Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin
p. 9-18

Texte intégral

Francis Letellier : David Beckham, nouvelle recrue de charme et de poids du PSG. 800 000 euros de salaire par mois mais il va le donner à des associations caritatives. C’est plutôt un beau geste, non ?

Pierre Laurent : Écoutez, il faut arrêter avec ça ! Moi, j’adore le sport et le foot. Bon là, on est ailleurs ; on est ailleurs. On est avec des gens qui vivent dans un autre monde. Ça n’a plus rien à voir avec…

F.L. [lui coupant la parole] : Mais il le verse à des associations caritatives. C’est une première en France : on n’a jamais vu ça.

  • 1 Interview de Pierre Laurent par Francis Letellier. « 12/13 Dimanche », 3 février 2013, France 3.

P.L. : C’est surtout qu’il augmente par cette opération tous ses revenus publicitaires et donc ça va lui rapporter beaucoup d’argent : c’est surtout ça l’opération. Moi, je me sens à mille lieues du sport qui m’intéresse quand j’entends ce genre d’informations1.

1Ce court échange entre le journaliste de France 3 et le secrétaire national du Parti communiste français pose d’emblée plusieurs grands problèmes.

  • 2 Voir par exemple, pour la princesse spartiate Cyniska, vainqueur à Olympie à la course de chars Pau (...)
  • 3 Parmi mille exemples, on peut citer Courrier international et son numéro hors-série de juin 2012, à (...)
  • 4 Un sondage de l’IFOP en octobre 2012 pour l’Humanité indiquait ainsi que 86 % des sondés considérai (...)

2Premier problème, ici presque traité en creux par le journaliste avec le don de David Beckham : l’argent. On sait la gloire et les rétributions – notamment symboliques – qui étaient attachées aux vainqueurs des jeux Olympiques dans l’Antiquité 2 mais cela demeure sans commune mesure avec les réalités – notamment pécuniaires – de notre temps. Le sport spectacle est aujourd’hui une industrie qui brasse et concentre des sommes considérables, la rémunération très élevée de quelques dizaines de joueurs dans le monde n’en étant qu’une illustration parmi d’autres. Cette pénétration de l’argent semble mettre à mal aujourd’hui tous les aspects de la morale sportive. D’affaires de dopage dans le Tour de France en matchs truqués dans le cadre de paris préalables, on peut lire un peu partout que le sport aurait « perdu son âme ». La marchandisation et l’ingestion du sport par le capitalisme mondialisé ne cessent de donner lieu à des scandales, perçus et dénoncés comme tels dans l’espace public3, nourrissant un certain rejet dans la population4. Ici, Pierre Laurent s’inscrit dans le rejet de ce sport.

  • 5 Stat-Info. Jeunesse, Sports et Vie associative. Bulletin de statistiques et d’études, n° 12-03, 201 (...)
  • 6 À l’heure de la crise du militantisme syndical et politique, ce phénomène est particulièrement sail (...)
  • 7 Les trois s’inscrivent dans le cadre de l’Euro de football avec plus de 11 millions de téléspectate (...)
  • 8 Selon le mot d’Eric Hobsbawm. Eric Hobsbawm, L’Ère des empires. 1875-1914, Paris, Hachette, coll. « (...)
  • 9 Sur ce point, voir les éléments autobiographiques de son livre Le Nouveau pari communiste, Paris, L (...)

3Mais, paradoxalement, ces diverses formes de rejet semblent n’entamer en rien l’extrême popularité de l’activité sportive. Non seulement la France comptait en 2011 plus de 15 millions de licenciés5 – ce qui fait du sport une pratique autrement plus populaire que le syndicalisme ou, a fortiori, le militantisme politique6 –, mais en outre, le sport spectacle lui-même, quelle que soit la virulence des critiques concernant la rémunération des vedettes, a été à l’origine de trois des cinq plus larges audiences télévisées de toute l’année 20127. Le sport exerce donc actuellement un attrait puissant, à l’échelle locale ou nationale comme à l’échelle mondiale. Si on ne peut plus exactement envisager les grandes compétitions, celles de football par exemple, comme une « fête annuelle du prolétariat »8, il reste que les classes populaires demeurent concernées au premier chef par cette attractivité. Sur ce terrain, Pierre Laurent veille à ne pas se couper de cette sensibilité – « j’adore le sport et le foot » – sans qu’il soit d’ailleurs nécessaire de voir là tactique politicienne, dans la mesure où il a été élevé dans un univers social et militant imprégné non seulement de valorisation du sport9, mais également porteur d’une exigence envers lui. Le secrétaire national du PCF s’inscrit dans une longue tradition communiste, qui ne rejette pas le sport en lui-même, mais veut en avoir une autre conception, souhaite penser un modèle alternatif, contre ce qui apparaît comme la corruption du sport marchand.

  • 10 Discours prononcé lors de la séance inaugurale de la session du CIO [Comité international olympique (...)

4Ces interrogations, ces recherches comme ces dénonciations ne sont pas uniquement le fruit du présent. En 1923 déjà, Pierre de Coubertin dit ses inquiétudes concernant « la politique qui tend à s’emparer du sport, le mercantilisme grandissant autour des champions, l’idolâtrie du sport, bouleversant la hiérarchie des valeurs, le chauvinisme, la brutalité, le surmenage, le surentraînement et le doping »10. On pourrait par ailleurs rappeler que le passage d’un sport comme le football de l’amateurisme au professionnalisme (passage effectif en Angleterre dès la fin du xixe siècle mais qui n’a lieu en France que dans les années 1930) ne s’opère pas sans de très vifs débats, tournés déjà vers la critique de la dénaturation de « l’esprit » et des « valeurs sportives ». Les conflits liés à l’opposition établie entre le sport tel qu’il est et le sport tel qu’il devrait être sont donc presque aussi vieux que l’activité elle-même. Cette opposition a pu être portée jusqu’aux années 1930 par les secteurs les plus conservateurs, au nom d’un esprit aristocratique qui a longtemps fait du sport l’apanage des gentlemen, et avec l’idée, d’ailleurs justifiée, que la massification et la professionnalisation du spectacle signifiaient la fin de cet esprit et, en général, du rôle des élites traditionnelles dans la définition des loisirs et des jeux.

  • 11 Cité par Nicolas Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande polit (...)
  • 12 Par exemple, Jean-Marie Brohm, Marc Perelman, Le Football, une peste émotionnelle. La Barbarie des (...)

5Mais la mise en avant d’un autre idéal pour critiquer le réel sportif est venue aussi du mouvement ouvrier sous ses différents avatars et dans ses diverses composantes. Cela n’avait au départ rien d’évident. Avant tout préoccupés par les questions de travail, de production et de lutte, les militants peinent à se saisir des loisirs en général, et du sport en particulier, qui apparaît au mieux comme une futilité, au pire comme un divertissement coupable, éloignant les ouvriers des « choses sérieuses ». Ainsi, en 1911, dans le journal Le Socialiste, le guesdiste Catulle Cambier conseille ironiquement de « renvoyer tous les sportsmen à leur culture physique » et enjoint ses camarades de retourner à l’examen de questions « plus sérieuses et spécifiquement socialistes »11. De manière plus générale, il existe bel et bien, au sein du mouvement ouvrier, une tradition de condamnation, plus ou moins inquiète ou méprisante, de l’activité sportive, tradition plus ou moins vive selon les moments et les configurations nationales et qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui12. L’attitude des partis et syndicats des gauches socialistes et communistes ne se résume pourtant pas à cette condamnation, bien au contraire.

  • 13 Michel Pigenet, « Virilités ouvrières », dans Alain Corbin (dir.), Histoire de la virilité, t. II, (...)
  • 14 Le Socialiste, n° 203, avril 1909.

6Un certain nombre de militants estiment ainsi, dès avant 1914, qu’il faut s’intéresser au sport, le prendre en charge et lui donner un sens. D’aucuns mettent en avant des raisons de fond : le sport peut forger les corps des prolétaires et être en même temps pour eux une école de solidarité et de combativité. C’est dans cette veine que s’inscrit un personnage aussi important que le secrétaire général de la CGT, Léon Jouhaux, lorsque, dans la Bataille syndicaliste du 23 juillet 1911, il vante le sport comme médecine des corps prolétariens déformés par le travail : le sport « corrigera ces déviations » et fera les « hommes solides » dont le syndicat a besoin13. D’autres se montrent au moins aussi sensibles aux dimensions tactiques et instrumentales, le sport pouvant être un moyen de politiser les masses et notamment les jeunes, en combattant, sur le terrain ludique, l’influence, par exemple, de l’Église. Ce type d’enjeu est présent dans l’argumentaire qui préside à la création du Club athlétique socialiste de Paris en 1909 : « Le Parti socialiste, qui n’est pas un parti exclusivement politique, mais un parti de rénovation sociale, doit se préoccuper de l’amélioration et du développement de la race humaine (pas d’esprit sain dans un corps frêle et malade). C’est pour cela que nous avons créé le Club athlétique socialiste de Paris. Les avantages de cette fondation sont nombreux ; en voici quelques-uns : 1. Développer la force musculaire et purifier les poumons de la jeunesse prolétarienne ; 2. Donner aux jeunes gens des distractions saines et agréables, ce qui est un palliatif à l’alcoolisme et aux mauvaises fréquentations ; 3. Faire de la propagande socialiste parmi les jeunes camarades. »14

  • 15 Christopher Thompson, « The tour in the inter-war years : Political ideology, athletic excess and i (...)

7Comment alors faire du jeu un élément de la lutte des classes ? Deux voies sont empruntées au cours du xxe siècle. D’un côté, sur le plan médiatique en particulier, il s’est agi de proposer une critique politique d’un sport présenté comme perverti, dans ses valeurs et dans son fonctionnement, par le capitalisme. Ainsi l’Humanité dans l’entre-deux-guerres se livre-t-elle régulièrement à une peinture sans concession du Tour de France, présentant les cyclistes comme des ouvriers d’un nouveau genre, exploités physiquement et moralement par les organisateurs et les patrons de la course15. De l’autre côté, le mouvement ouvrier, notamment dans sa part communiste, a voulu également présenter une alternative, a tenté de penser et de mettre en pratique un sport différent de son modèle « bourgeois ». Cette volonté s’est incarnée dans une série d’organisations, aussi bien à l’échelle internationale (l’Internationale rouge sportive [IRS] est active de 1921 à 1937 comme organe auxiliaire de l’Internationale communiste) qu’à l’échelle nationale : en France, l’histoire des fédérations sportives ouvrières suit ainsi celle des divisions et réunifications des gauches, même si, à partir de 1934 la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail), qui est dans l’orbite communiste, occupe une place prépondérante.

  • 16 L’un des premiers ouvrages collectifs sur le sport « ouvrier » en fait déjà la remarque, voir Pierr (...)
  • 17 André Gounot, « Face au sport moderne. 1919-1939 », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cult (...)

8L’engagement sportif du mouvement ouvrier n’a pas seulement donné naissance à des institutions. Elle a nourri un certain nombre de débats (sur le sens à donner à la compétition, sur les rapports entre sport et capitalisme, sur le surentraînement et le dopage), elle a constitué le terreau des politiques sportives suivies par les municipalités de la banlieue rouge, elle a contribué aux formes d’appropriation populaire de la pratique et du spectacle sportifs, elle a enfin nourri les actions et les engagements d’un certain nombre d’acteurs, qu’ils soient éducateurs, politiques ou encore journalistes. En même temps, le déploiement de cette dynamique s’est constamment heurté à nombre d’obstacles et d’oppositions. Parmi ces barrières, certaines relèvent de contraintes extérieures : le sport « ouvrier », au sens militant du terme, s’est souvent développé dans des conditions matérielles précaires ; il a dû faire face également à de nombreux adversaires : les diverses formes de « paternalisme sportif » mises en place par le patronat, le regard suspicieux des fédérations disciplinaires dénonçant leurs concurrentes militantes au nom de « l’apolitisme sportif » et, à certains moments (par exemple dans les années 1940-1950), l’action répressive d’un État voyant derrière la moindre équipe de football, pour peu qu’elle soit encadrée par des membres du Parti communiste, un élément de subversion. Mais le sport militant s’est aussi heurté à ses propres contradictions et surtout à la séduction du « modèle bourgeois », notamment dans le domaine du spectacle. Le sport « ouvrier », politiquement parlant, n’a pas toujours été, c’est un euphémisme, le sport de tous les ouvriers. Ces derniers lui ont souvent préféré le sport « bourgeois » et se sont bien vite passionnés pour le Tour de France ou encore les compétitions organisées par la Fédération française de football16. L’Union soviétique elle-même a très vite cessé de porter la volonté d’un modèle alternatif17, pour se plier aux règles de la compétition et du spectacle, jusque dans ses dérives les plus frappantes (dopage, nationalisme, etc.). Ainsi, si l’ambition d’édifier un autre sport a bien été tangible, la réalisation de cette ambition, elle, a été beaucoup plus fragile et constamment remise en cause.

9Ceux qui souhaitent poursuivre cette veine aujourd’hui perdraient beaucoup à ignorer les tentatives d’hier, comme les difficultés qui, pour être anciennes, persistent encore aujourd’hui ou trouvent une forme renouvelée. Le présent dossier apportera ainsi, on l’espère, une utile matière à réflexion pour des questions toujours contemporaines.

  • 18 Voir récemment Pierre Singaravélou, Julien Sorez (dir.), L’Empire des sports. Une histoire de la mo (...)

10Y a-t-il eu, au crépuscule du xviiie siècle, une éducation physique révolutionnaire, foncièrement différente de celle pratiquée par les tenants de l’Ancien Régime ? C’est la question qu’explore Jean-Baptiste Le Cam et à laquelle il apporte une réponse nuancée à partir de l’étude des préceptes de madame de Genlis, soucieuse d’apporter aux enfants du duc d’Orléans une éducation physique qui soit inspirée des Lumières mais qui marque dans le même temps une distinction de classe. La question ici posée se prolonge aux xixe et xxe siècles : identique dans cette pesée de l’altérité par rapport à une norme contestée, différente dans la mesure où le sport moderne se constitue précisément à cette période, en Europe et dans le monde, dans les cadres de la civilisation industrielle et capitaliste18.

11C’est par rapport à ce « sport bourgeois » dominant que les débats se cristallisent au sein du mouvement ouvrier. André Gounot, dans un article de vaste perspective, tend à montrer qu’en dépit de la volonté manifestée entre 1893 et 1939 par certains acteurs du mouvement ouvrier, ces derniers parviennent certes à greffer dans les discours une idéologie socialiste ou communiste sur des pratiques physiques, mais sans résoudre vraiment la contradiction existant entre ces idéologies et le fonctionnement ou les valeurs inhérentes à ces pratiques. Si la singularité pratique d’un sport socialiste ou communiste peina souvent à s’affirmer, il y eut pourtant organisation de compétitions séparées, propres au mouvement ouvrier voire à l’intérieur du seul mouvement communiste, notamment pendant la période « classe contre classe », épisode sur lequel revient Marc Giovaninetti, à travers le rôle qu’y joua Raymond Guyot – dont il est le docte biographe. Si cela ne dura guère, la question des valeurs et de l’idéologie greffées sur les pratiques physiques par le mouvement ouvrier, elle, est demeurée : Adrien Virondeau et Fabien Sabatier y reviennent à travers l’exemple de l’action de la FSGT dans les années 1970 et 1980 face aux questions sud-africaine et palestinienne. L’étude de la revue Sport et Plein Air permet ainsi de mesurer la pérennité de l’engagement proprement politique de la fédération sportive, au-delà même du tournant socioculturel engagé dans les années 1960. Enfin, le politiste Igor Martinache apporte un éclairage très contemporain sur l’expérience de la responsable communiste Marie-George Buffet à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports entre 1997 et 2002 : dans quelle mesure la ministre communiste a-t-elle pu impulser et mettre en œuvre une autre politique du sport ? Là encore, la réponse est nuancée et sensible aux rapports de forces dans le domaine du sport mais aussi de son environnement politique, économique et social.

12Pour autant, l’altérité par rapport au sport dominant n’étant pas l’exclusive du mouvement ouvrier, il a semblé pertinent d’élargir la focale et d’embrasser d’autres horizons. C’est ce que propose Fabien Archambault avec l’étude comparée des réflexions et actions en matière de football des communistes et des catholiques italiens dans ces années 1970 où toute la société évolue considérablement et rapidement, ce qui ne laisse pas d’affecter le domaine du sport, confronté à de nouvelles aspirations. Communistes et catholiques apportent alors des réponses relativement convergentes : autonomie accrue pour les associations de football qu’ils contrôlent (CSI et UISP) et promotion renforcée d’un football non professionnel, sur fond de large écho maintenu pour ces structures fortement ancrées dans des territoires – Italie rouge, Italie blanche. Offrant une échappée hors de l’univers des grandes structures institutionnelles, Noémie Beltramo et Karen Bretin-Maffiuletti présentent l’étude d’un club de Montceau-les-Mines, le Club sportif Orion : c’est ici à nouveau la problématique du sport populaire qui est abordée, mais articulée à une autre dimension, celle du sport communautaire (dans ce cas, polonais). Présente-t-il des traits différents par rapport au modèle dominant ? Par rapport à d’autres modèles de sport populaire ? Ces spécificités sont-elles revendiquées comme telles ? Les deux historiennes exposent la fine dialectique faisant de ce club un repère et un soutien de la « polonité » et, dans le même temps, un objet auquel s’identifie tout un quartier populaire, sans acception de nationalité.

13Enfin, Igor Martinache, Nicolas Kssis et Marion Fontaine achèvent le dossier par l’entretien qu’ils ont mené avec trois anciens responsables de structures sportives du mouvement ouvrier : Yvon Adam à la direction du SNEP (Syndicat national de l’éducation physique), René Moustard à la tête de la FSGT et Marcel Zaidner, en charge de la commission Sport du PCF. Cet échange permet de retracer trois parcours biographiques, éclairants en eux-mêmes, mais aussi d’aborder la question du rôle de la commission Sport du PCF – à laquelle, avec des responsabilités différentes, les trois témoins ont activement participé – de son fonctionnement, de ses orientations, des débats en son sein. Une parole vive qui lie hier à demain.

Haut de page

Notes

1 Interview de Pierre Laurent par Francis Letellier. « 12/13 Dimanche », 3 février 2013, France 3.

2 Voir par exemple, pour la princesse spartiate Cyniska, vainqueur à Olympie à la course de chars Pausanias, Description de la Grèce, livre III, chapitre VIII. Plus largement sur Cyniska, Jennifer Larson, Greek Heroin Cults, Madison, University of Wisconsin Press, 1995.

3 Parmi mille exemples, on peut citer Courrier international et son numéro hors-série de juin 2012, à la veille des jeux Olympiques : Sport et argent : l’amour fou !

4 Un sondage de l’IFOP en octobre 2012 pour l’Humanité indiquait ainsi que 86 % des sondés considéraient que « la place de l’argent dans le sport est beaucoup trop importante » et 12 % « un peu trop importante ».

5 Stat-Info. Jeunesse, Sports et Vie associative. Bulletin de statistiques et d’études, n° 12-03, 2012.

6 À l’heure de la crise du militantisme syndical et politique, ce phénomène est particulièrement saillant, mais il était déjà sans doute perceptible quand le mouvement communiste et ouvrier touchait une part beaucoup plus large des classes populaires. Voir notamment, Eric Hobsbawm, How to Change the World. Tales of Marx and Marxism. 1840-2011, Londres, Little, Brown, 2011 et Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989 et du même, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2009.

7 Les trois s’inscrivent dans le cadre de l’Euro de football avec plus de 11 millions de téléspectateurs pour le quart de finale Espagne-France (23 juin 2012), plus de 12 millions pour le match Suède-France (19 juin 2012) et près de 13 millions pour la finale Espagne-Italie (1er juillet 2012).

8 Selon le mot d’Eric Hobsbawm. Eric Hobsbawm, L’Ère des empires. 1875-1914, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1989 [1re éd. The Age of Empire. 1875-1914, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1987], p. 144 [trad. Jacqueline Carnaud et Jacqueline Lahana]. On pourrait aussi mentionner le Tour de France. Philippe Gaboriau, Le Tour de France et le vélo : histoire sociale d’une épopée contemporaine, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces et temps du sport », 1995. Plus largement, on pourra consulter, dans une vaste littérature sociologique, les travaux de Christophe Lamoureux, notamment sa thèse : Le Sport dans la culture ouvrière. Sportifs d’hier, sports d’aujourd’hui dans une commune de Basse-Loire, thèse de doctorat de sociologie, Université de Nantes, 1987 (sous la direction de Michel Verret).

9 Sur ce point, voir les éléments autobiographiques de son livre Le Nouveau pari communiste, Paris, Le Cherche-Midi, coll. « Documents », 2011. Rappelons également que son père, Paul Laurent, a été un des auteurs d’un livre consacré par le PCF aux questions sportives. Paul Laurent, Robert Barran, Jean-Jacques Faure, Les Communistes et le Sport. À l’heure de Munich, Paris, Éditions sociales, 1972.

10 Discours prononcé lors de la séance inaugurale de la session du CIO [Comité international olympique] à Rome, 7 avril 1923.

11 Cité par Nicolas Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande politique : l’exemple du football travailliste en région parisienne (1908-1940) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, juillet 2002, p. 95.

12 Par exemple, Jean-Marie Brohm, Marc Perelman, Le Football, une peste émotionnelle. La Barbarie des stades, Paris, Verdier, 2006.

13 Michel Pigenet, « Virilités ouvrières », dans Alain Corbin (dir.), Histoire de la virilité, t. II, Le Triomphe de la virilité. Le xixe siècle, Paris, Seuil, coll. « Univers historique », 2011, p. 214.

14 Le Socialiste, n° 203, avril 1909.

15 Christopher Thompson, « The tour in the inter-war years : Political ideology, athletic excess and industrial modernity », The International Journal of the History of Sport, Vol.20, 2, 2003, p. 79-102.

16 L’un des premiers ouvrages collectifs sur le sport « ouvrier » en fait déjà la remarque, voir Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces et temps du sport », 1994.

17 André Gounot, « Face au sport moderne. 1919-1939 », dans Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Cultures communistes au xxe siècle, Paris, La Dispute, 2003, p. 203-217.

18 Voir récemment Pierre Singaravélou, Julien Sorez (dir.), L’Empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Paris, Belin, coll. « Histoire & société », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 9-18.

Référence électronique

Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2937

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page