Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le militantisme de la Fédération sportive et gymnique du travail face à l’apartheid en Afrique du Sud et à la question israélo-palestinienne dans la revue fédérale (1972-1992)

Adrien Virondeau et Fabien Sabatier
p. 89-101

Résumé

L’histoire politique du sport ouvrier français est amplement marquée par l’empreinte communiste. La création de la FSGT fin décembre 1934 ouvre une longue période au cours de laquelle le projet de démocratisation du sport côtoie la défense de l’URSS. Le rejet de la tutelle du PCF amorcé pendant la décennie 1970 n’obère pas totalement la volonté de la fédération affinitaire de poursuivre certains combats hautement politiques. Au cours du dernier tiers du siècle, les publications de la revue fédérale Sport et Plein Air montrent que c’est au nom de l’humanisme olympique que la FSGT assoit son militantisme international, en particulier en matière de défense du sport anti-apartheid sud-africain et en faveur du droit au sport pour des Palestiniens. Cet état de fait signale qu’à la fin du xxe siècle, la politique internationale reste une boussole de la vie militante de l’organisation en dépit d’une prise de distance très nette avec le Parti communiste.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fabien Sabatier, Une histoire des organisations sportives communistes de France. Combats pour l’éma (...)

1L’histoire des organisations sportives ouvrières est aujourd’hui un objet de recherche reconnu dans l’historiographie française1. Si l’histoire de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) est au centre de l’activité éditoriale en France, de nombreux articles et ouvrages relatifs aux réseaux internationaux du sport communiste, socialiste ou social-démocrate composent également le corpus de publications en langue étrangère.

  • 2 André Gounot, « Sport ouvrier et communisme en France 1920-1934 : une rencontre limitée », Stadion, (...)
  • 3 Marianne Borrel, Sociologie d’une métamorphose : La FSGT entre société communiste et mouvement spor (...)

2Les connaissances produites mettent en exergue les évolutions militantes nombreuses qui jalonnent l’histoire de ces fédérations affinitaires au cours du siècle écoulé depuis la création de la Fédération sportive athlétique socialiste (FSAS) en 1908. Par exemple, un des aspects remarquables de la mutation de la FSGT au cours du xxe siècle réside dans l’effacement relativement soudain d’un processus de bolchevisation consubstantielle de sa fondation, car lié à la conquête par les communistes français de la Fédération sportive du travail (FST) créée en 1919 par les socialistes français2. Ce processus de dépolitisation organique conduisant au projet autogestionnaire3, acté au cours de la décennie 1970, fut contemporain d’une autre mutation, qualifiée de socioculturelle, bien représentée par l’engagement de la FSGT en matière de démocratisation des sports, tout d’abord sous le Front populaire, puis de façon renouvelée dans les décennies de la fin du siècle. Au cours de cette dernière période, les préoccupations sociales prirent le pas sur une tradition militante de facture politique où le soviétisme tenait jusque-là une place importante. Ce double virage militant, particulièrement bien étudié par Marianne Borrel, porté par une génération de professeurs d’éducation physique, marque alors un nouvel âge du militantisme de la fédération affinitaire.

3Cet article souhaite toutefois montrer que cette césure dans l’histoire fédérale n’a pas pour autant « affaibli » l’implication internationale de la fédération sur des terrains d’intervention hautement politique.

4L’étude de la revue Sport et Plein Air depuis le début de la décennie 1970 montre en effet que le « racisme » contribue à vitaliser l’engagement de la FSGT sur la scène mondiale. Nous avons choisi de présenter les deux exemples significatifs de la lutte contre l’apartheid sportif en Afrique du Sud et du combat en faveur du droit au sport pour les Palestiniens dans un contexte régional particulièrement difficile.

La lutte contre le sport d’apartheid sud-africain

  • 4 Titre de l’article de la revue Sport et Plein Air, n° 181, novembre 1974, p. 29.
  • 5 Par exemple dans l’article « Oui au rugby, Non au racisme » (de la revue SPA n° 180, octobre 1974, (...)
  • 6 Cet isolement géopolitique mené par le gouvernement sud-africain de 1948 à 1989 est décrit dans l’o (...)

5Dès la décennie 1970, la FSGT s’oppose au racisme sportif et tente de « rompre le mur du silence »4 sur la condition noire en Afrique du Sud. Cet engagement témoigne d’une volonté politique de diffusion internationale des valeurs FSGT et d’accomplissement d’objectifs fixés dans le cadre de sa participation à la Confédération sportive internationale du travail (CSIT). Elle s’oppose explicitement au racisme5 d’État sud-africain, responsable et premier acteur de l’apartheid6.

La condamnation de l’apartheid en Afrique du Sud (1972-1980)

  • 7 Sport et Plein Air, n° 173, janvier/février, 1974. Article de René Moustard intitulé « La FSGT et l (...)

6Dans ces publications, la FSGT rappelle combien son engagement international, notamment en Afrique du Sud, est nécessairement politisé. Elle insiste sur le fait que ne rien dire et participer à des compétitions sportives raciales « dans le pays de l’apartheid » seraient une sorte de reconnaissance de cet état de fait « intolérable ». La fédération proteste contre la ségrégation raciale et entend en particulier « combattre le racisme dans le sport » largement à l’œuvre dans ce pays7.

  • 8 Sport et Plein Air, n° 181, novembre 1974, titre intégral de l’article : « Après la venue des Sprin (...)
  • 9 Sport et Plein Air, n° 181 précise qu’en 1974, 87 % du territoire appartient à 17 % de la populatio (...)
  • 10 Sport et Plein Air, « Rompre le mur du silence », article de la revue SPA n° 181, novembre 1974, p. (...)

7En 1974, elle condamne vigoureusement l’attitude de la Fédération française de rugby qui invite les Springboks à effectuer une tournée en France et diffuse un appel signé par de nombreuses associations anti-apartheid après « la venue [controversée] des Springboks en France »8. Les colonnes de sa revue fournissent à l’adhérent FSGT une synthèse des lois d’apartheid et des statistiques accablantes sur l’état de discrimination et d’inégalité qui règne dans le sport comme dans tous les aspects de la vie sociale9. Au cours de la période 1974 ou 1979, les institutions sportives françaises associées aux tournées de rugby entre l’Afrique du Sud et la France sont ouvertement critiquées par la FSGT qui confirme ainsi une position idéologique forte. « Face à cette politique, il faut choisir […]. Les choix sont là. », « Combattre le racisme ou tout autre forme de ségrégation dans le sport, c’est faire de la politique, c’est engager une action qui correspond à l’éthique sportive, à l’humanisme. »10 L’organisation affinitaire condamne donc fermement le système d’apartheid qui s’oppose aux valeurs de paix et d’égalité revendiquées. Jusqu’en 1982, la revue informe régulièrement ses lecteurs sur la situation sociale et sportive sud-africaine, alimentée par de nombreux témoignages de Sud-Africains soumis à discrimination. Elle révèle à l’opinion l’existence d’un mouvement sportif non racial, le South African Non Racial Olympic Committee (SANROC), victime de discriminations, d’intimidations, d’isolement et exclu du mouvement sportif national. Cette posture politico-sportive condamnant l’apartheid en Afrique du Sud et les institutions sportives françaises se poursuit jusque dans les années 1980. La FSGT plaide alors pour le boycott des compétitions sportives à caractère racial.

L’engagement au côté du SANROC et l’humanisme olympique comme boussole (1980-1992)

  • 11 Sport et Plein Air, n° 268, propos rapportés de Sam Ramsamy. Article intitulé « Les mercenaires de (...)

8Les liens entre la FSGT et le mouvement sportif non racial se nouent lors des rencontres en avril 1980 avec le représentant du Conseil des sports d’Afrique du Sud « non racial » (SACOS), le secrétaire général du SANROC, puis son président, Ramsamy Sam, les 6 et 7 décembre 1982. Ces rencontres préparent l’action diplomatique concertée entre ces organisations françaises et sud-africaines. Parallèlement, la FSGT poursuit son travail de condamnation d’une partie du mouvement sportif français et les quelques aménagements dérogatoires à l’apartheid destinés à améliorer l’image de l’Afrique du Sud sur la scène internationale11. La FSGT s’associe au SANROC pour condamner l’affairisme sportif d’athlètes oubliant « tout principe humain, sportif et éthique, pour s’en aller à la recherche des devises dorées de l’Afrique du Sud raciste ». Débute alors une longue relation d’amitié et de solidarité entre les deux organisations représentées par René Moustard et Sam Ramsamy.

  • 12 Sport et Plein Air, n° 270, décembre 1982, p. 20.
  • 13 Sport et Plein Air, n° 273, mars 1983, p. 9.
  • 14 Sport et Plein Air, n° 274, avril 1983 ; Sport et Plein Air, n° 277, juillet-août 1983 p. 18.
  • 15 Fabien Sabatier, « Regards du sport ouvrier français sur l’olympisme au cours du siècle » dans Clau (...)

9La FSGT reste l’étendard, face aux autres fédérations sportives françaises, de cette lutte internationale contre l’apartheid dans le sport sud-africain. « Racisme, il faut choisir » ; « Apartheid solidarité »12. « Le sport populaire c’est la solidarité [avec les sportifs non raciaux d’Afrique du Sud] »13 ou « Pour le progrès du sport et de l’olympisme : il faut boycotter l’apartheid »14, ces titres évocateurs de différents numéros de la revue fédérale circonscrivent bien le cadre de l’argumentaire FSGT. C’est alors le début d’une période où la FSGT rappelle son attachement à l’olympisme15 associé à la défense du sport pour tous, source de progrès et vecteur d’égalité et de solidarité, forme de rappel d’une idéologie du sport façonnée aux temps des alliances politiques du Front populaire.

  • 16 Article intitulé « Les enjeux du sport moderne ».

10La solidarité est le mot-clé du discours et de l’action FSGT au cours de cette période. C’est l’une des valeurs associées à l’olympisme qui devient, avec la solidarité, une notion centrale des publications de Sport et Plein Air, tel le n° 307 d’avril 1986 où les auteurs précisèrent que « depuis 50 ans, le sens de l’action internationale de la FSGT n’a pas varié : unir olympisme et sport des travailleurs pour le progrès humain, favoriser la coopération et la solidarité sportive internationale entre sportifs du monde du travail »16.

  • 17 Sport et Plein Air, n° 308, mai 1986, p. 8.
  • 18 Sport et Plein Air, n° 326, février 1988.

11Le sport populaire constitue donc un outil de solidarité et un enjeu pour le progrès de l’humanité en matière de défense du sport non racial d’Afrique du Sud où il contribue alors à la lutte pour la paix17. La FSGT publie notamment un dossier très fourni, intitulé « le sport, l’apartheid, la FSGT »18, dans lequel elle plaide en faveur d’un « sport universel » fondé sur les principes olympiques. Finalement, dans un contexte sud-africain particulièrement difficile, la FSGT glisse d’une « solidarité-soutien » vers une « solidarité-action au côté du SANROC ».

  • 19 Sport et Plein Air, n° 353, novembre 1990. Article « L’action de la FSGT » rédigé par René Moustard (...)
  • 20 Sport et Plein Air, n° 353, novembre 1990, p. 22.

12Cette fin de période marque un tournant dans l’histoire de l’apartheid, elle est le témoin de ses premiers reculs qui constituent une première inflexion politique conforme au projet FSGT de reconnaissance du sport non racial sud-africain. En février 1990, la libération de Nelson Mandela et la légalisation de la plupart des organisations interdites jusqu’à présent, dont l’ANC et le SANROC, symboles de la lutte contre l’apartheid, ouvrent une première brèche dans l’exclusion de la population noire. Ce tournant se concrétise par la création, le 1er juin 1990, du National Sport Olympic Congress (NSC) d’Afrique du Sud dont l’objectif principal devient « d’établir un mouvement sportif démocratique non racial, unifié et unique ». Ces événements permettent d’ouvrir une période de « solidarité-action »19 en matière de promotion du sport non racial sud-africain. Le déplacement en Afrique du Sud, du 20 au 29 mars 1992, du co-président de la FSGT (René Moustard) contribue, en effet, à l’élaboration de nouveaux objectifs : « aider au développement en Afrique du Sud, du sport […] dans les townships, pour développer un sport populaire »20. La FSGT rappelle que son engagement reste nécessaire tant que les lois fondatrices de l’apartheid ne sont pas définitivement abolies.

13Finalement, le discours de la FSGT contre l’apartheid dans le sport fut sans ambiguïté. Elle s’opposa à l’apartheid et afficha par sa revue son attachement aux grandes valeurs du sport populaire : la lutte contre le racisme et contre les discriminations et la promotion par le sport pour l’égalité entre les peuples.

L’engagement diplomatique de la FSGT et ses actions de solidarité indirectes et de soutien aux sportifs non raciaux d’Afrique du Sud

14La première des « actions » fut le discours de la FSGT portant un regard critique sur les événements sud-africains dans sa revue. Elle publie un grand nombre d’articles étayés sur les problématiques de l’apartheid, du sport sud-africain et du sport non racial ; forme bien réelle d’engagement géopolitique de la FSGT sur la question de l’homme noir et de l’apartheid dans le sport sud-africain.

  • 21 Sport et Plein Air, n° 230, avril 1979.

15Le premier acte « diplomatique » identifiable dans la revue fut « l’APPEL » lancé par la FSGT demandant l’annulation de la tournée des Springboks en France du 29 octobre au 4 décembre 1974 au nom de la charte olympique. Et c’est dans les mêmes conditions que le 10 avril 1979, elle adresse un communiqué au CNOSF demandant l’annulation de leur tournée en vertu des règles 23 et 24 de la « charte olympique » et de leurs textes d’application qui précisent que chaque CNO est responsable de la mise en œuvre des principes définis par le CIO21. De plus, la FSGT adresse au CNOSF un courrier condamnant les actes d’acceptation de l’apartheid de la Fédération française de rugby (FFR). La FSGT sollicite également à plusieurs reprises les membres des différents gouvernements qui se succèdent dans cette période.

  • 22 Sport et Plein Air, n° 326, février 1988, article d’Angélique Dupont intitulé « Des moments inoubli (...)

16La rencontre avec M. Pather (représentant du SACOS) invité au 24e congrès national de la FSGT, puis la rencontre avec M. Sam Ramsamy, président du SANROC, venu en France en décembre 1982 sur invitation de la FSGT, constituent deux moments-clés de l’engagement de la fédération (FSGT). En 1980, le SACOS et la FSGT établissent des « accords de coopération » dont les principales orientations visent à faire connaître en France la réalité du sport non racial sud-africain, d’obtenir la reconnaissance des droits des sportifs non raciaux d’Afrique du Sud, d’élargir les actions de solidarité à leur égard. Une première conférence internationale a lieu à Londres, organisée par le « centre anti-apartheid des Nations unies » et le « SANROC » avec le soutien de la FSGT, elle ouvre une période riche en prises de parole dans l’espace public. La deuxième conférence internationale anti-apartheid dans le sport a lieu, du 16 au 18 mai 1985, à la maison de l’UNESCO à Paris. À l’initiative du Comité spécial contre l’apartheid, au sein de l’ONU, elle est mise sur pied par le SANROC et le CSSA (Comité suprême du sport en Afrique). Cette deuxième conférence réunit environ 500 participants dont 15 ministres, 13 présidents de CNO, 20 présidents de fédération représentant 23 pays. Par sa contribution, la FSGT, qui parallèlement y assure notamment le secrétariat et l’organisation d’épreuves sportives de solidarité antiraciste, réaffirme sa position sur l’échiquier des organisations luttant contre l’apartheid dans le sport. René Moustard rapporte, en février 1988, l’importance de ces conférences pour sa propre fédération en déclarant à son retour de la conférence d’Harare (troisième conférence) : « la FSGT est maintenant connue et reconnue comme une fédération sportive qui lutte contre l’apartheid. […] Sam Ramsamy répète sans cesse l’importance du rôle de la FSGT dans les représentations aux différents participants »22.

17La principale action engagée par la fédération « ouvrière » reste le boycott du sport racial sud-africain. Cependant, pour la FSGT, il ne s’agit pas de boycotter le sport mais le racisme. Elle organise donc des challenges de la paix, des semaines de solidarité avec les sportifs non raciaux, des « olympiades de la paix », des rencontres sportives, des journées de clubs, des congrès et des récoltes de fonds destinées aux sportifs non raciaux d’Afrique du Sud. À partir des années 1980, ces actions en nombre croissant mobilisent de nombreux athlètes, signe de la persévérance de la FSGT.

18La campagne anti-apartheid sportif à laquelle contribue la FSGT à l’échelle internationale et pour laquelle elle semble avoir joué un rôle primordial en France fut donc un succès médiatique, d’intervention et d’identité. Les jeux Olympiques d’été de Barcelone en 1992 actent de la réintégration de l’Afrique du Sud au sein du mouvement olympique après près de trente années d’absence.

L’engagement pro-palestinien des années 1982 à 1992

  • 23 Sport et plein air, n° 260, janvier 1982. « Du nouveau dans l’actualité internationale de la FSGT » (...)

19Le cas palestinien représente un second terrain d’intervention politique et sportive adossé aux trois principes affichés du sport travailliste23 : de solidarité, de coopération et d’amitié avec les organisations et les sportifs discriminés. La particularité du cas palestinien réside dans une forme de conciliation des « contraires » de collaboration avec le sport travailliste israélien et de reconnaissance du sport palestinien.

20Ainsi, hormis la ferme condamnation par la FSGT de l’attentat palestinien contre la délégation israélienne aux jeux Olympiques de Munich en 1972, il faut attendre les années 1980 pour voir une activité de publication se dessiner. Bien que l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) fût créée en 1964, puis le Comité olympique palestinien quatre ans plus tard, la FSGT ne noue que peu de contact, avec le mouvement sportif palestinien, ce qui était particulièrement difficile en raison du conflit israélo-palestinien. L’organisation représentant le mouvement sportif palestinien est le Conseil supérieur de la jeunesse et des sports (CSJS), il découle directement de l’OLP.

Entre échanges sportifs et double reconnaissance israélo-palestinienne

  • 24 Sport et Plein Air, n° 260, janvier 1982. Article intitulé « Du nouveau dans l’actualité internatio (...)

21Cette période est marquée par la prise de position de la FSGT en faveur d’une double reconnaissance des sportifs travaillistes israéliens et des sportifs palestiniens24. Le 12 octobre 1981, la Fédération travailliste israélienne (HAPOEL) et la FSGT renouvellent par accord les relations sportives bilatérales qui les unissent dans le cadre de la Confédération sportive internationale du travail (CSIT) fondée en 1946. Le 22 octobre 1982, lors de la visite d’un membre de l’exécutif du sport palestinien en France, la fédération et l’organe sportif de la Palestine (CSJS) décident d’établir des relations sportives d’amitié et de solidarité, basées sur la reconnaissance mutuelle et sur un programme d’échanges et de relations sportives bilatérales. L’accueil par la FSGT de l’équipe nationale palestinienne de football en mai 1982 préfigure la future coopération entre ces deux organisations. À travers ses publications, la FSGT associe avec insistance sa lutte pour la reconnaissance des sportifs palestiniens aux valeurs de l’olympisme et à l’idée d’un sport qui ne soit ni neutre ni politisé, rejetant discriminations et violence, dans une pratique sportive humaniste tournée vers la paix et la coopération internationale.

  • 25 Sport et Plein Air, n° 313, novembre 1986. Article « De nouvelles relations avec le sport palestini (...)

22Du 27 juin au 7 juillet 1985, une première tournée d’une équipe de football de la FSGT dans les territoires occupés a lieu et aboutit à l’établissement d’un protocole de coopération avec la « ligue des clubs sportifs de Cisjordanie ». Ces nouveaux accords de coopération signés à Jérusalem en septembre 1986 témoignent d’un approfondissement des relations sportives de solidarité et d’amitié entre les sportifs palestiniens et la FSGT. Les objectifs élaborés sont les suivants : « faire connaître [...] l’existence des organisations sportives palestiniennes », « contribuer à faire connaître leurs droits au sein des structures sportives internationales », « développer des rapports d’amitié et de solidarité à travers des rencontres sportives amicales », « favoriser les accords de coopération » pour la reconnaissance des sportifs palestiniens et le développement de la FSGT25.

23Dans cette courte période, la FSGT souligne son action de solidarité avec les sportifs palestiniens, l’importance de ses relations bilatérales de solidarité ainsi que des valeurs et des idéaux de paix véhiculés par le sport populaire.

La première intifada et le droit des peuples (1988-1992)

  • 26 Sport et Plein Air, n° 328, avril 1988. Titre de l’article page 34 : « Palestine : l’heure est à la (...)
  • 27 Sport et Plein Air, n° 364, décembre 1991, « FSGT-Hapoël : explications ».

24Cette période charnière entre les décennies 1980 et 1990 est la plus riche en matière de publications concernant la question palestinienne. L’éclatement de la première intifada rappelle à tous les horreurs d’une guerre asymétrique entre deux peuples. Cet événement suscite l’émoi de la communauté internationale et de la FSGT pour laquelle, plus que jamais, « l’heure est à la solidarité »26. C’est pourquoi, la FSGT réaffirme régulièrement au cours de cette période sa solidarité avec les victimes de la répression et avec les sportifs palestiniens. Les échanges entre HAPOEL et la FSGT se complexifient, la fédération travailliste française demande à son homologue israélienne de clarifier sa position. Or cette dernière s’aligne sur les positions de la confédération syndicale israélienne (l’Histadrout) dont elle fait partie, qui « rejette sur le plan politique, les droits des sportifs palestiniens »27. La FSGT décide donc de limiter ses échanges avec le sport travailliste israélien, mais maintient ses échanges sportifs avec les Palestiniens, y compris au risque d’une présence physique dans les territoires occupés en pleine intifada. Pour exemple, une délégation FSGT composée de deux équipes de basket se rend à Jérusalem en juillet 1989 et participe ainsi au premier match féminin international d’une équipe palestinienne. René Moustard rappelle que la FSGT se positionne sur les seuls plans sportif et humain où force est de constater que, d’un côté, il y a des sportifs reconnus et libres, tandis que de l’autre, il y a des sportifs sous occupation, victimes de répression et non reconnus officiellement. Par ailleurs, au cours de cette période, la revue lie son engagement auprès du sport palestinien aux valeurs de l’olympisme, puisque, depuis 1988, la fédération milite en faveur de l’intégration du sport palestinien dans le mouvement olympique.

  • 28 Sport et Plein Air, n° 260, janvier 1982. Article intitulé « Du nouveau dans l’actualité internatio (...)

25Son soutien à la cause sportive palestinienne est toutefois plus ancien. Dès le début des années 198028, la FSGT annonce au comité exécutif d’HAPOEL son intention de reconnaître le mouvement sportif palestinien et sa position en faveur du peuple palestinien lui reconnaissant son droit « à vivre et à s’organiser en État indépendant ». Ainsi, le 22 octobre 1981, la FSGT et le CSJS établissent des relations sportives d’amitié et de solidarité.

26Lors de l’invasion du Liban, la FSGT adresse, le 28 juin 1982, un télégramme à HAPOEL plaidant pour l’arrêt des bombardements et lui demandant d’apporter sa contribution à la reconnaissance du mouvement sportif palestinien. Cependant, six ans plus tard, la première intifada (1988) fait apparaître un point de divergence dans les relations diplomatiques entre HAPOEL et la FSGT. Après quelques échanges de courriers entre les deux fédérations réclamant la clarification de la position sur la question palestinienne, la FSGT décide de limiter ses échanges avec le sport travailliste israélien au seul domaine des compétitions sportives, HAPOEL ne reconnaissant pas explicitement les sportifs palestiniens.

27La deuxième phase importante de cet engagement « diplomatique » est représentée par la signature d’un protocole de coopération avec la ligue des clubs de Cisjordanie à Jérusalem le 19 septembre 1986, avant que la FSGT apporte son soutien au mouvement sportif palestinien pour la reconnaissance de leur comité olympique par le CIO en 1989 ou leur adhésion au CSIT en 1992.

Une solidarité-action concrétisée au travers d’échanges sportifs bilatéraux

  • 29 Sport et Plein Air, n° 344, décembre 1989. Article « l’activité internationale de la FSGT », par La (...)

28À l’inverse de son investissement en Afrique du Sud, la FSGT participe immédiatement à l’organisation d’échanges sportifs bilatéraux entre la France et la Cisjordanie. Cette solidarité-action est à distinguer de la solidarité-soutien essentiellement employée en Afrique du Sud. Effectivement, les échanges sportifs offrent une dimension supplémentaire de l’action FSGT pro-palestinienne. Ainsi, du 28 juillet au 7 août 1988 (en pleine intifada), une délégation FSGT vient remettre aux clubs sportifs jumelés de Cisjordanie et de Gaza le produit de collectes de solidarité. Un moment également très important dans l’action de solidarité-action de la FSGT au bénéfice des sportifs palestiniens est le déplacement d’une équipe de football FSGT en Cisjordanie du 27 juin au 7 juillet 1985. Cette rencontre est alors l’occasion pour les membres de la fédération affinitaire de se rendre dans la bande de Gaza, à Naplouse, à Jéricho, à Jérusalem et à Bethléem. Cette visite permet à nombre de militants d’être les témoins de la situation particulièrement difficile du pays et des conditions alarmantes et catastrophiques dans lesquelles vivent certains Palestiniens des territoires occupés. À la lecture de la revue, il semblerait qu’en 1989 ou 1990, chaque venue d’une délégation française FSGT ait suscité un incroyable engouement et fait naître un grand élan d’espoir au sein de la population palestinienne. Laurent Moustard rappelle, en 1989, que les échanges sportifs avec les clubs palestiniens, dont le contenu fut toujours sportif, touristique et politique, sont pour les Palestiniens « la meilleure forme de solidarité […] et de reconnaissance de l’identité d’un sport palestinien »29.

29Dans les années 1980, la FSGT adopte donc une position particulière en reconnaissant officiellement à la fois les sportifs travaillistes israéliens et les sportifs palestiniens. Elle s’engage dans une voie fidèle aux valeurs du sport populaire et de l’olympisme dans un processus de défense de la paix et de l’égalité entre les peuples. Par ailleurs, l’engagement diplomatique et sportif de la fédération sur la question palestinienne ne s’est manifestement pas limité aux intentions. L’année 1992 marque la fin d’une première phase dans le conflit israélo-palestinien avant que s’ouvrent les négociations sur les accords d’Oslo de 1993 qui firent souffler un vent d’espoir sur tout le Moyen-Orient.

Conclusion

30Dans la seconde moitié du xxe siècle, tout en diffusant son modèle sportif travailliste populaire en Afrique du Sud et en Palestine, la FSGT utilise sa revue pour véhiculer un militantisme revendicatif et idéologique qui s’exprime à travers la défense de l’olympisme, du sport populaire et de valeurs humanistes.

31Dans le cas de l’Afrique du Sud, sa posture fut plus politisée que sportive, tandis qu’elle fut plus sportive que politique dans le contexte particulier du conflit israélo-palestinien et de ses échanges bilatéraux avec les deux peuples. Ainsi, les moments les plus importants dans cette période de l’histoire politique de la FSGT furent la signature des accords de coopération et de reconnaissance mutuelle que la FSGT conclut en 1980 avec le SACOS et en 1982 avec le CSJS de l’OLP. Ce faisant, elle mit au centre de son activité internationale son action de solidarité avec les sportifs discriminés sud-africains (victimes de l’apartheid) et palestiniens (sans patrie ni territoire reconnus) sur la base des valeurs de l’olympisme et de l’humanisme.

32Cette contribution à l’histoire politique du sport ouvrier français montre que le militantisme politique de la plus importante fédération affinitaire l’ayant constitué au cours du siècle reste d’actualité depuis les années 1970.

33Le virage socioculturel et autogestionnaire de l’organisation en 1960-1970 n’entame pas son ambition, maintes fois affichée, d’implication dans les grands débats politiques du siècle.

  • 30 Fabien Sabatier, « Combats pour l’émancipation. Une histoire des organisations sportives “communist (...)

34Cette militance en faveur du sport antiapartheid sud-africain et du droit au sport pour les Palestiniens s’arrime plus ou moins explicitement au projet olympique d’accès de tous les hommes au patrimoine sportif sans discrimination d’aucune sorte. Cet aspect de l’engagement FSGT contraste sensiblement avec le soubassement philosophique et politique des luttes menées contre la guerre du Rif en 1924-1925, engagement qu’elle conduisit au nom de l’anticolonialisme, ou en faveur du droit au sport pour la jeunesse colonisée d’Afrique du Nord entre 1936 et 1962, qui reflétait son adhésion à un projet d’union française30.

35Entre temps, la « débolchevisation » de l’organisation eut lieu et la position marxiste et communiste fut remplacée – peut-être seulement masquée – par une adhésion aux valeurs de la charte olympique. Cette nouvelle boussole permet de comprendre le combat conduit auprès du SANROC et du CPSJ.

36Ces solidarités, soutiens et actions permettent également à la FSGT de promouvoir auprès du sport français et de ses adhérents, lecteurs de la revue fédérale, son identité militante et de poursuivre l’écriture fédérale de son récit émancipateur antiraciste destiné à poursuivre la formation de sa mémoire collective.

37Ce premier pas dans l’écriture historienne des combats FSGT les plus récents nécessitera des développements ultérieurs destinés à mieux comprendre le réseau mobilisé dans cette double intervention politique et sportive, mais également à juger des éventuelles tensions que ce volet militant particulier a provoquées dans une fédération alors en pleine métamorphose.

Haut de page

Notes

1 Fabien Sabatier, Une histoire des organisations sportives communistes de France. Combats pour l’émancipation, soviétisme et cultures militantes, Grenoble, PUG, à paraître, 2013.

2 André Gounot, « Sport ouvrier et communisme en France 1920-1934 : une rencontre limitée », Stadion, vol. XXIII, 1999, p. 83-111.

3 Marianne Borrel, Sociologie d’une métamorphose : La FSGT entre société communiste et mouvement sportif (1964-1992), thèse de doctorat de sociologie des organisations (sous la direction de Philippe Urfalino), IEP, Paris, 1999.

4 Titre de l’article de la revue Sport et Plein Air, n° 181, novembre 1974, p. 29.

5 Par exemple dans l’article « Oui au rugby, Non au racisme » (de la revue SPA n° 180, octobre 1974, par Jean Maurize. La FSGT y condamne la Fédération française de rugby qui invite les Springboks (représentants de la minorité blanche d’Afrique du Sud) alors que l’apartheid régit l’AFS, p. 11.

6 Cet isolement géopolitique mené par le gouvernement sud-africain de 1948 à 1989 est décrit dans l’ouvrage de Bernard Lugan, Histoire de l’Afrique, Paris, Syllepse, 2008, p. 391-439.

7 Sport et Plein Air, n° 173, janvier/février, 1974. Article de René Moustard intitulé « La FSGT et la politique » p. 20 : « Protester contre la discrimination raciale qui sévit en Afrique du Sud et soutenir l’action des organisations sportives [non raciales] des pays africains dans ce domaine, comme cela s’est passé à Munich à l’occasion des JO, c’est sans nul doute faire de la politique, car c’est combattre le racisme dans le sport ».

8 Sport et Plein Air, n° 181, novembre 1974, titre intégral de l’article : « Après la venue des Springboks en France [...] les lois qui régissent l’apartheid ».

9 Sport et Plein Air, n° 181 précise qu’en 1974, 87 % du territoire appartient à 17 % de la population (minorité blanche) qui se partage 75 % du produit national… le reste du territoire et du produit national étant partagé entre les 83 % du reste de la population ! La mortalité infantile est de 13 % chez les Blancs et de 269 % chez les Africains, quand il y a 10 000 médecins pour 3 700 000 Blancs contre 130 médecins pour 15 000 000 de Noirs ; enfin « le revenu moyen d’un Blanc est vingt fois supérieur au revenu moyen d’un Noir ».

10 Sport et Plein Air, « Rompre le mur du silence », article de la revue SPA n° 181, novembre 1974, p. 29.

11 Sport et Plein Air, n° 268, propos rapportés de Sam Ramsamy. Article intitulé « Les mercenaires de l’apartheid », p. 28.

12 Sport et Plein Air, n° 270, décembre 1982, p. 20.

13 Sport et Plein Air, n° 273, mars 1983, p. 9.

14 Sport et Plein Air, n° 274, avril 1983 ; Sport et Plein Air, n° 277, juillet-août 1983 p. 18.

15 Fabien Sabatier, « Regards du sport ouvrier français sur l’olympisme au cours du siècle » dans Claude Boli (dir.), Les jeux Olympiques. Fierté nationale et enjeu mondial, Paris, Musée national du sport-Atlantica, 2008, p. 107-115.

16 Article intitulé « Les enjeux du sport moderne ».

17 Sport et Plein Air, n° 308, mai 1986, p. 8.

18 Sport et Plein Air, n° 326, février 1988.

19 Sport et Plein Air, n° 353, novembre 1990. Article « L’action de la FSGT » rédigé par René Moustard, p. 7 – 12.

20 Sport et Plein Air, n° 353, novembre 1990, p. 22.

21 Sport et Plein Air, n° 230, avril 1979.

22 Sport et Plein Air, n° 326, février 1988, article d’Angélique Dupont intitulé « Des moments inoubliables », p. 9.

23 Sport et plein air, n° 260, janvier 1982. « Du nouveau dans l’actualité internationale de la FSGT », p. 16.

24 Sport et Plein Air, n° 260, janvier 1982. Article intitulé « Du nouveau dans l’actualité internationale de la FSGT », p. 16 -23.

25 Sport et Plein Air, n° 313, novembre 1986. Article « De nouvelles relations avec le sport palestinien », par René Moustard.

26 Sport et Plein Air, n° 328, avril 1988. Titre de l’article page 34 : « Palestine : l’heure est à la solidarité ».

27 Sport et Plein Air, n° 364, décembre 1991, « FSGT-Hapoël : explications ».

28 Sport et Plein Air, n° 260, janvier 1982. Article intitulé « Du nouveau dans l’actualité internationale de la FSGT », p. 16—23.

29 Sport et Plein Air, n° 344, décembre 1989. Article « l’activité internationale de la FSGT », par Laurent Moustard, p. 18.

30 Fabien Sabatier, « Combats pour l’émancipation. Une histoire des organisations sportives “communistes” de France (1923-2010) », Hommes et migrations, n° 1289, 2011, p. 28-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Virondeau et Fabien Sabatier, « Le militantisme de la Fédération sportive et gymnique du travail face à l’apartheid en Afrique du Sud et à la question israélo-palestinienne dans la revue fédérale (1972-1992) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 89-101.

Référence électronique

Adrien Virondeau et Fabien Sabatier, « Le militantisme de la Fédération sportive et gymnique du travail face à l’apartheid en Afrique du Sud et à la question israélo-palestinienne dans la revue fédérale (1972-1992) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 février 2017. URL : http://chrhc.revues.org/3011

Haut de page

Auteurs

Adrien Virondeau

Master 2 recherche, Université Bordeaux Segalen

Fabien Sabatier

MCF, Université de Bordeaux Segalen, LACES EA 4140

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page