Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Le silence comme éthique ? Jürgen Kuczynski (1904-1997) : tentative de portrait

Sonia Combe
p. 137-154

Résumé

Comprendre comment ont pu « tenir » les sociétés de type soviétique est un défi posé à l’historien(ne) du contemporain qui ne se satisfait pas des hypothèses réductrices. L’une d’elles est la loyauté vis-à-vis du projet fondateur. La tentative de portrait qui va suivre atteste autant qu’elle démonte la pertinence de cette hypothèse. Elle donne à voir les mécanismes qui conduisent au silence et font obstacle à la prise de parole dans un contexte de forte contrainte idéologique où se pose la question de la fidélité à des convictions. L’un des essais autobiographiques du chercheur est-allemand en sciences économiques et sociales Jürgen Kuczynski s’intitulait Ein linientreuer Dissident 1, soit littéralement : « Un dissident fidèle à la ligne [du Parti] ». Cet oxymore permet de saisir une figure essentielle dans la construction de la République démocratique allemande, celle de communistes (ou compagnons de route) qui, de Brecht à Christa Wolf, se turent alors même qu’ils avaient des désaccords, et dont Jürgen Kuczynski est un représentant exemplaire. On rencontre cette figure dans tous les états communistes – ainsi Georg Lukàcs, en Hongrie, ou encore Adam Schaff, en Pologne –, mais c’est probablement en Allemagne de l’Est qu’elle joua un rôle aussi décisif dans la stabilité du régime. On peut en effet émettre l’hypothèse qu’elle constitua l’un des facteurs qui y expliquent la faiblesse de l’opposition.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Die Geschichte der Lage der Arbeiter unter dem Kapitalismus, Berlin, Akademie-Verlag, 1960-1972, St (...)
  • 3 Cf. Günter Kröber, « Jürgen Kuczynski und der Nobelpreis », Utopie Creativ, Heft 171, 2005.

1Jürgen Kuczynski écrivit plus de soixante ouvrages, en cosigna des centaines d’autres et n’arrêta d’écrire ses mémoires qu’à sa mort, en 1997, à l’âge de 93 ans. Son histoire de la condition ouvrière sous le capitalisme comprend quarante tomes, son étude des sciences sociales pas moins de dix et son histoire du quotidien du peuple allemand, six ou huit, selon les éditions 2. On conviendra qu’il lui arriva de se répéter, de même qu’il usa largement de la citation, mais ce fut souvent pour le bien commun, si l’on peut dire, car c’est ainsi qu’il fit entrer en contrebande la pensée d’auteurs aussi peu prisés par les autorités que Freud, Georg Simmel ou Max Weber, et bien d’autres encore auxquels sa vaste culture lui avait permis d’accéder. Il figura à plusieurs reprises sur la liste des « nobélisables », mais ce sont souvent des amis proches, comme Vassili Leontiev ou John Kenneth Galbraith, avec qui il avait travaillé avant la guerre, qui lui seront préférés. Il ne s’était toutefois guère fait d’illusions, persuadé que les Américains s’opposeraient de toute façon à ce qu’il reçoive le prix3.

  • 4 Ein linientreuer Dissident, p. 274.

2D’un tel homme, on aurait pu s’attendre à ce qu’il soit insomniaque. Non, J.K., comme il aimait à se nommer dans ses mémoires, pouvait avoir besoin de dix heures de sommeil par nuit et appréciait la sieste réservée à la lecture de romans policiers qu’il dévorait au rythme d’une centaine par an. Une passion qu’il partagea avec Brecht. Des cigares contre des romans policiers, ce fut d’ailleurs leur principal échange jusqu’à la mort de Brecht, à l’été 1956. Il fit un jour le lien entre ses deux passions, l’écriture et le cigare : « Je crois que c’est faux de parler d’ardeur au travail, on devrait plutôt parler d’une avidité que je maîtrise aussi mal que mon besoin de fumer un cigare après le dessert, c’est juste un besoin que j’espère plus utile »4, écrira-t-il dans ses mémoires.

3Il dit aussi qu’après tout, écrire était la seule chose qu’il avait apprise. Sans doute bénéficia-t-il de conditions sans lesquelles pareille performance aurait été impensable : il eut très tôt une assistante, une secrétaire et un chauffeur. Sans oublier Marguerite, d’origine alsacienne, et elle-même spécialiste d’histoire économique. Marguerite qui semble avoir été son interlocutrice en toute chose et cessa presque entièrement d’écrire après leur mariage, en 1928. Marguerite qui le déchargea, comme il se doit, de l’éducation des enfants et de la gestion du quotidien, même s’il lui arriva d’aller cueillir des fruits dans le jardin de leur vieille et grande demeure de Berlin-Weissensee. Marguerite enfin qui ne lui survécut que de quelques mois et repose à ses côtés dans le « cimetière des intellectuels » de la Dorotheenstadt à Berlin, non loin de Bertholt Brecht, Johannes R. Becher, Hanns Eisler, Heinrich Mann, Heiner Müller, Anna Seghers, Hans Mayer, Arnold Zweig et même Herbert Marcuse - tous à l’ombre de Fichte et de Hegel.

« Ma famille, c’était le Parti ! »

4Moins d’un an après la chute du Mur, Jürgen Kuczynski entreprit d’écrire ses mémoires pour la période qui venait de s’écouler, les quarante années de l’État est-allemand. Il commença par cette phrase quelque peu grandiloquente mais qui, en ces temps où nombreux étaient ceux qui oubliaient déjà leur passé, donnait le ton : « Aujourd’hui, 14 juillet 1990, cela fait soixante ans qu’au 141e anniversaire de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1930, j’entrai au Parti communiste allemand. »

  • 5 Entretien de l’auteure avec Thomas Kuczynski, Berlin, août 2010.
  • 6 Il lui a d’ailleurs consacré un livre, Sechs Generationen auf Bücherjagd : zur Geschichte meiner Bi (...)
  • 7 Entretien de l’auteure avec Jürgen Kuczynski, Berlin, décembre 1987.

5À son retour en Allemagne après la guerre, Jürgen Kuczynski a derrière lui le parcours classique de nombreuses élites de la République de Weimar : l’exil. En Grande-Bretagne en ce qui le concerne, dès 1936, où il quitte Berlin quand la situation devient doublement dangereuse lorsqu’on est, comme lui, communiste et juif. De cette dernière composante de son identité, il ne fait pas grand cas : il vient d’une vieille famille de savants juifs berlinois fortement assimilés. Un jour, l’historien Walter Markov lui aurait fait remarquer qu’il n’avait pas une seule fois mentionné la persécution des juifs entre 1933 et 1945 dans son histoire du quotidien du peuple allemand. Selon son fils Thomas, Jürgen Kuczynski en aurait été lui-même horrifié, incapable de s’expliquer pareil oubli…5 En revanche, ce descendant de la grande bourgeoisie rappelle volontiers l’achat par son aïeul, qui avait dû se réfugier en France en 1846 pour des raisons politiques, de la première édition du Manifeste du Parti communiste. C’est ainsi que l’œuvre de Marx se trouve au grand complet dans la bibliothèque familiale, constituée par six générations6, dont il a hérité. Comment explique-t-il son retour en Allemagne, à la fin de la guerre, alors que de nombreux parents et amis avaient disparu et qu’il avait déjà acquis une renommée en Occident ? Parce qu’il était allemand et communiste, un point c’est tout et cela ne souffrait pas de discussion : « Ma famille, c’était le Parti »7. Plus tard il parlera de son séjour forcé en Grande-Bretagne comme de sa Last-Biographie : une épreuve de ne pas être en Allemagne.

  • 8 Ein linientreuer Dissident, p. 41.

6Dès son retour, il se met à la disposition du Parti. Il retourne pour la première fois à Berlin en juin 1945 pour le compte des services secrets américains auxquels il collabore avec l’aval du Parti, ou plutôt de Moscou. Comme tout le monde, il est frappé par la misère qui règne dans la capitale du Reich, se perd dans les ruines de son ancien quartier, près du Schlachtensee, croise des gens affamés. On lui propose une chaire à l’université de Berlin qu’il accepte immédiatement. Plus tard, il aura même son propre institut d’histoire économique. Dans la zone d’occupation soviétique, il retrouve d’anciens camarades, ainsi Klaus Gysi (le père de Gregor, l’avocat qui créera le nouveau Parti communiste PDS après la chute du Mur), Friedrich Wolf (le père de Markus, le futur chef des services de contre-espionnage) et, bien sûr, le poète Johannes R. Becher, bientôt premier ministre de la culture de RDA. Mais c’est surtout avec les officiers soviétiques qu’il se liera, notamment Tulpanov et Dymschitz : « Les officiers soviétiques en charge de la culture ne savaient peut-être pas très bien l’allemand mais ils connaissaient très bien la culture allemande […]. Ils étaient cultivés et ouverts à la culture au meilleur sens du mot »8. On sait qu’il avait raison : les dirigeants soviétiques avaient expédié à Berlin des officiers à même de mener une politique intelligente de séduction des intellectuels tandis qu’à l’Ouest, les Alliés freinaient leur retour.

  • 9 Ein linientreuer Dissident, p. 62.

7La RDA, il l’a vu naître ; mieux, il a œuvré à sa naissance. Pas comme apparatchik ou fonctionnaire du Parti, mais comme un intellectuel qui se portera caution, s’employant à faire revenir les exilés, du bon côté, cela s’entend. Dans une lettre à Anna Seghers, l’amie de toujours, qui se trouve encore en exil à Mexico et qui se pose vraisemblablement la question du retour, il écrit : « […] car nous ne sommes pas des fascistes et des racistes qui parleraient des Allemands comme Hitler des juifs, en disant que la race est définitivement mauvaise »9. Anna Seghers rejoindra peu de temps après la zone d’occupation soviétique et elle ne fut pas la seule à opter pour cette Allemagne qui menait une dénazification plus rigoureuse que les autres zones d’occupation. De ce côté-là, on avait des comptes à régler.

Le traumatisme de la disgrâce

  • 10 Voir à ce sujet l’article de Matthew Stibbe, « Jürgen Kuczynski and the Search for a (Non-Existent) (...)
  • 11 Dossier Mfs AOP 338/55.
  • 12 Ruth Werner (pseudonyme) a écrit ses mémoires d’espionne soviétique sous le titre de Sonjas Rapport(...)

8Si tout ne fut pas parfait dans la « bonne » Allemagne, J.K. s’en accommoda cependant toute sa vie, qui ne fut pas simple malgré les apparences. Il frôla même la répression, lorsque la Stasi ouvrit un dossier de surveillance à son nom au début des années 1950, tandis que la RDA s’apprêtait, semble-t-il, à emboîter le pas des autres États communistes et à se lancer dans des procès-spectacles10. Le prétexte en fut la publication d’un article dans la Left Review anglaise sans l’aval du Parti. On le soupçonne alors de tendance trotskiste et de pire encore : ne pas reconnaître les talents de Staline. Selon le rapport d’un agent de la Stasi conservé dans son dossier de surveillance, Kuczynski aurait bâclé son discours à l’institut à l’occasion de l’anniversaire de Staline, ne citant ni Marx ni Engels et ne prononçant pas un mot sur le génie de Staline en linguistique11. De telles louanges auraient-elles pu sortir des lèvres d’un homme aussi cultivé que Kuczynski ? Quoiqu’il en soit, il risquait gros à ne pas les prononcer. Il est possible qu’il ait finalement été épargné par les Soviétiques grâce à sa sœur, Ruth Werner, intrépide agente soviétique dans les années 1930 ainsi que pendant toute la guerre en Chine, avec Richard Sorge, en Mandchourie, en Pologne, en Suisse puis en Grande-Bretagne12.

  • 13 Schwierige Jahre – mit einem besseren Ende ? Tagebuchblätter, 1987-1989, Berlin, Tacheles-Verlag, 1 (...)
  • 14 Entretien avec l’auteure du 30 août 2010.
  • 15 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnet d’un philologue. Albin Michel, 1996.
  • 16 Le journal de Jürgen Kuczynski a été déposé dans les archives de l’Académie des sciences de Brandeb (...)
  • 17 C’est l’hypothèse de son fils comme de ses éditeurs.

9Jürgen Kuczynski ne prit jamais la parole pour dénoncer publiquement ce qui n’allait pas et dont il n’était pas forcément dupe, même s’il ne cessera de parler, à la chute du régime, de sa naïveté. Ses doutes, ses blessures, ses critiques, il les confiera à son journal, tenu régulièrement depuis 1957. « Quelle triste situation, y note-t-il un jour, être obligé d’écrire dans un journal conservé en lieu sûr ce que je ne peux pas publier ! »13 Son fils Thomas se souviendra plus tard être tombé par hasard sur l’un de ses carnets, dissimulé derrière des livres dans la cave de la maison familiale14. Le parallèle avec le philologue juif Victor Klemperer15 écrivant son journal pour résister moralement sous le IIIe Reich vient à l’esprit, même si la situation n’a rien évidemment d’aussi tragique pour Kuczynski. C’est ce journal, dont il reproduira de très larges extraits dans tous ses essais autobiographiques, qui permet de dessiner sa figure de « dissident fidèle »16. On ne sait dans quelle mesure la sélection des extraits vise à la construction de l’image de soi qu’il désirait léguer, mais il est vraisemblable que sa frénésie à publier son journal dans pas moins de cinq essais après la chute du régime, comme pour rattraper le temps perdu ou s’expliquer à soi-même et aux autres, ne lui ait guère laissé le temps d’une véritable reconstitution17.

  • 18 Il existe désormais deux éditions de Dialog mit meinem Urenkel, la première publiée en 1983, chez A (...)

10Kuczynski date son opposition, qu’il dira avoir exprimée exclusivement à l’intérieur du Parti, après le discours de Khrouchtchev, lors du XXe congrès du PCUS, en 1956. Il n’aime guère évoquer les ennuis antérieurs, ainsi sa démission brutale de ses fonctions de président de l’association d’amitié avec l’URSS en 1950. Il se contente de dire qu’on voulait y placer quelqu’un de plus important que lui, un membre du bureau politique. Comment réagirent alors ses amis soviétiques, eux qui étaient également juifs ? Il ne le dit pas, il se souvient seulement de la gêne des dirigeants est-allemands, le président de la RDA, Wilhelm Pieck, et le secrétaire général du Parti, Walter Ulbricht. Plus tard, dans un livre qui le rendit populaire en RDA et lui valut des difficultés avec les autorités, Dialog mit meinem Urenkel (dialogue avec mon arrière-petit-fils), il tenta de dire la véritable raison de sa démission forcée, à savoir l’antisémitisme venu des hautes sphères du Kremlin. La phrase à ce sujet fit alors l’objet d’une censure18.

11En juin 1953, lors du soulèvement populaire contre le relèvement des normes des bâtisseurs de la Stalinallee, tout comme la plupart des intellectuels de RDA, il se range du côté du Parti. Ce qui ne signifie pas qu’il soit d’accord avec sa direction, mais il redoute les agissements de l’Ouest pour faire échouer l’expérience sociale de cette nouvelle Allemagne qu’il a choisie. En pleine guerre froide, le rôle de la radio américaine RIAS et des agents occidentaux pendant les émeutes ouvrières n’était pas pure propagande des dirigeants est-allemands. J.K. dira plus tard avoir été de l’avis de Brecht : gêne, bien sûr, vis-à-vis des maladresses du régime et plus encore des tanks soviétiques venus réprimer, mais peur de ces manifestations évocatrices des masses acclamant le Führer quelques années auparavant. Des doutes à proprement parler, il ne commencera à en avoir qu’après 1956 et, surtout, lorsque la chasse aux sorcières du Parti qui vise les intellectuels commence. Pas un mot cependant dans ses mémoires d’un Linientreuer Dissident sur ce qui se passe à l’université de Leipzig où le philosophe Ernst Bloch est mis à la retraite, ostracisé et placé sous surveillance. était-il alors au courant du harcèlement dont l’auteur du Principe espérance et ses amis faisaient l’objet ? Pas un mot davantage sur l’intervention soviétique à Budapest en octobre 1956. Kuczynski a alors ses propres soucis.

  • 19 Der Ausbruch des ersten Weltkrieges und die deutsche Sozialdemokratie. Chronik und Analyse, Berlin, (...)

12Dans ses mémoires, il ne cessera de revenir sur le conflit qui l’oppose aux dirigeants du Parti à cette même époque, période où il subit pour la première fois le traumatisme de la disgrâce. La mort de Staline avait suscité des espoirs. Il prend quelques libertés, écrivant par exemple que les statistiques établies par les économistes bourgeois ne sont pas toujours fausses ou encore, défendant la sociologie attaquée par les autorités est-allemandes comme « pseudoscience bourgeoise » mais, à ses yeux, véritable branche des sciences sociales. Mais c’est sa remise en cause de la doxa sur les origines de la Première Guerre mondiale qui provoquera l’ire des autorités. N’insinue-t-il pas en effet que la social-démocratie allemande, mais aussi Lénine, auraient sous-estimé le nationalisme et la mentalité petite-bourgeoise des masses ouvrières ?19 L’accusation de « révisionnisme » ne tarde pas. Le 13 février 1958, l’organe du Parti, Neues Deutschland, déclenche la critique systématique de ses écrits, reprise dans la revue académique de sa discipline. S’il évite de peu l’exclusion du Parti – à laquelle aurait bien pu succéder celle de l’Académie des sciences et partant, de la vie académique tout court –, c’est à une stratégie subtile qu’il le doit : il exhorte ses élèves à prendre leurs distances afin qu’il ne puisse être accusé d’activité fractionnelle. Discipliné, il fait aussi son autocritique que publiera l’organe du Parti, Neues Deutschland. Est-il convaincu ? Il accepte en tout cas de sauver les apparences. Il perdra sa place de représentant dans la Chambre du peuple, mais ne recevra qu’un blâme du Parti.

13échaudé, il décide, à partir de ce moment-là, de se protéger en se consacrant exclusivement à son histoire de la condition ouvrière sous le capitalisme. « Glück im Unglück », commente-il. À tout malheur quelque chose est bon. Renverser la situation pour en tirer profit s’avérera une stratégie payante. Mais la blessure demeure : le 20 janvier 1959, il note dans son journal : « Il y a une semaine, le 12 janvier 1959, j’ai reçu un avertissement [du Parti] : après 33 ans au service de l’Union soviétique et près de 30 ans à celui du Parti [allemand], cette infamie ! » Sept camarades ont voté contre lui, un seul s’est abstenu. Il ne donne aucun nom, pas même celui du « courageux » qui s’est abstenu. Il connaît trop le système pour reprocher quoi que ce soit à quiconque.

« Des salauds de petits bourgeois enragés »

  • 20 Ein linientreuer Dissident…, p. 53.

14Fataliste, il note que de toute façon le Parti communiste allemand, que ce soit avant ou après la guerre, n’est jamais parvenu à avoir des relations saines avec les intellectuels. Il n’ignorait pas l’inculture et la misère intellectuelle des apparatchiks : « Quand Ulbricht citait Brecht, écrit-il, on se demandait qui lui avait soufflé la citation ». Lié à l’écrivain soviétique Ilya Ehrenburg, il l’appelle au secours d’Anna Seghers dont le livre, Die Toten bleiben jung, est attaqué par Ulbricht : « Mais où est donc le Parti dans ce roman ? » Et Ehrenburg de répliquer : « Cette question, camarade Ulbricht, en effet, nous nous la sommes posée pendant la guerre »20. Imparable. On sait la décomposition du Parti communiste allemand à ce moment-là.

15À partir de 1958 et jusqu’à l’effondrement du régime, son journal sera parsemé de notes qui trahissent l’abattement. Il n’écrit rien sur l’érection du Mur dans son journal d’août 1961, mais se dit plus tard convaincu qu’il n’y avait pas d’autre solution. La fuite de la main d’œuvre qualifiée, formée à l’Est puis passant à l’Ouest, de même que les difficultés d’approvisionnement en partie liées aux achats effectués à l’Est, où les prix sont subventionnés, par les Berlinois de l’Ouest, en sont des raisons qui légitiment à ses yeux comme à bien d’autres intellectuels l’érection du « rempart anticapitaliste », même si la mesure est douloureuse. Mais cinq ans plus tard, le 22 février 1966, peu après le fameux plénum du comité central de la fin décembre 1965 où les écrivains furent violemment pris à partie, il écrit : « La situation ici est à nouveau catastrophique » et de poursuivre, le 19 mars : « à bien des égards, la situation aujourd’hui est pire qu’en 1957-1958. La direction [du Parti] et l’appareil se conduisent vis-à-vis des intellectuels comme des salauds de petits-bourgeois enragés […] et partout on ne peut que constater la résistance passive des intellectuels ».

  • 21 Ein linientreuer Dissident…, p. 198.

16À commencer par la sienne. On est alors en pleine affaire Havemann. Le physicien communiste, condamné à mort par les nazis, tient tête, dans une série de conférences, aux apparatchiks en leur opposant une pensée marxiste critique et rompt avec le pacte du silence. Certes, Kuczynski refuse de rejoindre la meute qui crie avec le Parti, il ne l’a jamais fait, mais il se tait et se le voit reprocher. Se taire comme acte de résistance ? Il adoptera la même attitude en 1968. Il a pourtant salué le Printemps de Prague. Le 25 août, il écrit : « Les troupes sont entrées en Tchécoslovaquie. Une grande expérience semble avoir trouvé sa fin […]. Mon cœur et ma raison sont du côté de la Tchécoslovaquie. Mais je ne mesure pas bien les questions relatives à la sécurité. La sécurité du camp socialiste est plus importante que le cœur et la raison. Le pire est quand même qu’on ne nous ait pas laissés dehors. Encore des troupes allemandes en Tchécoslovaquie ! »21 On retrouve ici la même ambivalence que pour le 17 juin 1953.

« L’antisémitisme, comme toujours »

17Mais il s’irrite lorsque le quotidien du Parti écrit que les sionistes auraient essayé de prendre le pouvoir en Tchécoslovaquie : « Il ne manquait plus que ça ! » Il est alors de plus en plus sensible à l’antisémitisme officiel de l’URSS. Le 11 mai 1970, il note : « Reçu il y a quelques jours la médaille Lénine et comme je me disais que je la recevais du peuple soviétique et non du gouvernement ou de la direction du Parti, je l’ai acceptée avec une joie profonde. Sinon, à lui seul, l’antisémitisme du gouvernement et de la direction du Parti en URSS m’aurait donné envie de la refuser. »

18En mars 1971, il voit avec tristesse le nom d’Anna Seghers dans un texte collectif contre Soljénitsyne. Elle lui dira plus tard que son nom a été ajouté sans son consentement. Elle se trouvait alors à l’hôpital et sa fille s’était indignée que l’on puisse abuser ainsi du nom de sa mère. Il note aussi la même année la mort de György Lukacs, le seul à son avis qui fût capable de maintenir vivante la philosophie en Hongrie. On ne trouve là encore aucun écrit de sa part en faveur de l’auteur de L’Archipel du goulag ou contre l’ostracisme dont Lukacs fit l’objet en Hongrie kadarienne.

  • 22 Parti communiste allemand avant la Seconde Guerre mondiale.
  • 23 Ein linientreuer Dissident…, p. 237.
  • 24 Ein linientreuer Dissident…, p. 237.

19Le 5 avril 1971, il dit avoir bénéficié des bonnes grâces de Hager, l’idéologue du Bureau politique et son ennemi intime : « Il a parlé pratiquement pendant deux heures. Intéressant qu’il trouve que mon histoire du mouvement ouvrier aille trop loin dans la critique des erreurs du KPD22 sous la République de Weimar. Toujours cette peur ! Quelle misère »23. C’est également en 1971 qu’on trouve dans son journal une première allusion à la police politique secrète, la Stasi : « J’ai l’impression que les mesures de sécurité se sont renforcées. De vieux camarades expérimentés mènent leurs conversations en se promenant, à l’extérieur de leur appartement »24.

  • 25 Ein linientreuer Dissident…, p. 313.

20En 1974, il se rend à Moscou et observe : « L’antisémitisme comme toujours. Aucun membre du ministère des Affaires étrangères ou de l’appareil du Parti d’origine juive. » Plus tard, il cessera de défendre à tout prix l’URSS et, en 1977, se moque – toujours dans son journal – de Brejnev : « Après un discours arrogant et stupide comme chef d’État, Brejnev s’est laissé offrir par Giscard d’Estaing deux voitures, toute la presse capitaliste en parle, et comme la couleur verte ne lui plaisait pas, elles ont été aussitôt repeintes en bleu. Et c’est comme ça qu’on s’image le chef du mouvement communiste mondial ! Dégoûtant, insultant pour nous autres, communistes ! […] Jadis on appelait Brejnev un don Juan de village. Comment doit-on l’appeler aujourd’hui ? Heureusement il a l’air malade […] »25.

21Il se tait toujours lors de l’affaire Biermann, le barde contestataire en butte au régime depuis une décennie, qui a accepté de se rendre à Cologne pour y donner un concert, en novembre 1976. Le laisser-aller à l’Ouest était un moyen de s’en débarrasser de la part des autorités qui s’empressent de le déchoir de sa nationalité. Kuczynski a pourtant compris le sens de la pétition des écrivains contre cette mesure. C’est d’ailleurs la première action collective menée en RDA pour désavouer la politique du régime : « Après cette sale “affaire Biermann” qui nous a tellement irrités, au moins une bonne nouvelle, note-t-il le 19 mars 1977 : grâce à Christa Wolf, Franz Fühmann et quelques autres, nous nous sommes bien conduits ». Les écrivains Christa Wolf et Franz Fühmann sont en effet les initiateurs d’une pétition que lui-même n’avait pas signée. Sans doute ne le lui avait-on pas demandé puisqu’il s’agissait d’une entreprise des écrivains et artistes. Mais il n’y a aucune trace d’une lettre de sa part adressée personnellement en haut lieu à ce sujet, à l’instar de ce que fit Wolfgang Heise, autre figure éminente des sciences sociales en RDA.

« De la médiocrité, partout de la médiocrité ! »

  • 26 Ein linientreuer Dissident…, p. 328.

22Le 28 août de la même année, il revient sur cette « sale » affaire et note : « Anniversaire de Goethe – et Anna [Seghers] est si fatiguée qu’elle ne vivra probablement plus longtemps. Les derniers mois ont été trop durs pour elle, trop de ses amis les plus proches connaissent des difficultés […] Toute une série de nos écrivains vont passer à l’Ouest. Aucun, d’après moi, ne sera une grande perte et ils le regretteront très vite. De fait, mise à part l’affaire Biermann qui était une véritable erreur, on s’en sort quand même mieux ici qu’en URSS »26.

  • 27 Ernst Busch était un chanteur et acteur, Hanns Eisler, un compositeur et Egon Erwin Kisch, journali (...)
  • 28 Ein linientreuer Dissident…, p. 431.

23Les moments de découragement s’intensifient. Le 21 novembre 1979, il écrit : « Ursula (ma soeur) et Len (son mari) étaient ici aujourd’hui. Jamais nous n’avons été aussi déprimés par la situation. Dans tous les domaines. » Et d’ajouter quelques jours plus tard : « Que Lénine serait furieux s’il voyait tout ça ! » En 1983, à l’issue du IXe congrès des écrivains, il note : « Spectacle d’une nullité incroyable ». Anna Seghers meurt au même moment. Le 11 juin 1983, il écrit : « Anna est morte. Du cercle Becher, Brecht, Busch, Eisler et Kisch27, je suis le dernier. » Puis, incorrigible optimiste, s’exclame un autre jour : « Combien d’amis meurent ! Mais je ne désespère pas de m’en faire des nouveaux ! »28

  • 29 Ein linientreuer Dissident…, p 281.
  • 30 Dossier « Montag » MfS AOP 7058/65.
  • 31 Ein linientreuer Dissident …, p. 282.

24Il se permet parfois de l’humour avec ses ennemis. Ainsi, avec un philosophe apparatchik, un certain Kosing : « Kosing m’a dit lors du congrès qu’il avait entendu que je l’avais critiqué. Je lui ai répondu : “C’est tout le contraire ! J’ai loué ton opportunisme !” »29 Il interpelle une autre fois Joachim Streisand, le président de l’association des historiens : « Quand donc feras-tu un livre qui ne soit pas une commande du Parti ? »30. Il se moque de la nouvelle théorie de Hager, l’idéologue du Bureau politique, selon laquelle la RDA serait une nation : « évidemment, c’est une absurdité ! C’est un état, la nation allemande, c’est un concept autrement plus vaste qui englobe tout un passé ! »31 De temps en temps, il pousse un cri du cœur, toujours dans son journal : « De la médiocrité, partout et sur tout ! » S’il n’intervient pas publiquement par écrit, il n’a pas sa langue dans sa poche, même en ce qui concerne la Stasi : un jour, le responsable de la « sécurité » de l’Académie vient le trouver à la cantine : « Dis-moi, j’ai entendu dire que tu as fait du bruit l’autre jour à l’ambassade de Pologne. » Deux jours auparavant, il y avait en effet exprimé à haute voix des remarques critiques. Et Kuczynski de rétorquer : « Cela fait vraiment plaisir de voir que notre Sécurité fonctionne aussi bien ! »

25Il faut reconnaître qu’il a très bien su tenir cette institution à distance. à commencer lorsqu’elle tenta de le recruter, en 1955, histoire qu’il l’informe sur l’atmosphère dans son institut. Objectant qu’il y mettait rarement les pieds, car il travaillait bien mieux chez lui, Kuczynski déclarait cependant qu’en revanche, il bavarderait volontiers avec son « vieux camarade » Wollweber – lequel n’était autre à l’époque que le chef de la Stasi en personne… Histoire de montrer qu’il a des relations. Ainsi remis à sa place, l’officier refermera le dossier de surveillance ouvert à son nom. Kuczynski ne parlera jamais qu’avec les gens de sa catégorie.

26Dans les années 1980, il mène un long combat pour la publication de son livre le plus court sans doute et le plus populaire, Dialog mit meinem Urenkel, dialogue fictif avec son arrière-petit-fils. Ce dernier lui pose les questions qui touchent à un tabou : la période du stalinisme. Le ton est à la fois prudent et direct. Pour l’époque, soit avant que la perestroïka se profile à l’horizon, c’est courageux, d’autant qu’à la suite de l’affaire Biermann, les intellectuels sont sur la sellette. Le manuscrit a été déposé en 1977. Au moment de la correction des épreuves, une décision du Bureau politique tombe : lui remettre avant publication tous les mémoires des anciens camarades. Le manuscrit est transmis en haut lieu. Puis, c’est le silence, pendant des mois, des années. Quatre ans plus tard, le 12 décembre 1981, Kuczynski rencontre par hasard Hager qui a son manuscrit entre les mains depuis six mois. « Je lui ai dit que j’étais encore vivant et je lui ai demandé ce qui se passait avec mon manuscrit. Il m’a répondu gentiment qu’il en avait lu la moitié et qu’il était opposé à sa publication. Mais il a aussitôt ajouté que la décision finale viendrait de plus haut que lui. »

27Pour la plupart des apparatchiks, ce livre était, comme le dira plus tard l’un d’eux, « l’écrit le plus hostile au régime, jamais publié en RDA ». C’est finalement le chef d’État, Erich Honecker qui, encouragé par sa petite-fille, sauvera, sept ans après la remise du manuscrit, sa publication. Erich, comme tient à l’appeler Kuczynski, apparaît à nouveau en sauveur. La première fois, c’était du temps d’Ulbricht, en ce qui concerne ce dernier, moins souvent appelé « Walter ». En 1966, la réforme de l’Académie menaçait l’existence de l’institut de Kuczynski. Il fut sauvé par l’intervention de Honecker, membre du Bureau politique alors en pleine ascension. Sans doute est-ce la raison pour laquelle il lui restera attaché jusqu’au bout.

Le ghostdenker

  • 32 Ein linientreuer Dissident…, p. 393.
  • 33 Ein linientreuer Dissident…, p. 195.
  • 34 Schwierige Jahre, p. 128.

28Il estime en effet que sa situation s’est améliorée dès l’accession de Honecker au pouvoir, en 1971. Désormais, il lui soumet ses articles pour approbation avant de les remettre au quotidien du Parti, Neues Deutschland, où il écrit régulièrement. « Honecker, mon facteur… », commente-t-il un jour, désabusé, dans son journal. En échange, il prépare les discours du chef de l’État, lorsque ce dernier le lui demande. à peine lui commande-t-on un discours qu’il accourt, heureux de se voir de nouveau en état de grâce. S’interroge-t-il vraiment sur le rôle du savant au service du politique ? « Les “Ghostwriter”, “Ghostdenker” (nègres de la pensée) des politiques ont une grande responsabilité sociale »32, note-t-il jour, laconique. Pas vraiment dupe pour autant : quand un apparatchik lui demande de lui préparer un rapport, il s’exécute, flatté d’être de nouveau dans les bonnes grâces de l’appareil, mais confie à son journal : « On voit comment j’avance […], quelle vie grotesque sous le socialisme réel ! »33 Le 25 décembre 1988, il écrit un article sur la politique des prix qu’il soumet comme d’habitude à Honecker. L’article est approuvé, publié aussitôt dans toute la presse du Parti. Il est conscient qu’on se sert de son nom. Il est connu pour ne pas être un béni-oui-oui et voilà qu’il commet un article qui n’est pas négatif sur la politique économique de la RDA. Il l’avait écrit, avouera-t-il plus tard, pour tester son degré de disgrâce…34

  • 35 Ein linientreuer Dissident…, p. 176.

29Dans son journal, il se lâche à maintes reprises contre Hager, l’idéologue en chef, le traite de « lâche et carriériste »35, rappelle volontiers qu’en 1950, il aurait dit : « Celui qui ne souscrit pas à chaque mot d’Ilya Ehrenbourg n’appartient pas à notre Parti ». Kuczynski lui aurait alors demandé, citant la fameuse phrase de l’écrivain soviétique : « Même quand il dit qu’il n’y a de bons Allemands que des Allemands morts ? » Il note enfin : « La lâcheté n’est pas une qualité rare, certainement pas chez les intellectuels. »

30Les mots « dégoûtant », « corrompu », « lâche » reviennent souvent, mais il reprend espoir dès que l’un de ceux d’« en haut » lui fait l’aumône d’un compliment, lui commande un article ou un discours, heureux comme un gamin à qui le maître d’école tapote la joue après l’avoir rossé. Kuczynski apprécie la courtoisie de Honecker qui raccompagne toujours ses invités à la porte. Il est fier que ce dernier lui ait serré la main, à lui seul, lors d’une rencontre de chercheurs en sciences sociales que le chef de l’État honorait de sa présence. Mais à partir de 1984, il ne le verra plus et confie sa déception à son journal. Le 25 septembre 1986, il note : « J’ai écrit à Erich que j’aimerais le voir dix minutes, mais il ne trouve pas de temps pour moi. Pourquoi ? Rien ne change. »

  • 36 Ein linientreuer Dissident…, p. 395.
  • 37 Libération, 8 janvier 1988.

31C’est pourtant, nous l’avons vu, Honecker qui obtiendra la publication du Dialog à laquelle s’oppose Hager. Ce fut son dernier combat, le plus dur. Le livre qui eut le plus de difficultés à être publié, dont il dut remanier maints passages, et qui fut un best-seller. Sa réédition sera toujours problématique. La 3e édition est réduite à 15 000 exemplaires, officiellement pour des raisons de manque de papier, alors que 121 000 demandes sont en attente. Le 8 juillet 1986, il relate une signature dans une librairie de Rostock où 600 exemplaires ont été vendus en moins de 2 heures. Les gens en prenaient souvent plusieurs à la fois : « La demande était si grande qu’on est allé chercher quatre policiers pour empêcher que la libraire et moi ne soyons renversés avec la table ! »36 250 000 exemplaires seront vendus entre 1984 et 1989. Il s’explique ce succès par la démission des historiens qui n’ont pas fait leur travail. Il n’a d’ailleurs guère d’estime pour cette discipline et ne se prive pas de le laisser entendre, comme si l’on pouvait la tenir pour entièrement responsable de l’absence d’études critiques sur la période stalinienne. à l’inverse, il loue régulièrement les écrivains37.

« L’opposant le plus critique au sein du Parti »

  • 38 Ein linientreuer Dissident…, p. 385.

32Pour la période 1985-1989, il se présente dans ses mémoires comme « l’opposant le plus critique au sein du Parti ». Depuis le plénum du CC du PCUS de mars 1985, il soutient inconditionnellement Gorbatchev. Il apprécie en lui le style direct, l’absence de jargon, déçu toutefois que, dans l’Humanité du 4 février 1986, Gorbatchev ait nié qu’il y ait de l’antisémitisme en URSS. Mais Gorbatchev, pour Kuczynski, c’est le retour à Lénine. Il est heureux qu’on le surnomme « Gorbi » en RDA : « C’est bien la première fois qu’on donne un surnom affectueux à un dirigeant soviétique ! »38

  • 39 Libération du 8 janvier 1988. Propos recueillis par l’auteure.
  • 40 Ein linientreuer Dissident…, p. 417.
  • 41 Cf. Sonia Combe, « RDA : la fin de la symbiose judéo-allemande », Les Temps modernes, juin 1992.

33C’est aussi la période où il s’autorise à émettre sa propre opinion publiquement, de façon mesurée, certes, mais, dès lors, son opposition ne s’exprimera plus seulement au sein du Parti. Encouragé par la perestroïka, il donne des interviews à la presse occidentale. Ainsi, en mai 1987, il concède un entretien à Konkret, magazine ouest-allemand de gauche puis, en décembre de la même année, un autre à Libération39, dans lesquels il fait part de son enthousiasme pour la glasnost et la perestroïka et regrette les réserves des dirigeants est-allemands. Fin 1988, il reçoit un journaliste qui veut l’interviewer sur l’antisémitisme et la question juive en RDA, mais il est moins disert : « J’ai refusé de m’exprimer sur le thème des juifs. Après 43 ans, on a enfin découvert qu’il y avait des juifs chez nous et tout à coup, presque tous les jours, il y a quelque chose dans la presse sur les communautés juives, les cimetières juifs etc. On raconte que ça serait en vue de faciliter une visite d’Erich aux états-Unis. »40 C’était exact. Tout comme lui, la plupart des communistes d’origine juive n’apprécièrent guère cette instrumentalisation des juifs et de l’holocauste lors des dernières années de la RDA41.

  • 42 Kurze Bilanz eines langen Lebens, Elefantenpress, 1992.
  • 43 Kurze Bilanz, p. 105.
  • 44 Ein linientreuer Dissident..., p. 413.

34Il continue d’exprimer ses espoirs en Gorbatchev et dira plus tard, dans son « court bilan d’une longue vie »42, avoir renoué dans sa 9e décennie [les années 1980] avec les activités de propagandiste de sa jeunesse. Entre 1985 et 1989, il recense avoir fait 382 communications et donné 75 interviews43. Il se dispute un jour avec sa femme, Marguerite, qui trouve qu’il devrait se ménager et ne pas se rendre à l’invitation d’un groupe d’étudiants de philosophie en province. Cela lui reviendrait, calcule-t-il, à 10 marks d’essence, 8 marks pour le repas de son chauffeur et à 8 heures de voiture. « Et pour quelles raisons devrais-je ménager mes forces. Cette idée de réserver ses forces à mon âge a quelque chose d’absurde ! »44

  • 45 Son père, René Kuczynski, était un statisticien de réputation mondiale.

35Dans son journal, comme souvent, les pointes d’humour alternent avec les signes de découragement. Il y note les blagues et les traits d’esprit, ainsi « Quelle est la différence entre la bombe à neutron et le Kaffemix (ersatz de café produit en RDA) ? Contre la bombe on peut protester » ou encore, en 1987, alors qu’on se met à parler du « Printemps de Moscou », cette réflexion de Marguerite : « Faudrait peut-être y envoyer nos troupes ! » Mais le 8 juin de la même année, il rencontre à la clinique du gouvernement son vieil ami, Klaus Gysi, ministre des Questions religieuses, « tout aussi consterné que moi par l’écart entre la direction du Parti et la masse des adhérents et de la population ». Le 1er mai 1989, il note que des membres de l’institut ne vont pas à la manifestation en signe d’opposition. Le 8 mai, il ironise sur le résultat des élections municipales, dont la contestation jouera un rôle dans le déclenchement des manifestations de l’été : « Les résultats des élections sont tels que, comme aurait dit mon père45, le chiffre derrière la virgule est sûrement juste ». Le 8 octobre 1989, il refuse de se rendre à la réception officielle de Gorbatchev : « On ne danse pas sur un volcan ». Il parle de « marxismus senilismus »…

36À l’occasion de son 85e anniversaire qui eut lieu quelques mois avant la chute du Mur, le Frankfurter Allgemeine Zeitung lui consacre un article et l’appelle un « Querdenker und fröhlicher Marxist », littéralement un « penseur transversal et un marxiste gai ». Cela lui plaît beaucoup. Plus tard, on l’appellera un « linientreuer Dissident » – un dissident orthodoxe. Sans doute plus « linientreuer » que dissident. Plus orthodoxe que rebelle.

  • 46 Bilanz, p. 50.

37Jamais il ne se montre en héros, mais évoque ces petits actes de courage qui consistaient à rendre visite aux exclus, à continuer à fréquenter ceux qui étaient tombés en disgrâce – en attendant d’y tomber à son tour. Certes, pas grand-chose pour qui n’a pas connu le régime communiste, mais un soutien discret dont ceux qui en bénéficièrent connaissaient le prix. Ainsi, dès 1954, l’une des périodes les plus noires de l’histoire du pays et alors qu’il était lui-même dans le collimateur de la Stasi, rend-il visite à l’ancien rédacteur en chef de Neues Deutschland, Rudolf Herrnstadt, démissionné et exilé dans les archives de Merseburg : « Lorsque j’ai pénétré dans l’appartement et tendu à sa femme, une camarade soviétique, un bouquet de fleurs, elle a eu les larmes aux yeux. Elle n’était plus habituée à de telles marques d’amitié. Quand il m’a dit qu’il ne touchait plus sa pension de combattant du fascisme, j’ai été indigné. » De retour à Berlin, il va voir Ulbricht : « Walter, en tant que secrétaire général du Parti, tu ne peux enfreindre nos lois, Herrnstadt doit récupérer sa pension ! »46

  • 47 Memoiren, Aufbau-Verlag, 1973 p. 418.
  • 48 Kurze Bilanz, p. 47.

38Sa résistance à la pauvreté de la pensée et au dogmatisme, on la trouve dans ses écrits et pas forcément entre les lignes, malgré la censure. Toutefois, s’il raconte volontiers comment il a résisté à cette dernière, il ne dit guère où il a cédé. Mais n’est-ce pas le propre du genre ? Une autobiographie n’est pas une confession, encore moins une autocritique. à la fin de ses premières mémoires publiées en 1970, il s’était déjà interrogé : « J.K. fut-il un homme heureux ? […] Il le fut autant que les circonstances historiques lui permirent de l’être. »47 Il dira plus tard, dans son « Court bilan d’une longue vie », avoir toujours lutté pour que se déroulent des vraies discussions au sein du Parti parmi les scientifiques, mais « toujours en vain » […] Au lieu de discussions il y avait la chasse la plus dégoûtante contre les camarades qui étaient accusés de déviationnisme. »48

Les dirigeants passent, le Parti demeure

  • 49 Ein linientreuer Dissident…, p. 51.

39Au final, en 60 ans d’appartenance au Parti, il pense avoir reçu autant de blâmes – ou de menaces – que de distinctions. Il a surtout évité, sa productivité en atteste, la mort intellectuelle. C’est à Moscou, en 1952, qu’il dit avoir appris de l’économiste Eugen Varga, dont l’institut avait été fermé, les clés de la sagesse sous ces latitudes : « Voyez-vous, camarade Kuczynski, lui aurait dit ce dernier, j’écris actuellement le livre le plus stupide et le plus volumineux de ma vie. Je recevrai pour cela le prix Staline. Et ensuite, avec mes élèves, nous pourrons recommencer à travailler en paix. »49

  • 50 Ein linientreuer Dissident…, p. 431.

40C’est souvent à l’occasion de l’enterrement de l’un de ses semblables, communistes silencieux, qu’il se permet, dans ses discours d’adieu, de dire la dureté de leur destin. En 1980, à la mort de Fritz Behrens, dont il déclare qu’il termina sa vie dans la solitude à cause de la lâcheté de ses collègues, il évoque également Wolfgang Steinitz, mort en 1967 : « Tous les deux ont été maltraités par le Parti et la société de la façon la plus injuste les dernières années de leur vie ». Il dira la même chose, en 1987, de Wolfgang Heise « mort, à 61 ans, d’une crise cardiaque. C’était notre meilleur chercheur en sciences sociales, longtemps et souvent en disgrâce injuste »50, laissant entendre que la mort ne serait pas sans lien avec l’attitude des autorités à son égard. L’ethnologue Steinitz, l’économiste Behrens, le philosophe Heise, des intellectuels brisés par le Parti, mais qui lui sont restés fidèles, convaincus eux aussi de la nécessité d’adopter le silence comme éthique et morts, tous trois, d’une crise cardiaque. Le sort de Kuczynski aura finalement été plus enviable. Peut-être sut-il mieux qu’eux où se situait la ligne à ne pas franchir. Peut-être a-t-il été protégé par sa reconnaissance scientifique au-delà des frontières (bien que le prix de sa loyauté au régime communiste ait été précisément une renommée circonscrite). Il fallait pouvoir envoyer à l’étranger quelques intellectuels présentables. Peut-être, tout simplement, eut-il un cœur plus résistant.

  • 51 Entretien de Wolfgang Templin avec Inga Wolfram. Cf. Inga Wolfram, Verraten. Sechs Freunde, ein Spi (...)

41Tour à tour flagorneur et menaçant, le Parti souffla sur lui, comme sur tous les intellectuels potentiellement dissidents, le chaud et le froid, alternant l’attribution d’honneurs, de rétributions symboliques (ou non), de prix dont il disposait d’une vaste panoplie et les brusques reprises en main, un jeu pervers auquel il est difficile à un intellectuel, désireux de continuer à produire et à exister, de résister. Méfiants de façon constitutive vis-à-vis des intellectuels, les dirigeants n’en étaient pas moins rusés et maîtrisaient l’art de la manipulation. Comme le dira plus tard l’un de ses proches, de sa « cage dorée », Kuczynski stimula la pensée critique mais, par son comportement, interdit l’émergence d’une opposition51. Il savait calmer le jeu, tempérer les ardeurs, consoler les bannis et rassurer ceux que le doute traversait. Il suffisait d’attendre des jours meilleurs. Car il refusait d’admettre l’évidence : que le Parti ne pouvait se réformer de l’intérieur. Pour le « dissident fidèle », le Parti demeurait intouchable. Ce fut sa part d’irrationalité. Non pas qu’il fût un croyant comme le voudrait une explication trop facile. Ce grand-bourgeois communiste appartint à la catégorie des marxistes authentiques, au sens où il avait adhéré en pleine connaissance de cause à l’analyse de Marx. Pour sauver cette dernière, il s’est soumis à des « Funktionären », ce mot plein de mépris à l’égard des grands et petits commis du Parti-SED, dont il se consolait sans doute en pensant qu’ils ne faisaient que passer, tandis que le Parti, et sa mission historique, demeurait. À la dissolution de ce dernier, en 1990, Jürgen Kuczynski rejoignit son héritier, le PDS de Gregor Gysi, avec lequel il était encore moins en accord qu’avec le SED. Le statut de Parteilos (sans parti), avait-il toujours dit, aurait signifié sa mort. Il ne fut pas le seul.

42Il existe encore des représentants de la « génération Kuczynski » dans l’ex-RDA. Toujours fidèles et désabusés, ils n’intéressent guère les chercheurs, à moins d’avoir un dossier (de collaborateur) à la Stasi. La plupart d’entre eux n’en ont pas. Floués, vaincus, ils paient le prix de leur silence.

Haut de page

Notes

2 Die Geschichte der Lage der Arbeiter unter dem Kapitalismus, Berlin, Akademie-Verlag, 1960-1972, Studien zur einer Geschichte der Geschichtswissenschaften, Akademie-Verlag, 1975-1979, Geschichte des Alltags des deutschen Volkes, Akademie-Verlag, 1980-1983.

3 Cf. Günter Kröber, « Jürgen Kuczynski und der Nobelpreis », Utopie Creativ, Heft 171, 2005.

4 Ein linientreuer Dissident, p. 274.

5 Entretien de l’auteure avec Thomas Kuczynski, Berlin, août 2010.

6 Il lui a d’ailleurs consacré un livre, Sechs Generationen auf Bücherjagd : zur Geschichte meiner Bibliothek, Berlin, 1958.

7 Entretien de l’auteure avec Jürgen Kuczynski, Berlin, décembre 1987.

8 Ein linientreuer Dissident, p. 41.

9 Ein linientreuer Dissident, p. 62.

10 Voir à ce sujet l’article de Matthew Stibbe, « Jürgen Kuczynski and the Search for a (Non-Existent) Western Spy Ring in the East German Communist Party in 1953 », Contemporary European History 1/20, 2011.

11 Dossier Mfs AOP 338/55.

12 Ruth Werner (pseudonyme) a écrit ses mémoires d’espionne soviétique sous le titre de Sonjas Rapport, Neues Leben, 1977 et 2000 (version non censurée).

13 Schwierige Jahre – mit einem besseren Ende ? Tagebuchblätter, 1987-1989, Berlin, Tacheles-Verlag, 1990. p. 125

14 Entretien avec l’auteure du 30 août 2010.

15 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnet d’un philologue. Albin Michel, 1996.

16 Le journal de Jürgen Kuczynski a été déposé dans les archives de l’Académie des sciences de Brandebourg. Sa communication est soumise à un délai de consultation de plusieurs décennies.

17 C’est l’hypothèse de son fils comme de ses éditeurs.

18 Il existe désormais deux éditions de Dialog mit meinem Urenkel, la première publiée en 1983, chez Aufbau, censurée, et la seconde, non censurée, en 1997 chez Schwarzkopf & Schwarzkopf. Les passages censurés sont indiqués dans cette dernière version, notamment cette phrase, cf. p. 57-58.

19 Der Ausbruch des ersten Weltkrieges und die deutsche Sozialdemokratie. Chronik und Analyse, Berlin, Akademie-Verlag, 1957.

20 Ein linientreuer Dissident…, p. 53.

21 Ein linientreuer Dissident…, p. 198.

22 Parti communiste allemand avant la Seconde Guerre mondiale.

23 Ein linientreuer Dissident…, p. 237.

24 Ein linientreuer Dissident…, p. 237.

25 Ein linientreuer Dissident…, p. 313.

26 Ein linientreuer Dissident…, p. 328.

27 Ernst Busch était un chanteur et acteur, Hanns Eisler, un compositeur et Egon Erwin Kisch, journaliste, tous trois célèbres sous la République de Weimar et « rentrés » en RDA après la guerre.

28 Ein linientreuer Dissident…, p. 431.

29 Ein linientreuer Dissident…, p 281.

30 Dossier « Montag » MfS AOP 7058/65.

31 Ein linientreuer Dissident …, p. 282.

32 Ein linientreuer Dissident…, p. 393.

33 Ein linientreuer Dissident…, p. 195.

34 Schwierige Jahre, p. 128.

35 Ein linientreuer Dissident…, p. 176.

36 Ein linientreuer Dissident…, p. 395.

37 Libération, 8 janvier 1988.

38 Ein linientreuer Dissident…, p. 385.

39 Libération du 8 janvier 1988. Propos recueillis par l’auteure.

40 Ein linientreuer Dissident…, p. 417.

41 Cf. Sonia Combe, « RDA : la fin de la symbiose judéo-allemande », Les Temps modernes, juin 1992.

42 Kurze Bilanz eines langen Lebens, Elefantenpress, 1992.

43 Kurze Bilanz, p. 105.

44 Ein linientreuer Dissident..., p. 413.

45 Son père, René Kuczynski, était un statisticien de réputation mondiale.

46 Bilanz, p. 50.

47 Memoiren, Aufbau-Verlag, 1973 p. 418.

48 Kurze Bilanz, p. 47.

49 Ein linientreuer Dissident…, p. 51.

50 Ein linientreuer Dissident…, p. 431.

51 Entretien de Wolfgang Templin avec Inga Wolfram. Cf. Inga Wolfram, Verraten. Sechs Freunde, ein Spitzel, mein Land und mein Traum, Artemis & Winckler, p. 264.

1 Kuczynski, Jürgen, Ein linientreuer Dissident. Memoiren 1945-1989. Berlin, Aufbau, 1992. Ce livre est constitué de larges extraits du journal de Kuczynski sur lesquels nous nous appuyons. Pour ne pas alourdir l’appareil de notes, et dans la mesure où les citations sont datées, nous n’indiquerons pas la référence. En revanche, nous les mentionnerons lorsqu’elles renverront à d’autres écrits de Kuczynski.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Combe, « Le silence comme éthique ? Jürgen Kuczynski (1904-1997) : tentative de portrait », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 137-154.

Référence électronique

Sonia Combe, « Le silence comme éthique ? Jürgen Kuczynski (1904-1997) : tentative de portrait », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3063

Haut de page

Auteur

Sonia Combe

ISP-CNRS - Université de Paris-Ouest - Centre Marc Bloch (Berlin)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page