Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le ministère Buffet (1997-2002) : contraintes et contradictions dans la mise en œuvre d’une politique sportive de gauche

Igor Martinache
p. 103-115

Résumé

De 1997 à 2002, le ministère de la Jeunesse et des Sports a été confié à une communiste, Marie-George Buffet. Profane en la matière, elle a néanmoins réussi à gagner la reconnaissance tant du public que du mouvement sportif. Ce qui ne l’a pas empêchée de subir des critiques émanant de son propre camp, estimant qu’elle n’avait pas assez infléchi l’action de son administration dans une perspective progressiste. En s’efforçant de reconstituer les multiples configurations, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, du gouvernement de la « gauche plurielle », dans lesquelles la ministre était inscrite, cet article se propose de mettre en évidence les contraintes et les contradictions encadrant l’action de la ministre. Et, ce faisant, d’esquisser les particularités du « sentier de dépendance » dans la conjoncture particulière de ce quinquennat, mais aussi et peut-être surtout dans le secteur particulier des activités physiques et sportives, qui fait l’objet simultanément d’une très forte exposition médiatique et d’une non moins grande dépolitisation.

Haut de page

Texte intégral

1Le 21 avril 1997, Jacques Chirac, alors président de la République, dissout l’Assemblée nationale, pourtant majoritairement à droite. Une décision en partie motivée par le grand mouvement social de l’automne 1995, qui va également peser sur le résultat du scrutin. Le 1er juin, le gouvernement d’Alain Juppé reçoit un cinglant désaveu, et 319 des 577 sièges de députés vont aux différentes formations de la « gauche plurielle » – Parti socialiste (PS), Parti communiste français (PCF), Verts, Mouvement des citoyens (MDC) et Parti radical de gauche (PRG). Tandis que Lionel Jospin est nommé à Matignon, les tractations obligées en pareil cas se concluent par l’attribution de quatre portefeuilles ministériels aux communistes, dont celui de la Jeunesse et des Sports.

  • 1 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

2Le secrétaire national du PCF, Robert Hue, décide de confier celui-ci à Marie-George Buffet, tout juste élue députée de la 4e circonscription de Seine-Saint-Denis. Une nomination inattendue, y compris par la principale intéressée qui, de son propre aveu, « ne possède pas de compétences particulières en la matière »1, et rit encore en se souvenant combien elle a été impressionnée en pénétrant pour la première fois dans l’immeuble de la rue Olivier de Serres où était alors situé le ministère, accompagnée de sa seule collaboratrice administrative. Celle-ci doit alors faire face à une relative méfiance de la part de son administration, et, au-delà, de la part des dirigeants du mouvement sportif pour lesquels elle cumule tous les « stigmates » : une femme, non issue de leur sérail, et qui, plus est, communiste.

  • 2 Entretien du 23 décembre 2009. Ce qu’a confirmé la consultation de l’emploi du temps de la ministre (...)

3La nouvelle ministre va ainsi s’appliquer d’emblée à compenser ce double handicap en s’entourant de conseillers dotés d’une expérience incontestée de ce milieu particulier et de ses enjeux, mais aussi et surtout en déployant un travail important de consultation, sans exclusive, et en multipliant les déplacements sur le « terrain ». Comme l’explique Gilles Garnier, son second chef de cabinet, celle-ci accorde alors une grande écoute aux élus locaux quelle que soit leur couleur politique et s’applique en particulier à honorer autant que possible leurs invitations à venir inaugurer une nouvelle installation2.

  • 3 Louanges entendues de manière récurrente au cours de nos entretiens auprès de dirigeants du mouveme (...)

4C’est ainsi qu’au terme de ses cinq années à cette fonction, Marie‑George Buffet aura incarné une des « plus grandes » ministres de la Jeunesse et des Sports de la Ve République aux yeux de nombreux observateurs, y compris parmi ses opposants politiques3. Si certains, à commencer par l’intéressée elle-même, ont certes exprimé le regret qu’elle ne soit pas allée « plus loin », une telle unanimité peut néanmoins apparaître suspecte : ne signifierait-elle pas que son action n’aurait en fin de compte pas trop dérangé les intérêts établis en la matière ? Au vu du démantèlement continu de l’administration de la Jeunesse et des Sports par les gouvernements de droite qui lui ont succédé, on peut ainsi se demander si l’action du ministère Buffet n’aurait pas représenté un « chant du cygne », une tentative perdue d’avance de promouvoir un véritable « droit au sport » pour tous-tes les citoyens-nes. Afin d’apporter quelques éléments de réponse, il s’agira de revenir sur les actions les plus manifestes de ce ministère, en les mettant en regard avec son fonctionnement routinier, afin de mettre notamment en évidence les marges de manœuvre dont la ministre et son entourage ont pu disposer.

Un ministère à la fois visible et dominé

  • 4 Voir entre autres Pierre Bourdieu, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de L (...)
  • 5 Pour souligner les limites de son autonomie par rapport au champ politique plus large (sur la disti (...)
  • 6 Voir Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Pol (...)
  • 7 Jacques Defrance, art.cit.
  • 8 N’arrivant que devant son homologue de la Recherche, Roger-Gérard Schwartzenberg - cf. Bottins admi (...)
  • 9 Voir Alexandre Siné, L’ordre budgétaire. L’économie politique des dépenses de l’État, Paris, Econom (...)

5Avant d’aborder l’action proprement dite de la ministre, il convient de situer son administration dans la configuration institutionnelle où elle s’inscrit. Le pluriel serait en fait de rigueur, car le ministère évolue simultanément au sein de deux sphères distinctes, qu’en reprenant la terminologie conceptuelle de Pierre Bourdieu4, on pourrait respectivement qualifier d’espace5 du gouvernement et de champ sportif6. La fonction de ministre des Sports a en effet ceci de paradoxal d’être parmi les plus populaires du gouvernement, bénéficiant autant de son association – recherchée – avec les diverses manifestations de spectacle sportif que de la dépolitisation entretenue de l’organisation du sport7, et en même temps l’une des plus dominées du gouvernement. Si Marie-George Buffet occupe certes un ministère de plein exercice, elle oscille entre l’avant-dernière et la dernière place dans l’ordre protocolaire parmi les membres du gouvernement partageant ce titre8, et, plus encore, le budget de son administration reste le plus faible de tout le gouvernement, passant même au cours de la période de 0,19 à 0,15 % du budget global de l’État. Ce qui suggère, même s’il faut se méfier en la matière des évolutions de périmètres, que la ministre a eu plutôt tendance à perdre du terrain lors des négociations avec Bercy9.

  • 10 Propos rapportés par un responsable syndical présent lors de cette réunion (carnet d’enquête, 30 ma (...)
  • 11 Entretien avec François Signoles, troisième directeur de cabinet, 15 mars 2010.
  • 12 Entretien du 5 mars 2009.
  • 13 Ministre des Sports du gouvernement Ayrault.

6À cela s’est ajoutée une tutelle de fait imposée par Matignon via la désignation de certains membres de son cabinet, hauts fonctionnaires socialistes, dont l’un qui compte aujourd’hui parmi les principaux animateurs de la commission sports du Parti socialiste a reconnu, lors d’une réunion de cette dernière, avoir été nommé conseiller technique pour « surveiller Buffet »10. En outre, des tensions importantes traversent le cabinet tout au long de la période, semblant cependant moins tenir à des clivages politiques ou aux rivalités entre cadres issus du monde sportif et ceux issus des mouvements de jeunesse, qu’à des facteurs interpersonnels, avec par exemple le cas de certains collaborateurs ayant tendance à « occuper un espace qui n’était pas le [leur] »11, ce qui a provoqué une certaine rotation affectant jusqu’à la fonction de directeur de cabinet. Par ailleurs, le Premier ministre dispose également dans son cabinet d’un conseiller pour chaque secteur d’action ministériel, constituant une sorte de « gouvernement fantôme ». De 2000 à 2002, c’est Hervé Madoré qui occupe cette fonction, après avoir dirigé la préparation olympique jusqu’aux jeux de Sydney. Celui-ci définit ainsi son rôle comme consistant à « suivre le département ministériel Jeunesse et Sports, être sur des arbitrages interministériels »12, mais reconnaît qu’il a été choisi pour sa proximité avec le mouvement sportif, afin de faire en sorte « que le contact entre Jospin et les milieux sportif s’améliore », notamment « par rapport à Chirac, qui a une image très proche des sportifs ». Finalement, il transparaît ainsi dans la manière dont celui qui occupe aujourd’hui la fonction de directeur du cabinet de Valérie Fourneyron13 relate son expérience au cabinet du Premier ministre, l’impression qu’il a dû davantage œuvrer pour dépasser une représentation superficielle du sport que pour contrôler une ministre potentiellement déviante. Selon lui, la conception dominante au sein du cabinet de Lionel Jospin :

  • 14 Ibid.

7« C’est un regard grand public : c’est le PSG, c’est le dopage, ce sont les grandes manifestations. Voilà, on est quand même, pour être un peu dur et un peu direct, au niveau du journal L’Équipe… Mais tout ce qui est essentiel dans une politique publique, toute cette pratique associative, tout ce que cela génère, l’impact du sport sur des politiques touristiques, sur des milieux économiques fragiles, de montagne ou ruraux : intellectuellement, tous ceux qui sont autour de la table sont évidemment équipés pour comprendre ça. »14

  • 15 Voir Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003.

8Et le même de raconter que le directeur de cabinet du Premier ministre lui attribuant rarement la parole, il a dû apprendre à saisir les rares occasions – au mieux une fois par mois pour des réunions hebdomadaires – afin de tenter de « politiser »15 son secteur en en pointant les soubassements sociaux. Ainsi, au lendemain de la victoire de l’équipe de France de handball aux championnats du monde à Paris en 2001, quand Olivier Schrameck lui cède la parole :

9« J’explique que l’équipe de France a gagné, mais j’en profite aussi pour expliquer ce qu’est la fédération de handball, ce que sont ses clubs, ce qu’est la pratique, ce qu’il faut en matière de formation, enfin des tas de choses, pour essayer d’enfoncer des petits clous. Et après la réunion, on sort, ça se passe comme partout, on discute, et j’ai des collègues qui me disent : “Oh, ben t’as bien fait d’en parler, on n’imaginait pas que c’était ça.” Voilà, parce que, pour eux, c’étaient sept gars sur un terrain qui avaient gagné, et puis ils devaient avoir un bon entraîneur. Mais la durée de la formation, toute la structure qui avait été mise en place, le travail qui avait été fait depuis trente ans, etc., etc., tout ça, ça échappe totalement. »

  • 16 Sylvain Bourmeau, « Les faits divers ont fait un retour en force par le biais de la télé » (entreti (...)

10Cela illustre bien la profonde ambivalence qui caractérise le sport comme secteur d’intervention publique et, par ricochet, le personnel politique en charge de ce dernier. Comme le résume le même conseiller, « ce sont des dossiers qui sont plutôt en bas de la pile, mais, par la médiatisation, ce sont parfois des dossiers qui peuvent être un peu brûlants ». Si, comme on l’a vu ailleurs, un fait divers appelle de plus en plus une réponse urgente et circonstanciée16, à l’inverse, le travail sur des questions de fond mais peu exposées s’inscrit pour sa part dans une temporalité bien plus lente, surtout quand elle implique d’autres ministères pour lesquels les questions sportives ne semblent pas apparaître prioritaires :

  • 17 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

11« J’ai découvert le monstre que sont les interministérielles. Alors ça, c’est un truc monstrueux. Où vous comprenez pas pourquoi, pour régler un article de loi, il faut deux mois, trois mois… Pour faire sortir le décret lié à la loi il faut trois mois, six mois, etc. Là vous avez une sorte de méandre, où vous avez beau taper sur la table, téléphoner à vos collègues ministres en disant : “Mais enfin ! [elle tape sur son bureau]. Pourquoi la Santé ne m’a pas encore donné – on travaillait surtout avec la Santé et l’Éducation – le feu vert ?”. Et puis bien sûr : “Mais oui, mais enfin, mon administration…” Et ça repartait, etc. Ce qui explique ces lois qui, des fois peuvent être changées parce que le ministre change, alors que les décrets ne sont pas encore sortis. [...] Le fonctionnement de l’État, c’est quand même un poids mort extraordinaire [rires]. »17

Un mouvement sportif paradoxalement ménagé

  • 18 Ibid. Information confirmée depuis par d’autres entretiens formels ou informels avec d’anciens memb (...)
  • 19 Arrêté publié au Journal officiel du 3 mai 1998, p. 6782.
  • 20 Voir Jean-Luc Barbéri, « Les troubles jeux d’argent des fédérations sportives », L’Expansion, 14 ma (...)
  • 21 Entretiens avec Pascal Marry et Alain Mouchel, respectivement les 30 septembre et 1er décembre 2008

12S’agissant ensuite des rapports avec le « mouvement sportif », la ministre et son cabinet ont travaillé à se rapprocher du Comité national olympique et sportif (CNOSF), recevant régulièrement les dirigeants des fédérations unisports délégataires de service public – par distinction avec les fédérations omnisports, affinitaires, scolaires et handicapés –, comme en atteste, son agenda de la période. Marie-George Buffet entretient de très bonnes relations avec le président du CNOSF, Henri Sérandour18. Si elle annonce d’emblée son intention de « démocratiser » et « féminiser » les instances dirigeantes du sport français, régulièrement dénoncées comme des « gérontocraties masculines se recrutant par cooptation », ces déclarations ne sont guère suivies d’effets, et peuvent être interprétées comme un moyen de rééquilibrer le rapport de forces dans lequel l’État apparaît là encore paradoxalement dominé. Une servitude apparemment volontaire, dans la mesure où c’est bel et bien ce dernier qui délivre les agréments aux fédérations, mais aussi qui, avec les collectivités locales, contribue par ses subventions à une part substantielle de leurs budgets. Tout laisse à penser qu’en dépit de cet ascendant formel, les représentants de la puissance publique ne peuvent s’opposer frontalement à un mouvement sportif perçu comme une véritable force de pression, prompte à mobiliser ses « 20 millions de licenciés », comme l’ont répété différents interlocuteurs du cabinet. L’équipe de Marie-George Buffet va ainsi certes jouer de l’arme du retrait d’agrément, en ôtant le sien à la Fédération française d’haltérophilie, musculation et disciplines associées le 15 avril 1998 pour « manquements au fonctionnement démocratique et à la mission de service public » ainsi que pour de nombreuses factures impayées19. Les suspicions de mauvaise gestion et de détournements sont alors pourtant généralisées et médiatisées20, mais seules deux autres fédérations olympiques sont explicitement menacées par le ministère : celle des sports de glace – dont le déficit de 60 millions de francs est 15 fois supérieur à celui de l’haltérophilie – et l’équitation, cette fois pour des problèmes de conflits au sommet, que deux membres du cabinet vont s’employer directement à régler, en participant à la rédaction de nouveaux statuts pour « donner le pouvoir aux licenciés »21.

  • 22 Jean-Luc Barbéri, art.cit.
  • 23 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.
  • 24 Voir par exemple Guy Hermier, Roland Passevant, Michel Zilbermann, Le sport en questions. Les répon (...)

13L’interventionnisme du ministère semble ainsi sélectif et ne concerne finalement que des fédérations périphériques dans la galaxie du CNSOF, par rapport, par exemple, à celles de l’athlétisme, de la natation ou du judo, dont sont issus les dirigeants du comité. Le cabinet va même prodiguer ses conseils aux fédérations afin de les aider à conserver leur quasi-monopole sur l’organisation des compétitions sportives. Comme l’explique Gilles Smadja, premier chef de cabinet de Marie-George Buffet, « nous avons incité les dirigeants du rugby à créer une ligue professionnelle de crainte que l’Australien Murdoch ne les court-circuite avec son propre championnat »22, tandis qu’une des premières initiatives prises par la ministre dès septembre 1997 est l’organisation des « journées du sport professionnel » en partenariat avec la Ligue de football professionnel – ce qui vient rappeler que, contrairement à certains commentaires entendus par la ministre à son arrivée, selon lesquels « les communistes ça pouvait être que le sport amateur pour tous et toutes, et ils pouvaient pas dépasser ce niveau sur le sport »23, ceux-ci ne sont pas opposés au professionnalisme des sportifs, mais à leur marchandisation24.

  • 25 L’arrêt Bosman rendu par la Cour de justice des communautés européennes le 15 décembre 1995 commenc (...)
  • 26 Entretien cité.

14Il ne faudrait pas pour autant en conclure à un assujettissement du ministère à l’égard du mouvement sportif, ni à une résignation vis-à-vis de sa dérégulation alors en pleine accélération25. En réalité, cette attitude résulte davantage d’une appréciation « réaliste » des rapports de forces concrets que d’une résignation originelle. « Là où les directions fédérales et le CNOSF ont le plus réagi, c’est quand j’ai voulu toucher aux statuts des fédérations. Alors là, j’ai eu droit à un encart publicitaire dans les journaux, disant que je voulais mettre à mal le mouvement sportif »26, avance ainsi l’intéressée. Sans essayer d’enrayer globalement la libéralisation générale du sport professionnel à l’échelle européenne, elle va néanmoins s’investir pour la « cause » particulière de la « traite » des jeunes joueurs, en organisant plusieurs initiatives sur la question, et surtout en ajoutant plusieurs règles contraignantes sur les centres de formation dans la loi de 2000.

15Ensuite, contre ceux qui considèrent que l’État et les collectivités territoriales doivent concentrer leurs moyens sur le soutien au seul « sport pour tous », elle défend au contraire l’idée de « l’unité du sport », c’est-à-dire d’une solidarité de fait entre sport amateur et professionnel, mais aussi entre disciplines, qu’elle concrétise notamment par l’une des mesures phares de son « quinquennat » : la mise en place d’une taxe assise sur les droits de retransmission télévisée d’un taux de 5 %, qu’elle aurait souhaitée plus élevée – « on aurait dû faire 10 » – et permettant d’abonder le Fonds national pour le développement du sport (FNDS) – devenu Centre (CNDS) en 2006 – destiné à financer l’accès au sport pour tous, et constituant un moyen de pallier partiellement la faiblesse des crédits budgétaires alloués au ministère. Celle-ci a évidemment rencontré l’hostilité des ligues professionnelles, celle du football en tête, et tout au long de la période, Marie-George Buffet a également dû s’opposer aux pressions de certains présidents de clubs désireux d’obtenir la possibilité d’adopter le statut de société anonyme (SA) plutôt que celui de société anonyme sportive professionnelle (SASP), les empêchant notamment d’être introduits en bourse et les obligeant à rester conventionnellement sous la tutelle d’une association support.

16Autre élément de tension avec les fédérations : la question du dopage. Après qu’a éclaté « l’affaire Festina », révélant l’existence d’un véritable système organisé de produits dopants, lors du Tour de France 1998, la ministre va ainsi s’affronter directement aux dirigeants de l’Union cycliste internationale (UCI) qu’elle accuse de fermer les yeux pour préserver la poule aux oeufs d’or. Elle va en particulier faire adopter, le 23 mars 1999, une loi imposant des mesures et contrôles plus contraignants, avec, notamment, la création du Conseil de prévention et de lutte contre le dopage (CPLD) – future Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), et surtout s’opposer vivement à l’Union cycliste internationale (UCI) dont elle dénonce le laxisme en matière de contrôle pour préserver les intérêts mercantiles qui entourent les grandes épreuves. Elle subit également des pressions au sein même du gouvernement, lorsque d’autres intérêts sont en jeu, en l’occurrence la candidature de Paris pour l’organisation des jeux Olympiques de 2008 :

17« La délégation du CNOSF [lapsus elle veut parler du CIO] était conduite par Verbrugen [alors président de l’UCI]. On m’a alors obligée à faire une lettre que je ne voulais pas. J’ai téléphoné à Robert [Hue] le matin en lui disant : “Là, écoute, je pars à Matignon. S’ils me demandent d’aller trop loin, j’annoncerai que je quitte mes fonctions à la sortie de Matignon.” Puis on a trouvé un accord. »

  • 27 Un « succès » auquel elle reconnaît en entretien ne pas avoir de réelle responsabilité, et dont ell (...)
  • 28 Michel Scheidt qui a suivi le Tour de France de nombreuses années pour la Nouvelle Vie ouvrière rac (...)

18En fait, la grande popularité qu’elle a acquise, notamment grâce à la victoire de l’équipe de France de football lors de la Coupe du monde 1998 peu après son arrivée27, semble constituer un « capital » qui la protège de certaines attaques politiques. Toutefois, cette ressource peut également jouer comme une contrainte, dans la mesure où la ministre doit aussi agir pour éviter sa dévaluation. Elle a par exemple failli le perdre quelques jours plus tard en maintenant sa position de fermeté à l’encontre du dopage lors du Tour de France 1998 tandis que la majeure partie des amateurs de cyclisme semblait préférer « fermer les yeux », à l’instar des organisateurs28 :

  • 29 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

19« Le Tour 98, tous les matins je me levais en me disant : “Est-ce que ça craque aujourd’hui ? Est-ce que le Tour s’arrête aujourd’hui ? Est-ce que l’opinion tient un jour de plus, ou est-ce que l’opinion se retourne ?”. Et tous les matins je me disais : “Ne cède pas ! Si tu dois démissionner au mois d’août, tu démissionneras. Mais ne cède pas sinon c’est fini quoi…”. Et voilà, je crois qu’un ministre, s’il n’a pas cette volonté politique… bon il peut s’occuper, hein, vous avez toujours des trucs à inaugurer, vous pouvez remplir vos journées. Ça sert à rien quoi je veux dire, la machine continue… Vous savez, un ministère, c’est comme un train, un très gros train de fret. Le ministère change, mais il y a déjà plein de choses qui sont en route sur le train qui passe. Donc vous il faut que vous arrêtiez le train et que vous le corrigiez, que vous lui fassiez prendre une autre voie. Donc il faut quand même… il faut le vouloir. Et pour ça, il faut de la volonté politique, qui s’appuie sur un appui populaire. On ne va pas refaire l’histoire : s’il n’y avait pas eu la Coupe du monde juste avant le Tour de France 98, est-ce que l’opinion m’aurait suivie sur le Tour de France ? Je sais pas, peut-être pas. Moi j’y suis pour rien dans la victoire à la Coupe du monde, mais comme les choses étaient assimilées, je sais pas, peut-être que l’opinion ne m’aurait pas suivie si on avait perdu la coupe… »29

Une prise de distance vis-à-vis du Parti et des syndicats

  • 30 Pierre Bourdieu, op.cit., p. 74 et suiv. ; Philippe Riutort, Sociologie de la communication politiq (...)

20Dans cette perspective, l’exposition particulière du spectacle sportif rend d’une certaine manière simplement plus prégnante une logique qui travaille plus largement le champ politique dans son ensemble. La communication, par laquelle se construit et s’entretient ce capital de popularité, qui en retour ouvre l’accès à la parole publique, occupe ainsi non seulement une place de plus en plus centrale dans l’activité politique, mais elle en fait partie intégrante. Or, celle-ci est largement filtrée par une catégorie d’agents qui contrôle l’accès à l’espace public en même temps qu’elle filtre les discours : les journalistes30. Pris dans une relation d’interdépendance avec les responsables politiques, ils contraignent ces derniers par le cadrage du sens de leurs actions. Cette nécessité de soigner sa communication extérieure a paradoxalement amené la ministre et son cabinet à se détourner de son propre parti, comme d’organisations a priori proches. Ainsi en est-il allé de la Confédération générale du travail (CGT) dont trois membres appartenaient pourtant au cabinet de la ministre : son troisième directeur, François Signoles, son chef de cabinet, Christian Garcia, et l’ancien footballeur professionnel, Serge Mésonès. Alors que la ministre a multiplié les rencontres avec les dirigeants du sport fédéral et professionnel, les responsables de la commission sport de la CGT n’ont été reçus qu’une fois en cinq ans, et encore non sans mal, comme le raconte un des membres de la délégation à l’époque :

  • 31 Entretien avec Jean-François Davoust, responsable de la Commission sportive confédérale de la CGT, (...)

21« On nous avait donné rendez-vous pour être reçus au CNOSF – même pas au ministère ! – le jour où avait lieu une importante négociation avec les grosses fédérations sportives [...] sur les droits de retransmissions télévisées. Mais on est restés à attendre à la porte pendant un bon moment. Et il a fallu que [...] Maurice Lamoot se manifeste trois fois et qu’à la troisième, il dise : “Si nous ne sommes pas reçus dans les cinq minutes, on part et on fait un communiqué de presse disant que Marie George Buffet refuse de recevoir la CGT” pour que nous rencontrions finalement la ministre. »31

  • 32 Comme en témoigne la couverture des actes de ce dernier, où le logo de l’UFSE côtoie celui du minis (...)
  • 33 Où s’élabore pourtant de longue date une importante réflexion sur les activités physiques et sporti (...)

22Le traitement de la question du sport à l’entreprise est symptomatique de cette contradiction : alors que la CGT et la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) s’en sont saisies de longue date, la ministre promeut l’Union française du sport d’entreprise (UFSE) qui deviendra Fédération française, et dont le président d’alors, Alain Charrance, est ouvertement marqué à droite. C’est elle qu’elle associe finalement à l’organisation d’un grand forum au CNOSF sur le sujet le 28 novembre 199832, ainsi qu’à la journée nationale du sport en entreprise, dont la première édition qui se tient le 17 juin 2000 au Parc interdépartemental de Choisy-le-Roi et rassemble ainsi près de 20 000 participants venus de tout le pays aux côtés de quelques vedettes du sport-spectacle. Une vaste « kermesse », comme la qualifie alors un journaliste de Libération, dont le sens politique ne se laisse pas saisir avec évidence. Cette initiative tient finalement lieu d’action en la matière, car si la ministre installe une Commission permanente du sport en entreprise de 38 membres réunissant représentants des salariés, des employeurs et du mouvement sportif, peu d’évolutions en la matière seront à noter dans la loi du 6 juillet 2000 « relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives » qui vient modifier la loi Avice du 16 juillet 1984. La CGT notamment n’est pourtant pas avare de propositions en la matière, mais si le rapporteur du projet, le député communiste Patrick Leroy, prête une oreille attentive à ces dernières, elles sont systématiquement rejetées par les membres de l’opposition appartenant à la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales. Plus globalement, si ce texte propose un certain nombre d’avancées déjà évoquées, d’aucuns le juge finalement relativement timoré à gauche, et peu influencé par les réflexions en la matière au PCF. Marie-George Buffet reconnaît ainsi avoir « très peu pris appui sur la commission sport » du PCF33. Plus largement, elle précise :

  • 34 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

23« On n’a pas été capables, nous ministres, de venir expliquer au Parti où on en était, quels étaient les freins qu’on rencontrait, pourquoi on n’arrivait pas à faire avancer telle chose, etc. Y compris à l’Assemblée ou au Sénat : je travaillais très bien avec les commissions – puisque la loi dopage a été votée à l’unanimité –, je travaillais très bien avec les commissions, mais pas spécialement avec le groupe communiste. Euh, et je me dis, enfin moi – je ne parle pas pour les autres ministres –, je me dis : “Ça, ç’a été très certainement une erreur”. De ne pas assez se nourrir de la réflexion. Alors d’un autre côté, il fallait aussi avoir une indépendance, c’est-à-dire ne pas partir uniquement du Parti, partir aussi du terrain. Je me rappelle, il y avait eu un débat où on m’avait demandé quelle empreinte un ministre communiste allait laisser au gouvernement. J’avais dit : “il n’y a pas d’empreintes, il y a une démarche”. Il y a une démarche, c’est-à-dire qu’être communiste et ministre veut dire faire appel à la concertation, à l’intervention populaire, à l’intervention des bénévoles, à l’intervention des jeunes, c’est toujours s’appuyer sur eux. »34

  • 35 Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977 [1963], p. 93 et sq
  • 36 Voir entre autres « Le PCF donne la parole à ceux qui n’ont pas été invités à l’Assemblée du sport  (...)
  • 37 À entendre davantage au sens d’un redéploiement au service du secteur marchand que d’une suppressio (...)

24On voit ainsi dans ce propos que la ministre semble encore, plusieurs années après, tiraillée entre la volonté de rendre des comptes en consultant la formation politique qui lui a permis d’accéder à ses responsabilités politiques, et celle de s’ouvrir à l’écoute des expressions les plus nombreuses et diverses possible. Volonté qui n’est sans doute elle-même pas dissociable du désir d’acquérir une certaine popularité, constituant elle-même un levier pour l’action. Une nécessité rendue d’autant plus aiguë par la position particulière sur le plan institutionnel et symbolique du ministère des Sports, mais aussi sans doute ici à la volonté de dissimuler plutôt que retourner le « stigmate » 35 attaché à l’étiquette communiste. Ce qui passe par l’affichage permanent d’une posture d’ouverture, qui se retrouve encore dans la mise en place du Conseil national des activités physiques et sportives (CNAPS), le 13 juin 2001. Prévue par la loi Avice mais restée jusque-là dans les cartons, cette assemblée consultative de 104 membres répartis en huit collèges et dont la présidence est du reste confiée à l’ancienne ministre socialiste, est invitée selon ses statuts à « accompagner le gouvernement dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques sportives ». Supprimée en 2007 par la droite, elle est ensuite ressuscitée sous la forme d’une Assemblée du sport en mars 2011. Mais outre qu’elle exclut les organisations syndicales au profit du seul MEDEF 36, cette dernière cache mal un démantèlement continu du ministère de la Jeunesse et des Sports depuis 2002 37. Les digues ainsi posées alors par Marie-George Buffet et son équipe semblent de ce point de vue avoir mal résisté. Mais la question qui se pose à l’analyse sociohistorique est de savoir si finalement, dans une telle configuration, ceux-ci auraient pu « mieux » faire.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

2 Entretien du 23 décembre 2009. Ce qu’a confirmé la consultation de l’emploi du temps de la ministre dans les archives du ministère.

3 Louanges entendues de manière récurrente au cours de nos entretiens auprès de dirigeants du mouvement sportif et d’anciens ministres ou secrétaires d’État à la Jeunesse et aux Sports, y compris à la tribune d’un rassemblement intitulé « Les nouveaux défis du modèle sportif français » dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne et réunissant de nombreux dirigeants du mouvement sportif et six anciens ministres de la Jeunesse et des Sports (dont Marie-George Buffet) autour du secrétaire d’État de l’époque, Rama Yade, le 6 octobre 2009 (journal d’enquête).

4 Voir entre autres Pierre Bourdieu, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002.

5 Pour souligner les limites de son autonomie par rapport au champ politique plus large (sur la distinction entre « espace » et « champ », voir notamment Lilian Mathieu, L’espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2012.

6 Voir Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, vol.13, n° 50, p. 13-27 ; William Gasparini, Sociologie de l’organisation sportive, Paris, La Découverte, 2000.

7 Jacques Defrance, art.cit.

8 N’arrivant que devant son homologue de la Recherche, Roger-Gérard Schwartzenberg - cf. Bottins administratifs des années 1998 à 2002.

9 Voir Alexandre Siné, L’ordre budgétaire. L’économie politique des dépenses de l’État, Paris, Economica, 2006, chap. 4.

10 Propos rapportés par un responsable syndical présent lors de cette réunion (carnet d’enquête, 30 mars 2012).

11 Entretien avec François Signoles, troisième directeur de cabinet, 15 mars 2010.

12 Entretien du 5 mars 2009.

13 Ministre des Sports du gouvernement Ayrault.

14 Ibid.

15 Voir Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003.

16 Sylvain Bourmeau, « Les faits divers ont fait un retour en force par le biais de la télé » (entretien avec Laurent Mucchielli), Libération, 7 janvier 2012.

17 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

18 Ibid. Information confirmée depuis par d’autres entretiens formels ou informels avec d’anciens membres de son cabinet et des dirigeants du CNOSF.

19 Arrêté publié au Journal officiel du 3 mai 1998, p. 6782.

20 Voir Jean-Luc Barbéri, « Les troubles jeux d’argent des fédérations sportives », L’Expansion, 14 mai 1998.

21 Entretiens avec Pascal Marry et Alain Mouchel, respectivement les 30 septembre et 1er décembre 2008.

22 Jean-Luc Barbéri, art.cit.

23 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

24 Voir par exemple Guy Hermier, Roland Passevant, Michel Zilbermann, Le sport en questions. Les réponses des communistes, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 111 et sq.

25 L’arrêt Bosman rendu par la Cour de justice des communautés européennes le 15 décembre 1995 commence alors notamment à faire pleinement sentir ses effets dans le football professionnel sur le continent.

26 Entretien cité.

27 Un « succès » auquel elle reconnaît en entretien ne pas avoir de réelle responsabilité, et dont elle ne sera pas la seule à jouir des retombées en termes de popularité. Dans son autobiographie, son prédécesseur au ministère, Guy Drut, exprime son amertume de ne pas avoir vu son image bénéficier de cette victoire qu’il estimait a contrario avoir préparée, de même qu’il estime que la ministre communiste aurait usurpé son action contre le dopage (Voir Une haie après l’autre, Paris, éd. de l’Archipel, 2011, p. 238 et suiv.)

28 Michel Scheidt qui a suivi le Tour de France de nombreuses années pour la Nouvelle Vie ouvrière raconte par exemple avoir été souvent pris à partie sur le parcours par des spectateurs accusant les journalistes de vouloir nuire à l’événement et les enjoignant de se concentrer plutôt sur des « problèmes plus sérieux » (entretien du 12 septembre 2012).

29 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

30 Pierre Bourdieu, op.cit., p. 74 et suiv. ; Philippe Riutort, Sociologie de la communication politique, Paris, La Découverte, 2007.

31 Entretien avec Jean-François Davoust, responsable de la Commission sportive confédérale de la CGT, 12 septembre 2012.

32 Comme en témoigne la couverture des actes de ce dernier, où le logo de l’UFSE côtoie celui du ministère et où manque celui de la CGT, pourtant instigatrice de la manifestation, animée du reste par Michel Scheidt, journaliste à la NVO et militant de la CGT.

33 Où s’élabore pourtant de longue date une importante réflexion sur les activités physiques et sportives. Voir entre autres Robert Barran, Jean-Jacques Faure, Paul Laurent, Les communistes et le sport à l’heure de Munich, Paris, Éditions sociales, 1972 ; Yvon Adam et alii, Sport et développement humain, Paris, Éditions sociales, 1975 et Guy Hermier, Roland Passevant, Michel Zilbermann, op.cit.

34 Entretien avec Marie-George Buffet, 6 octobre 2009.

35 Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977 [1963], p. 93 et sq.

36 Voir entre autres « Le PCF donne la parole à ceux qui n’ont pas été invités à l’Assemblée du sport », communiqué de presse du PCF, 11 avril 2011.

37 À entendre davantage au sens d’un redéploiement au service du secteur marchand que d’une suppression pure et simple. Voir Laurent Bonelli et Willy Pelletier (dir.), L’État démantelé, Paris, La Découverte, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Igor Martinache, « Le ministère Buffet (1997-2002) : contraintes et contradictions dans la mise en œuvre d’une politique sportive de gauche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 103-115.

Référence électronique

Igor Martinache, « Le ministère Buffet (1997-2002) : contraintes et contradictions dans la mise en œuvre d’une politique sportive de gauche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 février 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3030

Haut de page

Auteur

Igor Martinache

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales, doctorant en sciences politiques à l’université Lille-II (CERAPS – UMR 8026)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page