Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Antony Beevor, La Guerre d’Espagne

Paris, Calmann-Lévy, 2006, 682 p.
Serge Buj
Référence(s) :

Antony Beevor, La Guerre d’Espagne. Paris, Calmann-Lévy, 2006, 682 p.

Texte intégral

1L’année 2006, année de la commémoration du soixante-dixième anniversaire de l’insurrection militaire franquiste, a été riche de publications inédites sur la guerre d’Espagne. Pourtant il semblait que tout avait été dit sur ce sujet, puisque les publications de l’année 2006 venaient s’ajouter à des dizaines de milliers d’ouvrages déjà publiés sur ce thème, des ouvrages publiés en Espagne, mais aussi en France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Pourquoi cet engouement pour l’histoire de la guerre civile espagnole ?

  • 1  Congreso internacional : La guerra civil española, 1936/1939, Madrid, 27 au 29 novembre 2006, cf. (...)

2L’intérêt espagnol est facilement explicable, les longues années de dictature ayant produit une triple historiographie de la guerre : l’historiographie officielle, celle de l’exil et celle que nous devons à des historiens ou hispanistes étrangers. Les congrès d’historiens sur ce thème abondent. Le dernier, tenu en novembre 2006 sous l’égide du ministère de la Culture espagnol, par l’abondance et la provenance de ses intervenants, la diversité des thématiques, semble correspondre au désir espagnol de rattraper le temps perdu 1.

3L’intérêt français pour cette guerre est explicable par la proximité géographique et par l’impact humain qu’eurent ses conséquences sur le territoire français (les camps de réfugiés et l’exil), qui en faisaient un événement lié à l’histoire française de la Résistance, à l’histoire de l’intégration de ces hommes et femmes restés sur le sol français après 1939. Cette guerre eut aussi des influences fortes sur l’histoire locale de certaines régions françaises limitrophes, mais aussi sur le développement des banlieues de la région parisienne. Les historiens français se sont penchés sur ces conséquences, et ne pouvaient laisser de côté leur cause primitive.

  • 2  Deux ouvrages témoignent de cet effort de perception du temps long dans l’analyse des conflits du (...)

4Mais l’intérêt suscité par cette guerre dans le monde anglo-saxon est plus étonnant. En effet, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, des travaux universitaires ont traité avec passion et constance de cet événement, sans autres motifs apparents que sa charge d’émotion ou la capacité d’en déduire l’explication définitive de ce que fut cette longue guerre de la première moitié du siècle passé, qui embrasa l’Europe puis le monde entre 1914 et 1945 2. On peut dire d’une certaine façon que l’historiographie anglo-saxonne de la guerre d’Espagne fut à la fois compassionnelle et idéologique.

  • 3  Les premiers mots de l’introduction à leur ouvrage commun en disent long sur les motivations franç (...)

5Le premier titre qui devint une référence dans ce domaine est celui d’Hugh Thomas, La Guerre d’Espagne, juillet 1936-mars 1939, publié en 1961, autrement dit une vingtaine d’années après la fin du conflit. En 1976, dans sa préface à l’édition « définitive » de son livre, Hugh Thomas indique qu’à cette époque n’existait aucun ouvrage portant sur l’histoire générale de la guerre. Seuls deux historiens français, militants trotskistes, Pierre Broué et Émile Témime, publiaient cette même année leur livre La Révolution et la Guerre d’Espagne 3. Un troisième ouvrage fait date : The Spanish Republic and the Civil War, de l’historien américain Gabriel Jackson, publié en 1965.

  • 4  Maison d’édition d’ouvrages sur l’Espagne créée à Paris en 1961, qui rééditera la même année –1963 (...)

6Toujours dans sa préface, Hugh Thomas souligne également que la nécessité de son livre, loin d’être simplement émotionnelle, reposait surtout sur un effort de compréhension du passé « si l’on voulait pouvoir affronter l’avenir avec confiance », le on employé ne se réduisant pas aux seuls Espagnols mais s’adressant également, selon ses propres mots, « à l’humanité tout entière ». Son écho fut considérable, d’autant que par sa traduction et sa publication rapide par Ruedo Ibérico 4, il devint une sorte de référence en France et en Espagne.

7Aux États-Unis, l’engouement était aussi fort. Mais il était surtout suscité par la fascination pour les volontaires américains qui s’étaient engagés dans cette guerre, et par un esprit militant tout à fait caractéristique du bouillonnement intellectuel propre à ce pays. Citons, pour l’essentiel, Burnett Bolloten, Gallois installé en Californie, dont l’ouvrage primitif, The Grand Camouflage, est considéré par Hugh Thomas comme « une étude quelque peu inquisitoriale » du comportement des communistes.

  • 5  Publié en Espagne sous le titre La Guerra civil española, Revolución y contra-revolución, Alianza (...)

8Alors que des chercheurs anglo-saxons de plus en plus nombreux s’intéressaient au franquisme (Stanley G. Payne, enseignant à Madison dans le Wisconsin, et l’universitaire anglais Paul Preston), mêlant histoire politique et pensée juridico-politique, la fin de la dictature et l’ouverture graduelle de nombreux fonds d’archives en Espagne, mais aussi en URSS, allaient donner un sang nouveau aux études sur la guerre. En 1980, Burnett Bolloten publiait The Spanish War, Revolution and Counterrevolution 5 qui, tout en faisant date, marquait le retour de la thèse esquissée par Broué et Témime, celle de la révolution étranglée. La condamnation du stalinisme, une certaine sympathie envers le POUM ou l’anarchisme espagnol, redonnaient vie à un engagement d’historiens de plus jeunes générations envers cet épisode funeste de l’histoire du xxe siècle européen.

  • 6  La guerre d’Espagne et ses lendemains, Perrin, 2004, 548 p.
  • 7  Guerre d’Espagne : république et révolution en Catalogne (1936-1939), Odile Jacob, 2004, 459 p.

9La tradition et les filières universitaires mises en place par ces précurseurs continuent aujourd’hui à être des pourvoyeuses d’historiens de la guerre d’Espagne, ceux qui sont des signatures reconnues dans l’édition, pour citer Bartolomé Benassar 6, ou de plus jeunes chercheurs, comme François Godicheau 7 en France.

  • 8  La lucha por Barcelona. Clase, cultura y conflicto (1898-1937), Alianza Éditorial, Madrid, 2005, 3 (...)
  • 9  La República española en guerra : 1936-1939,Éditorial Debate, 2006, 624 p.
  • 10  40 preguntas fundamentales sobre la guerra civil, La Esfera de los Libros, 2006, 549 p.

10Mais c’est encore essentiellement du monde anglo-saxon que nous arrivent des ouvrages neufs. Après Chris Ealham et un remarquable ouvrage sur l’anarchisme et les luttes ouvrières à Barcelone 8, ou celui d’Helena Graham 9, mentionnons un ouvrage singulier, le dernier de Stanley G. Payne, traduit en espagnol et édité dans ce pays en décembre 2006, 40 preguntas sobre la guerra civil 10. L’auteur y traite de façon systématique les principaux points qui ont soulevé la polémique entre historiens, questions militaires, politiques et historiographiques.

11Stanley G. Payne pose une dernière question : « En a-t-on fini avec la guerre civile ? Pourquoi cette question intéresse-t-elle encore autant ? » Sa réponse tient (presque) en seul mot : fascination. Fascination pour ces conflits intérieurs, pour le lien entre guerre, politique et mémoire personnelle. Il conteste une idée convenue selon laquelle après la mort de Franco, il y aurait eu un « pacte de l’oubli ». Pour lui, la politique s’est emparée du sujet, soit dans l’invective, soit dans le champ ouvert du recouvrement de la mémoire, qui n’est pour lui qu’un avatar du politiquement correct hérité de la culture américaine. Il pointe du doigt un danger : que les travaux des historiens soient instrumentalisés par ce phénomène, ou qu’ils servent de prétexte à des stratégies politiques (de gauche) visant à affaiblir l’adversaire (de droite). Stanley G. Payne propose donc une thèse sur cet intérêt jamais démenti en Espagne, en se posant comme un homme de science critiquant les « passions espagnoles », essentiellement celles des vaincus, en se permettant un parallèle risqué, mais déjà convenu, entre la guerre civile espagnole et la guerre civile américaine. C’est peut-être ce dernier élément qui explique une partie de l’engouement des chercheurs américains.

  • 11  Éditions Héloïse d’Ormesson, avril 2007, 184 p.

12La question reste cependant ouverte du côté de la Grande-Bretagne. Un ouvrage à la périphérie de l’histoire, celui de Ian Patterson, Guernica, pour la première fois la guerre totale 11, s’attache à mêler l’histoire de la politique de non-intervention et l’histoire de la guerre moderne, mettant en parallèle l’obsession anglaise de la fin de l’isolement défensif du territoire britannique, le souvenir douloureux du blitz et l’usage de l’aviation dans la guerre moderne. C’est peut-être l’ouvrage qui en dit le plus sur la relation entre l’Espagne de la guerre civile et le monde britannique.

Un ouvrage polémique

13L’ouvrage le plus remarqué, publié tout dernièrement, est La Guerre d’Espagne que nous propose Antony Beevor. D’une facture plus classique, une première version avait été publiée par Weindenfeld & Nicolson en Grande-Bretagne en 1982 sous le titre The Battle for Spain. En septembre 2005 une deuxième version remaniée et enrichie était publiée en Espagne par la maison d’édition Crítica sous le titre La guerra civil española, et à nouveau en anglais sous le titre original en mai 2006. Son édition française a été publiée en septembre 2006 chez Calmann-Lévy.

  • 12  De Fallois, 2001 et 2004.

14Antony Beevor est l’auteur de quelques ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale. Il est passé par l’Académie Royale militaire de Sandhurst et a servi comme officier dans le 11e Hussards en Allemagne et en Angleterre. Auteur de romans, il est « visiting professor » au Birkbeck College de l’Université de Londres. Son passé de militaire professionnel l’a rapidement poussé à se consacrer depuis une douzaine d’années à des ouvrages d’histoire militaire (Stalingrad, La chute de Berlin 12).

  • 13 « Le fait que coïncident le 75e anniversaire de la République et le 70e de la guerre civile a susci (...)

15Son livre sur la guerre d’Espagne obéit bien à cette caractéristique quand on examine le profil de sa construction. Elle est essentiellement fondée sur la relation des batailles et des fronts. Cependant, comment traiter d’un conflit civil de cette ampleur sans traiter des conditions politiques, sociales et institutionnelles qui y ont conduit, sans traiter non plus des usages politiques des opérations militaires menées sur le terrain ? « C’est dans le récit des opérations militaires qu’il excelle particulièrement », nous dit Santos Juliá en quatrième de couverture. Autant dire que pour l’historien espagnol, professeur à l’UNED, c’est la reconstitution du climat politique qui est la partie la plus faible de l’ouvrage. Dans un article polémique, ce même Santos Juliá précise qu’Antony Beevor a mis à profit la coïncidence des célébrations du 75e anniversaire de la République et du 70e de l’insurrection franquiste pour proposer une deuxième version – à succès cette fois – de son histoire de la guerre d’Espagne, « grâce au travail mené par des dizaines de chercheurs espagnols »13.

  • 14  Antony Beevor, « España debe levantar el manto de silencio », El País, 25 juin 2006.
  • 15 « Sur dix hispanistes ou hispanologues – je préfère ce dernier qualificatif car il est aussi ridicu (...)

16Ces accusations à peine voilées d’opportunisme éditorial et de pillage d’idées correspondent au sentiment général de nombreux intellectuels espagnols. Ils considèrent avec agacement que les chercheurs étrangers qui s’intéressent à l’histoire de leur pays se muent souvent en donneurs de leçons. Antony Beevor n’échappe pas à la critique, comme il n’a pu échapper à la tentation de s’ériger en juge de l’Espagne contemporaine, dans un article publié par El País huit jours plus tôt 14. Cette acrimonie envers les hispanistes n’est pas nouvelle : Miguel de Unamuno s’était lui aussi livré, en son temps, à une critique cinglante de ces spécialistes français ou anglo-saxons de l’Espagne en les affublant du sobriquet d’« hispanologues »15.

17L’accueil critique de l’ouvrage en Espagne a donc été mitigé, mais la réception par le public très favorable : l’ouvrage s’est vendu à quelques dizaines de milliers d’exemplaires.

Une histoire politique : l’ombre du totalitarisme

18Pour reprendre la critique en creux de Santos Juliá, il suffit de résumer la thèse que tente de développer Beevor sur le contenu de l’affrontement : « La guerre d’Espagne a été très souvent décrite comme un affrontement entre la gauche et la droite, mais c’est là une simplification trompeuse. Deux autres axes de conflit apparurent alors : le centralisme d’État opposé à l’autonomie régionale, et l’autoritarisme opposé à la liberté individuelle. Les forces nationalistes de droite étaient bien plus cohérentes parce que, à quelques exceptions mineures près, elles mêlaient trois extrêmes qui se tenaient fortement : elles étaient à la fois centralistes, autoritaires et de droite. La république, de son côté, donnait l’image d’un chaudron bouillonnant d’incompatibilités et de soupçons mutuels, où les centralistes partisans de l’autorité, les communistes en particulier, s’opposaient aux régionalismes et aux libertaires. » (2006, 21)

19Même si elle repousse tout simplisme, la thèse de Beevor manque de nuances et rien dans son introduction n’en apporte. Considérer comme une « exception mineure » la participation massive au nord des Requetés – défenseurs traditionalistes des fors navarrais – ou même le soutien de la bourgeoisie financière catalane au coup d’État, revient à tracer des frontières idéologiques bien arbitraires. Considérer également que les communistes étaient « centralistes et partisans de l’autorité » est aller aussi très vite en besogne. Le PSOE était-il autonomiste ou fédéraliste ? Les partis de l’axe républicain étaient-ils autonomistes ? Même l’existence d’un Parti Communiste catalan affilié à la IIIe Internationale dès sa création (le PSUC) ne semble pas devoir lui permettre d’infléchir son raisonnement. Mais cette suite logique permet de réduire le discours ainsi : la droite et les communistes étaient centralistes et autoritaires, les régionalistes et les libertaires étaient leur exact opposé, les partis du centre républicain et les monarchistes étant oubliés au passage. Par conséquent, cette guerre se résume dans son esprit à la lutte pour l’hégémonie des deux factions centralistes et autoritaires.

20Ainsi devient légitime sa violente critique de la politique d’apea-sement britannique et des sympathies dont les insurgés disposaient auprès de la diplomatie britannique : « Eden ne fut pas vraiment un observateur impartial du conflit » (2006,199). Mais aussi auprès des grands patrons américains : « Le président de la Texas Oil Company, Thorkild Rieber, était un admirateur des fascistes et lorsqu’il apprit le soulèvement, il détourna cinq pétroliers en route pour l’Espagne vers le port nationaliste de Tenerife, qui disposait d’une vaste raffinerie. » Il signale que Ford, Studebaker et General Motors fournirent douze mille camions aux nationalistes, « presque trois fois autant que les puissances de l’Axe » (2006, 205).

21Le propos de l’auteur est simple : il faut analyser de front trois questions pour comprendre les raisons de l’échec de la République face aux insurgés, dont le coup d’État de juillet 1936 avait lamentablement échoué. En premier lieu, comprendre la paralysie diplomatique de puissances telles que la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, qui conduisit à l’isolement de la République. En second lieu, comprendre l’enjeu politique intérieur, les rapports de forces qui ne cesseront d’évoluer au sein de la coalition antifranquiste, avec comme trame principale la graduelle prise de pouvoir des communistes, particulièrement dans le domaine militaire et dans celui de la sécurité intérieure. Enfin, s’intéresser à la capacité militaire des forces qui vont se constituer au cours des premiers mois de la guerre.

Une histoire militaire : stratégie et expérimentation

22Mais le caractère authentiquement anglo-saxon de l’ouvrage repose sur la description dans le détail des initiatives stratégiques des deux camps. Cette fois, c’est le spécialiste de questions militaires qui apparaît. Et nous devons reconnaître que sa connaissance de ces questions lui permet de développer un certain nombre de thèses.

23La première revient à délivrer un jugement profondément négatif sur la capacité stratégique, logistique et de commandement de l’armée qui se soulève. Mais les officiers supérieurs restés sous les ordres de l’État républicain n’en sortent pas grandis pour autant.

24Les combats des premiers jours occupent deux chapitres (6 et 7). Ils reflètent assez bien l’indécision de ces premières semaines, et surtout le déchaînement de violence et l’escalade qui s’ensuivit du côté républicain. Le froid bilan des victimes de la « terreur rouge » fait accréditer le chiffre de 38 000 personnes, alors que pour la « terreur blanche », que les insurgés présentaient comme la purification nécessaire de l’Espagne, plus systématique et organisée, le chiffre avancé est de 80 000 victimes.

25Dans les chapitres qui évoquent les combats d’envergure, il souligne la capacité de pénétration des troupes engagées sous les ordres du colonel Yagüe (cinq colonnes de mille cinq cents hommes, dont un fort contingent de regulares marocains et de légionnaires) dans les premières semaines. La vitesse de la percée qu’elles réalisent à la fin de l’été 36, de Séville à Tolède, est comparée à celle des percées motorisées de 1940. Il la qualifie de « campagne impitoyablement efficace de l’Armée d’Afrique ». Face à cette efficacité, Antony Beevor souligne le faible armement des milices, « troupes républicaines composites, mélange d’officiers d’active indolents, de milices ouvrières et de paysans » (2007/177). Ceci deviendra d’ailleurs un leitmotiv du livre, cette critique du système des milices, l’indiscipline générale qui y régnait, défaut dont l’armée républicaine constituée ne sera pas exempte, l’auteur y voyant plutôt un trait de caractère espagnol que nous pouvons résumer ainsi : bravoure, inconscience et indiscipline. Et les Brigades internationales qui se constitueront dès octobre 1936 en subiront les conséquences cruelles au cours des combats de Madrid et de Guadalajara.

26Toutes les grandes batailles sont soumises à la critique des types d’engagement de part et d’autre, avec un luxe de détails dans la description des phases de mouvement qui rend l’ensemble fascinant. Madrid, Jarama, Guadalajara, le front du Nord, Brunete, Teruel et la bataille de l’Ebre, autant de batailles décrites comme on le fait dans les écoles militaires : description des forces en présence, de la météo locale, du relief du champ de bataille, de l’intention offensive et des choix tactiques, des faiblesses du commandement ou de ses coups de génie.

27La critique touche tous les engagés, sauf la force d’intervention allemande, équipée de matériel moderne et qui représenta un appui aérien précieux pour les troupes terrestres nationalistes avec ses chasseurs biplans Heinkel 51, ses Messerschmitt 109, ses bombardiers Junkers 52, et un appui au sol efficace avec ses chars Panzer Mark-I. En décembre 36, les forces allemandes représentaient un contingent de 12 000 hommes, quatre escadrilles de chasseurs, quatre de bombardiers et deux bataillons de Panzers (cent deux chars), auxquels s’ajoutaient des batteries légères antiaériennes et des canons de 88 mm.

28La troupe envoyée par Mussolini (le Corpo di Truppe Volontarie) compta jusqu’à cinquante mille hommes appuyés par des chars légers Fiat-Ansaldo, quelques canons et surtout des chasseurs Fiat et des bombardiers Savoia.

29Les troupes républicaines représentaient un important potentiel humain. Début 1937, Beevor estime leur puissance à 340 000 hommes. Mais leur armement était nettement insuffisant et leur expérience faible ou nulle. La première cargaison d’armes provenant d’Union Soviétique fut déchargée en octobre 1936 : 42 chasseurs biplans Iliouchine 15, 31 monoplans Iliouchine 16, plus connus sous leurs surnoms espagnols, « Chatos » et « Moscas », et une escadrille de bombardiers Katiouska. Plus tard seront livrés des chars T-26, des canons de campagne et des armes légères. Des instructeurs et conseillers militaires rejoignirent aussi les corps d’armée en voie de constitution, leur nombre ne dépassera jamais le chiffre de 2 800 hommes.

  • 16  Il cite une note adressée en 1937 par Nikonov, chef adjoint du renseignement de l’Armée rouge à Vo (...)

30Pour les Soviétiques, comme pour le Reich ou l’Italie, cette guerre fut aussi un terrain d’expériences 16, mais Antony Beevor souligne que la vision des officiers supérieurs russes demeurait obsolète. Eux non plus ne saisissaient pas la nouveauté que constituait le blindé, utile pour des attaques rapides en profondeur, s’en tenant à ce qu’il appelle une conception de la manœuvre « de type tsariste ».

31Antony Beevor qualifie de rigide et de trop classique la stratégie globale de l’armée républicaine, car fondée sur des offensives massives classiques, avec préparation d’artillerie, appui aérien et blindé. Elles ne tenaient pas compte du déséquilibre des forces ni de la qualité respective de l’armement. En effet, la puissance aérienne des nationalistes était beaucoup plus grande en décembre 1937 : près de quatre cents appareils allemands ou italiens, pilotés par des équipages mixtes ou même exclusivement espagnols. Il souligne que ce manque de clairvoyance fut l’une des raisons de la défaite : « La stratégie des offensives classiques se poursuivit jusqu’à ce que la République ait épuisé sa puissance militaire sur l’Ebre à l’automne 1938. »

32Il donne son avis d’ancien officier supérieur : « Un mélange de guerre conventionnelle et non conventionnelle aurait été la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour maintenir la résistance républicaine jusqu’à ce que la guerre éclate en Europe. » (2006/434). La nouveauté critique de cette présentation de la guerre et de ses grandes phases stratégiques, c’est qu’elle ne repose pas seulement sur le point de vue de l’auteur, mais également sur les jugements des officiers étrangers engagés dans les deux camps. Les carnets de Von Richthofen sont connus, mais les rapports des conseillers soviétiques l’étaient moins et c’est sous cet aspect que les choses deviennent passionnantes.

Conclusion

  • 17  Moshe Lewin, Le siècle soviétique, Fayard, 2003, p. 475.

33Rendre compte de tout ce que contient l’ouvrage est impossible. Notons cependant que la guerre d’Espagne reste un sujet de premier intérêt pour les historiens contemporains, quelle que soit leur spécialité, histoire militaire, histoire sociale ou histoire politique. Une raison supplémentaire à cet intérêt jamais démenti est livrée par Antony Beevor lui-même en conclusion. Elle prend la forme d’une question : quelles conséquences aurait entraînées une victoire républicaine ? Si celle-ci avait été acquise en 1937 ou début 1938, elle aurait probablement entraîné, à son sens, « un régime communiste dur » mais nuancé par la prise en compte des intérêts de l’Union Soviétique : « Avec un gouvernement autoritaire de gauche, peut-être même communiste, l’Espagne se serait probablement retrouvée dans le même état que les Républiques populaires des Balkans ou d’Europe centrale, jusqu’en 1989 au moins. » (2006/583) C’est peut-être quand il s’aventure à de telles hypothèses que les faiblesses de cet ouvrage apparaissent. Mais elles révèlent ce qui fut un élément clé du contexte des années trente en Europe et dans le monde : la naissance d’un anticommunisme idéologique pour, en temps de crise mondiale, « légitimer des causes conservatrices, ou d’autres plus douteuses encore »17.

Haut de page

Notes

1  Congreso internacional : La guerra civil española, 1936/1939, Madrid, 27 au 29 novembre 2006, cf. site :

www.congresoguerracivil.es

2  Deux ouvrages témoignent de cet effort de perception du temps long dans l’analyse des conflits du siècle dernier : Éric Hobsbawm, L’ère des révolutions, Éditions Complexe, 2000, et Enzo Traverso, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914-1945), Stock, 2007.

3  Les premiers mots de l’introduction à leur ouvrage commun en disent long sur les motivations françaises de l’intérêt porté à ce conflit : « Nous avions dix ans en 1936. Pour nous, la guerre d’Espagne a d’abord été un choc, le spectacle de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants hâves, souvent déguenillés, affamés : les réfugiés espagnols. A travers les propos des adultes nous parvenaient des mots alarmants, chargés d’angoisse : Hitler, les bombardements, la Cinquième colonne, la guerre… Aussi la guerre en elle-même n’a-t-elle pas été pour nous une surprise : nous avions, sinon compris, du moins senti que, simplement, ces foules espagnoles l’avaient vécue avant nous. »

4  Maison d’édition d’ouvrages sur l’Espagne créée à Paris en 1961, qui rééditera la même année –1963 – El laberinto español de Gerald Brennan.

5  Publié en Espagne sous le titre La Guerra civil española, Revolución y contra-revolución, Alianza Éditorial, 1989, 1243 p.

6  La guerre d’Espagne et ses lendemains, Perrin, 2004, 548 p.

7  Guerre d’Espagne : république et révolution en Catalogne (1936-1939), Odile Jacob, 2004, 459 p.

8  La lucha por Barcelona. Clase, cultura y conflicto (1898-1937), Alianza Éditorial, Madrid, 2005, 381 p.

9  La República española en guerra : 1936-1939,Éditorial Debate, 2006, 624 p.

10  40 preguntas fundamentales sobre la guerra civil, La Esfera de los Libros, 2006, 549 p.

11  Éditions Héloïse d’Ormesson, avril 2007, 184 p.

12  De Fallois, 2001 et 2004.

13 « Le fait que coïncident le 75e anniversaire de la République et le 70e de la guerre civile a suscité une étonnante demande de recouvrement de ce que l’on appelle la mémoire historique, enfouie sous une chape d’oubli. Un célèbre historien britannique, Antony Beevor, auteur d’une histoire de la guerre civile qui était passée inaperçue jusqu’à ce que, grâce aux travaux de dizaines de chercheurs espagnols, il ait pu en proposer une deuxième version à succès, nous exhorte lui aussi à soulever le voile du silence. Un de plus à ajouter à une longue et fastidieuse liste. » Santos Juliá, « Memoria en lugar de memorias », El País, 2 juillet 2006.

14  Antony Beevor, « España debe levantar el manto de silencio », El País, 25 juin 2006.

15 « Sur dix hispanistes ou hispanologues – je préfère ce dernier qualificatif car il est aussi ridicule que la plupart d’entre eux– qui se penchent sur nos affaires, neuf au moins viennent voir de quelle manière nous subissons l’influence de leur génie national. Et si c’est un hispanologue professionnel, agrégé et érudit, il devient redoutable », Miguel de Unamuno, « La supuesta anormalidad española » dans El porvenir de España y los Españoles », 1913, p. 129 de l’édition Espasa Calpe (Collection Austral, nº 1541).

16  Il cite une note adressée en 1937 par Nikonov, chef adjoint du renseignement de l’Armée rouge à Vorichilov : « La guerre en Espagne a révélé un nombre d’aspects extrêmement importants dans l’emploi de l’équipement moderne et apporté de précieuses expériences pour l’étude des problèmes opérationnels, tactiques et techniques » (2006, 383).

17  Moshe Lewin, Le siècle soviétique, Fayard, 2003, p. 475.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Buj, « Antony Beevor, La Guerre d’Espagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/289

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page