Navigation – Plan du site
DOSSIER

Un autre football ? Catholiques et communistes italiens au tournant des années 1970

Fabien Archambault
p. 61-75

Résumé

À la fin des années 1960 s’affirme en Italie un autre football, dit de loisir, se voulant récréatif et non plus orienté par les exigences de la compétition. Il se joue à cinq ou à huit, sans arbitre et sur de petits terrains et est plébiscité par les pratiquants. Les structures d’encadrement traditionnelles, qu’elles soient catholiques ou communistes, s’adaptent à cette nouvelle demande : une nouvelle pédagogie, fondée sur le dialogue et refusant l’autoritarisme, semble nécessaire ; la participation à des championnats, voire l’existence de ces derniers, est remise en cause ; le modèle du professionnalisme, perçu comme facteur d’aliénation, doit être combattu sans relâche. Ces positions novatrices sont partagées tant par des militants-entraîneurs communistes de l’Union italienne du sport populaire (UISP) que par certains laïcs de l’Action catholique mobilisés au sein du Centre sportif italien (CSI). Des collaborations et des rapprochements s’esquissent même. Toutefois, ce mouvement rencontre de fortes oppositions, notamment au sein de l’association catholique. Au final, les divisions politiques perdurent, tandis que les nouvelles approches du jeu élaborées dans le contexte des années 1970 restent minoritaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Fabien Archambault, Le contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en (...)

1Le développement du football dans l’Italie de l’après-guerre s’explique fondamentalement par l’action conjuguée et concurrente des catholiques et des communistes. À la Libération, ils conçurent en effet l’encadrement des activités sportives comme un moyen de mobilisation en faveur de leurs projets respectifs pour la reconstruction de l’Italie. Parmi ces activités, le football fut alors privilégié et l’objectif des deux mouvements politiques était de ne pas limiter leur influence dans ces domaines à leurs cercles de militants, mais de toucher l’ensemble de la population. Leur prosélytisme impliquait donc de disposer d’organisations ouvertes, sur le modèle du Dopolavoro fasciste, à savoir le Centre sportif italien (Centro sportivo italiano – CSI), fondé en 1944 du côté catholique et l’Union italienne du sport populaire (Unione italiana sport popolare – UISP) apparue en 1948 pour les communistes. L’affrontement entre le CSI et l’UISP pour le contrôle de la pratique joua un rôle moteur dans la diffusion du football. C’est dans les régions rouges que l’on trouvait le plus de terrains de jeu, les municipalités communistes construisant les infrastructures nécessaires à leurs équipes, tandis que les paroisses répondaient à ce défi en en faisant autant. Dans les régions blanches du Nord (la Lombardie, la Vénétie, le Frioul et le Trentin), l’église exerce une domination globale, dans ce domaine comme dans bien d’autres. Il y était difficile de pratiquer le football sans avoir recours aux équipements ecclésiastiques. Le contexte d’opposition radicale entre catholiques et communistes influa également sur le style de jeu. Les notions de compétition et de résultat primaient sur tout autre considération, puisqu’il s’agissait de défendre l’honneur de la paroisse ou de la cellule. Étaient valorisés de part et d’autre la discipline et l’esprit collectif voués au triomphe de ses couleurs1.

  • 2 Ce nouveau type de pratique, à cinq ou huit joueurs, sans entraînement, parfois même sans arbitre, (...)
  • 3 Cette orientation reflète des évolutions plus générales à l’œuvre dans le mouvement catholique. Par (...)

2Toutefois, les années 1960, qui sont celles de la massification de la pratique, forcent catholiques et communistes à renouveler leur répertoire d’action. La pratique des amateurs augmente en effet considérablement et se diversifie tout à la fois. D’une part s’affirme une nouvelle forme de football, un football de loisir, plus récréatif, essentiellement dans les villes du Nord, qui sont davantage concernées par la croissance économique2. D’autre part, les mouvements sportifs catholique et communiste ne sont plus seuls et doivent subir la concurrence d’une Fédération italienne de football (Federazione italiana giuoco calcio – FIGC) conquérante. Ils sont dès lors contraints de s’adapter à cette nouvelle réalité. Alors que l’Unione italiana sport popolare a gagné son autonomie vis-à-vis du Parti communiste en 1960, le Centro sportivo italiano s’engage sur la voie de la réforme en 1965. Il répond en cela à l’appel du cardinal Giovanni Battista Montini, élu pape sous le nom de Paul VI en 1963, qui souhaite favoriser la réévangélisation de l’Italie en renonçant à la tentation de l’arrogance et du sectarisme. À la faveur de l’esprit insufflé par le concile de Vatican II, le poids des laïcs se renforce dans le CSI, provoquant en retour le trouble du clergé, qui doit redéfinir son rôle et son activité au sein de l’association. Face à la jeunesse contestataire, les dirigeants du CSI élaborent en outre de nouvelles méthodes pédagogiques valorisant le respect de l’individu et de ses droits, et la mixité est mise en place. Tous ces aspects sont portés par des catholiques de sensibilité progressiste (ainsi qu’ils se définissent eux-mêmes), soucieux de réagir aux changements de la société. Dans cette perspective, ces nouveaux acteurs n’excluent pas de collaborer avec les communistes. Ils sont désireux d’incarner un catholicisme de témoignage plutôt que de combat. Le CSI s’émancipe donc de la tutelle ecclésiastique et conquiert son autonomie. Venant du grec autos (soi-même) et nomos (règle, loi), le mot autonomie désigne littéralement le fait de se donner à soi-même ses propres lois. La notion d’autonomisation convient ainsi parfaitement pour décrire ici le processus par lequel la pratique du football s’éloigne progressivement du rattachement aux institutions religieuses, pour être redéfinie sous une forme moins marquée par l’esprit de compétition3.

3Cette situation inédite, à laquelle s’ajoute la protestation de la jeunesse contre les formes d’encadrement traditionnelles, conduit les catholiques à opérer un tournant en 1972. Quelles sont les grandes lignes qui président à la reformulation de la matrice catholique ? Dans quelle mesure sont-elles partagées par l’association communiste ? Ont-elles été acceptées sans coup férir ou bien ont-elles rencontré l’opposition résolue d’une partie des adhérents ? En somme, un autre football était-il possible dans l’Italie des années 1970 ?

Une nouvelle pédagogie footballistique

  • 4 « Proposte di linee operative », Stadium, juin 1972, n° 10.

4Au cours du congrès de refondation du CSI en 1972 sont adoptés de nouveaux statuts qui définissent une nouvelle pédagogie « fondée non plus sur la répression mais sur le respect, la créativité et la promotion de l’homme »4.

  • 5 Archives de l’Action catholique (AAC), fonds du CSI, série Comité régional (CR) Frioul-Vénétie juli (...)
  • 6 La province italienne est l’équivalent du département français.
  • 7 AAC, CSI, série Comité provincial (CP) Brescia, « Verbale del congresso provinciale », 19 mars 1972 (...)
  • 8 « Presidente è il mio mestiere », dans AAC, CSI, CP Cagliari, « Forza 7. Numero unico del Csi di Ca (...)
  • 9 AAC, CSI, CP Bosa, « Lettera di Attilio Mastino a Aldo Notario », 26 juin 1970.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

5Il s’agit d’abord de refuser les manifestations d’autoritarisme, tous les « décrets qui proviennent du haut sans que la base ait été consultée »5. Don Piero Cavalli, l’aumônier du comité provincial6 de Brescia, précise que le temps de « celui qui commande et de celui qui obéit » est révolu7. Sur l’île de San Pietro, au large de la Sardaigne, on se félicite par exemple de ne pas avoir recours à des punitions mais de « toujours chercher à faire comprendre au jeune où il s’est trompé » et de « l’aider à ne pas répéter ses erreurs »8. À Bosa, en Sardaigne, le président du comité, Attilio Mastino, se plaint du mode de gestion autoritaire et bureaucratique de Mario Mura, le président du comité régional sarde, qu’il juge « absolument intolérable dans un régime démocratique »9. Les temps ont changé, précise-t-il, car « nous, les jeunes de Bosa, nous ne sommes pas habitués à voir dans le dirigeant un souverain éclairé qui, par la grâce de Dieu, sait commander ce qui est utile à ceux qui obéissent »10. Dorénavant, le dirigeant est « un ami et un frère plus responsable qui sait conseiller mais ne sait pas commander, qui sait persuader mais ne sait pas imposer, qui sait accepter les avis des autres »11. Il en va de la survie de l’association : « Nous craignons qu’il y ait, entre les lignes, un problème extrêmement grave concernant la signification et l’utilité d’adhérer au CSI dans la société moderne »12. La nouvelle pédagogie va de pair avec l’autonomie statutaire. Affranchi d’une tutelle extérieure, le CSI se donne lui-même ses propres règles de fonctionnement.

  • 13 Gerhard Vinnai, Fussballsport als Ideologie, Francfort-sur-le-Main, Europaische Verlag, 1970, 112 p
  • 14 Id., Il calcio come ideologia, Bologne, Guaraldi, 1970, 135 p.
  • 15 Id., Il calcio come ideologia : sport e alienazione nel mondo capitalista, Bologne, Guaraldi, 1971, (...)
  • 16 Claudio Bucciarelli, Lo sport come ideologia : alienazione o liberazione ?, Rome, AVE, 1974, 126 p.
  • 17 AAC, CSI, CR Latium, « Verbale dell’incontro regionale dei rappresentanti delle squadre : Csi e isp (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

6La mise en œuvre de nouvelles méthodes pédagogiques offre l’occasion de lutter contre les dérives du professionnalisme, comme le vedettariat exacerbé. Les dirigeants du CSI sont en effet très sensibles aux thèmes développés par l’école de Francfort. Ils ne sont pas les seuls dans l’Italie des années 1970, notamment du côté des intellectuels proches du Parti communiste. L’ouvrage du sociologue allemand, Gerhard Vinnai, Le football comme idéologie, publié en 197013, est immédiatement traduit en italien14. Rencontrant un grand succès, il connaît une seconde édition l’année suivante, avec le sous-titre Sport et aliénation dans le monde capitaliste15. Les travaux de l’aumônier national, don Claudio Bucciarelli, se veulent une réponse catholique aux thèses allemandes. Dans son livre paru en 1974, Le sport comme idéologie : aliénation ou libération ?16, le football professionnel est bien présenté comme une aliénation dont seule la religion chrétienne permet de se libérer. L’aumônier régional du Latium, don Flavio, s’appuie sur cette thèse pour indiquer les grandes lignes de la mission libératrice que doivent entreprendre les prêtres. Il propose d’intervenir dans une « situation courante », la victoire de l’équipe de football, « qui aide à se mettre en accord avec les intérêts des jeunes »17. Le premier moment est celui de « l’amplification des valeurs authentiques du footballeur » : « dans la conversation après le match, partager avec les jeunes la joie de la victoire, ce but marqué, ce sauvetage miraculeux, cette action spectaculaire. Les jeunes sentent que le prêtre-éducateur est une personne qui participe activement à la vie du club »18. Le deuxième moment est celui de la « négation de l’ambiguïté des valeurs sportives »19, de l’introduction d’un discours critique lorsque « l’exaltation de la victoire et les émotions superficielles se sont affaiblies »20. Il vise « les comportements de starlettes, l’envie cachée d’humilier l’adversaire, l’individualisme exprimé dans le jeu »21. Lorsque les joueurs pensent déjà à d’autres victoires, il faut leur poser des questions :

  • 22 Ibid.

7« Malgré cette victoire foudroyante, peuvent-ils se dire complètement contents ? Y a-t-il quelque chose qui les laisse insatisfaits ? On en vient ainsi à découvrir que le footballeur n’est pas l’homme tout entier. Chaque homme a des limites et chacune de ses victoires terrestres est seulement une victoire partielle. »22

8Dès lors, les ouailles sont prêtes pour la troisième et dernière phase, celle du « dépassement dans la réalité chrétienne » :

  • 23 Math., 5, 48.
  • 24 AAC, CSI, CR Latium, « Verbale dell’incontro regionale dei rappresentanti delle squadre : Csi e isp (...)

9« Gagner veut-il seulement dire dépasser les adversaires ? Les mots du Christ nous invitent à “être parfaits comme est parfait le Père qui est aux cieux”23. Le Christ est le gagnant par excellence. Nous sommes tous faits pour gagner et en cherchant à gagner nos batailles, nous lui ressemblons. Il est fondamental d’aider les jeunes à comprendre […] qu’ils ne doivent pas jouer comme des forcenés en ne se préoccupant pas de la sensibilité des adversaires. Ils savent que chaque homme est l’image du Vainqueur. »24

  • 25 Ibid.

10Au terme de cette conversation modèle, la pastorale pour la jeunesse est ainsi, selon don Flavio, devenue prophétique : elle « a révélé la dimension essentielle de l’homme comme être fini parce qu’il meurt et comme être infini parce qu’il renaît à chaque tentative de dépasser ses limites »25. Les thèmes développés n’ont pas changé depuis les années 1950, et ils reprennent pour l’essentiel le discours de don Nicola Pavoni, l’aumônier national de l’époque. En revanche, la manière d’enseigner le message chrétien a évolué. Elle passe par une pédagogie désormais fondée sur le dialogue et la discussion.

11L’hostilité au football professionnel est partagée par les responsables de l’UISP qui, pour leur part, dénoncent principalement la passivité du tifoso. Par exemple, en 1978, Carlo Albertazzi, responsable de la section football au comité provincial de Rome, tonne contre la prédominance du tifo :

  • 26 Archives de l’UISP (AUP), Lega provinciale calcio di Roma, n° 11476-AD1/11/133, « Atti congressuali (...)

12« [Il n’est pas] possible d’accepter la position de ceux, heureusement toujours moins nombreux, […] qui prétendent que le sport et donc le football restent étrangers au contexte politique et social qui les entoure, isolés dans leur tour d’ivoire ; les faits démontrent, que nous le voulions ou non, que la réalité est autre et que c’est à elle que nous devons quotidiennement nous mesurer ; notre espérance est que la balance penche toujours plus en faveur de ceux qui pratiquent le sport activement et non de ceux qui le subissent comme spectateurs […] Dans notre pays, le football a toujours été le rêve des pauvres ; dans une société où le travail n’est pas garanti, le seul moyen d’échapper à une réalité hallucinante est la délinquance, l’héroïne et le match du dimanche ; mais attention, pas le sport en général, ce qui serait déjà une excellente occupation culturelle, seulement le match dominical où l’on peut laisser libre cours à ses instincts, par exemple en agressant l’arbitre, en attendant le déplacement suivant à l’Olimpico pour jouer son rôle parmi les différents ultras de la Roma ou de la Lazio. »26

13Albertazzi prétend ici dénoncer l’aliénation du tifoso, renforcée selon lui par l’affirmation des groupes d’ultras. Il présente le tifo comme le parangon d’une manipulation généralisée assurant le contrôle social et le conformisme. Il s’inscrit ainsi parfaitement dans l’idéologie du groupe dirigeant de l’UISP, marquée depuis la fondation de l’association par la méfiance vis-à-vis du football professionnel.

  • 27 AAC, CSI, CR Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.
  • 28 AAC, CSI, CP Cagliari, « Verbale del congresso provinciale », 25 février 1973.
  • 29 AAC, CSI, CR Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.

14La dénonciation des dérives du professionnalisme a également des conséquences sur l’organisation du jeu à l’intérieur du CSI. On se méfie désormais des championnats. Ils provoqueraient des affrontements au lieu de favoriser les échanges et seraient contraires à la nouvelle mission du CSI : « Au lieu d’offrir à tous la possibilité d’une expérience sportive […] ils sélectionnent, isolent, créent des privilèges et marginalisent […] les jeunes les moins doués »27. Le comité de Cagliari observe que « les clubs doivent cesser d’être un vivier où l’on élève des champions qui seront ensuite vendus au plus offrant, réduisant le jeune à la dimension d’un “animal” objet d’un troc pour obtenir une série de maillots ou quelques centaines de milliers de lires »28. Cette « forme traditionnelle d’activité sportive », estime-t-on dans le Frioul, fondée sur l’exigence de résultats et la compétition exaspérée, est « typique de la société industrielle »29. La critique d’un football trop asservi au capitalisme est encore plus explicite chez don Piero Cavalli :

  • 30 AAC, CSI, CP Brescia, « Verbale del congresso provinciale », 19 mars 1972, intervention de Piero Ca (...)

15« L’Évangile ne nous dit pas comment créer une économie débarrassée du critère du profit qui enrichit quelques-uns et appauvrit les autres, mais il nous demande de devenir des hommes qui se sentent obligés intérieurement à le vouloir. L’évangile ne nous dit pas comment rechercher le rendement sans déshumaniser le monde du travail, mais il nous oblige à le vouloir. L’évangile ne nous dit pas comment éliminer un football de consommation, un football du commerce humain, un sport instrument de pouvoir, mais il nous oblige à le vouloir. »30

  • 31 AAC, CSI, CR Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.

16Néanmoins, les compétitions ne disparaissent pas. En Vénétie julienne par exemple, on confie avoir longuement examiné le cas de « sa majesté le championnat » et décidé de le maintenir en veillant à ce qu’il soit un « simple instrument de rencontres, d’amitié, précédé ou suivi d’un verre ou d’un petit repas »31.

17Toutefois, cette nouvelle orientation ne satisfait pas tout le monde. Ainsi, le président de l’US Antonioni de Rivoltella, dans la province de Brescia, écrit-il pour se plaindre qu’il n’y ait pas eu de cérémonie de remise du trophée qu’aurait mérité son club, deuxième du championnat régional de Lombardie :

  • 32 AAC, CSI, CP Brescia, « Lettera del presidente dell’Us Antoniani di Rivoltella alle direzioni nazio (...)

18« Encouragés à participer, nous nous sommes finalement entendus dire de belles paroles : “Bravo, vous êtes arrivés deuxièmes, vous avez bien joué, bonne chance pour le futur !” mais pas de signe d’estime tangible, par exemple une coupe. Cela nous a contrariés […] On nous a répondu que nous n’avons rien compris à l’esprit du CSI. Nous sommes convaincus qu’il suffit de peu pour que les jeunes soient contents mais il faut ce “peu”. »32

19Le directeur technique national de la section football du CSI, Filippo Dragotto, lui répond en des termes qui traduisent son extrême méfiance pour les oripeaux du sport professionnel :

  • 33 Ibid., « Lettera del direttore tecnico nazionale Calcio al presidente dell’Us Antoniani di Rivoltel (...)

20« Il n’est pas nécessaire que nos manifestations soit “anoblies” par une riche distribution de coupes. À notre avis, en effet, il est beaucoup plus important que vous et vos jeunes aient eu la possibilité de vivre une expérience sportive exaltante, qui vous a sûrement enrichis, que de la conclure par l’exhibition d’un “objet en laiton” exposé dans une vitrine ou admiré par vos tifosi »33.

  • 34 Ibid., « Lettera di don Narciso Barlera a Giuseppe Goffrini », 28 mai 1977.
  • 35 Ibid.

21Pour certains ecclésiastiques, cette évolution contrevient à la nature du sport chrétien. Par exemple, dans le même comité de Brescia, don Narciso Barlera regrette que les championnats ne soient plus organisés correctement ni même annoncés dans Stadium, la revue de l’association : « Avant, écrit-il à un dirigeant du CSI, tout était clair, tout était prévu. Aujourd’hui, tout a changé. Si vous l’avez fait, vous aurez vos raisons. Vous l’aurez fait, je pense, pour éviter un esprit de combat excessif. Vous aurez encore raison »34. Mais il poursuit : « L’absence d’esprit de combat dévirilise le sport. J’ai compris. Vous êtes plus des disciples de Pierre de Coubertin que de Saint Paul – Dieu le bénisse ! Seuls des souvenirs indélébiles peuvent encore me pousser à croire au sérieux du CSI »35. Les protestations de Barlera sous-entendent que la direction de l’association fait trop de concessions à la gauche intellectuelle en reprenant des thèmes qui la caractérisent. Il est vrai que, par ailleurs, dans le contexte du « compromis historique » engagé à l’automne 1973 par le secrétaire général du PCI, Enrico Berlinguer, les catholiques de gauche qui sont à la tête du CSI encouragent la collaboration avec les communistes.

La difficile collaboration entre catholiques et communistes

  • 36 AAC, CSI, CR émilie-Romagne, « Verbale del consiglio regionale », 23 mars 1974.
  • 37 AAC, CSI, CR Toscane, « Verbale della riunione della direzione regionale a Firenze », 2 mars 1974.

22Cette collaboration est parfois effective. Dans les régions rouges, le CSI et l’UISP entretiennent ainsi de bonnes relations depuis le début des années 1970. C’est ce dont témoignent les dirigeants catholiques d’émilie-Romagne36, pendant que ceux de Toscane indiquent qu’il vaut mieux continuer à participer aux championnats de football organisés par l’association de gauche37.

  • 38 Voir Giulio Martinucci, « Editoriale », Stadium, mars 1974, n° 4. Dès le dépôt de la loi autorisant (...)
  • 39 AAC, CSI, CP Brindisi, « Lettera del presidente del comitato provinciale di Brindisi, Rosario Vasta (...)
  • 40 Ibid.

23La participation à des compétitions communes n’est cependant attestée que dans ces deux régions. En outre, les prises de position politiques générales du groupe dirigeant romain sont vivement désapprouvées ailleurs. Lorsque Stadium publie au printemps 1974 un éditorial affirmant la neutralité du CSI sur la question du divorce, mais dans lequel l’auteur fait part de son choix de voter non au référendum abrogatif, le président du comité provincial de Brindisi résilie son abonnement à la revue38. Selon lui, cette dernière « n’est pas l’expression officielle de l’association mais d’un petit groupe d’intellectueloïdes malades de “graphorrée” »39. Il ajoute : « Pourquoi imposer la lecture d’articles qui ne reflètent pas les choix et les idées de la base ? »40

  • 41 Aldo Notario, « Editoriale », Stadium, octobre 1976, n° 10.
  • 42 Ibid.

24En octobre 1976, Stadium s’associe à la campagne de presse lancée par l’Unità pour obtenir le boycottage de la finale de la coupe Davis de tennis qui devait opposer l’Italie au Chili. Aldo Notario justifie ainsi la position de la revue : « On ne dispute pas de rencontre avec des équipes appartenant à des nations où les droits fondamentaux de l’homme ne sont pas respectés »41. Don Narciso Barlera, encore lui, proteste depuis sa paroisse Santa Maria della Vittoria à Brescia, car on ne demande pas de mesures semblables pour les matchs contre l’URSS. Barlera relève un passage de l’article incriminé où Notario rappelait l’origine de l’initiative : « Le parti communiste, qui après une réunion à laquelle a pris part Berlinguer lui-même… »42 et ajoute :

  • 43 Le siège du CSI se trouve au n° 1 de la via della Conciliazione, l’avenue percée du temps du fascis (...)
  • 44 AAC, CSI, CP Brescia, « Lettera di don Narciso Barlera a Aldo Notario », 30 décembre 1976. En revan (...)

25« Et qui devait y prendre part ? Paul VI peut-être ? Pourquoi ne changez-vous pas de siège et ne quittez-vous pas la rue de la Conciliation pour celle des Boutiques obscures ?43 […] Je suis convaincu que la plus grande partie de la base ne pense pas comme vous. Je ne vois pas pourquoi nous devrions continuer à militer dans les rangs autrefois glorieux du CSI. »44

  • 45 AAC, CSI, CP Catane, « Verbale del congresso provinciale. Allegato C », 23 février 1974, p. 2.
  • 46 Ibid., « Verbale del congresso provinciale », 22 février 1976, intervention de Salvatore Fleres, p. (...)

26L’opposition la plus structurée est celle du comité de Catane. La remise en cause des championnats constitue la principale pomme de discorde, mais elle est interprétée comme la conséquence de choix politiques. Les dirigeants catanais estiment en effet que « sur le problème de la sélection, leur association a vraiment frôlé le ridicule »45. Selon eux, la compétition est consubstantielle au sport et elle est même bénéfique. Ainsi, pour Salvatore Fleres, le président du club de Monserrato, le « champion n’est pas seulement un fils de Satan ou un monstre préhistorique auquel il faut fermer les portes du sport pour éviter qu’il puisse s’aliéner »46. Il s’exaspère de devoir subir des analyses « soi-disant sociologiques » :

  • 47 Ibid., p. 5.

27« La mentalité “progressiste” du CSI concerne peu de personnes qui veulent absolument l’imposer à tous. Il faut rappeler que les théories sur l’aliénation ne s’élaborent pas en sirotant un café derrière les tables de travail enfumées des bureaux tout autant enfumés du CSI romain et en percevant des salaires. »47

  • 48 Ibid., intervention de Santo Gagliano, p. 2.
  • 49 « Confessioni di un arbitro », Csi etneo. Strumento di lavoro e di collegamento del consiglio provi (...)

28Ce discours indique bien que les clivages sont tout à la fois géographiques (entre la capitale et le Sud, entre celui-ci et le Nord), idéologiques (entre la droite et la gauche) et organisationnels (entre les permanents et les bénévoles, entre le centre et la périphérie). Le président du comité, Santo Gagliano, décide de créer un bulletin du CSI etnéen pour répondre à la violence exercée selon lui par Stadium, « journal à la gestion autoritaire et principalement septentrionale, qui ne cite l’expérience méridionale que quand elle peut être l’objet de critiques »48. Dans le premier numéro de ce bulletin, paru au mois de mai 1976, domine un ton polémique vis-à-vis de la direction nationale. On y trouve un article présentant les « Confessions d’un arbitre » et débutant ainsi : « Je commets le péché d’endosser le gilet noir chaque dimanche »49. La présentation de la section football se veut ironique :

  • 50 Ibid., « Sezione calcio ».

29« Aujourd’hui, dans le CSI, si on parle de compétition, on risque au minimum d’être taxé de rétrograde. Le mot à la mode est “expérimentation”. On parle seulement d’activités alternatives en jetant aux orties tout le reste. Nous, nous faisons de la compétition. Cela pourra sembler une hérésie, mais c’est ainsi. »50

30Le tournoi d’ouverture du championnat de la région de Catane, qui opposait six équipes, a été remporté par le club de Monserrato :

  • 51 Ibid.

31« Les mots “a gagné” scandaliseront peut-être certains. Mais nous, nous les utilisons. Ils sont là pour signifier qu’au bout de trois mois d’activité, le club de Monserrato s’est retrouvé avec plus de points que les autres. Cela ne veut pas dire qu’ils sont les meilleurs, les plus forts, ceux qu’on doit admirer et imiter. Peut-être y aura-t-il quelqu’un pour dire : “Mais qu’est-ce que vous avez fait, vous du CSI de Catane, pour la libération de vos licenciés ?” »51

  • 52 AAC, CSI, CP Catane, « Verbale del congresso provinciale », 22 février 1976, intervention de Santo (...)
  • 53 Ibid., « Lettera di Santo Gagliano a Aldo Notario », 16 septembre 1974.
  • 54 Ibid.

32Les différentes conceptions du sport sont traduites en termes politiques. Pour Santo Gagliano, « la présidence nationale n’a pas perdu de temps pour acquérir sur le marché des idéologies d’occasion celle qui est la plus à la mode » et il s’étonne que ladite présidence soit hostile à l’avortement, « problème lancé par les gauches »52. Au mois de septembre 1976, il écrit à Aldo Notario pour protester contre un article de ce dernier sur la « nouvelle culture » du CSI, publié dans Stadium au mois de juillet. Il lui exprime ses doutes sur l’orientation générale de l’association, « qu’on ne crée pas d’un jour sur l’autre en traduisant seulement d’une langue étrangère des œuvres pseudopédagogiques »53. Gagliano refuse de se voir coller l’étiquette d’intégriste : « Je crois qu’aucun de nous n’a besoin de prédications ou de catéchisations sur comment concevoir et vivre la foi, spécialement si ce catéchisme est mis en œuvre selon les principes sous-jacents d’une foi aux références hégéliennes »54. Le président du comité de Catane affirme exprimer des positions répandues en Sicile :

  • 55 Ibid.

33« Je ne suis que le moyen de “communication verbale” de la “création collective” de la communauté provinciale que je représente. Je crois avoir plus, beaucoup plus le droit de représenter la base que les idéologues “stipendiés” par la présidence qui, confinés dans leurs bureaux et dans l’éther de leur culture (??), n’ont jamais eu l’occasion de confronter leurs idées avec les jeunes non pas dans une réunion, mais en vivant ensemble de manière continue. »55

  • 56 « Editoriale », Csi etneo. Strumento di lavoro e di collegamento del consiglio provinciale del Csi (...)

34Rapidement, les Catanais s’approprient la qualification d’intégriste. En 1976, Saro Condorelli, le président du club de Monserrato, écrit ainsi dans l’éditorial de CSI etneo que « si intégriste veut dire ne pas prostituer son identité chrétienne, alors nous sommes très très intégristes !!! »56. On se place sous le patronage de Pie X et on adopte des accents antimodernistes :

  • 57 « Restaurer toute chose dans le Christ », qui est une formule de saint Paul : « In dispensatione pl (...)
  • 58 « Non possumus non loqui » : il s’agit d’une référence à un discours de saint Pierre dans les Actes (...)
  • 59 La formule est la traduction de l’expression italienne « cadavere eccellente », qui désigne en Sici (...)
  • 60 AAC, CSI, CP Catane, « Documento sulla situazione del Csi », juin 1977.

35« Dans la mesure où “nous résumons tout dans le Christ”57, rien n’est aliénant. Si nous avons ce type d’espérance et croyons en un homme qui veuille courir le risque de l’évangile, il est inutile de rechercher dans un football de deux mi-temps de 35 minutes la libération de l’homme. À Catane, nous sommes peut-être arriérés, mais “nous ne pouvons pas nous taire”58, nous ne pouvons taire le fait que le CSI est désormais un cadavre exquis59 fait de dirigeants qui se voient deux fois par mois pour se disputer sur des questions obscures, alors qu’il y aurait besoin de travailler avec ou sans classement mais avec beaucoup, beaucoup d’amour. »60

  • 61 Voir Maurilio Guasco, « Pie X », dans Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p (...)

36Il convient de voir dans la formule de saint Paul, « nous résumons tout dans le Christ », citée au début de l’extrait, une référence directe à l’encyclique de Pie X sur l’Action catholique, Il fermo proposito, donnée le 11 juin 1905. Pie X fit en effet de cette expression paulinienne sa devise personnelle61. L’idée que tout, et donc aussi le football, doit être référé au Christ trouve dans cette dépendance fondamentale son véritable sens et sa véritable valeur. La référence à saint Pierre (« nous ne pouvons pas nous taire »), quant à elle – et à la différence du Non possumus de Pie IX, qui était un aveu d’impuissance –, est ici une justification de l’action, dans la lignée des apôtres, qui, connaissant le Christ, ne pouvaient pas faire autrement que de l’annoncer, fût-ce au péril de leur vie.

  • 62 Mot d’origine sud-américaine qui désigne un type de jeu agressif et vigoureux et par extension sign (...)
  • 63 AAC, CSI, CP Catane, « Discorso di Santo Gagliano al congresso provinciale », 4 novembre 1979.

37Le comité catanais croit tenir sa revanche lorsqu’en 1978, Karol Wojtila est élu pape sous le nom de Jean-Paul II. L’orientation prise depuis le début des années 1970 est abandonnée, ce qui fait exulter Gagliano : « Nous nous retrouvons dans les grandes lignes qui redonnent au CSI de la dignité et du mordant [« grinta »]62. L’association a dépassé une période de déviations et de démagogies faciles »63. Encore une fois, un terme sportif couramment utilisé dans les commentaires footballistiques – la « grinta » – sert de métaphore aux évolutions idéologiques. En l’occurrence, il s’agit presque d’une métonymie : l’esprit de compétition est de nouveau à l’honneur et les championnats de football retrouvent un rôle de premier plan. Ainsi, même au sein d’une association devenue autonome, les dirigeants du mouvement sportif catholique continuent de considérer la pratique du football comme un engagement politique.

38Le même phénomène est également décelable chez les communistes. Par exemple, en 1978, dans un discours comme celui prononcé au congrès de la Lega calcio de la province de Rome par Carlo Albertazzi, secrétaire du comité romain, la frontière entre responsabilités sportives et politiques est mince, et c’est autant le militant du PCI que le footballeur qui s’adresse à ses adhérents :

  • 64 AUP, Lega calcio del comitato provinciale di Roma, n° 11476-AD1/11/133, « Atti congressuali », 22 d (...)

39« Eh bien nous, nous croyons et répétons ici que le football, comme toute l’activité sportive, doit être également considéré comme un instrument politique d’intervention pour contribuer à résoudre une crise qui a déjà provoqué bien des dommages. »64

40Dans les décennies 1960 et 1970, les nombreux et nouveaux pratiquants sont toujours accueillis en grande partie par les structures traditionnelles catholiques et communistes, mais des structures profondément renouvelées. Se développe ainsi une nouvelle forme de football, dit de loisir et récréatif. On y joue à cinq, à sept ou à huit, pour se faire plaisir, en se débarrassant de l’esprit de compétition. L’objectif n’est plus de gagner mais de se divertir entre amis. Il n’est plus nécessaire de s’entraîner ni d’obéir aux consignes du prêtre ou du militant-entraîneur. Le CSI et l’UISP s’adaptent à cette demande nouvelle et leurs sections de football de loisir constituent désormais le fer de lance de leur expansion. Cette évolution a entraîné une modification du statut des associations périphériques. Puisque les adhérents manifestent le désir d’échapper à l’autorité de l’encadrement, le rôle de ce dernier doit être redéfini. Chez les catholiques comme chez les communistes, on adopte la solution de l’éloignement institutionnel. L’UISP devient autonome à l’égard du PCI en 1960, tout comme le CSI sort du giron de l’Action catholique en 1965. Au sein de ce dernier, la rupture est consommée en 1972, lorsqu’un congrès de refondation consacre l’abandon de la tutelle ecclésiastique. Les prêtres cessent alors d’exercer le premier rôle dans la promotion du football. De même, un discours semblable sur la nécessité de pratiquer un autre football, sourd aux sirènes du professionnalisme, devient l’antienne développée autant par les dirigeants sportifs catholiques que communistes.

41Cependant, par delà les évolutions qui affectent les associations périphériques et la convergence des discours, la permanence de l’encadrement politique de la pratique continue de se manifester, au moins de manière sous-jacente. Le CSI et l’UISP se développent avec vigueur sur l’ensemble du territoire, tout en reflétant toujours la force des subcultures catholiques et communistes. Ainsi, les deux associations continuent de prospérer principalement dans les régions blanches ou rouges. Leur dynamisme contribue à renforcer la singularité italienne. Même atténués, les antagonismes politiques régissent encore la pratique sportive et rendent difficile tout rapprochement entre les deux organisations. Même autonomes à l’égard de l’église et du Parti communiste, le CSI et l’UISP ne soldent pas cet héritage et perpétuent les formes de division politique de la pratique.

Haut de page

Notes

1 Voir Fabien Archambault, Le contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, Rome, BEFAR, n° 349, 2012.

2 Ce nouveau type de pratique, à cinq ou huit joueurs, sans entraînement, parfois même sans arbitre, est lancé par le cardinal Montini dans la seconde moitié des années 1950, lorsqu’il est archevêque de Milan. Le cardinal prend alors des mesures destinées à moderniser le patronage. Afin de s’adapter aux nouvelles exigences des jeunes, des méthodes pédagogiques sont introduites qui visent à promouvoir leur responsabilité et à satisfaire leurs aspirations « démocratiques ».

3 Cette orientation reflète des évolutions plus générales à l’œuvre dans le mouvement catholique. Par exemple, le syndicat chrétien, la CISL (Confederazione italiana dei sindacati di lavoratori – Confédération italienne des syndicats de travailleurs), prend ses distances avec la Démocratie chrétienne et esquisse un rapprochement avec la CGIL (Confederazione generale italiana del lavoro – Confédération générale italienne du travail, proche des communistes) sur la base de revendications communes. De même, le poids de la gauche se renforce à l’intérieur de la Démocratie chrétienne. Au conseil national du parti, le 19 janvier 1969, l’ancien président du Conseil, Aldo Moro, prononce un discours dans lequel il évoque la « stratégie de l’attention », qui consiste à prêter une oreille attentive aux revendications des étudiants et des ouvriers et à engager le dialogue avec toute la gauche parlementaire, Parti communiste inclus. À l’automne 1969, la jeune génération, dite de San Ginesio (du nom du lieu où elle s’est réunie), prend ainsi la tête du parti.

4 « Proposte di linee operative », Stadium, juin 1972, n° 10.

5 Archives de l’Action catholique (AAC), fonds du CSI, série Comité régional (CR) Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.

6 La province italienne est l’équivalent du département français.

7 AAC, CSI, série Comité provincial (CP) Brescia, « Verbale del congresso provinciale », 19 mars 1972, intervention de Piero Cavalli.

8 « Presidente è il mio mestiere », dans AAC, CSI, CP Cagliari, « Forza 7. Numero unico del Csi di Carloforte », 18 mars 1974, p. 8.

9 AAC, CSI, CP Bosa, « Lettera di Attilio Mastino a Aldo Notario », 26 juin 1970.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Gerhard Vinnai, Fussballsport als Ideologie, Francfort-sur-le-Main, Europaische Verlag, 1970, 112 p.

14 Id., Il calcio come ideologia, Bologne, Guaraldi, 1970, 135 p.

15 Id., Il calcio come ideologia : sport e alienazione nel mondo capitalista, Bologne, Guaraldi, 1971, 142 p.

16 Claudio Bucciarelli, Lo sport come ideologia : alienazione o liberazione ?, Rome, AVE, 1974, 126 p.

17 AAC, CSI, CR Latium, « Verbale dell’incontro regionale dei rappresentanti delle squadre : Csi e ispirazione cristiana », 30 janvier 1977, p. 5.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Math., 5, 48.

24 AAC, CSI, CR Latium, « Verbale dell’incontro regionale dei rappresentanti delle squadre : Csi e ispirazione cristiana », 30 janvier 1977, p. 6.

25 Ibid.

26 Archives de l’UISP (AUP), Lega provinciale calcio di Roma, n° 11476-AD1/11/133, « Atti congressuali », 22 décembre 1978, intervention de Carlo Albertazzi, p. 4.

27 AAC, CSI, CR Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.

28 AAC, CSI, CP Cagliari, « Verbale del congresso provinciale », 25 février 1973.

29 AAC, CSI, CR Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.

30 AAC, CSI, CP Brescia, « Verbale del congresso provinciale », 19 mars 1972, intervention de Piero Cavalli, p. 4.

31 AAC, CSI, CR Frioul-Vénétie julienne, b. 24, « Verbale del congresso regionale », 5 novembre 1972.

32 AAC, CSI, CP Brescia, « Lettera del presidente dell’Us Antoniani di Rivoltella alle direzioni nazionale, regionale e provinciale », 12 janvier 1975.

33 Ibid., « Lettera del direttore tecnico nazionale Calcio al presidente dell’Us Antoniani di Rivoltella », 30 janvier 1975.

34 Ibid., « Lettera di don Narciso Barlera a Giuseppe Goffrini », 28 mai 1977.

35 Ibid.

36 AAC, CSI, CR émilie-Romagne, « Verbale del consiglio regionale », 23 mars 1974.

37 AAC, CSI, CR Toscane, « Verbale della riunione della direzione regionale a Firenze », 2 mars 1974.

38 Voir Giulio Martinucci, « Editoriale », Stadium, mars 1974, n° 4. Dès le dépôt de la loi autorisant le divorce en 1965, le Parti radical mène une campagne intense en sa faveur. Les 7 juin et 27 septembre 1969, il organise des manifestations de masse à Rome. La loi est votée le 1er décembre 1970, l’apport du PCI et de tous les partis laïques ayant été décisif. La DC n’a accepté la discussion parlementaire que dans la mesure où le référendum d’initiative populaire a été adopté le 25 mai 1970. Il prévoit qu’une pétition de 500 000 signatures peut permettre l’organisation d’un référendum pour abroger une loi votée par le Parlement. Pour que l’abrogation soit effective, il faut une participation de 50 % du corps électoral plus une voix et la majorité absolue des suffrages exprimés. Le référendum pour l’abrogation du divorce est demandé le 18 juin 1971 par 1,37 million de signataires. Le scrutin se tient les 12 et 13 mai 1974 et, alors que la DC s’est engagée pleinement pour le « oui », le « non » obtient 59,3 %.

39 AAC, CSI, CP Brindisi, « Lettera del presidente del comitato provinciale di Brindisi, Rosario Vasta, alla redazione di Stadium e alla presidenza nazionale », 11 avril 1974.

40 Ibid.

41 Aldo Notario, « Editoriale », Stadium, octobre 1976, n° 10.

42 Ibid.

43 Le siège du CSI se trouve au n° 1 de la via della Conciliazione, l’avenue percée du temps du fascisme et qui relie le château Saint-Ange à la basilique Saint-Pierre ; le siège du PCI se trouve dans la via delle Botteghe oscure.

44 AAC, CSI, CP Brescia, « Lettera di don Narciso Barlera a Aldo Notario », 30 décembre 1976. En revanche, en Italie, les appels au boycottage de la Coupe du monde de football organisée en Argentine en juin 1978 furent très discrets, à la différence d’autres pays européens.

45 AAC, CSI, CP Catane, « Verbale del congresso provinciale. Allegato C », 23 février 1974, p. 2.

46 Ibid., « Verbale del congresso provinciale », 22 février 1976, intervention de Salvatore Fleres, p. 4.

47 Ibid., p. 5.

48 Ibid., intervention de Santo Gagliano, p. 2.

49 « Confessioni di un arbitro », Csi etneo. Strumento di lavoro e di collegamento del consiglio provinciale del Csi di Catania, mai 1976, AAC, CSI, CP Catane.

50 Ibid., « Sezione calcio ».

51 Ibid.

52 AAC, CSI, CP Catane, « Verbale del congresso provinciale », 22 février 1976, intervention de Santo Gagliano, p. 2.

53 Ibid., « Lettera di Santo Gagliano a Aldo Notario », 16 septembre 1974.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 « Editoriale », Csi etneo. Strumento di lavoro e di collegamento del consiglio provinciale del Csi di Catania, op. cit.

57 « Restaurer toute chose dans le Christ », qui est une formule de saint Paul : « In dispensatione plenitudinis temporum, instaurare omnia in Christo, quae in caelis et quae in terra sunt » (épître aux éphésiens, 1, 10). « Ricapitoliamo » est la traduction littérale du grec « anakephalaiosasthai ».

58 « Non possumus non loqui » : il s’agit d’une référence à un discours de saint Pierre dans les Actes des Apôtres (« Non enim possumus quae uidimus et audiuimus non loqui », 4, 18-20).

59 La formule est la traduction de l’expression italienne « cadavere eccellente », qui désigne en Sicile les victimes de marque assassinées par la mafia. C’est le titre du film de Francesco Rosi réalisé en 1976, dans lequel l’inspecteur Amerigo Rogas, interprété par Lino Ventura, enquête sur les meurtres de trois hauts magistrats.

60 AAC, CSI, CP Catane, « Documento sulla situazione del Csi », juin 1977.

61 Voir Maurilio Guasco, « Pie X », dans Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 1349.

62 Mot d’origine sud-américaine qui désigne un type de jeu agressif et vigoureux et par extension signifie « avoir du mordant ».

63 AAC, CSI, CP Catane, « Discorso di Santo Gagliano al congresso provinciale », 4 novembre 1979.

64 AUP, Lega calcio del comitato provinciale di Roma, n° 11476-AD1/11/133, « Atti congressuali », 22 décembre 1978, intervention de Carlo Albertazzi, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Archambault, « Un autre football ? Catholiques et communistes italiens au tournant des années 1970 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 61-75.

Référence électronique

Fabien Archambault, « Un autre football ? Catholiques et communistes italiens au tournant des années 1970 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2996

Haut de page

Auteur

Fabien Archambault

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Limoges (CRIHAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page