Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Il y a 70 ans, c’était le Front populaire ! Le témoignage de  Maurice Kriegel-Valrimont (1914-2006)

Guylain Chevrier
p. 105-120

Résumé

Dans le cadre du 70e anniversaire du Front populaire de nombreuses manifestations ont été organisées à Montreuil-sous-Bois en juin 2006 . C’est dans le cadre de l’un de cesdébats, le 10 juin 2006, consacré aux processus politiques qui ont permis l’arrivée du Front populaire, que j’ai découvert l’interview de Maurice Kriegel-Valrimont, militant de premier plan de cette période qui nous a quittés en août 2006, à l’âge de 92 ans. Cette interview avait été réalisée par l’équipe de la télévision locale de la ville de Montreuil-sous-Bois (93), TVM, et projetée en introduction à cet événement public 1. Maurice Kriegel-Valrimont était membre du Comité d’action militaire du Conseil National de la Résistance, membre honoraire du Parlement, Grand Croix de la Légion d’honneur et de l’Ordre National du Mérite. Ce témoignage est celui d’un grand témoin de l’histoire, dirigeant national de la Résistance, antifasciste, syndicaliste, puis dirigeant du Parti communiste qu’il a quitté en 1961. L’intérêt de cette interview est non seulement dans le détail des choses que le témoin retient, mais aussi dans la mise en perspective à laquelle donne lieu une façon de mettre en rapport le passé et le présent et d’induire ainsi la tentative de donner un sens à l’histoire. Le témoignage se transforme alors en prospective. Il m’est apparu que cette interview était de première importance pour redonner toute sa portée à l’événement considérable qu’a été le Front populaire en France.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Entretien réalisé le 2 juin 2006 par Fabrice Mengotti (TVM Est Parisien), Marie-France Cavallon (Université populaire Anatole France), Philippe Hivert (Musée de l’Histoire Vivante)

2Transcription faite par Philippe Hivert. Les questions du journaliste sont en gras et les réponses de M. Kriegel-Valrimont les suivent.

Monsieur Kriegel, bonjour.

3Bonjour.

Que représente le Front populaire pour le jeune homme que vous étiez ?

4Le Front populaire représente pour le jeune homme que j’étais un des très grands événements, non seulement de ma vie mais de l’époque où cela s’est produit. En 1934, quand on commence à parler de Front populaire, j’ai vingt ans. C’est le bon âge pour savoir comment on va entrer dans la vie. Le Front populaire est un très grand événement. Il est vrai qu’on s’y intéresse maintenant, mais l’intérêt est encore en dessous. Si on évoque le siècle dernier, le xxe siècle, il y a les grands événements : la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres, et le Front populaire fait partie des grands événements historiques du siècle. C’est une chose qu’on sous-estime quelquefois. C’est une erreur de réduire le Front populaire à son aspect de grand événement social ; c’est beaucoup plus que cela : c’est un des événements déterminants du xxe siècle.

5Ce qui est encore plus méconnu, c’est la situation réelle des années trente. Au cours des années trente, le monde a connu une des plus grandes crises que le « monde avancé » – comme on dit – ait connue. On sait qu’il y a eu en 1929 le krach de la bourse de New York ; mais la profondeur de la crise économique dépasse de loin ce dont les gens gardent le souvenir. Le chômage est un phénomène d’une ampleur considérable. Ce sont des millions et des millions de chômeurs qu’on recense dans tous les pays industrialisés. C’est une crise du capitalisme industriel de l’époque, une crise profonde. Il y a toute une série de phénomènes d’accompagnement : les grandes marches de chômeurs datent de ce temps-là. Les gens qui n’ont plus de quoi manger, qui vivent, qui survivent, exclusivement du fait que l’on donne, qu’on distribue des soupes dans presque tous les pays…

6Mais il y a d’autres phénomènes encore plus extraordinaires et qui sont assez peu connus, enfin relativement peu connus : l’inflation qui sévit dans un grand nombre de pays, en Allemagne, par exemple. Tout le monde sait que les Allemands restent complètement terrorisés par l’inflation, mais on ne sait pas pourquoi : parce qu’ils ont raison. L’inflation des années trente en Allemagne atteint des proportions extravagantes. Par exemple, à un moment donné on surcharge les billets de banque de tampons encrés qui portent sur des millions : dix marks deviennent dix millions ou davantage. Rendez-vous compte de ce que ça représente sur l’état d’esprit des gens d’aller chercher son pain pour des millions. Ils ne savent plus ou ils en sont. A certain moment, ils prennent des brouettes pour aller porter leur argent là où il faut. Et tout est à l’avenant. On chauffe, par exemple, les trains avec des grains de café pour faire diminuer ou augmenter le prix de la matière première. Aucune des règles habituelles de la vie économique n’est plus respectée. Ça veut dire que les gens vivent dans une précarité dont on a même pas idée ; ça dépasse tout ce qu’on a connu, y compris à l’époque, avec des phénomènes d’accompagnement tout à fait terrifiants. Dans un grand nombre de pays, y compris la France, on diminue les salaires. Laval appelle ça la déflation, et en particulier, dans les services publics, les fonctionnaires voient leurs salaires diminuer, ce qui est un phénomène très rare dans l’histoire des rapports sociaux. A l’avenant, il y a toute une série de phénomènes comme ça. C’est une crise d’une profondeur extravagante avec les conséquences que cela comporte. Ce n’est pas si loin la Première Guerre mondiale : elle a fini en 1918, nous sommes en 1932, c’est-à-dire quatorze ans après, et la situation sociale est ce que vous imaginez : rendez-vous compte de l’état d’esprit de la population. Il y a une totale absence de perspectives ; personne ne croit à rien de ce qui peut contribuer à une amélioration. Les gens subissent cette situation lourdement, avec comme phénomène aggravant à l’époque que les possédants des forces économiques majeures veulent exercer une dictature plus pesante encore. C’est l’apparition du fascisme qui commence en Italie, mais qui, dans les années trente, prend possession de l’Allemagne. Le plus grand pays économiquement de l’époque de l’Europe devient un pays fasciste. De ce point de vue, il faut faire très attention de ne pas oublier ce phénomène, parce que quand on parle du Front populaire, une de ses composantes tout à fait majeures et décisive, c’est la lutte contre ce fascisme. L’appellation réelle du Front populaire, c’est le « Front populaire anti-fasciste ». L’élément de l’antifascisme est déterminant, d’abord dans le rassemblement en 1934 des forces syndicales, leur réunification dans un seul cortège place de la Nation, puis dans toute une série de rapports politiques et syndicaux marqués par la volonté de faire obstacle au fascisme qui devient une menace réelle et presque immédiate. Donc, il y a une composante antifasciste qui est un élément tout à fait décisif dans l’histoire de ce temps.

7Là, intervient un phénomène remarquable. Je vais vous dire en quelques mots comment s’est passée l’élection du Front populaire. C’est une anecdote en fait, mais elle est tout à fait significative. J’étais venu à Paris au printemps 1936 et j’étais allé le soir des élections du Front populaire tout près des grands boulevards, devant cet immeuble qui a été celui de France-Soir et d’autres grands journaux. Les résultats étaient affichés devant cet immeuble. Nous étions un assez grand nombre de gens venus là simplement pour connaître les résultats des élections. Au fur et à mesure que la soirée avançait, il apparaissait que le Front populaire avait un succès inattendu. La chose extraordinaire, c’est qu’à partir d’une certaine heure, il y a eu un nombre phénoménal de gens dans la salle et il s’est créé un mouvement d’enthousiasme étonnant. Les gens ont compris que le Front populaire avait gagné les élections. Ce phénomène, quand on l’a vécu, c’est un événement qui compte dans la vie de quelqu’un. Tout à coup, des milliers et des milliers de gens qui avaient vécu jusque-là dans une situation compliquée, avec la victoire du Front populaire, leur joie a explosé : ils pouvaient tout à coup gagner quelque chose.

8Voilà, en demandant que ces souvenirs soient simplement reçus comme tels, mais c’est parfaitement significatif de ce fait qu’il y a eu à ce moment-là un changement dans la mentalité d’un très grand nombre de gens.

Comment expliquez-vous l’enthousiasme que cet événement a suscité ?

9La caractéristique que j’ai évoquée est que le résultat rompt avec ce qui se passe d’habitude dans les luttes sociales en France. D’habitude quand on obtient quelque chose en matière de législation du travail ou de droits des salariés, il y a d’abord un grand mouvement social. La particularité, là, c’est que ce sont les élections qui commencent le phénomène. Je vous ai dit quel enthousiasme cela avait suscité. Tout à coup, pour la première fois, les gens ont constaté tout bonnement qu’ils pouvaient gagner. Au lieu d’être les victimes, ils pouvaient être les vainqueurs. Ceci a créé un phénomène tout à fait surprenant. Je ne vais pas vous détailler la manière dont ça s’est passé, mais je vais encore vous raconter une petite histoire.

10J’étais encore, en principe, un étudiant qui avait une chambre à la cité universitaire ; mais je venais souvent au boulevard Saint-Michel avec des copains comme moi qui étaient d’idées avancées. Un jour, avec un de ces copains, qui s’appelait Pierre Hervé, je suis allé de Saint-Michel à la cité universitaire à pied parce qu’il n’y avait pas de moyens de communication. Sur le chemin, devant une grande entreprise, on voit des gars qui se tiennent devant la porte et qui avaient l’air d’attendre quelque chose. Comme nous étions des jeunes entreprenants, on va vers eux et on leur demande ce qu’ils font. Ils nous disent tout bonnement : « On veut faire grève, mais on ne sait pas comment. » Déjà le mouvement était engagé. Nous qui avions une petite expérience, nous leur disons : « Allez chercher une table, de quoi écrire, des feuilles, et dites à tous les gens de votre entreprise de venir et s’ils veulent de se syndiquer. Ensuite, on vous dira d’aller à l’Union locale. » C’était extraordinaire : vingt minutes après, la totalité de l’entreprise était syndiquée. Et les gars qui avaient pris cette initiative, aucun roi n’était leur cousin ! Ils étaient enfin quelque chose ; ils avaient la direction d’un grève unanime et l’idée n’est même pas venue à quelqu’un : « Vous ne pouvez pas » ; non, non, non !….

11Je raconte ça, même si ce n’est pas l’essentiel du processus – le processus essentiel, c’est que les très grandes entreprises où il y avait quelques forces syndicales ont commencé et ça s’est répandu très rapidement de place en place, mais pas seulement ! Mais ce que je raconte est également un phénomène du Front populaire. Les gens ont constaté qu’il n’y avait plus d’obstacles à leur action. Quand nous avons fait ça, il n’y avait rigoureusement aucune force au monde qui avait l’idée de venir s’y opposer. Il faut bien comprendre le phénomène d’enthousiasme que ça peut susciter pour des gens qui, des années durant, ont vécu dans l’idée que c’était la lutte du pot de terre contre le pot de fer… Parce que c’était ça l’idée des gens ! Qu’il y avait besoin du patron si on voulait manger ! Il faut bien comprendre ça. Ces mêmes gens sont pris d’enthousiasme et cet enthousiasme se communique. Vous avez vu les images des grandes entreprises où non seulement on garde l’entreprise, on devient les responsables de la machine économique du pays, on se porte garant de l’outil de production, mais en plus on danse et on fait la fête… C’étaient des choses extraordinaires : toute une série de participations qui s’étaient manifestées dans la vie culturelle en France en faveur de la lutte contre le fascisme et la barbarie devient un phénomène joyeux, un phénomène festif, qui gagne de proche en proche.

12A quoi il faut ajouter autre chose. Je prends des exemples arbitraires parce que ce n’est pas l’essentiel, mais c’est significatif. Dans les compagnies d’assurances, la plupart des petites dactylos voyaient leur salaire doubler et certaines tripler. Vous croyez que quand elle touche la première paye – trois fois plus que le mois d’avant !  –, elle n’est pas jouasse ? Ça tombe sous le sens ! Et ceci n’est qu’un aspect. J’ai vu… J’ai vu les masses de gens sortant des trains, arrivant pour la première fois… J’ai vu des vieilles mamans de soixante ans qui n’avaient jamais eu un jour de congé de leur vie… Je les ai vues pleurer devant la mer. C’est extraordinaire ! Il y a de quoi s’enthousiasmer.

Alors comment définissez-vous le Front populaire ?

13J’ai commencé à vous dire qu’il y avait quelque chose de particulier dans le Front populaire et qu’il n’était pas conforme à la plupart de précédents historiques. Pour la première fois, il y a une espèce d’inversion : c’est une élection politique qui fait démarrer le grand mouvement social. D’habitude, ce n’est pas dans cet ordre que ça se passe, mais là il y a cette particularité. Ce n’est évidemment pas l’essentiel. Ce qui est commun à toutes les grandes actions positives où il y a un vrai progrès, c’est que vous avez le phénomène de l’élection politique, mais que vous avez en même temps, et très vite, le mouvement social qui vient vite à la rescousse. Et il prend une ampleur !

14Il faut bien comprendre que c’est la première fois depuis d’innombrables années que trois millions de salariés – surtout des grandes entreprises mais aussi de beaucoup de petites – sont en grève. Ça ne s’est jamais vu. Comment est-ce qu’on évaluait avant, dans les années qui précèdent, l’influence syndicale ? Il y avait de savants calculs, d’ailleurs toujours contestés par les uns et par les autres, sur le nombre des jours de grève dans l’année. Selon qu’il y avait quelques milliers de jours de grève de plus ou quelques milliers de jours de moins, on disait que les syndicats étaient en progrès ou en recul. On se battait horriblement sur ces chiffres, qui étaient peu importants de surplus, qui ne touchaient qu’une fraction de la réalité de la confrontation sociale. A ce moment, tout à coup vous changez complètement d’échelle. Vous arrivez de ces discussions, pas inutiles mais accessoires, à un phénomène qu’on n’a jamais vu en France depuis des dizaines et des dizaines d’années. La caractéristique, à ce moment-là, c’est que pendant toute une période, il n’y a pas d’opposition au phénomène. Plus personne n’a l’idée de dire qu’on doit aller contre ça alors que depuis des années les patrons faisaient ce qu’ils voulaient, ils embauchaient qui ils voulaient comme ils voulaient aux conditions les plus draconiennes. C’est terminé.

15Alors qu’est-ce qui s’est marqué là ? Quel est le phénomène ? Qu’est-ce qui explique la réussite de ça ? C’est la conjonction entre deux choses, et cette conjonction est une condition de réussite. Presque toujours, il y a le mouvement social et en même temps des forces politiques qui sont motrices, qui animent le phénomène. De partout, il y a des militants qui depuis des années se sont échinés à trouver les bases pour que les gens aient l’idée qu’il est possible de faire autrement. Et cette force motrice a gagné dans les dernières années, en particulier de 1934 à 1936. Elle n’a pas cessé d’augmenter et elle se révèle d’une efficacité considérable. Il y a une animation qui vient de ce qu’une partie des forces politiques – elles ne sont pas unanimes, vous le savez bien, sur le plan syndical il y a les réformistes et les révolutionnaires, la CGTU de Frachon et la CGT de Jouhaux – et une partie du mouvement syndical sont décidées à obtenir des modifications.

16Sur le plan politique, il y a l’influence des trois formations du Front populaire : la plus importante, celle du parti socialiste avec Léon Blum, les radicaux avec Daladier et quelques autres, et le parti communiste. Mais le parti communiste est en permanence un parti d’avant-garde, un parti qui anime le mouvement et qui essaie d’obtenir des changements réels. Ce qui est tout à fait certain, c’est que les militants – et dans les syndicats et dans les formations politiques – sont décidés à obtenir des résultats. C’est ça que j’appelle la « force motrice » : ce sont les gens qui ne veulent pas se contenter de belles paroles, qui veulent obtenir et obtiennent des résultats.

17Pour être clair, le Front populaire est un mouvement d’inspiration anti-fasciste – et il ne faut jamais l’oublier – mais en même temps un mouvement de transformations sociales avec des visées politiques. Nous n’allons pas entrer dans le détail de l’analyse de toute la vie politique de cette première partie du xxe siècle, mais, à ce moment-là, il existe indiscutablement une force motrice efficace qui anime le phénomène et qui aboutit à ces résultats. En fait, c’est ça le Front populaire…

18Ce Front populaire arrive aux résultats qui sont inscrits dans les lois sociales de la France. C’est une chose considérable. Pour vous, dire « les quarante heures », « les congés payés, « le droit syndical » dans les entreprises, vous avez vécu toute votre vie avec ça derrière vous. Rendez-vous compte que les gens de l’époque avaient vécu toute leur vie avec l’idée d’obtenir peut-être des choses de ce genre. Et là, il y a la masse des résultats réels, immédiatement sensibles, immédiatement traduits dans la réalité… Vous comprenez bien que des gens qui avaient travaillé jusque-là quarante-huit heures et plus, de travailler quarante heures tout à coup, le fait d’avoir pour la première fois des congés payés, et tout à l’avenant… Eh bien ! c’est ça le Front populaire.

19Et il est vrai que jusqu’à encore il y a quelques semaines, même les pires gouvernements disaient qu’ils étaient pour les acquis sociaux. Ils voulaient dire : « Nous sommes pour maintenir ce qui a été obtenu en 1936. » C’est tout à fait significatif de l’histoire véritable de la France.

Pourquoi choisissez-vous l’engagement syndical ?

20On ne peut même pas dire que je choisis l’engagement syndical. L’engagement syndical, dans les conditions où je me trouve, va de soi. J’étais un jeune étudiant en droit de Strasbourg qui avait des idées avancées. Nous n’étions pas très nombreux, mais il y en avait. En ce qui me concerne, malgré les sollicitations de ma famille, de mes professeurs et d’autres qui voulaient que je fasse soit le barreau, soit une agrégation de droit, quand je leur ai dit : « Ça ne m’intéresse pas, je veux changer le monde » – et le monde que je vous décris, j’avais quelques raisons de vouloir le changer – un certain nombre d’entre eux ont été convaincus que mon équilibre mental était douteux. Mais j’étais très déterminé.

21C’est comme ça que j’ai quitté ma bonne ville de Strasbourg, et qu’au printemps 1936 je suis venu à Paris où je me suis fait embaucher dans une compagnie d’assurances. Quand j’ai demandé autour de moi – c’était un peu avant le 1er mai : « Qu’est-ce qui va se passer le 1er mai ? », les gens se sont mis à se marrer et ils m’ont tout de suite répondu : « Si tu ne viens pas le 1er mai, tu es viré. » J’ai trouvé entre-temps une autre compagnie voisine qui m’offrait cent sous de plus. J’ai sauté le 1er mai et je suis allé dans l’autre compagnie, mais entre-temps les grèves sont arrivées. Et vous demandez pourquoi j’ai choisi ? Vous imaginez que la totalité du personnel, celle que j’avais vue inerte, s’étant mis en grève et presque partout, avec des nuances, avec des trucs compliqués, avec des choses savantes, mais ils étaient tous d’accord pour la grève. Dans une compagnie d’assurances, il y avait une porte qui était gardée par les gars de la CGT et une autre porte qui était gardée par les volontaires nationaux de La Rocque, mais ils s’entendaient comme larrons en foire : ils étaient d’accord pour la grève ! Vous n’auriez pas voulu que le jeune homme que je vous ai décrit dise aux autres : « Allez-y faites grève, moi je me tourne les pouces. » Je suis allé avec eux, c’est aussi simple que ça. Je n’ose même pas dire que c’est un choix, c’est une logique.

22Une fois engagé, c’est l’engrenage et c’est passionnant. La période qui va de 1936 à la guerre est une époque agitée, où les autres vont jusqu’à dire : « Plutôt Hitler que le Front populaire » ; mais on se bat. On se bat pour de nouvelles conventions collectives, on se bat pour maintenir les acquis, on se bat ensuite pour l’Espagne républicaine. On ne va pas arrêter, d’autant plus que c’est passionnant. Vous êtes enfin devant le mouvement social quotidien ; splendide ; avec des hauts et des bas : on vous offre d’abord de doubler votre salaire et ensuite on vous liquide pour insuffisance professionnelle, mais c’est courant ! Ça fait partie de cette lutte, mais c’est extraordinairement passionnant. Une fois que vous êtes engagé là-dedans, vous êtes dans la vie et vous êtes content de la vie. C’est une vie riche, constamment animée et où vous voyez bien qu’il faut se battre pour maintenir ce que vous avez gagné, il faut se battre pour essayer d’obtenir davantage, il faut se battre contre les abandons des gouvernements, il faut se battre pour qu’on ne cède pas aux puissances fascistes, etc. Voilà les choix.

Comment expliquez-vous ce paradoxe que la gauche est au pouvoir et que, malgré tout, jusqu’aux accords Matignon les grèves se développent ?

23Excusez-moi, mais il n’y a pas de paradoxe. C’est tout simplement, à ce moment-là, que les syndicats, les syndiqués, les salariés s’aperçoivent qu’ils peuvent intervenir dans les rapports sociaux et qu’ils peuvent obtenir des résultats. Ils savent que plus ils pousseront l’avantage, plus ils auront de résultats. C’est évident. Déjà, ils ont constaté que les oppositions habituelles disparaissaient devant eux, donc il faut pousser ; que le gouvernement – qui est composé avec la non-participation des communistes – ira dans le sens des revendications. La question ne se pose pas. Personne n’imagine que l’on puisse s’opposer à ce mouvement. Le gouvernement populaire de 1936 envoyant les gardes mobiles dans une usine, c’est une rigolade, c’est incohérent, la question ne se pose pas. Donc, plus vous pousserez, plus vous aurez de résultats. Et c’est ce qui s’est passé. Vous connaissez le fameux échange entre les patrons qui disent : « On n’a jamais vu de telles revendications à ce niveau » et les dirigeant syndicaux qui leur répondent : « On n’a jamais vu un tel mouvement. » C’est l’explication.

24A ce degré-là, il faut faire très attention. A l’époque aussi, il y a quelques jeunes tout à fait enthousiastes et un peu exagérés qui disent qu’il faut tout casser. Ça existe, mais le sentiment commun, le sentiment général est qu’il faut obtenir le maximum mais qu’il faut s’en tenir là.

25C’est ce qui se passe. L’Histoire est souvent comme ça, les historiens la compliquent quelquefois, mais ce n’est pas important. L’histoire là est toute simple : il s’est passé ce qui devait se passer. C’est ça la réalité. Et quand on sait que la véritable Histoire, c’est celle dans laquelle les peuples jouent les rôles – et là, nous sommes en plein dans cette Histoire-là – ce n’est pas compliqué et le mieux est de ne pas le compliquer de façon excessive.

Le Front populaire a-t-il influencé votre vie ?

26Le Front populaire a déterminé une part de l’histoire du pays. Ça veut dire que, comme j’ai été impliqué dans cette histoire, il a déterminé une partie de la vie de tous ceux qui ont vécu cette époque. C’est donc un énorme événement. D’ailleurs, l’énorme influence de ce phénomène se marque dans la violence de l’opposition qu’il a rencontrée. C’est une des choses les plus remarquables : le Front populaire a fait reculer le fascisme en France. Pour que le fascisme prenne sa revanche, il a fallu la guerre et l’invasion de la France, ce qu’ils ont appelé la « divine surprise ». Ce qui veut dire que le Front populaire est inscrit profondément dans l’histoire de notre pays.

Selon vous, un tel événement peut-il se reproduire ?

27Non seulement il peut se reproduire, mais il s’est déjà reproduit. Sur un certain nombre de points, ce qui s’est passé au lendemain de la Libération est de la même nature que ce qui s’est passé sous le Front populaire. Vous avez également l’énorme mouvement social issu de l’action des syndicats et de la Résistance. Rendez-vous compte qu’au lendemain de la Libération, dans un très grand nombre d’entreprises françaises, les salariés sont syndiqués à 100 % ! Il faut bien comprendre que c’est un mouvement social considérable quand, devant un patron, la totalité des salariés sont syndiqués ensemble, en tout cas, convergent au minimum. Ça représente une force énorme. C’est un mouvement social considérable et en même temps, vous avez le phénomène issu de la lutte libératrice qui fait que vous avez, issue de a Résistance, une force motrice qui incite à réaliser les promesses faites dans le programme du Conseil National de la Résistance. Vous avez, là encore, cette même conjonction d’un mouvement social très profond – et en particulier syndical – et en même temps une force politique motrice politique qui incite à réaliser un certain nombre de choses. Donc, ça peut se reproduire.

28A ce moment-là, ça s’est déjà reproduit, et pourquoi voulez-vous que ça ne se reproduise pas ? Le monde change, c’est vrai ; il y a des changements réels et importants qui sont parfois au détriment des salariés, mais pourquoi voulez-vous que ce soit toujours au détriment de ceux qui travaillent ? Il n’y a pas de raison. Il faut faire très attention. De ce point de vue, un certain nombre de théoriciens, en particulier aux États-Unis, notamment Fukuyama, ont décrété que, parce qu’il y avait eu l’effondrement de l’Union soviétique et du stalinisme, l’Histoire était finie ; qu’à l’avenir, il n’y aurait plus qu’une histoire : celle des gens qui détiennent les moyens économiques. Beaucoup d’idiots à travers le monde l’ont cru. Et puis voilà : l’Histoire n’est pas finie. Et remarquez que maintenant les mêmes qui le disaient expliquent tous que ce n’est pas ça qu’ils voulaient dire ! Parce que l’Histoire continue ; l’Histoire ne s’arrête pas. Elle connaît toutes sortes de hauts et de bas et quelquefois les changements ne sont pas bons, c’est vrai. Mais dire qu’elle est finie !…. Même les plus conservateurs des gens peu intelligents ont cessé de le dire. Ce n’est pas soutenable. Et la crise actuelle est la démonstration que l’Histoire est ouverte.

Y a-t-il un message, un héritage du Front populaire ?

29Oui, oui… Il y a un message, parfaitement clair. Il n’est pas utopique de dire qu’on peut obtenir des bons changements quand on remplit les conditions pour les obtenir.

30Il faut les remplir. Il ne suffit pas de dire : « Il n’y a qu’à », il faut encore le faire. De ce point de vue-là, le message est parfaitement évident. Il y a des conditions à remplir, mais pourquoi ne pas les remplir ?

31L’héritage est d’une grande évidence : ce n’est pas une utopie de poursuivre la volonté d’obtenir des avantages. Elle est à la portée pour ceux qui veulent remplir les conditions afin de les obtenir. Il n’est pas facile de le faire, il n’est pas aisé, il ne suffit pas de le proclamer ; mais quand on s’acharne sur l’objectif que l’on veut obtenir… Tout le monde dit qu’on est dans une situation compliquée et difficile. Et en 1934, vous croyez que c’était facile ? Et deux ans après, c’était le Front populaire. Entre 1934 et 1936, si vous aviez dit à quelqu’un : « on obtiendra ce qu’on a obtenu », la plupart des gens vous auraient ri au nez. Mais il y a mieux que ça : en 1942 – vous avez la chance d’être la plupart trop jeunes pour savoir ce qui se passait – que faisaient les bons Français ? Ils avaient des mappemondes ou des planisphères et ils plantaient des petits drapeaux. Et qu’est-ce qu’on lisait sur les petits drapeaux ? Que les armées nazies étaient aux portes de Stalingrad et que si Stalingrad tombait, c’était en quelque sorte la fin. Mais il y avait pire : même ce ridicule militaire qu’était Mussolini avançait en Afrique et, dans toute l’Asie, les Japonais avaient la haute main et occupaient la totalité des pays asiatiques. Ils étaient à la marche des mille années de domination qu’ils prévoyaient. C’était en 1942.

32Je pense quelquefois que, quand nous étions en prison, à Lyon, au moment où la Gestapo nous interrogeait, si l’un de nous avait dit : « Dans deux ans, Paris sera libre », les autres auraient passé le reste de la nuit à rigoler. Ils ne l’auraient pas cru. Et puis deux ans après, Paris était libre. Alors les gens qui vous disent : « Il n’y a rien à faire, on est dans la mouise et on y restera », ils ne savent pas l’Histoire ; ils ne savent pas ce que l’Histoire réserve à ceux qui veulent se battre.

33C’est ça l’héritage principal. Si vous menez les luttes qu’il faut mener – et elles sont difficiles – vous n’avez pas les conditions dans lesquelles l’espoir n’existe plus, ce n’est pas vrai. Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé quand j’étais jeune député. Nous étions un certain nombre de jeunes universitaires et le père Cachin qui, lui aussi, était un universitaire, ancien, aimait s’entourer de quelques-uns parce qu’on parlait boutique, si j’ose dire. Tout à coup, il s’arrêtait – il avait quatre-vingts ans, je trouvais qu’il était vraiment très, très vieux ; maintenant je pense que c’était un jeune homme à l’époque – et il nous disait : « Il faut vous dépêcher, moi je veux le voir le socialisme. » Nous, nous étions attendris, mais on était content qu’il dise ça, parce que ça veut dire que l’homme qu’il était avait encore l’idée de la possible réalisation de ses idéaux.

34C’est ça l’héritage : tant que vous êtes en mesure d’animer l’action pour aller vers quelque chose qui comporte plus de justice et plus de liberté. L’héritage, c’est d’être fidèle à l’antifascisme. C’est vrai qu’en 1930, j’étais un tout jeune homme, mais j’étais un antifasciste déterminé. Je suis le même jeune homme, je suis le même anti-fasciste. Ceux qui ne comprennent pas que l’idéal de leurs vingt ans reste l’idéal à poursuivre… Oui, oui, oui !…. Je veux un monde avec plus de justice et plus de liberté. Et pourquoi je ne le voudrais pas ? Et pourquoi il n’aurait pas lieu ? Je vous le dis à vous qui êtes beaucoup plus jeunes – et c’est votre tâche : « Dépêchez-vous ! Compte tenu de mes quatre-vingt-douze ans, je suis pressé. »

35Il faut comprendre que c’est ça l’héritage : c’est le maintien de la certitude qu’on peut rester fidèle à soi-même, à son peuple, à l’idéal qui fut celui de Communards qui, en 1870, voulaient un monde meilleur et plus juste, avec plus de liberté. Et nous, on ne voudrait pas ça ? Alors oui, il y a des changements. Mais rendez-vous compte ! Dans les dernières soixante-dix années, c’est extraordinaire, mais ça ne va pas dans le sens de la diminution. On en sait beaucoup plus sur l’histoire des hommes, on en sait beaucoup plus sur les gênes qu’il porte et ce qu’ils contiennent, on en sait beaucoup plus sur la manière dont le monde s’est formé, on en sait beaucoup plus sur des tas de choses. Les effets ne sont pas toujours positifs. Les effets négatifs sont dus au fait que tous ces moyens nouveaux sont utilisés pour faire du fric. Et vous voulez que je dise qu’ils ont raison ? Quand même ! Quand on donne les chiffres – d’ailleurs, ils se virent les uns les autres parce qu’ils sont trop payés – vous n’allez pas accepter ça comme des moutons ! Il faut changer cela. Ils en sont arrivés à le changer eux-mêmes.

36Le gouvernement, dans la dernière période, quand il a défendu le CPE, a fait la preuve qu’on ne pouvait pas se passer du syndicat. Ça, c’est une bonne démonstration ! Il les a remis en quelque sorte à leur place : ce sont eux qui représentent les salariés. Et vous vous allez faire la grimace devant tout ça ? Quand les autres s’affaiblissent, il faut se renforcer. Ça veut dire qu’il ne faut pas non plus faire de bêtises ; il faut prendre les moyens d’arriver au but, comme le Front populaire l’a fait. Il n’a pas tout fait, c’est vrai, il reste encore pas mal de choses à faire. Eh bien ! Il faut s’y mettre.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la gauche française ?

37La gauche française aujourd’hui, pour une large part, est le fruit de notre histoire récente. Mais il est vrai que cette histoire récente comporte des problèmes. On connaît à peu près l’état des forces.

38Historiquement, le parti socialiste a eu des hauts et des bas, des périodes de gouvernement et de périodes d’opposition. On ne peut pas dire qu’il constitue l’élément moteur en faveur d’un certain nombre de revendications de la France. On ne peut pas dire non plus que son influence est négligeable. Avec des hauts et des bas, son influence électorale est de l’ordre de 25 % du corps électoral, et plutôt un peu davantage. Mais, malgré les avatars de toute cette dernière période, malgré le fait qu’en son sein sur la constitution européenne il y ait eu de profondes divisions et qu’il y ait des séquelles de ces divisions, il ne représente pas actuellement l’espoir d’un changement radical et efficace.

39En ce qui concerne le parti communiste, il n’est pas possible de ne pas enregistrer la situation historique qui fait qu’en 1944, il représente un tiers des élus en France et aux dernières élections présidentielles un tout petit peu plus de 3 %. Tout le monde sait que c’est la conséquence de l’effondrement de l’Union soviétique et de tout de qui l’a accompagné. Sans aucun esprit de polémique vulgaire, on est bien obligé de constater que, pour une part, cette perte d’influence est aussi la conséquence du sentiment qu’ont un très grand nombre d’anciens communistes et une grande partie de la population du peuple français qu’il n’a pas su liquider les séquelles du stalinisme en temps voulu, et que cela a pesé sur tout le développement. Ça veut dire encore que vous avez des difficultés de ce côté-là.

40De plus, il y a les autres organisations dites de gauche : les Verts, dont il est quelquefois assez compliqué de déterminer l’orientation authentique ; il y a les radicaux de gauche qui apparaissent, pour une large part, comme un appendice du parti socialiste ; il y a l’extrême gauche, mais c’est un peu plus compliqué que cela. Vous avez des formations comme la LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire), comme LO (Lutte Ouvrière) qui sont en fait des groupuscules relativement marginaux.

41Pour résumer, il n’est pas possible de dire que vous avez actuellement à gauche l’existence d’une force motrice qui permette de savoir où on doit aller. La plupart des forces de gauche ne sont pas capables elles-mêmes de déterminer sans ambiguïté la direction dans laquelle il est possible de les faire gagner. Alors, il faut faire attention de ne pas en tirer des conclusions pessimistes excessives, parce que, heureusement, la droite ça ne va pas beaucoup mieux et même, dans une large mesure, ça va encore bien plus mal. Le fait qu’ils s’opposent les uns aux autres comme ils s’opposent, ce n’est pas un affaiblissement de la gauche ; le fait que, visiblement, ils veulent la peau les uns des autres, ce n’est pas un affaiblissement de la gauche. Quand la droite s’affaiblit, il n’est pas démontré que ça fait du tort à la gauche. Quand le gouvernement fait la preuve que, pour faire la politique sociale, on ne peut pas ne pas demander aux syndicats leur avis, il remet les syndicats à leur place de représentants des salariés.

42Ça veut dire que la question est pour la gauche mais aussi pour la politique française. Nous sommes dans une situation un peu ambiguë, et c’est celle-là dont il faut sortir. C’est pour cela que les précédents historiques sont tellement importants. La preuve existe qu’il est possible d’en sortir. Voilà sur la gauche.

Par rapport à l’état du monde en 1942, on nous dit aujourd’hui que plus rien n’est possible puisque c’est la mondialisation…

43Mais ce n’est pas vrai ! De ce point de vue-là, c’est très intéressant. Il est vrai qu’étant donné qu’ils détiennent les lieux de décision, ils font des tas de saloperies. Mais ce n’est pas aussi simple ! Il y a quand même quelque chose d’absolument extraordinaire : les changements qui sont intervenus. Avec le fait que l’Inde, la Chine, une grande partie des pays asiatiques ont tout à coup eu accès à un certain nombre de moyens, il y a plusieurs centaines de millions de gens qui ont cessé de crever de faim. C’est énorme ! Et ils n’en sont qu’au début, ça va continuer. Il va y avoir un phénomène de développement et de recul de la pauvreté. Ce n’est pas rien. C’est très en dessous de ce qu’on pouvait faire parce que les autres freinent encore ce phénomène. Ce n’est pas ça qu’ils voulaient, ce n’est pas ça qu’ils ont cherché, mais c’est comme cela ! Donc, c’est vrai que les phénomènes qui se sont produits ont comporté des possibilités absolument inattendus.

44Non, là-dessus, ce n’est pas difficile : il ne faut pas croire les salauds. Les salauds ont tort et tout ce qu’ils disent, il faut dire que ce n’est pas vrai. Il n’y a de vrai que ce qui est conforme à la volonté des peuples. Il ne faut pas transiger là-dessus. Et si quelqu’un vous dit que vous êtes sectaire, dites-lui que c’est un imbécile. Non !…. Non !…. Non !… Sur ces choses, il faut rester absolument déterminé, parce que ça compte la détermination. Vous comprenez, quand vous avez deux combattants qui s’affrontent, s’il y en a un qui n’y croit qu’à moitié, il prend la pile. C’est celui qui croit tout à fait qui gagne… Il faut avoir vingt ans !

Comment analysez-vous aujourd’hui le manque de mobilisation des Français aussi bien dans les syndicats que dans les partis politiques ?

45Il n’est pas discutable que la perspective de ce qu’il faut pour un changement réel et positif n’est pas dégagée. Il est malheureusement indiscutable que la force nécessaire pour frayer la voie n’est pas cristallisée encore. Mais là encore, il faut faire attention. Dans une commune comme Montreuil, vous en avez tous les jours des exemples. De tous les côtés surgissent les bonnes questions. Beaucoup de gens posent des questions intelligentes qui vont dans le sens de la recherche de ce qu’il faudrait faire. C’est déjà très important.

46Indiscutablement, les syndicats sont sortis de la situation épouvantable de ces quelques dernières années : c’est moins mal. Il n’est pas discutable que vous avez, dans un certain nombre de cas, les jeunes qui se sont manifestés, de façon complètement inattendue en certains cas mais de façon extrêmement positive. Quand vous avez eu la lutte contre le CPE, à certains moments, vous aviez des représentants des jeunes, non seulement vous leur donniez raison, mais vous pensiez qu’ils seraient des bons candidats pour les présidentielles. C’est extraordinaire ! Ce sont de tout jeunes gens et ils posent de très bonnes questions. Elles vont souvent dans le sens d’une recherche du rassemblement des forces, de l’union nécessaire pour obtenir un résultat, ce qui est le signe que les bonnes questions s’accumulent. Malheureusement, vous n’avez pas encore la cristallisation d’une force capable de donner un ensemble de réponses cohérentes, vous n’y êtes pas encore. Donc, il faut pousser dans ce sens.

47Quand je dis 1934-1936, 1942-1944, pourquoi pas 2007-2008 ? Et pourquoi pas ? En tout cas, moi je n’y vois pas d’inconvénient (rires). C’est comme ça qu’à mon avis, on est sur la bonne voie, mais ce n’est pas le bonhomme de quatre-vingt-douze ans qui va régler ces problèmes ; ce sont les générations qui sont concernées, c’est à elles de le faire. Et elles le feront, elles le feront ! Pourvu qu’elles ne le fassent pas trop tard !

  • 2  A l’époque de l’interview, Jean-Pierre Brard était maire de Montreuil.

Montreuil est une terre de résistance depuis 1944 et le député-maire Jean‑Pierre Brard 2 vient de lancer une pétition contre Nicolas Sarkozy. Que pensez-vous de cette initiative ?

48Je dois vous faire des excuses et être un peu sentimental parce que j’ai des rapports particuliers avec Montreuil à plusieurs échelons. D’abord, j’ai épousé une fille de Montreuil-les-Pêches ; ça fait soixante-huit ans que nous vivons ensemble et j’ai l’intention de continuer. Ça veut dire que j’ai des attaches directes. La famille de ma femme, la famille Lesouef, habitait Montreuil depuis très longtemps. Pendant la guerre, une des amies de ma femme – qui s’appelait Lelièvre et qui habitait près de la rue Rochebrune – m’a prêté son pavillon pour en faire un usage condamnable : j’y ai installé le siège de l’Action ouvrière des mouvements de zone sud. C’était là qu’étaient nos archives, nos documents, nos journaux. Le journal Action de la clandestinité s’est conçu à cet endroit-là. La plupart des dirigeants de la zone sud sont venus là ainsi que d’autres dirigeants de la résistance comme Pierre Villon et Yves Farge et beaucoup d’autres. Je suis un peu attaché à cette maison parce que, quand les Anglais ont bombardé sur la frange de Montreuil les lignes de chemin de fer, la maison à côté s’est complètement écroulée et celle dans laquelle nous nous trouvions s’est fendue. J’ai vu tout à coup les murs s’écarter et je n’ai eu peur que le lendemain, parce que quand on regarde le spectacle, on n’a pas le temps d’avoir peur. Vous voyez, j’ai des attaches extrêmement profondes. Ce siège central d’un organisme important de la résistance française, c’est à Montreuil qu’il se trouve toujours. Donc, je ne suis pas dépourvu de souvenirs ni de sentiments à cet égard, et il faut les comprendre.

49Ça s’est encore renforcé au cours du temps. Dans mon activité militante, pendant un temps, je suis allé, par exemple, à la Réunion quand on a poursuivi le dirigeant du parti à la Réunion qui est le frère de l’avocat Vergès. Il était accusé de meurtre et je l’ai défendu. À la Réunion, Louis Odru, qui était un de vos dirigeants municipaux, m’a suivi. Sur toute une série d’endroits comme ça, nous avons eu des rencontres à travers le temps qui nous ont beaucoup rapprochés. Quand le parti communiste a eu des difficultés, j’ai toujours rencontré auprès d’un certain nombre de militants comme Odru, Dufriche et nombre d’autres une ouverture d’esprit, une intelligence des événements, une recherche des solutions avec lesquelles j’étais tout à fait d’accord. Ça veut dire que je souscris à la formule que « Montreuil est un lieu de résistance ». Et le fait qu’on y fête régulièrement le souvenir des déportés, des fusillés et d’autres manifestations de ce genre correspond à ce phénomène.

50Ça veut dire aussi que je pense qu’il est juste et bien de s’en prendre à celui qui, dans l’immédiat, constitue le seul petit recours de la droite qui existe. Je pense d’ailleurs que c’est un homme effectivement dangereux, d’autant plus qu’il me semble ne pas étouffer sous les scrupules. Le maire de Montreuil, mon ami Brard, a tout à fait raison de s’en prendre à celui qui est actuellement l’adversaire principal, parce que c’est à peu près le seul qui a encore quelque influence dans les populations réelles de la droite. Donc, non seulement je suis toujours avec Montreuil pour toutes les raisons de cœur et d’esprit que j’ai dites, mais je pense que c’est bien. Ne vous y trompez pas : Montreuil est une localité importante de la région parisienne. C’est une grande commune qui touche directement à Paris. Ce qui s’y passe a un effet électoral, mais aussi un effet politique. Je crois qu’il est bon qu’on ait là un exemple de résistance effective aux menaces qui pèsent, parce que nous retrouvons, là encore, les mêmes forces en présence que celles que nous avons rencontrées quand nous avons évoqué les différentes périodes historiques.

51Et soyez gentils : dites à mon ami Brard que je compte sur lui non seulement pour combattre Sarkozy, mais pour le battre à plate couture.

Monsieur Kriegel, nous vous remercions.

52C’est moi qui vous remercie. Ça été un plaisir d’être au contact de mes amis de Montreuil.

Haut de page

Notes

1  Remerciements à la ville de Montreuil-sous-Bois (93) pour nous avoir permis d’accéder à cette interview et de la publier.

2  A l’époque de l’interview, Jean-Pierre Brard était maire de Montreuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « Il y a 70 ans, c’était le Front populaire ! Le témoignage de  Maurice Kriegel-Valrimont (1914-2006) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 105-120.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « Il y a 70 ans, c’était le Front populaire ! Le témoignage de  Maurice Kriegel-Valrimont (1914-2006) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/295

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page