Navigation – Plan du site
DOSSIER

1928-1929, « classe contre classe » : les sportifs ouvriers peuvent-ils se mesurer aux sportifs bourgeois ?

Marc Giovaninetti
p. 49-60

Résumé

Au cours des années 1928-1929, la tactique « classe contre classe » promue par l’Internationale communiste et ardemment soutenue par les dirigeants des Jeunesses communistes français est imposée sans ménagement à la direction de la FST (Fédération sportive du travail), étroitement soumise au contrôle des JC. En interne, en France, les majoritaires s’opposent durement aux minoritaires « opportunistes » ou « liquidateurs » qui souhaitent que le mouvement sportif s’autonomise de cette tutelle trop politique, tandis qu’à l’Internationale, au moment des premières « Spartakiades » et du premier congrès de l’Internationale sportive rouge à Moscou au cours de l’été 1928, s’affrontent ceux qui préconisent l’entrisme dans les clubs sportifs « bourgeois » ou l’admission aux compétitions des jeunes ouvriers membres de ces clubs, et ceux qui s’y opposent. L’inflexion majeure contre cette tactique « sectaire » imposée au « sport ouvrier » en France s’opère avec la mise en retrait puis la mise à l’écart des dirigeants du groupe dit de la Jeunesse, en 1930 et 1931.

Haut de page

Texte intégral

1La question de la légitimité de rencontres sportives entre « sportifs ouvriers » et « sportifs bourgeois », et en corollaire, de l’opportunité pour les jeunes ouvriers d’adhérer à des « clubs bourgeois » paraîtrait aujourd’hui incongrue. Mais elle parcourt tous les débats des années 1928 et 1929 au Parti communiste français (SFIC) et à la fédération des Jeunesses communistes de France, lorsqu’ils appliquent, suivant les consignes de l’Internationale communiste et de son homologue pour la jeunesse, l’ICJ (Internationale communiste de la jeunesse) ou KIM, la tactique « classe contre classe », marquée par la volonté d’en découdre à tout prix avec l’ennemi de classe, en pressentant la guerre imminente du bloc impérialiste contre l’URSS qui préluderait au triomphe mondial de la révolution prolétarienne. Cette conviction se double d’un sectarisme extrême à l’égard des « adversaires », parmi lesquels les autres organisations ouvrières, notamment d’obédience socialiste.

2Dans ce combat, les organisations dites « auxiliaires », celles dont la vocation est d’élargir l’audience des communistes, se voient assigner une place déterminante. Pour les dirigeants des Jeunesses communistes, le contrôle et le développement de la Fédération sportive du travail s’impose comme une préoccupation majeure. La FST préexistait à la fondation des JC et de la SFIC. Mais pour des raisons analogues aux scissions des autres organisations ouvrières, politiques ou syndicales, elle s’est scindée en 1923 entre une majorité communiste qui a gardé l’appellation d’origine et une minorité socialiste qui a fondé l’Union des sociétés sportives et gymniques du travail, USSGT. De même, au niveau international, le Sportintern, ou Internationale rouge des sports (IRS), s’oppose à l’Internationale sportive de Lucerne.

3Le sport, dans ces années, n’est plus, comme il l’était encore au siècle précédent, l’apanage des seuls milieux de la bourgeoisie. Le monde ouvrier se passionne au moins pour certaines disciplines, le football, la boxe, le cyclisme, l’athlétisme, la gymnastique. Cependant, si les jeunes communistes évaluent à quatre millions environ le nombre de jeunes ouvriers enrôlés dans les clubs des patronages, des municipalités contrôlées par la bourgeoisie ou des clubs patronaux d’usines, s’ils moquent le nombre dérisoire d’adhérents de l’USSGT, à peine quelques milliers, leur FST est encore loin, très loin, de pouvoir se qualifier d’« organisation de masse » comme elle ambitionne de le devenir. Voilà l’enjeu, clairement posé.

  • 1 . L’Avant-Garde, n° 251, 18 août 1928.
  • 2 . Un rappel à l’ordre à cet égard, RGASPI (Archives sociales et politiques de la Fédération de Russ (...)

4D’autre part, l’année 1928, celle des jeux Olympiques d’Amsterdam, décriés par les communistes comme une « foire commerciale »1, est aussi celle où l’URSS, absente de cette manifestation, organise, via le Sportintern, les premières « Olympiades ouvrières », bientôt exclusivement dénommées Spartakiades2, prévues pendant les congrès de l’IC et de l’ICJ, avec celui de l’ISR en prélude. Tous ces rassemblements vont animer l’été 1928 moscovite.

5Il n’est pas question ici de suivre les manifestations marquantes du sport sous contrôle communiste au cours de ces deux années, ni même de détailler les controverses qui surgissent autour de son organisation, mais de relever les termes du combat récurrent mené par les JC contre ceux qu’elles condamnent alors comme « opportunistes », voire comme « liquidateurs », c’est-à-dire ceux qui veulent estomper le contenu politique et le fondement de classe de la FST, avec son allégeance aux JC. Il s’agit, in fine, de désigner ceux contre lesquels les sportifs des clubs ouvriers sont autorisés à concourir. Ce faisant, pour la France, on peut présenter les acteurs de cette politique menée en direction de la FST.

Raymond Guyot, Charles Nédelec, deux responsables successifs des JC aux « organisations auxiliaires »

  • 3 RGASPI, 517-1-722, f. 1 ; la plupart des documents ici référencés du RGASPI à Moscou sont consultab (...)

6Au début de l’année 1928, les JC sont fermement tenues en main par une direction complètement acquise aux stratèges de l’IC qui imposent la tactique « classe contre classe ». Trois hommes dominent alors cette direction, Henri Barbé, qui représente son organisation à Moscou pour échapper à la répression en France, et qui va bientôt se distinguer dans les plus hautes fonctions au PCF, François Billoux, à qui il a laissé la responsabilité du secrétariat en France, et Gustave Galopin, qui remplace quelques mois plus tard Barbé à Moscou. Au mois de mars, le quatrième secrétaire, Robert Alloyer, particulièrement chargé « des sports, des adversaires et des colonies », est muté au parti adulte, ce qui amène à une réorganisation de l’appareil dirigeant. « Raymond remplace Robert »3. Pour Raymond Guyot, jusque-là obscur et très discret « technique antimilitariste », cette place au secrétariat inaugure des responsabilités au sommet des Jeunesses communistes nationales et internationales jusqu’à l’année 1946, et au sommet du PCF jusqu’en 1972.

  • 4 Honoré notamment à la une du n° 259 de l’Avant-Garde, 13 octobre 1928.
  • 5 RGASPI, 533-10-3241, f. 21 et 533-10-3251, f. 16.

7L’indisponibilité, puis la mutation, au PCF de Barbé et Galopin amènent deux autres jeunes à participer puis à siéger au secrétariat des JC, Henri Courtade comme responsable « écosyndical », et Raymond Mittey comme secrétaire à l’organisation. Bien vite, les motifs de clandestinité imposent l’utilisation de pseudonymes en place des nom ou prénom. Pour Billoux, c’est Faudet, puis dans les comptes rendus de réunions de direction, Fs ou Un, tout simplement. Guyot, le nouveau responsable aux sports, après que son pseudonyme de rédacteur et d’ex-responsable « anti », R. Germain, a été identifié par la police, adopte celui de Marc Murmy, en référence à peine déformée à l’athlète qui brille alors le plus régulièrement sur les stades internationaux, le coureur de fond Paavo Nurmi4, « le Finlandais volant » qui n’afficha pourtant jamais la moindre sympathie communiste. Ce nouveau pseudonyme, adopté à partir d’octobre 1928, s’abrège souvent en Mc, puis en Deux, qui marque sans ambiguïté sa place dans la hiérarchie, Courtade étant Trois. En 1929, avant que ces nominations chiffrées soient adoptées, un nouveau secrétaire remplace Mittey, Charles Nédelec, bientôt numéroté Quatre. Guyot, alias Mc, devenant officiellement deuxième secrétaire, Nédelec hérite dès octobre 1928 des « auxiliaires et des adversaires »5.

8Aucun de ces jeunes dirigeants des JC (Guyot a vingt-cinq ans en 1928, Nédelec vingt-deux en 1929) ne siège pour autant au bureau de la FST. Guyot, à coup sûr et Nédelec, apparemment pas davantage ne se signalent d’ailleurs par aucune aptitude sportive particulière. Mais ils sont les responsables politiques qui assurent le contrôle de la FST, tout comme le PCF charge un des membres de son bureau politique de chapeauter les JC (Pierre Celor, pour l’essentiel de cette période), et l’IC délègue un des siens pour superviser le PCF.

  • 6 Id., 517-1-722, f .5.

9Très clairement, c’est le secrétariat des JC qui désigne les secrétaires de la FST. En mars 1928, il décide « d’expulser » Savoie, remplacé par René Rousseau6. Ce dernier, alternativement ou en tandem avec H. Moret, dirige dès lors la FST pour les mois à venir, et à ce titre, l’un et l’autre siègent ès qualités au bureau national des JC, où il leur arrive de se faire vertement rabrouer par l’un des secrétaires, Billoux ou Guyot, plus tard Louis Coutheillas.

  • 7 Id., 517-1-864, f. 46 et 47.

10Jean-Baptiste Nau, quant à lui, représente la FST à Moscou, au Sportintern. Son poste, à lui aussi, ne tient qu’au bon vouloir du secrétariat des JC, qui envisage un moment de le faire revenir pour remplacer Moret7.

  • 8 Id., 517-1-867, f. 149, 533-10-3270, f. 72.

11Ajoutons que quelques autres membres du bureau des JC sont parfois amenés à se prononcer ou à suivre la FST, notamment lorsque l’un des responsables en titre est rendu indisponible par les nécessités de la clandestinité ou d’un séjour à Moscou. C’est le cas de Louis Gatignon, qui supplée Guyot au secrétariat quand celui-ci passe l’été 1928 en URSS ; ou d’A. Hannotin, qui présente le rapport sur le sport au vie congrès des JC, en octobre 1929, encore que lui serait plutôt un cadre sportif spécialement attaché à la FST, puisqu’il est nommé parmi les quatre secrétaires au secrétariat des JC à l’issue du congrès de l’organisation sportive de janvier 19308.

12Cependant, au-dessus de ces jeunes militants, la présidence de la FST est assurée par une personnalité du PCF, Jean Garchery, le populaire chef de file des élus communistes parisiens.

La lutte contre « l’opportunisme » et les « courants liquidateurs » à la FST

13À lire la façon dont les jeunes gens qui donnent alors le ton aux JC, Barbé, Billoux, Celor, Galopin, Guyot, bientôt Coutheillas, manœuvrent la FST, les accusations de « sectarisme », « autoritarisme », « avant-gardisme », « caporalisme », qui permettent en 1931 aux dirigeants de l’IC et du PCF d’évincer ce « groupe de la Jeunesse » sous prétexte d’activité fractionniste, ne sont pas dépourvues de fondement, sachant cependant que ces militants sont pendant trois ans investis de toute la confiance des dirigeants de ces partis matriciels qui les « liquident » ensuite sans ménagement.

14L’éviction de Savoie en constitue un exemple. Que lui reproche‑t‑on, à lui et quelques autres ? Sans qu’il soit nommé, la rubrique « l’Avant-Garde sportive », qui occupe dans l’hebdomadaire des JC une ou deux colonnes, où les brèves « dans la FST » sont confrontées à celles « chez les bourgeois », fournit la clé du débat : au conseil national de la FST se sont exprimées

  • 9 L’Avant-Garde, n° 227, 3 mars 1928.

15« […] des conceptions qui tendent à considérer le sport prolétarien comme un système de régénérescence de l’individu et non comme une forme et une méthode de participation collective à la lutte de classe. Les jeux sportifs, la culture physique n’ont de valeur qu’en tant qu’ils nous permettent de conquérir la jeunesse prolétarienne sous notre direction et de la préparer physiquement et moralement à participer à la lutte de classe9 ».

  • 10 RGASPI, 517-1-722, f. 9.

16Au moment où Guyot est nommé « aux sports », Savoie, qui avait été un moment pressenti pour seconder Nau à Moscou, est finalement « incorporé au travail des JC belges »10.

17De Moscou, Barbé s’inquiète :

  • 11 Id., 517-1-719, f. 2-7.

18« Nous comprenons les difficultés que doit rencontrer l’ami Germain dans son nouveau boulot […]. Si […] nous avons une direction de la FST trop faible, elle peut être dévorée par eux [ceux qui n’appliquent pas la ligne « classe contre classe »], malgré tous les efforts et la bonne volonté de Germain. Le parfait serait de prolonger notre contrôle de JC et le bon travail que peut faire Germain à travers une forte personnalité et un solide dirigeant que nous mettrions à la tête de la FST. Évidemment Paulo serait bien, […] en tout cas voyez ça. »11

19Aux yeux de Barbé, manifestement, Guyot semble encore un peu tendre ; « Paulo », celui qui pourrait dominer la FST avec une autorité suffisante, c’est Paul Valière, un JC plus âgé et expérimenté, mais qui est finalement orienté vers d’autres fonctions.

  • 12 La revue ne paraît régulièrement qu’un an plus tard, à partir de mai 1929.
  • 13 Lettre de Barbé citée, 517-1-719, f. 2-7 ; André Balent, « Paul Guitard », dans Jean Maitron, Claud (...)

20À l’approche des Spartakiades, la FST lance un nouveau mensuel, l’Écho sportif du travail 12. Là aussi, méfiance vis-à-vis des rédacteurs. Si la direction en est confiée à Rousseau, étroitement contrôlé par les chefs des Jeunesses, ceux-ci mettent en garde contre certains journalistes sportifs, qui écrivent aussi dans l’Humanité et occasionnellement dans l’Avant-Garde, et notamment le plus en vue, Paul Guitard, lequel, en effet, comme Garchery, rompt avec le PCF à la fin de l’année 192913.

21À la fin de l’année 1928 encore, quand Guyot s’apprête à passer le flambeau à Nédelec, une nouvelle offensive est dirigée contre celui qui fait pourtant figure de plus sûr porte-parole des JC au sein de la FST, le seul qui signe régulièrement des articles dans « L’Avant-Garde sportive », H. Moret. Le 30 novembre, en réunion de bureau national des JC, « Mc » le rabroue durement pour avoir proposé de « séparer nettement la FST et la JC », demandé que la JC ne se mêle plus de constituer des clubs FST, et critiqué que le secrétaire soit en même temps le secrétaire de la « fraction communiste » de la FST, c’est-à-dire de ses militants communistes organisés en tant que tels pour peser sur ses orientations. Guyot, en opposant la plate-forme de travail « juste » actuellement décidée à la « fausse » de ceux qui furent évacuées en mars, réplique sans aménité :

22« Il ne faut pas crier, et travailler pour faire un travail bien communiste […]. L’erreur de Moret […] entraîne dans une voie contre-révolutionnaire. Elle aboutit à la liquidation du mouvement révolutionnaire. »

  • 14 RGASPI, 533-10-3241, f. 21 et suiv.

23Un autre membre du bureau, Armand Latour, le dirigeant des Jeunes Gardes rouges, renchérit contre les réserves de Moret : Charles sera à la fois chef de la fraction communiste de la FST et membre du bureau de la fédération. Moret, assailli, recule, tout en gardant son opinion. Il « accepte le changement » mais considère qu’il « ne faut pas le proclamer », et maintient que « les organisations auxiliaires doivent se dépolitiser ». La décision de créer des « fractions » est adoptée à l’unanimité, moins ces réserves14.

À Moscou, les jeunes communistes français imposent leur point de vue à l’Internationale

  • 15 L’Avant-Garde, n° 238, 18 mai 1928.
  • 16 RGASPI, 517-1-719, f. 11.
  • 17 L’Avant-Garde, n° 222, 28 janvier 1928.

24Au cours de l’été 1928, les jeunes communistes français délégués à Moscou pour assister au congrès de l’IC et participer à ceux de l’ISR et de l’ICJ se déclarent cependant partisans d’une tactique beaucoup moins sectaire que celle préconisée par les cadres du KIM chargés de la question sportive. Si Nau, en vertu de sa fonction, était pressenti pour présenter un des six rapports au congrès de l’IRS15, dans les discussions préparatoires, c’est Guyot qui soutient, non sans courage, la position française, déclenchant « une grosse bagarre avec l’IRS et la commission sportive du KIM »16. La controverse tourne autour de la fréquentation ou non de sportifs adhérents à des clubs non labellisés comme ouvriers. Pour l’USSGT, la question ne s’était pas posée, la fédération socialiste ayant d’elle-même refusé de s’associer à la préparation de la manifestation soviétique17. Mais les JC français ont invité des jeunes ouvriers affiliés à des clubs bourgeois et les ont déjà fait participer à des éliminatoires. C’est ce qui leur est reproché. Guyot défend son point de vue et demande que la question soit tranchée par le secrétariat du KIM et par le congrès de l’ISR.

  • 18 RGASPI, 517-1-719, f. 23 et 26-29.

25En interne, par les courriers échangés avec Gatignon et les autres à Paris, il s’insurge aussi de la mauvaise préparation de son congrès par l’IRS : malgré les retards inopinés (prévu à la mi-juillet, avant les compétitions, il ne se tient que fin août), il ne peut envoyer les documents préparatoires : « Le Sportintern n’a encore rien foutu. Il faudra vous passer des projets de thèses ». Mais sur le point essentiel discuté, les Français ont la satisfaction et la fierté de voir adopté leur avis : « Notre défaite sur la question sportive […] s’est transformée en victoire, nous avons eu gain de cause au secrétariat ! »18

26Deux mois plus tard, Guyot peut donc argumenter sans gêne au congrès de l’ICJ. Il n’est encore qu’un obscur délégué, mais après Mehring, le responsable de la commission sportive, il développe dans un long discours son point de vue sur le bien-fondé de l’entrisme dans les clubs patronaux, « à condition que ce soient des clubs de masse » : « Nous avons eu […] une discussion avec les camarades du Sportintern. Nous ne sommes pas du tout d’accord avec eux. » Lui se déclare favorable aux épreuves sportives ouvertes à tous les jeunes, « pourvu qu’ils soient jeunes ouvriers ». Et s’il se dit « d’accord avec Mehring » pour pénétrer les clubs patronaux, il refuse de limiter l’expérience à « quelques communistes » mais considère que c’est « l’affaire de tous » :

27« Vouloir réduire notre travail dans les organisations patronales de masse à l’usine – je précise qui sont de masse – à l’envoi seulement de quelques communistes, c’est à mon avis ne pas comprendre la lutte de masse que nous devons mener à l’usine, et c’est pourquoi il est essentiel de souligner que la lutte contre les clubs patronaux, c’est l’affaire de tout le mouvement ouvrier. »

  • 19 Id., 533-1-130, f. 48-61.
  • 20 Id., 533-1-131, f. 14.

28Par contre, il récuse l’organisation de matchs communs avec les clubs bourgeois et conclut en considérant que « la tactique de notre ISR n’est pas encore claire »19. En commençant son discours, il avait également déploré l’absence de « commission spécialisée dans les questions sportives au congrès », et là encore il obtient satisfaction. Le soir même, une telle commission réunit dix-sept délégués en présence de Mehring et Kaplan, deux des principaux cadres de l’ICJ auxquels il s’était opposé20.

  • 21 L’Avant-Garde, n° 250, 11 août 1928, et nos de mai-juin.

29Incontestablement, les Français sortent regonflés du congrès. Plusieurs d’entre eux sont promus dans les organes dirigeants de l’ICJ, Guyot notamment qui fait son entrée comme titulaire au comité exécutif. Mais quant au sport, la délégation française aux Spartakiades, faute de financement suffisant, a dû se réduire à vingt-quatre membres, contre la centaine espérées21.

La FST aux abois, comme la JC

  • 22 RGASPI, 517-1-722, f. 39 et 533-10-3241, f. 28.
  • 23 Id., 517-1-864, f. 42.
  • 24 Claude Geslin, « Jean-Baptiste Nau », dans Jean Maitron, Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire, op. (...)

30L’optimisme des JC français ne peut durer. La tactique qu’ils préconisent se concilie difficilement avec le sectarisme outrancier qui reste prôné par Moscou. Le PCF se rétracte, comme ses organisations auxiliaires. Rousseau, à l’instar d’autres JC, est obligé de retourner travailler en usine, tout en « continuant son travail de fractions dans les clubs FST »22. Comme il n’est pas facile de trouver encore des cadres sportifs fidèles à la tactique du moment, il est envisagé de faire revenir Nau de Moscou, sauf s’il se confirmait qu’il « frayerait avec l’opposition [trotskiste ?] »23. Mais il se marie en URSS dans le courant de l’année (et semble y rester)24, et Rousseau comme Moret sont maintenus, sous le contrôle de Nédelec, moins disponibles ou libres de leurs mouvements toutefois, puisque l’un travaille et que l’autre est recherché.

  • 25 L’Avant-Garde, n° 285, 13 avril 1929 ; même formulation dans le n° 238, 19 mai 1928, alors qu’au co (...)
  • 26 RGASPI, 533-10-3252, f. 180.
  • 27 Id., 517-1-863, f. 53 et 533-10-3264, f. 173.
  • 28 L’Avant-Garde, n° 267, 8 décembre 1928.
  • 29 Parmi d’autres, L’Avant-Garde, n° 324, 11 janvier 1930.

31En avril 1929, Nédelec fait encore mine de discerner l’évolution « vers une FST de masse », qui serait capable de convaincre les quatre millions d’ouvriers sportifs de s’arracher à l’emprise des clubs bourgeois et patronaux, et de contraindre les 2 000 adhérents de la squelettique USSGT à la fusion25. Mais quelques mois plus tard, en interne, il s’affole de « la très mauvaise situation de la FST » et insiste pour le retour de Rousseau, finalement envoyé à Moscou26. Quant à l’ICJ, elle fulmine contre les « tendances liquidationnistes (sic) dans la FST » (ceux qui prônent l’« indépendance » des sportifs à l’égard de la politique), et estime qu’elle devrait compter dix fois plus d’adhérents que les 15 000 revendiqués27 (et probablement deux fois moins, en réalité). Il est vrai que les clubs bourgeois, autrement équipés et subventionnés, n’ont pas de mal à racoler les meilleurs compétiteurs ouvriers, un fléau que les articles sportifs communistes n’ont de cesse de dénoncer, par exemple sous la première signature d’Auguste Delaune28, un jeune authentiquement sportif et communiste à la fois, dont la notoriété viendra quelques années plus tard. Régulièrement, des articles somment les jeunes sportifs ouvriers de « désagréger les clubs bourgeois »29, sans toutefois leur fournir la recette qui leur permettrait cette performance.

32Entre les années 1929 et 1930, la JC survit à peine, avec ses militants traqués et découragés, la FST cantonnée dans l’illégalité. Mais les jeunes Français restent cependant en butte aux sévères critiques de l’IC qui leur reproche leurs échecs. À la fin de l’année 1929 est prévu un congrès de la FST, alors que celui des JC a le plus grand mal à se réunir, en octobre, au cœur du quartier protégé de Belleville dans l’Est parisien, et hors de la présence de ses deux principaux secrétaires. La FST ne peut convoquer le sien à Ivry que fin janvier 1930.

  • 30 L’Avant-Garde, tous nos de novembre-décembre 1929.

33En préambule, une série de diatribes court tout au long des mois de novembre et décembre dans « l’Avant-Garde sportive », « contre les liquidateurs de la FST » qui ont constitué un « comité des intérêts sportifs qui n’est en réalité qu’un comité contre-révolutionnaire », et contre les centristes qui « veulent concilier la ligne juste de la fédération avec les pires méthodes opportunistes ». Les premiers surtout, qui proposent de lâcher la FST pour intégrer les clubs bourgeois, sont traités « de traîtres, de lâches, qui ont peur de la répression », de « capitulards et froussards », de « pleureurs oppositionnels » ; les articles encouragent à leur flanquer « une gifle », à les « écraser »30. Personne n’est nommé, mais le seul qui signe encore de son nom, Moret, s’il participe d’abord à la curée, se cantonne ensuite à des articles au contenu plus spécifiquement sportif, qui confirment ses opinions modérées.

  • 31 L’Écho sportif du travail, n° 3, juillet 1930.

34Pourtant, quand Garchery, désormais tête de file des « renégats », quitte le PCF pour fonder le Parti ouvrier et paysan (POP), le congrès de la FST le remplace à la présidence par Jacques Doriot qui, aux yeux de ses ex-disciples des JC passe pour le parangon des « opportunistes », avec il est vrai en vice-président Henri Raynaud qui semble plus acquis à la cause des « groupistes », puisque lui aussi signe un éditorial titré « Les sportifs n’aiment pas les lâches ! »31.

35Cette fois, outre Moret, c’est Nédelec lui-même qui se trouve mis en cause, car lui aussi, à son tour, s’est mis à émettre des réserves sur la tactique « classe contre classe ».

  • 32 RGASPI, 533-10-3270, f. 163.
  • 33 L’Avant-Garde, n° 227, 3 mars 1228, et n° 327, 31 janvier 1930.
  • 34 André Gounot, « Jacques Doriot, l’impact “sportif” d’un homme politique », p. 61-76, dans Jean-Mich (...)
  • 35 Id.
  • 36 L’Avant-Garde, n° 327, 31 janvier 1930.
  • 37 RGASPI, 533-10-3265, f. 82.
  • 38 Id., f. 49 et suiv.
  • 39 Id., 533-10-3265, f. 82.
  • 40 Claude Pennetier, « René Rousseau », Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule, « Robert Mension », J (...)

36En 1930, Nédelec est écarté de la direction, non seulement de la FST mais aussi des JC. Louis Allo, l’ancien secrétaire des JC bordelaises, est nommé à sa place32. D’anciens « oppositionnels », tel Émile Tisserant, dont la photo ornait encore la rubrique en 1928, ont préféré ne même pas se présenter au congrès d’Ivry33, où la minorité, représentée par Marcel Bussière et les frères Jean-Baptiste et Marcel Meunier, rassemble 91 voix contre 47634. Moret doit soutenir les thèses avec lesquelles il s’était montré réticent35, il est même seul cité comme secrétaire de l’organisation, avec une allusion ironique à son côté consensuel36. Mais il se retire ensuite à cause de son « illégalité »37. Outre la présidence offerte à Doriot en remplacement de Garchery, on note que Rousseau garde sa place au secrétariat (il pourrait bien être, par consonance, celui qui signe les nombreux articles R. Reroux en 1929 et 1930). C’est lui qui adresse le compte rendu du congrès à Guyot38, alors délégué des JC à Moscou ; mais il finit l’année découragé, accusé de « pessimisme »39. De tous ces jeunes, plus que Robert Mension, qui apparaît cette année-là, ou Auguste Delaune, il est pourtant celui qui se maintient le plus durablement à la tête du sport ouvrier, puisqu’il finit, après guerre, à la présidence de la FSGT jusqu’en 196540.

Épilogue : sortir du sectarisme

  • 41 L’Avant-Garde, n° 329, 14 février 1930.

37Pendant toute l’année 1930, « renégats » et « oppositionnels » sont encore régulièrement dénoncés dans des articles au sectarisme extrême. Mais la fin de l’année 1930 marque pour les JC (et dans une moindre mesure pour le PCF) un étiage tellement désespérant que des mesures sont décidées au plus haut lieu, à Moscou, et appliquées à Paris. Elles ont pour effet d’atténuer les attaques sectaires, voire ad hominem, et de s’élever plus classiquement contre le gouvernement et sa répression, qui s’applique y compris aux jeunes sportifs (Hannotin est condamné à deux ans de prison41).

38Mais le redressement tant espéré peinant à se concrétiser, au milieu de l’année 1931 est appliquée une mesure bien plus radicale : la mise à l’écart de tous les dirigeants du « groupe de la Jeunesse », à l’exception notable de Guyot, qui est chargé de les dénoncer, puis de redresser les organisations de jeunesse moribondes. La sortie de « classe contre classe » au bénéfice du « front populaire » est encore retardée de plusieurs années, mais désormais les excès précédents sont dénoncés avec une égale rudesse.

Haut de page

Notes

1 . L’Avant-Garde, n° 251, 18 août 1928.

2 . Un rappel à l’ordre à cet égard, RGASPI (Archives sociales et politiques de la Fédération de Russie), 517-1-719, f. 16 ; André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, p. 59-75.

3 RGASPI, 517-1-722, f. 1 ; la plupart des documents ici référencés du RGASPI à Moscou sont consultables aux archives du PCF conservées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis dans les microfilms 3Mi7/22, 33, 35-39.

4 Honoré notamment à la une du n° 259 de l’Avant-Garde, 13 octobre 1928.

5 RGASPI, 533-10-3241, f. 21 et 533-10-3251, f. 16.

6 Id., 517-1-722, f .5.

7 Id., 517-1-864, f. 46 et 47.

8 Id., 517-1-867, f. 149, 533-10-3270, f. 72.

9 L’Avant-Garde, n° 227, 3 mars 1928.

10 RGASPI, 517-1-722, f. 9.

11 Id., 517-1-719, f. 2-7.

12 La revue ne paraît régulièrement qu’un an plus tard, à partir de mai 1929.

13 Lettre de Barbé citée, 517-1-719, f. 2-7 ; André Balent, « Paul Guitard », dans Jean Maitron, Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français [consulté en ligne] ; Guitard accompagne la délégation française aux Spartakiades (L’Avant-Garde, n° 250, 11 août 1928).

14 RGASPI, 533-10-3241, f. 21 et suiv.

15 L’Avant-Garde, n° 238, 18 mai 1928.

16 RGASPI, 517-1-719, f. 11.

17 L’Avant-Garde, n° 222, 28 janvier 1928.

18 RGASPI, 517-1-719, f. 23 et 26-29.

19 Id., 533-1-130, f. 48-61.

20 Id., 533-1-131, f. 14.

21 L’Avant-Garde, n° 250, 11 août 1928, et nos de mai-juin.

22 RGASPI, 517-1-722, f. 39 et 533-10-3241, f. 28.

23 Id., 517-1-864, f. 42.

24 Claude Geslin, « Jean-Baptiste Nau », dans Jean Maitron, Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire, op. cit.

25 L’Avant-Garde, n° 285, 13 avril 1929 ; même formulation dans le n° 238, 19 mai 1928, alors qu’au contraire dans le n° 245 du 7 juillet, on déplore qu’elle ne soit qu’une « secte de sportifs révolutionnaires ».

26 RGASPI, 533-10-3252, f. 180.

27 Id., 517-1-863, f. 53 et 533-10-3264, f. 173.

28 L’Avant-Garde, n° 267, 8 décembre 1928.

29 Parmi d’autres, L’Avant-Garde, n° 324, 11 janvier 1930.

30 L’Avant-Garde, tous nos de novembre-décembre 1929.

31 L’Écho sportif du travail, n° 3, juillet 1930.

32 RGASPI, 533-10-3270, f. 163.

33 L’Avant-Garde, n° 227, 3 mars 1228, et n° 327, 31 janvier 1930.

34 André Gounot, « Jacques Doriot, l’impact “sportif” d’un homme politique », p. 61-76, dans Jean-Michel Delaplace (dir.), L’histoire du sport, l’histoire des sportifs, Paris, L’Harmattan, 1999.

35 Id.

36 L’Avant-Garde, n° 327, 31 janvier 1930.

37 RGASPI, 533-10-3265, f. 82.

38 Id., f. 49 et suiv.

39 Id., 533-10-3265, f. 82.

40 Claude Pennetier, « René Rousseau », Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule, « Robert Mension », Jean Maitron, Claude Pennetier, « Auguste Delaune », dans Jean Maitron, Claude Pennetier, Dictionnaire, op. cit. ; Savoie, Moret, Hannotin, les frères Meunier n’ont pas de notice biographique dans le Maitron.

41 L’Avant-Garde, n° 329, 14 février 1930.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Giovaninetti, « 1928-1929, « classe contre classe » : les sportifs ouvriers peuvent-ils se mesurer aux sportifs bourgeois ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 49-60.

Référence électronique

Marc Giovaninetti, « 1928-1929, « classe contre classe » : les sportifs ouvriers peuvent-ils se mesurer aux sportifs bourgeois ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 février 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2975

Haut de page

Auteur

Marc Giovaninetti

Professeur agrégé d’histoire, Docteur en histoire contemporaine de l’université Paris-Nord (CRESC)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page