Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

1Les Cahiers d’histoire changent. Ce n’est pas une mue, mais des nouveautés dont on espère qu’elles feront mieux de la revue un outil à l’usage de notre présent. Les informations prolifèrent dans notre horizon social, le plus souvent réitération du même qu’assènent les médias dominants, mais aussi voix qui viennent de plus en plus loin, d’un horizon désormais monde, et d’émetteurs de plus en plus divers, singuliers, collectifs, jeunes, anciens, anonymes ou célèbres. Cet élargissement des sources des savoirs nécessite une veille renforcée et un travail vigilant, pas tant d’information que d’analyse, de choix, de hiérarchisation de cette information pour que le savoir reste un outil de compréhension.

2Dans cet esprit, nous introduisons avec ce numéro 120 des Cahiers une nouvelle rubrique « Les Cahiers recommandent » qui se substitue aux « Annonces ». Cette rubrique propose un choix d’événements et de productions associées à l’histoire. Ces événements peuvent être des expositions comme des séminaires ou des colloques de recherche. Un court texte explicite les choix de la rédaction qui peuvent se porter aussi, comme c’est le cas dans cette livraison, sur quelques films ou livres qui, sans être des productions d’historiens, participent à la présence des lectures de l’histoire dans notre société. La nouvelle formule rendra donc compte en la sériant davantage de l’actualité de l’histoire en cours. Elle nous conduit à changer l’intitulé de la dernière partie des Cahiers, désormais « Actualités de l’histoire ».

  • 1 Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers, 27-28 novembre 2009, Atelier 6 « L’histoire de la (...)

3Par ailleurs, les Cahiers souhaitaient depuis longtemps aussi faire une place à la production historique pour la jeunesse, écriture qui sollicite des historiens et des illustrateurs de plus en plus nombreux. Lors des premières Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers (il y aura de nouvelles Rencontre en 2013 !), un atelier avait été consacré à l’histoire de la ville dans la littérature de jeunesse. Notre ami Thierry Aprile y était intervenu et depuis nous avait incités à poursuivre cette réflexion. Thierry nous a malheureusement quittés ce printemps sans avoir pu contribuer à la mise en œuvre de ce projet1. Mais nous avons gardé le cap. Le n° 119 des Cahiers a consacré une partie de sa rubrique « Livres lus » à cette histoire pour la jeunesse, par la plume pour cette livraison du spécialiste, Alain Chiron. Nos lecteurs retrouveront cette rubrique dans un numéro sur deux des Cahiers.

4Du fait de ces changements, la pagination des Cahiers s’étoffe. Nous la stabiliserons autour des 224 p., soit une bonne quarantaine de pages au-delà de la pagination habituelle des dernières années. Ce choix éditorial de l’enrichissement du contenu des Cahiers a un coût. Or le prix des Cahiers n’a pas augmenté depuis cinq années. Nous avons donc dû nous résoudre à une augmentation du prix du numéro qui passe à 17 €. Nous avons décidé de ne pas répercuter intégralement cette hausse sur les abonnements qui passent eux à 55 € pour les 4 numéros. Plus que jamais, nous disons aux amis-es des Cahiers : abonnez-vous, les abonnements sont la meilleure façon de soutenir notre publication.

5L’économie d’ensemble des Cahiers reste la même. Articulé autour d’un important dossier thématique, chaque numéro fait place à la recherche en cours dans « Chantiers », à la diffusion de l’histoire dans « Métiers », aux réflexions historiographiques dans « Débats », suivi désormais d’une rubrique « Actualités » qui intègre les annonces, les critiques de livres et de films.

6De façon saisissante, notre numéro 120 opère par retours multiples sur l’histoire du XXe siècle. L’effet de génération se fait sentir. La vie de grands acteurs du siècle se clôt, d’où un hommage à Eric Hobsbawm, un autre à Stéphane Hessel. Mais il y a plus que des hasards de chronologie dans ce retour.

7De François Jarrige qui met en avant à propos de l’historien Eric Hobsbawm que « son originalité première fut sa capacité d’invention permanente et son ouverture exceptionnelle sur le monde » à Chloé Maurel qui salue l’appel à l’indignation du Stéphane Hessel de la dernière décennie, ce numéro des Cahiers est significatif de la construction en cours de liens intellectuels et politico-moraux entre les acteurs engagés du XXe siècle et les chercheurs, historiens de notre temps. Après les dénis des années 1980 et 1990, les relectures, des résistances, des oppressions donc aussi, des accointances de l’histoire avec celles-ci vont bon train.

  • 2 Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le pays de Caux (1640-1795), thèse d’État, Paris 1, 1986, (...)

8Autre expression de ces retrouvailles du XXe siècle dans le XXIe, on lira ici aussi Guy Lemarchand, lui-même acteur de la production historienne du XXe siècle, qui revient dans « Débats » sur « marxisme et histoire »2.

  • 3 Ainsi l’ancien résistant du travail allemand, Peter Gingold, avait-il coutume de dire : « C’est tou (...)

9Cheminent donc des relectures sur les acteurs de l’histoire, les responsabilités de ceux d’en haut, de ceux d’en bas, sur l’articulation de l’économie et du politique, sur l’articulation de l’actualité politique et de la recherche. La vie d’Eric Hobsbawm rappelle les ouvertures stimulées par l’engagement, un engagement qui n’est pas tant œillères que moteur de compréhension, pas tant contrainte que joie, joie dont Hessel rappelait inlassablement combien elle était pour lui au cœur de la dynamique de résistance, joie que redisent les ardents militants du xxe siècle face à des publics de jeunes incrédules3. L’engagement, ses contradictions, la responsabilité des acteurs sont aussi au centre de l’article de Sonia Combe dans « Chantiers ». L’auteure y évoque la trajectoire du chercheur en sciences économiques et sociales de RDA, Jürgen Kuczynski, qui se désignait lui-même comme un « linientreuer Dissident », un « dissident fidèle à la ligne ». À travers cette figure, Sonia Combe pose une question cruciale de tout engagement, mais sans doute plus radicalement de l’engagement communiste, celle de la loyauté des individus vis-à-vis du collectif et à partir de là de la signification du silence en politique.

10Au cœur de ce numéro des Cahiers, le dossier travaille lui aussi, autour de la question de « quel autre sport ? », cette importance pour le XXe siècle des engagements collectifs, engagements dont la portée politique, quand ce n’est la visée politique, ne sont jamais loin. Rappelant l’enracinement des pratiques sportives dans les valeurs éducatives du XVIIIe siècle, le dossier coordonné par Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin montre, à travers l’éducation donnée par Mme de Genlis aux fils du duc d’Orléans, combien le sport s’inscrit d’emblée dans une vision globale de l’ordre social. Dans le contexte de la Révolution, l’éducatrice, ci-devant noble, appelle notamment à la mise en place de jeux sportifs publics où « tous les citoyens pourraient prendre part » sans « distinctions de naissance ».

11À partir de cette inscription dans l’horizon démocratique moderne, le dossier met en évidence les tensions associées au développement du sport comme activité populaire dans l’Europe du XXe siècle. Comment ce sport populaire se distingue-t-il du sport « bourgeois » dans le cadre du développement des mouvements socialistes et communistes et de leurs ambitions égalitaires et émancipatrices ? Quelle place faire, notamment, à la compétition, à la recherche des records dans ce sport de l’égalité ? Que faire des cadres nationaux des compétitions sportives dans cette visée internationaliste ? Autant d’interrogations qui se reformulent au gré des affrontements du XXe siècle, dans des contextes sociaux et politiques divers, en URSS, en France, en Italie, mais qui, d’un article à l’autre de ce dossier, rappellent toujours ces ambitions sociales tellement autres que celles qui font du sport d’aujourd’hui l’une des grandes activités marchandes du globe.

12Sortir de cette évidence de notre présent, du sponsoring publicitaire, de la diffusion médiatique et du marché des sportifs, est bien la visée de ce dossier qui, espérons-nous, contribuera à renouveler les débats publics et peut-être à faire penser à nouveaux frais les ambitions des activités sportives.

  • 4 Eric Hobsbawm, L’âge des extrêmes, le court XXe siècle (1914-1991), Bruxelles, éd. Complexe – Le Mo (...)

13En ce sens, souhaitons que, renouant avec les ambitieux espoirs sociaux du XXe siècle, l’ensemble de ce volume des Cahiers contribue, à sa façon, à nous faire sortir de l’aplatissement fataliste d’une pensée rivée à son présent qui a pu dominer la fin de cette « ère des extrêmes » dont la jeune génération des historiens et historiennes secoue la poussière4.

Haut de page

Notes

1 Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers, 27-28 novembre 2009, Atelier 6 « L’histoire de la ville dans le livre de jeunesse », Thierry Aprile, Thierry Duclerc. Résumé des interventions Anne Jollet et Marie-Claude L’Huillier éd., Vivre la ville,.Rencontres d’histoire critique, supplément au n° 111 des Cahiers d’histoire-revue d’histoire critique, 2010. Thierry Aprile, historien, formateur à l’IUFM de Créteil, était aussi l’auteur de nombreux livres d’histoire pour la jeunesse. Historien profondément engagé dans les débats et combats du présent, il était notamment membre du CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire) et du conseil de rédaction des Cahiers d’histoire-revue d’histoire critique. Il nous a quittés ce 26 mars 2013, vaincu par le cancer. Pour ses réflexions sur la littérature d’histoire pour la jeunesse, on peut consulter en ligne un entretien pour Gens de la Caraïbe : http://www.dailymotion.com/video/x5e06n_thierry-aprile_schéols.

2 Guy Lemarchand, La fin du féodalisme dans le pays de Caux (1640-1795), thèse d’État, Paris 1, 1986, éditions du CTHS, 1989.

3 Ainsi l’ancien résistant du travail allemand, Peter Gingold, avait-il coutume de dire : « C’est tout particulièrement aux jeunes que je veux m’adresser, pour leur dire que notre combat est intimement lié au plaisir et à la joie de vivre […] » in Peter Gingold, Jamais résignés ! Parcours d’un Résistant du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2013. À l’occasion de la sortie de ce livre en France, les Cahiers d’histoire ont organisé le 7 juin 2013 un hommage à cet exceptionnel militant.

4 Eric Hobsbawm, L’âge des extrêmes, le court XXe siècle (1914-1991), Bruxelles, éd. Complexe – Le Monde diplomatique, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120 | 2013, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 120 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2936

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page