Navigation – Plan du site
DOSSIER

Table ronde sur l’histoire de la commission sportive du Parti communiste français

Yvon Adam, René Moustard et Marcel Zaidner
p. 117-134

Résumé

Si certains journalistes ont pu constater, lors de la dernière campagne présidentielle, que le Front de gauche était « en pointe sur le sujet » du sport, par ailleurs largement délaissé par les autres formations politiques1, l’intérêt du Parti communiste français (PCF) pour la question des activités physiques et sportives est cependant loin de représenter une nouveauté. En témoigne notamment la mise en place d’une commission nationale spécialement consacrée à ces dernières en 1958, dont l’histoire reste trop mal connue. D’où l’intérêt de revenir, avec trois acteurs de cette commission, Yvon Adam, René Moustard et Marcel Zaidner, sur sa genèse, son recrutement, son fonctionnement, ses thèmes de réflexion et de propositions, mais aussi sur ses tensions internes et externes, le tout dans une perspective nécessairement dynamique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Sport, politique, PCF, commission

Keywords :

Sport, politique, PCF, commission

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle

Schlagwortindex :

Sport, politique, PCF, commission

Palabras claves :

Sport, politique, PCF, commission
Haut de page

Texte intégral

  • 2 Jacques Girault, « Yvon Adam », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ou (...)

1Yvon Adam est né en 1928 à Noyon (Oise). Après une enfance bretonne, il est admis à l’École normale supérieure d’éducation physique (1949-1952) avant d’être nommé professeur à Lille où il poursuit des études de psychologie. Affecté ensuite à Paris (1958), Yvon Adam poursuit des recherches universitaires, couronnées en 1985 par un doctorat en sciences de l’éducation (sous la direction de Georges Snyders, Paris V). Précocement engagé sur les plans conjugués associatif (FSGT), syndical (SNEP) et politique (PCF), Yvon Adam est tôt appelé à des responsabilités nationales : commission exécutive nationale de la FSGT (1958-1976), secrétariat national pédagogique du SNEP (1969-1974), commission nationale de l’éducation du PCF (1960-1980) et, surtout, commission nationale des sports, dès sa création2.

  • 3 René Gaudy, « René Moustard », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouv (...)

2René Moustard est né en 1935 à Bar-sur-Aube (Aube) de parents vignerons. Il entre au Centre régional d’éducation physique et sportive (CREPS) de Reims en 1954 où il côtoie des étudiants communistes et adhère à la FSGT l’année suivante. En 1956, il rentre à l’ENSEP où il fait la rencontre de Robert Mérand qui y enseigne, et adhère au PCF. Devenu professeur d’EPS, il est nommé en 1963 à Troyes, où il assure le secrétariat départemental des JC et est membre du bureau fédéral du PCF. En 1965, il manque de peu la mairie de Troyes en obtenant 49 % des voix aux élections municipales et donne alors priorité à son engagement à la FSGT sur le PCF et le SNEP. Il y assiste alors Robert Mérand dans l’organisation des stages Maurice Baquet et est élu en 1967 au secrétariat fédéral de la FSGT. L’année suivante, il quitte l’enseignement pour devenir permanent de la fédération, dont il devient vice-président en 1974 puis président en 1976, fonction qu’il occupe jusqu’en 1998, en la partageant à partir de 1986. Il y a, entre autres, œuvré à l’établissement de relations avec le sport palestinien3.

  • 4 Paul Boulland, « Marcel Zaidner », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement (...)

3Marcel Zaidner est né en 1933 à Paris (20e). Il adhère à l’Union des jeunesses républicaines françaises (UJRF) en mai 1947 et au Parti communiste en février 1948. Ouvrier fraiseur, il occupe le poste de secrétaire fédéral des Jeunesses communistes (JC) en Seine-Sud jusqu’en 1959 pour entrer au bureau fédéral du PCF, à la tête duquel il succède à Georges Marchais deux ans plus tard. En 1964, il est élu au Comité central du PCF comme suppléant puis devient titulaire en 1967. En 1970, il quitte le secrétariat fédéral du Val-de-Marne pour prendre la tête du service des cadres, devenu « Section d’aide à la promotion des militants ». Quatre ans plus tard, lorsque la tête de ce service est confiée à Gaston Plissonnier, Marcel Zaidner reste son adjoint, puis, en 1979, devient celui de Charles Fiterman au secteur de la jeunesse et des sports4. Après son départ du comité central, à l’issue du XXIXe congrès du PCF, Marcel Zaidner continue de participer aux réflexions sur l’enfance et la jeunesse et s’engage dans la défense des sans-papiers, au titre du Parti communiste et au sein de l’association de soutien aux étrangers du Val-de-Marne (ASOUEVAM).

Pour commencer, comment en êtes-vous venus à militer dans le domaine des activités physiques et sportives au sein du Parti communiste, et même au-delà ?

  • 5 Centres régionaux d’éducation physique et sportive. Ils avaient vocation notamment à former les pro (...)
  • 6 Ancien capitaine de l’équipe de France de handball puis membre de celle de basketball, Robert Méran (...)
  • 7 École normale supérieure d’éducation physique et sportive, pendant – moins connu – pour les APS des (...)
  • 8 Né en 1921 à Douai, d’abord instituteur puis enseignant intérimaire d’éducation physique à Douai av (...)

4Yvon Adam : En 1947, j’ai 18 ans, et je commence mes études d’éducation physique au CREPS5 de Dinard. Et je rencontre là pour la première fois de ma vie des communistes, dont le directeur, Léon Binet, deux professeurs et, parmi les étudiants, des résistants qui sortent du maquis. Et une grève éclate cette même année contre les commissions de la « Hache et de la Guillotine », qui suppriment des crédits de la jeunesse et des sports au profit de la guerre d’Indochine. C’est le début, je dirais, de la révolte des professeurs d’éducation physique qui, par ailleurs, est mise en route par Robert Mérand6 à l’ENSEP7. Donc j’étais dans l’ambiance. Je fais une deuxième année de préparation au CREPS de Reims, où je rencontre aussi celui qui était chargé des cours de culture générale, Roger Delobert, qui a été longtemps inspecteur général et est à l’origine des instructions officielles de 1967. Après, je rentre à l’ENSEP où, déjà sensibilisé par cette première grève en 1947, je rencontre des professeurs communistes, dont Robert Mérand, que j’avais déjà rencontré au CREPS de Dinard. Les années d’ENSEP se coupent en deux par le fait que Robert Mérand en est exclu, comme communiste. Il y avait déjà une cellule en 1949, dont le secrétaire était René Guénan, auquel succédera Robert Mérand l’année suivante, et j’y adhérerai. Il faut restituer le climat de l’époque, parce que si l’on ne se situe pas dans le prolongement de la Résistance, si l’on ne se situe pas dans le prolongement du Conseil national de la Résistance, on a du mal à comprendre cette effervescence de 1947. À titre d’exemple, dans ma promotion, on est 16 sur 50 à adhérer au Parti communiste, 47 adhérents à la CGT, et Robert Mérand, qui était secrétaire de cellule, fait une lettre à Maurice Thorez qui paraît dans l’Humanité en octobre 1950. Ensuite, on adhère à la section de Joinville. Cette période d’éviction de Mérand est très effervescente, produit des cadres, qu’on retrouvera ensuite un peu partout, dont Georges Hage8. Ensuite, cette production de cadres dès les années 1950 fait des petits qui, dès qu’ils sortent de l’ENSEP, vont en province et y créent des conditions de mouvement.

  • 9 Professeurs communistes au Collège de France – respectivement en physique et psychologie. Maîtres d (...)
  • 10 Georges Hébert (1875-1957) a été à l’origine d’une méthode d’éducation physique dite naturelle, éla (...)

5Personnellement, je suis venu au Parti communiste par le sport. Par mes études de professeur d’éducation physique, par les influences que j’ai subies des professeurs communistes et un environnement très fort du point de vue théorique, avec la ressource de Paul Langevin et d’Henri Wallon9. Beaucoup d’étudiants sont allés faire des études avec ce dernier – comme Hage ou moi –, incités en cela par Robert Mérand qui nous distribuait des livres des Éditions sociales, alors que la littérature de l’ENSEP, c’était Georges Hébert10, etc.

  • 11 Jean Guimier (1913-1975) réussit en 1933 le premier concours d’entrée à l’École normale d’éducation (...)
  • 12 René Deleplace (1922-2010), né à Calais, est d’abord professeur de mathématiques avant d’intégrer ( (...)

6Parmi les événements qui m’ont influencé, il y avait aussi les comptes rendus que j’ai lus à ce moment-là du Congrès national du sport en 1946. C’est Jean Guimier11 qui en était le « metteur en scène » officieux. Un congrès considérable, attirant des milliers de gens avec une clôture au Vélodrome d’hiver, On retrouve parmi les présents des noms qu’on retrouvera plus tard dans toute l’histoire de l’éducation physique : René Deleplace12, Robert Mérand, etc.

  • 13 Claude Compeyron (1936-2009) fut un militant communiste seine-et-marnais. Entré en 1955 à l’École n (...)

7René Moustard : Dans mon cas, il y a un premier temps qui est l’influence du milieu proche. Et le milieu proche, pour moi, ce n’est pas la famille, qui n’était pas du tout militante, mais de se retrouver en situation d’étudiant, interne, au CREPS de Reims, avec d’autres étudiants pour préparer le professorat. Et certains sont communistes. Parmi eux, un certain Claude Compeyron13. Je suis imprégné ainsi puis, avec les contacts, je me retrouve entraîné dans des événements. En 1955, j’ai 19 ans, et avec ce groupe d’étudiants, j’accepte d’aller au Festival mondial de la jeunesse à Varsovie. D’ailleurs, c’était René Deleplace – je crois qu’il était porte-drapeau de la délégation sportive – parce qu’il y avait une dimension sportive importante. Et ensuite, il y a la dialectique qui s’installe entre l’activité professionnelle – pour moi, étudiant qui veux devenir professeur d’éducation physique – et l’activité militante. Et c’est cette dialectique-là pour moi qui est importante. C’est-à-dire que ce n’est pas le Parti communiste qui me forme pour militer dans l’éducation physique, ni l’inverse.

  • 14 Le XIVe congrès du PCF, au Havre, en 1956 décide de la suppression de l’Union de la jeunesse républ (...)
  • 15 Maurice Camuset (1920-2002) fut résistant, ouvrier aux ateliers SNCF. Militant politique (PCF) et s (...)

8Je rentre à l’ENSEP, et c’est alors seulement que j’adhère au Parti communiste. Chose que j’avais déjà décidée mais je ne voulais pas compromettre mon entrée à l’ENSEP. Et à l’époque, puisque j’avais 19-20 ans, j’adhère à l’Union des étudiants communistes (UEC), qui venait de se créer. Le Parti avait alors modifié la structure de l’organisation du mouvement de la jeunesse14. Et c’était dans ce mouvement de la jeunesse qu’à cette époque les questions sportives étaient traitées politiquement. Je suis aussi déjà très fortement engagé syndicalement et je me retrouve au bureau national de l’UEC. Mais je ne connaissais rien à l’essentiel de tout le système politique profond. Et cela, dans le contexte de 1956 : le XXe congrès du Parti communiste soviétique, la Hongrie et Suez, avec les tensions très fortes entre communistes et anticommunistes, y compris dans le SNEP. Effectivement, les événements de Hongrie nous ont été expliqués comme la nécessité de mettre un terme à la contre-révolution, et donc l’intervention des chars soviétiques me paraissait légitime. Quand on était dans cette situation, à l’époque, comme militant, on était entraîné, on y allait. Je me rappelle la première année avec un climat de débat fort. Donc avec cela, ce qui devient déterminant, c’est ce que j’appelle le processus formateur et autoformateur. Quand je dis formateur, c’est qu’il y a un prof quelque part et des élèves et que l’on est en formation. Et 1956, c’est le retour de Robert Mérand, à partir du 1er octobre, qui était en quelque sorte le formateur des communistes à l’école. C’est-à-dire qu’il était par rapport à l’activité des étudiants communistes comme il était par rapport à l’activité des élèves. Mais là, sur le terrain politique. Plus tard, comme enseignant, je me retrouve dans la fédération de l’Aube, membre du bureau fédéral, puis tête de liste aux élections municipales de Troyes en 1965. Avec 49 % des voix à l’arrivée ! Donc, à partir de ce moment-là, la fédération de l’Aube a mené une bataille au sein du Parti pour obtenir que je reste. Mais comme j’étais déjà engagé, du point de vue de l’éducation physique, dans le syndicat des professeurs et dans la FSGT, il y a eu débat pendant trois ans sur la question du sens de l’engagement. Sur la question de savoir où on distribue les forces. Donc, il y a des allers-retours entre Troyes, Romilly-sur-Seine où se trouvait le secrétaire de l’époque, qui s’appelait Maurice Camuset15, et le comité central.

9On est à l’époque de la création de la commission sportive. Donc, du point de vue de la direction centrale, la question de l’éducation physique et du sport avait un statut tel qu’il fallait mettre des forces. Donc moi qui avais des responsabilités dans l’Aube, qui me destinaient à être éventuellement responsable dans cette fédération, c’est dans la direction du Parti qu’il y a eu le point de vue qui a fait pencher la balance du côté de la commission sportive, alors que la commission des cadres voulait que je reste dans l’Aube. Et c’est remonté jusqu’à Jacques Duclos, selon ce que j’appellerai le « centralisme démocratique ». À partir de ce moment-là, un basculement s’est fait : on est engagé, on ne revient pas en arrière et c’est pour la vie.

  • 16 Désigne une crise de direction du PCF en 1961 autour, notamment, de Marcel Servin et Laurent Casano (...)
  • 17 Continûment haut-commissaire puis secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports entre 1958 et 1966 (...)
  • 18 Paul Laurent (1925-1990) est alors un dirigeant communiste de premier plan. Après avoir été secréta (...)

10Marcel Zaidner : Mon arrivée là-dedans est complètement différente et montre d’ailleurs l’évolution du fonctionnement du Parti. Je suis un militant de l’UJRF à laquelle j’adhère en 1947, à 17 ans, et au Parti en 1948. Je resterai un militant de la Jeunesse jusqu’à 29 ans, à des échelons locaux et départementaux, mais je n’ai jamais eu de responsabilités nationales. Et entre-temps je ferai des allers-retours de permanent à la Jeunesse. J’ai quitté l’école à 16 ans mais, après les événements de 1958, je vais en formation professionnelle accélérée pour adultes (FPA) et, six mois après, j’intègre une usine d’Ivry de Nord-Aviation, comme fraiseur. Et en même temps, je suis intégré depuis 1954 au comité fédéral, où je suis à la fois responsable des JC de l’époque, et au comité fédéral du Parti de Seine-Sud quand la décentralisation s’opère. Je suis parisien longtemps, jusqu’à mon mariage dans ces années 1950, où je deviens un Val-de-Marnais. Mon activité locale à cette époque est importante : j’aurai été par exemple secrétaire de l’UJRF du 11e arrondissement. Avec quelques centaines d’adhérents, c’était une période faste et formatrice pour un jeune. Donc voilà mon parcours : je n’ai pas de lien avec le sport, j’ai quitté l’école, mais il faut que j’apprenne tout. Donc je lis beaucoup, je travaille, j’étudie et je vais à l’usine. Mes seuls contacts sportifs, c’est à l’UJRF où on faisait beaucoup de camping. Donc la pleine nature, le camping, la randonnée, c’est mon activité physique : elle existe et j’aime cela. Mais ce sont des activités non organisées, je ne serai jamais membre d’un club sportif. Je deviens secrétaire fédéral en Seine-Sud, quand Georges Marchais part au moment de « l’affaire Servin »16 pour la direction du travail d’organisation. Et j’engage le travail. Mon activité à l’UJRF ne m’a jamais fait rencontrer le problème sportif. Parce que les liens de l’UJRF avec la FSGT et d’autres se passaient au niveau national, mais l’UJRF ou la JC, « en bas », n’ont jamais eu un intérêt ou une activité spécifique en direction du sport. Si ce n’est que pendant la période d’élargissement de l’UJRF, on avait créé des clubs de foot de quartier, comme à Ivry. Alors qu’il y avait la FSGT, l’US Ivry, etc., avec des jeunes qui ne voulaient pas y adhérer, on a créé des groupes de l’UJRF, et on faisait des tournois de foot avec les jeunes des quartiers. Une problématique qui continue à se poser d’ailleurs. Donc je me retrouve secrétaire de la fédération, avec de multiples tâches, là aussi il faut que j’apprenne mon métier et la politique, ce ne sera pas facile. J’ai l’aide de Georges Marchais, mais c’est aussi un poids… Ça, c’est le problème des secrétaires de la région parisienne, ils sont très aidés par le bureau politique, mais sont en partie aussi corsetés. Donc il faut se débrouiller là-dedans. Et puis je ne suis pas membre du comité central. Vers 1964, je rencontre [Jean] Guimier, parce que celui-ci avait proposé dans un document qu’il avait soumis au Parti des éléments sur les besoins des sportifs. Il voulait que notre pratique, et notamment celle des municipalités communistes, partent non pas des équipements qu’elles espéraient avoir, mais d’une réflexion sur les besoins de la population et de la jeunesse en matière d’éducation physique et de formation des jeunes. Donc il fait tout un plan, il appelle à une étude des équipements dans la région parisienne et à une étude des besoins, c’est le moment où [Maurice] Herzog est secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports17 et Guimier pousse à ce que le Parti se mette à un recensement, dont il dit qu’il n’existe pas, des besoins et des équipements dans la région parisienne. Que chacun ne fasse pas dans son coin. Donc il appelle les directions politiques à s’en mêler un peu et à aider à construire une orientation. D’où une réunion – c’est la première à laquelle je vais assister qui va parler de sport – convoquée par Paul Laurent18, qui coordonnait les fédérations de la région parisienne, pour parler de ces questions et entendre Jean Guimier. C’est mon premier contact avec ce dernier. On est rassemblés, un certain nombre de dirigeants de la région parisienne, dans la rotonde [du siège national, place du Colonel-Fabien], et Paul commence à me demander de m’intéresser à ces questions. Ce que je ferai plus ou moins. La demande de Guimier alors était aussi de créer des commissions dans toutes les fédérations. Ce qu’il a fait à Paris, ce qui se fera dans le Nord, et d’autres fédérations, mais c’était difficile !

Et avant d’en venir à la commission elle-même, est-ce que tu peux expliquer comment tu as eu le déclic quand tu as rencontré Guimier, parce que tu n’étais pas spécialement sensibilisé aux enjeux autour des questions sportives ?

  • 19 Né en 1939. Handballeur de haut niveau (plusieurs fois champion de France et international à la fin (...)
  • 20 Militant sportif à l’US Ivry, membre de la commission exécutive de la FSGT à partir de 1949, élu se (...)
  • 21 Professeure puis inspectrice académique-inspectrice pédagogique régionale d’éducation physique et s (...)
  • 22 André Marty (1886-1956) était ingénieur-mécanicien de la marine nationale. Condamné aux travaux for (...)
  • 23 Raymond Guyot (1903-1986) a été secrétaire de la Fédération des jeunesses communistes à partir de 1 (...)
  • 24 Guy Hermier (1940-2001) était professeur de lettres. Il a adhéré au PCF en 1958 et est devenu dirig (...)
  • 25 Né en 1926, Roland Leroy a été employé de la SNCF, résistant, déporté. Il a été membre du comité ce (...)
  • 26 Né en 1932, René Piquet, ouvrier mécanicien, a été membre du comité central du PCF en 1961 et du bu (...)
  • 27 Né en 1933, Charles Fiterman a travaillé comme monteur mécanicien et électricien. Il a été dirigean (...)
  • 28 Jean Colpin (1928-1985) a été employé. Secrétaire fédéral du Parti communiste dans le Nord (1955-19 (...)
  • 29 Professeur d’EPS, Michel Zilbermann (1936-2009) a été un membre actif de la commission sportive du (...)
  • 30 Professeur d’EPS et membre actif de la commission sportive du PCF, Jean-Jacques Faure a notamment d (...)

11Marcel Zaidner : Il fallait que j’y participe parce que Paul Laurent m’avait convoqué comme secrétaire fédéral, et j’ai participé. Et Guimier m’a montré que c’était un domaine d’activité politique auquel je n’avais pas réfléchi. Et c’était un homme de grande conviction. Ceci dit, ça ne s’est pas traduit pour moi par des actes forts tout de suite. Parce qu’il y avait des gens, René Moustard, Gilbert Ridouh19, [Roger] Fidani20, Annick Davisse21, qui avaient une activité dans le département, et donc les choses se faisaient indépendamment de mon impulsion. Simplement, de temps en temps, je convoquais une réunion plus large. Et puis je quitte la direction de la fédération en 1969 pour devenir responsable aux cadres du Parti. À ce poste, je suis amené à faire une proposition qui va toucher à la commission sportive, c’est que l’on cherche un responsable pour les éditions du Parti et, pour des raisons dont je ne me souviens plus, j’avais repéré Compeyron. Et donc on demande à la commission sportive de nous le dégager pour devenir le responsable des éditions. Il y a toujours eu effectivement, jusqu’à maintenant, jusqu’à…, un responsable à la direction du Parti, qui était au niveau du bureau politique, du secrétariat national et qui était responsable de la jeunesse et des sports. Ça dure depuis pratiquement la Libération : il y a eu [André] Marty22, il y a eu Raymond Guyot23, et puis après Paul Laurent, Guy Hermier24, Roland Leroy25, [René] Piquet26 un petit moment, Charles Fiterman27, [Jean] Colpin28 et Jean-Paul Borée. Donc je fais dix ans aux cadres, et Fiterman devient responsable des questions de communication et de la jeunesse et des sports, au secrétariat et au bureau politique. Et on me propose d’être son adjoint. Donc je quitte le secteur des cadres, et je deviens l’adjoint de Charles Fiterman à la jeunesse et aux sports, chargé de la conduite de la commission sportive en permanence, en en référant à Fiterman régulièrement. Mais il me laisse mener les affaires. Il y a à la fois à la tête du Parti un homme politique qui n’a pas de lien avec le sport en particulier, et qui va s’y intéresser. Comme Roland Leroy, passionné de cyclisme et du Tour de France. Les débats les plus homériques dans le bureau politique, à la fin des séances et au cours des repas, portent sur le sport, et la bataille Anquetil-Poulidor, et ce sont les batailles entre Roland Leroy et Georges Marchais, le Bas-Normand et le Haut-Normand. Il y a une ambiance sportive de ce point de vue, du spectacle sportif assez fort, au sein de la direction du Parti. Et à l’animation concrète [de la commission], il y a toujours un prof de gym : Guy Hermier, Compeyron, Foret, [Michel] Zilbermann29, [Gilbert] Ridouh, Jean-Jacques Faure30… Et c’est avec ces hommes-là, auprès de Michel, que j’apprendrai le b-a-ba et que j’intégrerai – évidemment jamais complètement – toutes les richesses de ce qui amène nos camarades.

12Sur la question des relations politiques entre le Parti communiste, la FSGT et le syndicat [le SNEP], ceux-ci ont pris leur autonomie. Ce qui ne veut pas dire que leurs militants ne viennent pas à la commission. Ils apportent leurs connaissances, etc., mais ce n’est plus à la commission que se font les arbitrages, comme cela pouvait se faire dans une première période. La commission se concentre sur la politique, et même les questions théoriques ne sont plus traitées à la commission mais viennent davantage au CERM [Centre d’études et de recherches marxistes] ou dans des revues comme Recherches internationales, etc. Il y a une concentration sur le politique, et le lien du Parti communiste avec les milieux sportifs en général, pas seulement avec la FSGT et les enseignants d’EPS, mais avec toutes les fédérations sportives, avec le CNOSF, etc. Il y a une recherche de liens avec l’ensemble des organisations du sport, qui fera discussion en interne. C’est ce qui explique aussi la naissance du bulletin Pour le sport [en 1984].

Maintenant, on peut aborder la création de la commission sportive : dans quelles circonstances celle-ci est-elle intervenue ?

  • 31 Ouvrier soudeur, Auguste Delaune (1908-1943) a été dirigeant des Jeunesses communistes puis est ent (...)
  • 32 Professeur d’EPS, Maurice Baquet (1897-1965) a notamment enseigné à l’École nationale d’éducation p (...)
  • 33 Typographe de métier, Léo Figuères (1918-2011) a été dirigeant des Jeunesses communistes et de l’UJ (...)

13Yvon Adam : Alors, pour moi, il y a une date clé : la lettre publiée par l’Humanité de Jacques Duclos du 20 octobre 1958 qui répond à Jean Guimier en disant : « Nous sommes d’accord pour la création d’une commission permanente… ». Je dis bien : permanente, parce que dans toute la période antérieure, il y a des groupes de travail qui se réunissent de façon ponctuelle à partir de 1934. Donc si on me demandait de débattre sur l’histoire et les prémices de la commission, je dirais : 1933, Jean Guimier adhère au PCF. 1934 : Maurice Thorez reçoit Jean Guimier avec Auguste Delaune31 pour créer la commission contre les jeux Olympiques de Berlin. Et pour créer un groupe de travail pour les Jeux de Barcelone. Avec Henri Wallon, qui préside une réunion contre les jeux Olympiques de Berlin de 1936. 1936 : le Front populaire et là, les communistes ont une action très forte, y compris pour la création du BSP, le brevet sportif populaire. En janvier 1937, le PCF organise une conférence nationale sur la question sportive. Ensuite, il y a la Résistance, 1940-1944, avec un réseau de résistance parmi les sportifs, « Sport Libre ». À la Libération, un énorme travail est produit par Maurice Baquet32, Jean Guimier et d’autres. En 1958, je rencontre Léo Figuères33 qui est chargé de mettre en œuvre la commission décidée par Jacques Duclos. J’enseignais depuis quatre ans, il me fait venir à Paris en me disant : « Il y a besoin de cadres à Paris. Il paraît que tu veux partir en province ? Il y a déjà assez de communistes au CREPS de Dinard ». Et il m’a convaincu de demander mon changement pour Paris. Je suis donc arrivé à Paris en 1958 ; on a mis en place la commission. À ce moment-là, j’étais l’adjoint de Guimier, premier secrétaire de cette commission.

Qui composait la commission ?

  • 34 Rugbyman de haut niveau – il a notamment été capitaine du Stade toulousain en 1946-1947 Robert Barr (...)
  • 35 Roland Passevant (1928-2002) a adhéré aux Jeunesses communistes à 15 ans avant de devenir journalis (...)
  • 36 Jean Le Floch’Moan (1923-1999) est entré aux Jeunesses communistes en 1939 puis dans la Résistance, (...)
  • 37 . Ajusteur, Henri Ravera (1919-1985) adhère au PCF et à la CGT en 1938. En 1943, le Parti lui confi (...)
  • 38 Architecte et urbaniste né en 1928.

14Yvon Adam : Les profs de gym, il en fallait et ils étaient très en mouvement. La FSGT, qui était alors très productive, avec Maurice Bacquet notamment. Il y avait des journalistes – [Robert] Barran34, [Roland] Passevant35, Yann Le Floch36 ; des élus, comme Henri Ravera37 ou l’adjoint au maire de Saint-Ouen, des syndicalistes, y compris de la CGT, et enfin les Offices municipaux des sports (OMS). Et la commission faisait venir des gens, par exemple [Paul] Chemetov38 quand il a conçu l’Île-des-Vannes à Saint-Ouen, ou des médecins comme Almandou. C’était une commission qui avait une vision extrêmement ouverte sur tous les problèmes fondamentaux de l’éducation physique et du sport. Je dirais non pas en opposition, mais en rupture avec le mouvement sportif. Les fédérations mettaient en avant la neutralité, et pour arriver à les pénétrer, c’était un truc impensable. C’était apolitique, le sport, et c’était la thèse officielle, non pas seulement du pouvoir, mais de la social-démocratie de l’époque.

Comment le travail était-il organisé concrètement ?

  • 39 Comptable, René Rousseau (1906-1964) milite au PCF et à la Fédération sportive du travail (FST), do (...)
  • 40 Né le 3 mars 1929 à Marseille, Marcel Berge est professeur d’éducation physique en Ardèche puis à M (...)

15Yvon Adam : Il y avait une commission très large, de 20 à 30 membres, qui se réunissait tous les mois, et en son sein un secrétariat qui se réunissait pratiquement toutes les semaines, tous les quinze jours. Et dans ce secrétariat, il y avait quelqu’un de la FSGT, toujours : c’était souvent René Rousseau39, [René] Napoléoni. Au titre du SNEP, il y a eu Mérand, Marcel Berge40

Vous étiez très attentifs à cette époque-là à ce que toutes les organisations soient représentées ?

16Yvon Adam : Ah oui, c’était le souci ! On a eu quelques tensions avec le comité olympique français, mais on y a eu tout de même souvent des oreilles attentives, on s’est réunis avec sa présidence à plusieurs reprises. Il y avait une secrétaire à temps plein à la commission. Il y avait un bureau, une bibliothèque, le travail était organisé. On avait tous ces moyens. Quand tu vois maintenant…

17René Moustard : Sur les prémices, il faut ajouter Joffre Dumazedier : c’est le branchement de la Résistance à une conception progressiste de la culture sportive du point de vue de l’émancipation. Donc Dumazedier, Baquet, Guimier qui ont travaillé dans la commission « culture sportive » rattachée à Peuple et Culture à ce moment-là. Et ils ont publié plusieurs petits ouvrages dont un important : Regard neuf sur le sport. Ils ont insufflé l’idée d’une conception progressive, d’un être humain en marche, et du caractère politique des APS ; ce que la commission du PCF a poursuivi. Des grilles de lecture comme celles-là cassent totalement la pensée dominante de l’époque. On remet l’activité physique au cœur de l’activité humaine. Alors que jusque-là, c’était simplement un supplément d’âme ou une partie annexe. Et donc la politique se refonde par la théorie concernant l’être humain, qui passe au-dessus de la politique conjoncturelle. Une étape importante est marquée par le numéro de L’École et la Nation de juin 1969, production de la commission sportive de cette époque. Ce n’est pas un hasard s’il s’agit d’une revue sur l’éducation : jamais on n’a réduit à l’époque la commission au seul sport. On avait à l’époque une grille de lecture de cela qui était assez bien installée, et qui distinguait l’activité physique et le sport. Et donc le label, le concept de sport, c’est l’idéologie dominante, qui en a fait un concept fourre-tout. Nous, on s’est battus en permanence pour maintenir un niveau de conceptualisation conforme aux réalités humaines qui sont derrière. Donc effectivement, le sport est une dimension de l’activité physique qui est le produit d’une activité créative de l’être humain, et qui ne peut être réduite à une activité biologique, physique, mais qui est fondamentalement une activité plus large, fondamentale.

Est-ce que vous avez eu une influence à l’intérieur du PCF auprès des militants locaux, des élus, etc. ?

  • 41 Robert Parienté (1930-2006) est entré à L’Équipe comme journaliste en 1954 et en est devenu rédacte (...)

18Yvon Adam : Absolument. Parce qu’il est arrivé un moment où non seulement les communistes avaient des idées, mais aussi, là où ils étaient présents dans les Offices municipaux des sports (OMS), dans les mairies, comme adjoints au maire, etc. Guimier s’était beaucoup battu d’ailleurs pour que l’Office municipal des sports ne soit pas composé d’élus mais émane de l’ensemble de la population. Les publications qui étaient faites [sur le sport] et tous les projets de loi passaient par la commission. Ils étaient étudiés, discutés. Le rôle que jouent les maires et les adjoints au maire pour les constructions sportives dans les municipalités au temps où beaucoup de municipalités étaient communistes était absolument considérable. On n’arrivait pas beaucoup à pénétrer les milieux de la haute compétition en revanche. Mais à l’époque, on était écoutés dans le Parti, on était de plain-pied. Et on était toujours demandeurs au regard du Parti, au regard de ses structures, pour aider, pour faire des conférences, pour organiser des journées d’études, etc. Ensuite, on était partie prenante de toutes les initiatives populaires importantes. Je pense aux « Journées contre la suppression du sport scolaire », ou aux Assises nationales du sport. Pendant des années, j’ai entretenu par exemple des relations personnelles avec [Robert] Parienté, qui était alors le rédacteur en chef de l’Équipe41. Et on avait des articles qui paraissaient dans ce quotidien, par exemple, un sur la haute performance en 1981 à la demande du rédacteur en chef. On a également passé des articles dans Le Monde. Donc cela veut dire que l’on ne vivait pas seulement entre nous. Sur une question ponctuelle, en 1981, la commission a changé un peu ses prérogatives : les problèmes de l’école sont passés à la commission de l’enseignement, dirigée par [Pierre] Juquin à ce moment-là, même si on y était invités régulièrement.

  • 42 Fédération nationale des Offices municipaux des sports, structure qui rassemble les animateurs des (...)

19René Moustard : Au début des années 1980, il y a rupture dans un continuum de fond pour la commission sport. Entre 1964 et 1980, le travail de la commission sportive avait une audience et une influence dans le Parti, et non pas parce que cela descendait de la commission sportive dans le Parti, pour aller au-delà, mais c’était l’inverse. C’est-à-dire que le travail de la commission sportive produisait sur les questions de la vie sportive, de la politique sportive, etc., des éléments qui, par le moyen des initiatives, des publications, des actions des acteurs de terrain, influençaient le mouvement social qui, recevant des repères par l’intermédiaire d’organisations comme la FNOMS42, comme la FSGT, comme le SNEP, et par l’intermédiaire de multiples lieux et d’événements dans la vie locale.

20Je me rappelle les réunions de la commission sportive comme un lieu de rencontre, vivant et un lieu de centralisation des données qui venaient de ce qui se passait dans la réalité. Parce que dans le domaine de l’enseignement, les militants du SNEP racontaient ce qui se passait, dans le domaine du sport ; les militants de la FSGT racontaient, au niveau local ; des élus racontaient, etc. C’était en partant de ce que j’appellerais un processus de centralisation, de discussions, de construction d’une compréhension de la chose que s’élaboraient des idées et des initiatives et les impulsions. C’est au cours d’une de ces réunions, par exemple, en 1972, c’est-à-dire l’époque du programme commun, qu’a été initiée l’idée d’organiser la première manifestation de rue sportive militante venant des clubs sportifs. Rue de Châteaudun, devant le ministère de la Jeunesse et des Sports : 10 000 manifestants. La commission sportive du Parti était le lieu, non pas de la décision, mais où s’opérait la mise en relation de la politique avec les réalités, un lieu de cristallisation des initiatives.

Pour finir, est-ce que vous pourriez dire, chacun, quels sont les héritages que vous pensez les plus importants à conserver des travaux de la commission pour affronter les enjeux qui se posent aujourd’hui en matière d’APS ?

21René Moustard : Ce que j’en retiens, c’est ce que j’ai appris à cette époque-là, dans ce contexte-là, du point de vue de la manière de faire, de penser la politique. Comme l’émanation d’une activité qui vient de la société, qui s’organise, qui se développe dans des luttes. Dans des mouvements sociaux, dans des idées, qui se construit, et qui fait qu’à un moment donné, les partis politiques sont l’émanation de cela, l’État est l’émanation de cela, etc. Ce n’est pas le système qui produit la société, mais c’est la société qui produit le système politique dans lequel on est.

22Yvon Adam : Je suis de plain-pied avec ce qu’a dit René. Je suis resté communiste toute ma vie en fonction des racines qui ont été les miennes en tant qu’étudiant dans ce bain de l’ENSEP en 1948. Et donc, il y a des ruptures, mais pour moi pas de rupture théorique fondamentale dans notre manière de travailler. Je pense que l’on avait une révolution dans les idées concernant les problèmes de fond en matière pédagogique, auxquelles s’ajoute la question du développement des capacités humaines, du perfectionnement humain, etc. Avec « l’humain d’abord », je retrouve dans nos réflexions d’aujourd’hui des éléments que j’ai puisés il y a plus de soixante ans. Cela ne veut pas dire que l’on n’a pas changé, mais moi je n’ai pas changé par rapport au monde !

23Marcel Zaidner : Je crois que l’on peut tous être d’accord sur le fait qu’il y a une continuité dans la volonté et l’intérêt du Parti communiste de faire émerger dans le pays une conception humaniste, une conception forte d’un sport servant au développement intégral de l’homme. Le Parti est l’héritier également de toute une réflexion, et le fait qu’il ait construit un instrument, un endroit où peuvent se réunir les forces qui peuvent l’aider à élaborer sa réflexion. Parce qu’après tout, il n’est pas seul. Et ce n’est pas seulement la commission sportive qui doit élaborer la politique du Parti en matière de sports, c’est aussi le Parti en tant que tel, le groupe parlementaire, les élus, etc. Je suis très heureux que la commission ait repris un travail productif tout à fait intéressant. Et dans la continuité de ce mouvement. Alors après, son rôle et son travail, de mon point de vue, dépendent aussi des circonstances politiques. Il n’y pas un absolu, dictant ce que doit être la commission sportive, comme ceci ou comme cela, elle répond bien ou mal aux besoins politiques de la période. Et c’est pour cela qu’il n’y a pas eu autant de ruptures que d’évolutions. On a sans doute à trier dans tout ce qu’a fait la commission depuis les années 1960, mais il faut conserver ce souci qu’elle a eu de s’appuyer sur les besoins de la société française. La commission sportive n’est pas un laboratoire où on va dire après ce qui est bien ou ce qui n’est pas bien, mais c’est un endroit où on peut impulser des expériences, des idées. La constante de la politique des communistes, c’est à la fois – parce qu’il y a évidemment une contradiction – d’assumer le sport tel qu’il est, et de lutter contre sa financiarisation extraordinaire aujourd’hui, qui le met en cause, et qui peut aboutir à la rupture dans l’unité du sport, c’est une vraie question. Mais nous, nous avons toujours voulu l’assumer comme un combat que nous n’estimons pas perdu, y compris aujourd’hui.

24La table ronde a été animée par Marion Fontaine, Nicolas Kssis et Igor Martinache.

25Sa retranscription a été assurée par Igor Martinache.

26L’appareil critique est l’œuvre d’Igor Martinache avec la collaboration de Guillaume Quashie-Vauclin.

Haut de page

Notes

2 Jacques Girault, « Yvon Adam », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968, t. I, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006, p. 52-53.

3 René Gaudy, « René Moustard », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

4 Paul Boulland, « Marcel Zaidner », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

5 Centres régionaux d’éducation physique et sportive. Ils avaient vocation notamment à former les professeurs d’EPS. Leurs missions ont été profondément transformées depuis 1981 et ils ont été intégrés à l’Éducation nationale. Alors que leur démantèlement est en question et déjà effectif pour certains, leur nom a significativement été modifié en « Centres de ressources d’expertise et de performance sportives » par le décret n° 2011-630 du 3 juin 2011.

6 Ancien capitaine de l’équipe de France de handball puis membre de celle de basketball, Robert Mérand (1921-2011) est devenu enseignant à l’ENSEP en 1946 dont il a été exclu de 1950 à 1956 pour son militantisme communiste. À été également dirigeant de la FSGT et du SNEP-FSU dont il a notamment largement inspiré les réflexions autour d’un sport « culturel » et émancipateur.

7 École normale supérieure d’éducation physique et sportive, pendant – moins connu – pour les APS des autres ENS.

8 Né en 1921 à Douai, d’abord instituteur puis enseignant intérimaire d’éducation physique à Douai avant d’être admis à l’École normale supérieure d’éducation physique (1947-1948). Il sera par la suite professeur d’éducation physique (1949-1973), militant syndical au SNEP puis député communiste (1973-2007). Jacques Girault, « Georges Hage », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire…, op. cit., t. VI, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010, p. 265-266.

9 Professeurs communistes au Collège de France – respectivement en physique et psychologie. Maîtres d’œuvre de la Commission ministérielle pour la réforme de l’enseignement créée en novembre 1944 qui devait produire un grand plan de réforme générale de l’enseignement connu sous le nom de « plan Langevin-Wallon » (quoique Paul Langevin mourût (décembre 1946) avant la fin de ses travaux). Pierre Boutan, Etya Sorel (dir.), Le Plan Langevin-Wallon, une utopie vivante. Actes des rencontres Langevin-Wallon, 6-7 juin 1997 organisées à l’initiative de La Pensée, Paris, PUF, coll. « Éducation et formation. Pédagogie théorique et critique », 1998.

10 Georges Hébert (1875-1957) a été à l’origine d’une méthode d’éducation physique dite naturelle, élaborée après son expérience militaire comme lieutenant de vaisseau et directeur des exercices physiques dans la marine. Son grand œuvre (réédité à de nombreuses reprises) est L’Éducation physique. Ou l’entraînement complet par la méthode naturelle. Exposé et résultats, Paris, Vuibert, 1912 (pour la première édition).

11 Jean Guimier (1913-1975) réussit en 1933 le premier concours d’entrée à l’École normale d’éducation physique avant d’être professeur puis inspecteur d’éducation physique. Militant du sport à la croisée du PCF, du SNEP et de la FSGT – il fut membre de sa commission exécutive –, il a également beaucoup influencé la réflexion et l’action politiques dans le domaine des APS. Voir Gérard Couturier, Jean Guimier. 1913-1975. Une vision politique et culturelle pour l’éducation physique et le sport, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces et temps du sport », 2001.

12 René Deleplace (1922-2010), né à Calais, est d’abord professeur de mathématiques avant d’intégrer (et de sortir major de) l’École normale supérieure d’éducation physique (1946-1948) et de devenir professeur d’éducation physique – rapidement en région parisienne. Dirigeant de la FSGT, il exerçait également des responsabilités au sein du SNEP et du PCF, notamment au sein de sa commission sportive. Il s’impliqua particulièrement dans le rugby : joueur puis entraîneur, il en fut également un théoricien en insistant notamment sur la liberté d’initiative (voir notamment Rugby de mouvement, rugby total, Éditions Éducation physique et sports, 1996 [1re éd. 1979]). Jacques Girault, « René Deleplace », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire…, op. cit., t. IV, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 1820-1823 (CD-ROM).

13 Claude Compeyron (1936-2009) fut un militant communiste seine-et-marnais. Entré en 1955 à l’École normale supérieure d’éducation physique, il y fut successivement secrétaire du PCF, de l’UEC et responsable syndical. Professeur d’éducation physique et simultanément dirigeant départemental et national du MJCF (jusqu’en 1968), Claude Compeyron fut ensuite secrétaire de la commission sportive du PCF (1968-1972) et responsable de maisons d’édition communistes : Vaillant-Miroir-Sprint entre 1970 et 1979, puis les Éditions Messidor entre 1979 et 1988, ce dernier poste s’accompagnant d’une place au comité central du PCF (jusqu’en 1996). Claude Willard, « Claude Compeyron », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire…, op. cit., t. III, Paris, Éditions de l’Atelier, 2007, p. 421-423.

14 Le XIVe congrès du PCF, au Havre, en 1956 décide de la suppression de l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF), remplacée par le Mouvement de la jeunesse communiste de France composé de quatre branches : Union de la jeunesse communiste de France, Union des jeunes filles de France, Union des jeunesses agricoles de France, Union des étudiants communistes de France. Voir Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la jeunesse républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste. 1945-1956, Paris, L’Harmattan, 2009.

15 Maurice Camuset (1920-2002) fut résistant, ouvrier aux ateliers SNCF. Militant politique (PCF) et syndical (CGT), il fut maire de Romilly-sur-Seine (1948-1958 et 1959-1984). Sylvain Boulouque, Marie-Louise Goergen, « Maurice Camuset », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire…, op. cit., t. III, Paris, Éditions de l’Atelier, 2007, p. 409-410 (CD-ROM).

16 Désigne une crise de direction du PCF en 1961 autour, notamment, de Marcel Servin et Laurent Casanova. Voir Michel Dreyfus, Le PCF, crises et dissidences. De 1920 à nos jours, Bruxelles, Complexe, coll. « Questions au xxe siècle », 1990.

17 Continûment haut-commissaire puis secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports entre 1958 et 1966 dans les gouvernements gaullistes de Michel Debré et de Georges Pompidou.

18 Paul Laurent (1925-1990) est alors un dirigeant communiste de premier plan. Après avoir été secrétaire général de l’UJRF (1955-1956), puis du MJCF (1956-1962), il est secrétaire de la fédération de Paris du PCF (1962-1973). Dès 1956, il est membre du comité central du PCF (jusqu’en 1990) et, à partir de 1961, membre du bureau politique (jusqu’en 1990 également). Paul Boulland, « Paul Laurent », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire…, op. cit., t. VII, Paris, Éditions de l’Atelier, 2011, p. 349-353.

19 Né en 1939. Handballeur de haut niveau (plusieurs fois champion de France et international à la fin des années 1950), professeur d’éducation physique et militant communiste ; conseiller municipal (1965-1995) et adjoint au maire (1971-1995) d’Ivry-sur-Seine, où il a été secrétaire général (1965-1972) puis président de l’US Ivry (I976-1985). Il a également été membre de la commission sportive du comité central de 1965 à 2002 et en a été secrétaire à partir de 1985, la quittant par désaccord avec la politique de Marie-George Buffet au ministère. Michèle Rault, « Gilbert Ridouh », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

20 Militant sportif à l’US Ivry, membre de la commission exécutive de la FSGT à partir de 1949, élu secrétaire général de la fédération en 1965. Auteur avec Raymond Pointu de Cuba, sport en révolution, Paris, Éditeurs français réunis, 1975. Nicolas Kssis, « Roger Fidani », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

21 Professeure puis inspectrice académique-inspectrice pédagogique régionale d’éducation physique et sportive, auteure de nombreux articles de recherche sur la mixité à l’école et la didactique en EPS. Militante syndicale au SNEP et élue au comité national du PCF en 2000. Michaël Attali, « Annick Davisse », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

22 André Marty (1886-1956) était ingénieur-mécanicien de la marine nationale. Condamné aux travaux forcés comme mutin de la mer Noire (1919) et libéré en 1923. Élu au comité central (1925) puis au bureau politique (1931) du Parti communiste, député (1924-1955), conseiller municipal de Paris. Secrétaire de l’Internationale communiste (1935-1943), chargé d’organiser les Brigades internationales puis délégué spécial du ministère espagnol de la Guerre (1936-1939), il fut l’un des trois secrétaires de la délégation du comité central à Alger (1943-1944), puis l’un des secrétaires du PCF de 1945 à 1952, en charge notamment des cadres, de l’Algérie et des questions coloniales, ainsi que de la jeunesse et de la formation, avant d’être exclu du Parti en janvier 1953 avec Charles Tillon en raison de divergences politiques et d’un « travail fractionnel » au sein du comité central. Paul Boulland, Claude Pennetier, Rossana Vaccaro, André Marty. L’homme, l’affaire, l’archive, Paris, Codos, 2005.

23 Raymond Guyot (1903-1986) a été secrétaire de la Fédération des jeunesses communistes à partir de 1928 et membre du comité exécutif (CE) de l’Internationale communiste des jeunes (ICJ) la même année, secrétaire de l’ICJ en 1935 et, la même année, élu membre du CE de l’Internationale communiste. Il a ensuite été membre du comité central du Parti communiste de 1936 à 1985 et du bureau politique de 1945 à 1972. Voir Marc Giovaninetti, 50 ans au cœur du système communiste. Raymond Guyot, un dirigeant du PCF, thèse de doctorat sous la direction de Jacques Girault, Paris XIII, 2009.

24 Guy Hermier (1940-2001) était professeur de lettres. Il a adhéré au PCF en 1958 et est devenu dirigeant des JC en 1963, avant d’intégrer le comité central comme suppléant en 1967 et titulaire en 1970 et au bureau politique en 1972 comme suppléant et titulaire en 1976. Il y a été en charge de la jeunesse de 1976 à 1979 puis des intellectuels et de la culture jusqu’en 1987. Il a été élu député des Bouches-du-Rhône en 1978, réélu sans discontinuer jusqu’à sa mort. Jacques Girault, « Guy Hermier », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

25 Né en 1926, Roland Leroy a été employé de la SNCF, résistant, déporté. Il a été membre du comité central du PCF à partir de 1956, du secrétariat du PCF (1960-1979) et du bureau politique (1964-1994). Il a été député de la Seine-Maritime (1956-1958, 1967-1981, 1986-1988) et a dirigé l’Humanité de 1974 à 1994. Roland Leroy, La Quête du bonheur, Paris, Grasset, 1995.

26 Né en 1932, René Piquet, ouvrier mécanicien, a été membre du comité central du PCF en 1961 et du bureau politique de 1964 à 1990. René Piquet, Le Soleil s’attarde comme une récompense. Regards sur un engagement politique, Pantin, Le Temps des cerises, coll. « Girofla », 2007.

27 Né en 1933, Charles Fiterman a travaillé comme monteur mécanicien et électricien. Il a été dirigeant communiste de la Loire et du Val-de-Marne, secrétaire de Waldeck Rochet en 1965 puis de Georges Marchais en 1969, il entre au comité central du PCF en 1972 puis au bureau politique en 1976. Il est parallèlement élu conseiller général et député du Val-de-Marne (en 1981 et de 1986 à 1988). Il a également été nommé ministre d’État du gouvernement Mauroy (1981-1983). Créateur, en 1989 du courant critique des « refondateurs », il quitte le comité central en 1994 avant de rejoindre le Parti socialiste. Claude Pennetier, « Charles Fiterman », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

28 Jean Colpin (1928-1985) a été employé. Secrétaire fédéral du Parti communiste dans le Nord (1955-1970) puis membre du comité central (1970-1985), du bureau politique (1973-1985) et du secrétariat (1976-1982) du PCF, Jean Colpin a notamment été l’adjoint de Paul Laurent sur les questions de jeunesse, avant de prendre en charge le secteur Entreprise. Odette Hardy-Hémery, Claude Willard, « Jean Colpin », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

29 Professeur d’EPS, Michel Zilbermann (1936-2009) a été un membre actif de la commission sportive du PCF, et a notamment créé le meeting d’athlétisme de l’Humanité à Saint-Denis en 1984 et l’Association sport et spectacles internationaux (ASSI) en 1987.

30 Professeur d’EPS et membre actif de la commission sportive du PCF, Jean-Jacques Faure a notamment dirigé le groupe Miroir-Sprint, éditant notamment le journal du même nom, créé en 1946, et les mensuels Miroir du cyclisme, Miroir du football, Miroir de l’athlétisme et Miroir du rugby, fondés au début des années 1960, ainsi que diverses brochures diffusant un regard communiste dans ce domaine. Le groupe Vaillant-Miroir-Sprint a été mis en liquidation en 1992.

31 Ouvrier soudeur, Auguste Delaune (1908-1943) a été dirigeant des Jeunesses communistes puis est entré en 1928 au bureau de la Fédération sportive du travail (FST) avant d’en devenir secrétaire général en 1932. Lors de la « réunification » des deux FST, communiste et réformiste, en 1934, Delaune est devenu le premier secrétaire général de la nouvelle Fédération gymnnique et sportive du travail (FSGT). Jean Maitron, Claude Pennetier, « Auguste Delaune », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

32 Professeur d’EPS, Maurice Baquet (1897-1965) a notamment enseigné à l’École nationale d’éducation physique (ENEP) où il a rencontré Jean Guimier, qui a initié sa militance au PCF et à la FSGT. Nommé en 1946 directeur de l’Institut national des sports (INS), créé l’année précédente, il s’applique à ouvrir l’institution pour ne pas la réserver à une élite. Il va beaucoup œuvrer pour le développement du sport populaire au sein de la FSGT et, après son décès, son nom sera donné au stage mis en place par Robert Mérand de 1965 à 1975, laboratoire de pratiques innovantes en la matière. Marianne Lassus, « Maurice Baquet », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

33 Typographe de métier, Léo Figuères (1918-2011) a été dirigeant des Jeunesses communistes et de l’UJRF, membre du comité central du Parti communiste français (suppléant de 1945 à 1956 puis titulaire jusqu’en 1976), secrétaire du comité central (1959-1964). Il a parallèlement été député des Pyrénées-Orientales aux deux Assemblées nationales constituantes (1945-1946), conseiller général (1959-1994) et maire de Malakoff de 1965 à 1996. Jean Sagnes, Claude Willard, « Léo Figuères », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

34 Rugbyman de haut niveau – il a notamment été capitaine du Stade toulousain en 1946-1947 Robert Barran (1918-1978) a été secrétaire de la FSGT du Midi en 1952 et a adhéré au PCF en 1955. Il a alors entamé une carrière de journaliste au sein de la presse sportive communiste, notamment au sein de Miroir-Sprint puis Miroir du rugby. Claude Pennetier, « Robert Barran », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

35 Roland Passevant (1928-2002) a adhéré aux Jeunesses communistes à 15 ans avant de devenir journaliste. Entré à l’Humanité en 1953 après avoir été licencié de l’Agence France-Presse en raison de son militantisme, il dirige le service des sports du quotidien communiste à partir de 1963 et collabore régulièrement à Miroir-Sprint dont il devient rédacteur en chef en 1976. Il terminera sa carrière comme grand reporter à la télévision (TF1).

36 Jean Le Floch’Moan (1923-1999) est entré aux Jeunesses communistes en 1939 puis dans la Résistance, a notamment utilisé les rencontres de football pour transmettre des informations. En 1946, il prend part à la fondation du quotidien Sport avec d’autres journalistes issus de la Résistance, il passe à Ce Soir puis à l’Humanité en 1947. Il animera également Miroir de l’athlétisme au début des années 1960 et exercera les fonctions d’adjoint aux sports du maire de Goussainville (Val-d’Oise) entre 1971 et 1977. Il a également signé un ouvrage sur l’histoire culturelle du sport (La genèse du sport, Paris, Payot, 1962). Alain Prigent, « Jean Le Floch’Moan », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

37 . Ajusteur, Henri Ravera (1919-1985) adhère au PCF et à la CGT en 1938. En 1943, le Parti lui confie la responsabilité du journal clandestin Sport libre et il participe aux activités du Front national de libération. À la fin de la guerre, il est élu conseiller municipal de Bagneux, où il fonde le Club olympique multisports de Bagneux.Devenu journaliste, il collabore régulièrement aux pages sportives de L’Avant-Garde avant de diriger la rubrique des sports de l’Humanité entre 1947 et 1953 et d’être élu maire de Bagneux en 1964, mandat qu’il occupera jusqu’à sa mort.

38 Architecte et urbaniste né en 1928.

39 Comptable, René Rousseau (1906-1964) milite au PCF et à la Fédération sportive du travail (FST), dont il devint secrétaire général en 1930. Il fonde le mensuel l’Écho sportif du travail en 1928 et a été rédacteur en chef de Sports de 1933 à 1939. Après la guerre, il devient secrétaire du comité exécutif de la FSGT et rédacteur en chef du journal Sports et Plein Air, puis est élu président de la FSGT en 1954, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort dix ans plus tard. Claude Pennetier, « René Rousseau », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

40 Né le 3 mars 1929 à Marseille, Marcel Berge est professeur d’éducation physique en Ardèche puis à Marseille. Communiste, il est également syndiqué au SNEP et en devient le secrétaire général de 1969 à 1979. Michaël Attali, Jacques Girault, « Marcel Berge », in Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier, mouvement social. De 1940 à 1968 [consulté en ligne].

41 Robert Parienté (1930-2006) est entré à L’Équipe comme journaliste en 1954 et en est devenu rédacteur en chef en 1976, puis directeur de la rédaction de 1980 à 1985 et directeur général adjoint de 1986 à 1993.

42 Fédération nationale des Offices municipaux des sports, structure qui rassemble les animateurs des offices des sports municipaux ou intercommunaux.

1 Henri Seckel et Laurent Telo, « Le sport, cinquième roue du carrosse électoral », Le Monde, cahier « Sport et forme », 3 mars 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvon Adam, René Moustard et Marcel Zaidner, « Table ronde sur l’histoire de la commission sportive du Parti communiste français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 117-134.

Référence électronique

Yvon Adam, René Moustard et Marcel Zaidner, « Table ronde sur l’histoire de la commission sportive du Parti communiste français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 février 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3048

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page