Navigation – Plan du site
DOSSIER

Éduquer des corps nobiliaires à la fin du XVIIIe siècle : l’exemple de Mme de Genlis

Jean-Baptiste Le Cam
p. 19-32

Résumé

Étudier la culture et l’éducation du corps chez Mme de Genlis au tournant des Lumières et de la Révolution française permet d’abord de nuancer l’idée développée par une partie de l’historiographie, selon laquelle la bourgeoisie des Lumières imposerait une nouvelle culture du corps et de nouveaux modèles d’éducation physique, venant contester et supplanter un rapport au corps spécifiquement nobiliaire et quelque peu archaïque. Mme de Genlis appartient à l’aristocratie nobiliaire de la fin du XVIIIe siècle. Or, elle prône et dispense une éducation du corps normée par les principes éclairés qui vise, notamment, à permettre aux enfants du duc d’Orléans de tenir leur rang nobiliaire. Par ailleurs, chez Mme de Genlis, le corps et son éducation sont aussi des objets d’écriture s’inscrivant au cœur d’une entreprise de légitimation sociale de l’identité nobiliaire, mise à mal par un discours anti-noble qui s’affirme à l’époque des Lumières et se politise sous la Révolution française. Enfin, en écrivant sur l’éducation physique après la rupture de 1789, Mme de Genlis construit sa propre légitimité politique, ainsi que celle de ses élèves, princes du sang et enfants du duc d’Orléans.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette thèse est non seulement développée dans son ouvrage Le corps redressé : histoire d’un pouvoir (...)
  • 2 Jean-Jacques Courtine et Claudine Haroche, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions du xv (...)

1Lorsque l’on se penche sur le champ historiographique de la culture et l’éducation du corps au XVIIIe siècle, il apparaît qu’un certain nombre de travaux, dont certains sont considérés comme des références majeures, sont sous-tendus par une logique réductrice fondée sur la transposition mécanique du conflit de classes dans le domaine du corps et ce, souvent à l’aune du prisme déformant de la Révolution française. Ainsi, Georges Vigarello voit dans les mutations qui traversent la culture et l’éducation corporelles au siècle des Lumières le signe de la montée d’une bourgeoisie qui, avant de prendre le pouvoir politiquement, imposerait un nouveau rapport au corps normé par les principes éclairés1. On retrouve, par instants, cette vision chez des auteurs comme Jean-Jacques Courtine et Claudine Haroche qui opposent, de manière quelque peu anhistorique, deux rapports au corps : l’un aristocratique et placé sous le signe de la grâce, l’ostentation, le luxe, le souci du regard des autres ; l’autre bourgeois, qui cultiverait la vertu, l’effort, l’austérité, le refus du paraître et le souci de l’efficacité2. Ce sociologisme hâtif étaye ainsi l’idée implicite d’une culture éclairée du corps qui se mettrait en place contre et sans une noblesse qui, quand elle n’est pas renvoyée du côté d’un rapport archaïque au corps ou d’un amollissement et une dégénérescence physiques généralisés par son goût croissant pour l’oisiveté et la débauche, n’adhère à cette nouvelle culture du corps que dans un mouvement de reniement de son identité sociale et du système de valeurs qui le fonde, au profit d’une conversion à une vision du monde portée par la bourgeoisie.

2En outre, cette grille conduit souvent à lire les rapports entre la culture éclairée du corps et les habitus corporels façonnés par un héritage classique selon un schéma d’opposition et de substitution du nouveau à l’ancien. De là au finalisme qui verrait dans la mise en place de la culture corporelle des Lumières une marche irrémédiable vers la Révolution, il n’y a qu’un pas, franchi par plusieurs historiens. C’est le cas, notamment, chez Georges Vigarello, qui insiste sur une éducation éclairée du corps fondamentalement émancipatrice et cultivant le dynamisme et la mise à distance de la morale chrétienne.

Le corps des Lumières est un corps bourgeois : une idée discutable

  • 3 Guy Chaussinand-Nogaret, La Noblesse au XVIIIe siècle. De la féodalité aux Lumières, Bruxelles, Com (...)
  • 4 Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayar (...)

3Mais le premier présupposé sur lequel reposent ces différents travaux, à savoir l’assimilation entre Lumières et bourgeoisie, a été remis en cause par un certain nombre d’historiens qui ont renouvelé l’approche de la noblesse du XVIIIe siècle, non plus appréhendée comme une classe homogène rétive au mouvement des Lumières, mais en tant que groupe hétérogène, « kaléidoscopique », travaillé par des logiques de distinction et hiérarchisation internes. Les travaux de Guy Chaussinand-Nogaret ou de Pierre Serna3 rappellent ainsi que les nobles ont participé massivement à l’aventure culturelle des Lumières, participation qui a agi comme un principe de distinction intranobiliaire et a même permis à certains nobles de revendiquer une position d’avant-garde sur le chemin de la régénération, désarmant ainsi les aspects antinobiliaires de certains discours éclairés et relégitimant dans le même temps leur supériorité et leur identité sociales. De même, dans ses travaux sur les espaces et pratiques de sociabilité des élites éclairées, Antoine Lilti remet en cause le clivage entre culture aristocratique et culture éclairée en montrant à quel point le jeu de la compétition aristocratique et les stratégies de distinction sociale déployées par les membres de la haute noblesse influencent le fonctionnement des salons des Lumières4.

  • 5 Roger Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990.
  • 6 Michel Delon, L’Idée d’énergie au tournant des Lumières, Paris, PUF, 1988.

4Leur second présupposé est celui d’une vision téléologique du mouvement éclairé qui consiste à lire l’aventure des Lumières comme une marche irrémédiable vers la Révolution, comme une culture qui serait fondée exclusivement sur la contestation de l’ordre social et politique d’Ancien Régime. Or, ce second présupposé a notamment été déconstruit par les analyses de Roger Chartier5 sur l’invention d’un lien irrémédiable et naturel entre Lumières et Révolution française par les acteurs du mouvement révolutionnaire eux-mêmes, ou par la critique qu’opère Michel Delon, dans sa thèse sur l’idée d’énergie au tournant des Lumières, de l’illusion rétrospective qui a souvent et longtemps bercé une histoire des idées menant ses analyses sur le XVIIIe siècle à l’aune du prisme déformant de la Révolution française6. Restituant toute son ambiguïté à la pensée des Lumières, M. Delon refuse de la lire comme l’avènement d’une conscience bourgeoise et l’effondrement d’une vision aristocratique et nobiliaire du monde.

  • 7 Pierre Serna, art. cit.
  • 8 Cf. notamment, Nicole de Blomac, La Gloire et le Jeu. Des hommes et des chevaux (1766-1866), Paris, (...)
  • 9 Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lév (...)

5Cette réévaluation des relations entre noblesse et Lumières, culture éclairée et culture aristocratique, ce souci de saisir le rôle du répertoire symbolique construit par les Lumières et réapproprié par la Révolution dans la recomposition des identités sociales et politiques ont aussi influencé certains travaux s’insérant dans le champ historiographique de la culture du corps. Ainsi, Pierre Serna7, dans ses travaux sur l’identité nobiliaire, montre bien comment les discours et pratiques relatifs au corps sont au cœur de tentatives de relégitimation de l’identité nobiliaire et aristocratique vis-à-vis des nouvelles normes et valeurs imposées par la culture des Lumières, tandis que Nicole de Blomac8 permet de comprendre comment l’équitation, et plus spécifiquement la pratique du turf, ainsi que l’identification au pur-sang, mettent les notions de régénération, de performance, de mérite au service de la relégitimation identitaire d’individus qui se pensent comme appartenant à une aristocratie dynamique, régénérée, en accord avec les principes modernes du siècle. Dans cette même perspective, Antoine de Baecque, dans Le Corps de l’histoire9, ou son étude du discours antinoble, démontre comment la politisation du discours éclairé sur le corps à la veille de la Révolution, et sa réappropriation par le discours révolutionnaire après 1789 sont au cœur des processus de légitimation et délégitimation des identités sociales et politiques, de la refondation de nouvelles normes identitaires vis-à-vis desquelles les acteurs sont sommés de se situer. Ces travaux montrent ainsi que le corps est au cœur des mouvements de fragilisation et de recomposition des identités sociales et politiques qui traversent le siècle des Lumières et se prolongent sous la Révolution française.

L’éducation physique chez Mme de Genlis : questionnements et sources

  • 10 Selon une logique distinctive et pour bien marquer la différence avec le simple titre de gouvernant (...)

6Dans ce contexte historiographique encore fortement marqué par l’idée d’une relation d’opposition et d’exclusion mutuelles entre noblesse et culture éclairée du corps, il nous est apparu judicieux, pour appréhender l’objet de la culture et de l’éducation du corps au tournant des Lumières et de la Révolution française, de nous focaliser sur le cas de Mme de Genlis, noble pétrie de culture éclairée et intégrée à la plus haute aristocratie de cour. En effet, cette femme, « gouverneur »10 des enfants du duc d’Orléans (entre 1782 et 1791) est amenée, par sa fonction, à mettre en œuvre une éducation physique adaptée à un public aristocratique, à ses exigences de distinction mondaine et curiale. Mme de Genlis est aussi une femme de lettres critique vis-à-vis de certains discours des Lumières, tels que ceux hostiles au rôle social et moral de la religion ou d’autres allant dans le sens d’une remise en cause radicale des fondements de l’ordre social et politique. Cet acteur se situe donc à la croisée de trajectoires culturelles qu’on a trop souvent opposées dans le champ de l’histoire du corps. Mme de Genlis constitue un cas intéressant pour questionner les frontières trop vite établies entre une culture aristocratique et mondaine, rejetée du côté de l’Ancien Régime, et une culture des Lumières et de la contestation politique associées à la bourgeoisie et la Révolution.

  • 11 Mme de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation : contenant tous les principes relatifs (...)
  • 12 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante à ses élèves ou Fragments d’un journal qui a été fait pour (...)
  • 13 Mme de Genlis, Discours sur l’éducation de M. le Dauphin et sur l’adoption, Paris, Onfroy, 1790 ; D (...)

7Afin de promouvoir ses idées et méthodes en matière d’éducation, Mme de Genlis utilise le genre du roman d’éducation en publiant Adèle et Théodore11 en 1782. En outre, dans le contexte révolutionnaire, Mme de Genlis publie, sous la forme d’un journal d’éducation les Leçons d’une gouvernante à ses élèves12, qui relatent précisément son expérience de « gouverneur » des enfants du duc d’Orléans et donc l’éducation physique qu’elle leur a dispensée. Cet ouvrage, ainsi que ses différents Discours13, eux aussi publiés après la rupture de 1789, sont aussi l’occasion d’exprimer et promouvoir ses idées en matière d’éducation. Dès lors, le cas de Mme de Genlis permet de travailler sur des sources publiques et, par là même, d’appréhender l’éducation du corps comme objet d’écriture ancré au cœur de stratégies de légitimation des identités sociales et politiques de nobles et princes du sang confrontés, avant même le début de la Révolution, au discours antinoble, puis aux nouvelles normes constitutives de la légitimité politique et sociale introduites par la rupture de 1789.

L’éducation physique chez Mme de Genlis : le corps des Lumières au service du corps aristocratique

8Une lecture approfondie du corpus de sources remet d’emblée en question la frontière étanche dressée par une partie de l’historiographie entre une noblesse qui serait repliée sur ses valeurs et pratiques traditionnelles et une culture éclairée du corps qui constituerait le fer de lance de l’affirmation d’une bourgeoisie conquérante cherchant à imposer son système de valeurs à l’élite du sang.

  • 14 Mme de Genlis, Adèle et Théodore,…op. cit.
  • 15 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante à ses élèves,…op. cit.

9En effet, la culture du corps relevant du mouvement des Lumières est une des influences majeures de l’éducation prônée et mise en œuvre par Mme de Genlis. Cette influence apparaît clairement dans Adèle et Théodore14, ainsi que dans les Leçons d’une gouvernante à ses élèves15. Y est perceptible l’influence du discours médical et hygiéniste (notamment des méthodes initiées dès les années 1740 par les curistes anglais puis reprises par les médecins suisses ou français) qui insistent sur les vertus régénératrices de l’eau et le rôle thérapeutique des exercices physiques, dont certains sont directement inspirés des écrits du célèbre et prisé médecin suisse Tronchin. On relève aussi, dans ces deux ouvrages, un certain rousseauisme qui transparaît à travers une éducation de type spartiate cultivant l’austérité et la frugalité, ainsi qu’une volonté de régénérer le corps en l’inscrivant dans un espace rural (perçu comme espace du rapprochement avec la nature) et en l’éloignant des espaces urbain et mondain (dont le luxe, les raffinements, l’oisiveté et les maladies qui y prospèrent engendrent une inévitable dégénérescence physique), ou encore une moralisation du discours sur le corps. Cette moralisation de l’éducation du corps montre d’ailleurs à quel point la culture du corps dont se réclame Mme de Genlis est imprégnée par les paradigmes sensible et sensualiste, qui reposent tous deux sur le présupposé d’une interaction entre dynamiques physiques, morales et intellectuelles. De même, la « gouverneur » des enfants du duc d’Orléans, à travers des méthodes progressives, accorde une attention privilégiée à l’âge et à la constitution physique de l’enfant (qui est considéré comme un être spécifique), et met la notion de perfectibilité au cœur de sa pédagogie. Enfin, le souci du développement de la force musculaire, l’importance accordée au dynamisme interne au corps par des exercices qui cultivent la mobilité, l’agilité, la résistance à l’effort, ou encore la recherche d’un certain rationalisme par l’importance accordée à la mesure des performances, tout cela témoigne de l’influence de la culture scientifique des Lumières sur l’éducation physique prônée et mise en œuvre par Mme de Genlis.

  • 16 Georges Vigarello, dans Le Corps redressé…, op. cit., développe cette vision d’une culture physique (...)
  • 17 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante,…op. cit., p. 296, t. 2.
  • 18 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante,…op. cit., p. 296-297, t. 2.

10Mais cette culture éclairée n’est nullement incompatible avec l’exigence d’une éducation aristocratique du corps, qui est présente tout au long des Leçons d’une gouvernante à ses élèves. La « gouverneur » développe chez ses élèves princes du sang, un habitus corporel aristocratique. Elle leur apprend à théâtraliser leur expression affective ; elle leur impose une éducation mondaine du geste et de la parole, ainsi que des exercices qui cultivent l’émulation entre égaux et le sens de l’honneur et de la gloire. Le cas de Mme de Genlis offre donc l’exemple d’une éducation physique inspirée par la culture éclairée qui, loin de se construire contre l’exigence de représentation sociale et le souci de légitimer une appartenance au groupe des « bien-nés »16, est véritablement mise au service de logiques distinctives agissant non seulement à l’échelle de l’ensemble de la société (manifester le rang nobiliaire de ses élèves) mais aussi au sein même du groupe aristocratique (affirmer la supériorité des princes du sang vis-à-vis de l’ensemble du second ordre et des élites intégrées aux espaces mondains et curiaux). Par exemple, toujours dans les Leçons, selon Mme de Genlis et le duc d’Orléans, quand les princes ne résistent pas à la douleur ou manifestent un caractère trop douillet, ils font montre d’une « délicatesse ridicule », incompatible avec leur haute naissance17. Au contraire, lorsqu’ils refusent la mollesse, ils se distinguent vis-à-vis du Dauphin dont la dégénérescence physique est stigmatisée par Mme de Genlis18. La mobilisation du discours éclairé contre la mollesse et l’oisiveté agit ainsi comme une contestation implicite de la famille régnante et une valorisation de la maison d’Orléans.

  • 19 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante,…op. cit., p. 511, t. 2.
  • 20 Georges Vigarello, Le Corps redressé...,…op. cit.
  • 21 À plusieurs reprises, dans les Leçons d’une gouvernante à ses élèves,…op. cit., Mme de Genlis fait (...)

11Enfin, en affirmant à propos de la gymnastique que sa fonction est « d’affermir la santé, endurcir à la fatigue, donner de l’adresse, de la souplesse, de la force et cette confiance qui assure le courage et fait faire, sans péril, des actions extraordinaires »19, Mme de Genlis dessine une complémentarité fondamentale entre le corps des Lumières et le corps d’une aristocratie nobiliaire qui ne peut plus éprouver physiquement sa supériorité sociale par un héroïsme militaire mis à mal par l’évolution des méthodes de combat et l’affirmation du rôle croissant de l’artillerie depuis le XVIe siècle, et qui le fait désormais par le biais d’un usage héroïque de la gymnastique, la natation, la course, le saut (pratiques qui sont, pour Georges Vigarello, emblématiques de cette nouvelle culture du corps construite par les Lumières et qui seraient des armes symboliques brandies par la bourgeoisie contre les pratiques traditionnelles de la noblesse comme la danse, l’escrime ou l’équitation20). D’ailleurs, l’acte même de rendre publique une éducation physique qui s’affiche comme éclairée et d’insister sur les progrès accomplis par ses élèves ainsi que sur leurs performances exceptionnelles en musculation, en saut, à la course, ou à la nage, permet à Mme de Genlis, aux jeunes princes, et plus indirectement à leur père, de se distinguer au sein de la cour et des cercles mondains21.

Le corps des Lumières au secours de la légitimité sociale du second ordre

12Mais ces sources imprimées permettent aussi d’articuler le champ des pratiques avec celui des représentations et des discours qui mettent en scène le corps et agissent directement dans les processus de recomposition des identités sociales et politiques à la fin du XVIIIe siècle.

  • 22 À propos du discours antinoble : voir Antoine de Baecque, « Le discours antinoble (1787-1792). Aux (...)

13Or, il apparaît d’emblée, notamment à la lecture d’Adèle et Théodore, que, chez Mme de Genlis, la mobilisation de la figure du corps régénéré construite par le discours éclairé est au service d’une relégitimation de l’identité nobiliaire et de la supériorité sociale d’une partie du second ordre. En effet, dans son roman publié en 1782, à travers de personnages comme le baron et la baronne d’Almane, Mme d’Ostalis, M. et Mme de Lagaraye, qui affichent tous leur attachement aux valeurs du sang, du courage et de la gloire, au respect de la différence des rangs sociaux et des privilèges, à une endogamie strictement nobiliaire, Mme de Genlis exalte des figures de nobles régénérés physiquement, qui rejettent l’oisiveté, le goût excessif du luxe, et ont un rapport au corps indexé du côté de la sensibilité vertueuse, d’une santé et une hygiène à toute épreuve, d’exercices physiques cultivant la force, l’agilité, le dynamisme, le contact avec la nature loin de l’espace urbain et mondain. Ces personnages incarnant l’idéal du corps régénéré construit par les Lumières agissent, dans le champ des représentations qui structurent les imaginaires sociaux de la fin du XVIIIe siècle, comme autant de contrepoints au discours antinoble qui s’affirme depuis les années 1760-1770. Ce discours mobilise en effet un ensemble de représentations dépréciatives du corps de la noblesse qui seraient symptomatiques de son illégitimité sociale. Ainsi, le corps du noble est présenté comme violent, efféminé, oisif et amolli par le luxe, révélant dès lors l’inutilité sociale d’un second ordre parasitaire22.

14Face à ce discours, Mme de Genlis insiste sur la perfectibilité de personnages nobles comme la vicomtesse de Valmont ou le marquis de Lagaraye qui, anciens courtisans et courtisanes dont les corps étaient livrés à l’oisiveté, l’inutilité sociale, le luxe amollissant et la débauche sexuelle, sont devenus des aristocrates éclairés, au corps sensible et régénéré. L’auteur d’Adèle et Théodore déconstruit ainsi un des présupposés qui fonde la rhétorique antinoble, à savoir celui du caractère biologique, irrémédiable, non évolutif du lien entre noblesse et dégénérescence physique.

  • 23 Voir notamment : Mme de Genlis, Adèle et Théodore, op. cit., p. 233, t.1.

15Enfin, dans ce roman, la relégitimation de la supériorité sociale de la noblesse passe aussi par une écriture du corps qui mobilise le paradigme physiognomonique pour poser une relation d’équivalence entre probité morale, sagesse intellectuelle, beauté physique, manières simples, non outrées, et supériorité sociale23.

Écrire sur l’éducation physique au début de la Révolution : un enjeu politique pour Mme de Genlis

16Avant d’émigrer à la fin de l’année 1792, Mme de Genlis se revendique comme un acteur à part entière du mouvement révolutionnaire. Elle affiche son soutien à la rupture de 1789 ainsi qu’à la mise en place d’une monarchie constitutionnelle entre 1789 et 1791. Par ailleurs, en tant que « gouverneur » des enfants du duc d’Orléans depuis 1782, elle entretient des relations privilégiées avec celui qui devient Philippe-Égalité au moment de son élection comme député de la Convention en 1792. Or, le temps de la rupture avec l’ordre ancien et de l’exigence d’une régénération politique et sociale qui s’ouvre à partir de 1789 renforce l’espérance quasi messianique dans les projets éducatifs, d’autant plus que l’effondrement du système scolaire religieux de l’Ancien Régime rend urgente la construction d’un système d’éducation publique.

  • 24 Discours sur la suppression des couvens…, op. cit. ; Discours sur l’éducation publique du peuple…, (...)
  • 25 Voir Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française…, op. cit.
  • 26 Mme de Genlis, Discours sur la suppression…, op. cit.
  • 27 Ibid., p. 40.
  • 28 À propos des images du corps construites et mobilisées par la rhétorique et l’iconographie révoluti (...)

17Dès lors, Mme de Genlis cherche à exploiter ce contexte privilégié pour faire valoir son expérience acquise en tant que « gouverneur » des enfants d’un prince du sang qui revendique, depuis le début de la Révolution, une identité patriote pour mieux concurrencer l’autorité fragilisée de Louis XVI. Elle se verrait bien jouer un rôle politique de premier plan dans la construction d’un système d’éducation publique et révolutionnaire. Ainsi, en publiant, entre 1790 et 1791, ses Leçons d’une gouvernante à ses élèves et une série de brochures dans lesquelles elle expose ses idées et expériences en matière d’éducation24, Mme de Genlis construit sa propre légitimité politique. Elle y mentionne par exemple des exercices physiques imposés à ses élèves avant 1789, en prenant bien soin de montrer que ces exercices exaltaient les principes révolutionnaires et s’inspiraient d’une modernité des Lumières dont la Révolution se veut fille légitime25. Dans le Discours sur la suppression des couvens de religieuses26, publié en 1790, elle fait explicitement référence à une des pratiques imposées à « l’aîné de [ses] élèves », à savoir le duc de Chartres (fils aîné du duc d’Orléans et futur Louis-Philippe), qui « est ainsi parvenu ; par gradation, à porter sans effort à présent 212 livres dans une hotte attachée sur le dos, montant et descendant un escalier avec cette charge ». Tout de suite après, Genlis précise qu’elle a inventé elle-même plusieurs exercices qui donnent « beaucoup de force et de souplesse », et surtout qu’elle « en [a] renouvelé un que Gallien prescrivoit à ses malades convalescens », dont elle a « trouvé la description dans l’Encyclopédie au mot haltères »27. Par cette double référence au célèbre médecin antique et à l’œuvre la plus emblématique des Lumières, Genlis convoque des figures historiques valorisées par le discours révolutionnaire et signale en creux que ses méthodes ont d’emblée contribué à l’avènement de cet Hercule exceptionnellement fort, sain et robuste, constamment exalté par la rhétorique et l’iconographie patriote, notamment dans les premiers temps de la Révolution28. La « gouverneur » des enfants du duc d’Orléans se pose ainsi en pédagogue modèle, révolutionnaire avant l’heure, qui aurait appliqué une éducation physique façonnant un habitus corporel patriote avant même la rupture de 1789.

  • 29 Mme de Genlis, Discours sur la suppression des couvens…, op. cit. ; Discours sur l’éducation publiq (...)
  • 30 Mme de Genlis, Discours sur l’éducation publique du peuple,…op. cit., p. 19-20.
  • 31 Voir à ce propos, Antoine De Baecque, Le Corps de l’histoire…, op. cit.
  • 32 Mme de Genlis, Discours sur le luxe…, op. cit., p. 23-24.

18Mais, dans plusieurs de ses Discours29, Genlis énonce aussi des propositions relatives à l’éducation physique des classes populaires. Il s’agit pour elle d’apparaître, aux yeux des autorités, en véritable pédagogue de la Nation régénérée qu’elles se proposent de construire. Dans cette perspective, Genlis prône la mise en œuvre d’une éducation physique populaire qui serait sous-tendue par des logiques émancipatrices. C’est notamment le cas lorsque, dans son Discours sur l’éducation publique du peuple, elle affirme la nécessité de décupler les forces physiques du peuple en consacrant quotidiennement cinq heures et demie à des exercices du corps renforçant les capacités musculaires, développant l’endurance et l’agilité ou en exerçant les élèves à la course30. La finalité de ces exercices fait directement écho à l’imaginaire révolutionnaire de l’homme nouveau « briseur de chaîne » qui, à travers la littérature et l’iconographie patriote, exalte des figures telles que le Spartiate, l’Hercule ou le Géant populaire31. Ainsi, Genlis promeut une éducation physique conforme à cet imaginaire et au discours révolutionnaire pour lesquels la rupture avec l’Ancien Régime implique non seulement l’émancipation intellectuelle et politique du peuple mais aussi sa régénération physique. Pour la « gouverneur » des enfants du duc d’Orléans, l’éducation physique doit aussi inculquer au peuple les valeurs fondamentales du nouvel ordre politique. Ainsi, dans son Discours sur le luxe, Genlis prône la mise en place de jeux sportifs publics qui exalteraient les principes de liberté et d’égalité : « Observons que les distinctions de naissance n’existant plus, tous les citoyens pourroient prendre part à ces fêtes, entrer dans la même lice, et se disputer les prix. Ainsi, ces jeux de la liberté seroient en même temps ceux de l’égalité, deux idées qui doivent en effet toujours être réunies. »32

  • 33 Ibid, p. 23.
  • 34 Mme de Genlis, Discours sur l’éducation publique du peuple, op. cit., p. 19-20 et p. 31-36.

19Toutefois, Genlis ne se contente pas de prôner une éducation physique populaire au service du projet révolutionnaire de construction d’une Nation régénérée. Elle conçoit aussi l’éducation physique comme une réponse au problème de la violence populaire qui est une des préoccupations majeures et immédiates des autorités au moment où elle publie plusieurs de ses Discours, puisque l’année 1791 est notamment marquée par la fusillade du Champ de Mars. Ainsi, toujours dans son Discours sur le luxe, publié après l’adoption de la Constitution de 1791, Mme de Genlis prend opportunément soin de proscrire toute incitation à la violence au cours des jeux publics qu’elle souhaite instaurer : « Ne seroit-il pas possible de joindre [aux fêtes civiques] des jeux publics, comme chez les Grecs, non des luttes ou des combats, mais des courses à pied ou des exercices de ce genre. »33 Par ailleurs, dans son Discours sur l’éducation publique du peuple, Mme de Genlis présente l’éducation physique comme un moyen de discipliner le corps des classes obscures, de leur apprendre le respect de l’ordre social et du rang qui leur est assigné par une astreinte régulière à une « gymnastique utile », ainsi qu’à des punitions qui doivent certes accroître la puissance physique des élèves mais aussi leur inculquer les mérites d’un rapport au corps placé sous le signe de l’utilité sociale34. Ces propositions en faveur d’une éducation physique au service de la régénération physique du peuple, mais aussi d’une mise au pas de ses prétentions jugées trop radicales, peuvent intéresser une partie des autorités révolutionnaires soucieuses de terminer la Révolution en canalisant la violence populaire. On peut aussi voir dans les idées énoncées par Genlis l’expression d’un parti pris en faveur d’une Révolution modérée instaurant un nouvel ordre politique, sans pour autant renoncer à un ordre social hiérarchisé.

  • 35 Mme de Genlis, Discours sur la suppression…, op. cit., p. 40.
  • 36 Mme de Genlis, Leçons,…op. cit., p. 508, t. 2.
  • 37 Ibid., p. 361,525,545, t. 2.

20Mais la publication des Leçons et des Discours est aussi un moyen, pour Mme de Genlis, de servir les ambitions politiques immédiates ou futures des princes de la maison d’Orléans. En effet, on a déjà précisé qu’aussi bien dans les Leçons que dans plusieurs Discours, la « gouverneur » des enfants du duc d’Orléans évoque explicitement les exercices physiques qu’elle impose à ses élèves princiers. Or, en plaçant ces exercices sous le patronage des Lumières ou des Anciens et en rappelant à maintes reprises qu’ils sont au service d’un apprentissage des valeurs fondatrices du nouvel ordre politique né de la rupture de 1789, elle ne cesse de construire une image publique des enfants du duc d’Orléans conforme aux nouvelles normes de la légitimité politique et sociale. On a déjà évoqué, à ce propos, l’exercice de la hotte imposé au duc de Chartres35, qui rapproche ainsi le fils du duc d’Orléans de la figure de l’Hercule exaltée par le discours révolutionnaire. On peut aussi mentionner le cas d’un « jeu de barre » pratiqué par les princes et pensé comme un apprentissage de l’égalité36. Dans les Leçons, on retrouve d’autres extraits au cours desquels le rapport au corps des princes se fait véritable habitus patriote, expression vivante des principes politiques fondateurs de la Révolution. Ainsi, à plusieurs reprises, Genlis évoque les leçons de natation qu’elle impose à ses élèves, en précisant que ces derniers doivent apprendre à nager tout habillés afin de savoir « se sauver la vie et la sauver à un autre »37. Ces récits identifient les enfants du duc d’Orléans à la figure du prince patriote, dont les pratiques corporelles manifestent le sens de l’unité nationale et les capacités militaires qui, dans le discours révolutionnaire, légitiment l’accès à la citoyenneté. Or, cette entreprise de légitimation politique des enfants du duc d’Orléans sert les ambitions politiques de leur père, lequel se présente justement comme l’incarnation par excellence du prince patriote et donc légitime, par opposition à un Louis XVI de plus en plus perçu comme hostile à la Révolution. Dans ces récits, le duc de Chartres apparaît lui-même comme un souverain légitime qui pourrait à l’avenir prétendre à la charge de roi constitutionnel.

  • 38 Antoine de Baecque, « Le discours antinoble… », op. cit.
  • 39 Voir par exemple, Mme de Genlis, Leçons,…op. cit., p. 98-99, t.1 ; p. 76, t. 2.
  • 40 Voir notamment Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la (...)
  • 41 Contrairement à ce qu’énonce explicitement Marat dans l’édition de l’Ami du peuple datée du 11 janv (...)

21Enfin, en construisant une image patriote du corps des princes de la maison d’Orléans, Mme de Genlis situe ses élèves et leur père aux antipodes des représentations du second ordre mobilisées par un discours antinoble qui se politise et se radicalise à partir de 178938. Ainsi, en étant très prolixe sur les activités physiques des princes qui semblent toujours être à l’effort et jamais au repos, en insistant sur la frugalité de leur régime alimentaire et l’habitude qu’ils ont prise de dormir sur des paillasses inconfortables ou des planches de bois, dans des pièces peu voire pas chauffées, la « gouverneur » impose une image de ses élèves qui prend le contre-pied d’une figure centrale du discours anti-noble, à savoir celle de l’aristocrate oisif et paria dont le goût du luxe a entraîné la ruine de la Nation39. Mme de Genlis précise aussi à de multiples reprises qu’elle apprend à ses élèves à rejeter toute attitude corporelle efféminée, afin de les démarquer de la figure de l’aristocrate « homme-femme » qui est au cœur du discours antinoble tant avant qu’après 178940. Dans cette même perspective, l’insistance récurrente de Genlis sur les progrès rapides et importants de ses élèves sur le plan de la santé et des performances physiques lui permet tout autant de faire la promotion de ses méthodes que d’ériger le cas de ses élèves en contre-exemple notoire du discours antinoble sur la dégénérescence inéluctable et quasi biologique du corps nobiliaire. Là où le discours antinoble postérieur à la rupture de 1789 dénie toute possibilité de perfectibilité à un second ordre définitivement ancré du côté d’un passé archaïque avec lequel la Révolution a permis de rompre, Mme de Genlis signale qu’il est possible pour un prince du sang de sortir de la dégénérescence physique et de devenir un bon patriote au corps régénéré 41.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse est non seulement développée dans son ouvrage Le corps redressé : histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, J.-P. Delarge, 1978 (rééd. Armand Colin, 2001), mais aussi reprise dans des publications très récentes, telles que ses contributions à Alain Corbin (dir.), Histoire du corps. De la Renaissance aux Lumières, t. 1, Paris, Seuil, 2005 et Patrice Bourdelais (dir.), Les Hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques (XVIIIe-XX e siècles), Paris, Belin, 2001.

2 Jean-Jacques Courtine et Claudine Haroche, Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions du xvi e siècle au début du XIXe siècle, Paris, Rivages, 1988 (rééd. Payot, 1994).

3 Guy Chaussinand-Nogaret, La Noblesse au XVIIIe siècle. De la féodalité aux Lumières, Bruxelles, Complexe, 1984 (rééd. 2000) ; Pierre Serna, « Le noble », dans Michel Vovelle (dir.), L’Homme des Lumières, Paris, Seuil, 1996.

4 Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

5 Roger Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990.

6 Michel Delon, L’Idée d’énergie au tournant des Lumières, Paris, PUF, 1988.

7 Pierre Serna, art. cit.

8 Cf. notamment, Nicole de Blomac, La Gloire et le Jeu. Des hommes et des chevaux (1766-1866), Paris, Fayard, 1991.

9 Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993. Id., « Le discours antinoble (1787-1792). Aux origines d’un slogan : “Le Peuple contre les gros” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 36, 1989, p. 3-28.

10 Selon une logique distinctive et pour bien marquer la différence avec le simple titre de gouvernante, Mme de Genlis revendique le titre masculin et plus prestigieux de « gouverneur ».

11 Mme de Genlis, Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation : contenant tous les principes relatifs aux trois différens plans d’éducation des princes, des jeunes personnes et des hommes, Paris, M. Lambert & F.-J. Baudoin, 1782.

12 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante à ses élèves ou Fragments d’un journal qui a été fait pour l’éducation des enfans de Monsieur d’Orléans, t.1 et 2, Paris, 1791.

13 Mme de Genlis, Discours sur l’éducation de M. le Dauphin et sur l’adoption, Paris, Onfroy, 1790 ; Discours sur la suppression des couvens de religieuses et sur l’éducation publique des femmes, Paris, Onfroy, 1790 ; Discours sur le luxe et sur l’hospitalité considérés sous leurs rapports avec les Mœurs et l’Éducation, Paris, Onfroy, 1791 ; Discours sur l’éducation publique du peuple, Paris, Onfroy, 1791.

14 Mme de Genlis, Adèle et Théodore,…op. cit.

15 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante à ses élèves,…op. cit.

16 Georges Vigarello, dans Le Corps redressé…, op. cit., développe cette vision d’une culture physique des Lumières qui refuserait la représentation sociale et se construirait contre les pratiques de distinction aristocratique, pour privilégier l’épanouissement individuel, l’affermissement de la santé et le développement du dynamisme et des forces internes au corps.

17 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante,…op. cit., p. 296, t. 2.

18 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante,…op. cit., p. 296-297, t. 2.

19 Mme de Genlis, Leçons d’une gouvernante,…op. cit., p. 511, t. 2.

20 Georges Vigarello, Le Corps redressé...,…op. cit.

21 À plusieurs reprises, dans les Leçons d’une gouvernante à ses élèves,…op. cit., Mme de Genlis fait l’éloge des performances physiques du fils aîné du duc d’Orléans en insistant sur leur caractère exceptionnelle et en précisant qu’ « aucun autre homme de la société que nous connoissons » n’est capable de les réitérer. Voir, par exemple, Mme de Genlis, Leçons, op. cit., p. 517 et 537, t. 2.

22 À propos du discours antinoble : voir Antoine de Baecque, « Le discours antinoble (1787-1792). Aux origines d’un slogan : “Le Peuple contre les gros” », art. cit. Voir aussi du même auteur : Le Corps de l’histoire…, op. cit.

23 Voir notamment : Mme de Genlis, Adèle et Théodore, op. cit., p. 233, t.1.

24 Discours sur la suppression des couvens…, op. cit. ; Discours sur l’éducation publique du peuple…, op. cit. ; Discours sur le luxe et l’hospitalité, considérés sous leurs rapports avec les Mœurs et l’éducation,…op. cit.

25 Voir Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française…, op. cit.

26 Mme de Genlis, Discours sur la suppression…, op. cit.

27 Ibid., p. 40.

28 À propos des images du corps construites et mobilisées par la rhétorique et l’iconographie révolutionnaires, voir Antoine de Baecque, Le Corps de l’histoire. Métaphores et politique,…op. cit.

29 Mme de Genlis, Discours sur la suppression des couvens…, op. cit. ; Discours sur l’éducation publique du peuple, op. cit. ; Discours sur le luxe et l’hospitalité,…op. cit.

30 Mme de Genlis, Discours sur l’éducation publique du peuple,…op. cit., p. 19-20.

31 Voir à ce propos, Antoine De Baecque, Le Corps de l’histoire…, op. cit.

32 Mme de Genlis, Discours sur le luxe…, op. cit., p. 23-24.

33 Ibid, p. 23.

34 Mme de Genlis, Discours sur l’éducation publique du peuple, op. cit., p. 19-20 et p. 31-36.

35 Mme de Genlis, Discours sur la suppression…, op. cit., p. 40.

36 Mme de Genlis, Leçons,…op. cit., p. 508, t. 2.

37 Ibid., p. 361,525,545, t. 2.

38 Antoine de Baecque, « Le discours antinoble… », op. cit.

39 Voir par exemple, Mme de Genlis, Leçons,…op. cit., p. 98-99, t.1 ; p. 76, t. 2.

40 Voir notamment Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.

41 Contrairement à ce qu’énonce explicitement Marat dans l’édition de l’Ami du peuple datée du 11 janvier 1790 : « Je ne me persuaderai jamais qu’un homme né prince du sang puisse devenir patriote, je suis contre tout noble par principe. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Le Cam, « Éduquer des corps nobiliaires à la fin du XVIIIe siècle : l’exemple de Mme de Genlis », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 19-32.

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Cam, « Éduquer des corps nobiliaires à la fin du XVIIIe siècle : l’exemple de Mme de Genlis », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2939

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Cam

Professeur agrégé d’histoire, Lycée François-1er et collège Eugène Varlin (Le Havre)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page