Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Roger Bourderon, Rol-Tanguy

Paris, Tallandier, 2004, 768 p.
Jean Vigreux
Référence(s) :

Roger Bourderon, Rol-Tanguy, Paris, Tallandier, 2004, 768 p.

Texte intégral

1Seule biographie à ce jour de Rol-Tanguy, ce riche ouvrage de Roger Bourderon vient combler un vide historiographique important. C’est grâce à une rencontre en 1974 que naît une véritable relation, puis une amitié sincère entre le biographe et le biographié. « Rol » ne voulait pas que l’on écrive sur lui ; sa discrétion et sa simplicité, sans doute conjuguées avec un rejet du culte de la personnalité, ont longtemps empêché un tel travail. Il aura fallu toute la persuasion et l’obstination de Roger Bourderon pour que ce livre voie le jour. Grâce à de multiples entretiens, par un travail classique de dépouillement des archives publiques et privées en particulier celles du PCF et de Rol-Tanguy, Roger Bourderon éclaire cet itinéraire singulier. Né à Morlaix le 12 juin 1908, Henri Tanguy est le fils d’un officier de marine. Quand la Grande Guerre éclate, le 2 août 1914, Henri Tanguy vit à Toulon où son père est officier marinier dans la « Royale ». En 1919, il retourne à Brest et découvre avec émerveillement l’équipement des soldats américains. Cette sortie de guerre lui permet d’entrer en contact avec un groupe d’esperanto aux idées pacifistes et libertaires. Mais le jeune Tanguy est attiré comme de nombreux garçons de son âge par le vélo. Ayant réussi le certificat d’études primaires en 1921, il entre à treize ans comme porteur de télégrammes aux PTT à Brest, puis il devient téléphoniste pour une agence de taxi et entre chez un négociant en vins pour la mise en bouteilles. En octobre 1923, sa mère quitte Brest avec ses deux fils pour Paris. Arrivée comme les migrants bretons à la gare Montparnasse, la famille est logée grâce à la solidarité bretonne. Henri rentre alors aux usines automobiles Talbot à Suresnes où il découvre « un monde entièrement nouveau, qui le fascine, la métallurgie parisienne et ses métallos ». Puis il entre aux usines Renault à Billancourt où il est « petite main tôlier ». Commence alors la rencontre avec le militantisme et l’action revendicatrice ; il est recruté au sein de la jeunesse communiste et diffuse L’Avant-Garde. Mais au cours de cette période, il se passionne plus pour le vélo (1925-1928) et brille dans plusieurs courses. On pense alors aux visites des JC à vélo pour gagner les campagnes parisiennes1ou aux « cyclistes rouges » de la Dordogne, mis en place en 1925, mais Roger Bourderon signale qu’il y a « bien peu de place dans tout cela pour militer aux JC » (p. 55).

2Arrive l’âge de la conscription (1928-1930), même si le jeune Tanguy par négligence avait oublié l’appel ; dès lors, la sanction tombe, il est envoyé en Afrique du Nord à Oran au 8e Régiment de zouaves. Fasciné de mécanique et de précision, il brille par ses qualités de tireur et n’a pas de problème avec les autorités militaires qui sont flattées d’avoir une telle recrue. Libéré des obligations militaires, il retrouve un travail de chaudronnier-tôlier chez Bréguet ; toutefois en ce début des années 1930, lors de la période sectaire « classe contre classe », il ne semble plus militer ni à la JC, ni au PC… Ce n’est qu’avec les événements tragiques de 1934 qu’il renoue avec le combat politique, dans l’ambiance antifasciste du Front populaire. Licencié en décembre 1935 après avoir participé activement à une grève, il est alors embauché en janvier 1936 chez Citroën, puis comme tôlier chez Le Calvez et enfin chez Nessi Frères à Montrouge. Ce moment du Front populaire est capital dans la vie militante de Tanguy ; il rencontre Jean-Pierre Timbaud, secrétaire de l’Union des syndicats des métaux CGT de la Seine dont il devient un ami proche. Un quatuor composé de Timbaud, Jourdain, Lacazette et Tanguy anime le syndicat. Ce récit proposé par Roger Bourderon n’est pas seulement linéaire et chronologique, mais il laisse place aux remarques de Tanguy ; ce sont ses allers-retours entre le présent narratif et le temps plus lointain, en particulier lorsqu’il évoque la disparition de son ami Timbaud fusillé à Châteaubriant le 22 octobre 1941.

3Au cours de cette période agitée, Tanguy se propose à deux fois de partir combattre en Espagne, mais il essuie un refus du parti qui préfère garder un cadre syndicaliste. Toutefois, en février 1937, Maurice Tréand, responsable de la commission des cadres du PCF, lui demande de partir en Espagne – le Parti décide toujours. Le combattant antifasciste connaît alors les Brigades internationales ; il est commissaire politique, dont le rôle polymorphe est très bien mis en exergue par Roger Bourderon ; il ne s’agit pas seulement de celui qui contrôle et traque les déviants… Blessé par un tir de mitrailleuse le 18 juin 1938, il assiste impuissant au retrait des BI, à la fin de la République espagnole, mais reste un antifasciste convaincu. Il retrouve alors sa place de responsable syndicaliste. Roger Bourderon dresse ici un beau portrait de celle qu’épouse Tangy le 15 avril 1939, Cécile Le Bihan.

4Avec la période de la guerre, Roger Bourderon commence en fait un deuxième ouvrage. Certes, la biographie est toujours présente et permet de suivre pas à pas celui qui devient « Rol », du nom d’un camarade tombé en Espagne, mais surtout il s’agit pour l’auteur d’éclairer cette période sombre et difficile qui est retracée avec finesse : le coup de tonnerre du Pacte germano-soviétique, l’interdiction du PCF, la défaite et l’Occupation, le régime de Vichy, la clandestinité. Surtout, Roger Bourderon permet de comprendre la Résistance communiste, la lutte armée, les enjeux d’une période troublée aux orientations variées, aux contradictions réelles. Grâce à la biographie d’un combattant antifasciste convaincu, on comprend mieux la vie d’un clandestin, d’un résistant et surtout d’un organisateur et dirigeant de la Résistance.

5D’abord, le syndicaliste Tanguy s’emploie à mettre sur pied les comités populaires. Au début de 1941, le PCF lui confie la responsabilité d’un secteur de Paris. Il devient rapidement, dans le cadre de la mise en place de la lutte armée, l’un des membres du triangle de direction parisien (juillet 1941) ; « L’expérience de l’Espagne me commandait de n’engager que des actions bien préparées. » En 1942, il dirige les FTP. A la fin de 1943, avec l’unification de la Résistance intérieure, il représente les FTP à l’état-major régional des FFI, puis du fait de son aura et de la confiance qu’il inspire, il est désigné par les résistants, début juin 1944, au moment du débarquement, pour diriger l’ensemble des FFI de la région parisienne. C’est à partir de cette date qu’il prend le pseudonyme de « Rol ». L’homme d’action et de combat met à profit ses leçons tirées de la guerre d’Espagne afin de préparer au mieux les combats de la libération de Paris, dans le cadre d’une insurrection construite avec précision tout en coopérant avec les forces alliées : « La logique de guerre prime chez Rol sur la logique politique. » Le « chef de guerre » Rol-Tanguy peut alors s’imposer au sein de la direction des FFI, mais aussi auprès des délégués militaires régionaux et du COMAC. D’ailleurs, on peut mesurer les rivalités des hommes et les fausses accusations. Dans cette optique, il faut lire absolument le chapitre XVIII qui restitue au mieux cette atmosphère ; on est loin d’une vision idyllique reconstruite après-guerre, on est au cœur d’enjeux de pouvoir et de commandement où les tensions apparaissent au grand jour. Roger Bourderon souligne aussi le rôle de commandement des FFI, détaillant le travail de l’État-major régional, puis du chef régional préparant l’insurrection. On perçoit également le rôle de l’ancien syndicaliste, sa complicité avec les cheminots, les métallurgistes, les ouvriers du métro, des PTT qui se mettent en grève. Puis, on appréhende comment Rol-Tanguy fait basculer la police du côté des insurgés. Dans la nuit du 18 au 19 août 1944, l’ordre de mobilisation générale de Rol est affiché dans la capitale. L’auteur décrit et explique ensuite les enjeux de la libération de Paris, la reddition de Choltitz.

6Pour Rol commence alors une nouvelle carrière ; celle d’un officier d’active de 1944 à 1962. Nommé Compagnon de la Libération, il doit d’abord préparer l’intégration des FFI dans l’armée et participe au sein de la 1re Armée française à la fin de la guerre. Puis il connaît les affres de la Guerre froide ; même son parti minore son action au cours de la libération de Paris ! L’armée le mute également au Dépôt central des isolés à Versailles en janvier 1952 : il y reste dix ans. De nombreux anciens FFI, venus des FTP, connaissent le même sort : c’est la « purge des officiers réputés “subversifs” ». En juin 1962, Rol-Tanguy est de retour dans la vie civile et renoue avec son engagement militant ; il est même propulsé candidat aux élections législatives de novembre 1962 dans la circonscription Charonne-Père Lachaise. Toutefois, il considère s’être « laissé faire, comme d’habitude par discipline » ; en 1967 il refuse et n’est plus candidat. Puis ses rapports avec le successeur de Waldeck Rochet, Georges Marchais ne sont pas très bons ; « l’absence de passé résistant du secrétaire général demeure une pierre d’achoppement », ce dont témoigne, entre autres, la cérémonie du 20 mai 1989 où le PCF inaugure une stèle à la mémoire des FTP-MOI. Après les discours, Marchais demande à Rol de venir auprès de lui pour dévoiler la stèle, Rol refuse… Il continue d’aller aux séances du comité central du parti, mais n’y parle pas. Au cours des années 1990, il devient un porteur de mémoire des années de la Guerre d’Espagne et de la Résistance, en hommage aux camarades morts dans leur lutte contre le fascisme, mais aussi pour continuer le combat de sa vie. Rol-Tanguy s’est éteint à 94 ans en septembre 2002. Roger Bourderon a su dégager la part de l’homme, l’itinéraire particulier et exceptionnel d’un acteur du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1  Modèle pour l’implantation du PCF à la campagne : RGASPI 535-1-98, 1926.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Vigreux, « Roger Bourderon, Rol-Tanguy », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/293

Haut de page

Auteur

Jean Vigreux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page