Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
L'Histoire en cours

Frédérick Genevée, La fin du secret. Histoire des archives du Parti communiste français

Paris, éditions de l’Atelier, 2012, 176 p.
Sonia Combe
Référence(s) :

Frédérick Genevée, La fin du secret. Histoire des archives du Parti communiste français, Paris, éditions de l’Atelier, 2012, 176 p.

Texte intégral

1Aborder l’histoire du Parti communiste français à partir de la gestion de ses propres documents – et non pas écrire l’histoire de ce parti à partir de ses archives – est une entrée bien plus originale qu’on pourrait le penser. Une idée d’archiviste au demeurant, rarement explorée car l’archiviste a tendance à laisser la tâche à d’autres qui rarement s’y attellent. Ce n’est pas le cas de Frédérick Genevée, historien devenu responsable des archives du PCF qui montre que « Faire l’histoire et la géographie des dépôts d’archives communistes ou d’anciens communistes, c’est également relater les crises et les départs du PCF, des évolutions politiques de ce dernier et de ses rapports au passé », et parcourt le territoire d’un fonds archivistique longtemps réputé inaccessible dans un ouvrage honnête et instructif. Honnête parce qu’il n’hésite pas à indiquer les lacunes et les manques de certains fonds relatifs à certaines périodes ou affaires, avançant le cas échéant des hypothèses qui peuvent être jugées dérangeantes, et instructives car si tout n’est pas simple (on se perd parfois dans les méandres des dépôts), l’historien saura à tout le moins où et vers qui diriger ses pas et ses questions. Sérieusement documentée comme il se doit, cette étude est également problématisée quoique, parfois, insuffisamment me semble-t-il – comme si l’archiviste, resurgissant sous l’historien, était tout à coup ressaisi par un étrange souci de réserve, à moins qu’il ne s’agisse d’angles morts liés à l’immersion profonde dans le milieu.

2Ce livre nous apprend la décision en 1993 du Parti communiste de déposer ses archives dans un centre public : les Archives départementales (AD) de Seine-Saint-Denis. Ce qui fut fait en juin 2005 pour deux kilomètres linéaires de documents, après classement par l’État et réalisation d’inventaires. Les dépôts effectués par le PCF, bien que ne concernant que les archives produites jusqu’en 1994, sont impressionnants. Certes, tout n’y est pas. D’autres lieux, comme le musée de la Résistance de Champigny-sur-Marne, la Bibliothèque marxiste de Paris, l’Institut Maurice Thorez par exemple, en abritent encore et le regroupement ne semble pas facile à réaliser. La raison en est que le PCF n’avait pas pendant des décennies une politique d’archives bien définie. Mais il y a aussi ces fonds introuvables correspondant à des saisies de police (le PCF, on s’en doute, a fait l’objet d’une intense surveillance) ou de la DST, laquelle ne prit même pas la peine de répondre lorsqu’elle fut interrogée il y a quelques années par un groupe de travail présidé par la directrice des Archives de France en personne. (Dans une « libre opinion » du Monde en date du 31 mai 2012, le journaliste David Dufresne évoquait cette anomalie qui permet à la DCRI (ancienne DST) d’agir en dehors de tout contrôle social – elle est directement reliée à l’Élysée – et, partant, d’exercer tout contrôle sur ses archives). Quoi qu’il en soit, à l’heure actuelle, outre les archives de direction à proprement parler, on peut déjà consulter 80 fonds personnels de dirigeants. On peut même les consulter en ligne sur le site des A.D. : il faut toutefois s’armer d’un peu de patience. Tout comme les catalogues de bibliothèques, les fonds et les inventaires des centres d’archives sont souvent la chose la plus difficile à trouver sur les pages d’accueil des sites de ces établissements, avec, soyons justes, l’adresse et le numéro de téléphone. Parmi les « manques », on trouve bien entendu des archives d’opposants ou d’exclus, comme Charles Tillon, qui ont estimé que leurs archives ne pouvaient revenir à leur ancien parti, mais à des institutions leur garantissant une certaine neutralité et une pérennité de leur fonds, ainsi la bibliothèque de Sciences-Po, à Paris.

  • 1 Peter Kenez, « Dealing with Discredited Beliefs. Ex tempore : Experts and Believers after the colla (...)

3Élargissant la recherche au sort des archives des autres partis politiques français ainsi que de celles des autres partis communistes en Europe, l’auteur fait de la pratique d’ouverture des archives du PCF une exception et l’inscrit dans le contexte de l’immédiat post-communisme. Qui dit « archives » dit « secret ». C’est ainsi. Même lorsqu’il n’y a pas de secret. La « fin du secret » à l’Est devait-elle avoir pour corollaire la « fin du secret » à l’Ouest ? On se doute que la décision ne fut pas facile à prendre. « La décision est obtenue de Georges Marchais par Francette Lazard après une lutte sourde avec les conceptions beaucoup plus restrictives de Gaston Plissonnier. » à l’origine, la peur de l’instrumentalisation, bien sûr, en cette période où la fin du monde communiste est assimilée à la « fin de l’histoire ». Il semblerait que la thèse de l’historienne Annie Kriegel, puissamment relayée par Stéphane Courtois, d’un PCF « téléguidé par Moscou », opinion énoncée à l’issue de toutes premières recherches dans les archives soviétiques en 1993, ait conforté la décision d’ouverture. Il s’agissait de pouvoir réfuter la réduction essentialiste du communisme au crime. La consultation des archives du PCF aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis a d’ores et déjà permis plusieurs travaux. Il n’est pas dit pour autant qu’elle ait permis aux uns et aux autres de changer depuis de conviction mais, la distance temporelle et idéologique aidant, on émerge lentement des clichés et préjugés attachés à l’objet. Par exemple, l’historien américain, spécialiste de l’histoire soviétique, Peter Kenez, devait faire en 2003 le constat peu réconfortant selon lequel l’accès aux archives de l’URSS n’avait en rien modifié les positions des historiens « conservateurs » comme Martin Malia ou Richard Pipes, ni celles des « révisionnistes « comme Stephen Cohen ou Sheila Fitzpatrick, mais qu’au contraire, il les avait renforcées…1

4Il convient maintenant de poser la question : pourquoi le dépôt aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis et pourquoi en soumettre l’accès aux règles de consultation de la loi sur les archives publiques ? Le choix du dépôt public se conçoit dès lors que le Parti communiste ne pouvait se permettre de gérer ses propres archives. Cela aurait-il dépassé les attributions et capacités de la fondation Gabriel Péri créée à son initiative ? Vraisemblablement et il est certain que, quoique le choix de conserver et communiquer ses propres archives eût été tout à fait légitime, les proposer en dépôt (et non en don, mais la nuance est dans la pratique presque symbolique) à un centre d’archives publiques habilité à recevoir également des fonds privés relève d’un souci de conservation et de classement tout à fait compréhensible. Ce qui l’est moins concerne leur communication. En matière d’archives privées, c’est généralement le donateur qui décide des règles de communication. Or la loi sur les archives votée en 2008 prévoit un délai de communication de 25 ans – ce qui repousse à 2019 la date de consultation de fonds dont un seul des derniers documents aurait pu être produit en 1994 et émet des restrictions de communication au nom de notions floues comme « respect de la vie privée » ou « sécurité des personnes » ou encore « sécurité nationale » qui, selon une interprétative extensive toujours possible, pourrait bien s’appliquer aux archives du PCF. Certes, il sera sans doute possible de faire une demande de « dérogation », mais cette pratique pose un autre problème, celui de l’inégalité de traitement des citoyens face à la loi. Est-ce par souci d’impartialité que le PCF décida de déléguer à l’État le droit de communiquer ou non ses propres archives ? On notera qu’il existe cependant une exception à ce dispositif général : les archives pouvant contenir des données d’ordre privé (date de naissance, renseignements familiaux, santé, orientation sexuelle, voire actes délictueux de droit commun) sont conservées au siège national du PCF, de même que les questionnaires biographiques et les archives de la Commission de contrôle (CCCP). Relevant de la conception stricte de la vie privée, elles ne sont à juste titre accessibles sans restriction qu’aux personnes concernées, à leurs ayants droit ou aux personnes mandatées par elles.

5On peut féliciter l’auteur : le contour de ce « continent archivistique », pan décisif de l’histoire de la France du court xxe siècle, était loin d’être aisé. Il reste à souhaiter que la démarche qui consiste à partir de l’historique des archives d’un parti pour en écrire l’histoire soit suivie par des chercheurs.

Haut de page

Notes

1 Peter Kenez, « Dealing with Discredited Beliefs. Ex tempore : Experts and Believers after the collapse of Communism », Kritika : Explorations in Russia and Eurasian History, Spring 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Combe, « Frédérick Genevée, La fin du secret. Histoire des archives du Parti communiste français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2880

Haut de page

Auteur

Sonia Combe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page