Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le sport travailliste européen et la fizkul’tura soviétique : critiques et appropriations du modèle « bourgeois » de la compétition (1893-1939)

André Gounot
p. 33-48

Résumé

Dans des conditions pourtant nettement différentes, le sport travailliste européen et la culture physique soviétique ont connu des itinéraires convergents au niveau des théories et des pratiques : l’appropriation du modèle du sport de compétition a progressivement pris le dessus sur son rejet. L’article se propose de reconstituer ce processus et de dégager d’éventuelles nuances distinctives dans les idéologies sportives défendues par les sociaux-démocrates et les communistes. Il montre que les mutations les plus radicales sont intervenues en URSS pendant la première moitié des années 1930, dans le contexte de l’industrialisation accélérée et du régime de terreur stalinien, quand l’hygiénisme initial a fait place à une chasse aux records débridée. L’apologie du sport de haut niveau ainsi que de l’idée olympique a dès lors alimenté les discours des partis communistes européens sur le sport.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les organisations sportives ouvrières ayant vu le jour avant 1914, la majorité s’est constituée autour de la pratique de la gymnastique. C’est le cas pour le sport travailliste allemand, de loin le plus important sur le continent avec notamment l’Arbeiter-Turnerbund (Union gymnique ouvrière), née en 1893, qui a rassemblé près de 200 000 membres avant l’éclatement de la Première Guerre mondiale. De la même manière, la gymnastique était largement dominante aux débuts des mouvements sportifs ouvriers établis dans les territoires autrichien et tchèque de l’empire des Habsbourg, ainsi qu’en Belgique et en Suisse. En France et en Finlande par contre, le sport moderne de compétition a donné toute son empreinte aux associations sportives ouvrières dès leur apparition, tandis qu’en Angleterre et en Italie, le cyclisme de loisir a joué un rôle primordial.

  • 1 Pour le cas de la Fédération sportive du travail (section française de l’Internationale rouge sport (...)

2Malgré ces différences au niveau des pratiques, on peut parler d’un mouvement sportif ouvrier européen marqué par des caractéristiques communes. Ainsi, les associations et fédérations sportives ouvrières se sont formées dans les différents pays en opposition à des organisations bourgeoises ou confessionnelles déjà en place. Elles se sont situées dans l’ensemble organisationnel du mouvement ouvrier et sont restées indépendantes des institutions de l’État. De manière explicite, elles ont lié des objectifs politiques et éducatifs aux activités sportives, voulant contribuer à la transformation de la société capitaliste en une société socialiste. Enfin, fort logiquement, le sport travailliste s’est adressé en tout premier lieu à la population ouvrière, et même s’il manque des statistiques détaillées sur les statuts sociaux des membres1, on peut avancer que la majorité d’entre eux étaient effectivement des ouvriers.

  • 2 L’IRS atteignit le nombre le plus élevé de son histoire en 1931 avec près de 280 000 sportifs ouvri (...)

3Cette caractérisation générale peut également s’appliquer à la période de l’entre-deux-guerres, malgré la scission du sport travailliste européen suite à la fondation, en 1921 à Moscou, de l’Internationale rouge sportive (IRS). Cette organisation auxiliaire de l’IC entendait combattre le « réformisme » de l’Internationale sportive de Lucerne (ISL), fondée en septembre 1920 en présence de représentants de la quasi-totalité des organisations sportives ouvrières d’Europe. Elle n’a cependant jamais pu mettre en danger la suprématie numérique de l’ISL (renommée en 1928 en Internationale sportive ouvrière socialiste, ISOS) dans le mouvement sportif ouvrier européen2.

  • 3 Pour les noms russes, nous employons la translittération scientifique, sauf pour des noms propres d (...)
  • 4 Voir Nikolaus Katzer, Sandra Budy, Alexandra Köhring et Manfred Zeller (dir.), Euphoria and Exhaust (...)

4L’IRS était sous la domination du sport soviétique qui, pourtant, ne peut guère être assimilé au sport travailliste, montrant beaucoup plus de différences que de ressemblances avec celui-ci. Dès 1923, il s’est vu intégré à l’appareil de l’État, le Parti bolchevique s’étant d’ailleurs opposé catégoriquement à la mise en place d’une organisation sportive autonome fondée sur le modèle des organisations sportives ouvrières d’Europe tel que le proposait Nikolaj Podvoijskij3, fondateur et premier président de l’IRS. Au cours des années 1930, le sport allait jouer un rôle de plus en plus important dans le cadre du régime de terreur stalinien4.

5Si les orientations et fonctions du sport en URSS étaient en premier lieu soumis aux décisions d’un pouvoir politique se présentant comme édificateur d’une société socialiste, le mouvement sportif ouvrier européen a dû s’adapter aux conditions de la concurrence permanente avec des organisations « bourgeoises » bien plus fortes en général que lui, et de plus en plus attrayantes pour les ouvriers, notamment à partir de l’entre-deux-guerres. Les prémices pour l’établissement éventuel de pratiques alternatives étaient ainsi fort différentes pour l’un et pour l’autre. Il reste à reconstituer le processus par lequel, dans les deux cas, l’appropriation du modèle du sport de compétition a progressivement pris le dessus sur son rejet, et même sur les idées réformatrices.

Entre conviction et désillusion : les choix du mouvement sportif ouvrier d’obédience socialiste/sociale-démocrate

  • 5 Ce terme a désigné les fédérations sportives officielles qui n’ont pas entretenu d’affinités déclar (...)
  • 6 Sur les discours en France, voir l’Humanité, 2 août et 17 octobre 1912 ; 26 mai, 2 juillet, 27 octo (...)

6Dès avant la Première Guerre mondiale, des dirigeants du mouvement sportif ouvrier se vouent à une analyse du phénomène sportif portée par des traits marxistes. Ils dénoncent l’intérêt excessif qu’accorde le « sport bourgeois »5 aux victoires, médailles et records. Par ailleurs, faisant appel au chronométrage minutieux des performances et à l’entraînement rationnel et spécialisé des athlètes, celui-ci reproduit d’après eux les mécanismes du travail industriel monotone et aliénant, soumis au seul principe du rendement. Mettant en avant l’individualisme et faisant l’apologie de la performance absolue, le sport bourgeois transmettrait les valeurs sur lesquelles se fonde la société capitaliste et exercerait ainsi un effet pernicieux sur les consciences ouvrières. D’une importance considérable pour l’éducation prolétarienne, le sport travailliste doit par conséquent proposer un autre modèle de pratiques physiques, donnant toute la place aux notions de solidarité ouvrière et de collectivisme ainsi qu’au développement harmonieux du corps6.

  • 7 L’Humanité, 9 février 1914 (article de Jean Boulay, membre du conseil de la FSAS).

7Cependant, quand on prend l’exemple des organisations sportives ouvrières de France et d’Allemagne, on s’aperçoit surtout du succès quasi inexorable du modèle « bourgeois ». La Fédération sportive et athlétique socialiste (FSAS), fondée en 1908 par des militants du Parti socialiste (SFIO), organise des compétitions dans toutes les activités sportives proposées, parmi lesquelles on trouve par ailleurs des sports aussi individuels que le tennis ou la boxe. Sous la pression des adhérents, elle doit même accepter que certains clubs rencontrent des équipes issues de fédérations bourgeoises en vue de donner plus d’attraits à leurs compétitions. Et enfin, elle se voit contrainte d’offrir des prix en espèces pour les vainqueurs de courses cyclistes afin d’éviter que des jeunes ouvriers talentueux ne rejoignent la concurrence bourgeoise7.

  • 8 L’Humanité, 29 septembre 1909 et 7 septembre 1910. Voir sur ce sujet Nicolas Kssis, « Le sport soci (...)
  • 9 Richard Holt, Sport and Society in Modern France, London/Basingstoke, MacMillan, 1981, p. 32.
  • 10 Compte-rendu du Ier congrès international des groupes socialistes d’éducation physique, tenu à Gand (...)
  • 11 Ainsi, si la FSAS finit par intégrer la gymnastique dans son programme, c’est dans une perspective (...)

8Il est vrai que les responsables de la FSAS, obligatoirement membres de la SFIO selon les statuts8, estiment que la compétition sportive ne se situe pas en contradiction avec l’idéologie socialiste tant que l’esprit de compétition n’y occupe qu’une place secondaire – exercice d’équilibre pour le moins difficile, consistant à encourager des activités tout en voulant mettre un frein aux principes sur lesquels celles-ci se fondent. Qu’ils n’aient pas pensé au départ à propager des activités corporelles éloignées d’une logique de résultats quantifiables témoigne d’une autre façon des rapports contradictoires entre les objectifs éducatifs déclarés et les pratiques proposées. Mais la mise à l’écart de la gymnastique ne correspond pas en fait à des options militantes au sens politique du terme ; elle doit être vue en rapport avec l’opposition idéelle entre d’un côté les gymnastes, favorables à des exercices formalisés, répétitifs et exigeant un degré assez élevé de discipline, et de l’autre côté les partisans du sport moderne, défenseurs de mouvements plus libres et d’un développement à la fois plus individuel et plus ludique des capacités physiques et des dispositions morales9. À n’en pas douter, les fondateurs et dirigeants de la FSAS n’étaient pas seulement des socialistes convaincus mais aussi des « sportsmen » enthousiastes. C’est ce qui ressort clairement du discours d’Edmond Pépin, délégué de la FSAS, au « Ier congrès international des groupes socialistes d’éducation physique » en mai 1913 à Gand. Au plaidoyer d’un représentant belge en faveur de la gymnastique, il répond par un discours d’apologie des jeux et des sports, les deux orateurs se montrant par ailleurs convaincus de la concordance du type de pratiques défendu avec les normes d’une éducation socialiste10. Si le congrès (qui donne naissance à l’Association socialiste internationale d’éducation physique (ASIEP, le prédécesseur de l’ISL) laisse ouverte cette question, le recrutement du plus grand nombre possible d’ouvriers s’établit par la suite comme principe prioritaire11.

  • 12 Gerhard Hauk, « Fußball - eine ‘proletarische Sportart’ im Arbeiter-Turn- und Sportbund ? », in Han (...)
  • 13 Hans Joachim Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen », op. cit., p. 471.

9Cette logique de recrutement est largement corollaire de tendances d’assimilation culturelle comme le montre le cas de l’Arbeiter-Turnerbund. Celle-ci a prohibé à l’origine tout concours individuel de gymnastique et toute compétition sportive. Les adhérents qui expriment l’envie de pratiquer l’athlétisme ou de jouer au football se heurtent dans un premier temps à l’opposition de leurs dirigeants. Ceux-ci estiment que la gymnastique est la seule pratique légitime dans la mesure où elle contribue à une meilleure hygiène des ouvriers sans faire appel à l’esprit compétitif, étant ainsi favorable à l’établissement d’une conscience collective. Mais face au processus de démocratisation des pratiques sportives dans lequel entrent progressivement les fédérations officielles, l’ATB se voit finalement conduite à faire figurer le football et l’athlétisme dans son propre programme12. Les pressions venant de l’extérieur et de l’intérieur obligent ainsi l’ATB à se transmuer progressivement d’une union gymnique en une organisation proposant les activités sportives les plus variées et donnant une large place au modèle de compétition13. En 1919, elle prend le nom d’Arbeiter-Turn- und -Sportbund (ATSB, Union gymnique et sportive ouvrière) qui correspond mieux à son caractère.

  • 14 Volksstimme, 19 avril 1920, cité par Klaus-Michael Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik. (...)
  • 15 Rapport cité par Franz Walter, « Der Arbeiter-Samariter-Bund », dans Franz Walter, Viola Denecke et (...)
  • 16 Ibid.

10Impuissants face au processus de sportivisation des activités physiques, les dirigeants des fédérations sportives ouvrières doivent se contenter d’insister sur l’« esprit différent », plus fraternel, qui marquerait le déroulement des compétitions au sein de leurs organisations. Il s’avère cependant difficile d’imposer aux sportifs ouvriers des normes de conduite « prolétariennes », surtout quand celles-ci s’assimilent en réalité à l’idéal de l’effort gratuit et du « fair play » sous lequel l’élite sociale traditionnelle a conçu les pratiques sportives. En 1920, la « Volksstimme », organe du Parti social-démocrate allemand (SPD), déplore « l’intérêt exclusif que nos jeunes portent à la compétition et la victoire dans le sport »14. L’idée que le sportif ouvrier intériorise une attitude d’indifférence envers ses propres performances et mette l’esprit de solidarité au-dessus de tout reste bien loin de la réalité, comme l’observent les secouristes de l’Arbeitersamariterbund dans leur rapport de la 1re fête fédérale de l’ATSB à Leipzig en 1922. Lors de cet événement auquel participent aussi des délégations étrangères, ils doivent non seulement soigner des foulures et des crampes, mais aussi intervenir à maintes reprises en raison d’altercations entre des participants15. Aux Olympiades ouvrières de Francfort en 1925, les secouristes de la même organisation sont sollicités, à leur surprise, par des centaines d’athlètes voulant se faire appliquer des massages dans le seul espoir d’optimiser ainsi leurs performances16.

  • 17 « Europameisterschaft im Fußball 1932-34 », dans Nachrichten der Sozialistischen Arbeiter-Sportinte (...)
  • 18 Voir notamment l’ouvrage de Julius Deutsch, membre de l’exécutive et – à partir de 1933 – copréside (...)

11En 1932, l’Internationale sportive ouvrière socialiste sacrifie même d’une certaine manière l’un des grands principes du sport prolétarien, à savoir l’internationalisme, en introduisant les « Championnats d’Europe du football ouvrier ». En effet, se disputant entre sélections nationales, celles-ci soulignent nolens volens l’appartenance des footballeurs ouvriers à leurs pays respectifs – même si les joueurs sont invités à faire un « serment socialiste » avant chaque match17. L’ISOS maintient cependant son attitude d’hostilité envers toute expression de chauvinisme dans les manifestations sportives et continue à rejeter la course aux records. Pendant que le sport se répand à travers l’Europe comme un véritable phénomène de masse, les critiques émanant du mouvement sportif ouvrier d’obédience socialiste s’adressent plus particulièrement aux excès du sport de haut niveau ainsi qu’au sport spectacle et au « culte des vedettes », perçus comme symptômes de la culture de consommation et facteurs de la passivité politique des masses18.

Le sport communiste et la fizkul’tura soviétique dans les années 1920 : tentatives et échecs de réformes

La question de l’innovation

  • 19 Voir les comptes rendus du congrès de constitution dans Rossiiskii gosudarstvennyj arkhiv sotsial’n (...)
  • 20 L’Humanité, 16 et 17 décembre 1923 ; Sport ouvrier. Organe bi-mensuel de la Fédération sportive du (...)
  • 21 Cf. Bruno Lieske et Paul Zobel, Bürgerlicher Sport und Arbeitersport. Drei Vorträge, Berlin, 1924, (...)

12Lors du congrès de constitution de l’Internationale rouge sportive, en juillet 1921 à Moscou, les délégués s’accordent sur la nécessité de reconsidérer les programmes sportifs en vue de les « libérer de leurs contenus bourgeois », tout en reprochant au mouvement sportif ouvrier « réformiste » de n’avoir fait preuve d’aucune productivité sur ce terrain19. Certains dirigeants de la Fédération sportive du travail (FST) poursuivent cette piste en revendiquant, peu après l’affiliation de leur organisation à l’IRS en juillet 1923, la suppression des championnats et des prix ainsi que l’établissement d’une culture physique collective d’où serait bannie toute logique de concurrence20. Au sein de la fraction communiste de l’Arbeiter- Turn- und -Sportbund, des idées similaires sont exprimées par des militants et des pratiquants. Bruno Lieske, directeur du bureau occidental de l’IRS à Berlin, recommande de n’autoriser plus que des concours entre groupes et équipes d’adultes21. Ces idées ne trouvent cependant pas de répercussions directes sur les programmes des fédérations sportives ouvrières en France et en Allemagne. En attendant, les dirigeants sportifs communistes tournent leurs espoirs vers l’établissement d’un nouveau modèle de culture physique en Russie, sous les signes de la révolution bolchevique.

  • 22 Dès 1921, face au tournant pragmatique de la révolution exprimée dans la NEP (Nouvelle politique éc (...)
  • 23 Proletariersport. Organ für proletarisch-physische Kultur (revue de l’Internationale rouge sportive (...)

13Cependant, le temps des visions les plus innovatrices, formulées notamment par le mouvement Proletkul’t qui estimait que le sport de compétition, « vestige de la société bourgeoise », devait être aboli dans le cadre d’une transformation socialiste touchant tous les aspects de la vie, est déjà passé22. Voulant mettre un terme aux querelles sur les formes de pratiques et leurs modes d’organisation, le Parti communiste de Russie (PCR) met en place, suite à son XIIe congrès en avril 1923, un organe gouvernemental spécialement destiné à mettre en œuvre la politique sportive : le Conseil suprême de la culture physique (CSCP), qui pourra s’appuyer sur un relais de conseils locaux. Critiquant certaines expérimentations alternatives qu’il juge inadéquates, et estimant qu’il ne faut pas combattre des pratiques qui attirent la jeunesse, le CSCP souligne la légitimité et l’utilité de la compétition sportive. Il considère que les activités physiques sous toutes leurs formes constituent un moyen utile non seulement dans une perspective de défense de la patrie, mais aussi et surtout pour l’augmentation du rendement au travail de tout le peuple soviétique, qui ne peut s’envisager qu’avec l’amélioration de l’état de santé de tous23. Le triptyque « travail, défense, santé » forme dès ce moment la référence de base pour tous les discours officiels sur la culture physique en URSS.

Le concept de la fizkul’tura

  • 24 Stefan Plaggenborg, Revolutionskultur. Menschenbilder und kulturelle Praxis in Sowjetrussland zwisc (...)

14Dans la réalité, l’année 1923 voit une assez nette mise en retrait des fonctions militaires des activités corporelles ainsi que l’émergence d’une approche plus scientifique, visant à développer des exercices répondant concrètement aux différentes exigences du processus de travail. Ces nouvelles conceptions entrent pleinement dans l’argumentaire des hygiénistes qui conquièrent une position dominante grâce notamment à l’influence et à l’autorité intellectuelle de Nikolaj Aleksandrovi Sema ko, médecin nommé à la tête du CSCP et remplissant simultanément la fonction de commissaire du peuple à la Santé publique, cela jusqu’en 193024. Cette double mission traduit surtout une nécessité absolue du moment : après les années de guerre civile et d’intervention, suivies en 1921 et 1922 de famines ayant causé plusieurs millions de morts, l’état de santé d’une grande partie de la population reste préoccupant, et la première vocation des activités physiques ne peut alors être autre que celle d’un remède ou d’un fortifiant.

15C’est dans ce sens que le CSCP définit la « fizi eskaja kul’tura » (fizkul’tura) :

  • 25 Résolution du CSCP de 1923, in Proletariersport, 1924 n° 2, p. 21.

16« La culture physique se donne pour but d’assainir et de perfectionner la race humaine et d’améliorer l’activité vitale de chacun. Elle comprend aussi bien la gestion de la vie quotidienne au sens général du terme (hygiène personnelle, utilisation des forces naturelles du soleil, de l’air et de l’eau, répartition judicieuse des temps de travail et de repos, etc.) que l’éducation physique par la gymnastique, les sports et les jeux qui ont acquis le plus haut degré de popularité parmi la jeunesse ouvrière et paysanne. »25

  • 26 Stefan Plaggenborg, op. cit., p. 65.
  • 27 Proletariersport, 1924, n° 5, p. 75-77.
  • 28 Stefan Plaggenborg, op. cit., p. 65.

17E.P. Radin, également médecin et à la fois membre du CSCP et directeur du département d’hygiène scolaire au commissariat du peuple à la Santé26, souligne dans la revue de l’IRS que la culture corporelle se fonde « sur un régime hygiénique suivi jour et nuit », embrassant « les conditions de la vie privée et de la vie en société, le sommeil, le repos, les habitudes vestimentaires, la nourriture et le travail »27. La notion de « fizkul’tura » prend ainsi un sens extrêmement large, faisant appel également au soin passif des capacités de mobilisation du corps. Comme le précise Stefan Plaggenborg, le terme de « fizkul’tura » est en fait traduit de manière insatisfaisante par celui de « culture physique » qui, dans le monde occidental, est associé à l’idée d’activité du corps, voire confondu avec « éducation physique ». Une traduction plus adéquate mais difficilement opératoire serait « le corps en culture »28.

18Les liaisons étroites entre politique sportive et politique de santé marquent en particulier les attitudes envers le sport de haut niveau. La tenue de compétitions n’est pas remise en question, mais celles-ci doivent toujours être soumises au sens de la modération comme le rappellent les propos tranchants de Sema ko :

  • 29 Proletariersport, 1924, n° 5, p. 74-75

19« Nous ne sommes certainement pas contre le sport. Au contraire, nous considérons le sport comme l’un des plus puissants moyens de l’éducation physique. Mais nous sommes contre un type de sport qui fait de celui qui le pratique un estropié au lieu de lui donner une meilleure santé ; nous sommes contre un type de sport qui, au lieu de promouvoir les bons sentiments de l’homme, fait de lui un animal. »29

Le sport soviétique « s’embourgeoise »

  • 30 « Bericht von der Tagung des RSI-Kongresses », (rapport secret de l’homme de confiance du Parti com (...)
  • 31 « Stenogramme der Sitzungen des 3. Kongresses (Moskau, Oktober 1924) », dans RGASPI, 537/I/9.
  • 32 « Thesen des III. Kongresses der R.S.I. zu wissenschaftlich-methodischen und technischen Fragen der (...)

20Au IIIe congrès mondial de l’Internationale rouge sportive en octobre 1924 à Moscou, de premiers signes d’un recul relatif de l’influence des hygiénistes – voulu par le Parti – se font cependant sentir. Alors que les délégués soviétiques auraient souhaité que Sema ko prenne la fonction – très symbolique – de président, le bureau politique du PCR impose le retour de son adversaire, Nikolaj Podvojskij, à la tête de l’organisation internationale30. Le comité exécutif, élu à la fin du congrès, s’empresse d’annuler, sous l’argument de leur incompatibilité avec les réalités du sport travailliste, les « thèses sur les méthodes et techniques » qui venaient d’être adoptées à l’unanimité par le congrès31, et qui portaient entièrement l’empreinte idéelle des hygiénistes32.

  • 33 « Recommandé. À Monsieur G. Duperron. Amsterdam, le 22 avril 1925 », dans Archives de la FIFA (Zuri (...)
  • 34 Proletariersport, 1926, n° 5, p. 68 ; « Thesen über die Arbeit der RSI im Osten und in den Kolonien (...)
  • 35 Sur l’importance et le caractère de ces relations, voir Helmut Altrichter, Kleine Geschichte der So (...)
  • 36 « Aufgaben der Partei auf dem Gebiete der Körperkultur. Resolution des ZK der KPR », dans RGASPI, 5 (...)
  • 37 Pour plus de détails sur les rapports (souvent conflictuels) entre l’IRS et le sport soviétique, vo (...)

21Sema ko reste président du Conseil suprême de la culture physique, mais cette institution se montre de plus en plus divisée par rapport à l’importance à accorder à la santé d’un côté, à la performance de l’autre. Ces nouvelles discordes ne sont pas sans lien avec l’entrée du sport dans le dispositif diplomatique de l’URSS. En effet, des rencontres de football avec la Turquie, qui débutent par un match entre les équipes nationales en novembre 1924 et se poursuivront jusqu’en 1935, sont organisées sur impulsion gouvernementale33. Des échanges sportifs entre l’URSS et la Perse sont également convenus34. Ces démarches correspondent à l’intérêt primordial de la diplomatie soviétique à établir des relations de confiance avec les pays voisins pour mieux protéger les frontières extérieures du seul pays au monde tentant d’établir un système socialiste35. L’approbation officielle du sport de compétition par le comité central du Parti bolchevique, en juillet 192536, et l’acceptation tacite de la notion de performance, entérinent « l’embourgeoisement » du sport soviétique que l’IRS cesse progressivement de dénoncer sous la pression de l’Internationale communiste et du CSCP37.

L’échec d’un « autre sport » dans les sections de l’IRS

  • 38 « Bericht von der technisch-methodischen Konferenz der Roten Sportinternationale », dans Proletarie (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Proletariersport, 1927, n° 6, p. 90.
  • 41 Proletariersport, 1927, n° 6, p. 90 et n° 8, p. 117.
  • 42 André Gounot, « Communisme “offensif” contre socialisme “défensif” ? Le mouvement sportif ouvrier e (...)

22Lorsque la 1re conférence technique et méthodique de l’IRS, tenue en 1927 à Moscou, se penche sur les éléments concrets de différenciation qui ont été introduits par rapport au mouvement sportif bourgeois, les constats sont peu concluants. La section norvégienne peut signaler une nuance mineure : dans les compétitions de boxe qu’elle organise, l’arbitre se trouve non pas dans le ring mais à côté de celui-ci, « c’est dire comme la discipline est bonne chez nos boxeurs »38. Mais comme l’explique le rapporteur norvégien, les performances et les prix décernés aux vainqueurs continuent de jouer dans sa fédération un « […] rôle de premier plan. Nous devons en effet tenir compte des longues traditions du mouvement sportif bourgeois de notre pays. »39Si la compétition et les performances ont occupé dès le départ une place importante en Norvège, les dirigeants de la fédération sportive ouvrière tchécoslovaque, la FPT, doivent constater un processus de sportivisation accéléré. Alors que la gymnastique, longtemps en première position, trouve de moins en moins d’adeptes, la section de football atteint un taux de croissance élevé. Toutefois, la FPT peut se féliciter d’avoir institué avec un certain succès « l’heure de culture physique commune », proposée une fois tous les 15 jours aux membres de toutes les sections sportives en vue de « contrecarrer les effets nocifs d’un entraînement déséquilibré portant uniquement sur un sport particulier »40. Cette mesure, prise en 1925, obtient l’adhésion de nombreux clubs sportifs41 et s’établit ainsi comme un rare trait d’originalité des pratiques sportives ouvrières à l’échelle internationale. Les échos restent par contre très faibles quand l’IRS appelle ses sections à introduire le Wehrsport (un « sport de défense » qui repose notamment sur des exercices physiques de caractère militaire) pour mieux faire face aux agressions fascistes42.

  • 43 Internationaler Arbeitersport, août 1931, p. 321.

23Devant l’impossibilité apparente d’intervenir de manière sensible sur les cultures sportives établies, l’IRS renonce finalement à l’élaboration d’un sport prolétarien portant les marques de la différence. Le Comité exécutif élargi (Plenum) décrète en 1931 que les fédérations sportives ouvrières communistes se doivent en premier lieu de couvrir tout l’éventail des activités proposées par les associations gymniques et sportives bourgeoises, et qu’il faut tenir compte des pratiques « à la mode » dans les différents pays : « tout conservatisme dans le travail technique et méthodique s’exerce aux dépens de notre influence sur les masses. »43

L’URSS, futur « pays des records du monde »

  • 44 « Resolution des Präsidiums der Gewerkschaften, 19. Juni 1932 », dans Gosudarstvennyj Archiv Rossij (...)
  • 45 Ce terme désigne le culte de la productivité du travailleur en faisant allusion à « l’exploit » (ag (...)
  • 46 Sur les mondes parallèles de la terreur et du divertissement, avec, entre autres, une étude sur les (...)
  • 47 Stefan Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 21-108 (= chapitre I, « La réorganisation de l’ (...)

24En 1932, surgit en URSS la devise de « devancer systématiquement les performances des athlètes bourgeois des pays capitalistes »44. La politique sportive soviétique est alors en train de prendre un virage important en mettant progressivement l’accent sur la haute performance. Les mutations dans le domaine de la politique sportive s’inscrivent dans un changement de climat affectant tous les secteurs de la société soviétique, dans le double contexte d’industrialisation accélérée et d’accentuation du régime de terreur stalinien. Les principes du sport de compétition sont en harmonie avec ceux de l’émulation socialiste propagée en vue de l’augmentation de la productivité, la recherche de la meilleure performance sportive se situe dans la mouvance du stakhanovisme45, et la quête de records mondiaux ressort comme composante du néonationalisme russe d’empreinte stalinienne. Enfin, le spectacle sportif obtient une importance accrue dans la même mesure que la répression politique s’amplifie, augmentant le besoin de divertissements momentanés de la population46. Le sportif performant devient quant à lui l’incarnation de « l’homme nouveau » soviétique, résultat final des réflexions et discussions sur la « réorganisation physique de l’homme » entamées dès la victoire de la révolution bolchevique47.

  • 48 Dans le monde sportif, on considérait (et considère) comme records officiels seulement ceux qui son (...)
  • 49 Internationale Sportrundschau. Zeitschrift für Theorie und Praxis der Körperkultur (revue de l’Inte (...)

25L’ouverture de la diplomatie soviétique vers les démocraties occidentales en 1934 facilite les relations avec le sport officiel, acceptées désormais par l’IRS dans le contexte de la politique des fronts populaires. Au principe de comparaison de l’efficience de travail des individus à l’intérieur du pays s’ajoute alors la confrontation symbolique des réalisations collectives à celles du monde extérieur. En juillet 1935, la revue officielle de l’Internationale rouge sportive, reproduisant sans commentaire un article de la Pravda intitulé « L’URSS doit être un pays modèle de la culture physique » et évoquant les prouesses d’athlètes soviétiques qui vont jusqu’à l’établissement de records mondiaux (officieux48), annonce au public sportif international que le mot d’ordre « rattraper et devancer les performances sportives des pays capitalistes » est en voie de se transformer en réalité. L’article conclut : « Nous travaillons, et nous devons travailler avec encore plus d’énergie, pour que les sportifs soviétiques deviennent les meilleurs sportifs du monde, pour que dans les prochaines années l’URSS devienne le pays des records du monde. »49

  • 50 Ibid, p. 71-73.
  • 51 René Wiese, « Der Ursprung der Kinder- und Jugendsportschulen der DDR 1949 bis 1952 – eine sowjetis (...)
  • 52 John Read, « Physical Culture and Sport in the Early Soviet Period », dans Australian Slavonic and (...)

26Ces propos font allusion aux mesures prises en vue d’occuper la position hégémonique dans le sport mondial, parmi lesquelles figurent l’augmentation du budget pour le sport et le recrutement d’entraîneurs étrangers pour la préparation de l’élite50. Après l’introduction, en mars 1931, de l’épreuve physique pour toute la population adulte appelée Gotov k Trudu i Oborine (GTO, « Prêt au travail et à la défense »), l’année 1934 voit apparaître le titre de « maître des sports », récompense pour des accomplissements sportifs significatifs. Et surtout, le GTO est élargi aux enfants et adolescents, permettant ainsi de procéder à une estimation précoce de leur potentiel sportif. Les meilleurs sont envoyés aux « écoles sportives pour enfants et adolescents », dont la première est ouverte à Tiflis en 1934. En 1940, 262 écoles de ce type sont déjà établies ; elles ont alors formé pas moins de 46 730 jeunes aux sports de compétition les plus divers51. Dès 1936, un manuel scolaire encourage d’ailleurs les élèves à se préparer à la « chasse aux records sportifs bourgeois »52.

  • 53 Pour plus de détails, voir André Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomati (...)
  • 54 « Décision au sujet de la transformation du secrétariat de l’IRS en un organe auxiliaire de l’IC po (...)
  • 55 « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und der Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung. 9. Janu (...)

27Pour ce qui concerne son appartenance internationale, le sport soviétique s’invite à une valse hésitante au rythme saccadé à partir de 193553. Tout en s’approchant à petits pas de fédérations internationales comme notamment la FIFA, il continue à danser sur une mélodie de solidarité avec le sport travailliste et participe même, en tant que primera bailarina, à la troisième Olympiade ouvrière de l’Internationale sportive ouvrière socialiste, à Anvers en été 1937. En avril de cette même année, le présidium de l’Internationale communiste avait pourtant procédé à la dissolution de l’IRS, déclarant dans une résolution secrète qu’un mouvement sportif ouvrier opposé au sport bourgeois n’avait plus de fonction utile dans le contexte de l’établissement d’un front antifasciste des sportifs54. Que l’URSS intègre tôt ou tard le Comité international olympique devient progressivement une réalité admise au sein du mouvement communiste, même si certains de ses dirigeants sportifs auraient préféré la fusion de toutes les forces sportives antifascistes sous l’abri organisationnel de l’ISOS, avec le sport soviétique comme figure de proue55.

Conclusion

  • 56 Voir à ce sujet l’étude de Pierre Arnaud, « Le sport français face aux régimes autoritaires, 1919-1 (...)

28Dès les années 1930, les responsables du sport soviétique adoptent définitivement l’idée d’une dimension représentative et nationaliste du sport, largement répandue dans les pays capitalistes et démocratiques56, tout en y ajoutant à leur façon celle de la confrontation des systèmes dans les stades et les salles de sport qui avait été introduite par l’Italie fasciste de Mussolini. Les partis communistes du monde occidental et leurs organisations auxiliaires œuvrant dans le domaine du sport entérinent les options prises par le gouvernement soviétique et s’adaptent aux nouvelles données. L’apologie du sport de haut niveau ainsi que de l’idée olympique alimente dès lors le discours communiste sur le sport.

  • 57 Jörg Wetterich, Bewegungskultur und Körpererziehung in der sozialistischen Jugendarbeit 1893 bis 19 (...)

29Les dirigeants du sport ouvrier socialiste n’ont pas franchi ce pas, mais ils ont également dû accepter que le sport de compétition occupe une place prépondérante dans les programmes de leurs organisations. La recherche de contenus alternatifs devait s’avérer aléatoire tant que les objectifs du sport travailliste restaient subordonnés aux visées politiques des partis ouvriers, et tant que le recrutement du plus grand nombre était considéré comme meilleur levier pour les réaliser. Comme l’a relevé Jörg Wetterich, après avoir fait la comparaison avec les pratiques proposées aux jeunes adhérents d’organisations sportives ouvrières allemandes, le mouvement de jeunesse Wandervogel (né à la fin du xixe siècle) est allé plus loin dans le développement de pratiques « antibourgeoises », s’étant résolument orienté vers le changement des comportements culturels plutôt que vers les questions de pouvoir politique57.

  • 58 Louis Althusser, « Idéologie et appareil idéologiques d’État (Notes pour une recherche) », in La Pe (...)

30Dans la mesure où les dirigeants du sport travailliste se sont sentis appelés à tenir compte de l’immense popularité du sport moderne parmi la jeunesse ouvrière pour garder ou attirer des membres, ils n’ont finalement guère pu faire mieux que de greffer, dans leurs discours, une idéologie socialiste ou communiste sur des pratiques physiques dont ni la genèse ni les valeurs inhérentes n’ont de rapport avec celles-ci. Ces efforts rhétoriques n’ont pas permis de résoudre le problème des frictions potentielles entre les objectifs politiques déclarés et les résultats pédagogiques obtenus. étant essentiellement une pratique non verbale, le sport se prête peu en réalité à des injections d’un sens nouveau ou différent, moins en tout cas que le théâtre ou le chant. Dans ces deux dernières activités, qui faisaient également partie du répertoire du mouvement culturel ouvrier, l’aspect verbal joue un rôle essentiel. Entonner une chanson avec des paroles révolutionnaires ou mettre en scène l’abolition du capitalisme revenaient à exprimer, voire à intérioriser dans l’action, des visions communistes et/ou socialistes. On ne peut guère supposer, par contre, que l’expérience d’une course de marathon, d’un combat de boxe ou d’un match de football ait pu contribuer à aiguiser la conscience prolétarienne des participants. Si l’on suit la réflexion de Louis Althusser, ces activités correspondent plutôt à la prise de contact avec une idéologie en actes susceptible de conforter la position de la bourgeoisie comme classe dominante58. Vu sous cet angle, l’encadrement des sportifs issus de la classe ouvrière a néanmoins revêtu une importance indiscutable : se retrouvant dans un milieu marqué par l’affinité avec le mouvement ouvrier et par la présence de militants politiques, les adhérents de fédérations sportives ouvrières ont été moins exposés que ceux d’autres fédérations à l’influence unique d’une idéologie sportive qui pose la compétition entre individus et la rivalité entre territoires comme normes quasi naturelles du monde moderne.

Haut de page

Notes

1 Pour le cas de la Fédération sportive du travail (section française de l’Internationale rouge sportive) cependant, de telles données sont fournies grâce aux nombreux rapports de police produits entre 1929 et 1932 (Archives nationales, Paris, « Propagande communiste par sociétés sportives », F7/13137). On peut en déduire qu’environ 80 % des membres de clubs appartenaient à la classe ouvrière. L’Internationale rouge sportive déclarait quant à elle que ses sections regroupaient essentiellement des ouvriers, mais que des employés, des fonctionnaires et des étudiants en faisaient également partie (Internationaler Arbeitersport. Zeitschrift für Fragen der internationalen revolutionären Arbeitersportbewegung (revue de l’IRS), août 1931, p. 303).

2 L’IRS atteignit le nombre le plus élevé de son histoire en 1931 avec près de 280 000 sportifs ouvriers inscrits dans ses sections (en dehors de l’Union soviétique), dont les plus importantes se trouvaient alors en Allemagne (125 000 membres) et en Tchécoslovaquie (80 000). L’Internationale sportive de Lucerne atteignit pendant ce temps le chiffre de 1,9 million adhérents, dont près de 1,2 million étaient membres de la seule section allemande.

3 Pour les noms russes, nous employons la translittération scientifique, sauf pour des noms propres dont une manière précise d’écriture est devenue commune dans la langue française, et pour les noms d’auteurs figurant sous d’autres formes de transcription dans des sommaires d’ouvrages cités.

4 Voir Nikolaus Katzer, Sandra Budy, Alexandra Köhring et Manfred Zeller (dir.), Euphoria and Exhaustion : Modern Sport in Soviet Culture and Society, Frankfurt/New-York, Campus Verlag, 2010.

5 Ce terme a désigné les fédérations sportives officielles qui n’ont pas entretenu d’affinités déclarées avec un courant politique ou religieux. Même si une partie de ces fédérations a connu une prolétarisation progressive, le terme de « sport bourgeois » continuait d’être employé avec une connotation négative par les dirigeants du sport travailliste.

6 Sur les discours en France, voir l’Humanité, 2 août et 17 octobre 1912 ; 26 mai, 2 juillet, 27 octobre et 24 novembre 1913 ; 26 janvier, 9, 16 et 23 février, 9 mars 1914. Sur les théories sociales-démocrates du sport ouvrier, voir Hans Joachim Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen im wilhelminischen Klassenstaat », dans Horst Ueberhorst (dir.), Geschichte der Leibesübungen, vol. 3/1, Berlin/München/Frankfurt, Bartels & Wernitz, 1980, p. 461-493 ; Hajo Bernett, « Das Problem einer alternativen Sportpraxis im deutschen Arbeitersport - untersucht am Beispiel der Leichtathletik », dans Hans Joachim Teichler (dir.), Arbeiterkultur und Arbeitersport, Clausthal-Zellerfeld, DVS, 1985, p. 50-76.

7 L’Humanité, 9 février 1914 (article de Jean Boulay, membre du conseil de la FSAS).

8 L’Humanité, 29 septembre 1909 et 7 septembre 1910. Voir sur ce sujet Nicolas Kssis, « Le sport socialiste en France avant 1914 », dans André Gounot. (dir.), Le sport en France de 1870 à 1940. Intentions et interventions, n° spécial de STADION. Revue internationale d’histoire du sport, vol. 27, Sankt Augustin, 2001, p. 71-84.

9 Richard Holt, Sport and Society in Modern France, London/Basingstoke, MacMillan, 1981, p. 32.

10 Compte-rendu du Ier congrès international des groupes socialistes d’éducation physique, tenu à Gand le 10 mai 1913, s.l., s.d. (1913), p. 23-25 ; l’Humanité, 3 et 26 juin ; 3, 4 et 14 juillet 1913.

11 Ainsi, si la FSAS finit par intégrer la gymnastique dans son programme, c’est dans une perspective de propagande et de recrutement, les délégués français au congrès de Gand ayant conclu, après avoir assisté à des démonstrations des gymnastes ouvriers belges, sur l’utilité de telles activités dans cette perspective. Cf. l’Humanité, 3 et 26 juin 1913, 3, 4 et 14 juillet 1913. En novembre 1913, la FSAS adopte le nom de Fédération socialiste du sport et de la gymnastique (l’Humanité, 17 et 24 novembre 1913).

12 Gerhard Hauk, « Fußball - eine ‘proletarische Sportart’ im Arbeiter-Turn- und Sportbund ? », in Hans Joachim Teichler et Gerhard Hauk (dir.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, Bonn, Dietz Vlg., 1987, p. 162.

13 Hans Joachim Teichler, « Arbeitersport als soziales und politisches Phänomen », op. cit., p. 471.

14 Volksstimme, 19 avril 1920, cité par Klaus-Michael Mallmann, Kommunisten in der Weimarer Republik. Sozialgeschichte einer revolutionären Bewegung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1996, p. 172.

15 Rapport cité par Franz Walter, « Der Arbeiter-Samariter-Bund », dans Franz Walter, Viola Denecke et Cornelia Regin, Sozialistische Gesundheits- und Lebensreformverbände, Bonn, Dietz Nachf. GmbH, 1991, p. 310-312.

16 Ibid.

17 « Europameisterschaft im Fußball 1932-34 », dans Nachrichten der Sozialistischen Arbeiter-Sportinternationale, n° 4, décembre 1932, p. 5-7. Ces championnats n’ont pas pu se terminer cependant en raison de la disparition forcée des sections allemande et autrichienne en 1933 et 1934.

18 Voir notamment l’ouvrage de Julius Deutsch, membre de l’exécutive et – à partir de 1933 – coprésident de l’Internationale sportive ouvrière socialiste, Unter roten Fahnen. Vom Rekord- zum Massensport, Vienne, 1931 ; voir aussi Sozialistische Arbeiter-Sportinternationale, 10 Jahre Sozialistische Arbeitersport-Internationale, Prague, 1930, p. 61-62.

19 Voir les comptes rendus du congrès de constitution dans Rossiiskii gosudarstvennyj arkhiv sotsial’no-politicheskoi istorii (RGASPI, Archives nationales russes d’histoire politique et sociale), Moscou, fonds « Sportintern » (537) I/1 ; voir aussi Rote Fahne, 25 août 1921.

20 L’Humanité, 16 et 17 décembre 1923 ; Sport ouvrier. Organe bi-mensuel de la Fédération sportive du travail, Section française de l’Internationale rouge sportive, 1923, n° 1 et n° 3 ; L’Avant-Garde ouvrière et communiste. Organe officiel de la Fédération nationale des jeunesses communistes, 16-30 septembre 1924.

21 Cf. Bruno Lieske et Paul Zobel, Bürgerlicher Sport und Arbeitersport. Drei Vorträge, Berlin, 1924, p. 31.

22 Dès 1921, face au tournant pragmatique de la révolution exprimée dans la NEP (Nouvelle politique économique), et subissant l’hostilité déclarée de Lénine, le Proletkul’t connaît une diminution de son élan et de son influence, avant de disparaître progressivement à partir de 1925. Cf. Jutta Scherrer, « “Proletarische Kultur” : Die Entstehung des Konzepts und seine Umsetzung in der Organisation des frühen “Proletkul’t” », in Friedhelm Boll (dir.), Arbeiterkulturen zwischen Alltag und Politik. Beiträge zum europäischen Vergleich in der Zwischenkriegszeit, Vienne/Munich/ Zurich, Europa-Verlag, 1986, p. 101-122.

23 Proletariersport. Organ für proletarisch-physische Kultur (revue de l’Internationale rouge sportive), 1924, n° 2, p. 21-22 et n° 5, p. 74-75.

24 Stefan Plaggenborg, Revolutionskultur. Menschenbilder und kulturelle Praxis in Sowjetrussland zwischen Oktoberrevolution und Stalinismus, Köln/Weimar/Berlin, Böhlau 1996, p. 80-88.

25 Résolution du CSCP de 1923, in Proletariersport, 1924 n° 2, p. 21.

26 Stefan Plaggenborg, op. cit., p. 65.

27 Proletariersport, 1924, n° 5, p. 75-77.

28 Stefan Plaggenborg, op. cit., p. 65.

29 Proletariersport, 1924, n° 5, p. 74-75

30 « Bericht von der Tagung des RSI-Kongresses », (rapport secret de l’homme de confiance du Parti communiste allemand, Armin Hauswirth, 1924), dans RGASPI, 537/I/82.

31 « Stenogramme der Sitzungen des 3. Kongresses (Moskau, Oktober 1924) », dans RGASPI, 537/I/9.

32 « Thesen des III. Kongresses der R.S.I. zu wissenschaftlich-methodischen und technischen Fragen der Körperkultur der Werktätigen », dans RGASPI, 537/I/15.

33 « Recommandé. À Monsieur G. Duperron. Amsterdam, le 22 avril 1925 », dans Archives de la FIFA (Zurich), Correspondence with National Associations, RUS, 1923-1983.

34 Proletariersport, 1926, n° 5, p. 68 ; « Thesen über die Arbeit der RSI im Osten und in den Kolonien, angenommen auf der Erweiterten Exekutive der RSI im mai 1926 », dans RGASPI, 537/I/54.

35 Sur l’importance et le caractère de ces relations, voir Helmut Altrichter, Kleine Geschichte der Sowjetunion 1917-1991, Munich, DTV, 1993.

36 « Aufgaben der Partei auf dem Gebiete der Körperkultur. Resolution des ZK der KPR », dans RGASPI, 537/I/105.

37 Pour plus de détails sur les rapports (souvent conflictuels) entre l’IRS et le sport soviétique, voir André Gounot, Die Rote Sportinternationale, 1921-1937. Kommunistische Massenpolitik im europäischen Arbeitersport, Münster, LIT Verlag, p. 96-124.

38 « Bericht von der technisch-methodischen Konferenz der Roten Sportinternationale », dans Proletariersport 1927, n° 8, 116-117.

39 Ibid.

40 Proletariersport, 1927, n° 6, p. 90.

41 Proletariersport, 1927, n° 6, p. 90 et n° 8, p. 117.

42 André Gounot, « Communisme “offensif” contre socialisme “défensif” ? Le mouvement sportif ouvrier européen et la perspective de guerre civile, 1919-1934 », dans Communisme. Revue d’études pluridisciplinaires, n° 78/79, 2004, p. 83-104.

43 Internationaler Arbeitersport, août 1931, p. 321.

44 « Resolution des Präsidiums der Gewerkschaften, 19. Juni 1932 », dans Gosudarstvennyj Archiv Rossijskoj Federacii (GARF, Archives d’État de la Fédération de Russie), 7576/2/124.

45 Ce terme désigne le culte de la productivité du travailleur en faisant allusion à « l’exploit » (agencé) du mineur de Donets, Aleksej Stakhanov, qui aurait réussi à extraire, dans la nuit du 30 au 31 août 1935, quatorze fois plus de charbon que ce que demandait le quota officiel.

46 Sur les mondes parallèles de la terreur et du divertissement, avec, entre autres, une étude sur les parades sportives, voir Karl Schlögel, Terror und Traum. Moskau 1937, Munich, Hanser Vlg, 2008. Robert Edelman (Serious Fun. À History of Spectator Sports in the U.S.S.R, New York/Oxford/Toronto, 1993, chapitre 8) montre la généralisation de pratiques professionnelles dans le championnat national de football au cours des années 1930 tout en évoquant l’augmentation colossale du nombre de spectateurs dans les stades.

47 Stefan Plaggenborg, Revolutionskultur, op. cit., p. 21-108 (= chapitre I, « La réorganisation de l’homme »).

48 Dans le monde sportif, on considérait (et considère) comme records officiels seulement ceux qui sont homologués par les fédérations sportives internationales officielles, dont l’IRS et ses sections ne faisaient pas partie. Être membre de l’IRS constituait ainsi une contrainte d’autant plus forte pour le sport soviétique qu’il commençait à faire des progrès spectaculaires.

49 Internationale Sportrundschau. Zeitschrift für Theorie und Praxis der Körperkultur (revue de l’Internationale rouge sportive), 1935, p. 257-259.

50 Ibid, p. 71-73.

51 René Wiese, « Der Ursprung der Kinder- und Jugendsportschulen der DDR 1949 bis 1952 – eine sowjetische Geburt ? », dans Deutschland-Archiv. Zeitschrift für das vereinigte Deutschand, juin 2004, p. 423.

52 John Read, « Physical Culture and Sport in the Early Soviet Period », dans Australian Slavonic and East European Studies 10, 1996, p. 77-78.

53 Pour plus de détails, voir André Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomatiques : Les rapports du sport soviétique avec le sport ouvrier et le sport bourgeois en Europe, 1920-1937 », in Pierre Arnaud et James Riordan (dir.), Sport et relations internationales (1900-1941). Les démocraties face au fascisme et au nazisme, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 241-276.

54 « Décision au sujet de la transformation du secrétariat de l’IRS en un organe auxiliaire de l’IC pour le sport. MA/GF de l’all., 11.4.37 » dans RGASPI, 537/I 219.

55 « Zur gegenwärtigen Lage der Sportbewegung und der Perspektiven ihrer weiteren Entwicklung. 9. Januar 1937. Von C. Aksamit », RGASPI, 537/I/219. Le Tchèque, Carlo Aksamit, était l’un des deux secrétaires de l’IRS.

56 Voir à ce sujet l’étude de Pierre Arnaud, « Le sport français face aux régimes autoritaires, 1919-1939 », in Pierre Arnaud et James Riordan (dir.), Sport et relations internationales, op. cit., p. 277-324.

57 Jörg Wetterich, Bewegungskultur und Körpererziehung in der sozialistischen Jugendarbeit 1893 bis 1933. Lebensstile und Bewegungskonzepte im Schnittpunkt von Arbeitersportbewegung und Jugendbewegung, Münster/Hamburg, LIT, 1993.

58 Louis Althusser, « Idéologie et appareil idéologiques d’État (Notes pour une recherche) », in La Pensée. Revue du rationalisme moderne. Arts, Sciences, Philosophie, n° 151, 1970, p. 3-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Gounot, « Le sport travailliste européen et la fizkul’tura soviétique : critiques et appropriations du modèle « bourgeois » de la compétition (1893-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 33-48.

Référence électronique

André Gounot, « Le sport travailliste européen et la fizkul’tura soviétique : critiques et appropriations du modèle « bourgeois » de la compétition (1893-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2954

Haut de page

Auteur

André Gounot

Université de Strasbourg, EA-3400 « Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page