qu’il a contribué à introduire en Grande-Bretagne au tournant des années 1950. Avec quelques autres, comme Christopher Hill, ou George Rudé, Hobsbawm fonde en 1952 la revue Past and Present, dont il sera l’une des principales chevilles ouvrières. Émanant du petit groupe des historiens du parti communiste, cette revue entretint toujours des relations très libres avec le parti, et offrit un forum de débats largement ouvert aux non-marxistes. L’histoire proposée par Hobsbawm est alors une histoire par en bas (from below), une histoire du peuple, de la révolte, de la résistance.

  • 3 Michaël. Löwy, « Du capitaine Swing à Pancho Villa. Résistances paysannes dans l’historiographie d’ (...)

4Ses trois ouvrages majeurs des années 1950-1960, Primitive Rebels (1959), Bandits (1969) et Captain Swing (1969), sont ainsi dédiés aux formes « archaïques » de révoltes populaires. Comme l’écrit M. Löwy, Hobsbawm « se distingue de la vulgate “progressiste” d’alors par son intérêt, sa sympathie, sa fascination même - ce sont ses propres termes - pour les mouvements “primitifs” de résistance et protestation des paysans »3. Même s’il n’eut jamais la même flamme romantique que son contemporain, E. P. Thompson, ils partageaient une même conception de l’écriture de l’histoire. Hobsbawm qualifie d’ailleurs de « merveilleux » le livre La Formation de la classe ouvrière anglaise : « nos sentiments étaient au diapason » écrit-il dans son autobiographie. Hobsbawm a donc inauguré une histoire par en bas qui élargissait la notion de politique à des comportements jusque-là considérés comme relevant de l’irrationalité, conférant notamment à la foule des objectifs propres. Cette approche s’écarte de l’histoire politique traditionnelle centrée sur les leaders et les idées pour interroger les actions et les pensées du peuple, comme la diversité des pratiques et des univers sociaux populaires. En parlant de « prépolitique », Hobsbawm entendait d’abord souligner que ces mouvements sociaux ne se réduisaient pas à de la délinquance ou à de l’hystérie collective, mais possédait leur rationalité propre.

5Le premier apport d’Hobsbawm a été de contribuer largement au renouvellement de l’histoire sociale britannique, à l’ouverture de ses horizons à une époque où s’imposait par ailleurs une histoire économique quantitative modelée par l’économétrie nord-américaine. Face à l’histoire politique dominante, centrée sur les organisations, il a contribué à donner la parole aux acteurs ordinaires, aux ouvriers invisibles, en se tournant vers des groupes sociaux très divers, vers des pratiques longtemps jugées marginales, comme les bris de machines, le radicalisme des gens de métier, les mythes de Robin des bois, les migrations des artisans, etc. Dans ses analyses, il a toujours cherché à combiner une histoire sociale structurelle, fondée sur l’étude des dynamiques socio-économiques, et une attention minutieuse aux pensées et aux motivations des acteurs singuliers.

La culture et la critique des nationalismes

  • 4 Voir notamment son livre : Une sociologie du jazz, Paris, Flammarion, 1966 (« Nouvelle bibliothèque (...)
  • 5 Voir le témoignage de Roger Chartier, « La structure, la culture et le blue-jeans », Revue d’histoi (...)

6Contrairement à ce que pourraient laisser penser un jugement rétrospectif trop rapide, ou certaines formules de Hobsbawm lui-même regrettant le passage dans les années 1970-1980 d’une histoire sociale analytique à la mode de l’« histoire culturelle », l’œuvre de Hobsbawm fut tout entière traversée par la question de la culture. Il faut rappeler l’une des facettes méconnue de son œuvre : l’étude du jazz. Hobsbawm tint longtemps, sous le pseudonyme de Francis Newton, la chronique de jazz dans l’hebdomadaire de gauche The new Statesman. Il a beaucoup écrit sur l’histoire de ce genre musical, sur ses évolutions en lien avec les mouvements migratoires et les transformations socio-économiques4. À la fin des années 1970, Hobsbawm anima d’ailleurs un séminaire à l’EHESS, avec Roger Chartier, intitulé « Histoire sociale de la culture, histoire culturelle du social », dans lequel il parla aussi bien du jazz, du tango que du sport5. Loin de réduire les productions culturelles à ses soubassements économicistes, Hobsbawm chercha en permanence à penser ensemble le monde social et les productions culturelles qui le façonnent.

  • 6 Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dir), The Invention of Tradition, Cambridge, 1983, traduction fran (...)
  • 7 Ouvrage publié en Italie, peu traduit, et qui reste peu cité : Storia del marxismo, Torino, Einaudi (...)

7D’ailleurs, le travail d’Hobsbawm a aussi accompagné le tournant anthropologique de l’historiographie des années 1970 comme le retour de l’intérêt pour le politique. Loin d’une approche marxiste réduisant l’histoire à ses seuls déterminismes socio-économiques, Hobsbawm n’a cessé d’explorer aussi le champ des idées, des cultures et des imaginaires politiques. Dans L’invention de la Tradition (1983), l’un de ses ouvrages les plus influents (édité avec l’anthropologue Terence Ranger), il étudie ainsi la manipulation des mythes, le jeu des rituels et des symboles tels qu’ils sont sans cesse instrumentalisés par les dirigeants et les mouvements nationalistes6. Quelques années plus tard, à la suite de conférences données à Belfast en 1985, il publie Nation et nationalisme depuis 1780, une synthèse largement traduite qui a accompagné des générations d’étudiants. Il y propose une vive critique du nationalisme ethnolinguistique qui semble alors refleurir en Europe. Il montre comment le nationalisme est « l’exemple classique d’une culture identitaire qui s’ancre dans le passé au travers de mythes représentés sous un habillage historique ». Hobsbawm, qui avait commencé son travail d’historien en étudiant les époux Webb, s’est par ailleurs toujours intéressé à l’histoire des idées, il a ainsi été l’un des maîtres d’œuvre de l’une des dernières grandes histoires du marxisme publiée au début des années 1980, alors que l’intérêt pour cet objet s’évanouissait7.

Le temps des grandes synthèses

8La célébrité internationale d’Hobsbawm est surtout liée au succès et aux nombreuses traductions que vont connaître ses grandes synthèses historiques écrites pour un public plus vaste. En 1968, il publie ainsi une histoire de l’économie britannique depuis le XVIIIe siècle, Industry and Empire. Surtout, en 1962 il inaugurait sa fameuse trilogie consacrée à l’histoire du monde au XIXe siècle en publiant L’ère des Révolutions (1789-1848). Cette vaste histoire globale avant l’heure se proposait d’étudier le monde d’un point de vue européocentré assumé puisqu’il s’agissait de penser les répercussions mondiales de « la double révolution » qu’étaient l’expérience politique française de 1789 et la « révolution industrielle » britannique. Ce volume sera suivi en 1975 par la publication de L’ère du capital (1848-1875), puis, en 1987, par L’ère des empires (1875-1914). Ces ouvrages furent largement traduits dans les principales langues mondiales, lus et utilisés dans divers contextes, que ce soit par les opposants au franquisme en Espagne, en Amérique latine ou en Iran.

  • 8 Voir les remarques de Christophe Charle, Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens (...)

9Ces vastes fresques armées d’une érudition impeccable apparaissaient dans un contexte intellectuel peu favorable. Hobsbawm adopte en effet la « longue durée » braudélienne, ce qui conduit à un effacement de l’événement au moment même où celui-ci opérait un retour en force dans l’historiographie française. Au tournant des années 1980, un hiatus semble s’amorcer entre les publications d’Hobsbawm et les nouvelles générations d’historiens soucieux de prendre leur distance avec les grands récits linéaires au profit d’une attention croissante au micro, aux traces, à la discontinuité des temps historiques, ou à la texture des énoncés linguistiques… Avec ces grandes synthèses, Hobsbawm apparaissait comme un historien inclassable, à cheval entre les historiens du XIXe siècle pratiquant l’histoire des civilisations, et l’avant-garde de l’historiographie redécouvrant dans les années 1990 les vertus de l’histoire globale et transnationale8.

  • 9 Voir notamment le dossier consacré au livre, et plus généralement à la question de la traduction, d (...)

10Ce décalage croissant est sans doute apparu le plus nettement avec la publication en 1994 de L’âge des extrêmes (1914-1991), le plus grand succès de librairie de l’auteur, mais aussi l’un de ses livres les plus discutés. On sait la vive polémique qui a suivi le refus de Pierre Nora de traduire ce livre en français, le jugeant contraire à « l’air du temps » ; aveuglé par ses propres choix politiques, l’historien éditeur pensait que « l’attachement [de Hobsbawm], même distancé, à la cause révolutionnaire » ne pourrait pas passer en France9. Cette « affaire » a fait couler beaucoup d’encre. Depuis, le livre a finalement été traduit en 1999 par l’éditeur André Versaille, avec le soutien du Monde diplomatique, ce fut un grand succès commercial avec exemplaires vendus. Avec cette histoire du « court XXe siècle », rédigée après la chute du mur de Berlin, Hobsbawm se tourne vers ce XXe siècle sur lequel il avait peu écrit jusque-là, et qu’il envisage à la fois en témoin privilégié et en analyste. Il suit comment le monde a été déchiré par deux guerres mondiales qui ont fait des millions de morts et balayé des systèmes entiers de gouvernement. Il examine comment le communisme s’est d’abord imposé comme une foi messianique avant de connaître des errements terribles. Il montre comment les paysans sont devenus des citadins, les ménagères des travailleuses ; comment l’alphabétisation s’est généralisée alors même que les développements de la technoscience faisaient naître de nouveaux risques.

  • 10 Enzo Traverso, « Le siècle de Hobsbawm », Revue internationale des livres et des idées, n° 10, 2009 (...)

11En dépit, ou peut-être à cause de son immense succès commercial — il a reçu de nombreux prix internationaux et a été traduit en 40 langues, dont l’hébreu, l’arabe et le mandarin —, ce livre fut contesté de divers points de vue. On a critiqué sa vision trop européocentrée, son insistance sur les dynamiques socio-économiques, la place trop réduite, voire le quasi-silence sur Auschwitz10. Au sujet de la Shoah, Hobsbawm se justifiait en affirmant : « je ne pense pas que ces horreurs puissent trouver une expression verbale à la hauteur ». Hobsbawm entendait discuter les thèses alors dominantes interprétant cette période au prisme des seuls « totalitarismes ». Ses silences s’expliquent aussi par la nature du livre : plus qu’une synthèse équilibrée ou qui se voudrait complète, il s’agissait aussi d’un témoignage personnel et sensible.

12D’aucuns ont également détecté « un écart », voire une contradiction entre l’historien des briseurs de machines et de la résistance paysanne aux enclosures dans les campagnes anglaises et, d’autre part, celui des grandes synthèses qui aurait oublié les acteurs ordinaires. Ainsi Hobsbawm montre comment la modernisation du XXe siècle conduit à un déclin de la paysannerie, mais il n’examine ni les résistances des paysans à ce processus ni leur rôle dans les grands mouvements révolutionnaires du siècle. L’historien militant pour la prise en compte des gens ordinaires et des acteurs d’en bas serait tombé dans les travers d’une approche surplombante. Cette critique, comme beaucoup d’autres, est injuste, elle oublie que ces ouvrages répondent à des finalités différentes, elle oublie aussi que dans ses vastes fresques Hobsbawm n’a pas négligé de regarder ceux d’en bas. Dans son autobiographie, Hobsbawm lui-même reconnaît d’ailleurs « être resté silencieux sur des choses sur lesquelles il n’est pas raisonnable de rester silencieux ».

Les péripéties de l’engagement

  • 11 Franc-tireur, op. cit., p. 365.

13Au fond, l’œuvre d’Hobsbawm et sa réception ont été modelées en permanence par la question de ses engagements politiques radicaux. Son succès foudroyant des années 1960-1970 comme la méfiance croissante à son égard, notamment en France, à partir des années 1980, est lié à la fidélité d’Hobsbawm à l’égard du marxisme. Pour Hobsbawm, « l’historiographie est saturée de politique, et l’on ne saurait séparer ces deux domaines »11. Mais qu’est-ce au juste que le « marxisme » d’Hobsbawm ? Beaucoup de ceux qui ont choisi de renier leur engagement de jeunesse ne lui ont pas pardonné sa fidélité à l’idée marxiste, qu’il a embrassée dans le contexte terrible des années 1930. Il s’en est expliqué : il a fait le choix de sauver le marxisme de ses caricatures par fidélité à ceux qui étaient morts, par honnêteté intellectuelle aussi à l’égard des engagements qui ont modelé son œuvre. Mais Hobsbawm ne fut jamais enfermé dans un « ghetto marxiste » ou une idéologie étroite, c’est d’ailleurs dans les pays du socialisme réel que ses livres furent le moins traduits car son « marxisme » était à mille lieux de l’orthodoxie officielle désignée par ce terme dans ces pays. Les multiples relectures et réinterprétations actuelles montrant la fécondité renouvelée de l’œuvre de Marx semblent d’ailleurs lui donner raison a posteriori contre ceux qui avaient trop tôt annoncé la fin des idéaux émancipateurs au profit d’une morne fin de l’histoire diluée dans la généralisation du capitalisme libéral.

  • 12 Eric J. Hobsbawm, Echoes of the Marseillaise : Two Centuries Look Back on the French Revolution, 19 (...)
  • 13 Notamment Eric J. Hobsbawm, L’Empire, la démocratie, le terrorisme, Paris, André Versaille éditeur, (...)

14Si Hobsbawm ne fut jamais un théoricien, il publia en revanche de nombreux articles méthodologiques, et ses réflexions sur les fonctions sociales de l’histoire et le rôle de l’historien sont l’un des fils rouges qui traversent son œuvre. Il intervint à de nombreuses reprises dans des débats historiographiques qui furent autant de controverses politiques, que ce soit le « débat sur le niveau de vie » à l’époque de la révolution industrielle, particulièrement vif dans les années 1950-1960, ou celui sur les interprétations de la Révolution française dans les années 198012. Durant les dernières décennies de sa vie, Hobsbawm a continué de publier abondamment. Les conférences qu’il donnait aux quatre coins du monde ont servi de matrices à de nombreux ouvrages engagés où il s’est efforcé de nous livrer ses diagnostics sur les trajectoires en cours13. Loin d’être un intellectuel fossilisé dans les vieilles lunes du passé, Hobsbawm est toujours resté en prise avec l’état du monde. Ses derniers livres publiés au début du XXIe siècle nous parlent ainsi de ses craintes devant l’évolution de l’Empire américain, mais aussi de ses inquiétudes devant les risques environnementaux, les dérives du gigantisme techno-scientifique du second XXe siècle. Malgré l’âge, Hobsbawm ne semble jamais avoir cédé au renoncement ou au repli sur soi. « Ne nous décourageons pas, écrivait-il pour conclure le récit de sa vie, même en une époque aussi décevante. Il faut continuer à dénoncer et à combattre l’injustice sociale. Le monde ne guérira pas tout seul. »

Haut de page

Notes

1 Eric Hobsbawm, Franc-tireur. Autobiographie, Paris, Hachette, 2005, p. 370.

2 Outre son autobiographie, voir les actes passionnants de la table ronde organisée par la Société d’histoire moderne et contemporaine en 2006, à la veille de ses 90 ans : « Eric J. Hobsbawm, un parcours d’historien dans le siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-4 bis, supplément 2006.

3 Michaël. Löwy, « Du capitaine Swing à Pancho Villa. Résistances paysannes dans l’historiographie d’Eric Hobsbawm », Diogène, n° 189, 2000, p. 3-10.

4 Voir notamment son livre : Une sociologie du jazz, Paris, Flammarion, 1966 (« Nouvelle bibliothèque scientifique »). [1ère édition britannique en 1959.]. Dans l’un des derniers recueils de textes de Hobsbawm publié en français [Rébellions. La résistance des gens ordinaires. Jazz, paysans et prolétaires, Bruxelles, Aden, 2010, 1ère éd. 1988], à côté d’études sur le mouvement ouvrier, sur l’engagement politique et social des paysans et sur les transformations sociales contemporaines, sept essais sont consacrés au jazz, soit sur des artistes (Sydney Bechet, Count Basie, Duke Ellington), soit sur des thèmes plus généraux comme les conditions de l’arrivée du jazz en Europe, la période « swing ».

5 Voir le témoignage de Roger Chartier, « La structure, la culture et le blue-jeans », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-4 bis, supplément 2006, p. 88-92.

6 Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dir), The Invention of Tradition, Cambridge, 1983, traduction française : L’invention de la tradition, Éditions Amsterdam, 2006.

7 Ouvrage publié en Italie, peu traduit, et qui reste peu cité : Storia del marxismo, Torino, Einaudi, 1978-1982, 5 vol.

8 Voir les remarques de Christophe Charle, Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, 2013, chap. 12 : « Eric Hobsbawm : images décalées ».

9 Voir notamment le dossier consacré au livre, et plus généralement à la question de la traduction, dans la revue Le Débat, « Sur l’histoire du XXe siècle », janvier-février 1997.

10 Enzo Traverso, « Le siècle de Hobsbawm », Revue internationale des livres et des idées, n° 10, 2009, p. 11-16.

11 Franc-tireur, op. cit., p. 365.

12 Eric J. Hobsbawm, Echoes of the Marseillaise : Two Centuries Look Back on the French Revolution, 1990, trad. française : Aux armes historiens, Paris, La Découverte, 2007.

13 Notamment Eric J. Hobsbawm, L’Empire, la démocratie, le terrorisme, Paris, André Versaille éditeur, 2009 [2007]. Signalons enfin qu’on annonce déjà, quelques jours seulement après son décès, la publication en 2013 d’un recueil d’essais consacrés aux grandes mutations culturelles du XXe siècle : Eric Hobsbawm, Fractured Times : Culture and Society in the Twentieth Century, Little, Brown, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jarrige, « Eric J. Hobsbawm, l’histoire et l’engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 157-164.

Référence électronique

François Jarrige, « Eric J. Hobsbawm, l’histoire et l’engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 février 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3087

Haut de page

Auteur

François Jarrige

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bourgogne, UFR sciences humaines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page