Navigation – Plan du site
DÉBATS

Essor et déclin du paradigme marxiste/nationaliste de gauche dans le Moyen‑Orient arabe 1

Joël Beinin
p. 169-188

Résumé

Comment l’alliance idéologique et politique de la gauche marxiste avec le courant nationaliste de gauche en Égypte a-t-elle amené à la défaite des marxistes face à un courant nationaliste abandonnant de plus en plus ses ambitions de justice sociale ? L’auteur analyse la façon dont la production historique, notamment dans le champ de l’histoire sociale, traduit les préoccupations politiques de ces groupes de gauche du début du siècle aux années 1970. Cette production valorise le mouvement social, les luttes paysannes puis ouvrières, mais en les intégrant toujours prioritairement à la lutte pour l’indépendance nationale et minimisant les contradictions au sein de cette dernière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Étude originale inédite de Joël Beinin, « The Rise and Decline of the Left Nationalist/Marxist Hist (...)

1L’écriture historique moderne est étroitement associée à la consolidation des États-nations. Dans les pays colonisés, la construction et la diffusion d’un discours historique nationaliste visa à montrer l’existence de la nation, à justifier sa revendication d’indépendance et à élaborer un programme culturel et politique à travers lequel les dirigeants nationalistes affirmaient leur droit à diriger les affaires de la nation.

2Pendant les premières décennies du vingtième siècle, les leaders nationalistes du Moyen-Orient arabe furent essentiellement des notables urbains, de grands propriétaires fonciers et des membres des couches moyennes urbaines, éduquées à l’occidentale, connues sous le nom d’effendiyya en Égypte et de mutanawwirun en Syrie. Ils considéraient que leurs pays devaient suivre ce qu’ils pensaient être le modèle européen de développement.

  • 2 L’examen par Gabriel Piterberg des tropes de stagnation et d’éveil par les historiens égyptiens du (...)

3Les historiens nationalistes marqués par cette conception politique caractérisèrent les histoires de leurs pays selon les catégories européennes 2. La période ottomane fut dénigrée comme une ère d’oppression et de déclin, alors que l’arrivée de Napoléon et des idées européennes était saluée comme ayant installée les pays arabes sur la voie du développement.

  • 3 Zachary Lockman, « Imagining the Working Class : Culture, Nationalism, and Class Formation in Egypt (...)

4Un des aspects de l’émergence du mouvement nationaliste fut que les premiers écrivains nationalistes commencèrent à réhabiliter l’image jusqu’alors négative, des paysans et des ouvriers pour en faire des citoyens de la nation 3. La participation des paysans dans l’épisode de Dinshaway en 1906, le soulèvement national de 1919 en Égypte, la révolte syrienne de 1925-27, la révolte irakienne de 1920 ou les luttes économiques de la classe ouvrière égyptienne naissante contre les entreprises possédées ou gérées par des étrangers s’intégrèrent au discours nationaliste promu par les journalistes et les autres membres de la couche moyenne urbaine.

5Mais les activités des classes dominées, dans ce moment critique pour les mouvements nationalistes, n’étaient l’objet d’aucune investigation historique sérieuse. Les histoires nationalistes des premières décennies du vingtième siècle se focalisèrent sur la politique, les négociations diplomatiques et les personnalités qui y étaient impliquées. Paysans et ouvriers étaient considérés comme les prolongements loyaux des élites nationalistes libérales. La dépression globale des années 1930, la poursuite de la domination des impérialismes britannique et français en Égypte, au Soudan, en Palestine, en Irak, en Jordanie, en Syrie, au Liban et en Afrique du Nord, l’intensification du conflit arabo-sioniste et la Seconde Guerre Mondiale affaiblirent les approches libérales en matière d’économie, de société et de politique. Même ceux qui maintenaient des approches libérales, s’intéressèrent davantage à l’idée de réforme économique et sociale.

6L’importance de l’Union Soviétique dans l’alliance antifasciste internationale attira l’attention de nombreux jeunes de l’intelligentsia en rapide expansion sur le marxisme, d’autant plus que cette jeunesse intellectuelle était largement inemployée. Les concepts de classe, d’exploitation et d’impérialisme offrirent une explication plausible aux conditions consternantes des paysans et des classes ouvrières urbaines et à la collaboration des grands propriétaires et des autres élites avec la domination politique et économique européenne. Les promesses des Alliés du temps de la guerre avaient fait naître l’espoir d’un après-guerre d’indépendance et de développement économique.

  • 4 Il existe des développements comparables en Iran avec la formation du Front National et la national (...)

7Pendant et après le second conflit mondial, en Égypte, Irak, Palestine et au Soudan, des rassemblements d’intellectuels, d’étudiants et d’ouvriers urbains enrichirent la revendication d’indépendance d’un nouveau radicalisme social qui s’étendit bien au-delà de ceux qui étaient véritablement marxistes. Ce radicalisme s’étendit aux gauches nationalistes comme l’Avant-garde Wafdiste en Égypte, le Ba‘th en Syrie et en Irak, la Ligue de Libération Nationale et plusieurs formations travaillistes sionistes en Palestine, le Parti National Démocratique en Iraq et des éléments du Front National de Libération en Algérie 4.

  • 5 Dans « The Jewish Business Elite in Twentieth Century Egypt : Pillars of the National Economy or Co (...)

8Sous l’influence du marxisme, les histoires des nouveaux États-nations abordèrent deux questions qui n’avaient pas été clairement posées par les premiers historiens nationalistes. Tout d’abord, où était la bourgeoisie nationale et démocratique qui devrait diriger la lutte pour l’indépendance contre l’impérialisme européen, éliminer le « féodalisme » local, promouvoir le développement d’institutions démocratiques et investir dans l’industrie lourde moderne ? 5 A l’exception de la lutte contre l’impérialisme, ces tâches historiques étaient supposées avoir été accomplies par les bourgeoisies européennes. La seconde question était que l’importance accrue du « problème paysan » et du « problème ouvrier » conduisait à des interrogations sur les conditions sociales des paysans et des ouvriers chez les réformateurs libéraux et sociaux démocrates aussi bien que chez les marxistes révolutionnaires. Tous mettaient en avant le fait que la bourgeoisie nationale n’avait pas rempli son rôle historique soit parce que son développement avait été étouffé par la domination économique impérialiste, soit parce qu’elle s’était entendue avec les « féodaux » ou le capital financier étranger.

9Donc, pour les marxistes et pour ceux qu’ils influençaient, le rôle des paysans, des travailleurs urbains et des autres éléments du peuple, occupa une plus grande place dans l’imaginaire national et la politique nationaliste. Si les grands propriétaires fonciers, les notables urbains et les classes moyennes des villes qui dirigeaient les mouvements nationalistes dans une optique libérale avaient échoué à mettre un terme à la domination européenne et si une bourgeoisie nationale démocratique n’avait pas suffisamment de force pour assumer cette tâche, alors les classes populaires – spécialement la classe ouvrière pour les marxistes orthodoxes – devenaient la force principale dans la lutte pour l’indépendance nationale et le développement économique.

10Le rôle dirigeant de l’Égypte dans le monde arabe et dans le monde anciennement colonisé pendant « la marée haute » que représenta le nassérisme – de 1956 à 1967 – fait de l’Égypte l’exemple le plus approprié de cette approche. Le paradigme historique qui associe gauche nationaliste et marxiste y fut particulièrement articulé en raison de la vitalité intellectuelle du pays et de l’intensité de la collaboration des marxistes, résultat à la fois de choix et de contraintes, avec le régime pendant la période nassérienne.

11Il y avait d’importantes différences théoriques entre la déclinaison nationaliste de gauche et la déclinaison marxiste de ce paradigme historique qui seront examinées plus loin. Mais les marxistes évitèrent de pointer clairement ces différences pendant la période nassérienne. C’est seulement après la mort d’‘Abdel Nasser en 1970 que ces différences furent clarifiées. Ironiquement, l’effondrement politique du nassérisme s’accompagna d’une plus libre articulation de ce paradigme au moment même de l’affaiblissement de son impact sur la politique nationale.

La réforme sociale libérale

12Jusqu’au milieu des années 1930, il y avait peu d’écrits historiques ou d’analyses sociales influencées par la gauche en Égypte. Sous l’influence de la crise économique des années 1930, un petit cercle d’intellectuels libéraux commença à s’intéresser au statut des paysans et des ouvriers et aux questions de réforme sociale. Muhammad Zaki ‘Abd alQadir, Ibrahim Bayumi Madkur, Wahid Ra’fat et Mirrit Boutros Ghali étaient les membres les plus marquants d’un groupe qui commença à se réunir à la fin des années 1930. En 1944, ils fondèrent la Société de la Renaissance Nationale (Jama‘at alNahda alQawmiyya). ‘Abd alQadir créa aussi une Société des Paysans, qui n’eut qu’un nombre limité d’adhérents.

  • 6 Mirrit Boutrus Ghali, The Policy of Tomorrow, Washington, D.C., American Council of Learned Societi (...)
  • 7 Ibid, p. 104.
  • 8 Mirrit Boutrus Ghali, alIslâh alzirâ‘i, almilkiyya, alijâr, al‘amal, Le Caire, Jami‘at al-Nahdah al (...)

13Le livre de Ghali, La Politique de demain, publié en 1938, abordait un ensemble important de problèmes économiques et sociaux affectant les classes dominées, en premier lieu les paysans, et proposait des solutions modérées pour y remédier. Ghali était aussi préoccupé par le manque de conscience nationale des paysans 6. Parmi les remèdes qu’il propose, se trouve l’idée d’une réécriture patriotique de l’histoire de l’Égypte « qui transcenderait les divisions de notre histoire et leurs récits partiels, pour aller directement aux aspects de la vie nationale et suivre, étape par étape, la construction de l’Égypte, du vrai pays » 7. Le second ouvrage de Ghali, sur les problèmes agraires, alIslah alzira‘i, almilkiyya, alijar, al‘amal, publié en 1945, comprenait la plus connue des propositions de réforme sociale portée par la Société de la Renaissance Nationale, une réforme agraire incluant une redistribution modérée de la terre 8.

14Le programme libéral de réforme sociale était incapable de prendre en considération le fait qu’une industrialisation avait déjà eu lieu dans le pays, que des ouvriers combatifs et des syndicats indépendants du Wafd et des forces politiques, possédant une vision corporatiste, avaient déjà mis en avant leurs revendications sur la scène politique et qu’une rencontre des revendications nationales et sociales avait déjà eu lieu dans certains milieux.

  • 9 Roel Meijer, The Quest for Modernity : Secular Liberal and Left-Wing Political Thought in Egypt, 19 (...)
  • 10 Ghali, Policy of Tomorow, p. 68.

15Le programme de la Société de la Renaissance Nationale n’abordait pas la question syndicale 9. La Société n’était pas impliquée dans la radicalisation sociale du mouvement nationaliste d’après -guerre et ne la soutenait pas. Elle considérait finalement la réforme sociale comme un moyen de préserver l’ordre social. Ainsi, la vaste réflexion de Ghali sur la question du logement avait pour prémisse l’idée que l’amour et le soin d’une personne pour sa maison devait l’amener « à reconnaître l’ordre social et à respecter les droits de ses frères et ses compatriotes » 10.

  • 11 Ibid, p. 60-64.

16Ghali montre son peu d’intérêt à soutenir un changement social toujours imprévisible à travers l’affirmation que le développement de l’industrie ne peut pas jouer un rôle majeur dans la résolution des problèmes économiques et sociaux de l’Égypte 11. Les sujets abordés par Ghali et ses collègues, de même que ceux qu’ils excluaient de leur attention, devinrent des thèmes importants dans l’écriture historique au sein du paradigme nationaliste de gauche/marxiste à partir de la fin des années 1940 et dans les années 1950.

17Il est difficile de savoir s’il y eut une influence directe entre ces deux courants. On peut observer que les questions sociales devinrent de plus en plus importantes dans le débat public à partir du milieu des années 1930. Il n’est pas surprenant que des solutions radicales et des explications sur leurs origines soient également apparues.

L’histoire économique nationaliste et la nécessité du coup d’État du 23 juillet 1952

  • 12 Arthur Edwin Crouchley, The Economic Development of Modern Egypt, Londres, Longman, Green and Co., (...)

18Pourquoi l’industrialisation a-t-elle échoué en Égypte ? A. E. Crouchley, un Britannique qui avait enseigné l’histoire économique à l’université Fu’ad I du Caire, formula la réponse européenne classique à cette question, associant économie libérale et orientalisme. Il expliqua que le système de monopole de Muhammad ‘Ali avait bloqué l’émergence d’une classe d’entrepreneurs capitalistes et que ceci avait été exacerbé par l’interdit islamique de l’intérêt et de l’investissement spéculatif 12.

  • 13 Meijer, The Quest for Modernity, p. 75.
  • 14 Rashid al-Barrawi et Muhammad Hamza ‘Ulaysh, alTatawwur aliqtisadi fi misr fi al‘asr alhadith, Le C (...)

19Rashid al-Barrawi fut l’un des premiers Égyptiens à contester cette conception en recourant à des chiffres et à des informations empiriques. Barrawi, qui étudia à Londres dans les années 1930, avait été influencé par la pensée socialiste fabienne de Sidney et Beatrice Webb 13. Peu après l’obtention de son M.A. en histoire à l’université de Londres, al-Barrawi collabora avec Muhammad Hamza ‘Ulaysh dans une réponse à Crouchley intitulée The Economic Development of Egypt in the Modern Era. Barrawi et ‘Ulaysh y présentent l’approche de base d’une histoire économique et sociale nationaliste– une analyse dans la perspective de la théorie de la dépendance, montrant comment la domination économique britannique et européenne transforma l’Égypte en une plantation de coton et entrava le développement de l’industrie moderne 14.

20Al-Barrawi et ‘Ulaysh acceptaient le schéma libéral de développement qui faisait de l’expédition d’Égypte et du règne de Muhammad ‘Ali l’origine de l’Égypte moderne. Mais, au contraire de Crouchley, ils considéraient le système des monopoles du Pacha comme une mesure nécessaire pour protéger l’essor de l’industrie nationale. L’imposition du libre échange, le règlement de la dette extérieure, la construction du canal de Suez et la création des tribunaux mixtes étaient considérés comme autant d’étapes dans la sujétion de l’Égypte à la domination économique européenne. Ces développements conduisirent finalement à l’occupation britannique de 1882 qui découragea fortement l’industrialisation.

21Comme de nombreux théoriciens de la dépendance que ce travail annonce, al-Barrawi et ‘Ulaysh ne posèrent pas de façon précise la question de l’émergence des nouvelles classes sociales, de l’essor des grands propriétaires fonciers producteurs de coton, de la dépossession et de l’appauvrissement de la paysannerie et des intérêts contradictoires des différentes classes sociales. Barrawi et ‘Ulaysh proposaient une réforme agraire mais, tout comme Mirrit Boutros Ghali, ils semblaient plus motivés par la modernisation de l’agriculture et l’amélioration de l’efficacité que par la justice sociale. Écrire le rôle des paysans dans l’histoire ne faisait pas partie de leur projet.

  • 15 Meijer, The Quest for Modernity, p. 73

22Après l’obtention du doctorat en 1944, al-Barrawi devint enseignant à la faculté de Commerce de l’université du Caire en 1947– un centre de la pensée progressiste 15. Il était bien placé pour constater la radicalisation du mouvement nationaliste après la Seconde Guerre Mondiale. L’université du Caire devint en effet le berceau du Comité National des Ouvriers et des Étudiants, actif pendant la première moitié de 1946 et de bien d’autres formes de mobilisations durant les soulèvements successifs du mouvement nationaliste, de la fin 1945 à l’incendie du Caire le 26 janvier 1952. Al-Barrawi n’était pas un marxiste révolutionnaire ou un militant politique ; il n’était même pas identifié à un mouvement politique. Cependant, ses traductions de plusieurs des ouvrages classiques du marxisme et du léninisme et ses écrits sur le socialisme, sur les problèmes sociaux égyptiens exercèrent une influence en popularisant des approches marxistes, la pensée socialiste et le besoin de réforme sociale.

  • 16 Rashed El-Barawy, The Military Coup in Egypt : An Analytic Study, Le Caire, The Renaissance Booksho (...)
  • 17 Ibid, p. 46.
  • 18 Ibid, p. 51.
  • 19 Ibid, p. 71-73

23Soutien précoce des Officiers Libres, al-Barrawi fut l’un des premiers à qualifier le coup d’état militaire du 23 juillet 1952 de révolution 16. Il participa à la rédaction du projet de loi de réforme agraire du nouveau régime en septembre 1952. Son livre justifiant le coup d’état présenta ce qu’il considérait être une analyse « réaliste et scientifique » des causes de la révolution, reposant sur une analyse de classe de la société égyptienne du xxe siècle plus substantielle que dans ses précédents travaux 17. La trajectoire du développement égyptien restait modelée sur l’Europe. Al-Barrawi considérait ainsi le soulèvement nationaliste de 1919 comme similaire aux « mouvements nationalistes et démocratiques inspirés par la bourgeoisie européenne du xixe siècle » 18. La bourgeoisie égyptienne restait toutefois petite et faible. L’établissement d’un système parlementaire démocratique était une chose positive, mais les principaux bénéficiaires de la monarchie constitutionnelle en avaient été l’impérialisme britannique et le féodalisme. Les gains des masses étaient restés limités. Pendant cette expérience, la bourgeoisie égyptienne s’était développée dans un sens au départ nationaliste. Tandis que les tendances monopolistes progressaient, elle s’allia au capital étranger et devint une composante des forces réactionnaires internes alliées à l’impérialisme avec le Palais et le féodalisme. Face à ce bloc réactionnaire, un front populaire émergea composé de la nouvelle classe moyenne, des ouvriers et des paysans 19.

  • 20 Ibid, p. 81-93.

24La justification par Al-Barrawi du coup d’État comprenait une rapide histoire des rapports sociaux ruraux, de la polarisation des richesses à la campagne et une ébauche de l’histoire du mouvement syndical qui se focalisait sur la législation du travail 20. Il considérait cependant la nouvelle classe moyenne – employés d’État, employés de bureau dans les entreprises privées, professions libérales, étudiants et petits artisans et commerçants – comme la « plus révolutionnaire ».

  • 21 Ibid, p. 80, 81.
  • 22 Ibid, p. 47.

25Ces nouvelles classes moyennes recrutèrent des ouvriers urbains dans le mouvement anti-impérialiste mais fort peu de paysans car la campagne restait fermée sur un « modèle d’injustice, de pauvreté, d’ignorance et de maladie » 21. L’argument de base de Al-Barrawi était que « les objectifs de l’armée et du peuple sont identiques » 22. De là, on peut en déduire que l’armée jouait le rôle dirigeant au sein de la nouvelle classe moyenne dans le front opposé à l’impérialisme et à la réaction. Toutefois, Barrawi n’explique pas pourquoi ce rôle était nécessaire.

  • 23 Ibid, p. 1.
  • 24 Ibid, p. 225-57.

26A côté d’éléments autocratiques du socialisme fabien, Barrawi adoptait la téléologie scientiste, développementaliste et historique du marxisme. Il considérait le coup d’État du 23 juillet 1952 comme « une nécessité sociale » car la bourgeoisie égyptienne n’avait pas rempli son rôle historique 23. L’armée remplaça les masses et fut soutenue par elles. Il n’y avait pas besoin de davantage de mobilisations ouvrières et paysannes. Elles pouvaient être les bénéficiaires reconnaissants des mesures réformatrices du nouveau régime présentées dans une annexe du livre 24.

Les articulations de l’imaginaire historique marxiste

27La pensée et l’action politique marxistes, spécialement l’organisation de syndicats, stoppées par l’écrasement du premier Parti Communiste d’Égypte en 1924, commencèrent à renaître à la fin des années 1930. Le mouvement était profondément divisé en tendances rivales. Au départ, ses adhérents et ses sympathisants appartenaient de façon totalement disproportionnée aux minorités francophones et à l’élite égyptienne éduquée dans les écoles de langue française. Mais de 1942 à la répression des marxistes et des nationalistes de gauche en juillet 1946, des maisons d’éditions et des clubs propagèrent dans un large public la théorie marxiste et une culture cosmopolite.

  • 25 Ahmad Rushdî Sâlih, Krumir fi misr : safahat min tarikh misr al-hadith, Le Caire, Dâr al-Qarn al-‘I (...)

28Le Dâr al-Abhâth al-‘Ilmiyya (Maison des Études Scientifiques), appartenant à l’organisation Iskra, proposait des conférences régulières et des réunions. La maison d’édition du Vingtième Siècle du groupe al-Fagr al-Gadîd (L’Aube Nouvelle) publia certains des premiers travaux tentant d’égyptianiser le marxisme en appliquant ses catégories et ses concepts à l’histoire et aux questions sociales égyptiennes comme Cromer en Égypte d’Ahmad Rushdi Sâlih et Le Problème des paysans d’Ahmad Sâdiq Sa‘d 25.

  • 26 Ahmad Sâdiq Sa‘d, « Tatawwur misr alra’smâli, 1919‑1945 », alFajr alJadid, 1-16 novembre, 1945 ; ré (...)
  • 27 Voir Joël Beinin et Zachary Lockman, Workers on the Nile : Nationalism, Communism, Islam, and the E (...)

29Les marxistes soulignaient l’importance du développement déjà atteint alors de l’industrie capitaliste et de la classe ouvrière dans le pays. Un article d’Ahmad Sâdiq Sa‘d, dans al-Fagr al-Gadîd 26, montrait qu’il y avait une différence majeure entre l’étape actuelle du mouvement national et la situation de 1919. Sâdiq Sa‘d était bien placé pour avancer cet argument : son groupe L’Aube Nouvelle et ses partisans avaient obtenu des succès certains en organisant les ouvriers du textile et d’autres dans la banlieue cairote de Choubra al-Khayma 27. Ils avaient créé un syndicat régional avec une direction radicale qui avait repris un journal déjà existant et présentèrent un candidat ouvrier aux élections parlementaires de 1944.

  • 28 Ibid, p. 335-40.

30Dès la levée des lois martiales, ils fondèrent une organisation politique nationaliste – le Comité Ouvrier de Libération National. Le COLN et son journal al-Damir (la Conscience), affirmaient que la classe ouvrière était l’avant-garde du mouvement nationaliste 28. Leur programme comprenait notamment la réforme agraire et les libertés syndicales. Mais il ne faisait aucune distinction entre revendications de classe et revendications nationales. La classe ouvrière s’attribuait le droit à la direction politique du fait des échecs des autres forces à réaliser les objectifs nationaux de l’Égypte depuis 1919.

31En 1947, la fusion d’Iskra et du Mouvement Égyptien de Libération Nationale conduisit à la création du MDLN (Mouvement Démocratique de Libération Nationale) sous la direction d’Henri Curiel. Le MDLN reprochait au groupe L’Aube Nouvelle d’être trop proche du Wafd et d’avoir échoué à établir une position politique marxiste indépendante. Néanmoins, la « ligne des forces nationales démocratiques » de Curiel, qui considérait le MDLN comme une organisation hybride parti/front qui conduirait le peuple à gagner une indépendance nationale complète, n’était pas fondamentalement différente de l’approche politique de l’Aube Nouvelle.

32La libération de l’impérialisme britannique, non le socialisme, restait le principal élément de leur programme politique. Bien que ni le groupe L’Aube Nouvelle ni le MDLN n’aient produit une analyse historique systématique de la société égyptienne moderne, ils partageaient le même paradigme historique implicite.

33La théorie léniniste des étapes imposait d’abord la réalisation de la révolution nationale et démocratique et le renvoi de l’occupant britannique, puis viendrait ensuite la lutte de la classe ouvrière pour le socialisme. Mais dans les années 1940, les différences tactiques s’élargirent quant aux possibilités de collaboration avec la bourgeoisie nationale, quant à la capacité du Wafd à représenter les éléments patriotiques de la nation, et à l’importance de mettre en place une perspective marxiste indépendante. Avec le recul, les éléments communs de ce paradigme et les limites de sa téléologie sont évidemment plus nets.

  • 29 Fu’ad Mursi, Tatawwur alra’smaliyya wakifah altabaqat fi misr, Le Caire, Kitabat alMisri alJadid, 1 (...)

34Cette stratégie fut remise en question par Fu’ad Morsi dans un livre qui peut légitimement être considéré comme la première histoire marxiste de l’Égypte moderne 29. Le Développement du capitalisme et de la lutte des classes en Égypte fut clandestinement publié et distribué en 1949 et à nouveau en 1953. Il fournissait la justification théorique à la fondation du Parti Communiste d’Égypte. Revenu récemment en Égypte avec un doctorat en économie et soutenu par le Parti Communiste de France, Mursi devint le secrétaire général de la nouvelle organisation.

35En dépit de son nom, le PCE fut l’un des plus petits courants marxistes jusqu’à ce que les différentes tendances s’unifient (brièvement) au sein du Parti Communiste d’Égypte Unifié le 8 janvier 1958. L’adhésion à une stricte orthodoxie marxiste-léniniste distinguait le PCE des autres courants du marxisme égyptien.

36Le livre de Mursi devait son titre et son inspiration à l’ouvrage de Lénine, Le Développement du capitalisme en Russie. Tous deux avançaient l’idée que le capitalisme et la classe ouvrière qui le renverserait s’étaient développés et que le besoin d’un parti marxiste révolutionnaire s’imposait. A la différence du livre massif de Lénine, 750 pages comprenant avec de nombreux exemples et des statistiques importantes à l’appui de ses affirmations, le livre de Mursi comportait modestement 113 pages et appuyait ses analyses sur de nombreuses citations de Marx, Lénine et Staline. Dans le schéma historique de Mursi, l’Égypte était entrée dans une phase capitaliste pendant le règne du Khédive Ismail (1863-79) ; la révolte d’‘Urabi (1882), était une révolution paysanne contre le féodalisme et le soulèvement nationaliste de 1919, une révolution nationale démocratique bourgeoise qui avait échoué.

  • 30 Ibid, p. 31.

37La bourgeoisie n’avait pu avoir une victoire complète en 1919 car elle avait été effrayée par l’exemple de la révolution bolchevique et les luttes politiques et économiques de la classe ouvrière au cours des premières décennies du vingtième siècle et pendant le soulèvement nationaliste 30. Mursi soulignait le développement rapide du capitalisme et l’essor de la classe ouvrière au cours de la Seconde Guerre Mondiale, le nombre croissant de grèves, la formation du Comite National des Ouvriers et des Étudiants.

  • 31 Ibid, p. 58.

38Mais il ne fournissait aucun détail sur les activités du CNOE ou sur les actions collectives ouvrières sur la scène économique ou politique. Ayant étudié en France à la fin des années 1940, Mursi n’était lié à aucune des organisations qui avaient joué un rôle dans les soulèvements nationalistes et populaires de 1945-46 ou de 1947-48. Il excluait l’organisation syndicale et les autres activités de l’Aube Nouvelle et du MDLN. Néanmoins, il en concluait que la classe ouvrière était devenue la classe principale en Égypte et la seule capable de diriger la lutte révolutionnaire contre le féodalisme, la bourgeoisie et l’impérialisme 31.

39Les premiers écrits d’histoire marxiste par des militants politiques émergeaient d’un vaste mouvement social dont les intellectuels étaient conscients qu’il  développait de façon identique dans d’autres pays arabes. Mais la conception en deux étapes de la lutte nationale et de classe– à la fois vision historique et stratégie politique – promue par le groupe L’Aube Nouvelle et le MDLN restait la tendance dominante parmi les marxistes égyptiens.

40L’ultra-orthodoxie de Fu’ad Mursi introduisit le rapport de force international comme facteur déterminant du développement de l’Égypte. Au milieu des années 1950, la plupart des marxistes égyptiens adoptèrent l’ensemble de ces concepts. Ils développèrent une approche de l’histoire moderne du pays par en bas, insistant sur le rôle des paysans, des ouvriers, associée à la confiance dans le caractère inévitable et historique de la victoire du camp socialiste.

Histoire marxiste et nouveau régime

  • 32 Beinin and Lockman, Workers on the Nile, 418-31.

41A la différence de Rashid al-Barrawi, les marxistes furent profondément divisés à propos du coup des Officiers Libres du 23 juillet 1952. Le MDLN soutint le nouveau régime sur la base de ses prises de position nationalistes, pendant un an environ, jusqu’à ce que les politiques anti-communistes et anti-ouvrières deviennent impossibles à soutenir. L’Avant-Garde Ouvrière (anciennement L’Aube Nouvelle) s’opposa, elle, dès le départ au régime en raison de la répression d’une grève des ouvriers du textile à Kafr al-Dawwar en août 1952 et de l’exécution de deux dirigeants grévistes un mois plus tard 32. Le PCE resta le plus véhément dans sa dénonciation des Officiers Libres comme « fascistes ».

42Les différends entre les communistes et le régime se réduisirent considérablement en 1955-56 en raison de la nouvelle orientation de Nasser en matière de politique étrangère qui s’exprima par le refus de l’Égypte d’adhérer au pacte de Bagdad, sa participation à la conférence des nations afro-asiatiques à Bandung, l’adoption de la politique du neutralisme positif, la reconnaissance de la République Populaire de Chine, la fourniture d’armes par la Tchécoslovaquie et enfin la nationalisation du Canal de Suez.

  • 33 Ibrahim ‘Amir, Ta’mîm al-qâna, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya [i.e. Dâr al-Nadîm], 1956. Dâr al-Nadîm (...)

43Ces choix ouvrirent la voie à un rapprochement partiel entre les marxistes et le régime. Les marxistes eurent la permission d’ouvrir des maisons d’éditions comme Dâr al-Nadîm et Dâr al-Fikr, et de participer à un nouveau quotidien, al-Masa’(le Soir), publié par Khaled Muhyi al-Din, l’officier libre le plus à gauche. Dâr al-Nadîm ouvrit en novembre 1955. Ses premiers titres testèrent avec prudence les limites de ses possibles activités : un compte rendu sur la République Populaire de Chine par Muhammad ‘Awda, un livre de récits de prison par Lutfi al-Khuli, et un volume de critique littéraire par Mahmud Amin al-‘Alim. Le premier livre traitant explicitement des questions politiques égyptiennes fut celui d’Ibrahim ‘Amir sur la nationalisation du Canal – un soutien complet à l’action audacieuse de Gamal ‘Abd al-Nasser qui permettait l’électrification de l’Égypte et du monde arabe 33.

44La guerre de Suez rendit les communistes et le régime encore plus proches. La politique anti-impérialiste et nationaliste arabe d’‘Abdel Nasser était renforcée et la nationalisation des biens des étrangers et le départ des juifs entraînèrent la création d’un large secteur public sous la direction de l’Organisation Économique.

  • 34 Ibrahim ‘Amir, Thawrat misr al-qawmiyya, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya, 1956 ; Ibrahim ‘Amir al-Ard (...)

45Dans ces circonstances propices, Dâr al-Nadîm publia une série d’écrits historiques marxistes et d’analyses sociales comprenant les livres d’Ibrahim ‘Amir, Shuhdi ‘Atiyya al-Shafi‘i et Fawzi Girgis 34. Leur objectif était de diffuser une approche historique marxiste et de déborder le régime sur sa gauche en reprenant sa politique économique de planification, en encourageant son approfondissement et la conduisant à ses conclusions logiques. L’importance décisive des questions de politique étrangère dans le rapprochement entre les communistes et le régime mettait en valeur leur poids dans l’analyse historique marxiste.

  • 35 Les informations biographiques proviennent essentiellement de l’appendice de la seconde édition égy (...)

46Shuhdi ‘Atiyya al-Shafi‘i est sans doute le principal intellectuel marxiste de cette période. Après avoir obtenu un M.A. en littérature anglaise en Grande-Bretagne, il retourna en Égypte et devint assistant à l’université du Caire 35. Il fut l’un des fondateurs du Dar al-Abhath al-‘Ilmiyya, forum intellectuel d’Iskra, l’un des dirigeants du Comité National des Ouvriers et des Étudiants et le rédacteur en chef du journal légal d’Iskra al-Gamâhîr (les masses)jusqu’à la fusion avec le MELN qui donna le MDLN. En 1947, il dirigea un des nombreux groupes scissionnistes du MDLN en protestation au soutien de l’organisation au plan des Nations Unies de partition de la Palestine.

47Après avoir été en prison de 1948 à 1955, il s’affirma comme l’un des principaux partisans de l’unification du mouvement communiste et de son alliance avec le régime nassérien, point de départ théorique de l’école historique marxiste promue par Dâr al-Nadîm. Quand six groupes scissionnistes revinrent au MDLN pour donner naissance au PCE Unifié en 1955, al-Shafi‘i apparut alors comme l’un des dirigeants les plus cohérents et l’un des intellectuels les plus expérimentés du nouveau parti.

  • 36 Ibid,p. 3.

48Son livre Le développement du mouvement national égyptien (1882-1956) visait à présenter « une histoire globale du mouvement national du point de vue des masses, non des dirigeants, et du point de vue du peuple, non des rois et des ministres » 36. Al-Shafi‘i adoptait l’analyse de l’impact économique négatif de l’occupation britannique proposée auparavant par Rachid al-Barrâwi et Ahmad Rushdi Sâlih. Il y ajoutait une analyse interne de la société égyptienne qui insistait sur le caractère collaborationniste de la grande propriété foncière en tant que classe et sur la contribution positive de la classe ouvrière à la lutte pour l’indépendance et l’évacuation des forces britanniques. De temps à autre, il introduisait également l’impact des développements internationaux.

  • 37 Ibid, p. 22-25.

49Al-Shafi‘i liait la question nationale égyptienne et les intérêts de la classe ouvrière en notant que l’un des premiers dirigeants nationalistes, Muhammad Farid, épousa la cause de la classe ouvrière naissante, entretenant des liens avec le mouvement socialiste européen. Les luttes économiques ouvrières avaient un caractère nationaliste car, au début du vingtième siècle, la plupart des patrons des grandes entreprises modernes étaient étrangers 37.

  • 38 Ibid, p. 43.

50D’un intérêt particulier dans la période qui suit immédiatement la nationalisation du Canal de Suez et la guerre de 1956, al-Shafi‘i soulignait que le Parti Socialiste d’Égypte, qui devint ensuite le premier Parti Communiste, avait réclamé, dès 1921, la nationalisation du Canal 38. Les débats du premier mouvement nationaliste et des événements qui entouraient le soulèvement de 1919, constituaient un des principaux thème du livre : la légitimité historique et politique de la classe ouvrière et des communistes reposaient sur leur crédit patriotique.

  • 39 Ibid, p. 70-73.
  • 40 Ibid, p. 84.

51Selon al-Shafi‘i, la révolution de 1919 avait échoué à liquider ses ennemis – l’impérialisme, le féodalisme et le capital financier – en raison d’un rapport de force défavorable entre les forces populaires et antipopulaires. La seule direction disponible, le Wafd, était entre les mains des capitalistes nationaux et des riches paysans. Le Wafd « ne comprenait pas les lois du développement » et « craignait la classe ouvrière et les paysans » 39. En 1924, la répression du premier PCE par le Wafd empêcha la classe ouvrière de jouer un rôle d’avant-garde dans le mouvement national 40. Cette analyse, assez mécanique et téléologique du développement historique, constitue la seconde thèse du livre : al-Shafi‘i la partageait avec tous le intellectuels marxistes de l’époque.

52Cependant Al-Shafi‘i proposait des développements beaucoup plus approfondis sur les luttes politiques populaires, le mouvement syndical, les manifestations et les grèves que Fu’ad Mursi. Son histoire reste néanmoins marquée par le sectarisme persistant du mouvement communiste. Il ne mentionne pas, par exemple, les activités du groupe L’Aube Nouvelle parmi les ouvriers du textile de Choubra al-Khayma qui furent pourtant un élément important dans le soulèvement populaire de 1945-46. Si al-Shafi‘i mit en place une chronologie et une périodisation encore utilisées par la plupart des historiens nationalistes, il y avait d’importantes lacunes dans ce récit.

Censure et auto-censure

  • 41 Ibid, p. 107-108.

53Le rapprochement entre les marxistes et le pouvoir se produisit sous l’hégémonie du régime qui était engagé idéologiquement dans le nationalisme arabe et, après 1957, dans le vague « socialisme coopératif et démocratique » — c’est-à-dire pas dans le marxisme-léninisme. Cela imposait des restrictions sur ce qui pouvait être dit, bien que ces limites n’aient jamais clairement été définies. Parlant de « nouvelle conscience et de nouvelle direction » du mouvement national après la Seconde Guerre Mondiale, al-Shafi‘i ne mentionne pas le marxisme ou les organisations marxistes 41. Il n’évoque pas de la guerre de Palestine, le soutien des communistes au plan des Nations Unies de partage de la Palestine ou de la période qui allait de fin 1946 au milieu de 1951 durant laquelle les marxistes se remettaient de la répression de Sidqi Pacha et étaient particulièrement actifs.

  • 42 Ibid, p. 136-144, 177-184.
  • 43 Ibid, p. 129-131.

54Le silence le plus pesant dans ce livre concerne l’histoire sociale de l’Égypte à partir du coup d’état du 23 juillet 1952. L’accent est mis sur la politique étrangère. Les seules questions intérieures abordées concernent les changements dans la structure économique et la résistance populaire à l’agression tripartite de 1956 à Port Saïd 42. Al-Shafi‘i propose une justification indirecte de cette omission en affirmant que l’élément principal de compréhension du mouvement de l’armée en 1952 était l’existence du camp socialiste international, rendant possible l’essor de l’industrie lourde, bloqué jusque là par l’impérialisme britannique, sans recourir au camp impérialiste 43.

55Le fort impact des événements internationaux sur le développement de l’Égypte introduit en premier dans l’historiographie marxiste par Mursi (la crainte du Wafd envers la classe ouvrière à cause de la révolution bolchevique) fut adopté par al-Shafi‘i. Il constitue le troisième thème du livre. L’absence d’analyse substantielle de la situation intérieure de l’Égypte depuis la chute de la monarchie permettait à al-Shafi‘i d’éviter des sujets qui auraient provoqué un conflit avec le régime.

56Al-Shafi‘i n’a pu évoquer des questions comme la répression de la grève des ouvriers du textile à Kafr al-Dawwar en août 1952 ; les divisions au sein du mouvement syndical au cours de la crise de mars 1954 lorsque les syndicats où les communistes étaient influents, soutenaient Muhammad Naguib contre ‘Abd al-Nasser et réclamaient le retour à la vie parlementaire ; le refus du régime de permettre la création d’une confédération syndicale jusqu’en 1957 et son intervention dans la formation de son premier comité exécutif pour s’assurer que les communistes et leurs partisans n’obtiennent pas des positions centrales ; les campagnes anti-communistes de 1953 et 1954 encouragées par l’ambassade américaine, et même le fait que de nombreux syndicats parmi les plus actifs dans le soutien à la résistance populaire contre les forces anglo-françaises à Port-Saïd en 1956 avaient été dirigés ou influencés par les communistes.

57L’adoption du paradigme des deux étapes et la conviction que la classe ouvrière triompherait finalement permettait à al-Shafi‘i d’omettre beaucoup de l’histoire de la classe ouvrière et du mouvement communiste depuis 1952 malgré sa certitude qu’ils étaient les forces nationalistes les plus consistantes et les plus déterminées. Ces compromis ne différaient pas radicalement de ceux réalisés par d’autres historiens marxistes de cette période. Ils ne furent cependant pas suffisants pour empêcher la large vague d’arrestation des communistes, y compris al-Shafi‘i lui-même, le premier janvier 1959, conséquence des divergences à propos de la politique envers l’Irak et de la volonté de maintenir une organisation politique séparée.

58Al-Shafi‘i fit donc partie des personnes interpellées. Lors de son procès, il défendit courageusement ses convictions nationalistes et son credo communiste. C’est peut-être pour cette raison qu’il fut torturé à mort par ses gardiens à Liman Abu Za‘bal le 15 Juin 1960. Les arrestations massives des communistes de 1959 au milieu de 1963 mirent un terme à cette phase de l’alliance marxistes-nassériens. Les communistes sortirent de prison pour constater que les politiques intérieures comme extérieures du régime étaient beaucoup plus proches de leurs propre programme que dans les années 1950. Les deux principales factions du mouvement communiste s’auto-dissolvèrent en 1964. Leurs dirigeants intellectuels occupèrent des postes clés dans les institutions éducatives et culturelles du régime comme l’Institut Supérieur pour les Études Socialistes, l’Institut de la Culture Ouvrière, la maison d’édition Dâr al-Ma‘arif, la presse contrôlée par l’État, y compris al-Tali‘a (l’Avant-garde), un mensuel légal marxisant.

L’histoire du travail marxiste et nassérienne

59Bien que le travail historique de l’école Dâr al-Nadîm fût plus élaboré que les écrits marxistes des années 1940, il était loin de présenter une histoire très détaillée des ouvriers égyptiens, en partie à cause du sectarisme, en partie du fait que les auteurs n’étaient pas des historiens professionnels et ne cherchaient pas à partir des sources disponibles, en partie à cause de la censure.

60La radicalisation du régime nassérien dans les années 1960, exprimée par l’adoption de la charte nationale et l’engagement idéologique en faveur du nationalisme arabe (toujours distinct du marxisme-léninisme) augmenta l’importance accordée aux ouvriers et aux paysans comme composantes clés du « peuple ». Régulièrement, Al-Tali‘a offrait des articles sur l’histoire du mouvement ouvrier et socialiste.

  • 44 ‘Abd al-Mun‘im al-Ghazzali, Tarîkh al-haraka al-niqâbiyya al-misriyya, 1899-1952, Le Caire, Dâr al- (...)

61Ancien membre du MDLN, ‘Abd al-Mun‘im al-Ghazzali publia la première histoire ouvrière marxiste globale, L’Histoire du mouvement syndical égyptien 1899-1952 44. Il soulignait le rôle des organisations marxistes dans le mouvement syndical et développait le thème du lien entre lutte de la classe ouvrière et lutte contre l’impérialisme.

  • 45 Voir la série Muhammad Yusuf al-Mudarrik, « Safha min harakat al-‘ummâl qabla al-thawra », al-Thaqa (...)

62La nouveauté la plus importante de la fin des années 1960 fut que pour la première fois d’anciens militants syndicaux furent autorisés à se représenter eux-mêmes et à parler en leur nom propre en publiant leurs mémoires. Dirigeant d’un syndicat des employés de magasins, Muhammad Yusuf al-Mudarrik avait participé en 1937 à la lutte pour libérer le syndicalisme de la tutelle du Wafd et des autres partis politiques. Il avait ensuite rejoint le groupe de l’Aube Nouvelle, participant à ses activités ouvrières au milieu des années 1940. Lors du congrès de fondation de la Fédération Syndicale Mondiale en 1945, il représenta sa fédération syndicale. Tous ces sujets furent abordés dans ses mémoires publiées par morceaux dans le périodique de l’Institut pour la Culture Ouvrière de 1967 à 1969 45.

  • 46 Raymond Ibrahim Douek (éd.), La voie égyptienne vers le socialisme, Le Caire, Dâr al-Ma‘ârif, 1966, (...)

63Mais comme les historiens marxistes des années 1950, al-Ghazzali et al-Mudarrik ne franchissaient pas dans leurs écrits la frontière de 1952. Les arrestations de masse des communistes par le régime nassérien, les tortures, les morts dans les camps de prisonniers et la sape systématique de toute influence marxiste dans le mouvement syndical ne pouvaient être mentionnés. L’élaboration de la théorie des voies multiples vers le socialisme permettait aux intellectuels marxistes d’être confiants dans le fait que l’Égypte s’était engagée sur la voie socialiste. Cela encouragea une certaine amnésie à propos de ces problématiques spécifiques 46.

64Durant la fin des années 1960, des historiens professionnels, encouragés par les nouvelles orientations du régime, commencèrent à écrire des histoires des ouvriers et des paysans. L’université du Caire devint un centre d’histoire ouvrière nassérienne. Les historiens nassériens du travail rejetaient le marxisme. Mais ils se considéraient eux-mêmes comme des socialistes. Comme ils étaient loyaux envers le régime, leur travail peut être considéré comme l’expression d’un « nassérisme de gauche ».

  • 47 Sulayman Muhammad al-Nukhayli, al-Haraka al-‘ummâliyya fi misr wa-mawqif al-sahafa wa’l-sultat al-m (...)

65La thèse de doctorat de Sulayman Muhammad al-Nukhayli publiée en livre, Le Mouvement ouvrier en Égypte et le point de vue de la presse et du régime à ce sujet (1882-1952), est une des premières études d’histoire du travail par un historien professionnel s’appuyant sur des sources empiriques 47. Elle fut publiée par la Fédération Générale des Ouvriers de la République Arabe Unie (c’est-à-dire l’Égypte) avec une préface du président de la Fédération, Ahmad Fahîm, constituant ainsi un travail semi-officiel exprimant les perspectives nassériennes de gauche. Selon les critères d’aujourd’hui, ce n’est pas un travail particulièrement intéressant. Le choix des sources montre qu’il s’agit d’une histoire ouvrière vue d’« en haut ». Al-Nukhayli utilisa la presse pour constituer la chronologie de son histoire ouvrière. Il cite seulement les quotidiens à large audience et néglige les hebdomadaires, pourtant organes importants dans l’essor de syndicats radicaux des années 1942-46. Il ignore également les hebdomadaires marxistes, légaux ou semi-légaux, qui sont pourtant une bonne source d’information sur le mouvement ouvrier pour les dix dernières années de la période monarchique.

66Le résultat est de présenter les ouvriers comme une composante légitime du mouvement en faveur de la libération nationale et de la réforme sociale – un objet historique digne de la recherche historique. L’influence marxiste au sein de ce mouvement y est hors sujet. Mais en dépit de ces faiblesses, ce travail constituait peut-être une étape nécessaire dans l’écriture de l’histoire du travail.

  • 48 Ra’uf ‘Abbâs, al-Haraka al-‘ummaliyya fi misr, 1899-1952, Le Caire, Dâr al-Kâtib al-‘Arabi, 1967. P (...)
  • 49 ‘Abbâs, al-Haraka al-‘ummaliyya fi misr, p. 3, 10.

67L’ouvrage de Ra’uf ‘Abbas, intitulé Le Mouvement ouvrier en Égypte, 1899-1952, fut aussi rédigé dans le cadre d’une thèse de doctorat à l’université du Caire 48. La préface de son directeur, le professeur Ahmad ‘Izzat ‘Abd al-Karim, ainsi que l’introduction de son auteur affirment qu’il s’agit d’un tournant conscient vers l’histoire sociale qui inclut une sympathie pour son objet d’étude 49. ‘Abbas présente la difficulté essentielle pour ceux qui veulent écrire l’histoire ouvrière de l’Égypte « d’en bas » : il n’existe pas de regroupement des archives syndicales. De plus, les agences policières égyptiennes qui surveillaient le mouvement ouvrier, tout particulièrement les communistes, n’ont pas accepté d’ouvrir leurs archives aux chercheurs. Néanmoins, ‘Abbas avait obtenu l’accès à un éventail respectable de sources comprenant les papiers de militants syndicaux, certains titres de la presse marxiste et des éléments de littérature secondaire, y compris le livre de Shuhdi ‘Atiyya al-Shafi‘i, cité à plusieurs reprises.

  • 50 Ibid, p. 311.
  • 51 Ibid, p. 288-290. En plus de son approche nationaliste, cette conclusion semble avoir été influencé (...)

68Plusieurs caractéristiques indiquent que l’approche de ‘Abbas’est plus nationaliste de gauche que marxiste. Il reconnaît le rôle déterminant des ouvriers étrangers dans la formation des premiers syndicats au cours de la première décennie du xxe siècle, mais il mentionne vite la formation de « syndicats purement égyptiens » sous la direction de Muhammad Farid et du parti nationaliste 50. Comme les marxistes, il légitime l’activité syndicale par son caractère nationaliste ; mais à la différence des marxistes, il considère sa dimension internationaliste comme une caractéristique qui doit être rejetée aussi vite que possible. Il refuse l’idée d’une large radicalisation influencée par le marxisme au sortir de la Seconde Guerre Mondiale et surestime l’influence du Prince ‘Abbas Halim et du Parti (Socialiste) du Travail qu’il dirigea à partir des années 1930, quand il représentait une force significative dans le mouvement ouvrier 51. L’association du marxisme avec l’étranger le rend d’importance secondaire. ‘Abbas considère les ouvriers comme une classe, mais trop faible pour faire plus que lutter pour leur revendications économiques immédiates et participer au mouvement nationaliste sous la direction d’autres forces sociales.

  • 52 Amîn ‘Izz alDîn, Tarîkh altabaqa al‘âmila almisriyya mundhu nash’atiha hatta thawrat 1919, Le Caire (...)

69L’étude la plus globale de l’école nassérienne des historiens du travail est celle de Amîn ‘Izz al-Dîn. Il étudia au Ruskin College en 1948 et fut inspiré par l’éminent historien du travail britannique, G.D.H Cole. ‘Izz al-Din travailla au sein de l’appareil ouvrier et syndical du régime nassérien et appartint au secrétariat du parti unique, l’Union Socialiste Arabe. De 1966 à 1972, il publia trois volumes 52 couvrant la période des origines de la classe ouvrière à 1939.

  • 53 Amîn ‘Izz alDîn, Tarîkh altabaqa al‘âmila almisriyya mundhu nushu’iha hatta sânat 1970, Le Caire, D (...)
  • 54 Ibid, p. 12.

70Des chapitres de ces volumes ont d’abord été publiés par l’Institut Supérieur des Études Socialistes, où ‘Izz al-Din enseignait alors en 1965. Puis, en raison de son opposition au régime sadatien, ‘Izz al-Din partit en exil politique en l’Irak pour plusieurs années. Après son retour en 1982, il republia ses premiers volumes avec de nouveaux matériaux et prolongea son étude jusqu’à 1970 53. Le décès d’‘Abd al-Nasser permit à ‘Izz al-Din de briser la barrière de 1952 respectée auparavant par les historiens qu’ils soient marxistes ou nassériens. Dans l’introduction à la nouvelle édition élargie de son travail, il explique que l’écriture de l’histoire ouvrière est un aspect de la réécriture de l’histoire de l’Égypte pour décrire le progrès de son peuple et de ses luttes. Cela est aussi rendu nécessaire par le rôle important de la classe ouvrière dans la réalisation du socialisme 54 des années 1960. Ce livre participe donc à une critique de gauche de la politique d’Anouar al-Sadate.

71Il y a une certaine ironie à remarquer qu’une vibrante école nassérienne d’histoire ouvrière a émergé juste lorsque le régime atteignait les limites de son radicalisme. Il y eut un débat naissant entre les propositions de ‘Abd al-Mun‘im al-Ghazzali et celles de Ra’uf ‘Abbas. Leurs livres parurent à un an de distance, respectivement en 1968 et en 1967. L’énorme défaite de juin 1967 coupa cours à cette discussion et élimina de manière décisive les potentialités, déjà peu probables, d’une radicalisation du nassérisme. Les historiens du travail, marxistes et nationalistes, élargirent la conscience historique égyptienne en écrivant sur la place des ouvriers dans l’histoire nationale. En faisant cela, ils ont suivi le modèle élaboré par Shuhdi ‘Atiyya al-Shafi‘i. Ils subirent de même les contraintes politiques de ce modèle : aucune étude approfondie sur les sujets de politique intérieure après 1952 et des analyses limitées des courants socialistes indépendants avant 1952.

Conclusion

72En Égypte tout comme en Syrie, en Irak et en Algérie, les marxistes ont perdu la lutte pour représenter les classes populaires face aux régimes autoritaires. Les régimes agirent pour subordonner les couches populaires à leurs objectifs de construction étatique, même si cela se fit en augmentant leur niveau de vie au moyen de politiques de redistribution de revenu et de mise en place de l’État providence. La conception des deux étapes des marxistes a fourni une rationalité à la suspension de la lutte de classe et à la collaboration avec les dimensions anti-impérialistes des régimes autoritaires, tout en parlant au nom des ouvriers et des paysans. De là, l’un des effets sociaux importants de l’essor du paradigme historique marxiste/gauche nationaliste fut, simultanément, de donner du pouvoir aux couches populaires et de leur en enlever. Depuis le début des années 1970, les régimes ont cessé de légitimer leurs projets en les identifiant avec les intérêts des paysans et des ouvriers. Les régimes d’al-Sadate et de Moubarak ont permis la publication de mémoires de prison des communistes et même d’histoires des organisations marxistes et de mémoires des militants ouvriers communistes comme moyen de souligner les aspects répressifs du régime nassérien et le caractère plus « démocratique » de la nouvelle ère.

73Alors que depuis les années 1970 en Égypte, les possibilités d’écrire l’histoire se sont élargies et qu’il y a plus de liberté d’expression, la signification politique du débat sur l’histoire a, elle, diminué. Le discrédit du nassérisme, auquel le large éventail de travaux historiques participe, a servi de brèche aux gouvernements pour s’éloigner du contrat social établi avec les ouvriers et les paysans qui était au cœur du projet de politique intérieure nassérien.

Haut de page

Notes

1 Étude originale inédite de Joël Beinin, « The Rise and Decline of the Left Nationalist/Marxist Historical Paradigm in the Arab Middle East », communication pour l’atelier « Twentieth Century Historians and Historiography of the Middle East », Istanbul, 23-26 mai 2002. Traduction de Didier Monciaud relue par l’auteur. Nous remercions l’auteur de nous avoir communiqué son texte et donné son accord pour sa traduction.

2 L’examen par Gabriel Piterberg des tropes de stagnation et d’éveil par les historiens égyptiens du vingtième siècle démontre que la morphologie de l’écriture historique nationaliste se fait en parallèle avec les notions orientalistes européennes, voir « The Tropes of Stagnation and Awakening in Nationalist Historical Consciousness », dans James Jankowski and Israel Gershoni, (eds.), Rethinking Nationalism in the Arab Middle East, New York, Columbia University Press, 1997, p. 42-61.

3 Zachary Lockman, « Imagining the Working Class : Culture, Nationalism, and Class Formation in Egypt, 1899-1914 », Poetics Today, 15, no. 2, été 1994, pp.157-90 ; Joël Beinin, Workers and Peasants in the Modern Middle East, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 73-77.

4 Il existe des développements comparables en Iran avec la formation du Front National et la nationalisation du pétrole.

5 Dans « The Jewish Business Elite in Twentieth Century Egypt : Pillars of the National Economy or Compradors ? », Bulletin of the Royal Institute for Inter-Faith Studies, 1, n° 2, Automne 1999, p. 113-38, j’ai défendu le point de vue que la « bourgeoisie nationale » est une catégorie erronée.

6 Mirrit Boutrus Ghali, The Policy of Tomorrow, Washington, D.C., American Council of Learned Societies, 1953, p. 100.

7 Ibid, p. 104.

8 Mirrit Boutrus Ghali, alIslâh alzirâ‘i, almilkiyya, alijâr, al‘amal, Le Caire, Jami‘at al-Nahdah al-‘Arabiyah, 1945.

9 Roel Meijer, The Quest for Modernity : Secular Liberal and Left-Wing Political Thought in Egypt, 1945-1958, Londres, Routledge Curzon, 2002, p. 68.

10 Ghali, Policy of Tomorow, p. 68.

11 Ibid, p. 60-64.

12 Arthur Edwin Crouchley, The Economic Development of Modern Egypt, Londres, Longman, Green and Co., 1938, p. 75, 177.

13 Meijer, The Quest for Modernity, p. 75.

14 Rashid al-Barrawi et Muhammad Hamza ‘Ulaysh, alTatawwur aliqtisadi fi misr fi al‘asr alhadith, Le Caire, Maktabat al-Nahda al-Qawmiyya, 1944.

15 Meijer, The Quest for Modernity, p. 73

16 Rashed El-Barawy, The Military Coup in Egypt : An Analytic Study, Le Caire, The Renaissance Bookshop, 1952, p. 43-50.

17 Ibid, p. 46.

18 Ibid, p. 51.

19 Ibid, p. 71-73

20 Ibid, p. 81-93.

21 Ibid, p. 80, 81.

22 Ibid, p. 47.

23 Ibid, p. 1.

24 Ibid, p. 225-57.

25 Ahmad Rushdî Sâlih, Krumir fi misr : safahat min tarikh misr al-hadith, Le Caire, Dâr al-Qarn al-‘Ishrîn, 1945 ; Sâdiq Sad, Mushkilat al-fallah, Le Caire, Dâr al-Qarn al-‘Ishrîn, 1945.

26 Ahmad Sâdiq Sa‘d, « Tatawwur misr alra’smâli, 1919‑1945 », alFajr alJadid, 1-16 novembre, 1945 ; réimprimé in Safahat min al-yasar al-misri fi a‘qab al-harb al-‘alamiyya al-thaniyya, 1945-1946, Le Caire, Maktabat Madbuli, 1976, p. 176‑182.

27 Voir Joël Beinin et Zachary Lockman, Workers on the Nile : Nationalism, Communism, Islam, and the Egyptian Working Class, 1882-1954, Princeton, Princeton University Press, 1987, p. 313-325.

28 Ibid, p. 335-40.

29 Fu’ad Mursi, Tatawwur alra’smaliyya wakifah altabaqat fi misr, Le Caire, Kitabat alMisri alJadid, 1990. F. Mursi croyait que tous les exemplaires de son texte avaient disparu pendant la répression contre les communistes sous le régime nassérien. Je me suis appuyé sur une version quasi intégrale sauvée et publiée de manière posthume avec un commentaire de Da’ud ‘Aziz, ancien camarade de F. Mursi.

30 Ibid, p. 31.

31 Ibid, p. 58.

32 Beinin and Lockman, Workers on the Nile, 418-31.

33 Ibrahim ‘Amir, Ta’mîm al-qâna, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya [i.e. Dâr al-Nadîm], 1956. Dâr al-Nadîm est le nom de la maison d’édition et al-Dâr al-Misriyya le nom de l’imprimeur. Ces deux structures sont souvent les mêmes dans l’Égypte contemporaine ; cela engendre une certaine confusion dans la façon de citer les livres de Dâr al-Nadîm.

34 Ibrahim ‘Amir, Thawrat misr al-qawmiyya, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya, 1956 ; Ibrahim ‘Amir al-Ard wa’l-fallah : al-mas’ala al-zira‘iyya fi misr, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya, 1958 ; Shuhdi ‘Atiyya al-Shafi‘i, Tatawwur alharaka alwataniyya almisriyya, 18821956, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya, 1957 ; Fawzi Jirjis, Dirasat fi tarikh misr alsiyasi mundhu al‘asr almamluki, Le Caire, al-Dâr al-Misriyya, 1958.

35 Les informations biographiques proviennent essentiellement de l’appendice de la seconde édition égyptienne ; Shuhdi ‘Atiyya al-Shafi‘i, Tatawwur alharaka alwataniyya almisriyya, 18821956, Le Caire, Dâr Shuhdî, 1983, p. 251-57.

36 Ibid,p. 3.

37 Ibid, p. 22-25.

38 Ibid, p. 43.

39 Ibid, p. 70-73.

40 Ibid, p. 84.

41 Ibid, p. 107-108.

42 Ibid, p. 136-144, 177-184.

43 Ibid, p. 129-131.

44 ‘Abd al-Mun‘im al-Ghazzali, Tarîkh al-haraka al-niqâbiyya al-misriyya, 1899-1952, Le Caire, Dâr al-Thaqâfa al-Jadîda, 1968.

45 Voir la série Muhammad Yusuf al-Mudarrik, « Safha min harakat al-‘ummâl qabla al-thawra », al-Thaqafa al-‘Ummaliyya du 15 août 1967 au premier septembre 1969.

46 Raymond Ibrahim Douek (éd.), La voie égyptienne vers le socialisme, Le Caire, Dâr al-Ma‘ârif, 1966, a édité en français des articles publiés initialement dans la revue al-Talî‘a procédant à la réévaluation de la révolution du 23 juillet 1952, expliquant, en termes marxistes, pourquoi le régime nassérien était sur la voie du socialisme. Les auteurs sont nombreux à être d’anciens dirigeants des partis communistes.

47 Sulayman Muhammad al-Nukhayli, al-Haraka al-‘ummâliyya fi misr wa-mawqif al-sahafa wa’l-sultat al-misriyya minha min sanat 1882 ila sanat 1952, Le Caire, al-Ittihâd al-‘Amm li’l-‘Ummal, 1967. Al-Nukhayli a également publié auparavant un essai plus court et moins détaillé qui pourrait avoir été une thèse de maîtrise Tarîkh al-haraka al-‘ummâliyya fi misr, Le Caire, Dâr al-Nahda al-‘Arabiyya, 1963.

48 Ra’uf ‘Abbâs, al-Haraka al-‘ummaliyya fi misr, 1899-1952, Le Caire, Dâr al-Kâtib al-‘Arabi, 1967. Plusieurs années après, ‘Abbas a aussi publié sa thèse de maîtrise sur les analyses des autorités britanniques d’occupation sur le mouvement ouvrier égyptien de 1924 à 1937 : al-Haraka al-‘ummâliyya al-misriyya fi daw’al-wathâ’iq al-baritaniyya, 1924-1937, Le Caire, ‘Alam al-Kutub, 1975.

49 ‘Abbâs, al-Haraka al-‘ummaliyya fi misr, p. 3, 10.

50 Ibid, p. 311.

51 Ibid, p. 288-290. En plus de son approche nationaliste, cette conclusion semble avoir été influencée par les sources mises à la disposition de ‘Abbas, comprenant une interview avec ‘Abbâs Halîm lui-même, les procès-verbaux des réunions (minutes) de la direction du Parti Socialiste du Travail et les papiers de Muhammad Hasan ‘Amara, qui était proche du prince.

52 Amîn ‘Izz alDîn, Tarîkh altabaqa al‘âmila almisriyya mundhu nash’atiha hatta thawrat 1919, Le Caire, Dâr alKitâb al‘Arabi, 1967 ; Tarîkh altabaqa al‘âmila almisriyya, 19191929, Le Caire, Dâr alSha‘b, 1970 ; Tarîkh altabaqa al‘âmila almisriyya, 19291939, Le Caire, Dâr alSha‘b, 1972.

53 Amîn ‘Izz alDîn, Tarîkh altabaqa al‘âmila almisriyya mundhu nushu’iha hatta sânat 1970, Le Caire, Dâr alGhad al‘Arabi, 1987.

54 Ibid, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Beinin, « Essor et déclin du paradigme marxiste/nationaliste de gauche dans le Moyen‑Orient arabe  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 104 | 2008, 169-188.

Référence électronique

Joël Beinin, « Essor et déclin du paradigme marxiste/nationaliste de gauche dans le Moyen‑Orient arabe  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Joël Beinin

Professeur d’histoire, Université de Stanford ; directeur du centre des études sur le Moyen-Orient, Université Américaine du Caire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page